Chapitre 22
LE SALUT ET LA
RELATION SAINTE
III. La raison et les
formes d’erreur (1)
L’introduction de la raison dans le
s...
Chapitre 22
LE SALUT ET LA
RELATION SAINTE
III. La raison et les
formes d’erreur (2)
Toute la continuité de l’ego dépend d...
Chapitre 22
LE SALUT ET LA
RELATION SAINTE
III. La raison et les
formes d’erreur (3)
La raison en elle-même n’est pas le
s...
Chapitre 22
LE SALUT ET LA
RELATION SAINTE
III. La raison et les
formes d’erreur (4)
Seule la forme de l’erreur attire l’e...
Chapitre 22
LE SALUT ET LA
RELATION SAINTE
III. La raison et les
formes d’erreur (5)
La raison te dira que la forme de l’e...
Chapitre 22
LE SALUT ET LA
RELATION SAINTE
III. La raison et les
formes d’erreur (6)
Ces yeux, faits pour ne pas voir, ne
...
Chapitre 22
LE SALUT ET LA
RELATION SAINTE
III. La raison et les
formes d’erreur (7)
Seules les erreurs ont des formes
dif...
Chapitre 22
LE SALUT ET LA
RELATION SAINTE
III. La raison et les
formes d’erreur (8)
Ne laisse pas la forme de ses erreurs...
Chapitre 22
LE SALUT ET LA
RELATION SAINTE
III. La raison et les
formes d’erreur (9)
Une relation sainte, même née tout
ré...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

III. La raison et les formes d’erreur

148 vues

Publié le

Un cours en Miracles - Le Texte
UCEM
Chapitre 22 - LE SALUT ET LA RELATION SAINTE

Publié dans : Spirituel
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
148
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

III. La raison et les formes d’erreur

  1. 1. Chapitre 22 LE SALUT ET LA RELATION SAINTE III. La raison et les formes d’erreur (1) L’introduction de la raison dans le système de pensée de l’ego est le commencement de son défaire, car la raison et l’ego sont contradictoires. Il n’est pas possible non plus qu’ils coexistent dans ta conscience. Car le but de la raison est de rendre clair, et donc évident. Tu peux voir la raison. Ce n’est pas une façon de parler, car là est le commencement d’une vision qui a une signification. La vision est sens, littéralement. Si ce n’est pas la vue du corps, elle doit être comprise. Car elle est claire, et ce qui est évident n’est pas ambigu. Elle peut être comprise. Et c’est là que la raison et l’ego se séparent, pour aller chacun de son côté.
  2. 2. Chapitre 22 LE SALUT ET LA RELATION SAINTE III. La raison et les formes d’erreur (2) Toute la continuité de l’ego dépend de sa croyance que tu ne peux pas apprendre ce cours. Partage cette croyance et la raison sera incapable de voir tes erreurs et de faire de la place pour leur correction. Car la raison voit à travers l’erreur en te disant que ce que tu pensais réel ne l’est pas. La raison peut voir la différence entre le péché et les erreurs, parce qu’elle veut la correction. Par conséquent, elle te dit que ce que tu pensais incorrigible peut être corrigé, et que ce devait donc être une erreur. L’opposition de l’ego à la correction mène à sa fixe croyance dans le péché, et à sa négligence de l’erreur. Il ne voit rien qui puisse être corrigé. Ainsi l’ego condamne, et la raison sauve.
  3. 3. Chapitre 22 LE SALUT ET LA RELATION SAINTE III. La raison et les formes d’erreur (3) La raison en elle-même n’est pas le salut, mais elle fait de la place pour la paix et t’amène à un état d’esprit dans lequel le salut peut t’être donné. Le péché est un bloc, installé comme une lourde grille, verrouillée et sans clef, barrant la route vers la paix. Nul qui le regarde sans l’aide de la raison ne tenterait de le passer. Les yeux du corps le voient comme du granit, solide et si épais que ce serait folie d’essayer de le passer. Or la raison voit facilement à travers parce que c’est une erreur. La forme qu’il prend ne peut dissimuler son vide aux yeux de la raison.
  4. 4. Chapitre 22 LE SALUT ET LA RELATION SAINTE III. La raison et les formes d’erreur (4) Seule la forme de l’erreur attire l’ego. Il ne reconnaît pas la signification, et il ne voit pas si elle est là ou non. Tout ce que les yeux du corps peuvent voir est une faute, une erreur de perception, un fragment distordu du tout sans la signification que le tout donnerait. Et pourtant les erreurs, peu importe leur forme, peuvent être corrigées. Le péché n’est qu’une erreur sous une forme particulière que l’ego vénère. Il voudrait préserver toutes les erreurs et en faire des péchés. Car là est sa propre stabilité, son ancre pesante dans le monde mouvant qu’il a fait; la pierre sur laquelle est bâtie son église, et où ses adorateurs sont liés à des corps, croyant que la liberté du corps est la leur.
  5. 5. Chapitre 22 LE SALUT ET LA RELATION SAINTE III. La raison et les formes d’erreur (5) La raison te dira que la forme de l’erreur n’est pas ce qui en fait une erreur. Si ce que la forme dissimule est une erreur, la forme ne peut en prévenir la correction. Les yeux du corps ne voient que la forme. Ils ne peuvent pas voir au-delà de ce qu’ils ont été faits pour voir. Ils ont été faits pour regarder l’erreur et ne pas voir plus loin. C’est certes une étrange perception que la leur, car ils ne peuvent voir que les illusions, incapables de regarder plus loin que le bloc de granit du péché, s’arrêtant à la forme extérieure de rien. Pour cette forme de vision distordue, l’extérieur de toute chose, le mur qui se dresse entre toi et la vérité, est entièrement vrai. Or comment une vue qui s’arrête au néant, comme si c’était un mur solide, peut-elle voir véritablement? Car elle est retenue par la forme, ayant été faite pour garantir que rien d’autre que la forme ne sera perçu.
  6. 6. Chapitre 22 LE SALUT ET LA RELATION SAINTE III. La raison et les formes d’erreur (6) Ces yeux, faits pour ne pas voir, ne verront jamais. Car l’idée qu’ils représentent n’a pas quitté son faiseur, et c’est leur faiseur qui voit par eux. Quel était le but de son faiseur, sinon de ne pas voir? Pour cela, les yeux du corps sont de parfaits moyens, mais pas pour voir. Vois comme les yeux du corps se posent sur l’extérieur des choses sans pouvoir aller au-delà. Regarde comme ils s’arrêtent au néant, incapables d’aller par-delà la forme jusqu’à la signification. Rien d’aussi aveuglant que la perception de la forme. Car la vue de la forme signifie que la compréhension a été obscurcie.
  7. 7. Chapitre 22 LE SALUT ET LA RELATION SAINTE III. La raison et les formes d’erreur (7) Seules les erreurs ont des formes différentes, et c’est ainsi qu’elles peuvent tromper. Tu peux changer la forme parce qu’elle n’est pas vraie. Elle ne pourrait pas être la réalité parce qu’elle peut être changée. La raison te dira que si la forme n’est pas la réalité, elle doit être une illusion et elle ne peut être vue. Et si tu la vois, tu dois faire erreur, car tu vois ce qui ne peut pas être réel comme si ce l’était. Ce qui ne peut voir au-delà de ce qui n’est pas là doit être une perception distordue, et doit percevoir les illusions comme étant la vérité. Pourrait-elle, donc, reconnaître la vérité ?
  8. 8. Chapitre 22 LE SALUT ET LA RELATION SAINTE III. La raison et les formes d’erreur (8) Ne laisse pas la forme de ses erreurs te garder loin de celui dont la sainteté est tienne. Ne laisse pas la vision de sa sainteté, dont la vue te montrerait ton pardon, t’être cachée par ce que les yeux du corps peuvent voir. Ne laisse pas la conscience que tu as de ton frère être bloquée par ta perception de ses péchés et de son corps. Qu’y a-t-il en lui que tu voudrais attaquer, sinon ce que tu associes à son corps, que tu crois capable de pécher? Au-delà de ses erreurs est sa sainteté et ton salut. Tu ne lui as pas donné sa sainteté, mais tu as tenté de voir tes péchés en lui pour te sauver toi-même. Et pourtant, sa sainteté est ton pardon. 8 Peux-tu être sauvé en rendant pécheur celui dont la sainteté est ton salut?
  9. 9. Chapitre 22 LE SALUT ET LA RELATION SAINTE III. La raison et les formes d’erreur (9) Une relation sainte, même née tout récemment, doit estimer la sainteté par- dessus tout. Des valeurs non saintes produiront la confusion, et dans la conscience. Dans une relation non sainte, chacun est estimé parce qu’il semble justifier le péché de l’autre. Chacun voit dans l’autre ce qui le pousse à pécher contre sa volonté. Ainsi il impose à l’autre ses péchés et il est attiré vers lui pour perpétuer ses péchés. Et ainsi il doit devenir impossible pour chacun de se voir soi-même comme causant le péché par son désir que le péché soit réel. Or la raison voit une relation sainte telle qu’elle est : un état d’esprit commun, où les deux sont heureux de remettre l’erreur à la correction, afin que les deux puissent être guéris joyeusement en ne faisant qu’un.

×