Bibliodiversité et multilinguisme

664 vues

Publié le

Intervention aux rencontres Médici 2015 à Marseille
http://medici2015.sciencesconf.org/resource/page/id/1

Page de couverture (c) Revue Bibliodiversity
http://www.alliance-editeurs.org/-revue-bibliodiversity-?lang=fr

Publié dans : Sciences
0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
664
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
7
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Bibliodiversité et multilinguisme

  1. 1. Bibliodiversité et multilinguisme Marin Dacos – Centre pour l’édition électronique ouverte - Directeur octobre 2015 - Marseille
  2. 2. Fréquentation mondiale
  3. 3. Fréquentation européenne
  4. 4. Situation linguistique sur Revues.org • Données issues des articles  FR : 84,5%  EN : 7%  ES : 4%  PT : 2%  IT : 1%  DE : 0,8%  Autres : 0,6% • Langue déclarée par revue (hors FR) :  EN : 108 revues  PT : 28 revues  DE : 12 revues  IT : 16 revues -> à l’avenir, tendance vers plus de multilinguisme
  5. 5. Pays de publication
  6. 6. Situation linguistique • Livres sur OpenEdition Books  FR : 79,5% (2003 livres)  ES : 10,88% (274 livres)  EN : 7% (176 livres)  IT : 1,6% (40 livres)  DE : 1% (26 livres) • Carnets Hypothèses :  FR : 75% (1200 carnets)  DE : 10% (137 carnets)  EN : 8,5% (115 carnets)  ES : 2,6% (35 carnets)  PT: 1,3% (17 carnets)  IT : 1,2% (16 carnets) • Chaque plateforme a ses aires linguistiques privilégiées
  7. 7. Notre stratégie internationale • Avoir des plateformes multilingues • Produire de la circulation entre les plateformes et les contenus • Profiter, par exemple, de l’attractivité d’Hypothèses en Allemagne – pour apporter plus de visiblité à nos revues et à nos livres en Allemagne : par des liens, syndication de contenus, circulation du lectorat. – Pour apporter plus de contenus allemands à nos autres plateformes, Revues.org et OpenEdition Books en priorité
  8. 8. Un stratégie de rayonnement international
  9. 9. Un stratégie de rayonnement international
  10. 10. Un stratégie de rayonnement international
  11. 11. • Il s’agit, jusque-là, d’une stratégie de plateforme : – Jouer sur la synergie entre les contenus – S’appuyer sur la masse critique • Mais cela ne suffira pas. • L’obstacle de la langue persiste : comment éviter que les allemands ne lisent que de l’allemand? Les italiens que de l’italien? Etc.
  12. 12. Fréquentation par revue
  13. 13. Revues les plus consultées en septembre 2015 Lectures Polis Cybergeo Nuevo Mundo Vertigo Communic° & organisation Dvpt durable & territoire Echogéo Confins 1er pays de consultation France Mexique France Etats-Unis France France France France Brésil 2e pays de consultation Etats-Unis Colombie Etats-Unis Argentine Etats-Unis Etats-Unis Etats-Unis Etats-Unis France 3e pays Allemagne Etats-Unis Chine Mexique Canada Canada Canada Canada Etats-Unis 4e pays Belgique Argentine Canada France Allemagne Allemagne Allemagne Belgique Allemagne 5e pays Suisse Chili Allemagne Allemagne Chine Maroc Belgique Italie Chine 6e pays Canada Equateur Pays-Bas Colombie Côte d'Ivoire Belgique Maroc Mexique Japon 7e pays Chine Allemagne Belgique Brésil Algérie Cameroun Algérie Chine Portugal Lectures Polis Cybergeo Nuevo Mundo Vertigo Communic° & organisation Dvpt durable & territoire Echogéo Confins Langue des articles FR ES FR + EN ES + FR FR FR FR FR PT + FR
  14. 14. Leçon n°1 : le premier lectorat – La langue des articles est déterminante pour attirer le premier lectorat. – Le lectorat francophone lit des articles en langue française, – Le lectorat hispanophone lit des articles en langue espagnole, – Le lectorat anglophone lit des articles en langue anglaise.
  15. 15. Leçon n°2 : le deuxième lectorat – Le 2e lectorat semble être constitué par des personnes dont la 2e ou la 3e langue est la langue de l’article. Exemple : ÉU pour FR et ES. – La lecture n’est, a priori, pas l’enjeu initial : il faut d’abord que le texte soit découvert par le lecteur – Une fois le texte découvert, le lecteur peut lire dans la langue originale ou se faire aider par un humain / une machine / les deux, pour parvenir à lire – La bataille de l’attention venant du 1er lectorat est gagnée. En revanche, il semble possible, et nécessaire, d’améliorer l’accès du 2e lectorat aux articles.
  16. 16. Leçon n°3 : le troisième lectorat – Le 3e lectorat est le lectorat qui ne nous parvient pas. Il est totalement hors radar. Il ne consulte pas nos contenus. – La lecture n’est, a priori, pas l’enjeu initial : il faut d’abord que le texte soit découvert par le lecteur – Comment l’attirer?
  17. 17. Atteindre les 2e et 3e lectorats • Comment faire pour augmenter les usages de lecture du 2e lectorat et atteindre le 3e lectorat? • Il faut bien comprendre comment fonctionne l’économie de l’attention sur le Web.
  18. 18. La stratégie du Sauna finlandais Etude sur la communauté DH (2012) 0 100 200 300 400 500 600 700 800 900 Number of people knowing this language Number of people using it as first language
  19. 19. Origine des visites 0.0% 10.0% 20.0% 30.0% 40.0% 50.0% 60.0% 70.0% 80.0% Adresse directe / Bookmark / Lien dans email... Moteur de recherche Lien externe Pourcentage Données : Septembre 2015.
  20. 20. On n’attrape pas des mouches avec du vinaigre • Attirer le lecteur tapant une requête sur un moteur de recherche, qu’il soit scientifique (Google scholar, Isidore, Scopus) ou généraliste (Google, Bing, DuckDukGo) • Il faut un joli pot de miel (honeypot) • Dans la langue principale, ou éventuellement secondaire, du lecteur • Il cherchera dans cette langue, et ce sont les mots qui pourront coïncider (matcher) avec la requête qui mèneront le lecteur au texte • Pour cela, nos résumés sont entièrement obsolètes Ps: Faute de temps, je n’aborde pas, ici, la pourtant essentielle recommandation.
  21. 21. Les résumés des années 1980 • Ils sont regroupés sur une page recto/verso, qu’il sera possible de photocopier. • Seront ainsi regroupés les sommaires détaillés des revues dans les bibliothèques. • Depuis, nos résumés n’ont pas changé. • Or, ils présentent d’énormes défauts, du fait de leur brieveté : – très faible attractivité du point de vue du honeypot, car il y a très peu de mots qui sont susceptibles de coïncider avec la requête. – leur écriture est conceptuellement si dense que la lecture se révèle difficile. On peut même penser que les résumés courts ne sont compréhensibles qu’après avoir lu l’article dans sa totalité… – leur écriture est si dense et allusive que la traduction en est difficile, voire impossible – Bref : c’est un peu court, jeune homme.
  22. 22. Les résumés des années 2020 • Ils quittent le dispositif socio-technique de la photocopie pour entrer dans le paradigme de l’attention web. • Ils sont rattachés à l’article, dont ils constituent l’avant-garde, colorée et attractive. • Ils sont longs, multipliant ainsi les chances d’êtres visibles pour le lecteur. • Ils sont conçus pour être traduits dans 1, 2 ou 3 langues différentes, multipliant proportionnellement les chances d’être visibles pour le lecteur d’aires linguistiques.
  23. 23. Mais pourquoi ne pas traduire les articles dans leur totalité ? C’est vrai, pourquoi pas? A cause du coût élevé de traduction d’un article. A cause d’un rendement décroissant, passé un certain seuil (à définir), en termes de visibilité lorsque le lecteur tape des mots-clés dans son moteur de recherche. A cause de la difficulté de l’exercice
  24. 24. Etude des coûts éditoriaux de production des revues en SHS
  25. 25. Coût de traduction d’un article de 8000 mots tarif : 0,11€ / mot Coût de traduction d'un article 935 Coût éditorial de production (résultat BSN7) 1200 Coût éditorial suppl. pour gestion traductions (hypothèse) 265 Coût total 2400 DOUBLEMENT DU COÛT EDITORIAL
  26. 26. Coût de traduction d’un résumé 300 mots Coût de traduction d'un résumé court 33 Coût éditorial suppl. pour gestion traductions 7 Coût éditorial de production (résultat BSN7) 1200 Coût total 1207 SURCOÛT MINIMAL, VALEUR AJOUTEE MINIME VOIRE NULLE
  27. 27. Coût de traduction d’un résumé de 1500 mots Coût de traduction d'un résumé long 165 Coût éditorial suppl. pour gestion traductions 35 Coût total 1400 SURCOÛT DE 15%, VALEUR AJOUTEE TRES IMPORTANTE POSSIBILITE D’INVESTIR PAR LA SUITE DANS D’AUTRES LANGUES
  28. 28. Hypothèse de mise en place d’un programme de visibilité internationale doté de 200 000€ Nombre d'articles avec 200 000€ Nb articles Nb revues touchées Traduction résumés courts 6061 303 Traduction résumés longs 1000 50 Traduction complète 167 8 Hypothèse : 20 article/revue/an. Alternative : • « propulser » 167 articles • ou 1000 (6 fois plus)
  29. 29. Résumons… • La diversité des langues reste forte dans le monde • Des résumés longs • Des traductions multiples • Une attractivité démultipliée • Cela implique d’investir sur les métadonnées • De développer des formes d’écriture nouvelles – Les futurologues annonçaient des écritures multimédia – On s’achemine vers des écritures courtes
  30. 30. marin.dacos@openedition. orghttp://twitter.com/openmarin Bref, faisons bref, mais pas trop…

×