Nanterre Info Février 15

1 706 vues

Publié le

Nanterre Info Février 15

Publié dans : Sports
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 706
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
125
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Nanterre Info Février 15

  1. 1. N°396 FÉVRIER 2015 WWW.NANTERRE.FR
  2. 2. À LIRE ÉGALEMENT ACTUALITÉ ∞ PAGE 7 Budget 2015: les raisons d’une baisse des ressources sans précédent ACTUALITÉ ∞ PAGE 12 Kery James, le rappeur qui a du cœur ACTUALITÉ ∞ PAGE 14 L’association Ensemble contre la récidive mène un chantier d’insertion à la maison d’arrêt VIE DES QUARTIERS ∞ PAGE 30 Le jeu, c’est sérieux à la Lud’Hoche VIE DES QUARTIERS ∞ PAGE 31 Une vie au foyer des Sorbiers PORTRAIT ∞ PAGE 32 Monique Hervo: la dame de cœur À LA UNE DESSINONS L’AVENIR! En commandant un dessin sur le thème «Dessinons l’avenir» à Frédéric Deligne, illustrateur de presse qui collabore notamment avec L’Obs, Nanterre info a souhaité rendre hommage aux 17 victimes des attentats terroristes de début janvier. Un hommage qui, sur notre couverture, prend la forme d’un message de vivre ensemble et de solidarité. Lire aussi page 6. DOSSIER ∞ PAGE 18 Chacuncherche sontoit! Faire en sorte que chacun trouve, à Nanterre, un logement correspondant à ses besoins et à ses moyens: c’est le credo de la politique de l’habitat de la ville, mais aussi le sujet de notre dossier. Entre constructions, réhabilitations, solutions innovantes et grands projets, Nanterre info fait ce mois-ci le tour des actions en direction du logement. ACTUALITÉ ∞ PAGE 10 Arena: écologiquement vôtre Le chantier de l’Arena est exemplaire en matière de préservation de l’environnement, ce qui lui a valu le titre de «chantier à faibles nuisances». ACTUALITÉ ∞ PAGE 13 Un réseau très social Deux Nanterriennes, deux initiatives, mais un même outil: Facebook comme moyen de drainer un maximum de bonnes volontés pour changer la société. ACTUALITÉ ∞ PAGE 15 Philosophons à l’Agora L’Agora, la maison des initiatives citoyennes, n’a jamais aussi bien porté son nom. Ce mois-ci, elle accueille la première édition de son café philo. 03 ACTUALITÉ ∞ PAGE 16 Nanterre-sur-Scène Au théâtre des Amandiers, le spectacle Atlas a réuni, fin janvier, cent Nanterriens qui, sur scène, interprètent leurs vies. Une expérience inédite dans laquelle des trajectoires se croisent. ACTUALITÉ ∞ PAGE 8 Métropole du Grand Paris: le débat continue Mercredi 21 janvier, les habitants étaient invités à cerner les enjeux du transfert des compétences logement et aménagement à la Métropole du Grand Paris. SPORT ∞ PAGE 35 Graines de champions Reportage chez les jeunes footballeurs de l’Entente sportive de Nanterre (ESN) qui ne rigolent pas avec le ballon rond. CULTURE ∞ PAGE 36 Mamma mia! Les adhérents du Club amitié et loisirs des seniors s’apprêtent à monter sur scène pour jouer Mozart, l’âge d’or, une comédie musicale qu’ils ont montée de A à Z. Réjouissant! CULTURE ∞ PAGE 37 Comme un roman… Rencontre avec Issa Safa, militant, boxeur, journaliste et romancier qui signe Le Séparé, récit d’un nomade d’Iran, une épopée perse parue aux éditions l’Harmattan. N°396 FÉVRIER 2015 WWW.NANTERRE.FR NANTERRE_INFO_396_p1.indd 1 26/01/15 15:51 PHOTOSMATHIASGLIKMANSETCLAIREMACEL
  3. 3. 05 PATRICK JARRY Maire de Nanterre Conseiller général des Hauts-de-Seine Et maintenant ? Surtout, ne pas tourner la page et faire comme si rien ne s’était passé. Ne jamais oublier. Ni l’onde de choc des attentats, ni la magnifique riposte populaire du 11 janvier. Nanterre a réagi dès les premières heures. Des dizaines d’initiatives spontanées partout dans la ville. Des moments d’échange et d’hommage aux dix-sept victimes auxquels ont participé des milliers d’habitants et de salariés. Etcequiétaitleplusréconfortantdanstouscesrassem- blements, c’était de retrouver la diversité de Nanterre. Diversité d’âges, de quartiers, d’origines, d’opinions, de confessions. C’est la ville dans ce qu’elle a de plus de vivant, de plus actif et créatif, qui s’est mobilisée pour dire non ! Ce n’est pas possible ! On n’a pas le droit de tuerunhommeouunefemmepourundessin,ouparce qu’il est juif, ou parce qu’il est policier. Et maintenant ? Bien sûr, il faut des mesures d’État à la hauteur de la gra- vitédelamenace,sansdérogeraudroitetànosvaleurs.Maisnoussavons aussi que pour combattre ces dérives vers la violence et le terrorisme, la réponsedoitêtreégalementsociale,économique,éducative,diplomatique. Ce qui conduit aussi à poser certaines questions. Comment peut-on, par exemple, s’alarmer de la situation de quartiers minés par le chômage, l’échecscolaire,l’absencedeperspectiveset,danslemêmetemps,réduire les moyens permettant de combattre ces inégalités ? À Nanterre, nous sommes encore plus déterminés à promouvoir le vivre ensemble.Levivreensemblen’estpasunmalnécessaire.Aucontraire,c’est faire en sorte que chacun trouve sa place dans la ville, se sente reconnu etécouté.C’estconsidérerladiversiténonpascommeunproblème,mais d’abordcommeunerichesse.C’estlapossibilitédeconstruiredesespaces derencontresetd’échangessurlabasedurespectmutuel.C’estapprendre desautresetapprendreauxautres.C’estrefuserlaviolenceetlaloiduplus fort. C’est développer l’entraide et la solidarité. C’est favoriser toutes les formesd’émancipationhumaine,notammentparl’éducationetlaculture. C’estcevivreensemblequenousnousattachonsàconstruireàNanterre. C’estdifficile ?Oui,c’estdifficile.Maisc’estlaseulevoiepossiblepourque nous puissions être à la fois fiers de nos diversités, et fiers de ce bien commun qu’est la République. Ce magazine est imprimé sur du papier PEFC pour la couverture et l’agenda et sur du papier écologique pour l’intérieur. Il est imprimé sur du papier issu de forêts gérées durablement et selon un processus de fabrication labellisé imprim’vert. N° 396 Magazine municipal d’information 130, rue du 8-Mai-1945 92 000 Nanterre Tél. : 39 92 Fax : 01 47 21 83  10 Mail : nanterre.info@mairie- nanterre.fr Directeur de la publication : Hassan Hmani Directrice de l’information : Stéphanie Decker Rédactrice en chef : Orlane Renou Secrétaire de rédaction : Laurence Mosnier Journalistes : Sophie Bocard, Christelle Garancher, Isabelle Fruchard, Guillaume Gesret Photographes : Claire Macel, Mathias Glikmans Création graphique : JBA Réalisation graphique : Publicité : HSP : 01  55  69  31  00 Imprimerie : LNI : 01  40  85  74  85 Tirage : 41 500 exemplaires Pour la version sonore : mission handicap 39 92, mission. handicap@mairie-nanterre.fr Photo de couverture : Deligne
  4. 4. 6 CLAIREMACEL HOMMAGE … Mais aussi Frédéric, Franck, Cabu, Elsa, Charb, Honoré, Bernard, Ahmed, Mustapha, Michel, Tignous, Wolinski, Clarissa, Philippe, Yohan, Yohav et François-Michel, les 17 victimes des attentats terroristes de début janvier. Nanterre est Charlie… Mercredi 7 janvier, 400 Nanterriens se sont rassemblés à l’hôtel de ville pour rendre hommage aux policiers, journalistes, dessinateurs et personnel de Charlie Hebdo. « L’heure n’est pas au repli sur soi et à la peur de l’autre. L’heure est plus que jamais à l’affirmation des valeurs qui font la République et qui font la ville de Nanterre depuis des décennies : la liberté, la démocratie, la fraternité, le vivre ensemble », a souligné Patrick Jarry. Mercredi7etvendredi9janvier,deuxattentats tragiquesébranlentlaFrancerépublicaine.Des actesd’uneextrêmeviolence,vivementcondam- nés par Nanterre dont les élus et citoyens se sontimmédiatementmobiliséspourdirenonà labarbarieetrendrehommageauxvictimesde Charlie Hebdo, de Montrouge et du supermar- ché casher de la porte de Vincennes. Ausoirdesattaquesperpétréescontrel’hebdo- madairesatirique,unrassemblementspontané se tient dans le hall de l’hôtel de ville : « Le choc est immense, déclare alors, très ému, Patrick Jarry, le maire. Ce soir, c’est la société française danssonensemble,c’estlavilledeNanterredans toutes ses diversités qui sont bouleversées et ré- voltées par cet attentat. » Les jours suivants, la mobilisations’amplifieavecl’observationd’une minute de silence à l’occasion de la journée de deuilnationaletlesoutiendumaireetdesélus à la communauté juive nanterrienne. Dimanche11janvier,aprèss’êtrerassembléssur l’esplanade Charles-de-Gaulle, les Nanterriens ont rejoint la marche républicaine. CHRISTELLE GARANCHER Devant l’hôtel de ville. Du 14 au 21 janvier, le cinéma Les Lumières a bousculé sa programmation pour rendre hommage aux caricaturistes assassinés. Dimanche 11 janvier, des Nanterriens se rassemblent sur l’esplanade Charles-de-Gaulle avant de rejoindre le cortège de la marche républicaine. Pour permettre la participation du plus grand nombre, le théâtre des Amandiers avance l’heure de sa représentation. CLAIREMACEL CLAIREMACEL MATHIASGLIKMANS
  5. 5. 7 Budget 2015 : une baisse des ressources sans précédent FINANCES. En septembre, à l’ouverture de la période de préparation budgétaire, il manquait à la ville 13 millions d’euros pour équilibrer son budget 2015. Cette situation financière difficile est le fruit de plusieurs facteurs, parmi lesquels la baisse des dotations de l’État, l’augmentation de la contribution de Nanterre aux fonds de solidarité entre communes et l’instabilité du produit de la fiscalité en direction des entreprises. Revue de détail. - 4,6 MILLIONS D’EUROS Baissedeladotationdel’État.En2015,ladota- tion de l’État à la ville est en baisse de 4,6 mil- lions d’euros et ce, au nom de la contribution des collectivités à l’effort de redressement des comptes publics. Or, il est à noter que les communes portent 22 % de cet effort, alors qu’elles ne représentent que 9,5 % de la dette française.Enoutre,cettebaissesereproduiraen 2016 et 2017 ce qui, pour Nanterre, représente 11,7 millionsd’eurosderessourcesenmoinssur trois ans, c’est-à-dire l’équivalent de 300 postes d’agents communaux ou encore la totalité du budget sport ou culture. - 1 MILLION D’EUROS Suppression du reversement du fonds de péré- quation régional. En 2015, Nanterre ne bénéfi- ciera plus du fonds de péréquation régional, ce quiprivelebudgetcommunald’1 milliond’euros de recettes.  + 2,7 MILLIONS D’EUROS Augmentation de la contribution au fonds de péréquation national (FPIC) et au fonds de péréquation régional (FSRIF). Cette année, la contribution de la ville aux fonds de solidarité entre communes augmente de 2,7 millions d’euros, pour atteindre 10 millions d’euros, ce qui ampute le budget d’autant. Dans les faits, Nanterreestlourdementpénaliséeparlemode de calcul de la péréquation. Principalement fondé sur le potentiel fiscal des communes au détriment de la situation sociale de leur popu- lation,cemodedecalculfavoriselesvillesriches fiscalement et socialement, à l’image de Paris ou de Neuilly-sur-Seine. Face à cette injustice, Nanterres’estmobiliséeetaobtenularévision du mode de calcul, ce qui a fait baisser la note de 5 millions d’euros. INSTABILITÉ DU PRODUIT DE LA FISCALITÉ DES ENTREPRISES En 2011, la taxe professionnelle a été rempla- céeparlacontributionéconomiqueterritoriale (CET), un impôt très volatil. En 2013, cette taxe arapportéàlaville60 millionsd’euros.En2014, son produit est descendu à 56 millions. Légère remontéeen2015,puisquelaCETreprésentera pourlavilleunerecettede57,3millionsd’euros. OnpeuttoutefoisnoterqueleproduitdelaCET en2015neparvientpasàsehisserauniveaude 2013,cequilaissesupposerqu’entempsdecrise cetimpôtrapportemoins.Enoutre,laCETprive les villes de leur marge de manœuvre fiscale. Ainsi, avant 2011, lorsque Nanterre relevait ses tauxd’impositionde1 %,celaluirapportait1 mil- lion d’euros, provenant à hauteur de 75 % des entreprises. Aujourd’hui, le même relèvement ne rapporte plus que 350 000 euros, dont plus de 80 % provient des habitants. ORLANE RENOU CLAIREMACEL Une situation « injuste et intenable » Jeudi 22 janvier, Patrick Jarry, le maire, asuivilemouvementdegrèvedenom- breuxmairesdeFrancepourprotester contre le tour de vis financier imposé par l’État aux communes. Ce jour-là, il adoncannulésesactivitéshabituelles pourrecevoir,danslehalldel’hôtelde ville,lesusagersafindeleurexposersa position face aux mesures étatiques quipriventNanterred’unepartimpor- tante de ses ressources. « Au moment oùlasociétéfrançaiseaplusquejamais besoin d’une réduction des inégalités sociales, d’une lutte sans merci contre les exclusions, ce qui passe nécessaire- ment par des services publics en capa- cité d’agir, imposer aux communes une austérité à marche forcée n’est pas la solution », estime-t-il. C’est pourquoi il demandelasuspensiondelaréduction desdotationsdel’Étatauxcommunes dèslaprochaineloidefinances,lamo- dification du mode de calcul du fonds de solidarité régionale en faisant pas- serlecritèredelasituationsocialedes habitants de 20 à 25 % et la création d’un nouvel impôt territorial assis sur leur capital. O. R.
  6. 6. 8 PHOTOSMATHIASGLIKMANS MÉTROPOLE Les compétences « logement » et « aménagement » transférées à la Métropole du Grand Paris ? Un sujet qui fait aujourd’hui débat tant auprès des élus que des citoyens. Mercredi 21 janvier, les Nanterriens étaient invités à mieux comprendre les enjeux liés à ce transfert de compétences. Morceaux choisis. Aménagement-logement : le grand pari JEAN-PIERRE TROCHE, architecte urbaniste, gérant de Ville et Habitat et consultant sur les politiques publiques de l’habitat et du logement social. « Oui, il faut une Métropole du GrandParispouressayerd’avan- cer sur la question de l’habitat, car aujourd’hui noussommesdansunepériodedesous-produc- tionchroniquedelogementsenÎle-de-France.Je suispersuadéque,surcettequestion,ilfautune gouvernanceforte,quidevraêtreaccompagnée de compétences qui s’imposeraient aux villes refusantdeconstruire.Onmanqued’uneaction foncière forte. Elle peut venir de la métropole, mais la coordination devra être gérée au plus prèsdesterritoires.Carjenevoispascomment, aujourd’hui, on peut résoudre tous les enjeux autourdel’habitatsanscompétencespartagées et coresponsabilité. Au-delà de ce débat tech- nocratique, il ne faut pas oublier de se poser la question des valeurs et de la mixité : avec le projetduGrandParis,commentfairepouravoir un peu plus d’égalité territoriale ? » MIREILLE FERRI, directrice générale de l’Atelier international du Grand Paris « Une métropole a un sens si elleestuniformedanssastruc- ture. Ici, ce n’est pas le cas, il n’y a pas de cohérence ni du pointdevuefonctionnel,nidelaformeurbaine. Toutefois,ilyaquandmêmeuneinstitutionqui nous promet enfin la disparition des inégalités entre groupes sociaux et territoires. Mais une cohérenceadministrativea-t-elle-déjàpermisde fabriquer de la solidarité de façon uniforme ? Non ! C’est un projet politique et la seule chose dontonestàpeuprèscertainaujourd’hui,c’est quelatonalitépolitiquemajoritairedelafuture MétropoleduGrandParisneserapeut-êtrepas la recherche de solidarité. Pour le moment, on a uniquement gagné un échelon administratif supplémentaire. L’empilement du mille-feuille et des outils administratifs donne le tournis. » « Plus de transparence »« Une gouvernance forte » «Un échelon administratif supplémentaire »PATRICK JARRY, maire de Nanterre « Il est nécessaire qu’au niveau delaMétropoleduGrandParis, il existe un document contrac- tuel et opposable qui déter- mine, année par année, ce que lescommunesdoiventconstruireenlogements, tantennombrequ’ennatureoutypologie.Celui- ciestnécessairepourplacerlescommunesface àleursresponsabilités.Celadoitêtreassortide plus de transparence, car la question politique du logement ne peut progresser sans trans- parence. Les habitants doivent savoir, chaque année,quiconstruitquoietoù.Jesuispersuadé qu’on ne pourra pas résoudre la question de la crise du logement en Île-de-France seulement avec de nouvelles institutions. Je le répète, il faut plus de transparence. »
  7. 7. 9 Une compétence à calibrer Hélène Joinet, chargée d’études habitat à l’Institut d’aménagement et d’urbanisme d’Île-de-France. Hélène Joinet, chargée d’études habitat à l’Institut d’aménagement et d’urbanisme d’Île-de-France (IAU-IdF) nous livre son point de vue sur le transfert de la compétence logement à la métropole. DR desmoyensengendrerauneforcedefrappe conséquente.Maisl’aspectquantitatifn’est pas tout. « Que construire et pour qui ? » reste un enjeu central pour préserver un parc financièrement accessible. De même, l’amélioration du parc existant est tout aussi essentielle. Celaétant,laphasedepréfigurationesten cours et les sujets de négociation restent nombreux. L’élaboration des documents cadresprendradutempsetleurdéclinaison opérationnelle ne viendra qu’après. Cette période de transition risque de susciter une prudence des acteurs de terrain et des reports dans le lancement des opérations. Les villes perdront-elles leur compétence en matière d’attribution de logements ? H. J. : En ce domaine, rien n’est acté. Tout dépendradesrèglesdujeuétabliesentrela métropole,lesterritoiresetlescommunes. Mais l’attachement des élus à un droit de regard sur le peuplement du parc HLM laisse à penser que la gestion d’une partie desréservations,contrepartiedesgaranties financières apportées par les collectivités, continuera de s’opérer à une échelle de proximité. PROPOS RECUEILLIS PAR CHRISTELLE GARANCHER QR code generated on http://qrcode.littleidiot.be Pouvez-vous nous dessiner les contours de la compétence logement de la métropole du Grand Paris ? Hélène Joinet : La relance de la construc- tionseraaucœurdespréoccupationsdela métropole. L’urgence est patente : au cours des dix dernières années, on a construit en moyenne 41 000 logements par an en Île- de-France, alors que les besoins sont esti- més à 70 000. Pour ce faire, la métropole élaboreraunplanmétropolitaindel’habitat et de l’hébergement et pourra agir via les aides financières et actions en faveur du logement social. La métropole, ou les terri- toiresquilacomposent,pourrontactionner des leviers opérationnels : créer des zones d’aménagementconcertéescommeengager des programmes d’intérêt général. Et, en tant qu’EPCI [établissement public de coo- pération intercommunale, NDLR], elle sera délégataire de compétences importantes commelagestiondesaidesàlapierrepour leparcsocial,l’améliorationduparcprivéou la gestion de l’hébergement. Y’a-t-il une réelle plus-value à confier la planification de la construction de logements à la métropole ? H. J. : Parsonassisespatialelarge,laMétro- pole pourra œuvrer à un rééquilibrage de l’offredelogementsocial.Lamutualisation Où en est-on ? Dans la nuit du 22 au 23 janvier, le Sénat a adopté un amendement gouvernemental précisant les compétencesdelamétropoleetdesterritoires.Un texte qui a confirmé le transfert de la définition des plans locaux d’urbanisme des communes vers les territoires. Maisalors,quellesmargesdemanœuvrerestera-t-il auxcommunes ?Enmatièred’aménagement,leurs compétencesseraientréduitesàlaseuledélivrance d’autorisations d’urbanisme, comme les permis de construire. Tout autre possibilité juridique d’inter- venir dans l’ensemble des domaines relevant de l’aménagement (définition, création et réalisation d’opérationsd’aménagement ;actionderestructura- tionurbaineoudevalorisationdupatrimoinenatu- reletpaysager ;constitutionderéservesfoncières…) appartiendrait aux territoires ou à la métropole. En matière de logement, relèveront de la métro- pole les opérations d’amélioration du parc immo- bilier existant, de réhabilitation et de résorption de l’habitat insalubre. Les politiques du logement, les aides financières, les actions pour le logement social,cellesenfaveurdulogementdespersonnes défavoriséesserontdéléguéesdefaçontransitoire aux territoires avant de rejoindre la métropole. JULIEN SAGE, adjoint au maire délégué à l’aménagement et à l’urbanisme « EnFrance,onaimebienfairedegrands projets pour résoudre de grands pro- blèmes.Saufque,parfois,pourrésoudre ces grands problèmes, il faut réfléchir via des solutions locales. Alors, est-ce qu’une grande réglementation, un grand PLU à l’échelle d’une métro- pole, apportera quelque chose ? Non. Si les règles sont communes, si la production urbaine est standardisée, on ne respectera pas l’identité des territoires. D’autres métropoles, confrontées elles aussi à la problématique dulogement,onttrouvédessolutionspluspertinentes que la recentralisation des outils. L’urbanisme ne se pense pas d’en haut, mais se réfléchit d’en bas. » CHRISTELLE GARANCHER Mercredi 11 février à 19h30, le débat se poursuit avec la question des métropoles dans le monde. Agora, 20, rue de Stalingrad. Pour tout savoir sur la métropole : www.nanterre.fr/la ville/Nanterre dans la métropole. Pour donner son avis : metropole@mairie-nanterre.fr. Vous pouvez également enregistrer votre contribution tous les jeudis, de 16h à 19h, à l’Agora, 20, rue de Stalingrad. Votre avis sera ensuite diffusé sur Radio Agora. http://radioagora-nanterre.fr «L’urbanisme se réfléchit d’en bas »
  8. 8. 10 ARENA Limiter l’impact sur l’environnement tout en restant compatible avec les pratiques professionnelles du BTP, tel est l’enjeu d’un chantier à faibles nuisances comme celui de l’Arena Nanterre- La Défense. Un chantier vert Pour garantir la mise en œuvre de la démarche environnementale, Ouafa Mimouni (à gauche sur la photo), chargée de l’environnement et du développement durable, organise des réunions d’information et de sensibilisation sur le chantier. déchets,lamaîtrisedesressourceseneaueten électricité ainsi que la limitation des nuisances (voir photos ci-dessous). « Quand on parle de nuisances, il s’agit du bruit, de la poussière, des odeurs, de l’état du chantier, du trafic et des risques de pollution. Le plan d’installation du chantieretlesmodesopératoiresontétéétudiés demanièreàlimiteraumaximumcesnuisances. » Ainsi,lesabordsetlesvéhiculessortantduchan- tier sont régulièrement nettoyés, la circulation se fait exclusivement en marche avant pour éviter le déclenchement des signaux de recul, certains éléments comme les gradins sont pré- fabriquéspourlimiterl’utilisationdumatérielde coffrage,deskitsantipollutionsontaccessibles sur le chantier pour circonscrire rapidement un écoulement accidentel… Surleterrain,OuafaMimounitravailleenétroite collaboration avec les équipes pour sensibiliser l’ensemble du personnel, compagnons, sous- traitants et fournisseurs dès leur arrivée sur le chantier.« Nousorganisonségalementdecourtes réunionsmensuellesaucoursdesquellesilssont invités à réfléchir et à s’exprimer sur un thème donné. »Elleregardeégalementleséventuelles remarquesquepourraientfairelesriverainsvia les outils mis à leur disposition : Numéro vert (0 800 746 568), adresse mail (arena-riverain@ vinci-construction.fr), comités de suivi et boîte aux lettres installée à l’entrée du chantier. SOPHIE BOCARD traitantes,dumaîtred’ouvrageenvironnement et de l’Epadesa. C’est aussi à elle que revient la charge de faire respecter les obligations défi- nies dans ce domaine par VINCI Construction France, elles-mêmes fondées sur les exigences réglementaires, les référentiels de certification et les bonnes pratiques de la « maison ». Une démarche labellisée « Cet engagement se traduit notamment par la mise en place d’une charte Chantier à faibles nuisances à tous les stades d’avancement des travaux »,poursuitOuafaMimouni.Cettecharte couvre le tri, la valorisation et le recyclage des « Mon rôle consiste à veiller à ce que l’ensemble des intervenants sur le chantier prennent en compte l’environnement dans leurs tâches quo- tidiennes. » Après avoir exercé pendant quatre ans le métier de conductrice de travaux, Ouafa Mimounis’esttournéeverslemanagementen- vironnemental.Lajeunefemmeestaujourd’hui chargée de l’environnement et du développe- ment durable sur le chantier de l’Arena. « Si les techniques de construction me passionnent toujours, j’aime la transversalité et la richesse de cette fonction », commente-t-elle. De fait, elle est l’interlocutrice régulière et privilégiée de l’encadrementdechantier,desentreprisessous- PHOTOSCLAIREMACEL Gestion des déchets. Chaque grue a sa propre zone de bennes pour les inertes (gravats, béton, parpaing…), le bois, la ferraille et les déchets mélangés. Entre janvier et septembre 2014, 70 % des déchets ont été triés et 91 % de la matière valorisée. Préservation des ressources. Cette unité de lavage de bennes à béton permet de récupérer et de réutiliser les eaux de lavage par filtration et décantation. Limitation des nuisances sonores. Le niveau sonore est mesuré en permanence par un micro installé boulevard Aimé-Césaire. Le dépassement du seuil de 85 dB (A) déclenche une alerte et la mise en place de mesures correctives.
  9. 9. 11 MATHIASGLIKMANS École Paul-Langevin : des moyens maintenus L’école Paul-Langevin continuera à recevoir des moyens adaptés à la situation sociale et sco- lairedesélèvesquifréquententl’établissement. Telle est en substance la réponse apportée par Philippe Wuillamier, directeur académique des services de l’Éducation nationale des Hauts- de-Seine, au maire de Nanterre, Patrick Jarry, et à Zacharia Ben Amar, l’adjoint en charge des affaires scolaires. Les élus, alertés par la communauté enseignante sur le sort réservé à certains établissements dans le cadre de la réformedel’éducationprioritaire,ontétéreçus le 6 janvier. Le 9 décembre, un vœu avait été adopté à l’unanimité par le conseil municipal en faveur du maintien de l’école Paul-Langevin dans le nouveau réseau d’éducation prioritaire Le 9 décembre, un vœu a été adopté par le conseil municipal pour le maintien de l’école Paul-Langevin dans le nouveau réseau d’éducation prioritaire. ENSEIGNEMENT Qui entre dans les nouveaux réseaux d’éducation prioritaire (REP), qui y reste, qui en sort ? Les contours de la nouvelle carte des REP se précisent à Nanterre. (REP),applicableàlarentrée2015.Carc’estbien l’éventuelle exclusion de cet établissement qui pose problème. REP et REP + Pour comprendre, un petit rappel s’impose. Chaque REP est constitué d’un collège « tête deréseau »etdesécolesquiluisontrattachées. Si le collège sort du dispositif, les écoles en sortent automatiquement. C’est le cas à Nan- terre du collège Jean-Perrin et donc de l’école Paul-Langevin.Or,pourlesenseignantscomme pour les élus, cette réorganisation ne tient pas suffisamment compte de la situation sociale des familles. Si le directeur académique s’est montré rassurant en confirmant que l’établis- sement continuerait à bénéficier de moyens adaptés pendant trois ans, les élus ont insisté surl’importancedepérenniserlesdéchargesde direction en primaire et en maternelle. Le collège République (précédemment associé au dispositif Collège ambition, innovation et réussite) rejoint quant à lui Victor-Hugo, Paul- Eluard, André-Doucet dans le classement REP et Evariste-Galois est classé en REP +, c’est-à- dire parmi les établissements pour lesquels les difficultés sociales ont des incidences fortes sur la réussite scolaire. « Nous resterons néan- moins attentifs à la dotation horaire de tous les collèges de la ville, précise Patrick Jarry dans un communiqué, celle-ci n’ayant fait que décroître ces dernières années. » Aucune révision de la carte des lycées n’est envisagée. Les moyens sont donc maintenus. SOPHIE BOCARD Admission post-bac : le coup de pouce du CIO ENSEIGNEMENT Bon à savoir à quelques jours du lancement de la procédure d’admission post-bac : le centre d’information et d’orientation (CIO) tient des permanences hebdomadaires à la Maison de l’emploi et de la formation (MEF). Futursbacheliers,vousavezjusqu’au20mars pour vous inscrire sur le portail Admission post-bac (admission-postbac.fr), formuler et hiérarchiser vos vœux pour le choix de votre établissement supérieur. Cette plate-forme a été mise en place pour simplifier les dé- marches de préinscription dans l’enseigne- ment supérieur en regroupant sur un seul site plus de 10 000 formations publiques et privées. Il s’agit notamment de la première année de licence dans toutes les filières, de la première année commune aux études de santé, des classes préparatoires, des brevets detechniciensupérieur(BTS),desdiplômesde technicien supérieur (DUT)… C’est le passage obligépourlesélèvesdeterminale,lesanciens bacheliers et les titulaires d’un diplôme équi- valent dès lors qu’ils ont moins de 26 ans. Si vous ne maîtrisez pas (encore) toutes les subtilités de la procédure, pas d’inquiétude. Les conseillères d’orientation-psychologues ducentred’informationetd’orientation(CIO) proposent depuis le mois de novembre des permanences hebdomadaires à la Maison de l’emploietdelaformationdeNanterre(MEF). Le calendrier des permanences du deuxième trimestre est disponible sur le site Isnternet de la MEF : www.mefnanterre.fr. SOPHIE BOCARD Prochaines permanences : • Vendredi 13 février (après-midi). • Lundi 2 mars (matin). Sur rendez-vous auprès du CIO : 01 47 21 47 80. Maison de l’emploi et de la formation, 6, avenue Lénine.
  10. 10. 12 MATHIASGLIKMANS JEUNESSE Dans le cadre de sa tournée acoustique, le rappeur Kery James reverse une partie de ses cachets pour aider des jeunes à financer leurs études. Le 19 décembre dernier, Jasmine et Amina ont reçu cette bourse à l’issue du concert à la Maison de la musique. Passe ton rap ! C’est le Comité local d’aide aux projets des jeunes (Clap : lire ci-dessous) qui lui a parlé de la bourse offerte par Kery James. Jasmine, étu- diante en master de microbiologie à l’institut Léonard-de-Vinci, s’est en effet rapprochée, il y aquelquessemaines,duservicemunicipalpour obtenir un soutien financier. « Mon école coûte 3 000 euros par année scolaire. J’avais jusqu’au mois de janvier pour verser cette somme. Mais malheureusement, je ne disposais pas de cet argent sur mon compte… » Cette jeune fille de 25 ans vit avec sa mère malade et ses deux frères dans le quartier du Vieux-Pont. « J’ai donc répondu à l’appel de l’association de Kery James en expliquant ma situation dans une vidéo de trois minutes. » Les mots – simples et sincères – convainquent le jury, composé du rappeur, du comédien Omar Sy et de quelques agents municipaux. Lorsque Jasmine reçoit le coup de téléphonel’informantqu’elleestlauréated’une boursede4 000euros,ellen’arrivepasàycroire. « C’était un cadeau de Noël avant l’heure. J’ai res- senti un immense soulagement. J’allais pouvoir financer ma formation ! Mon ambition est de devenir attachée de recherche clinique dans une entreprise pharmaceutique. » En route vers l’emploi ! Amina, 22 ans, est, quant à elle, en dernière année d’école de journalisme et se destine au métier de reporter d’images. Mais, pour cela, il lui manque une ligne sur son CV : le permis de conduire.Carelleenestcertaine :lepetitcarton rose l’aidera à trouver un emploi. Quand une amie la prévient à la dernière minute que Kery James propose une bourse dans le cadre de sa tournée, elle saisit aussitôt sa chance. « J’ai tourné une vidéo dans ma chambre. » Amina y raconte naturellement son histoire, sans trop croirequ’elleserasélectionnéeparlejury.Mais, fidèleàsoncredo :« Çanecoûteriend’essayer ! », elle se lance. Quelques jours plus tard, Kery Jameslacontacte« enpersonne »partéléphone pourluiannoncerqu’uneboursede2 000euros lui est attribuée. « Je n’ai pas trop réalisé sur le coup, ce n’est que le jour de la rencontre avec KeryJamesquej’aicompris. »Aminaetlerappeur ontdiscutélonguementlaveilleduconcert.Elle quin’écoutaitpasKeryJamesavantlemoisder- nier se met à apprécier les textes du rappeur. « Lors du concert à la Maison de la musique, je suis venue avec ma mère. À la fin du spectacle, elle a tenu à le remercier. Tout le monde était très ému… » GUILLAUME GESRET Jasmine et Amina (de gauche à droite), les deux Nanterriennes lauréates de la bourse d’étude octroyée par l’association de Kery James. Le Clap joue les entremetteurs C’est le Comité local d’aide aux projets des jeunes (Clap), dont la vocation est d’accom- pagner les projets des jeunes de la ville, qui a relayé l’initiative de Kery James. Quelques jours avant son concert à Nanterre, le Clap a effectuéuntravaildeterrainpourrepérerdes jeunes Nanterriens susceptibles de répondre à l’appel lancé par le rappeur et son associa- tionACESpourApprendre,comprendre,entre- prendreetservir.Leséducateursontmobilisé dix-septcandidatsquiontenvoyéaujuryune vidéo de présentation. « Nanterre était la pre- mière date de la tournée acoustique de Kery James. Il fallait communiquer sur cette initia- tive »,expliqueDavidAzoulay,responsabledu Clap.Lesmembresdelastructuremunicipale ont ensuite participé aux délibérations du jury.« Noussommestrèsheureuxqu’Aminaet Jasmine aient obtenu la bourse, c’est un beau coup de pouce pour elles. » G. G. Renseignements : 39 92. Demander la direction de l’action jeunesse.
  11. 11. 13 Troc en stock La solidarité tisse sa toile RÉSEAUX SOCIAUX Aurélie Machado vient de créer un groupe sur Facebook pour inciter les Nanterriens à échanger des vêtements, des denrées alimentaires ou encore des meubles. RÉSEAUX SOCIAUX Comme Laëtitia Pelaud, de plus en plus de citoyens utilisent Facebook pour construire des réseaux de solidarité sur la toile mondiale. CLAIREROBERT L’idée est aussi simple que pertinente. Aurélie Machado, étudiante en master de droit public à l’université de Nanterre, a lancé cet appel sur Facebook : « Et si on troquait nos affaires ? » En quelques jours, une quarantaine d’amis rejoignent le groupe sur le réseau social pour « Quandj’aivouluaiderlessans-abriaudébutdel’hi- ver,monréflexeaétédecréerunepageFacebook.Je voulaismobilisermonentourage »,expliqueLaëtitia Pelaud, une Nanterrienne de 31 ans. Très vite, les « demandes en ami » et les « like » affluent sur la page. En un mois, le groupe comptabilise près de 900 membres. « Facebook est un outil formidable pour lancer une initiative. Beaucoup de personnes désiraient se rendre utiles, mais ne savaient pas par oùcommencer. »Avecsesamis,Laëtitiacommence parcollecterdesvêtementschaudspourlesdistri- procéderauxpremierséchanges.« J’habitedans la résidence de l’université depuis un an et demi. Nous autres, étudiants un peu fauchés, nous nous entraidons déjà. Par exemple, j’ai échangé l’autrejouruneplacedecinécontredescahiers… » Aurélie souhaite à présent étendre ces trocs à tous les habitants de Nanterre. Pour cela, ils sont attendus sur Facebook dans le « groupe de troc / don sur Nanterre ». « Avant d’arriver en région parisienne, je vivais à Pithiviers où un groupe semblable a réussi à réunirplusde500membres.Beaucoupdejeunes mamansyéchangentdesvêtementsetdesacces- soires pour leurs enfants. Les étudiants se sont également emparés de cette page pour troquer des ustensiles de cuisine ou des meubles au gré de leurs colocs. » Vers une autre société En bonne juriste, la jeune femme a rédigé une charte de bienséance pour éviter les membres malintentionnés et pour rappeler que l’argent est totalement proscrit dans le groupe. Mais, au-delà de cet aspect pratique, cette initiative estunecontributionàlasociétédontellerêve. « L’échangeetledonpermettentdesortirdelaso- ciétédeconsommation.J’aitoujoursaiméchiner danslesbrocantes,récupérerdesmeubleslaissés surletrottoir,plutôtqued’achetertoutletemps des objets neufs. » Pour Aurélie, cette alternative à la consomma- tion est aussi un moyen de créer du lien. Pas- santbeaucoupdetempsàétudier,elleregrette denepasconnaîtreplusdemondeàNanterre. « Ce groupe est une façon de m’intégrer à mon environnement.Danslarésidencedel’université, nous sommes un peu coupés des quartiers de Nanterre.J’aimeraisbiensortirducampusetren- contrer des Nanterriens », conclut-elle. GUILLAUME GESRET Groupe de troc / don sur Nanterre. buer aux SDF aux abords du Cash. Quelques jours plus tard, Laëtitia, Karima, Latifa et les autres pré- parent des repas chauds et des petits déjeuners complets grâce aux dons d’argent des membres du groupe Facebook. Karima, la bonne cuisinière de la troupe, s’occupe de la soupe, la fameuse chorba, et Latifa se charge de démarcher les com- merçants nanterriens pour collecter de la nourri- ture. « Nous avançons de manière artisanale, avec toute notre énergie, pour effectuer ces maraudes. L’autre dimanche, nous avons réussi à distribuer 200 repas. » Chaque week-end, le groupe d’amis s’élargit et s’organise pour transporter les repas dansunecamionnettequisillonnelesruesdeNan- terreetdeParis.« Lessans-abrinousaccueillentavec lesourire,certainscommencentànousreconnaître. » GUILLAUME GESRET  Aidons les SDF des Hauts-de-Seine et Paris. Pendant une maraude du groupe Facebook « Aidons les SDF des Hauts- de-Seine et Paris ». DR
  12. 12. 14 Des assos as de com’ ASSOCIATIONS À l’Agora, les bénévoles des associations de la ville ont accès à des ateliers qui les familiarisent avec les outils de communication. En janvier, ils ont reçu une initiation à la wiki radio. MATHIASGLIKMANS Installés dans la mezzanine de l’Agora, les sept participantsécoutentsagementCatherine,chef de projet de Radio Agora, qui dispose de deux heurespourleurprésenterlaligneéditorialede la wiki radio et les outils techniques indispen- sables à la prise d’antenne. « Vous verrez, c’est très simple. L’utilisation des enregistreurs numé- riques et le logiciel de montage sont très intui- tifs »,explique-t-elled’emblée.Autourdelatable, Raphaël,responsabledelasectiondeNanterre PARTICIPEZ À LA RÉALISATION D’UNE FICTION RADIO delaLiguedesdroitsdel’Homme,n’enperdpas une miette. « J’aimerais proposer une émission sur les droits et les devoirs de chacun. J’ai déjà le découpagedufeuilletonradiophoniqueentête,je vienscematinpourapprendreàfairedelaradio. » Rosemine, de l’association Diva, rêve elle aussi deréaliseruneséried’interviewsdes« anciens » ayant connu l’époque des colonies françaises. « Ilsontdeshistoiresàraconter,pleind’anecdotes qui pourraient éclairer les jeunes générations. » En attendant de diffuser leurs émissions, les uns et les autres apprivoisent le matériel. « J’ai suivi plusieurs ateliers associatifs depuis la ren- tréeetchaqueséanceesttrèsintéressante,confie Chantal, de l’association Parole vole. L’objectif est d’améliorer la communication de notre asso- ciation. Au départ, je voulais créer un blog mais jevousavouequemescompétenceseninforma- tique étaient limitées… » Chantal a donc assisté auxcourssurledécryptagedupaysageweb,les logicielslibres,lamessageriegmail…« Cesateliers m’ont appris beaucoup de choses, les différents intervenants, graphistes, communicants sont pédagogues »,estime-t-elle.Pourl’heure,leblog desonassociationn’estpasencoreenligne.« J’y travaille, assure-t-elle. Mais ce matin, une autre idée m’est venue : pourquoi ne pas proposer une émission à Radio Agora ? » GUILLAUME GESRET Renseignements et inscriptions : Agora, 20, rue de Stalingrad. Tél. : 01 71 11 43 55. La philosophie du vivre ensemble CITOYENNETÉ Un collectif nanterrien lance une série de débats sur le thème de la démocratie. Ce nouveau rendez- vous, appelé Agora philo, débute samedi 7 février. Laphilosophieaideàseforgerunespritcritique. Un collectif, réunissant des habitants et des enseignantsdel’universitépopulairedesHauts- de-Seine, part de ce postulat pour proposer un cycle de débats philosophiques et citoyens. L’Agora philo réunira à chaque rendez-vous un philosopheetunspécialistedelaquestionsou- levée.Ilsengagerontundébataveclepublic.Le tout sera enregistré et diffusé sur Radio Agora. Ces rencontres ne sont (surtout) pas réservées auxspécialistesdelaphilosophie–chacunétant libre d’intervenir avec ses mots et sa façon de raisonner. Le thème de la démocratie sera le fil directeur des quatre Agora philo de l’année. Lors de la première soirée, samedi 7 février, le débatporteraplusspécifiquementsurlalaïcité. Le public sera dans un premier temps invité à découvrir le film Iranien de Mehran Tamadon, dans lequel ce réalisateur iranien athée réussit à convaincre quatre mollahs, partisans de la République islamique, de venir habiter et dis- cuter avec lui pendant deux jours. De ce huis closémergelaproblématiqueduvivreensemble en dépit des antagonismes religieux. Patrick Gatignol, enseignant de l’université populaire desHauts-de-Seine,apporteraensuitesonéclai- rage philosophique et introduira la notion de laïcité pour amorcer le débat avec la salle, en présence du réalisateur. G. G. Samedi 7 février à 20h30. Tarif : 5,30 euros. Cinéma Les Lumières, 49, rue Maurice-Thorez. Renseignements : agora@mairie-nanterre.fr ou 01 71 11 43 55. Vous aimez écrire, vous aimez interpréter, vous aimez jouer avec les sons, vous voulez prêter votre voix, vous avez envie de participer à la réalisation d’une fiction radiophonique ? Alors, contactez l’Agora ! Radio Agora cherche en effet à monter une équipe afin de réaliser des fictions radiophoniques qui seront diffusées sur la wiki radio de Nanterre lors du festival Déclics en octobre 2015. Renseignements : catherine.portaluppi@ mairie-nanterre.fr ou 01 71 11 43 53. radioagora-nanterre.fr. Les ateliers associatifs de l’Agora permettent aux associations de maîtriser leur communication et donc de mieux faire connaître leur action.
  13. 13. 15 SOCIAL En février et mars, un groupe de détenus de la maison d’arrêt de Nanterre va participer à la rénovation de son plateau sportif. Une initiative de l’association Ensemble contre la récidive, fondée en 2010 par l’homme d’affaires Pierre Botton, lui-même ancien détenu. Les explications d’Edith Bizot, responsable des actions de terrain. « Apporter un peu d’humanité en prison » Quel est l’objectif de ce projet ? Edith Bizot : Ils’agitd’apporterunpeud’huma- nité dans la prison et de permettre à des déte- nus de travailler en étant rémunérés au Smic. Nous allons refaire la piste d’athlétisme et le terrain de sport, planter des arbres et installer des bancs pour se reposer ou faire de la mus- culation. Les détenus, tous volontaires, seront sélectionnés par l’administration pénitentiaire et accompagnés par les entreprises en charge du chantier. Nous espérons qu’ils seront au moins douze. Nous avons mené le même type de projet à la prison de Fresnes, au printemps dernier. C’était un terrain vague infesté de rats qui a été complètement transformé, avec no- tamment la réalisation de fresques le long du mur d’enceinte. Pourquoi le travail est-il si important pour prévenir la récidive ? E. B : Il apporte de l’estime de soi, de la recon- naissance et permet d’indemniser les victimes. C’est un temps qui devient utile pour des gens qui sont enfermés 23 heures sur 24, parfois à quatre dans une cellule de 9 m2 . Une telle expérience provoque souvent un déclic : ils se rendentcomptequ’onleurfaitconfiance,qu’ils sont capables de bien faire et ils ont envie de continuer. Quels autres projets l’association Ensemble contre la récidive mène-t-elle ? E. B : Nous avons mis en place un dispositif contrelechoccarcéral :diffusionenboucled’un filmexpliquanttouteslesétapesquiattendent la personne après sa garde à vue, apposition d’un panneau sur les droits de l’Homme, instal- lation de bancs dans les cellules, amélioration del’hygiènedesdouchesetdestoilettes,etc.La maisond’arrêtdeNanterread’ailleursétél’éta- blissementpiloteenjuillet2010et,aujourd’hui, vingt en France en bénéficient. Pour financer cela, nous sommes soutenus par plusieurs mécènes en contact avec Pierre Botton. Le chantier de Nanterre a reçu, quant à lui, une aidede50 000eurosduConseilgénéral,viason appel à projets d’économie sociale et solidaire. Est-ce difficile de faire changer les choses en prison ? E. B : Oui, c’est compliqué car la hantise de la sécurité domine. Heureusement, depuis un an etdemi,nousavonslachanced’avoirunedirec- trice de l’administration pénitentiaire, Isabelle Gorce, très ouverte et nous espérons étendre ces actions à d’autres établissements. PROPOS RECUEILLIS PAR ISABELLE FRUCHARD ensemblecontrelarecidive.com. EN BREF Les commerçants seront de la partie ! ECOZONE Attention, écologie populaire, concrète et participative en vue ! Samedi 9 mai, Ecozone, le festival de l’écologie au quotidien, revient au parc des Anciennes-Mairies avec sa cohorte de bons plans, sa bonne humeur et ses stands ludiques recouvrant des thèmes aussi variés que l’écoconstruction, le jardinage, la consommation équitable ou encore la mobilité alternative. Nouveauté cette année : les commerçants sont invités à participer en tenant des stands de vente ou de conseil en lien avec l’écologie et le développement durable. Intéressé ? Alors contactez sans plus attendre la mission écologie urbaine au 39 92 ou envoyez un courriel à coralie.richard@mairie-nanterre.fr. La 378 renforcée TRANSPORTS La ligne de bus 378, qui relie la gare RER Nanterre-Ville aux Courtilles, à Asnières, s’est adaptée aux besoins des usagers. Depuis le début de l’année, sa fréquence de passage a été améliorée et ses horaires étendus en soirée. Désormais, du lundi au vendredi, un bus circule toutes les quatre minutes aux heures de pointe sur le tronçon Victor Basch- Les Courtilles. Pendant les heures creuses, un bus passe toutes les sept minutes sur toute la ligne et, du lundi au dimanche, le service est étendu jusque 0h30. Petits mais triés ENVIRONNEMENT Les consignes de tri concernant les petits emballages métalliques évoluent. Désormais, qu’ils soient petits ou grands, plus aucune différence ! Vos capsules, opercules, collerettes, bouchons en acier et en aluminium peuvent désormais être recyclés s’ils sont déposés dans le bac jaune. Si vous avez encore des doutes sur les consignes, un guide du tri est disponible à l’hôtel de ville, dans les mairies de quartier et est téléchargeable sur www.nanterre.fr, rubrique cadre de vie. Edith Bizot, responsable des actions de terrain de l’association Ensemble contre la récidive. DR
  14. 14. THÉÂTRE La scène du théâtre des Amandiers se peuple peu à peu d’une, dix, trente puis cent personnes, entrant sur le plateau comme sur un podium. Ce dimanche 25 janvier, les comédiens sont comptables, retraités, animateurs, consultants, SDF ou collégiens. Ces cent habitants de Nanterre, de tous âges et de toutes conditions sociales, ont accepté de se prêter, pendant une semaine, à une expérience hors du commun : participer à une performance théâtrale, conçue comme « une sculpture sociale » par un duo d’artistes portugais, Ana Borralho et João Galante. Inspiré d’une comptine pour enfants, ce spectacle est la cartographie d’une population, d’où jaillit des paroles de révolte et d’espoir. Créé en 2011 à Lisbonne, le spectacle a déjà tourné au Brésil, en Suède et en Italie. Atlas-Nanterre en est la 26e déclinaison. Retour en images sur une belle aventure collective et humaine. ISABELLE FRUCHARD, PHOTOS MATHIAS GLIKMANS La bourrasque Atlas Le principe d’Atlas est que, tour à tour, chaque participant décline sa profession, son statut social, ses coups de cœur, avec la même tournure de phrase. Magali murmure : « Si 58 danseuses en situation de handicap, contraintes de travailler à l’étranger faute de propositions artistiques en France, dérangent beaucoup de gens… » Tiago Gandra, l’assistant son et lumière, entouré de Ana Borralho, à gauche, et de Catarina Gonçalves qui coordonne le groupe. Dimanche 25 janvier, dernier échauffement avant le spectacle. Première répétition, lundi 19 janvier. Sur la grande scène du théâtre des Amandiers, les participants se présentent et parlent de ce qui les anime. Au centre, le metteur en scène, Ana Borralho, et ses assistants collectent toutes ces informations. « Le moment des histoires » : crescendo, puis decrescendo, les performers d’Atlas vont livrer leur histoire au public. 16
  15. 15. Séances d’embrassades pour favoriser la bienveillance, l’absence de jugement et l’énergie positive du groupe. Une partie du groupe pendant le spectacle. Avec Atlas, l’ambition d’Ana Borralho et João Galante est de créer « une sculpture sociale ». Une danse endiablée comme moyen de conjurer le trac avant le spectacle. À la fin du spectacle, les participants goûtent les applaudissements d’une salle pleine à craquer. Mohamed, 33 ans, vendeur de thé ambulant et comédien d’un jour, offre à tous les participants une tournée générale après le spectacle. 17
  16. 16. Pour vaincre la crise du logement et fluidifier les parcours résidentiels, la ville actionne tous les leviers. De la construction de logements sociaux, en accession libre ou encadrée à la rénovation du bâti ancien, en passant par des opérations de démolition-reconstruction et la recherche de solutions innovantes, petit tour d’horizon d’une politique qui vise à offrir à chacun un logement qui correspond à ses moyens et à ses besoins. ∞ Interview d’André Cassou, adjoint au maire délégué à l’habitat ������������ P 19 ∞ 600 logements livrés en 2014 �������� P 20 ∞ Logement social : transparence et équité ����������������������������������������������� P 21 ∞ Fini le loyer, vive la propriété ! �������� P 22 ∞ Deux générations, un même toit �� P 23 ∞ Mon premier chez moi���������������������� P 23 ∞ Une aide gratuite pour rénover son logement ������������������������������������� P 24 ∞ Aotep ne perd pas la Boule ������������� P 25 ∞ Démolir pour reconstruire ��������������� P 25 ∞ En 2015 et 2016, la ville poursuit ses efforts ������������������������������������������� P 26 LOGEMENT : MOBILISATION À TOUS LES ÉTAGES ! À LIRE DANS CE DOSSIER DOMINIQUEJASSIN
  17. 17. 19 DOSSIER Nanterre est-elle une ville attractive ? AndréCassou :Oui,Nanterreestunevilleattrac- tive à plus d’un titre. Elle compte davantage d’emplois que d’habitants, elle est dotée d’un incomparable réseau de transports et elle pré- senteuneoffredelogementsdiversifiéequel’on ne trouve pas dans les villes limitrophes. Nan- terre dispose également de réserves foncières qui en font un véritable réservoir à projets. La médaille de l’attractivité a-t-elle un revers ? A. C. : La pression sur le logement social et la spéculation financière en sont les principales conséquences. Nanterre compte 19 000 loge- ments sociaux et nous en attribuons environ 1 000 par an. Alors que les demandes sont en progression constante avec 80 demandeurs de plus par mois, la mobilité a fortement diminué en dix ans. Et nous savons, par le biais du nou- veau système d’enregistrement régional, que les demandes continuent et continueront à affluer (1) . Deuxième point : l’augmentation des prix qui touche le secteur privé comme le public. Ainsi, 54 % des loyers sont conventionnés mais ils ne sontpastousaumêmeprix.Ilsvarientde3 euros le m² pour une construction ancienne à 7 euros le m² dans le neuf, le tout sans les charges. Cela n’estpasàlaportéedetouteslesboursesetpeut créer une rupture dans le parcours résidentiel, mêmedanslelogementsocial.Àl’achat,lesprix duneufsontpassésde2 500 eurosà5 300euros lem²endixansetlecoûtd’unlogementancien n’est guère moins élevé. Quelle politique la ville met-elle en œuvre pour faire en sorte que chacun puisse se loger à Nanterre ? A. C. : D’abord, Nanterre construit et construit beaucoup.En2014,nousavonslancé1 472loge- ments.C’est,aprèsParis,lavillequiconstruitle plus en Île-de-France. Ensuite, nous appliquons le principe de la diversité sociale en proposant à la fois de l’accession à la propriété, libre et encadrée, du logement locatif avec priorité au social et du logement pour étudiants. Le par- coursrésidentiels’entrouvefacilité.Nousallons également créer des logements locatifs inter- médiairesdanslecadreduprogrammelocalde l’habitat intercommunal. Quant au dispositif NanterreHabitatPlus,destinéauxpropriétaires de logements anciens, il permet de rénover les habitations dégradées et de lutter contre la précarité énergétique. Le conseil municipal a adopté un vœu pour étendre à Nanterre l’encadrement des loyers, une des dispositions de la loi Alur (2) . Allez- vous être entendus ? A. C. : À long terme, nous aurons gain de cause carNanterren’estpaslaseulevilleàdemander l’encadrement des loyers. À court terme, cela semble plus difficile. Seule Paris intra-muros a étéagrééaumotifqu’iln’yapasd’observatoire capable de vérifier l’état des loyers en Île-de- France. Ce qui reste à prouver… Qu’apporte le programme local de l’habitat intercommunal (PLHI) en matière de résorption de la crise du logement ? A. C. : Nous avons élaboré, avec Suresnes et Rueil,unprogrammed’investissementtrèsam- bitieux.Ilfixeà12 000lenombredelogementsà construiredanslessixprochainesannées,dont 6 500 à Nanterre. S’il se doit de répondre aux besoins des habitants, l’objectif pour Nanterre est ambitieux : 1 000 logements par an, c’est 10 programmes à suivre simultanément ! Se pose également la question du financement du logement social auquel la ville apporte des subventions en plus du financement de la surcharge foncière. À la fin de l’année, c’est plusieurs millions d’euros pris sur le budget de la ville dans un contexte financier déjà très contraint. Et le plan local d’urbanisme (PLU), actuellement en révision, comment peut-il agir en faveur du logement ? A.C. :LePLUreprendtouteslesorientationsdu PLHI :constructiondelogementsdiversifiésavec une part de 40 % de logements sociaux, mixité sociale, parcours résidentiel… Il fixe également des objectifs aux bailleurs sociaux en matière de rénovation de leur patrimoine. Quand on parle réserve foncière à Nanterre, on pense immédiatement aux Groues. Concernant l’aménagement de ce secteur, quel est votre souhait ? A.C. :QueceonzièmequartierdeNanterresoit unquartieràéchellehumaine :4 500logements d’ici 2025, cela nous semble raisonnable. Ces constructions nous permettraient de reloger deshabitantsduParc-SudetduChemin-de-l’Île pourréintroduiredelamixitédanscesquartiers. C’est ce que nous avons fait au Petit-Nanterre et aux Provinces-Françaises, dans le cadre des opérations de rénovation urbaine. PROPOS RECUEILLIS PAR ISABELLE FRUCHARD ET SOPHIE BOCARD (1) 19 500 personnes ont cité Nanterre parmi leurs choix de résidence en Île-de-France. (2) Loi du 24 mars 2014 pour l’accès au logement et un urbanisme rénové (Alur). Entretien avec André Cassou, adjoint au maire délégué à l’habitat. CLAIREMACEL André Cassou, adjoint au maire délégué à l’habitat. « APRÈS PARIS, NANTERRE EST LA VILLE QUI CONSTRUIT LE PLUS EN ÎLE-DE-FRANCE »
  18. 18. LIVRÉS EN 2014 500 m La Défense COLOMBES LA GARENNE- COLOMBES COURBEVOIE SURESNES CHATOU RUEIL-MALMAISON PUTEAUX BEZONS HOUILLES CARRIÈRES-SUR-SEINE Gare Nanterre- Université Gare Nanterre- PréfectureGare Nanterre-Ville Parc André- Malraux Parc des Chènevreux la Seine N A N T E R R E 500 m République Chemin-de-l'Île Vieux-Pont Université Parc Nord Parc Sud La Boule- Champs Pierreux Centre Plateau - Mont-Valérien Petit Nanterre République Chemin-de-l'Île Vieux-Pont Université Parc-Nord Parc- Sud La Boule- Champs Pierreux Centre Plateau - Mont-Valérien Petit-Nanterre Université Paris X Hôtel de ville Centre hospitalier Max-Fourestier Préfecture des Hauts-de-Seine Tribunal de grande instance Hôtel du département 600 logements livrés en 2014 Locatif social Accession libre Accession encadrée Les logements livrés en 2014 À Nanterre, quand on parle construction de logements, on pense souvent aux Terrasses et aux quartiers de l’Université et du Petit-Nanterre bénéficiant de projets de renouvellement urbain et social (Prus). Pourtant, en 2014, ce sont d’autres programmes immobiliers, souvent de moindre importance et donc moins visibles, qui ont essaimé en ville. Que cela soit en accession libre à la propriété, en locatif social ou en accession encadrée, en 2014, 600 nouveaux appartements ont été livrés. Rue de l’Avenir 6, rue Ampère 70, av. Hoch Rue Germaine-Tillion Rue de Bezons 10 Total 1515 5252 67 2828 8282 110 49 3232 5252 84 1818 3030 48 14 59-61 rue Henri- Barbusse 2, rue de Saint-Cloud 24-26 rue Pasteur 344-356 av. Georges- Clemenceau 3737 6060 97 1717 5454 117117 188 20 DOSSIER 600 LOGEMENTS À Nanterre, quand on parle construction de logements, on pense souvent aux Terrasses et aux quartiers de l’Université et du Petit-Nanterre bénéficiant de projets de renouvellement urbain et social (Prus). Pourtant, en 2014, ce sont d’autres programmes immobiliers, souvent de moindre importance et donc moins visibles, qui ont essaimé en ville. Que cela soit en accession libre à la propriété, en locatif social ou en accession encadrée, en 2014, 600 nouveaux appartements ont été livrés.
  19. 19. 21 DOSSIER TRANSPARENCE ET ÉQUITÉ Beaucoupdecandidats,peudereçus.L’offrede logements sociaux en Île-de-France est très en deçà des besoins, et Nanterre n’échappe pas à cettesituation.Malgrédeseffortssubstantiels de la ville – qui compte 56 % de logements so- ciaux (1) etenprévoit40 %danschaquenouveau programmedeconstruction (2) –,lalistedesde- mandeurss’allongeinexorablement.Ilsétaient 3 390 en mai 2013, près de 300 de plus un an plus tard (3 670 en mai 2014). À cela s’ajoute unemobilitéàl’intérieurduparcdelogements sociaux beaucoup plus faible qu’auparavant, liée à la perte du pouvoir d’achat qui met un freinàl’évolutionduparcoursrésidentiel.Cette pénurierendd’autantplusimportantelabonne compréhension des procédures d’attribution. Ainsi, la ville, qui est dite « réservataire », au mêmetitrequed’autresorganismes(Conseilgé- néral,bailleurssociaux,1 %logement…),dispose d’un certain nombre de logements à attribuer, en contrepartie de son effort de financement d’une partie des programmes de construction. Chargé de mission « parcours résidentiels » au servicemunicipaldel’habitat,BenjaminNeuville LOGEMENT SOCIAL : Comment les logements sociaux sont-ils attribués ? Du côté de la ville comme de l’office municipal HLM, l’ancienneté de la demande reste le critère prédominant. Explications. expliquelesdifférentesétapesquigarantissent l’équité dans le traitement des dossiers : « Les bailleurs sociaux (3) nous préviennent lorsqu’un logement se libère. Nous proposons trois candi- dats enregistrés dans notre logiciel, répondant à deux critères : les ressources qui doivent être au moins trois fois supérieures au loyer et la composition du ménage devant correspondre à la typologie du logement. Nous hiérarchisons ensuitecescandidatsenfonctiondel’ancienneté deleurdemandeetdel’urgencedeleursituation. C’estensuitelebailleurquiexamineledossieren commission d’attribution. » Plus de transparence À l’office municipal HLM, qui possède environ la moitié du parc social de la ville, le critère de l’anciennetéestégalementprédominant.Lefait d’habiteràNanterreoud’ytravaillerpèseégale- ment, l’objectif de la municipalité étant d’attri- buer 70 logements sur 100 à des Nanterriens. Afin d’améliorer la transparence dans ce qu’on appelle les mutations, c’est-à-dire les déména- gementsauseinduparcsocial,l’officeamisen placeen2013unbarèmedesmutations.« C’est un système de points dans lequel nous prenons en compte l’ancienneté dans le logement, mais égalementlasuroccupation,lesquartierschoisis et le nombre de secteurs demandés », indique Patrice Marchal, président de la commission d’attributiondel’officemunicipalHLM.Ducôté de la ville, l’objectif est de mettre en place un nouveausystèmeinformatiquepermettantaux demandeursdeconnaîtrel’avancéedeleurdos- sier et de l’actualiser le cas échéant. ISABELLE FRUCHARD (1) La loi « Duflot » du 18 janvier 2013 fixe à 25 % la part de logements sociaux dans les communes de plus de 1 500 habitants en Île-de-France. (2) 40 % de logements sociaux pour tout programme de plus de 1 200 m2 , à l’exception des grands quartiers d’habitat social. (3) Parmi les principaux, on peut citer l’office municipal HLM, Hauts-de-Seine Habitat et la Logirep. Où adresser sa demande de logement ? Pour faire une demande de logement, il faut d’abord remplir deux formulaires. Le premier est un document national qui permet d’attribuer un numéro unique régional. Le second est un questionnaire spécifique à la mairie de Nanterre. Ces formulaires sont disponibles à l’accueil de l’hôtel de ville, dans les mairies et antennes de quartier, et sont téléchargeables sur le site Internet de la ville : www.nanterre.fr/cadre de vie/logement-habitat. Ensuite,pourconstitueretdéposersademandedelogement,ilfauts’adresserauservicehabi- tat. Deux conditions sont exigées pour y déposer un dossier : résider à Nanterre ou y travailler (en CDI) depuis plus d’un an. I. F. Service habitat : niveau 1 de l’hôtel de ville, 88-118, rue du 8 Mai 1945. Ouvert du lundi au vendredi de 8h30 à 13h15, sauf le jeudi matin. Samedi matin uniquement sur rendez-vous au 39 92. Qui sont les demandeurs ? Environ1 000logementssociauxsontattri- buéschaqueannée.Parmiles3 670deman- deurs de logements sociaux, 1 000 ont fait leursdémarchesdepuismoinsd’unan,35 % sont sur la liste d’attente depuis un à trois ans et 35 % depuis plus de trois ans. 62 % des demandeurs sont déjà logés dans le parc social, dont la moitié sont des jeunes décohabitants. Sur l’ensemble des deman- deurs, 38 % ont moins de 30 ans et n’ont pastoujourslesressourcesnécessairespour accéder au logement social. 44 % sont en situationprécaire(chômage,CDD,intérim) et 40 % ont des ressources très faibles. I. F. DOMINIQUEJASSIN
  20. 20. 22 DOSSIER VIVE LA PROPRIÉTÉ ! Devenir propriétaire grâce à un prix du mètre carréinférieurde25à30 %parrapportàceluidu marché :c’estleprincipedel’accessionencadrée. Depuis2006etconformémentàl’objectifdéfini parleProgrammelocaldel’habitat(PLH),laville négocieunepart(environ10 %)delogementsen accession encadrée dans un certain nombre de programmesdeconstruction.Dansdessecteurs telsquelesTerrasses,l’écoquartierHoche,lesZAC Sainte-Geneviève ou encore Rouget-de-Lisle, ce dispositif est rendu possible grâce à un effort conjuguédelamairieetdesaménageurs(Semna et Epadesa), ces derniers consentant à un prix de vente minoré des terrains. L’accession enca- drée est réservée aux ménages sous conditions deressources,enprioritéauxNanterriensvenus du parc social. Précisons cependant, face aux nombreuses demandes infructueuses, qu’il est nécessaired’avoirunapportpersonnelsuffisant et des ressources régulières pour en bénéficier. En contrepartie, ces nouveaux propriétaires doivent se soumettre à des clauses antispécu- latives pendant sept ans, en cas de revente de leur logement. Par ailleurs, le bien est acheté à titrederésidenceprincipaleetnepeutpasêtre misenlocation.Nouveautédepuis2013,lespro- priétairesd’unlogementenaccessionencadrée quisouhaitentacquérirunnouvelappartement peuventresterdansledispositif.Autotal,365 lo- gements en accession encadrée ont été livrés depuis 2006, et 101 autres devraient être com- mercialisés en 2015 (lire ci-dessous). ISABELLE FRUCHARD • L’inscription s’effectue par courrier dans lequel est précisé que l’on habite ou travaille à Nanterre, adressé au service habitat de la ville qui transmet ensuite les demandes aux promoteurs. Depuis 2009, ce sont ces derniers qui instruisent les dossiers. Service habitat, hôtel de ville, BP 1406, 92014 Nanterre Cedex. • L’Association départementale d’information sur le logement (Adil) propose des conseils gratuits pour élaborer un plan de financement avant l’achat d’un logement. Sur rendez-vous au 08 20 16 92 92. Adil, 17, rue Salvador-Allende. DOMINIQUEJASSIN Sous certaines conditions, la ville donne un coup de pouce aux aspirants propriétaires. Gros plan sur l’accession encadrée. Centre / Sainte-Geneviève 5, rue de la Croix Programme En Aparté, dans le cadre de l’opération de la ZAC Sainte-Geneviève 15 logements République • Rue Anatole-France /  avenue de la République Programme Les voiles blanches 43 logements • Avenue Gallieni Dans le cadre de l’opération de l’usine du Docteur Pierre (site Natalys), 25 logements Aspirants propriétaires, des programmes immobiliers comprenant une part de logements en accession encadrée sont en cours de construction. À bon entendeur… FINI LE LOYER, Vieux-Pont Rue Thomas-Lemaître (ex Bateau) 58 logements Petit-Nanterre • 353-357, avenue de la République Programme Les passages République 31 logements • 426, avenue de la République Programme Atrium 50 logements • 450, avenue de la République 63 logements Parc • Jardins de l’Arche, programme One, 9 logements Université • 41, boulevard des Provinces-Françaises Programme Quartett, dans le cadre de l’opération Cœur de quartier 18 logements • Boulevard des Provinces-Françaises Programme Les Hauts de jardin, dans le cadre du projet de renouvellement urbain et social du quartier 49 logements • Boulevard Emile-Zola /  boulevard Honoré-de-Balzac Secteur dit des Bizis 70 logements • Boulevard du 17 octobre 1961 / boulevard Soufflot Programme Green Home, Terrasse 9, dans le cadre de l’opération Seine-Arche 31 logements LES PROGRAMMES À VENIR Devenir propriétaire : un rêve qui peut devenir réalité avec l’accession encadrée.
  21. 21. MON PREMIER SOUS UN MÊME TOIT CHEZ MOI L’appartement est situé au quatrième étage d’un immeuble neuf donnant sur la place Nel- son-Mandela.Clairetspacieux,ilaccueilledepuis six mois deux générations d’habitants et trois parcoursdevie.IlyalàMoussa,77ans,retraité, dontlasantéestfragile ;Aminata,28ans,mère célibatairededeuxjeunesgarçonsetAminata, 31 ans, employée intérimaire dans le secteur de la restauration collective. Jusqu’en août der- nier,lajeunefemmevivaitchezsesparents.« Je voulais être autonome et je cherchais un T2 à Nanterre », explique-t-elle. Mais la décohabita- tions’avèredifficilecomptetenudel’irrégularité de ses revenus. « C’est une assistante sociale de la ville qui m’a proposé cette solution, poursuit Aminata.Audébut,j’étaisunpeuréticente,jene voyais pas les choses comme ça… Finalement, ça se passe super bien ! J’apprends à connaître mescolocsetjejouevolontiersaveclesenfants. » Solidaires Pour 300 euros par mois charges comprises et dans le cadre d’un bail d’un an, Aminata béné- ficie d’une chambre de 10 m² et de sanitaires qu’elle partage avec la seconde Aminata. Le logement compte trois chambres supplémen- taires – deux pour la petite famille et une pour Moussa–deuxsallesdebains,unsalon-cuisine etunbalcon.Letoutdansunappartementmo- derneetconfortable,aupieddeLaDéfenseetà quelquesmètresdelagaredeRERNanterre-Pré- fecture. « Chacun fait ses courses et s’occupe de sonlinge,préciseAminata.Pourleménage,c’est deux fois par semaine à tour de rôle. Et pour les repas, ça dépend des occupations et du rythme de chacun. En semaine, nous dînons rarement ensemblemaisilnousarrivedepartagerunplat le week-end. Moi, j’aime bien cuisiner pour les autres ! » Pour favoriser le bon fonctionnement de la vie en collectivité, les colocataires signent une « charte du vivre ensemble » et les équipes de l’association Habitat et Humanisme, qui gère le logement, assurent un suivi, personnalisé si besoin. Pour certaines personnes, l’habitat intergénérationnelconstitueuneétapedansun parcours de vie fragilisé par l’isolement ou les accidents de la vie. Dans tous les cas, l’accom- pagnement encourage la solidarité entre les résidents. SOPHIE BOCARD Le saviez-vous ? Le concept est simple : faire cohabiter dans la même habitation des personnes degénérationsdifférentespourrésoudre les problèmes de logement et d’isole- ment. Une idée mise en pratique pour lapremièrefoisen1997enEspagneavec le programme « Vivir y convivir ». Depuis une dizaine d’années maintenant, il se développe en France, notamment grâce au travail de plusieurs associations. CLAIREMACEL Àpeinelestravauxachevésennovembre,lavilla Clotaire a immédiatement trouvé preneurs. Il faut dire que ce foyer de jeunes travailleurs flambant neuf est idéalement situé en plein centre-ville. Géré par l’association Relais accueil du Vallona, qui dispose de deux autres foyers à Nanterre-Préfecture et à Courbevoie, la villa Clotairecomprend24logements,quinzestudios simplesetneufdoublespourlescouples.Ilssont réservés aux jeunes de 18 à 25 ans, en situation de travail, de recherche d’emploi ou de forma- tion,ayantentre650et1 350eurosderessources Trouver un logement pas cher tout en tenant compagnie à quelqu’un qui en a besoin : le logement intergénérationnel, encore méconnu en France, rapproche les générations à Nanterre. Le foyer de jeunes travailleurs : une solution temporaire et utile avant d’intégrer un logement vraiment autonome. L’exemple de la villa Clotaire qui vient d’être inaugurée. 23 DOSSIER mensuelles. « C’est un hébergement temporaire, d’une durée d’un an, renouvelable une fois, une étape intermédiaire entre le départ de la famille etl’appartementpérenne  »,expliqueJean-Baptiste Kieffer, directeur de l’association. Les jeunes y trouvent des services communs, cuisine, salon avectélévisionetaccèsInternet,buanderiebon marché… Une équipe de conseillères en écono- miesocialeetfamilialeetdetravailleurssociaux est également à leur disposition. « C’est la même vie que dans un autre immeuble, avec des habitants très sages et d’autres plus fê- tards », assure Jean-Baptiste Kieffer qui, parfois, doit rappeler les consignes en matière de vivre ensemble ou de consommation énergétique. Reste que, selon lui, une grande majorité de résidentssortentplusmûrsdecetteexpérience, avec un emploi stable ou un vrai projet profes- sionnel.Signesmoinspositifs,laduréemoyenne deséjour,autourdevingtmois,commeletemps d’attentepourobtenirunstudio,quatremois,se sont allongés, symptômes d’une crise du loge- ment qui touche d’abord les jeunes. ISABELLE FRUCHARD DEUX GÉNÉRATIONS Moussa et Aminata sont colocataires.
  22. 22. En plein cœur du centre ancien, la cour Saint-Germain a bénéficié du dispositif communal OPAH-RU. 24 DOSSIER UNE AIDE GRATUITE POUR RÉNOVER SON LOGEMENT Réaliser des devis, trouver le bon entrepreneur, financersonprojet…Pourpeuquel’onsoitbien conseillé, faire des travaux dans son logement ne vire pas toujours au cauchemar. Avec Nan- terreHabitatPlus,opérationaniméeparlePact Paris / Hauts-de-Seine / Val-d’Oise,lesNanterriens peuvent bénéficier d’un accompagnement per- sonnalisé et de conseils techniques gratuits pour la réalisation de leur projet. Pour qui ? Nanterre Habitat Plus s’adresse aux proprié- taires et copropriétaires privés, occupants ou bailleurs, qui prévoient des travaux d’améliora- tiondeleurlogementoudespartiescommunes de leur immeuble. Ce dispositif municipal, re- conduit au mois de septembre 2014 pour cinq ans, est soumis à conditions, parmi lesquelles leniveaude revenu pourlespropriétairesoccu- pants et le montant des loyers pratiqués pour les propriétaires bailleurs. Pour quoi ? Au-delà de l’assistance gratuite pour la défini- tion du projet et des conseils tout au long de la réalisation des travaux, le dispositif offre un accompagnementdanslarecherchedefinance- ments auprès des organismes publics. Tous types d’interventions de rénovation et d’amélioration de l’habitat sont éligibles à l’accompagnement technique. Toutefois, pour obteniruneaidefinancière,prioritéestdonnée aux travaux d’amélioration thermique permet- tant de réaliser des économies d’énergie, de réhabilitation de l’habitat dégradé et d’adapta- tion au vieillissement. Nouveauté cette année : un appel à candidature est lancé en direction des copropriétés voulant effectuer des travaux d’amélioration thermique ambitieux. Comment ? Le Pact Paris / Hauts-de-Seine / Val d’Oise a été choisi par la ville pour animer l’opération. Pour bénéficier de son expertise, il suffit de prendre rendez-vous,dulundiauvendredide9hà12het de14hà17h.L’équipeduPactvouspermettrade définirprécisémentvotreprojet,vousexpliquera quelles sont les possibilités de financement et d’accompagnement. CHRISTELLE GARANCHER PACT Paris / Hauts-de-Seine / Val-d’Oise, 101, avenue Jules-Quentin à Nanterre. Renseignements et rendez-vous : 01 55 17 19 68 ou nanterrehabitatplus@pact-habitat.org. UN DISPOSITIF POUR LUTTER CONTRE L’INSALUBRITÉ Pour résorber l’habitat indigne qui touche principalement les logements privés et revitaliser le centre ancien, Nanterre a lancé en 2009 une opéra- tion programmée d’amélioration de l’habitat de renouvellement urbain (OPAH-RU). L’objectif de ce dispositif, qui a pris fin en 2014, était d’éliminer l’habitatanciendégradétoutenpréser- vant le patrimoine bâti et d’améliorer lecadredevieduquartier.Encinqans, plusde500logementsontbénéficiédu dispositif et plus 5 millions d’euros de travaux ont été engagés. C. G. DR CLAIREMACEL Depuis 2001, 1 900 logements ont bénéficié de travaux de rénovation dans le cadre du dispositif Nanterre Habitat Plus. Le 28 janvier, la ville a lancé la quatrième édition de l’opération. Détails et nouveautés. Dans cet immeuble du Mont-Valérien, des travaux d’isolation thermique ont été réalisés avec l’aide de Nanterre Habitat Plus.
  23. 23. 25 DOSSIER AOTEP DÉMOLIR NE PERD PAS LA BOULE POUR RECONSTRUIRE C’est un grand ensemble qui se vide. Bientôt, il laissera place à de nouveaux immeubles, plus petits, qui s’inscrivent dans la requalification globale de la place de la Boule, nouvelle entrée de ville en 2030 du fait de l’arrivée du métro Grand Paris Express. Ici,onl’appelle« labarreAotep ».Situéàl’angle desavenuesJoliot-CurieetGeorges-Clemenceau, l’immeublede17étagesconstruitaudébutdes années soixante sera bientôt démoli. Parce qu’uneréhabilitationlourdedubâtiment,souf- frantdevétusté,n’auraitpaspermisd’offrirun meilleurcadredevieàseshabitants,lebailleur social France Habitation et la ville ont signé, le 11 avril 2013, un protocole d’accord pour sa démolition-reconstruction. Une décision suivie de la signature d’une charte de relogement, le 9 juillet 2013, avec l’amicale de locataires CNL (Confédération nationale du logement). Ce document officiel, outil indispensable pour la prise en compte la plus fine des besoins des familles vivant dans les 289 appartements de l’immeuble, a permis d’ouvrir une enquête socialepourdéterminerlesattentesdechacun, du choix du quartier au type de logement, en passant par le niveau des loyers. Dix-huit mois plus tard, près de 130 ménages ontétérelogés,lamoitiédansdesprogrammes immobiliers neufs situés à proximité, avenue Clemenceau et rue de Saint-Cloud, mais aussi dans le secteur Hoche. Tourner la page ensemble Mais,àl’heuredudéménagement,abandonner lâchementleurssouvenirsetlaisserl’âmedece lieu emblématique se perdre dans les cartons estimpossiblepourleshabitants.Unprojetmé- moireadoncétéengagépourgarderunetrace de ces cinq décennies qui ont vu défiler tant de familles nanterriennes. Porté par la ville et l’associationdedéveloppementsocialdeFrance Habitation, le projet Arbre vise à valoriser ce passé riche de vivre ensemble et à maintenir uneviesocialedansl’immeublependantlerelo- gement. Actuellement en cours d’élaboration, en partenariat avec l’association Sangs Mêlés, il sera officiellement lancé, avec les habitants qui en deviendront les acteurs principaux, au printemps. CHRISTELLE GARANCHER Mieux comprendre L’Insee fait le distinguo entre popula- tion municipale, population comptée à part et population totale. Lapopulationmunicipale(90 722habi- tants) comprend les personnes ayant leur résidence habituelle sur le terri- toire, les personnes sans-abri et celles résidant dans une habitation mobile recensée dans la commune. La population comptée à part (2 016 habitants) comprend les per- sonnesdontlarésidencehabituelleest dansuneautrecommunemaisquiont conservéunerésidencesurleterritoire. La population totale (92 738 habi- tants) est la somme de la population municipale et de la population comp- tée à part. MAIRIEDENANTERREXXX 3 554. C’est le nombre de logements construits à Nanterreentre2008et2013.Etcestroisdernières années, le phénomène s’est accéléré avec la livrai- son de 712 logements par an en moyenne. De son côté, la population municipale n’a augmenté que de 0,4 % par an. Ainsi, selon les chiffres de l’Insee publiésle29décembre,90 722personnes(lireenca- dré) vivaient à Nanterre au 1er janvier 2012. Étonnant ? Pas tant que ça ! Dans notre ville, les nouvelles constructions permettent en partie de relogerlesfamillesconcernéesparlesdeuxprojets derenouvellementurbainsetsociauxprogrammés dans les quartiers du Petit-Nanterre et de l’Univer- sité. S’y ajoutent des opérations de démolition-re- constructionplusponctuelles,commecelledelacité dite« duBateau »,maisaussicelledel’immeublede la place de La Boule (289 logements) et de l’allée Buffon (70 logements). Et, parfois, décohabitation desjeunesoblige,ilfauttrouverplusieurslogements pourunemêmefamille !Depuis2007,plusd’untiers des logements sociaux neufs construits l’ont été pourrenouveleretaméliorerleparcsocialdelaville. CHRISTELLE GARANCHER Vouée à la démolition, la barre de la place de la Boule voit ses habitants partir un à un. Pour ne pas oublier le passé de ce bâtiment emblématique, un projet mémoire est en cours d’élaboration. Plus une ville construit de logements, plus sa population augmente : cette idée reçue a la dent dure . À Nanterre, les chiffres prouvent le contraire. L’immeuble situé à l’angle des avenues Joliot-Curie et Georges-Clemenceau commence à se vider. Il sera démoli pour laisser place à de petites unités d’habitation.
  24. 24. TRIMESTRE 1 TRIMESTRE 2 TRIMESTRE 3 TRIMESTRE 4 2015 1 34, rue Maurice-Thorez 2 Rue des Primevères 6 340, avenue Georges-Clemenceau 7 Bd Emile-Zola/bd Honoré-de-Balzac 8 12, rue Waldeck-Rochet 4 41, bd des Provinces-Françaises 5 Rue Anatole-France/ avenue de la République 3 5, rue de la Croix Accession encadrée Locatif social Accession libre 34, rue Maurice-Thorez Rue des Primevères 41, bd des Provinces-Françaises Bd Emile-Zola/ bd Honoré-de-Balzac Rue Anatole-France/ avenue de la République 18 logements en accession libre 31 logements en locatif privé 5, rue de la Croix 2 1 3 5 340, avenue Georges-Clemenceau 6 7 4 Programme Quartett dans le cadre de l’opération Cœur de quartier Secteur des Bizis Programme En Aparté Programme Les Voiles Blanches 354 logements 157 logements 137 logements 44 logements 70 logements Une résidence hôtelière avec 104 studios 55 Locatif social Accession encadrée Accession libre Accession encadrée Locatif social Locatif social Accession libre Locatif socialLocatif social pour étudiants 47 Résidence sociale pour jeunes actifs 50 Locatif social pour étudiants18 Accession encadrée 66 Accession libre 118 Logements privés pour étudiants + 43 26 45 18 25 47 47 88 15 54 Crédit:Nexity Crédit:AFL-Spirit Crédit:GroupeBatiterre Crédit:Domaxis Crédit:Eiffage/PhilippeDubois Crédit:Eiffage/PhilippeDubois Crédit:Boudoin-Bergeron Accession encadrée Locatif social 12, rue Waldeck-Rochet 8 33 logements 20 13 Crédit:ClaireMacel Locatif social Accession libre 26 DOSSIER LA VILLE POURSUIT SES EFFORTS Aperçu non exhaustif des programmes qui sortiront de terre en 2015 et 2016.
  25. 25. 2016 TRIMESTRE 1 TRIMESTRE 2 TRIMESTRE 3 TRIMESTRE 4 1 57, rue Joffre 2 Bd du 17 Octobre 1961 4 Bd des Provinces-Françaises 5 353-357, av. de la République 6 121, rue des Trois-Fontanot 7 Rue Jean-Jaurès et rue Thomas-Lemaître 3 426, avenue de la République 121, rue des Trois-Fontanot57, avenue Joffre 1 68 logements 27 41 Crédit:Bouyguesimmobilier Accession libre Locatif social Bd du 17 Octobre 1961 2 147 logements 33 3183 Crédit:ZundeletCristea/Bouygues 426, av. de la République 3 70 logements Crédit:ToursPromotion,SamyTabet Accession libre Locatif social Locatif social Accession encadrée Accession encadrée Bd des Provinces-Françaises 4 6 129 logements 31 logements 40 49 40 Crédit:Bouyguesimmobilier Crédit:CalqArchitecture Accession libre Accession libre Accession encadrée Locatif social Locatif social Les Hauts de Jardin 19 12 Programme Atrium Programme Green Home Terrasse 9 50 20 353-357, avenue de la République 5 103 logements Crédit:Bouygues/Quadrifiore Locatif social Accession encadrée Programme Les Passages République 50 20 Rue Jean-Jaurès et rue Thomas-Lemaître (ex-Bateau) 7 153 logements Crédit:DR Accession à la propriété Locatif social 95 58 27 DOSSIER
  26. 26. 28 DOMINIQUEJASSIN Un sourire et beaucoup d’altruisme PETIT-NANTERRE ∞ Maïssa Goudy a lancé l’association Le sourire de Neyila pour venir en aide aux personnes hospitalisées et aux sans-abri. Acteur de son quartier EN VILLE ∞ Les conseils de quartiers évoluent. Afin de renforcer la participation des habitants au collectif d’animation de ces instances participatives, un appel à volontaires est lancé. Petit-Nanterre de 33 ans. Elle décide alors de déposerlesstatutsdesapropreassociation.« Je viens toujours en aide aux sans-abri mais, paral- lèlement, j’effectue des visites dans les hôpitaux auprès des personnes seules. » MaïssaGoudyappellesonassociationLesourire de Neyila, en hommage à sa fille qui lui donne l’énergie de se battre tous les jours. Très vite, elle prend contact avec l’hôpital Max-Foures- tieretsigneuneconventiondepartenariatavec l’établissementquisetrouveàcôtédechezelle. Entouréedequelquesamis,Maïssaserenddeux fois par mois au chevet des patients. « Je lance aussi des appels de don sur Facebook quand je vois des enfants malades issus de familles défa- vorisées. » En quelques mois, une quarantaine de bénévoles la rejoignent. Tous effectuent également des maraudes pour apporter de la nourriture et des kits d’hygiène aux sans-abri. « Je suis très surprise de l’engouement autour de moi. Je reçois d’innombrables soutiens. » GUILLAUME GESRET  le sourire de Neyila grâce à l’adaptation constante de ces rendez- vousauxattentesetauxnouveauxbesoinsdes habitants, ainsi qu’aux enjeux de territoire en constante évolution. Cette année, le collectif d’animation chargé de veiller au bon fonctionnement des conseils de quartier, d’établir l’ordre du jour, de fixer les dates de réunions et d’assurer le suivi des pointstraitésestremodelé.Désormais,untiers d’élus, un tiers de citoyens tirés au sort et un tiers d’habitants volontaires le composent. Les habitants qui souhaitent se porter volontaires peuventdéposerleurcandidatureparmail.Une opportunité offerte à tous, pour porter la voix de son quartier. CHRISTELLE GARANCHER Dépôt des candidatures : appelavolontariat.conseilsdequartier@mairie- nanterre.fr. En juin 1977, le conseil municipal de Nanterre créelespremiersconseilsdequartiersd’Europe. Depuis bientôt quarante ans, ils permettent aux habitants de participer activement à la vie de leur quartier. Aménagement, équipements publics, gestion des déchets, transports… tous lessujetsysontabordés.Unelongévitéacquise Il lui a fallu un déclic pour convertir ses bonnes intentions en actes. Maïssa a frôlé la mort l’an dernier. « La maladie m’a aidée à prendre du recul. Cela fait longtemps que je voulais aider les démunis, mais j’étais prise par le travail et les obligations vaines. » En sortant de l’hôpital, elle se rapproche d’un ami qui effectue béné- volement des maraudes dans les rues de Paris. « J’ai rencontré des personnes très humaines. On dit souvent que les gens sont égoïstes, mais ce n’estpasvrai !Entoutcas,pastoutlemonde.J’ai discuté avec des bénévoles qui sont solidaires et généreux. Seulement, ils ne le crient pas sur les toits. » Cette vision positive de la société contri- bue au rétablissement de cette habitante du L’association Le sourire de Neyila effectue des maraudes auprès des SDF et des visites aux malades du Cash. CLAIREROBERT
  27. 27. 29 DR CLAIREMACEL Homme-femme : mode d’emploi Depuis deux ans, la compagnie du Théâtre du bout du monde travaille autour des relations filles-garçons via une pièce d’Aristophane, Lysistrata. PETIT-NANTERRE/CHEMIN-DE-L’ÎLE ∞ La compagnie du Théâtre du bout du monde donne la parole aux jeunes de Nanterre, Asnières et Colombes dans une pièce qui aborde l’épineuse question des relations hommes-femmes. À découvrir samedi 28 février. pouvoir. Une première version de la pièce a été donnée l’an dernier suite à une série d’ateliers menés avec les jeunes fréquentant le centre social Hissez Haut. Dans le spectacle présenté àlasalledesfêtesdeNanterre,lesadolescents donnaient la réplique à quatre comédiens pro- fessionnels et à quatre résidents du Cash. « Le théâtre est une façon de valoriser la parole des jeunes. La mise en scène et le texte leur offrent eneffetuncadre.Ilspeuventainsiexprimerleurs points de vue », explique Philippe Guérin, direc- teur de la compagnie du Petit-Nanterre. Plus loin pour l’égalité Depuis la rentrée de septembre, la troupe du Théâtre du bout du monde a élargi son projet enassociantlecollectifMasquesquiintervient auprès des adolescents de Colombes et d’As- nières. « Nos collègues travaillent davantage sur lacomédieetlejeudemasque,poursuitPhilippe Guérin. Notre sensibilité nous amène, de notre côté, à questionner la citoyenneté des jeunes et à leur offrir une place pour les exprimer. » Une trentaine d’adolescents de Nanterre, Co- lombes et Asnières participent au projet. Tous serassemblerontdurantlesvacancesdefévrier pourcréeruneformethéâtralecommune,qu’ils présenteront à la maison du Chemin-de-l’Île. « Lysistrata reste la trame du spectacle. Mais je peux affirmer que la pièce n’aura plus rien à voir avec la première version. Elle sera le fruit des improvisations et des histoires des jeunes des trois communes. » GUILLAUME GESRET Samedi 28 février à 16 heures, Maison du Chemin-de-l’Île, 61-63, bd du Général-Leclerc. Renseignements : 01 47 84 23 38. Depuis deux ans, le directeur de la compagnie part d’une comédie grecque écrite en 411 avant Jésus-Christ pour réfléchir sur la discrimination et l’équilibre entre les garçons et les filles dans lemonde.Lysistratad’Aristophanemeteneffet en scène des femmes qui se révoltent contre la domination des hommes et prennent le Cœur de quartier : les commerces doivent ouvrir en 2015 ! UNIVERSITÉ ∞ L’Établissement public d’aménagement de La Défense Seine Arche (Epadesa), maître d’ouvrage de l’opération Cœur de quartier, épingle l’enseigne Casino qui semble retarder l’ouverture de sa moyenne surface. de mise en exploitation. Dansuncourrierdatédu17décembre,l’Établis- sement public d’aménagement de La Défense Seine Arche, maître d’ouvrage de l’opération, a rappelé à l’enseigne Casino qu’il était impératif que le supermarché ainsi que les boutiques associées puissent ouvrir dans les meilleurs délais. « Tout retard supplémentaire mettrait en causel’engagementprisparlesdifférentsacteurs du projet d’assurer la continuité commerciale du site », est-il précisé. Les commerces existants doiventeneffetfermeraucoursdel’année2015. S. B. Nanterre info en faisait état dans son numéro de janvier : l’opération Cœur de quartier prévoit l’implantation de 5 390 m² de surfaces com- merciales acquises par Casino, comprenant un supermarchédetaillemoyenneetcinqsurfaces plus petites. Initialement prévue en juin 2015, puis en sep- tembre, l’ouverture du supermarché au public serait désormais annoncée pour le mois de novembre. Sans compter que les autorisations administratives,notammentencequiconcerne l’aménagementd’unétablissementrecevantdu public (ERP), conditionnent également la date Dans le quartier de l’Université, on devine déjà les coques commerciales de Cœur de quartier.
  28. 28. 30 MATHIASGLIKMANS CLAIREMACEL La Mission locale en perm’ CHEMIN-DE-L’ÎLE / UNIVERSITÉ ∞ La Mission locale ouvre deux permanences dans les quartiers pour aider les jeunes à entrer dans la vie active. Place au jeu ! À la Lud’Hoche, trois matinées par semaine sont réservées aux assistantes maternelles et aux enfants dont elles s’occupent. Nadia Dalal, conseillère à la Mission locale. CHEMIN-DE-L’ÎLE ∞ Le jeu rassemble ! Démonstration à la Lud’Hoche, la nouvelle ludothèque du Chemin-de-l’Île. Précisersonsouhaitdeformation,sepréparerà unentretiend’embauche,décrocherunpremier emploi… Dans le parcours semé d’embûches que constitue pour les jeunes l’entrée dans la vie active, le soutien de la Mission locale est précieux. Afin de mieux faire connaître ce ser- vice,despermanencessontmisesenplacedans plusieurs quartiers. Après le Petit-Nanterre en 2003, le Parc en 2007, c’est au tour du Chemin- de-l’Îleetdel’Universitédebénéficierdecenou- veau service. Un jeudi sur deux en alternance, au centre social et culturel des Acacias et à la maison Daniel-Féry, Nadia Dalal, conseillère en insertion professionnelle, reçoit individuelle- ment les jeunes pour les aider à construire leur projet professionnel. « Je m’efforce de les rendre autonomes dans leur recherche d’emploi ou de formation. Ils doivent comprendre que cela met du temps, mais qu’en général ça marche. D’ail- leurs, je croise régulièrement des jeunes que j’ai accompagnés et qui ont décroché un CDI. » Lorsque d’autres freins apparaissent, comme des soucis de santé ou de logement, Nadia oriente son jeune public vers les interlocuteurs EN CHIFFRE 2 007jeunes ont été suivis par la Mission locale en 2014. adaptés. Cette première phase de maturation conduitensuitenaturellementles16-25ansvers la maison mère : la MEF (Maison de l’emploi et de la formation). Place de la Boule, toute une série d’ateliers (simulation d’entretien, rédac- tion de la lettre de motivation et du CV, tech- niquesderecherched’emploi,etc.)sontlàpour les booster. « Et si ils ne sentent pas à l’aise en groupe, ils peuvent toujours revenir me voir ! », ajoute Nadia. Les permanences de la mission locale sont ou- vertes à tous les 16-25 ans non scolarisés avec ou sans rendez-vous. ISABELLE FRUCHARD Les Perm’ de la Mission locale • Centre social et culturel des Acacias, 1, rue des Sorbiers, un jeudi sur deux (semaine impaire), de 14h à 18h. Tél. : 01 47 29 13 12. • Maison Daniel-Féry, 10, boulevard Jules-Mansart, un jeudi sur deux (semaine paire), de 14h à 18h. « JeproposelecolonelMoutarde,avecuncouteau danslacuisine »,formulelentementSaoudatou à ses trois camarades de jeu. Comme tous les mercredis,lesquatrecopinesde10et12ansne rateraient pour rien au monde leur après-midi jeuàlaLud’hoche.Ellesyontdéjàappristoutes sortesdejeux,etcejourlà,avecleCluedo,elles découvrent le plaisir de se glisser dans la peau dudétective.Àlatablevoisine,SamietAymen, cinqans,s’endonnentàcœurjoiepourappuyer leplusvitepossiblesurlasonnetted’HalliGalli, alors que leurs copains du centre de loisirs Arc en ciel ont jeté leur dévolu sur la trousse du docteur et la mallette de bricolage. Ouverte le 18 octobre dernier, au pied d’un des immeubles de l’écoquartier Hoche, la nouvelle Lud’hoche a conquis très vite son jeune public. « Nous avons acheté beaucoup de jeux, plus de 500, et les enfants peuvent maintenant en em- prunter, explique Lucie Verrière, l’une des deux animatrices du lieu. En général, ils sont attirés parceuxqu’ilsconnaissentetc’estànousdeleur en faire découvrir de nouveaux. » Ens’installantdansdeslocauxflambantneufs, laLud’Hocheagrandementgagnéenespace,en luminositéetadoubléseshorairesd’ouvertureà destinationdesdifférentspublics,enfantsbien sûr, mais aussi parents et assistantes mater- nelles. Depuis le mois de janvier, elle sort aussi de ses murs et se rend le jeudi après-midi au foyer des Sorbiers et à la Maison du Chemin- de-l’Île, en alternance. Une façon de susciter des rencontres conviviales autour d’une bonne partie de dames ou de dominos ! ISABELLE FRUCHARD La Lud’Hoche, espace Hoche, 31, avenue de la Commune-de- Paris. Tél. : 09 53 14 07 18. Cotisation : 5 € par an. Soirée jeux de société ouverte à tous, vendredi 13 février de 18h à 21h.
  29. 29. 31 CLAIREMACEL DOMINIQUEJASSIN Son foyer, sa bataille Arrivé en France à neuf ans, ce père de quatre enfants a dû quitter l’appartement familial de la cité Berthelot à la suite de son divorce. Depuisplusdequinzeans,AzouaouAïdhabite dans une petite chambre du foyer Adoma de la rue des Sorbiers, comme 520 autres rési- dents, pour la plupart travailleurs ou retraités migrants. Deux tours de seize étages dont Azouaou Aïd connaît les moindres recoins et les nombreuses failles. Ce matin de début janvier, devant la porte obstinément ouverte d’un des deux ascenseurs du bâtiment A, ce retraité de 64 ans, originaire de Tizi Ouzou, se désespère. « Parfois, les deux ascenseurs sont Azouaou Aïd (à gauche) devant un ascenseur en panne aux côtés d’un autre membre du comité de résidents, Taher Berzaque. CHEMIN-DE-L’ÎLE ∞ Défendre les conditions de vie au foyer des Sorbiers : c’est la lourde tâche qui incombe à Azouaou Aïd, membre du comité de résidents. en panne. L’autre jour, une infirmière est venue pour faire une piqûre d’insuline et a dû grimper quinze étages à pied. Je ne pense pas qu’elle re- vienne une deuxième fois… Il faudrait remplacer cesascenseursquidatentde1969,maisonnous dit que c’est trop cher. Alors on fait du bricolage pourlesréparer,maisçanetientpaslongtemps. » Danslevastehalld’entrée,Azouaousaluedeux messieurs âgés assis sur le radiateur, faute de sièges. « Avant, ici, c’était une salle de télévision avec des fauteuils. On y jouait aux dominos », soupirent-ils. Au service de ses voisins Depuis2006,AzouaouAïdestunintermédiaire précieuxentrelasociétéAdoma,propriétairedu foyer, et les résidents. Avec deux autres loca- taires,ilparticipeaucomitéderésidentsquise tientchaquetrimestre,parfoisplusenfonction desurgences.Àforcedebatailler,ilobtientpar- fois des petites victoires. Ainsi, depuis le mois de février, quatre agents de sécurité ont été recrutés entre 18 heures et 5 heures du matin pour empêcher les intrusions extérieures. « Je ne baisse jamais les bras », confie Azouaou qui a exercé toutes sortes de métiers : magasinier, agentdebureau,commercial…Sonénergietou- joursintacte,illametaujourd’huiauservicede ses nombreux voisins. ISABELLE FRUCHARD Le prix du loyer d’une chambre au foyer des Sorbiers va de 100 € à 471 € en fonction des revenus des résidents. Les berges bucoliques entrent en Seine CHEMIN-DE-L’ÎLE / PETIT-NANTERRE ∞ Sur près de trois kilomètres, entre le pont de Bezons et Rueil-Malmaison, les berges de Seine nanterriennes se refont une beauté. Les trois kilomètres de promenade plantée en borduredefleuveretrouveront,d’iciàmai2016, tout leur attrait. Le conseil général des Hauts- de-Seine vient en effet d’engager des travaux, cofinancés par la ville, de réhabilitation des berges de Seine qui cheminent à Nanterre. Ces aménagementssecaractérisentparlarevégéta- lisationdestalusquiontsouffertdel’érosion,la réhabilitationdelapromenadebasselelongdu fleuve (elle deviendra ainsi accessible à tous), la rénovationd’ouvragesexistantspouroffrirplus depointsdevueetlapréservationdesespaces naturels.Enoutre,146arbres,21 111arbusteset 139 m2 de surface parsemée de plantes semi- aquatiques seront plantés. Ce programme fait partie du projet de recon- quête des 39 kilomètres des berges de Seine dudépartement.Lespremierstravauxontcom- mencé en 2010 avec, entre autres chantiers, la constructiondelapasserellepiétonneauniveau de la darse de la ZAC des Guilleraies. CHRISTELLE GARANCHER 4,5 millions d’euros (hors achats de végétaux), dont 1,327 million financé par la ville de Nanterre, ont été engagés pour rénover les berges de Nanterre. Sur cette photo, la passerelle piétonne construite lors de la première phase des travaux.
  30. 30. 32 La cause du logement

×