QUAND LES MANIFESTANTS S'EMPARENT DE LA VIDÉO À
MOSCOU : COMMUNIQUER OU FAIRE PARTICIPER ?
Perrine Poupin
De Boeck Supérie...
73Quand les manifestants s’emparent de la vidéo à Moscou : communiquer ou faire participer ?
Quand les manifestants s’empa...
participations74
T
out rassemblement protestataire à Moscou donne lieu à la réalisation de
filmsetdephotographiespubliéssu...
Quand les manifestants s’emparent de la vidéo à Moscou : communiquer ou faire participer ? 75
politique de Stanislav Marke...
participations76
différentes7
. Quelques rares travaux sur les mouvements sociaux utilisent
des méthodes d’analyse visuell...
Quand les manifestants s’emparent de la vidéo à Moscou : communiquer ou faire participer ? 77
de décembre 1999, le groupe ...
participations78
rappeurs, les nazis contre les punks. […] Les jeunes d’aujourd’hui
sont de plus en plus intelligents, de ...
Quand les manifestants s’emparent de la vidéo à Moscou : communiquer ou faire participer ? 79
Les rassemblements autorisés...
participations80
J’essaye plutôt de donner mon opinion à la société, puisque mon opinion n’est
pas représentée dans les mé...
Quand les manifestants s’emparent de la vidéo à Moscou : communiquer ou faire participer ? 81
à Internet pour faire un fil...
participations82
La campagne entre dans une phase active en novembre 2009, avec la publication
par le Mouvement d’une vidé...
Quand les manifestants s’emparent de la vidéo à Moscou : communiquer ou faire participer ? 83
Capture d’écran 1 du film de...
participations84
Dans la vidéo, les images, assemblées sans structure dramatique, s’enchaînent
de manière chronologique. L...
Quand les manifestants s’emparent de la vidéo à Moscou : communiquer ou faire participer ? 85
annonce la suspension des tr...
participations86
Captures d’écran 7 et 8 du film de l’action du 19 septembre à Moscou
L’équipe des organisateurs ne donne ...
Quand les manifestants s’emparent de la vidéo à Moscou : communiquer ou faire participer ? 87
Des images et des blogs : un...
participations88
associées aux images du « bunt » (une longue tradition de vastes soulèvements
incontrôlables de la paysan...
Quand les manifestants s’emparent de la vidéo à Moscou : communiquer ou faire participer ? 89
elle provoque des émotions, ...
participations90
transaction avec l’événement a cet enjeu : approuver (ou non) la possibilité d’agir
hors du cadre étroit ...
Quand les manifestants s’emparent de la vidéo à Moscou : communiquer ou faire participer ? 91
La stratégie médiatique oppo...
participations92
Ceci dit, Internet est bien le lieu de nouvelles formes d’expression et de contes‑
tation qui travaillera...
Quand les manifestants s’emparent de la vidéo à Moscou : communiquer ou faire participer ? 93
ne garantissent pas à eux se...
participations94
Després I., 2008, « La réception et la transposition des concepts occidentaux en
Russie. Postmodernisme e...
Quand les manifestants s’emparent de la vidéo à Moscou : communiquer ou faire participer ? 95
Neveu E., 1999, « Médias, mo...
participations96
Perrine Poupin mène une thèse sur l’action protestataire de rue à Moscou
(2008‑2010) au Centre d’étude de...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

QUAND LES MANIFESTANTS S'EMPARENT DE LA VIDÉO À MOSCOU : COMMUNIQUER OU FAIRE PARTICIPER ?

304 vues

Publié le

Publié dans : Médias sociaux, Voyages, Business
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
304
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
1
Actions
Partages
0
Téléchargements
3
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

QUAND LES MANIFESTANTS S'EMPARENT DE LA VIDÉO À MOSCOU : COMMUNIQUER OU FAIRE PARTICIPER ?

  1. 1. QUAND LES MANIFESTANTS S'EMPARENT DE LA VIDÉO À MOSCOU : COMMUNIQUER OU FAIRE PARTICIPER ? Perrine Poupin De Boeck Supérieur | Participations 2013/3 - N° 7 pages 73 à 96 ISSN 2034-7650 Article disponible en ligne à l'adresse: -------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- http://www.cairn.info/revue-participations-2013-3-page-73.htm -------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- Pour citer cet article : -------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- Poupin Perrine, « Quand les manifestants s'emparent de la vidéo à Moscou : communiquer ou faire participer ? », Participations, 2013/3 N° 7, p. 73-96. DOI : 10.3917/parti.007.0073 -------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- Distribution électronique Cairn.info pour De Boeck Supérieur. © De Boeck Supérieur. Tous droits réservés pour tous pays. La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est interdite sauf accord préalable et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit. Documenttéléchargédepuiswww.cairn.info---90.2.199.46-14/01/201418h41.©DeBoeckSupérieur Documenttéléchargédepuiswww.cairn.info---90.2.199.46-14/01/201418h41.©DeBoeckSupérieur
  2. 2. 73Quand les manifestants s’emparent de la vidéo à Moscou : communiquer ou faire participer ? Quand les manifestants s’emparent de la vidéo à Moscou : communiquer ou faire participer ? ›› Perrine Poupin ›› Résumé La multiplication de caméras vidéo, d’appareils photo et d’autres dispositifs numériques a permis aux manifestants, en Russie comme ailleurs, de filmer leurs actions protestataires et de rendre compte de ces événements sur Internet, alors que les médias traditionnels les couvrent peu ou mal. En partant de la production, de la grammaire filmique et de l’usage des images réalisées par des activistes impliqués dans la lutte contre le chantier autoroutier traversant la forêt de Khimki, au nord de Moscou, cet article analyse les attraits et limites de cette prise de parole visuelle pour l’action politique et les collectifs protesta‑ taires en Russie. Documenttéléchargédepuiswww.cairn.info---90.2.199.46-14/01/201418h41.©DeBoeckSupérieur Documenttéléchargédepuiswww.cairn.info---90.2.199.46-14/01/201418h41.©DeBoeckSupérieur
  3. 3. participations74 T out rassemblement protestataire à Moscou donne lieu à la réalisation de filmsetdephotographiespubliéssurInternet.D’unecertainemanière,disent les militants, sans ces images, l’action n’existerait pas. Cette recherche de visibilité n’est pas particulière à la Russie et elle est concomitante d’une forte dépendance des mouvements sociaux vis‑à‑vis des médias (Neveu, 2010). Dans le contexte d’un régime autoritaire comme celui de la Russie actuelle, Internet et les appareils numériques qui permettent de capter des images offrent de nou‑ velles « opportunités médiatiques » (Gamson, 1998, p. 63). Les activistes peuvent aujourd’hui composer leurs propres récits (Cammaerts, 2012). Entre les actions, qui ont une fonction de reconduction périodique de l’existence des groupes (Cefaï, 2007, p. 523), les images construisent des communautés imaginées et des identités publiques (Neveu, 1999) d’opposition au régime. Cette évolution pose un certain nombre de questions dont cet article traite : quel type de vidéos sur les rassemblements réalisent les activistes ? Internet a‑t‑il diminué leur dépen‑ dance vis‑à‑vis des médias ? Quels sont les registres d’expérience et d’activité associés à la production et à la réception des vidéos ? Partons de la rue. En Russie, les pratiques protestataires sont risquées et obtiennent rarement gain de cause. Les rassemblements passent inaperçus dans les médias traditionnels et sont régulièrement dispersés par la police. De faible effectif, dans un climat de méfiance et sans réelle expérience de plura‑ lisme, ils offrent peu l’occasion de nouvelles rencontres avec des non‑activistes. Ces conditions agissent comme autant de stimuli négatifs sur ceux qui veulent rendre visible une protestation, sensibiliser des publics et retourner l’angoisse et l’amertume en colère et en action. Seule une minorité (3 % de la population) participe à des actions de rue1 . Pour la majorité, l’indignation ne se transforme pas en action publique. Elle est peu socialisée et renvoyée à la sphère privée. Le subir engloutit l’agir, de telle sorte que les chocs de la vie sont la source d’une violence improductive (Stavo‑Debauge, 2012). On assiste cependant depuis 2005 à un renouveau, au niveau local, des initiatives protestataires autour du loge‑ ment notamment (Clément, Miriasova, Demidov, 2010). Ces initiatives intéressent peu les mouvements de l’opposition politique2 , qui portent principalement des revendications de type « Poutine, va‑t’en » et contre la répression politique, au détriment des questions sociales. D’autres entités un peu plus larges ont égale‑ ment vu le jour ces dernières années. L’une d’elles s’est constituée à la suite du passage à tabac de jeunes personnes par des policiers à Moscou en avril 2008. Réunissant – contrairement aux habitudes de lutte qui passent par des collectifs isolés – diversesorganisationspolitiques,desmouvementsdesdroitsdel’homme et des individus non « encartés », elle a lancé une campagne contre l’arbitraire de la police. Une partie de la coalition a continué à lutter après le double assassinat [1]  Centre russe d’étude de l’opinion publique WCIOM, http://wciom.ru/index.php?id=459&uid= 113813 (accès le 02/06/2013). [2]  Andreï Demidov, enseignant et militant, http://expert.ru/expert/2012/09/uzkij‑krug/ (accès le 19/05/2013). Documenttéléchargédepuiswww.cairn.info---90.2.199.46-14/01/201418h41.©DeBoeckSupérieur Documenttéléchargédepuiswww.cairn.info---90.2.199.46-14/01/201418h41.©DeBoeckSupérieur
  4. 4. Quand les manifestants s’emparent de la vidéo à Moscou : communiquer ou faire participer ? 75 politique de Stanislav Markelov et d’Anastasia Babourova en janvier 2010 (Comité 19 janvier)3 , puis au sein de la campagne de protestation contre deux arrestations en août 2010 (La Campagne de soutien aux otages de Khimki) dans le cadre d’une lutte contre un chantier autoroutier dans la forêt de Khimki, au nord de Moscou. Dans le cadre de ma thèse, j’ai mené une enquête sur ces coalitions, dans un premier temps hors ligne, puis en ligne, lorsque j’ai compris la relation complexe et complémentaire qui unit ces deux types de communication pour les activistes étudiés. Dans l’espace public russe contraint, Internet est perçu par les activistes comme un outil puissant de communication permettant d’atteindre un vaste public. La liberté de ton y est presque totale – les mécanismes de contrôle existent, mais ils sont ciblés et subtils. Pour certains analystes, Internet constituerait un refuge pour s’exprimer et débattre librement, voire un véritable espace public autonome (Nocetti, 2012). Pour d’autres, la liberté d’informer et de débattre sur Internet est un leurre, une « soupape d’évacuation de la vapeur sociale » tolérée par les autorités qui y verraient une manière de contenir en ligne et de surveil‑ ler la contestation4 . Plusieurs pistes permettent d’aborder ce débat. Je choisis d’en explorer une, en analysant précisément les dynamiques de production et de réception de deux vidéos diffusées sur Internet. Plus largement, je m’interroge‑ rai sur la logique qui préside à cette façon de rendre publics des problèmes, sur les événements médiatiques dont elle est le terrain et l’enjeu, et surtout sur le type d’images qu’elle produit. Je partirai d’abord d’une brève mise en contexte historique de la stratégie médiatique des activistes, qui émerge dans les années 1990. Ensuite, j’ana‑ lyserai deux vidéos dont le style et la technique sont caractéristiques de la production audiovisuelle militante. Ces vidéos, mises en ligne sur YouTube, documentent deux actions de protestation contre la destruction de la forêt de Khimki5 . L’utilisation d’Internet a commencé en 2008 dans cette lutte locale et s’est généralisée en Russie en 2010. Le conflit autour de la protection de la forêt de Khimki est l’exemple le plus connu de ces mobilisations en ligne6 . Mon enquête se situe au croisement d’un double enjeu de traduction : entre socio‑ logie de l’action collective et études visuelles d’un côté, entre Russie et France de l’autre, qui se caractérisent par des figures et des expériences du public [3]  Stanislav Markelov était avocat, activiste de gauche et défenseur des droits de l’homme, et Anastasia Babourova, journaliste stagiaire au journal d’opposition Novaia Gazeta et activiste liber‑ taire. [4]  http://slon.ru/russia/krichite_skolko_ugodno‑417245.xhtml (accès le 18/05/2013). [5]  Ces vidéos sont consultables sur le site de la revue Participations (annexes électroniques de l’article). [6]  Selon l’observation des médias Public.ru, elle constitua le thème de la blogosphère le plus repris par les médias en 2010 et en 2011 (http://www.public.ru/blogsmi  ; http://www.public.ru/ blogsmi2011, accès le 25/12/2012). Documenttéléchargédepuiswww.cairn.info---90.2.199.46-14/01/201418h41.©DeBoeckSupérieur Documenttéléchargédepuiswww.cairn.info---90.2.199.46-14/01/201418h41.©DeBoeckSupérieur
  5. 5. participations76 différentes7 . Quelques rares travaux sur les mouvements sociaux utilisent des méthodes d’analyse visuelle (Philipps, 2012 ; Bloomfield, Doolin, 2012). Ce domaine d’étude est confronté à un étrange paradoxe. Les activistes diffusent quotidiennement des images sur Internet. La parole, ordinaire et activiste, cir‑ cule et passe par des médiations dont certaines sont aujourd’hui structurées par Internet, qui les allonge et les complexifie. Et pourtant, l’étude de ces usages est un chantier de recherche peu exploré (Doerr, Teune, 2008). Des chercheurs ont filmé des rassemblements protestataires dans les années 1970 (Wohlstein, McPhail, 1979 ; Schweingruber, McPhail, 1999), puis l’image a perdu de son inté‑ rêt (Lambelet, 2010 ; Philipps, 2012)8 . J’ai moi‑même filmé des rassemblements à Moscou. L’objet de l’article étant la production filmique activiste, je n’utiliserai pas ici mes propres vidéos, bien que ma pratique de vidéaste ait nourri cette réflexion. Dans un troisième temps, je m’intéresserai au modèle de publicité qui correspond à cette stratégie centrée sur les médias et le recours aux images. La question de la portée politique de ce modèle ne peut être en effet ignorée. Il faut analyser le travail politique accompli dans les vidéos et comprendre dans quelle mesure il reproduit ou non les formes de partage et d’exercice du pouvoir, peu participatives, des activités protestataires à Moscou. Je voudrais montrer dans cet article les apports d’une démarche d’ethnographie en ligne pour la compré‑ hension de l’activisme actuel : elle confronte la promesse d’une communication égalitaire et horizontale par Internet avec les usages réels dans un espace public contraint. L’activisme à l’épreuve d’Internet : promesses et pièges de la preuve par l’image Le marketing politique a fait son apparition en Russie lors de la campagne présidentielle de 1996 et fait aujourd’hui partie du paysage politique russe (Rakhmanova, 2012). Les nouvelles formes de publicité et de communication, opposées au style simpliste de la propagande soviétique, fascinaient les artistes et les activistes, si l’on en croit l’un d’eux, Oleg Kireev (2006, p. 17) : « On avait en permanence l’impression que le PR [les relations publiques] politique, que la polittekhnologia [la technologie politique] était l’instrument essentiel, le nerf cen‑ tral qu’il fallait étudier ». Lors de la campagne pour les élections parlementaires [7]  Dans le cadre d’une recherche menée sur des coalitions contestataires à Moscou entre 2008 et 2010, j’ai utilisé des matériaux visuels et sonores, que j’ai en partie moi‑même produits. Mon choix méthodologique a été celui de partir de la scène de la rue et, à l’aide d’observations partici‑ pantes, de prise d’images en situation et d’entretiens, de saisir les formes d’action et d’expérience dans les rassemblements et les collectifs protestataires. [8]  L’étude de Dennis Zuev (2010) sur les marches nationalistes russes à l’aide de photographies fournit un exemple intéressant d’une analyse visuelle de rassemblements protestataires. Sur un domaine connexe, on peut lire deux articles passionnants sur l’étude d’interventions policières à l’aide des technologies de captation vidéo : Meyer, 2010 ; Viot, Pattaroni, Berthoud, 2010. Documenttéléchargédepuiswww.cairn.info---90.2.199.46-14/01/201418h41.©DeBoeckSupérieur Documenttéléchargédepuiswww.cairn.info---90.2.199.46-14/01/201418h41.©DeBoeckSupérieur
  6. 6. Quand les manifestants s’emparent de la vidéo à Moscou : communiquer ou faire participer ? 77 de décembre 1999, le groupe « Radek », composé d’artistes et d’activistes, avait organisé par exemple une action délibérément médiatique. Celle‑ci faisait suite à une série d’interventions urbaines artistiques à forte teneur politique et plutôt tournées vers la communauté des pairs (on les regroupe sous le nom d’« action‑ nisme moscovite »). Le 7 décembre, le groupe brandit sur le mausolée de Lénine, au pied des murs du Kremlin, une banderole : « Contre tous les partis ! »9 L’action fut retransmise par plusieurs chaînes de télévision d’État, libres à l’époque, invi‑ tées par les artistes. Un participant, Pavel Mikitenko, dit que le leader du groupe, Anatoli Osmolovski, « rêvait qu’en préparant une action claire, inattendue, intel‑ ligente et en la montrant à la télévision, on pouvait changer les mentalités. »10 Après l’action, Anatoli Osmolovski admit cependant que « l’effet médiatique était de courte durée et insuffisant pour changer quelque chose. »11 Ces actions ont ouvert la voie à l’organisation d’autres actions spectaculaires par des activistes et des artistes engagés : les écologistes libertaires « Hraniteli Radugi » et le Parti national‑bolchévique dans les années 1990, puis les groupes « Voina », « Pussy Riot » et antifascistes dans les années 200012 . Le spectacu‑ laire n’a cessé d’être le régime d’action de nombreux groupes. En transmettant le plus largement possible sur Internet l’image de la possibilité de protester et du courage, les collectifs veulent inciter les personnes à agir. L’image chargée d’émotions est à la fois le support et le message. Elle est vue comme un cataly‑ seur de la transformation du public (Bloomfield, Doolin, 2012). Ainsi, ces groupes ne produisent aucune parole politique articulée (Epchtein, 2011). Leurs vidéos évoquent peu le contexte des actions (Poell, Borra, 2012). Activistes et médias : interdépendances › et spectacularisation de l’action politique Aujourd’hui, les médias en ligne et les réseaux sociaux constituent une source d’informations importante pour une population urbaine et cultivée qui ne fait pas confiance aux médias traditionnels (Nenachev, 2010). Internet représente ainsi, par rapport à la période soviétique et les années 1990, une révolution de l’infor‑ mation (Trakhtenberg, 2004) et de l’autorité, comme en témoigne Max Roganov, musicien et artiste moscovite : « Avant, la seule façon de s’émanciper était culturelle. On se bat‑ tait sans raison idéologique, entre bandes. Les punks contre les [9]  Selon la Constitution russe, il était légalement possible jusqu’en 2006 de voter « contre tous les candidats », et dans le cas où la majorité des votes allait à cette mention, les élections devaient être reconduites, avec de nouveaux candidats. [10]  Entretien du 25 octobre 2012. [11]  Ibid. [12]  Pavel Mikitenko, intervention à la conférence « Agir sur la place publique. Les contestations artistiques en Russie depuis les années 1990 », 14 mai 2013, BULAC, Paris. Documenttéléchargédepuiswww.cairn.info---90.2.199.46-14/01/201418h41.©DeBoeckSupérieur Documenttéléchargédepuiswww.cairn.info---90.2.199.46-14/01/201418h41.©DeBoeckSupérieur
  7. 7. participations78 rappeurs, les nazis contre les punks. […] Les jeunes d’aujourd’hui sont de plus en plus intelligents, de moins en moins liés à l’école. […] Sur les forums libres de type imageboard à la base du mouve‑ ment Anonymous, et auxquels participent des personnes de toutes les régions du pays, même les plus reculées, il y a des gens qui com‑ prennent maintenant très bien les choses. »13 Les médias critiques en ligne, appartenant à des holdings médiatiques privés détenus par des agents proches du pouvoir, sont soumis à des pressions plus ou moins directes (Kiriya, 2012). Leurs journalistes sont intimidés et attaqués14 . Ces médias, dépendants de l’audience, sont obligés de faire mention de ce qui s’écrit sur les réseaux sociaux, qui représentent un canal de diffusion majeur. Pour les mêmes raisons, les médias sociaux n’ont pas remis en cause la dépendance des activistes envers les médias professionnels, qui diffusent leurs images (Lysenko, Desouza, 2010). Au contraire, de nombreux activistes embrassent la carrière de journaliste et mettent le travail médiatique au cœur des activités protestataires. Les stratégies de captation de l’attention médiatique sont banalisées. Les mou‑ vements et les médias en ligne interagissent intensivement. Seuls les médias gouvernementaux semblent résister à cette dynamique pour des raisons de loyauté au régime. Le travail journalistique a un impact sur l’action politique. Les médias traitent comme des cas individuels ce qui pourrait être problématisé en enjeux collectifs (Neveu, 1999). Les récits journalistiques sont centrés sur des leaders « authen‑ tiques » qui se voueraient totalement à leur cause, jusqu’au péril de leurs vies. Ces leaders utilisent cette demande médiatique. Sergeï Udaltsov est le leader détenant le record des arrestations en Russie. Pour Ilya Matveev, activiste, « la première chose que vous voyez quand on parle d’un meeting, c’est que Sergeï Udaltsov a été condamné à trois jours de prison pour avoir participé à un mee‑ ting ou à une marche. […] On ne lit pas : il y a une marche qui était contre telle ou telle décision du gouvernement. »15 La « certification médiatique des leaders » (Neveu, 1999, p. 249) renforce les chefs dans leurs organisations. Elle valide la forme organisationnelle traditionnelle en Russie, construite autour de la figure d’un leader et qui exclut les profanes de la prise de parole et de décision. [13]  Entretien du 31 octobre 2012. Le collectif Anonymous est un mouvement d’internautes qui agit de manière anonyme, souvent en vue de défendre la liberté d’expression sur Internet, et par des attaques contre des sites. [14]  Une quarantaine de journalistes ont été assassinés en Russie depuis 2000 selon l’Institut international de la presse (http://journalists‑in‑russia.org/, accès le 20/05/2013). Entre 70 et 80 journalistes seraient chaque année violemment agressés dans le cadre de leurs activités, selon Oleg Panfilov, directeur du Centre du journalisme en situation extrême, un observatoire russe de la presse (http://olegpanfilov.com/?p=3675, accès le 20/05/2013). [15] http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=g9_vPbqh‑Zw# (accès le 25/12/2012). Documenttéléchargédepuiswww.cairn.info---90.2.199.46-14/01/201418h41.©DeBoeckSupérieur Documenttéléchargédepuiswww.cairn.info---90.2.199.46-14/01/201418h41.©DeBoeckSupérieur
  8. 8. Quand les manifestants s’emparent de la vidéo à Moscou : communiquer ou faire participer ? 79 Les rassemblements autorisés par le pouvoir sont peu recensés par les médias. Les actions spectaculaires bénéficient d’une couverture médiatique forte. Pour échapper aux procédures bureaucratiques lourdes, la préfecture permettant rarement la tenue d’actions de rue mobiles (Poupin, 2012), de jeunes activistes antifascistes et libertaires organisent depuis la seconde moitié des années 2000 des actions spontanées, sans passer par une demande d’autorisation. La publi‑ cisation de ces actions est totalement dépendante d’une mise en images et d’une large recension sur Internet et les médias. Le spectaculaire a des atouts : la mise en scène permet de démontrer la force d’un groupe, de s’exposer et de sus‑ citer de l’émotion et de la communion chez des spectateurs à distance (Cossart, Taïeb, 2011, p. 139). En outre, la plupart des activistes ont le sentiment d’être isolés et marginalisés. Dans ce contexte, Internet offre la possibilité de commu‑ niquer directement sans le risque du lien à l’autre. Selon de nombreux activistes : « Les médias parlent [des actions spontanées], les Russes avalent ça comme jamais (la plupart ne vont pas aux meetings et ne veulent pas y aller). Si dans un meeting, 300 personnes écoutent, pour chaque vidéo sur YouTube il y a plusieurs milliers de spectateurs. »16 Chaque recension dans les médias est vue comme une réalisation en soi. La fabrique et la guerre des images : › le prolongement de la politique par d’autres moyens Les images réalisées sont destinées à un usage immédiat. Les vidéo‑activistes sont pour la plupart des vidéastes amateurs : la publication et la diffusion priment sur la recherche de la perfection (Gunthert, 2007). Les vidéos sont montées en un minimum de temps et publiées dans un format qui prend peu de place, une ou deux heures après l’action. La diffusion de techniques bon marché a ouvert aux activistes la possibilité de réaliser leurs propres images et donc de faire eux‑mêmes l’expérience de leur instrumentalisation, domaine aupara‑ vant réservé aux professionnels. Deux positions s’affrontent : « l’agitprop » et le « vidéo‑document ». Le point de départ de « l’agitprop » est une action de rue théâtralisée. Pour Evgeni Legedin, vidéo‑activiste, « l’action doit être a priori spectaculaire et scandaleuse. […] Filmez de petits morceaux, de deux à trois secondes, si la musique est rapide et énergique. Si elle est lente, les morceaux doivent être plus longs. […] Plus la vidéo est courte, plus elle est regardée. »17 Les vidéastes assument leur rupture avec les codes cinématographiques et télé‑ visuels : « Je n’applique pas les codes de la BBC et je ne suis pas journaliste. […] [16]  Utilisateur anonyme, http://anti‑system.livejournal.com/131912.html (accès le 25/12/2012). Je traduis toutes les citations de la langue russe dans cet article. [17]  http://iwknd.ru/2010/10/evgenij‑legedin‑pro‑media‑aktivizm‑na‑kolenochke/#more‑270 (accès le 25/12/2012). Documenttéléchargédepuiswww.cairn.info---90.2.199.46-14/01/201418h41.©DeBoeckSupérieur Documenttéléchargédepuiswww.cairn.info---90.2.199.46-14/01/201418h41.©DeBoeckSupérieur
  9. 9. participations80 J’essaye plutôt de donner mon opinion à la société, puisque mon opinion n’est pas représentée dans les médias nationaux. »18 Dans le cas du « vidéo‑document », les preneurs d’images cherchent à documen‑ ter les actions et la répression policière. Ce « journalisme citoyen » a introduit, comme ailleurs dans les médias en ligne, un déplacement de l’attention « de la violence des protestants vers la violence policière » (Greer, McLaughlin, 2010, p. 1041). L’action policière reste cependant brutale, malgré la présence des médias. La démarche du vidéo‑document est celle du collectif anonyme mosco‑ vite IndyVideo, qui a été le premier en 2002 à s’investir dans le vidéo‑activisme, à constituer des archives en ligne d’actions de rue (en collaboration avec le site Indymedia) et à apprendre aux activistes à filmer leurs actions. Leurs vidéos sont montées dans un ordre chronologique, sans commentaires ni effets spéciaux ni illustration musicale. Il s’agit, selon le collectif, de « montrer l’événement tel qu’il est et permettre au spectateur de choisir lui‑même sa relation avec l’événe‑ ment »19 . Aucun travail de mise en argument, d’interprétation et de publicisation des termes des problèmes n’est mené. La mise en forme, la place du réalisateur et la parole de l’auteur sont minimales dans les productions d’IndyVidéo. Un membre du collectif considère que « le seul momentdepaternité,desubjectivismeoupeut‑êtredemanipulationestlorsqu’on choisit les plans et leur succession. »20 Ce collectif a repris à son compte une posture de surplomb objectif qui est, selon le journaliste Andreï Arkhangleski, « la première exigence attendue des journalistes et des informateurs sérieux ». D’après lui, les « faits objectifs », « cet euphémisme de fonctionnaire », cachent souvent une absence de conviction et de réflexion articulée, ainsi qu’un refus de tout registre critique de la part de l’énonciateur21 . Les vidéos activistes russes font peu sortir les spectateurs des cadres normatifs esthétiques du registre spectaculaire, extrêmement rapide et non impliquant. Elles n’expriment ni un grand « goût tactique » (Jasper, 1997, p. 248) en faveur d’un vidéo‑activisme qui penserait le militantisme, ni un souci didactique en faveur d’une pensée politique articulée. Pour les activistes, la bataille des mots semble illusoire et perdue. L’image vaudrait mieux qu’un texte pour provoquer une discussion dans la société. Les minorités politiques se servent des outils numériques et informatiques pour produire et éditer leur représentation d’elles‑mêmes (Doerr, Teune, 2008), sans l’articuler à un discours construit. L’image amateur est vue par le média‑acti‑ viste Alekseï Radinski « comme l’instrument le plus fort d’émancipation ». Selon lui, il suffirait d’une caméra, d’un ordinateur portable et d’une connexion [18]  Ibid. [19]  http://www.russ.ru/pole/Takticheskie‑media (accès le 25/12/2012). [20]  Ibid. [21]  http://www.vz.ru/columns/2008/4/7/157655.html (accès le 25/12/2012). Documenttéléchargédepuiswww.cairn.info---90.2.199.46-14/01/201418h41.©DeBoeckSupérieur Documenttéléchargédepuiswww.cairn.info---90.2.199.46-14/01/201418h41.©DeBoeckSupérieur
  10. 10. Quand les manifestants s’emparent de la vidéo à Moscou : communiquer ou faire participer ? 81 à Internet pour faire un film : « Dans le cas du documentaire activiste, le plus important, c’est de se trouver au bon endroit et au bon moment. »22 Au final, très peu se hâtent de produire des contenus visuels, qui sont fabriqués par une minorité (Krilovar, 2011 ; Poell, Borra, 2012). Les médias sociaux, quant à eux, reproduisent largement les contenus de la presse en ligne (Kiriya, 2012). La production massive d’images négatives sur les opposants par les acteurs pro‑gouvernementaux sur Internet nuit également à la formulation de débats politiques contradictoires. Dans la rue, à côté de l’administration musclée des manifes­tations protestataires, les acteurs pro‑Kremlin organisent des rassem‑ blements de soutien au pouvoir où les participants sont rémunérés pour leur présence23 .SurInternet,laluttedurégimecontresesdétracteursn’estpasouverte et les techniques sont moins frontales et plus anonymes (Nocetti, 2012). Selon des hackers russes, de grandes sommes seraient consacrées à la délégitimation des opposants, en inondant leurs blogs et sites de vidéos, de photomontages et de commentaires diffamatoires, ou bien en lançant des attaques DDoS (qui gênent le fonctionnement d’un site). Le doute qu’ils sèment dans les esprits a pour objectif de disqualifier Internet comme outil de revendication politique, au profit d’usages marqués par une prédominance du divertissement (Arsène, 2011, p. 897). Ainsi, Internet sert de tribune de mobilisation pour les opposants au pouvoir, tandis que les groupes pro‑Kremlin brouillent leurs messages. La fabrication filmique de deux vidéos d’actions protestataires Une campagne centrée sur les médias Le massif forestier de Khimki est l’une des composantes majeures de la « cein‑ ture verte » entourant Moscou qui a été en partie détruite, puis urbanisée à partir de 1991. Sans concertation publique, le projet d’une autoroute payante reliant Moscou à Saint‑Pétersbourg et coupant la forêt en deux voit le jour en 2006. En 2007, sous l’impulsion d’Evgenia Tchirikova, jeune chef d’entreprise locale, quelques habitants créent le Mouvement de défense de la forêt de Khimki, dont Evgenia devient la porte‑parole. Les défenseurs sont régulièrement intimidés et agressés. Mikhail Beketov, l’éditeur en chef du journal local Khimkinskaia Pravda et vif critique de l’action des autorités municipales et du projet d’autoroute, est brutalement agressé le 14 novembre 2008 au pied de son immeuble. [22]  http://www.artukraine.com.ua/articles/946.html (accès le 25/12/2012). [23]  La vidéo http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=AneiaGrzrGE (accès le 27/05/2013) montre un meeting en faveur de la construction de l’autoroute traversant la forêt de Khimki et la rémunération des participants. Documenttéléchargédepuiswww.cairn.info---90.2.199.46-14/01/201418h41.©DeBoeckSupérieur Documenttéléchargédepuiswww.cairn.info---90.2.199.46-14/01/201418h41.©DeBoeckSupérieur
  11. 11. participations82 La campagne entre dans une phase active en novembre 2009, avec la publication par le Mouvement d’une vidéo sur YouTube réclamant la démission du gouver‑ nement et du Premier ministre Vladimir Poutine, qui vient de signer un arrêt transformant 145 hectares de la forêt protégée en terres exploitables24 . Le 15 juillet 2010, l’abattage des arbres commence, sans aucun document d’auto‑ risation. Jusque‑là, les défenseurs de la forêt ont privilégié des modes d’action habituels : des piquets et des meetings, auxquels se rendent quelques centaines de manifestants. Ils ont écrit des « lettres au pouvoir » – une tradition russe et soviétique – et engagé des actions en justice. La lutte suscite peu d’intérêt : seules quelques publications sur Internet abordent l’agression de Mikhail Beketov25 . La campagne gagne la blogosphère en 2010. Le 16 juillet, des activistes écolo‑ gistes locaux et des militants écologistes et antifascistes moscovites organisent un campement dans la forêt. Il est attaqué le 23 juillet par une quarantaine d’hommes qui sont visiblement, avec leurs masques blancs et leurs tatouages, des hooligans d’extrême droite. Des agents de sécurité de la compagnie d’abat‑ tage ont rejoint les rangs des assaillants. La police présente sur les lieux laisse faire les agresseurs, puis arrête les défenseurs de la forêt26 . En réponse, le 28 juillet, quelques centaines de jeunes activistes et sympathisants de divers mouvements (libertaires, antifascistes, de gauche, écologistes) et des habitants de Khimki se rassemblent au centre de Moscou et mènent à la mairie de Khimki une action spontanée. La première vidéo est réalisée et publiée le soir du 28 juillet sur YouTube par Vitali Chouchkevitch, bloggeur et activiste du mouvement d’opposition libérale Solidarnost27 . Elle rencontre un large écho sur Internet28 . La vidéo dure près de dix minutes. Elle retient le moment le plus intense de l’action, la raison d’être du film, l’action devant le bâtiment de l’administration (cf. capture d’écran 1), puis le retour vers la gare. Devant le bâtiment de l’administration, des manifes‑ tants lancent des pierres et allument des fumigènes, d’autres tirent des coups de pistolet à air comprimé (cf. capture d’écran 2). Sur un mur de l’administration, quelques manifestants écrivent à la bombe : « Nous sauverons la forêt russe » et « Déviez l’autoroute ! » [24]  http://youtu.be/JoTpEFunWAQ (accès le 25/12/2012). [25]  J’ai suivi l’évolution du thème pour la période 2007‑2011 avec le site http://blogs.yandex.ru/ pulse/, qui donne le nombre de publications d’un sujet d’actualité (recherche par mots clés). [26]  Un reportage photo de l’attaque est disponible sur : http://samozahist.org.ua/?p=37425 (accès le 25/12/2012). [27] http://www.youtube.com/watch?v=TqQFtJMBPbc&list=PL7A62E93F808455DF&index=4 (148 163 vues, accès le 27/05/2013). Les captures d’écran que je présente dans cet article sont issues des vidéos. [28]  Le site YouTube a enregistré 147 428 vues (pour chaque adresse d’ordinateur est comptabili‑ sée une vue), 833 évaluations (on peut cliquer sur « J’aime ce contenu », symbolisé par un « pouce vert », ou « Je n’aime pas ce contenu », par un « pouce rouge ») et 1 074 commentaires (sous la vidéo). La vidéo est reprise par de nombreux blogs et médias en ligne. Documenttéléchargédepuiswww.cairn.info---90.2.199.46-14/01/201418h41.©DeBoeckSupérieur Documenttéléchargédepuiswww.cairn.info---90.2.199.46-14/01/201418h41.©DeBoeckSupérieur
  12. 12. Quand les manifestants s’emparent de la vidéo à Moscou : communiquer ou faire participer ? 83 Capture d’écran 1 du film de l’action du 28 juillet à Khimki Capture d’écran 2 du film de l’action du 28 juillet à Khimki L’unique symbole visuel est une banderole déployée devant le cortège : « Nettoyons la forêt russe de l’occupation nazie ! 1941‑2010 », écrite en carac‑ tères cyrilliques slavoniques (cf. capture d’écran 3). Les slogans font appel à la protection de la forêt et à la cohésion du groupe : « Déviez l’autoroute ! », « Arrêtons l’abattage de la forêt ! », « La forêt russe ! », « C’est notre forêt ! », « Tant que nous serons unis, nous serons invincibles ! » Capture d’écran 3 du film de l’action du 28 juillet à Khimki Documenttéléchargédepuiswww.cairn.info---90.2.199.46-14/01/201418h41.©DeBoeckSupérieur Documenttéléchargédepuiswww.cairn.info---90.2.199.46-14/01/201418h41.©DeBoeckSupérieur
  13. 13. participations84 Dans la vidéo, les images, assemblées sans structure dramatique, s’enchaînent de manière chronologique. La vidéo donne à voir longuement le groupe mar‑ chant dans la ville, laissant croire à une véritable occupation de Khimki et le mettant en scène à la manière d’une bande musclée et virile (la majorité des par‑ ticipants sont de jeunes hommes). Ces performances incarnées et contagieuses construisent le personnage de « l’activiste combattant » (Jurris, 2008, p. 78). Dans la longue durée des scènes et des plans, le temps est suspendu. On goûte, comme dit Jean‑Louis Comolli, « à cette fuite du temps qui est à la fois […] accu‑ mulation de réel et évanouissement de sens », « aux vertiges du “temps réel”, trou noir de toute cinématographie » (1997, p. 38). Les mouvements hésitants, saccadés, du vidéaste montrent son émotion dans la situation, prise « sur le vif ». Ces images sont diffusées, partout, jusqu’en Europe – où certains activistes radicaux ont cru à une véritable émeute. Les blogueurs se les approprient et font circuler par les images de fortes émotions, « cette énergie érotique de la lutte qui fait partie intégrante du cinéma militant » (Roth, 2004, p. 35)29 . La démarche du film est de montrer l’enthousiasme des manifestants, qui se veut communicatif, notamment par la diffusion virale des images que favorise Internet. Jamais les participants ne disent directement à la caméra pourquoi ils manifestent. Les images fonctionnent comme des démonstrations de force, cen‑ sées, selon les manifestants, impressionner également les autorités de la ville. Cela tient presque du vœu pieux : le maire de l’époque, Vladimir Streltchenko, ancien colonel ayant combattu en Afghanistan, a la réputation de conduire les affaires de la cité comme en « état de guerre »30 . Le lendemain de l’action, deux porte‑parole informels du mouvement antifasciste, Alexeï Gaskarov et Maxime Solopov, sont arrêtés. Ces arrestations et la campagne publique pour leur libération sont un moment de prise de conscience de l’enjeu politique du conflit autour de la forêt pour différents activistes politiques et des droits de l’homme, blogueurs, députés, musiciens et artistes. À partir du 15 juil‑ let, les médias en ligne multiplient les publications. La campagne s’intensifie et la contestation culmine lorsqu’un meeting‑concert de soutien rassemble environ 3 000 personnes, le 22 août sur la place Pouchkine à Moscou, avec la présence du célèbre chanteur de rock Yuri Chevtchuk31 . Le pic le plus haut des publications sur Internet est alors atteint. Quatre jours plus tard, le Président Dmitri Medvedev [29]  Le terme de « riot porn » est parfois employé par les activistes pour désigner ces images montrant des personnes manifestant, face à une violence policière dure. [30]  Mikhaïl Beketov a accusé le maire d’être derrière le passage à tabac (2008) qui l’a rendu invalide, puis a entrainé sa mort le 8 avril 2013. Un procès est actuellement engagé contre Andreï Tchernychev, un responsable de la mairie qui aurait commandité la tentative d’assassinat en novembre 2010 de Constantin Fetisov, chef de la branche locale du parti d’opposition Russie Juste (http://www.novayagazeta.ru/society/52212.html, accès le 20/05/2013). [31]  http://www.youtube.com/watch?v=OPwQZQB_FhA (23 808 vues, accès le 27/05/2013). Documenttéléchargédepuiswww.cairn.info---90.2.199.46-14/01/201418h41.©DeBoeckSupérieur Documenttéléchargédepuiswww.cairn.info---90.2.199.46-14/01/201418h41.©DeBoeckSupérieur
  14. 14. Quand les manifestants s’emparent de la vidéo à Moscou : communiquer ou faire participer ? 85 annonce la suspension des travaux d’abattage – qui reprennent cependant en décembre. Un mois plus tard, le 19 septembre, un meeting est organisé près de la station de métro Tchistye prudy, pour réclamer la libération des deux activistes. La seconde vidéo ne connaît pas le succès de la précédente32 . Elle est pourtant intéressante car elle est représentative des films montrant des actions autori‑ sées par le pouvoir. Réalisée par l’équipe du quotidien Tchastny korrespondent, dont une partie est membre d’IndyVideo, elle propose une forme esthétique d’enchaînement propre à la démarche du collectif. Dans un premier temps, la vidéo montre le déroulement du meeting. Les manifestants sont séparés physi‑ quement du reste de la rue par des barrières métalliques dont le passage se fait par des portiques détecteurs de métaux (cf. capture d’écran 4). Ensuite, le mee‑ ting implique la présence d’une tribune, lieu principal et habituel de la mise en scène de ce type d’action en Russie (cf. capture d’écran 5). Sous l’estrade, deux banderoles imprimées sont tenues par une dizaine d’activistes. Les mots d’ordre du meeting y figurent : « Arrêtez l’autoroute du massacre ! », « Ils ont pété les plombs ! ». Le film présente certaines déclarations des orateurs, des autorités du monde militant, dont il donne les noms et les positions en sous‑titres (cf. cap‑ ture d’écran 6). Ces déclarations sont montées les unes à la suite des autres, entrecoupées d’applaudissements de la foule. Les dernières images de la vidéo montrent le public qui scande des slogans (cf. captures d’écran 7 et 8). Captures d’écran 4 à 6 du film de l’action du 19 septembre à Moscou [32]  http://www.youtube.com/watch?v=IQ7_tFl6M50&list=PL7A62E93F808455DF (1 734 vues, accès le 27/05/2013). Documenttéléchargédepuiswww.cairn.info---90.2.199.46-14/01/201418h41.©DeBoeckSupérieur Documenttéléchargédepuiswww.cairn.info---90.2.199.46-14/01/201418h41.©DeBoeckSupérieur
  15. 15. participations86 Captures d’écran 7 et 8 du film de l’action du 19 septembre à Moscou L’équipe des organisateurs ne donne en fait pas la parole au public, même sous la forme de questions adressées aux orateurs, les vidéastes non plus, ni sous la forme d’interviews ni par une prise de parole in situ. La parole collective est portée par les orateurs. Le processus d’identification du public est empêché par la distance et l’absence de ce fort liant émotionnel qu’assure la participation. Le public apparaît comme une foule d’individus anonymes, indisponibles, sortes de tâches aveugles sur l’image. Les participants s’expliquent ainsi les raisons du choix d’un cadre de participation fermé : « Si j’ai bien compris, tout cela a été fait pour sauver les gars et tous les moyens sont bons. »33 Mais les jeunes activistes libertaires et antifascistes jugent le dispositif du meeting rigide et ennuyeux. Les actions traditionnelles, contenues, prévisibles et neutralisées, génèrent des sentiments de frustration et de défaite (Juris, 2008, p. 83), comme en témoigne un internaute : « Tu viens à un meeting pour écouter quelqu’un et tu n’as pas la possibilité de dire quelque chose, et en plus sous la surveillance de la police qui enregistre… C’est absurde. »34 Ce type d’action est, selon eux, peu efficace : « Cent supporters de football qui bloquent une route ont plus d’écho. »35 Dans les deux vidéos, l’acte de manifester et celui de filmer sont quasi simulta‑ nés. Les pratiques des vidéastes participent peu à un mouvement d’interrogation politique et esthétique sur les rapports de pouvoir qui se jouent dans la mise en scène militante (le partage des rôles, des espaces et de la parole) et cinémato‑ graphique (les effets de la mise en scène, du cadrage et du montage, la place du spectateur). Changeons maintenant de point d’observation et ressaisissons les sens de l’action du 28 juillet apparus au moment de la réception des images sur Internet. [33] Blogueur id_j1984o (http://maskodagama.livejournal.com/623396.html, accès le 25/12/2012). [34]  Blogueur id_j1984o (http://anti‑system.livejournal.com/131912.html?thread=847944, accès le 25/12/2012). [35]  Ibid. Documenttéléchargédepuiswww.cairn.info---90.2.199.46-14/01/201418h41.©DeBoeckSupérieur Documenttéléchargédepuiswww.cairn.info---90.2.199.46-14/01/201418h41.©DeBoeckSupérieur
  16. 16. Quand les manifestants s’emparent de la vidéo à Moscou : communiquer ou faire participer ? 87 Des images et des blogs : une manière de faire entrer en participation des personnes et des collectifs ? Le pouvoir de l’événement : construction du sens autour › de l’action du 28 juillet sur Internet Dans les interactions en face‑à‑face ordinaires, les personnes évaluent avec une certaine prudence la situation avant de s’exprimer ou d’agir. Sur Internet, l’utilisateur utilise un pseudonyme. Cet effacement énonciatif s’opère au béné‑ fice de points de vue bruts, peu argumentés et désarticulés. Les billets relèvent du registre spontané et d’une mobilisation peu structurée (Arsène, 2011). Sur YouTube, les commentaires sont courts, enthousiastes, agressifs ou insultants. Le type de langage est familier, le ton conflictuel. Peu d’énonciateurs fictifs tentent d’organiser et d’approfondir les débats. Le dispositif constitue moins une arène publique idéale qu’un espace d’interactions complexes entre divers types d’internautes, journalistes et autorités (Arsène, 2011). Sur les blogs et les sites, les discussions sont moins chaotiques et les points de vue plus argumentés que sur YouTube et les plates‑formes Twitter ou Facebook, qui servent davantage à « faire réseau. »36 Le fil de discussion est long. Les blogs et les sites sont agrégés entre eux et les points de vue plutôt homogènes : les personnes sont idéologiquement proches et certaines appartiennent aux mêmes réseaux d’in‑ terconnaissance hors ligne. Lorsque les blogueurs – journalistes professionnels, utilisateurs anonymes ou bien activistes chevronnés – maîtrisent un registre critique, distancé et réflexif, les blogs constituent de véritables plateformes d’analyse et de débat. Ces blogs excellent dans la diffusion restreinte au sein de petits cercles de personnes qui savent où trouver l’information (narrowcasting), mais jouent un rôle mineur dans la large diffusion (broadcasting) (Sobieraj, 2011, p. 175 ; Cammaerts, 2007). Les micro‑récits à la première personne ont rem‑ placé les « grands‑récits » (Poell, Borra, 2012). Sur l’Internet militant, les vidéos du 28 juillet suscitent l’enthousiasme des sympathisants : « Les gars, je n’ai pas de mot. Vous êtes tout simplement super géniaux ! J’ai même versé quelques larmes quand j’ai regardé cette vidéo. »37 De leur point de vue, l’action est un succès : « L’ivresse, l’adrénaline, les flics qui se précipitent, en retard, et ceux qui ont pris peur, la sympathie des specta‑ teurs‑habitants, la recension dans les médias importants. »38 Les vidéos sont [36]  Les Russes seraient les plus gros consommateurs de réseaux sociaux au monde (http://www.inaglobal.fr/numerique/article/la‑russie‑face‑au‑defi‑des‑nouvelles‑technologies, accès le 25/12/2012). [37]  Utilisateur NVH (http://www.antifa.fm/4705.html, accès le 25/12/2012). [38]  Utilisateur a, ibid. Documenttéléchargédepuiswww.cairn.info---90.2.199.46-14/01/201418h41.©DeBoeckSupérieur Documenttéléchargédepuiswww.cairn.info---90.2.199.46-14/01/201418h41.©DeBoeckSupérieur
  17. 17. participations88 associées aux images du « bunt » (une longue tradition de vastes soulèvements incontrôlables de la paysannerie russe) : « Le bunt russe va de l’avant ! »39 Certains Internautes se réfèrent également à la victoire soviétique sur l’Allemagne nazie : « Bravo, les gars ! Nos grands‑pères ont pris Berlin. Vous prendrez le Kremlin ! »40 Le choix du slogan de la « forêt russe » et de l’écriture slavonique ne fait pas l’unanimité. Sur les différents sites et blogs, les utilisateurs construisent collec‑ tivement le sens du slogan incriminé. Le processus d’identification est laborieux. Un des organisateurs de l’action explique dans un grand quotidien qu’il faut prendre ce slogan au second degré : « Nos banderoles, c’est un jeu postmoder‑ niste de sens et de mots. Nous sommes des gars qui avons du goût. »41 L’auteur s’approprie la notion russe de postmodernisme, apparue dans les années 1990 en littérature et qui s’apparente à une anti‑quête de vérité, en contrepoint de l’humanisme de la dissidence et du pseudo‑humanisme du réalisme sovié‑ tique42 . Il reprend à son compte ce jeu de détournement et de brouillage de sens. Certains commentateurs approuvent le slogan : « Bravo, les gars ! Vous êtes de vrais patriotes ! »43 Pour les activistes libéraux et de gauche, le choix de ce slogan est inattendu. Ivan Bolchakov, chargé de la section jeune du parti libé‑ ral‑démocrate Yablako, dit : « L’esthétique de l’événement, les slogans “Sauvons la forêt russe” correspondent davantage à des mouvements nationalistes qu’à des mouvements antifascistes. »44 Sa connotation nationaliste est critiquée, y compris par des sympathisants : « Si j’avais vu ça dans la rue, j’aurais pensé que c’était l’Union slave qui manifeste en utilisant la forêt pour faire progresser la “Russité”. »45 D’autres commentateurs tentent de transformer l’inattendu en quelque chose d’acceptable et de clore le débat : « Le slogan ne doit pas être pris au pied de la lettre, dans un contexte précis, mais comme un signe formel »46  ; « Le fait qu’ils aient usurpé le mot “russe” n’en fait pas une exclusivité pour les fachos. […] Arrêtons ces débats linguistiques politiquement corrects. »47 Finalement, aucune position objectivée sur le patriotisme, thème politique pri‑ mordial en Russie, ne sort de la discussion. Le slogan de la « forêt russe » pose question. Les images de l’action n’en sont pas moins fortes pour autant. Une image n’est pas un texte. Elle est concrète, [39] Utilisateur konung1980 (http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v= uz43yRZ_vUI, accès le 25/12/2012). [40]  Utilisateur dmbsa1, ibid. [41]  http://www.kommersant.ru/doc/1481872 (accès le 25/12/2012). [42]  Sur la notion de postmodernisme russe, voir Després (2008). [43] Utilisateur djerry134 (http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v= uz43yRZ_vUI, accès le 25/12/2012). [44]  http://www.svoboda.org/content/article/2113367.html (accès le 25/12/2012). [45]  Utilisateur Andrei (http://www.antifa.fm/4705.html, accès le 25/12/2012). [46]  Utilisateur Alucard, ibid. [47]  Utilisateur J.W., ibid. Documenttéléchargédepuiswww.cairn.info---90.2.199.46-14/01/201418h41.©DeBoeckSupérieur Documenttéléchargédepuiswww.cairn.info---90.2.199.46-14/01/201418h41.©DeBoeckSupérieur
  18. 18. Quand les manifestants s’emparent de la vidéo à Moscou : communiquer ou faire participer ? 89 elle provoque des émotions, entre en résonance avec un savoir visuel partagé, inscrit dans une sensibilité politique répandue (le patriotisme, le culte de la force) ou un langage visuel commercial (par exemple les vidéos‑annonces de certaines actions imprégnées de la culture du clip et de la publicité). Les actions des jeunes antifascistes reproduisent toujours un même schéma de démonstra‑ tion de force, un modèle viril dominant selon un organisateur du 28 juillet : « Les gars de Khimki posent eux‑mêmes le cadre de la communi‑ cation. Ils sont machos, ils respectent la force et ne respectent pas la loi. Et c’est à la mode dans plusieurs milieux de… merde, dans ce pays, il y a beaucoup de gens qui veulent jouer selon ces règles. Vous ne respectez pas la loi. Nous non plus. Vous aimez faire des démons‑ trations de force. Permettez, nous aussi. Tout le monde a le droit à ses quinze minutes de démonstration de force dans cette société. »48 Selon plusieurs utilisateurs, le choix de la forme de l’action s’est imposé natu‑ rellement. D’abord, l’action n’a pas eu lieu dans la forêt car quelques centaines de policiers, des OMON (la police anti‑émeute), des agents de sécurité et des militants ultranationalistes y auraient frappé et arrêté les manifestants. Or, en l’absence de leaders d’organisation, la violence policière serait passée sous silence. Un activiste explique : « S’il y avait eu Udaltsov, il aurait téléphoné dix fois aux agences de presse […], aurait donné 30 interviews. Mitrokhin aussi. Ils ont une organisation, eux. »49 Les journalistes ne se déplaceraient pas pour une action pacifique : « Dans la forêt, le mari de Tchirikova [la leader du Mouvement] a été attaqué. […] Mais ça, ça n’intéresse personne : il n’y a rien à filmer dans la forêt et il faut amuser les journalistes. »50 Le choix d’une action symbolique est pour eux justifié : « Dans la forêt il y aurait eu des gueules cassées, c’est du masochisme. Alors que là, les gens sont venus. Il n’y a pas eu de victimes. Ils ont organisé une riot, et avec cela éclatante, colorée, savoureuse. »51 Pour une partie des militants démocrates libéraux, l’événement renvoie au passé. Ilia Iachin, un des leaders de l’opposition libérale, dit : « Dans le monde contemporain, la révolution est non violente. […] L’opinion publique ne sera jamais du côté des organisateurs de pogroms. Le temps des bolcheviques est révolu. »52 Pour les partisans de l’action, au contraire, l’événement se situe dans le paysage contemporain des luttes : « Tu as entendu parler de ce qui se passe en Grèce ? Tu penses que là‑bas on écouterait des déclarations pacifiques ? »53 La [48]  Interview d’un meneur antifasciste par le journaliste Oleg Kachin, http://www.kommersant. ru/doc/1481872 (accès le 25/12/2012). [49]  Blogueur sssmirnov (http://maskodagama.livejournal.com/623396.html, accès le 25/12/2012). [50]  Blogueur blancanevies, ibid. [51]  Blogueur Dobriykaban, Ibid. [52]  http://echo.msk.ru/blog/yashin/699136‑echo (accès le 25/12/2012). [53]  Utilisateur IUC (http://www.antifa.fm/4705.html, accès le 25/12/2012). Documenttéléchargédepuiswww.cairn.info---90.2.199.46-14/01/201418h41.©DeBoeckSupérieur Documenttéléchargédepuiswww.cairn.info---90.2.199.46-14/01/201418h41.©DeBoeckSupérieur
  19. 19. participations90 transaction avec l’événement a cet enjeu : approuver (ou non) la possibilité d’agir hors du cadre étroit des actions autorisées. Dans les heures et les jours qui suivent l’événement, lorsqu’il s’agit de le situer dans l’ordre du sens, certains accusent les manifestants d’avoir agi non pas pour la défense de la forêt, mais en réaction à l’attaque du campement par des ultra‑ nationalistes le 28 juillet : il fallait « faire voir qu’on pouvait se montrer en plus grand nombre et poser devant les caméras avec des armes traumatiques. Et bien sûr, il fallait montrer qui est plus russe que les autres. »54 Pour certains, les manifestants ne seraient pas de « vrais » militants politiques : « Il ne faut pas donner l’illusion que ces dix minutes de voyoutisme devant une administration vide, c’était une prise de position citoyenne. […] Une marche et quelques lancers de pierre avec des journalistes invités au préalable, c’est de la gloriole. »55 Après avoir porté notre attention sur les multiples sens des images donnés par les uti‑ lisateurs d’Internet, je montrerai ce que les images circulant sur Internet font au quotidien des activistes et à l’action politique. Le prix de l’épreuve de visibilité et d’une stratégie médiatique La visibilité des activistes sur Internet les expose à des poursuites judiciaires. Le 28 juillet, les policiers, absents, n’ont pas filmé les manifestants. Les caméras de surveillance autour de la mairie, selon plusieurs blogueurs, n’auraient pas fonctionné. L’identification des participants s’est basée sur les seules images que les manifestants ont eux‑mêmes diffusées sur Internet. Certains blogueurs liés aux ultranationalistes ont ensuite révélé sur les réseaux sociaux du camp adverse l’identité de l’un des meneurs, Petr Silaev, qui a quitté le territoire russe et fait encore à ce jour l’objet d’un mandat d’arrêt. Les journalistes et les blogueurs qui ont filmé l’action ont été arrêtés le lendemain et soumis à des interrogatoires. Sur le plan de l’action politique, les investissements des activistes pour capter l’attention des médias impliquent un désinvestissement à l’égard d’un travail militant de terrain (Neveu, 2010, p. 250), par manque de temps et d’intérêt. Les croyances liées aux capacités de « changer la société » par Internet ont redéfini les priorités. Comme dans d’autres pays, les activistes s’adaptent aux besoins des médias (Rucht, 2004) plus qu’ils n’élaborent une stratégie propre. Les réu‑ nions sont destinées prioritairement à préparer les actions. À l’intérieur des organisations, la réflexion et les débats sont étouffés, alors que ces activités sont pourtant capables de façonner un imaginaire, des conduites politiques et de favoriser l’innovation tactique (Sobieraj, 2011). [54]  Utilisateur a, ibid. [55]  Blogueur blancanevies (http://maskodagama.livejournal.com/623396.html, accès le 25/12/2012). Documenttéléchargédepuiswww.cairn.info---90.2.199.46-14/01/201418h41.©DeBoeckSupérieur Documenttéléchargédepuiswww.cairn.info---90.2.199.46-14/01/201418h41.©DeBoeckSupérieur
  20. 20. Quand les manifestants s’emparent de la vidéo à Moscou : communiquer ou faire participer ? 91 La stratégie médiatique oppose les différentes organisations en même temps qu’elle les lie : pour atteindre une visibilité, il faut faire nombre devant les camé‑ ras. Dans les campagnes publiques, les alliances entre mouvements libéraux, écologistes, antifascistes et de gauche sont difficiles. L’unanimisme politique a été intenable lorsque la leader du Mouvement de Khimki y a inclus les nationa‑ listes et les ultranationalistes. Cette approche centrée sur les médias nourrit autant de croyances que de frus‑ trations chez les militants (Barassi, 2009). Les actions spectaculaires ne seraient intelligibles que pour les activistes, dit un internaute : « Les passants hallucinent et ne comprennent pas ce qui se passe. »56 Selon lui, l’idée retransmise par les médias serait « si incompréhensible qu’on [prendrait] les participants pour des timbrés »57 . La stratégie en question est, selon l’activiste Ilya Matveev, une spirale qui mine l’activisme : « Sans une base politique bien organisée, sans des per‑ sonnes qui soient réellement impliquées à faire quelque chose, vous ne pouvez pas faire avancer votre cause. Le média‑activisme est politiquement inefficace. »58 Il est difficile d’évaluer concrètement l’efficacité des mobilisations en ligne et les effets de résonance du web sur l’engagement. La nature des publics civiques concernés est peu aisée à identifier (Arsène, 2011, p. 896). Selon Yaroslav Nikitenko, activiste du Mouvement de défense de la forêt, « la forêt de Khimki a obligé énormément de personnes à réfléchir »59 . Mais seule une vingtaine de non‑activistes sont devenus militants au cours des cinq années de la campagne de défense de la forêt de Khimki. L’activisme en Russie attire peu de personnes, comme le confie Ilya Matveev : « Nous n’avons pas assez d’activistes, nous n’avons pas assez de per‑ sonnes qui nous fassent confiance. [...] C’est pour cela que, dans ce désert de la politique en Russie, les gens se tournent vers les médias pour les utiliser, pour singulariser la politique. »60 Selon une causalité circulaire, l’absence d’activistes et de base sociale invite au choix de la médiatisation. Ce processus ne comble pas, mais creuse le fossé entre les activistes et le reste de la population, entre les leaders ou activistes chevronnés et les activistes de base, qui viennent et qui quittent le mouvement rapidement. La stratégie médiatique fonctionne comme cause et conséquence de l’érosion du militantisme (Neveu, 1999). [56]  Blogueur 4epenoug (http://anti‑system.livejournal.com/131912.html, accès le 25/12/2012). [57]  Ibid. [58]  http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=g9_vPbqh‑Zw#! (accès le 25/12/2012). [59]  Entretien du 11 janvier 2013. [60]  http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=g9_vPbqh‑Zw#! (accès le 25/12/2012). Documenttéléchargédepuiswww.cairn.info---90.2.199.46-14/01/201418h41.©DeBoeckSupérieur Documenttéléchargédepuiswww.cairn.info---90.2.199.46-14/01/201418h41.©DeBoeckSupérieur
  21. 21. participations92 Ceci dit, Internet est bien le lieu de nouvelles formes d’expression et de contes‑ tation qui travailleraient en sourdine et en profondeur la Russie connectée, plutôt insensible à l’activisme traditionnel61 . Internet permet moins, il est vrai, un passage à l’action qu’un engagement ludique et « distancié » (Ion, 1997, p. 81). Mais ces usages participent toutefois, dans un pays où le droit de prendre la parole publiquement sur les scènes médiatique, judiciaire, scientifique et de la rue est limité et où le « refus de participer » (Cefaï et al., 2012, p. 12) est monnaie courante, à un certain apprentissage de l’argumentation et du débat, au‑delà des cercles d’amis et de la famille. Pour de nombreux analystes russes, l’expé‑ rience partagée des médias en ligne est un facteur d’émancipation de la classe moyenne urbaine62 . Ces activités numériques avivent l’irritation, historique et grandissante, des personnes contre le gouvernement. Conclusion Les images activistes sont un bon baromètre de l’esprit public d’une époque et du niveau d’articulation du politique sur le terrain militant63 . Leur étude nous a permis d’en donner quelques critères esthétiques et de dessiner une typologie des engagements politiques dans lesquels elles s’inscrivent. En Russie, l’impé‑ ratif de la résistance dans un environnement hostile et imprévisible précipite toujours les collectifs et les vidéastes dans l’urgence, la compétition et l’expo‑ sition – au lieu de les orienter vers la consolidation interne des mouvements, la réflexion, la mémoire des luttes et la participation. En Russie, les vidéo‑activistes appartenant à la population urbaine et cultivée ont nourri beaucoup de discours et d’espoirs sur la participation de tous, la constitu‑ tion d’un espace public numérique autonome et la remise en cause des autorités par des formes populaires ou cultivées de recours aux images photographiques et filmiques diffusées sur Internet64 . Après plus de dix ans d’Internet militant en Russie, une question demeure plus que jamais d’actualité : comment passer des « ghettos informationnels » des médias d’opposition (Kiriya, 2012) à la vie réelle ? Il ne suffit pas pour ces cercles connectés d’universaliser leur propre désir de société, de croire que les pratiques numériques et le recours à l’image étant ouverts, ils seraient accessibles à tous (Cardon, 2010). Nous avons vu dans cet article que les vidéos activistes telles qu’elles sont produites ne permettent pas aux publics profanes de se plonger dans les conflits et de saisir les enjeux et les ressorts de l’engagement des manifestants. Les images et les énoncés rebelles [61]  http://finam.fm/archive‑view/5245/ (accès le 01/06/13). [62]  http://kinoart.ru/archive/2011/02/n2‑article2 (accès le 01/06/2013). [63]  On peut citer le cas exemplaire du cinéma militant des années qui ont suivi Mai 68 en France (voir dans ce numéro la contribution de Romain Lecler). [64]  Cette situation n’est pas propre à la Russie. L’article d’Anahi Alviso‑Marino dans ce dossier traite le cas de photographes engagés dans les mouvements de protestation au Yémen. Documenttéléchargédepuiswww.cairn.info---90.2.199.46-14/01/201418h41.©DeBoeckSupérieur Documenttéléchargédepuiswww.cairn.info---90.2.199.46-14/01/201418h41.©DeBoeckSupérieur
  22. 22. Quand les manifestants s’emparent de la vidéo à Moscou : communiquer ou faire participer ? 93 ne garantissent pas à eux seuls l’émancipation. Les images sont absorbées par des logiques de mise en spectacle (Poell, Borra, 2012) et de marketing politique, qui sont mises en place en Russie depuis les années 1990. Cette manière de se rendre visible par la production d’événements médiatiques met en scène sur Internet des opposants au système. Mais la mise en arguments et en images n’est que superficielle, elle n’est compréhensible que par un petit cercle d’ini‑ tiés. Cette « stratégie de publicisation » des causes (Cefaï, 2007, p. 495) néglige, dans l’action et dans l’image, la parole et le contact avec les « sans voix ». Dans l’espace social atomisé, elle oublie d’articuler ces voix, par le bas, en un « nous », qui fait cruellement défaut dans les projets politiques des opposants au régime. Bibliographie Arsène S., 2011, « De l’autocensure aux mobilisations. Prendre la parole en ligne en contexte autoritaire », Revue française de science politique, 61 (5), p. 893‑915. Barassi V., 2009, « Mediating Political Action. Internet related Beliefs and FrustrationsamongstInternationalSolidarityCampaingsinBritain »,Digithum, 11,http://openaccess.uoc.edu/webapps/o2/bitstream/10609/2473/1/barassi_ eng.pdf (accès le 19/03/2013). Bloomfield B. P., Doolin B., 2012, « Symbolic Communication in Public Protest Over Genetic Modification. Visual Rhetoric, Symbolic Excess, and Social Mores », Science Communication, 20 (10), p. 1‑26. Cammaerts B., 2007, « Media and communication strategies of glocalized acti‑ vists. Beyond media‑centric thinking », in Cammaerts B., Carpentier N. (dir.), Reclaiming the Media. Communication rights and expending democratic media roles, Bristol, Intellect, p. 265‑288. Cammaerts B., 2012, « Protest logics and the mediation opportunity structure », European Journal of Communication, 27 (2), p. 117‑134. Cardon D., 2010, « Pourquoi l’internet n’a‑t‑il pas changé la politique ? », http:// www.internetactu.net/2010/10/07/dominique‑cardon‑pourquoi‑linter‑ net‑na‑t‑il‑pas‑change‑la‑politique/ (accès le 19/03/2013). Cefaï D., Carrel M., Talpin J., Eliasoph N., Lichterman P., 2012, « Ethnographies de la participation », Participations, 3 (4), p. 7‑48. Cefaï D., 2007, Pourquoi se mobilise‑t‑on ? Les théories de l’action collective, Paris, La Découverte. Clément C., Miriasova O., Demidov A., 2010, De l’homme simple à l’activiste. Les mouvements sociaux naissants dans la Russie contemporaine (en russe), Moscou, Tri kvadrata. Comolli J.‑L., 1997, « La grève filmée par les grévistes eux‑mêmes », Images documentaires, 28, p. 35‑44. Cossart P., Taïeb E., 2011, « Spectacle politique et participation. Entre médiatisa‑ tion nécessaire et idéal de la citoyenneté », Sociétés & Représentations, 31 (1), p. 137‑156. Documenttéléchargédepuiswww.cairn.info---90.2.199.46-14/01/201418h41.©DeBoeckSupérieur Documenttéléchargédepuiswww.cairn.info---90.2.199.46-14/01/201418h41.©DeBoeckSupérieur
  23. 23. participations94 Després I., 2008, « La réception et la transposition des concepts occidentaux en Russie. Postmodernisme et post‑modernité », in Martin S. (dir.), Circulation des concepts entre Occident et Russie, Lyon, ENS LSH, http://institut‑est‑ouest. ens‑lyon.fr/spip.php?article142 (accès le 19/03/2013). Doerr N., Teune S., 2008, « Visual Codes in Movement. When the Protest Imagery HitstheEstablishment »,http://protestkuriosa.files.wordpress.com/2008/05/ doerr‑teune.pdf (accès le 19/03/2013). Epchtein A., 2011, « L’art‑activisme en l’absence d’espace public. Le groupe Voina : de la naissance à la renommée nationale » (en russe), Neprikosnovennyj zapac, 79 (5), http://magazines.russ.ru/nz/2011/5/e10.html (accès le 19/03/2013). Gamson W. A., 1998, « Social Movements and Cultural Change », in Giugni M. G., McAdam D., Tilly C. (dir.), From Contention to Democracy, Rowman & Littlefield Publishers, Maryland, p. 57‑77. Greer C., McLaughlin E., 2010, « We predict a riot ? Public Order Policing, New Media Environments and the Rise of Citizen Journalist », British Journal of Criminology, 50 (6), p. 1041‑1059. Gunthert A., 2007, « Que nous disent les images contemporaines ? », http:// www.savoirs.essonne.fr/thematiques/les‑technologies/communication‑tic/ que‑nous‑disent‑les‑images‑contemporaines (accès le 19/03/2013). Ion J., 1997, La fin des militants ?, Paris, Éditions de l’Atelier. Jasper J., 1997, The Art of Moral Protest. Culture, Biography, and Creativity in Social Movements, University of Chicago Press, Chicago. Juris J. S., 2008, « Performating politics. Image, embodiment, and affective solida‑ rity during anti‑corporate globalization protests », Ethnography, 9 (1), p. 61‑97. Kireev O., 2006, Le livre de recettes du media‑activiste (en russe), Moscou, Ultra Kultura. Krilovar A., 2011, « La dévaluation du média‑activisme. Du DIY au "J’aime" » (en russe), http://www.culturalresearch.ru/ru/media/73‑devact (accès le 19/03/2013). Kiriya I., 2012, « Les réseaux sociaux comme outil d’isolation politique en Russie », Journal of Communication Studies, 5(9), p. 193‑207. Lambelet A., 2010, « Analyser les rassemblements au moyen de photographies ou de films. Pistes et enjeux », ethnographiques.org, 21, http://www.ethnogra‑ phiques.org/2010/Lambelet (accès le 19/03/2013). Lysenko V., Desouza K., 2010, « Cyberprotest in contemporary Russia. The cases of Ingushetiya.ru and Bakhmina.ru », Technological Forecasting & Social Change, 77, p. 1179‑1193. Meyer M., 2010 « Copwatching et perception publique de la police. L’intervention policière comme performance sous surveillance », ethnographiques.org, 21, http://www.ethnographiques.org/2010/Meyer (accès le 19/03/2013). Nenachev M., 2010, L’illusion de la liberté. Les médias russes dans une époque de changement (1985‑2009) (en russe), Moscou, Logos. Documenttéléchargédepuiswww.cairn.info---90.2.199.46-14/01/201418h41.©DeBoeckSupérieur Documenttéléchargédepuiswww.cairn.info---90.2.199.46-14/01/201418h41.©DeBoeckSupérieur
  24. 24. Quand les manifestants s’emparent de la vidéo à Moscou : communiquer ou faire participer ? 95 Neveu E., 1999, « Médias, mouvements sociaux, espaces publics », Réseaux, 17 (98), p. 17‑85. Neveu E., 2010, « Médias et protestation collective », in Fillieule O., Agrikoliansky E., Sommier I. (dir.), Penser les mouvements sociaux, La Découverte, Paris, p. 245‑264. Nocetti J., 2012, « Le Web en Russie. De la virtualité à la réalité politique ? », Russie.Nei.Reports, 10 (en ligne). Philipps A., 2012, « Visual protest material as empirical data », Visual communi‑ cation, 11 (1), p. 3‑21. Poell T., Borra E., 2012, « Twitter, YouTube, and Flickr as platforms of alterna‑ tive journalism. The social media account of the 2010 Toronto G20 protests », Journalism, 13 (6), p. 695‑713. Poupin P., 2012, « “Démocratie dirigée” et manifestations protestataires de rue à Moscou. Quelle partition joue la police ? », The Journal of Power Institutions in Post‑Soviet Societies, 13, http://pipss.revue.org/3921 (accès le 19/03/2013). Rakhmanova T., 2012, Au cœur du pouvoir russe. Enquête sur l’empire Poutine, Paris, La Découverte. Roth L., 2004, « L’énergie érotique de la lutte. L’expérience du “Ciné‑Citoyen” », CinémAction, 110, p. 33‑37. Rucht D., 2004, « The Quadruple “A”. Media Strategies of Protests Movements since the 1960s », in van de Donk W., Loader B. D., Nixon P. G., Rucht D. (dir.), Cyber Protest. New Media, Citizens and Social Movements, Routledge, London. Schweingruber D., McPhail C., 1999, « A Method for Systematically Observing and Recording Collective Action », Sociological Methods and Research, 27 (4), p. 451‑498. Sobieraj S., 2011, Soundbitten. The perils of media‑centered political activism, New York University Press. Stavo‑Debauge J., 2012, « Des “événements” difficiles à encaisser. Un prag‑ matisme pessimiste », in Cefaï D., Terzi C. (dir.), L’expérience des problèmes publics, Paris, EHESS, p. 191‑223. Trakhtenberg A. D., 2004, « La révolution de l’information et la fracture infor‑ mationnelle : Que se passe‑t‑il en Russie ? » (en russe), Rapport annuel scientifique de l’institut de philosophie et de droit du Département de l’Oural de l’Académie des Sciences de Russie, 5, p. 329‑343. Viot P., Pattaroni L., Berthoud B., 2010, « Voir et analyser le gouvernement de la foule en liesse. Éléments pour l’étude des rassemblements festifs à l’aide de matériaux sonores et visuels », ethnographiques.org, 21, http://www.ethno‑ graphiques.org/2010/Viot,Pattaroni,Berthoud (accès le 19/03/2013). Wohlstein R., McPhail C., 1979, « Judging the Presence and Extent of Collective Behavior from Film Records », Social Psychology Quarterly, 42, p. 76‑81. Zuev D., 2010, « A Visual Dimension of Protest. An Analysis of Interactions during the Russian March », Visual Anthropology, 23, p.221‑253. Documenttéléchargédepuiswww.cairn.info---90.2.199.46-14/01/201418h41.©DeBoeckSupérieur Documenttéléchargédepuiswww.cairn.info---90.2.199.46-14/01/201418h41.©DeBoeckSupérieur
  25. 25. participations96 Perrine Poupin mène une thèse sur l’action protestataire de rue à Moscou (2008‑2010) au Centre d’étude des mouvements sociaux et au Centre d’études des mondes russe, caucasien et centre‑européen (EHESS, Paris). Elle analyse les situations de rassemblement et de rencontre dans les actions de rue et pro‑ pose une micropolitique de l’expérience protestataire dans les espaces publics de Moscou et le quotidien des manifestants. Elle a publié en 2012 : « “Démocra‑ tie dirigée” et manifestations protestataires de rue à Moscou : quelle partition joue la police ? », The Journal of Power Institutions in Post‑Soviet Societies, 13, http://pipss.revue.org/3921. Mots clés visuel, activisme, mobilisations collectives, Russie, Khimki, Internet Abstract – When activists mobilize images in Moscow: communication or participation? Nowadays video cameras and other digital devices are widely used in Russia as it is elsewhere. Activists can shoot their actions and report the events on the Internet, although mainstream media don't provide any coverage or only a bad one. Analysing the production, the film grammar and the use of images produced by activists who campaigned against the project of a freeway passing through the nearby Khimki forest, in the Moscow outskirts, this article explores the advantages and limits of this digital visual voice for political action and protest groups in Russia. Keywords visual analysis, protest, Russia, Khimki forest, Internet Documenttéléchargédepuiswww.cairn.info---90.2.199.46-14/01/201418h41.©DeBoeckSupérieur Documenttéléchargédepuiswww.cairn.info---90.2.199.46-14/01/201418h41.©DeBoeckSupérieur

×