RIETVELD.Memoire-Licence

41 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
41
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
10
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

RIETVELD.Memoire-Licence

  1. 1. L’attractivité territoriale du Rhin supérieur Mémoire de Licence Par Adam Rietveld UNIVERSITY OF APPLIED SCIENCES NORTHWESTERN SWITZERLAND BADEN-WÜRTTEMBERG COOPERATIVE STATE UNIVERSITY UNIVERSITY OF HAUTE-ALSACE International Business Management Supervisor Mr GRIMAL Date of Submission 31/03/2016 Course Licence Thesis
  2. 2. L’attractivité du Rhin supérieur / Licence Thesis Page 1 sur 93 Attestation of Authorship I hereby declare that this submission is my own work and that, to the best of my knowledge and belief, it contains no material previously published or written by another person nor material which to a substantial extent has been accepted for the qualification of any other degree or diploma of a University or other institution of higher learning, except where due acknowledgment is made in the acknowledgments. Obermorschwiller, 31 mars 2016 Signature
  3. 3. L’attractivité du Rhin supérieur / Licence Thesis Page 2 sur 93 Length of the Work This work – from the introduction to the references sections (excluding) comprises 16 883 words.
  4. 4. L’attractivité du Rhin supérieur / Licence Thesis Page 3 sur 93 Table des matières Attestation of Authorship.......................................................................................................................1 Length of the Work ................................................................................................................................2 Liste des tableaux...................................................................................................................................4 Liste des graphiques...............................................................................................................................5 Introduction ...........................................................................................................................................6 I. Mesurer l’attractivité économique du Rhin supérieur .................................................................10 Raisons de l’apparition d’une synergie économique........................................................................10 Facteurs et critères pour mesurer l’attractivité économique dans le Rhin supérieur ......................12 Comparaison de l’attractivité territoriale entre les régions du Rhin supérieur ................................16 II. Intégration du facteur différenciateur : l’interculturalité.............................................................23 Particularité du territoire tri-nationale, Rhin supérieur : programme INTERREG.............................24 Facteurs et critères pour comparer l’attractivité d’un territoire uni-national avec un territoire tri- national ............................................................................................................................................26 Comparaison entre les Pays de la Loire et le Rhin supérieur............................................................27 III. Etude exploratoire sur le Rhin supérieur..................................................................................32 Présentation de l’étude exploratoire ...............................................................................................32 Analyse des réponses obtenues .......................................................................................................34 Conclusion............................................................................................................................................46 Sources.................................................................................................................................................49 Annexes................................................................................................................................................52
  5. 5. L’attractivité du Rhin supérieur / Licence Thesis Page 4 sur 93 Liste des tableaux Tableau A : critères pertinents pour la comparaison intra-Rhin supérieur………………………………..14 Tableau B : Application chiffrée de la France, Alsace………………………………………………………………..19 Tableau C : Application chiffrée de l’Allemagne, Baden-Württemberg & Palatinat……………………20 Tableau D : Application chiffrée de la Suisse, Nordwestschweiz………………………………………………..21 Tableau E : Echelle de mesure pour « Transport et accessibilité »……………………………………………..26 Tableau F : Application chiffrée de la région tri-nationale, Rhin supérieur………………………………….29 Tableau G : Application chiffrée de la région uni-nationale, Pays de la Loire………………………………30
  6. 6. L’attractivité du Rhin supérieur / Licence Thesis Page 5 sur 93 Liste des graphiques Graphique 1 : Mise en forme de l’outil d’analyse économique pour la France………………………………19 Graphique 2 : Mise en forme de l’outil d’analyse économique pour l’Allemagne………………………….20 Graphique 3 : Mise en forme de l’outil d’analyse économique pour la Suisse…………………….…………21 Graphique 4 : Comparaison des régions intra-Rhin supérieur……………………………………………………….22 Graphique 5 : Mise en forme de l’outil d’analyse économique pour le Rhin supérieur………………….29 Graphique 6 : Mise en forme de l’outil d’analyse économique pour la région des Pays de la Loire……………………………………………………………………………………………………………………...30 Graphique 7 : Comparaison de l’attractivité territoriale……………………………………………………………….32
  7. 7. L’attractivité du Rhin supérieur / Licence Thesis Page 6 sur 93 Introduction Saviez-vous que les villes de Bâle, Colmar, Freiburg et Breisach constituèrent une union monétaire dès 1403 ? Cela pourrait vous paraître une évidence compte tenue de la situation actuelle. Cependant ça n’est que bien plus tard, alors que les conflits des XIXe et XXe siècles semblaient les diviser, que plusieurs personnalités visionnaires ont imaginé les bienfaits d´une coopération transfrontalière. Les trois pays voisins, la France, l´Allemagne et la Suisse se sont rassemblés dès la fin de la deuxième guerre mondiale pour former une région transfrontalière. Cette région géographique, appelée « Rhin supérieur » est composée de l´Alsace, le Palatinat, le Pays de Bade et la Suisse du Nord-Ouest1 . Mais existe-t-elle vraiment ? Existe-t-il une réelle identité culturelle et économique du Rhin supérieur ? Les réponses se trouvent certainement dans l’historique de la coopération transfrontalière avec la construction de l’aéroport de Bâle-Mulhouse (1949), la fondation Regio Basiliensis (1963) et Regio du Haut-Rhin (1965) ayant pour but de promouvoir l’existence du Rhin supérieur. Ces deux fondations ont eu pour mission de favoriser les échanges et d’impulser des projets transfrontaliers d’une région de 21 518 km² constituée aujourd´hui de 5,9 millions d’habitants, 167 universités (incluses Écoles supérieurs et instituts de recherche), 170 000 étudiants, environ 600 clusters et réseaux d’entreprises et générant un produit intérieur brut au- dessus des 200 milliards d´euros2 . Avec cela il faut compter approximativement 93 300 travailleurs frontaliers qui prouvent chaque jour que la cohésion franco-germano-suisse est bien réelle. Ces chiffres donnent suite à l’Accord Intergouvernemental de Bonn (22 octobre 1975) désireuse de cadrer et de donner une orientation à la coopération des trois nations. Cette étape décisive dans la coopération tri-nationale avait pour destinée de traiter des questions sur l’aménagement du territoire, l’emploi, l’énergie, l’environnement, la politique économique régionale, les affaires sociales mais aussi les transports et la communication. Aujourd’hui, et depuis 1991, plus de 500 experts en projets transfrontaliers se réunissent dans le cadre de la Conférence du Rhin supérieur afin d’assurer le bon développement de cette grande région. Une dernière institution majeure au développement de la région vit le jour en 2010 : la Région Métropolitaine Tri-nationale reposant sur quatre piliers (Politique, Sciences, Economie et Société civile). Le cadre institutionnel de la Région du Rhin supérieur s’est fixé comme but de rendre cet espace de vie et économique commun un modèle en Europe. On peut donc facilement admettre qu’il existe bien une région transfrontalière du Rhin supérieur, du moins, elle est institutionnalisée. 1 Voir carte en annexe 1 2 Informations récoltés sur http://www.rmtmo.eu consulté le 18.02.2016
  8. 8. L’attractivité du Rhin supérieur / Licence Thesis Page 7 sur 93 Or, ces efforts réalisés au niveau institutionnel sont-ils réellement perçus dans la vie quotidienne des habitants, y-a-t-il un dynamisme dans la région du Rhin supérieur ? Pour répondre à cette question il nous faudra s’inspirer des partenariats et coopérations dans les domaines de l’éducation, des transports de la culture et de la vie sociale en général. L’identité internationale du Rhin supérieur est enseignée aux citoyens dès leur plus jeune âge de part et d’autre des frontières. En effet, les systèmes éducatifs sont mis en place de sorte à ce que chacun ait la possibilité d’apprendre la langue et la culture de son voisin, et ceci, depuis le lancement du programme « Apprends la langue de ton voisin » en 1980. Cela commence par une école élémentaire bilingue comme on en a l’exemple à Mullheim, en Allemagne (Michael-Friedrich-Wild-Grundschule), ou à Bâle, en Suisse (Ecole Les Coquelicots), passant par des collèges/lycées franco-allemand (exemple : Deutsch-Französiche Gymnasium, Freiburg im Breisgau) ainsi que plusieurs établissements français proposant la formation ABIBAC (équivalent du Baccalauréat français combiné avec l’Abitur allemand). Actuellement 82 établissements français et 69 « Gymnasium » allemands proposent cette particularité bilingue permettant aux élèves d’obtenir un double diplôme. L’initiative avait eu un large succès en 2009- 2010 lorsque l’Académie de Strasbourg comptait 3500 inscrits3 . Aussi après le BAC, l’Abitur (Allemand) ou la Matura (Suisse) les jeunes peuvent s’orienter dans des formations bi- ou tri- nationales concentrées dans les établissements de formation dans la région du Rhin supérieur. C’est le cas pour la formation International Business Management qui est piloté par l’Université de Haute- Alsace, délivrant un diplôme de niveau BAC +3 dans chacune des universités partenaires du projet (UHA Colmar, DHBW Loerrach et FHNW Basel). Le tout est rendu possible par l’Université Franco- Allemande qui conduit les formations transfrontalières en partenariat avec les écoles situées sur le territoire du Rhin supérieur. Cette coopération a été institutionnalisée il y a plus de 20 ans sous le nom « EUCOR » dont l’objectif est de faciliter la mise en place de coopérations dans l’enseignement et la recherche en encouragent les étudiants à suivre des cours dans les universités partenaires4 . De manière générale la coopération tri-nationale mise beaucoup sur la jeunesse notamment à l’aide du Parlement des Jeunes du Rhin supérieur qui permet à cette tranche d’âge d’être impliquée dans les débats européens. Dans la continuité de ce projet, un Fonds Jeunesse (géré par le Regierungspräsidium de Freiburg) soutient financièrement les projets transfrontaliers entrepris par des jeunes pour la jeunesse. Parmi les initiatives en réussites on retrouve le « hip-hop sans frontières » ou des tournois sportifs multinationaux soutenus depuis 1998. En outre, pour permettre à chacun de rendre compte de la richesse culturelle qu’émane l’unité des trois régions, le « Pass- Musée » a été vendu à 45 700 exemplaires, générant 452 000 entrées dans les lieux culturels du Rhin supérieurs. Cette carte annuelle à tarif réduit permet aux résidents de la région concernée de visiter une palette d’environ 300 lieux culturels. Par ailleurs, l’association Europe, Culture et Citoyenneté à crée une plateforme internet sous le nom de Szenik (www.szenik.com) dans le but de rassembler toutes les informations culturelles de la région. Le site bilingue invite chacun à découvrir de nouveaux artistes (musicaux, théâtraux etc…) en traversant les frontières. Toutes ces initiatives dynamisent la région et permettent que la coopération se vive au quotidien. Afin d’assister et favoriser l’épanouissement social, les institutions de la région frontalière se sont rassemblées pour faciliter la mobilité des citoyens par la mise en place de réseaux de transports permettant à chacun, étudiants ou travailleurs, de se rendre d’un bout à l’autre du Rhin supérieur sans difficultés administratives, ce qui favorise et accroît les échanges entre citoyens de part et d’autre des frontières. De nombreux projets de transports frontaliers ont vu le jour au courant des 40 dernières 3 https://www.ac-strasbourg.fr consulté le 20.02.2016 4 http://www.eucor-uni.org/ consulté le 20.02.2016
  9. 9. L’attractivité du Rhin supérieur / Licence Thesis Page 8 sur 93 années. En 1997 le ticket transfrontalier Europass a été mis en vente et n’a cessé de séduire les voyageurs entre Strasbourg et Offenburg, transportant allemands et français au travers de la grande Région Métropolitaine Tri-nationale. Et lorsqu’il s’agit des transports autour de Bâle, il existe là aussi une coopération tarifaire (TriRegio) ayant le même objectif. A plus petite échelle nous observons le prolongement de lignes de tram entre la France, l’Allemagne et la Suisse (Strasbourg/Kehl et Saint- Louis/Basel). Le même phénomène se reproduit pour les circuits d’autocar et les pistes cyclables qui traversent le Rhin permettant aux plus sportifs d’entre nous de franchir trois frontières en une journée à la seule force des jambes. N’oublions pas qu’au cœur de notre région coule le fleuve le plus important d’Europe portant chaque année plus de 50 millions de tonnes de marchandises5 : le Rhin, bénéficie d’une coopération entre neuf ports de la région regroupés par le projet « Upper Rhine Ports ». Il existe donc clairement une identité et un dynamisme dans le Rhin supérieur comme étant une entité économique à part entière. Au travers de ces premiers faits et chiffres nous avons appris que la région transfrontalière est active de par ses échanges internationaux et son dynamisme culturel et économique grâce à la coopération avec la France, l’Allemagne et la Suisse. Dans ce mémoire nous voulons comprendre quels sont les critères qui rendent le Rhin supérieur attractif et si ce territoire en question a les arguments pour rivaliser avec l’attractivité d’une autre région. Pour cela nous comparerons l’attractivité du Rhin supérieur et celle du Pays de la Loire. Et afin de comprendre au mieux le caractère de la Région Métropolitaine Tri-nationale, nous chercherons à savoir quel est le rôle de la dimension interculturelle (tri-nationale) dans l’attractivité de ce territoire. C’est pourquoi nous ne nous contenterons pas uniquement de comparer le Rhin supérieur et le Pays de la Loire, mais nous introduirons aussi un critère différentiel pour formuler la problématique suivante : Est-ce que la dimension interculturelle est un facteur supplémentaire d’attractivité du territoire ? Dans notre recherche nous définirons l’attractivité des territoires comme le font Hubert Gérardin et Jacques Poirot dans leur revue intitulée « Attractivité des territoires : un concept multidimensionnel » publiée sur la plateforme CAIRN, c’est-à-dire : « la capacité d’un territoire à être choisi par un acteur comme zone de localisation (temporaire ou durable) pour tout ou une partie de ses activités ; cette attractivité est une attractivité perçue qui n’implique que des personnes physiques, des individus, des ménages ou des équipes, par exemple, des équipes dirigeantes d’une entreprise ou d’une administration publique »6 . Ce rapport nous permettra ainsi de définir les raisons pour lesquelles un étudiant, un travailleur, un ménage ou une entreprise décide de s’implanter dans une région en particulier et quelles sont les chances et les freins du Rhin supérieur en matière d’attraction. La définition que nous utiliserons englobe donc deux dimensions : premièrement un aspect « productif » économique et deuxièmement un aspect « résidentiel ». Selon une étude de l’INSEE7 , les flux de migrations interrégionales en France prouvent que les populations ont tendance à quitter les régions du Nord-Est pour rejoindre le Sud et l’Île-de-France. L’objectif de notre rédaction est de fournir suffisamment d’éléments à chacun pour situer l’attractivité du Rhin supérieur par rapport à d’autres régions. Nous nous aiderons de théories publiées par Paul Krugman sur les forces 5 http://www.upper-rhine-ports.eu/fr/ consulté le 20.02.2016 6 Poirot Jacques, Gérardin Hubert, « L'attractivité des territoires : un concept multidimensionnel. », Mondes en développement 1/2010 (n° 149) , p. 27-41 URL : www.cairn.info/revue-mondes-en-developpement-2010-1- page-27.htm. DOI : 10.3917/med.149.0027. 7 « La population des régions en 2040 », Olivier Léon, pôle Emploi-Population, Insee Première N° 1326 - décembre 2010
  10. 10. L’attractivité du Rhin supérieur / Licence Thesis Page 9 sur 93 centrifuges et centripètes ainsi dans le modèle d’agglomération. Ces analyses nous permettront de comprendre comment une synergie économique se met en place dans une région donnée, à un instant précis. Pour répondre à la problématique posée, nous identifierons les facteurs d’attractivité à l’aide de critères pertinents et nous procéderons à une comparaison des trois régions nationales formant le Rhin supérieur (Alsace – France / Baden Württemberg et Palatinat – Allemagne / Nordwestschweiz – Suisse). Cette première comparaison intra-Rhin supérieur nous permettra de comprendre pourquoi un acteur va préférer s’installer dans un pays plutôt qu’un autre, bien que le territoire transfrontalier présente une unicité. Pour effectuer cette comparaison et afin de donner une forme visuelle à nos résultats, nous travaillerons à l’aide d’un outil d’analyse économique que nous avons élaboré pour soutenir ce travail. Notre outil d’analyse économique sera détaillé dans un cahier des charges en annexe 2 et directement appliqué au courant de l’étude. Dans un deuxième temps nous intègrerons le facteur différenciateur, à savoir l’interculturalité du Rhin supérieur. Cette partie nous aidera à mieux connaître l’ADN de la région d’étude à cheval sur trois pays et nous permettra de juger si l’interculturalité est un facteur pertinent pour l’attractivité d’un territoire. Afin d’illustrer cette particularité, nous mettrons en comparaison la région du Rhin supérieur avec les Pays de la Loire. Cette comparaison se justifie par le fait que les Pays de la Loire se situent dans le même ordre de grandeur que le Rhin supérieur. En effet, avec plus de 3,6 millions d’habitants, une superficie de 35 000 km², les Pays de la Loire est une région riche culturellement, active sur le plan économique est stable institutionnellement, similaire au Rhin supérieur et c’est pour cette raison que nous avons choisi de les mettre en comparaison directe. Mais ce qui nous intéressera le plus dans cette comparaison, sera de confronter l’attractivité d’une région uni-nationale (Pays de la Loire) et une région tri-nationale (Rhin supérieur), car c’est bien cela le centre de la problématique : est-ce que l’interculturalité du Rhin supérieur peut être considérée comme un avantage d’attractivité territoriale ? Là encore, nous appliquerons l’outil d’analyse économique que nous adapterons à chaque comparaison sachant que les critères de comparaison d’attractivité territoriale sont plus ou moins pertinents en fonction des régions comparées. Troisièmement, nous mènerons une étude exploratoire et qualitative auprès d’acteurs de la région du Rhin supérieur pour analyser leur perception de la spécificité interculturelle de notre région d’étude. Cette étude est indispensable, car pour qu’un critère d’attractivité soit pertinent, il faut d’abord qu’il soit perçu par les acteurs de ce territoire. A l’aide d’interview effectués avec des acteurs français, allemands et suisses nous auront plusieurs points de vues provenant de chaque membre du Rhin supérieur ce qui nous permettra de dresser un portait réaliste de la situation. Cette partie nous permettra de vérifier si les hypothèses soulevées dans ce travail sont vérifiées dans la pratique et si elles sont justifiables ou non.
  11. 11. L’attractivité du Rhin supérieur / Licence Thesis Page 10 sur 93 I.Mesurer l’attractivité économique du Rhin supérieur Raisons de l’apparition d’une synergie économique Dans cette première partie nous voulons savoir comment une synergie économique peut-elle se mettre en place sur un territoire précis et à un moment donnée. Cette question, Paul Krugman se l’est posé dans ses différents travaux de recherches8 . En lisant les chiffres publiés par la « Région Métropolitaine Tri-nationale du Rhin supérieur » on se rend compte que notre région d’étude est particulièrement active sur le plan économique. Avec un produit intérieur brut (cumulé des trois régions composantes du Rhin supérieur) à 209 milliards d’euros en 2010, soit un PIB par habitant de 34 889€ pour la même année, le Rhin supérieur est un modèle d’activité économique. En étant au plein cœur de la « grande banane bleue » qui est la zone la plus active économiquement en Europe, le Rhin supérieur se fait une place dans cet espace de prospérité. Sa position géographique, au bord de l’axe fluvial du Rhin, lui permet de bénéficier d’un bon réseau routier, ferroviaire et fluviale. L’espace du Rhin supérieur présente ainsi une large palette d’activités à fort potentiel de croissance et dispose de nombreux réseaux d’entreprises formant des clusters prolifiques et mondialement connus, comme la BioValley dans le domaine des sciences de la vie. Ce dernier fait nous dirige vers les théories d’économie géographique qui nous permettront de justifier l’apparition d’une synergie économique et la création de clusters. Il existe, premièrement, des écrits sur les forces centrifuges et centripètes. La première force explique pourquoi les entreprises se dispersent dans l’espace et cherchent à se différencier pour éviter la concurrence et ainsi atteindre un plus grand marché. Mais de l’autre côté, Paul Krugman souligne un phénomène d’agglomération, autrement appelé « forces centripètes » qui rassemblent les acteurs sur un territoire favorable au développement économique. En premier lieu il y a la géographie physique poussant à s’installer le long d’un fleuve, prêt des matières premières et avec un climat favorable. Mais selon Krugman, ce ne sont que des éléments prépondérants faisant que la dynamique d’agglomération apparaît à un endroit donnée, à un instant précis. La géographie physique (ou naturelle) n’explique donc pas l’apparition d’une synergie économique, mais elle est un élément déclencheur. Cela est le cas dans le Rhin supérieur qui bénéficie d’une bonne situation géographique et climatique avec la présence du Rhin, cloîtré au milieu de chaînes montagneuses (Alpes, Vosges, Jura). Cette position géographique permet un climat clément et tout à fait favorable à l’installation des acteurs économiques. Sur ces bonnes bases, une dynamique d’agglomération peut avoir lieu (Krugman 1991)9 . Dans un premier temps, une entreprise va rechercher des rendements d’économies d’échelles internes, c’est-à-dire la proximité des grands 8 Publications scientifiques Paul Krugman, https://articulo.revues.org/791 consulté le 04.03.16 9 Krugman P (1991), « increasing Returns and Economic Geography », Journal of Political Economy, n°99, 483- 499
  12. 12. L’attractivité du Rhin supérieur / Licence Thesis Page 11 sur 93 marchés afin que les coûts de transports soient moins élevés. Ce premier critère est vérifié dans la région tri-nationale du Rhin supérieur compte tenu que nous nous trouvons au cœur de la mégalopole européenne qui est un très grand marché pour les entreprises voulant s’y implanter. Aussi, et c’est là un élément important dans notre recherche, en s’installant dans le Rhin supérieur, une entreprise est en contact directe avec six millions d’habitants ayant un pouvoir d’achat non négligeable. Nous soutenons cette affirmation en mettant en avant la grande proportion de séniors (+65 ans) qui représentent 17,9% de la population dans notre région d’étude. Et nous savons que cette catégorie de la population à un pouvoir d’achat supérieur aux générations plus jeunes. Le fait de vouloir bénéficier de rendements d’échelles internes va attirer un plus grand nombre d’entreprises sur un même territoire, ce sont des forces centripètes. La présence de ces entreprises va générer des économies d’échelles externes comme c’est le cas pour le Rhin supérieur. Une forte densité d’entreprises du même secteur (ex. : sciences de la vie – Rhin supérieur) augmente la production de l’ensemble du même secteur. Si la production augmente, alors les infrastructures concernées par ce secteur vont accroître leurs performances. C’est le cas pour les moyens de communications, les instituts de formations et les fournisseurs. La présence de ces deux économies d’échelles, internes et externes (forces centripètes), va générer une synergie économique, car si les entreprises voient un intérêt sur un territoire elles vont s’y implanter et faire fructifier leur production. Cela va créer de l’emploi et attirer des travailleurs. Sachant que les travailleurs sont aussi des consommateurs, on peut affirmer que ce processus augmente la demande et continue à faire croître le marché. Ce processus cumulatif d’agglomération, tirant profit d’économies d’échelles, fait naître une concentration d’activité dans un lieu donné, à un moment précis. C’est ainsi que nous voyons l’apparition de clusters (réseaux d’entreprises) qui participent à l’attractivité économique d’un territoire. Comme évoqué précédemment, le Rhin supérieur profite aussi d’une dynamique d’agglomération et a donné naissance à plusieurs clusters notamment dans le secteur des sciences de la vie. Notre région d’étude profite d’une géographie physique avantageuse relayée par des forces centripètes. En effet, les infrastructures de transports sont en place et bénéficient à toute entreprise faisant affaire sur le territoire. Que ce soit pour livrer ou recevoir des produits, les acteurs peuvent faire confiance aux alliances portuaires du Rhin supérieur, aux voies de chemins de fer, aux connections routières et à l’aéroport binationale de Bâle-Mulhouse. Ce facteur déterminant et attractif a permis à de grands groupes pharmaceutiques, tels que Novartis et Hofmann La Roche, d’y trouver domicile dès la deuxième partie du XXe siècle. Rapidement suivit par d’autres groupes internationaux (Eli Lilly, groupe américain implanté dans le Bas-Rhin en 1967), l’industrie pharmaceutique s’accroît et des infrastructures spécialisées dans ce secteurs commencent à voir le jour dans le Rhin supérieur. Après avoir vu le développement d’économies d’échelles internes, voilà que la région est propice à l’apparition d’économie d’échelle externe. Le secteur pharmaceutique et biotechnologique mûrit alors que deux hommes (Mr Endress et Mr Biner) commencent à concevoir une institution unissant tous les acteurs du même secteur pour créer un cluster : la BioValley. Cette coopération tri-nationale unit les régions transfrontalières dans le but de favoriser la recherche et le développement des biotechnologies. Ce travail a directement porté ses fruits puisque la région a atteint une renommée mondiale dans les années qui ont suivi cette initiative. Pour relayer ce succès, une agence de promotion du cluster BioValley en Europe a ouvert son siège à Illkirch-Graffenstaden (Alsace) en 199810 . Le cluster unit toutes les universités du Rhin supérieur, les entreprises dans le secteur, les 10 Agence de promotion du cluster BioValley en Europe depuis 1998. http://www.alsace-biovalley.com/fr/ consulté le 14/03/16
  13. 13. L’attractivité du Rhin supérieur / Licence Thesis Page 12 sur 93 hôpitaux et les instituts de recherche pour se concentrer sur la thématique des innovations thérapeutiques. En 2005, c’est un jour historique pour la coopération tri-nationale puisque la BioValley est labélisée « pôle à vocation mondiale ». Encore aujourd’hui l’industrie des sciences de la vie continue de profiter à la région puisque la BioValley a recensé 3 924 emplois, 73 entreprises créées et 502 projets de R&D collaboratifs labellisés depuis 2005 uniquement dans la région alsacienne11 . Facteurs et critères pour mesurer l’attractivité économique dans le Rhin supérieur Ici, nous présenterons d’abord les acteurs concernés par l’attractivité territoriale puis nous verrons quels critères permettent de mesurer l’attractivité économique. Ensuite, nous définirons les critères pertinents dans la comparaison de l’attractivité économique intra-Rhin supérieur. En effet, il y a deux enjeux prépondérants dans l’attractivité territoriale, le premier concerne l’attractivité résidentielle. Dans ce cas, un territoire fait valoir ses atouts pour attirer de nouveaux habitants. Les territoires cherchent alors à promouvoir leur patrimoine naturel et culturel tout en proposant une qualité de vie attractive pour retraités, familles, travailleurs, étudiants et touristes. Dans la même idée, les loisirs et les services jouent un rôle majeur dans le choix final des nouveaux résidents. Une agglomération dynamique avec des universités de hauts rangs vont attirer des étudiants et de nouveaux talents sur le territoire. Tandis qu’une région de littoral avec une grande offre culturelle saura séduire des retraités. C’est donc le défis d’une région de trouver un équilibre entre tous les facteurs décisionnels pour attirer une plus grande variété de résidents. D’un autre côté, un territoire est aussi jugé attractif en fonction de critères productifs. C’est là, la capacité à attirer des activités nouvelles et des facteurs de production12 . Dans la même idée que cette rédaction, la Commission européenne a publié une liste de onze facteurs regroupés sous trois piliers, déterminant et indiquant le niveau de la compétitivité régionale. Cet outil nous servira comme base et nous l’utiliserons pour déterminer les critères d’attractivité territoriale pertinents dans la comparaison des trois régions nationales qui forment le Rhin supérieur. Le document publié par la Commission européenne13 classifie onze critères, qui forment l’attractivité, sous trois piliers : 11 http://www.alsace-biovalley.com/fr/qui-sommes-nous/ consulté dernièrement le 14/03/16 12 Définition de l’INSEE dans le rapport « Attirer des emplois, mais pas seulement » Catherine Sourd, DR Midi-Pyrénées, pôle Études économiques régionales. N° 1416 - octobre 2012 13 European Union / Regional Policy, Working paper n°02/2011
  14. 14. L’attractivité du Rhin supérieur / Licence Thesis Page 13 sur 93 Ce qui fait la particularité de notre analyse, c’est que nous voulons mesurer l’attractivité des trois pays formant le Rhin supérieur. Il est donc pour nous important de mettre en avant les critères significatifs et spécifiques à cette région. C’est pourquoi nous avons reformulé le tableau de la Commission européenne ci-dessus en l’adaptant directement au Rhin supérieur dans le Tableau A qui suit :
  15. 15. L’attractivité du Rhin supérieur / Licence Thesis Page 14 sur 93 Tableau A : critères pertinents pour la comparaison intra-Rhin supérieur (Allemagne – Suisse – France) N° Critère de la Commission Européenne Reformulation Unité de mesure 1 Taille du marché Taille du marché PIB/Habitant 2 Taille du marché Taille du marché Croissance du PIB 3 Efficacité du marché du travail Coût de la main d’œuvre Salaire horaire moyen (net) 4 Efficacité du marché du travail Efficacité du marché du travail Taux d’activité par rapport au taux de chômage 5 Degré de maturité de l’entreprise et du monde des affaires Dynamisme et économie internationale Nombre de créations d’entreprises 6 Degré de maturité de l’entreprise et du monde des affaires Dynamisme et économie internationale Investissement directe à l’étranger (reçu) 7 Stabilité Macro-économique Taux d’imposition (entreprises) Taux d’imposition (entreprises) 8 Stabilité Macro-économique Dette publique Dette publique (en pourcentage du PIB) En ce qui concerne la comparaison intra-Rhin supérieur, il a fallu distinguer les facteurs mobiles et immobiles. En effet, certains critères de l’attractivité territoriale ne seront pas pris en compte dans notre analyse du Rhin supérieur, car ces derniers sont mobiles et franchissent aisément les frontières. Dans le paragraphe suivant nous expliquerons pourquoi nous avons choisi chacun des critères, et enfin, nous justifierons l’absence de critères qui auraient pu être important mais dont nous avons préféré nous en passer. En premier lieu, nous avons choisi de mettre en avant la taille du marché comme étant un critère absolument indispensable dans la comparaison de l’attractivité territoriale. Nous sommes, dans le Rhin supérieur, face à trois systèmes économiques, politiques et sociétaux différents. Il est donc utile de prendre en compte le produit intérieur brut par habitant et le produit intérieur brut comme indicateur de niveau de vie. Nous savons que le PIB/habitant permet de rendre compte de l’activité économique d’un territoire ainsi que le niveau de vie et de consommation des ménages. De plus, le taux de croissance du PIB est un indicateur économique permettant de quantifier l’activité économique d’un territoire sur une période donnée. Nous choisissons de comptabiliser ces deux indicateurs dans la comparaison intra-Rhin supérieur, car bien que proche géographiquement, il y a des disparités considérables concernant les niveaux de vie dans la région. D’ailleurs, nous pouvons affirmer que ces deux indicateurs en question (PIB/ habitant et croissance du PIB) sont immobiles et propres à chaque pays. Ils permettent de visualiser la taille et la santé du marché ce qui est absolument indispensable dans la prise de décision des dirigeants d’entreprises souhaitant s’installer dans un territoire donnée. Dans la même optique, nous avons décidé que le marché du travail fait partie des critères décisionnels inévitables. Que ce soit pour de nouveaux résidents ou pour l’implantation d’entreprises, chacun veut connaître le salaire qu’il peut avoir (ou le prix à payer pour recruter du personnel). Nous comparerons le coût de la main d’œuvre en France, Allemagne et en Suisse dans le but d’apporter une information capitale par rapport à l’attractivité d’un territoire par rapport à un autre. Cet indicateur à sa place dans notre comparaison, car il existe des disparités
  16. 16. L’attractivité du Rhin supérieur / Licence Thesis Page 15 sur 93 significatives entre les régions du Rhin supérieur ainsi nous définirons le coût de la main d’œuvre comme étant un facteur immobile. En effet, il n’est pas possible de rémunérer un employé au tarif français alors qu’il travaille en Suisse. Le coût de la main d’œuvre est propre à la régulation appliquée sur chaque territoire. Le quatrième critère de mesure concerne lui aussi le marché du travail. En effet, un territoire est aussi jugé attractif en fonction de l’efficacité de ce marché. Afin d’être au plus proche de la réalité nous voudrions présenter le dynamisme de la région en mesurant le rapport entre le taux d’activité et le taux de chômage. En effet, nous aurions pu nous contenter de comparer les différents taux de chômages, mais sachant que les marchés du travail sont divergents entre la France, la Suisse et l’Allemagne il vaut mieux mettre ce taux en rapport avec le taux d’activité pour gagner en précision. Ensuite, nous avons vu que la Commission européenne attache de l’importance à l’innovation et au degré de maturité de l’entreprise et du monde des affaires. Dans ce sens-là, il y a de nombreux éléments permettant de mesurer ce critère d’attractivité territoriale. Cependant, à notre niveau, nous décidons de mesurer ce facteur avec deux éléments. D’une part nous évaluerons le nombre de création d’entreprise sur un territoire sur une période donnée. D’autre part nous mettrons l’accent sur l’investissement direct étranger (IDE) reçu sur le territoire. Encore une fois, ces deux indicateurs reflètent la santé économique du territoire. La création d’entreprise peut être synonyme d’aides apportées aux entreprises désirants s’implanter dans la région. Et les IDE reçus peuvent nous indiquer si la région est perçue comme attractive par d’autres investisseurs dans le monde. Enfin, nous savons que la stabilité macro-économique joue un rôle central dans l’attractivité d’un territoire aux yeux des entreprises et des résidents. Là encore nous décidons de mesurer un facteur immobile et propre à chaque territoire afin de mieux comprendre les différences intra Rhin supérieur. Chaque région du Rhin supérieur à son propre système d’imposition et nous voulons utiliser ce chiffre dans la comparaison puisqu’il est déterminant pour les acteurs en question. Dans cette optique nous nous contenterons de comparer les taux d’impositions sur les sociétés comme étant déterminant pour l’implantation d’une entreprise. Puis il y a une dernière unité de mesure pouvant départager les trois zones du Rhin supérieur. C’est la stabilité macro-économique mesuré par la dette publique. Cet indicateur peut être révélateur de la conjoncture à venir. Si la dette est grande, alors les entreprises peuvent anticiper une augmentation des impôts pour compenser cette dette. C’est donc un indicateur prévisionnel. D’un autre côté, il existe d’innombrable facteurs décisionnels et critères pertinents pour mesurer l’attractivité d’un territoire. Nous avons sélectionné ces huit critères (détaillés ci-dessus) car nous pensons qu’ils sont les plus important. Lorsqu’un acteur (résidents, travailleurs, entreprises) choisit de s’installer dans le Rhin supérieur, nous savons qu’il a le choix entre trois régions distinctes avec chacune ses particularités. Bien que le Rhin supérieur forme une coopération étroite, il existe une concurrence intra-Rhin supérieur. Cette concurrence au niveau de l’attractivité résidentielle et productive peut être jugée et mesurée au travers des différents critères que nous avons définis. Cependant nous avons aussi mis de côté des critères jugés impertinents pour la comparaison intra- Rhin supérieur. D’une manière générale, les facteurs mobiles ne sont pas à prendre en compte dans cette étude. La région du Rhin supérieur étant resserrée sur elle-même, certains facteurs transitent facilement d’un pays à l’autre sans freins significatifs. C’est le cas pour la qualité de la main d’œuvre. La région compte plus de 90 000 frontaliers qui prouvent que la main d’œuvre est très mobile. En outre, les infrastructures de transports perdent en pertinence dans cette comparaison. La grande majorité des axes de transports sont relier entre eux, et sont à cheval sur les trois frontières. Les résultats obtenus seront donc similaires et ne montreront pas de différence apparente entre le Baden Württemberg, le Palatinat, l’Alsace et le Norwestschweiz. En outre, la qualité des clusters est
  17. 17. L’attractivité du Rhin supérieur / Licence Thesis Page 16 sur 93 aussi considérée comme mobile dans la région du Rhin supérieur. En effet, la majorité des réseaux d’entreprises sont à cheval sur les trois frontières et un cluster d’entreprises regroupe des entreprises issues de chaque coin de la région sans tenir compte de leur pays d’origine. Pour mesurer l’attractivité économique au sein du Rhin supérieur nous avons donc mis en avant huit critères immobiles, propres à chaque territoire et absolument indispensable à la comparaison des trois parties de la région d’étude. Mais ce qui est nécessaire dans ce travail, c’est de comprendre comment les éléments de l’attractivité s’articulent entre eux. On ne peut pas déterminer quelle région à un avantage par rapport à son concurrent en ne mentionnant qu’un seul de nos critères. Il faut prendre en considération chaque élément afin d’avoir une vue d’ensemble juste et révélatrice. Aussi, nous voulons comparer trois régions proches géographiquement et en constante coopération sur différents niveaux tels que les transports, une partie du système éducatif et universitaire et autres. C’est pourquoi il a fallu scinder deux types de facteurs : les facteurs mobiles et ceux qui sont immobiles. Maintenant que nous avons préparé les critères pertinents à la comparaison intra-Rhin supérieur, nous allons les mettre en application afin de visualiser la concurrence entre la France (Alsace), l’Allemagne (Baden-Württemberg et Palatinat) et la Suisse (Nordwestschweiz). Comparaison de l’attractivité territoriale entre les régions du Rhin supérieur A présent, nous allons mettre les trois pays du Rhin supérieur l’une en face de l’autre dans le but de comparer l’attractivité territoriale de chacune. Nous allons tout d’abord décrire un certain nombre d’avantages et inconvénients pour chaque région. Puis nous ferons une application chiffrée des critères pertinents à la comparaison de l’attractivité intra-Rhin supérieur. Ces critères, nous les avons définis précédemment et nous pourrions les mettre en forme à l’aide d’un outil d’analyse économique élaboré pour ce travail. A l’aide des huit critères et de façon générale, nous allons maintenant voir les points forts et les faiblesses de chaque pays du Rhin supérieur. Pour cette partie nous n’utiliserons qu’une seule base de données pour appuyer nos arguments avec des chiffres14 . Selon la source, l’index « Better Life » proposée par l’OCDE, il semblerait que la France soit largement en retard en ce qui concerne l’emploi et les perspectives d’avenir professionnels. L’Allemagne et la Suisse sont, quant à eux, largement plus compétitifs sur ce plan avec respectivement 73% et 80% de taux d’emploi15 , contre 64% en France. Cette tendance est retrouvée au niveau des revenus disponibles des ménages, alors que la France affiche 28 799USD sur l’année 2008, l’Allemagne et la Suisse sont à nouveau loin devant avec un avantage certain pour les helvétiques qui présente un montant moyen, après impôts, d’un ménage par an à 33 491USD. D’un autre côté, les pays germaniques (Suisse et Allemagne) payent leurs logements beaucoup plus chère que les français. L’autre avantage français se situe sur le niveau d’études supérieures. Bien évidemment, les systèmes universitaires et les attentes des entreprises sont différents selon les pays. Néanmoins, 44% des 25-34 ans sont diplômés d’études supérieurs en France, contre 43,3% en Suisse et seulement 30% du côté allemand. En revanche, l’avantage de l’Allemagne se situe incontestablement sur la qualité de l’environnement. L’arrivée du Parti écologiste à la Mairie de Freiburg, dans le Baden-Württemberg à révolution la vie des locaux depuis 14 https://data.oecd.org/fr dernièrement consulté le 22/03/2016 15 Selon l’OCDE, taux d’emploi : « pourcentage de la population de 15 à 64 ans, qui déclare avoir eu un travail rémunéré au cours de la semaine précédente. »
  18. 18. L’attractivité du Rhin supérieur / Licence Thesis Page 17 sur 93 trente ans maintenant. Ainsi, leur réélection récente ne peut que ravir davantage les habitants frontaliers allemands. Même si la Suisse affirme utiliser plus d’énergies renouvelables que l’Allemagne (20,5% contre 10,7%), il faut rationaliser ce pourcentage sachant que l’Allemagne est beaucoup plus grande que la Suisse. Toutefois, la population allemande attribue un 8.8/10 à la qualité de son environnement, alors que les suisses l’évaluent à 8,4/10, les deux étant loin devant le France dont les habitants évaluent la qualité de l’environnement à 7,4/10. Pour finir, une étude du cabinet de consultation Mercer a comparé les systèmes de retraite européens en 2014 et selon cette enquête, la Suisse propose un des systèmes de retraite les plus attractifs en Europe alors que la France est loin derrière. Et même si l’Allemagne semble être plus attirante que la France dans ce domaine, elle est loin de ce que propose la Suisse. Cette description nous le prouve, il existe des avantages dans chaque pays du Rhin supérieur, mais aussi des faiblesses propres à chacun. Lorsqu’un acteur décide de s’implanter dans la bande Rhénane, il choisira de s’installer dans le pays qui correspond le plus à ses attentes. Mais afin de chiffrer et de visualiser les avantages et faiblesse des zones du Rhin supérieur, nous allons maintenant donner forme à l’outil d’analyse économique conçu pour ce travail de comparaison. Cet outil permettra à des dirigeants d’entreprises et à des potentiels résidents de visualiser rapidement les avantages et désavantages d’une région en ayant la possibilité de mettre cette dernière en comparaison avec d’autres territoires. Dans un premier temps nous avons sélectionné les huit critères pertinents à la comparaison intra-Rhin supérieur que voici : - (1) Taille du marché, indicateur : PIB/Habitant - (2) Taille du marché, indicateur : croissance du PIB - (3) Coût de la main d’œuvre, indicateur : salaire horaire moyen net - (4) Efficacité du marché du travail, indicateur : taux d’activité par rapport au taux de chômage - (5) Dynamisme et économie, indicateur : Nombre de créations d’entreprises - (6) Dynamisme et économie, indicateur : Flux d’IDE reçus - (7) Stabilité macro-économique, indicateur : taux d’imposition sur les sociétés - (8) Stabilité macro-économique : Dette publique (en pourcentage du PIB) L’outil économique a la forme d’un cercle avec les huit critères d’attractivités placés sur l’extrémité de ce dernier. Chaque critère est relié au centre du cercle par un segment qui correspond à une échelle adaptée au critère en question. L’échelle est découpée en cinq niveaux (description détaillée et imagée en annexe 2, Cahier des Charges). Mais avant de visualiser l’outil d’analyse économique, nous devons faire le détail des chiffres et des indicateurs :
  19. 19. L’attractivité du Rhin supérieur / Licence Thesis Page 18 sur 93 Tableau B : Application chiffrée de la France, Alsace (selon les huit indicateurs) Critère Indicateur Données Référence échelle (outil d’analyse économique) 1 Taille du marché PIB/Habitant (2015) 39 357 USD/Habitant Niveau 3 2 Taille du marché Croissance du PIB (2015) 1,07% Niveau 3 3 Coût de la main d’œuvre Salaire horaire moyen net (2013) 14,64€ Niveau 1 4 Efficacité du marché du travail taux d’activité par rapport au taux de chômage 5,4% Niveau 1 5 Dynamisme et économie Nombre de créations d’entreprises 550 733 (en 2014) Niveau 4 6 Dynamisme et économie Flux d’IDE reçus (2013) 4 875 millions USD Niveau 1 7 Stabilité macro-économique taux d’imposition moyen sur les sociétés 38% Niveau 1 8 Stabilité macro-économique Dette publique (en pourcentage du PIB) 93,5% (2013) Niveau 1 Graphique 1 : Mise en forme de l’outil d’analyse économique pour la France
  20. 20. L’attractivité du Rhin supérieur / Licence Thesis Page 19 sur 93 Tableau C : Application chiffrée de l’Allemagne, Baden-Württemberg & Palatinat (selon les huit indicateurs) Critère Indicateur Données Référence échelle (outil d’analyse économique) 1 Taille du marché PIB/Habitant (2015) 47 308 USD/Habitant Niveau 4 2 Taille du marché Croissance du PIB (2015) 1,52% Niveau 4 3 Coût de la main d’œuvre Salaire horaire moyen net 21,23€ Niveau 3 4 Efficacité du marché du travail taux d’activité par rapport au taux de chômage 12,06% Niveau 4 5 Dynamisme et économie Nombre de créations d’entreprises 615 600 (en 2014) Niveau 4 6 Dynamisme et économie Flux d’IDE reçus (2013) 26 716 millions USD Niveau 5 7 Stabilité macro-économique taux d’imposition moyen sur les sociétés 29,65% Niveau 2 8 Stabilité macro-économique Dette publique (en pourcentage du PIB) 78,4% (2013) Niveau 2 Graphique 2 : Mise en forme de l’outil d’analyse économique pour l’Allemagne
  21. 21. L’attractivité du Rhin supérieur / Licence Thesis Page 20 sur 93 Tableau D : Application chiffrée de la Suisse, Nordwestschweiz (selon les huit indicateurs) Critère Indicateur Données Référence échelle (outil d’analyse économique) 1 Taille du marché PIB/Habitant 59 536 USD/Habitant Niveau 5 2 Taille du marché Croissance du PIB (2015) 0,74% Niveau 2 3 Coût de la main d’œuvre Salaire horaire moyen net 43,3€ (convertis du CHF vers €, 24/03/2016) Niveau 5 4 Efficacité du marché du travail taux d’activité par rapport au taux de chômage 14,3% Niveau 4 5 Dynamisme et économie Nombre de créations d’entreprises 12 440 (en 2013) Niveau 1 6 Dynamisme et économie Flux d’IDE reçus (2013) -5 252 millions USD Niveau 0 7 Stabilité macro-économique taux d’imposition moyen sur les sociétés 18% Niveau 3 8 Stabilité macro-économique Dette publique (en pourcentage du PIB) 34,6% (2013) Niveau 4 Graphique 3 : Mise en forme de l’outil d’analyse économique pour la Suisse
  22. 22. L’attractivité du Rhin supérieur / Licence Thesis Page 21 sur 93 Ces représentations graphiques sont la preuve qu’il existe bel et bien des disparités dans le Rhin supérieur. Alors que la Suisse et l’Allemagne disposent d’une population très active, la France se caractérise par un marché du travail particulièrement faible. D’une façon générale on sait que la France fait partie des « mauvais élèves » sur le plan économique et cet outil d’analyse nous le prouve encore une fois. D’un autre côté, on voit que la Suisse a une économie en bonne santé à l’image du PIB/habitant qui atteint le niveau 5 (maximum) sur notre échelle. Et même si la dette publique est élevée, la conjoncture y est plus attractive et à un plus bel avenir que celle de la France. C’est pourquoi les dirigeants d’entreprises auraient tendance à éviter l’Alsace pour implanter leurs entreprises, au profit de l’Allemagne et de la Suisse. Regardons à quoi ressemble la concurrence intra-Rhin supérieur à l’aide de l’outil d’analyse économique : Graphique 4 : Comparaison des régions intra-Rhin supérieur Visuellement c’est encore plus frappant. Mais notez que ce fait n’a pas toujours été le cas dans le Rhin supérieur. En effet ce n’est qu’à partir du début des années 2000 que les chiffres du chômage alsaciens rejoignent la moyenne nationale. C’est avant cette date que de grands groupes internationaux comme General Motors, Sony, Sharp et Ricoh venaient s’implanter dans la région alsacienne qui avoisinait les chiffres du plein-emploi. La tendance actuelle est tout autre pour l’Alsace, mais le Rhin supérieur à deux autres régions compétitives dans l’économie internationale : Baden-Württemberg et Nordwestschweiz. Ces deux sous-régions du Rhin supérieurs se caractérisent par une qualité de vie particulièrement bonne. Le PIB/habitant y est élevé et on y gagne bien sa vie. C’est d’ailleurs pour cela que de nombreux alsaciens choisissent de franchir la frontière du Rhin pour faire carrière en Allemagne ou de préférence en Suisse. Est-ce peut-être là, la vraie force du Rhin supérieur : tirer profit des avantages de chaque région ? La particularité du Rhin supérieur réside dans la proximité géographique avec trois systèmes économiques différents. Le graphique comparant les qualités de chaque pays ci-dessus nous apprend que chaque système présente des avantages spécifiques. En prenant cela en compte, un résident-travailleur pourra se permettre de vivre en France pour bénéficier d’un logement moins cher qu’en Suisse ou en Allemagne. En
  23. 23. L’attractivité du Rhin supérieur / Licence Thesis Page 22 sur 93 revanche, ce même résident alsacien à la possibilité de bénéficier de salaire beaucoup plus élevé qu’en France s’il fait carrière en Suisse. Nous l’avons vu dans les chiffres, un salarié en Suisse gagne au moins 3 fois plus qu’en France (en moyenne). Des exemples de ce type, il en existe beaucoup. Voici un autre exemple : on aperçoit des spécialisations différentes dans chaque région du Rhin supérieur. Le Baden-Württemberg est réputé pour sa maîtrise des nouvelles technologies, notamment dans le bassin de Karlsruhe avec l’institut de technologie. Dans cette même région, Freiburg se distingue par sa capacité à produire des énergies nouvelles. Le tissu industriel Allemand est, de façon générale, performant et permet contribue un taux de croissance du PIB à 1,52% en 2015. De l’autre côté de la frontière, il y a la Suisse avec le bassin de Bâle qui est mondialement connu pour ses performances dans la recherche et le développement des sciences de la vie. C’est un domaine qui ne fait que croître et qui est vrai semblablement à l’abri de toutes crises. Ces spécialisations différentes permettent à chacun d’exceller dans un ou plusieurs domaines sans subir de concurrence dans le pays voisin. Et l’Alsace dans tout ça ? La région frontalière française profite de la bonne santé économique de ses voisins. Bien que les politiques industrielles françaises n’aient pas profité à l’Alsace, il semblerait que la croissance allemande et le succès suisse soufflent dans les voiles alsaciennes et continuent de faire avancer cette région. En effet, ces dernières années nous avons vu naître un tissue de PME très bien connecté en Alsace. L’ « Alsace BioValley » relie un grand nombre de chercheurs, d’instituts et de PME alsacienne aux grands groupes pharmaceutiques et biotechniques bâlois. L’observatoire de la CCI16 affirme que 42,2% du chiffre d’affaires des exports alsaciens provient de l’activité des PME. Autrement dit, les acteurs alsaciens profitent de la présence de grands groupes internationaux en Suisse pour prendre part à l’économie des sciences de la vie. Pareillement, alors que le Baden-Württemberg est aussi considéré comme « Le Land de l’Automobile17 », l’Alsace voisine cherche à maintenir un nouveau élevé d’échanges commerciaux avec l’Allemagne grâce notamment à l’industrie automobile. Au final, dans cette région où les cultures se mélangent, on peut dire que chacun tire profit des avantages chez les voisins et que la croissance de l’un, fait le bonheur de l’autre. C’est en cela que l’interculturalité du Rhin supérieur est une force et nous allons maintenant, de façon chiffrée, tenter de vérifier cet argument. 16 L’enquête Export de la Cci de Région Alsace. Publié dans la revue Point éco Alsace, n°19 Janvier/Février 2016 17 http://www.automotive-bw.de/ plateforme recensant le marché et l’industrie automobile dans le Baden- Württemberg. Consulté dernièrement le 24/03/2016
  24. 24. L’attractivité du Rhin supérieur / Licence Thesis Page 23 sur 93 II.Intégration du facteur différenciateur : l’interculturalité Nous avons vu que la vie dans le Rhin supérieur ouvre à de nombreux avantages grâce à la diversité des systèmes intra-Rhin supérieur. Un employeur a accès à une large palette de main d’œuvre, qualifiée dans différents domaines selon le lieu de formation. Un allemand aura été enseigné par le savoir-faire local dans les secteurs industriels et un français bénéficie de formations attractives dans le domaine de l’hôtellerie, par exemple. Les deux individus ont d’ailleurs aussi eu la possibilité d’accaparer des compétences interculturelles et linguistiques en suivant des formations en apprentissages dans le pays voisin. Pour l’année scolaire 2015/2016 il y a eu 27 contrats d’apprentissage transfrontaliers signés entre le CFA et la CCI de Région Alsace et des entreprises Allemandes18 . Cette richesse interculturelle et tri-nationale s’étend aussi dans le milieu des affaires où une entreprise alsacienne peut vendre ses produits sur le territoire français mais aussi sur les marchés suisses et allemands. L’Allemagne est d’ailleurs le premier partenaire commercial de l’Alsace. Les chiffres des ventes alsaciennes ne font qu’augmenter (+1,3% en 2014) en assurant sa place de cinquième région exportatrice de France. Ces faits et chiffres nous permettent de formuler l’hypothèse suivante : l’interculturalité et l’aspect tri-national du territoire profitent à tous les acteurs du Rhin supérieur. Par le terme « interculturalité » nous entendons le fait que les habitants de différentes origines sont mis en relation dans le cadre du travail, des études et de la vie en général. L’aspect tri-national signifie aussi que trois systèmes économiques et politiques s’appliquent chacun sur leur territoire mais peuvent profiter au marché du pays voisin grâce à l’ouverture des frontières et aux coopérations bi- et tri-nationales existantes. Nous voulons donc savoir, si cette diversité des cultures et des systèmes sont des avantages pour l’économie du Rhin supérieur. Pour cela, nous mettrons la région tri-nationale en comparaison avec une région uni-nationale, n’ayant par définition pas cet aspect interculturel ou tri-national. Pour cette comparaison nous avons choisi la région des Pays de la Loire, car elle fait partie des régions françaises en bonne santé économique, avec un chômage moins élevé que la moyenne nationale et une croissance du PIB à 1,2% entre 2012 et 2013. Ces bons chiffres sont accompagnés d’une légère hausse dans les secteurs de l’industrie et de la construction. Selon l’Observatoire Régional économique et social19 la consommation des ménages connait une croissance positive et il en va de même pour l’investissement des entreprises. L’économie des Pays de la Loire et du Rhin supérieur ont du potentiel et sont en croissance. Cependant, alors que le Rhin supérieur est à cheval sur trois pays, la région des Pays de la Loire est une région uni-nationale sans frontières avec l’international. C’est pourquoi nous traiterons premièrement de la particularité du territoire tri-nationale, puis nous ferons une comparaison de l’attractivité territoriale des deux régions. 18 Article « Apprentissage transfrontalier, débouchés assurés », par Mélanie Jehl dans la revue Point éco Alsace, n°19 Janvier/Février 2016 19 Synthèse mensuelle de la conjoncture régionale par l’ORES, N°70 – Février 2016 (Pays de la Loire)
  25. 25. L’attractivité du Rhin supérieur / Licence Thesis Page 24 sur 93 Particularité du territoire tri-nationale, Rhin supérieur : programme INTERREG La première grande distinction entre une région tri-nationale et une région uni-nationale s’observe au niveau des fonds de financements. Le Rhin supérieur à cette particularité de bénéficier du programme INTERREG ayant pour objectif de promouvoir la coopération entre les régions européennes. Le programme est adapté à toutes les régions membres du programme :  INTERREG A : Coopération transfrontalière (développement régional intégré entre régions frontalières) :  INTERREG B : Coopération transnationale (constitution de grands groupes de régions européennes)  INTERREG C : Coopération interrégionale (échange d'informations et partage d'expériences) L’objectif de la coopération territoriale européenne20 est de mettre en réseaux les acteurs de part et d’autre des frontières et de réduire les effets négatifs des frontières. Cette idée s’installe dans la politique de cohésion de l’union européenne et est financé par le Fonds européen de développement régional (FEDER) et exceptionnellement par les Cantons du Nord-Ouest de la Suisse dans le cas du projet INTERREG Rhin supérieur afin de permettre aux trois pays membres du territoire tri-national de profiter des fonds. L’Union européenne a officialisé deux grandes lignes pour la période 2014-2020 sous la « Stratégie Europe 2020 » : - Investissement pour la croissance et l’emploi - Coopération Territoriale Européenne Pour la coopération inter-régionale et tri-nationale, le fond INTERREG V (qui correspond à la période 2014-2020) bénéficie d’un budget s’élevant à hauteur de 8 948,26 millions d’euros incluant les 9,2 millions de Francs Suisse mis à disposition par la Confédération helvétique pour cofinancer des projets. Nous tenions à décrire ce programme car il est un atout majeur du Rhin supérieur par rapport à une région qui n’en bénéficie pas. Il faut savoir que la région tri-nationale bénéficie de ce fonds de financement uniquement grâce à son caractère tri-national et sa spécificité interculturelle que l’Union européenne cherche tant à promouvoir. Cela fait depuis 1989 que le Rhin supérieur bénéficie de ce programme qui est à son neuvième exemplaire (INTERREG V). Et ce qui fait la force de cette initiative, c’est qu’elle ne se limite pas à un domaine spécifique. Que ce soit pour la recherche et l’innovation, l’aménagement du territoire, le tourisme, la culture ou la formation et l’emploi, tous les projets transfrontaliers peuvent bénéficier de cette source d’investissement non négligeable. De nombreuses initiatives ont vu le jour depuis 1989, notamment dans le cadre de l’enseignement et de la formation à l’image du système EUCOR qui soutient la mobilité des 20 Pour plus d’informations sur le programme INTERREG Rhin supérieur : consulté le site web http://www.interreg-rhin-sup.eu/ dernièrement consulté le 30/03/2016
  26. 26. L’attractivité du Rhin supérieur / Licence Thesis Page 25 sur 93 étudiants et des enseignants dans la région en question. Mais aussi un grand nombre de formations bi- et tri-nationales dans le domaine du bâtiment (cursus tri-nationale en bâtiment, travaux publics et environnement) par exemple. Il a aussi été question de mettre en place une formation linguistique franco-allemand des gendarmes et des policiers afin d’optimiser la coopération policière (INTERREG III et INTERREG III Pamina). On ressent réellement une coopération très active dans le domaine de la formation et cela a permis et permet encore de former une main d’œuvre qualifié linguistiquement et apte à travailler dans un cadre bi- voir tri- nationale. C’est aussi un atout majeur pour l’investissement des entreprises. Ce programme donne une impulsion sans précédent à de nombreux projets d’entreprenariat et d’économie. Le programme INTERREG IV (2007-2013) a financé un projet transfrontalier visant à améliorer les performances économiques des exploitations biologiques du Rhin supérieur. Un autre projet était la création d’un réseau tri-national sur l’énergie dans la région métropolitaine du Rhin supérieur. Le coût global du projet était de 868 405€ et financé à plus de 40% par le programme INTERREG. Bien entendu, nous venons de citer quelques projets dans toute la liste des actions transfrontalières menées depuis la mise en place de ce fond de financement. En ce qui concerne le programme précédent, INTERREG IV, le Fonds européen de développement régional (FEDER) a cofinancé autour de 115 projets impliquant la participation d’environ 500 institutions françaises, allemandes et suisses. Les investissements dans les projets transfrontaliers ont représenté un volume total de 140 millions d’euros sur la période 2007-2013, ce qui a aussi permis la création de plus de 300 emplois. Selon les sources21 la thématique la plus concernée par le programme INTERREG IV était la recherche et l’innovation dont 32 projets ont bénéficiés des finances mis à disposition à hauteur de 25,4 millions d’euros. Comprenons bien que ce programme est un réel facteur d’attractivité pour des entreprises et des professionnels dans tous les domaines. Le fait de bénéficier de ces fonds dynamise l’économie du territoire tri-nationale et c’est une réelle richesse du Rhin supérieur qui ne se retrouve pas dans une région uni-nationale telle que nous allons le voir dans la comparaison suivante. 21 Rapport INTERREG IV Rhin supérieur 2007-2013 à l’heure du Bilan, par Interreg Rhin supérieur
  27. 27. L’attractivité du Rhin supérieur / Licence Thesis Page 26 sur 93 Facteurs et critères pour comparer l’attractivité d’un territoire uni-national avec un territoire tri-national Maintenant que nous voulons comparer l’attractivité territoriale entre les Pays de la Loire et le Rhin supérieur, nous devons prendre en compte le fait que nous confrontons deux régions de natures différentes. A l’inverse de la première comparaison, nous voulons étudier une région tri-nationale avec une région uni-nationale qui n’est pas en contacte directe vu qu’il n’y a pas de frontières voisines entre elles. C’est pourquoi nous ne pouvons pas produire une comparaison avec les mêmes critères que dans l’étude précédente. Pour cette analyse nous allons considérer le Rhin supérieur comme étant la « Région Métropolitaine Tri-nationale », ainsi nous allons unifier les chiffres franco- germano-suisse pour cette comparaison. Ces chiffres pourront alors être réutilisés dans notre outil d’analyse économique que nous allons adapter à cette étude. Tout d’abord, nous allons redéfinir huit critères essentiels et pertinents pour comparer la région uni-nationale des Pays de la Loire et la région tri-nationale du Rhin supérieur. L’analyse nous permettra de comparer la qualité de vie moyenne dans les deux régions avec l’indicateur du PIB/habitant. L’indicateur évoqué nous donnera aussi un aperçu de la taille du marché et dans cette même optique, nous indiquerons la croissance du PIB pour exprimer la santé économique des deux éléments de comparaison. Un autre facteur d’attractivité territoriale est la qualité de la main d’œuvre présente localement. Alors que ce facteur est relativement mobile au sein du Rhin supérieur et donc, moins révélateur pour la première comparaison intra-Rhin supérieur, il devient pertinent et déterminant pour la comparaison entre deux région éloignées l’une de l’autre. La main d’œuvre est alors considérée comme un facteur immobile et propre à chaque région dans cette analyse. A ce même titre, l’efficacité du marché du travail reste un critère de comparaison ici. Pour montrer le rapport à l’internationale des deux régions, ainsi que leur capacité faire du commerce avec l’internationale, nous analyserons les exportations réalisées sur une année. Nous voudrions aussi comparer le degré de maturité des entreprises et du monde des affaires et, à cet effet, la Commission européenne estime que la valeur ajoutée de l’économie régionale est un indicateur révélateur. Cela révèle l’importance et la solidité des secteurs d’activités au sein d’une région. Ce qui est aussi déterminant pour des résidents ou des dirigeants d’entreprises, c’est l’accessibilité et les réseaux de transports du territoire en question. Pour définir le développement d’une région dans ce domaine nous avons mis en place l’échelle suivante : Tableau E : Echelle de mesure pour « Transport et accessibilité » Critère Niveau Echelle Transport et accessibilité Niveau 5 + aéroport et port internationale Niveau 4 + aéroport et port nationale Niveau 3 + réseaux ferroviaire rapide (TGV) Niveau 2 + réseaux ferroviaire Niveau 1 Réseaux routier Niveau 0 Aucun réseau de transport (Détail des différentes échelles dans l’annexe 2, Cahier des Charges)
  28. 28. L’attractivité du Rhin supérieur / Licence Thesis Page 27 sur 93 Il nous reste un huitième et dernier critère de comparaison d’attractivité territoriale à citer : les dépenses en recherche et développement. Nous sommes dans une époque où les entreprises cherchent constamment à innover pour améliorer la qualité de vie et les processus de travaux dans les entreprises. C’est donc intéressant pour un dirigeant d’entreprise de savoir qu’elle est la politique régionale dans la matière. Voici le résumé des huit critères : - (1) Taille du marché, indicateur : PIB/Habitant - (2) Taille du marché, indicateur : croissance du PIB - (3) Education et qualité de la main d’œuvre, indicateur : Nombre d’étudiants dans l’enseignement supérieur - (4) Efficacité du marché du travail, indicateur : taux d’activité par rapport au taux de chômage - (5) Degré de maturité des entreprises, indicateur : valeur ajoutée de l’économie régionale - (6) Degré de maturité des entreprises, indicateur : Total d’exportations sur une année - (7) Infrastructures, indicateur : Importance des réseaux de transport et accessibilité du territoire - (8) Innovation, indicateur : part des dépenses en R&D dans le PIB Maintenant que les critères pour la comparaison de l’attractivité territoriale sont fixés, nous pouvons les mettre en application dans l’outil d’analyse économique. Comparaison entre les Pays de la Loire et le Rhin supérieur Pour avoir des chiffres unifiés et représentatifs de la région tri-nationale du Rhin supérieur nous utilisons les données de l’enquête de la Conférence Franco-Germano-Suisse du Rhin supérieur dans la brochure « Faits et Chiffres 2014 ».
  29. 29. L’attractivité du Rhin supérieur / Licence Thesis Page 28 sur 93 Tableau F : Application chiffrée de la région tri-nationale, Rhin supérieur (selon les huit indicateurs) Critère Indicateur Données Référence échelle (outil d’analyse économique) 1 Taille du marché PIB/Habitant 38 946,71 USD (2010) Niveau 3 2 Taille du marché Croissance du PIB 1,25% (2012) Niveau 3 3 Qualité de la main d’œuvre Nombre d’étudiants dans l’enseignement 199 100 Niveau 5 4 Efficacité du marché du travail taux d’activité par rapport au taux de chômage 17,54% Niveau 5 5 Dynamisme et économie Valeur ajoutée de l’économie régionale 214,4 millions d’euros Niveau 5 6 Dynamisme et économie Total d’exportations sur une année 25,9 milliards d’euros (2012) Niveau 4 7 Infrastructures Importance des réseaux de transport et accessibilité du territoire Remplis tous les critères Niveau 5 8 Innovation part des dépenses en R&D dans le PIB 5,1% Baden Württemberg + 1,58% Palatinat +1,7% Alsace + 2,2% NordWestSchweiz Moyenne 2010 : 3,5% Niveau 5 Graphique 5 : Mise en forme de l’outil d’analyse économique pour le Rhin supérieur
  30. 30. L’attractivité du Rhin supérieur / Licence Thesis Page 29 sur 93 Tableau G : Application chiffrée de la région uni-nationale, Pays de la Loire (selon les huit indicateurs) Critère Indicateur Données Référence échelle (outil d’analyse économique) 1 Taille du marché PIB/Habitant 28 473,76 USD (2010) Niveau 2 2 Taille du marché Croissance du PIB 1,2% (2013) Niveau 3 3 Qualité de la main d’œuvre Nombre d’étudiants dans l’enseignement 117 920 Niveau 4 4 Efficacité du marché du travail taux d’activité par rapport au taux de chômage 8,15% Niveau 2 5 Dynamisme et économie Valeur ajoutée de l’économie régionale 94 449 millions d’euros Niveau 2 6 Dynamisme et économie Total d’exportations sur une année 17,9 milliards d’euros (2012) Niveau 2 7 Infrastructures Importance des réseaux de transport et accessibilité du territoire Remplis tous les critères Niveau 5 8 Innovation part des dépenses en R&D dans le PIB 1,2% (2011) Niveau 2 Graphique 6 : Mise en forme de l’outil d’analyse économique pour la région des Pays de la Loire
  31. 31. L’attractivité du Rhin supérieur / Licence Thesis Page 30 sur 93 Afin de compléter les tableaux avec les huit critères, nous avons utilisé des documents officiels publiés par la Conférence du Rhin supérieur (franco-germano-suisse) d’une part, et l’ORES de la région des Pays de la Loire d’autre part. Cependant, il n’existe pas de statistiques sur les dépenses en recherche et développement du Rhin supérieur. C’est ainsi que nous avons calculé la moyenne de toutes les sous régions du Rhin supérieur afin d’obtenir un pourcentage unique de dépenses en R&D pour la région tri-nationale. Les Pays de la Loire est une région grande de 32 082 km² avec une population qui s’élève à 3,6 millions d’habitants qui fait partie des plus attractives de France. La région continue d’attirer capitaux et nouveaux résidents grâce à une économie dynamique et diversifiée. De plus, la part du PIB industriel y est plus élevée que dans le reste du pays : 18,3% du PIB régionale contre 14% en moyenne nationale. Les secteurs de la construction et de l’agriculture y sont aussi plus dynamique que dans le reste de la France. Il existe de nombreux pôles de compétitivité qui permettent à 45 000 salariés dans plus de 600 entreprises de travailler ensemble sur différents pôles. Parmi les 71 pôles en France, la région ligérienne en compte six, dont deux sont connus sur le plan mondial (Images & réseaux et Vegepolis, spécialisé dans l’innovation végétale). Lorsqu’on regarde l’outil d’analyse économique on constate que la région ligérienne présente le même niveau d’infrastructures de transports que le Rhin supérieur. Même si il semblerait qu’il y ait un léger avantage pour la région rhénane qui bénéficie déjà d’une LGV européenne alors que la région de Nantes devrait encore attendre jusqu’à la fin des travaux en 2018. Il en va de même au niveau des aéroports. Alors que l’aéroport de Bâle-Mulhouse enregistre 5 millions de passagers par an, l’aéroport nantais n’en compte que 3 millions. En revanche, la croissance du PIB annuel des deux régions analysées se situent dans le même ordre de grandeur, c’est-à-dire, environs 1,2% chacun. Cette croissance indique qu’il y a une bonne réaction de la part de l’économie locale après les difficultés subis en 2008-2009, après la crise. La représentation graphique témoigne aussi d’une main d’œuvre plus qualifié dans le Rhin supérieur, avec prêt de 200 000 étudiants inscrits dans l’enseignement supérieur sur l’année universitaire 2013 – 2014. Cet avantage rhénan est certainement aussi dû à une plus grande démographie que dans les Pays de la Loire (6 millions d’habitant dans le Rhin supérieur contre 3,6 dans la région ligérienne). Il est donc évident qu’il y a plus d’étudiants dans l’enseignement supérieur dans une région plutôt que dans l’autre. En revanche, une étude22 montre que la région des Pays de la Loire à une proportion de cadres plus faible que la moyenne nationale avec 12%, contre 16% en moyenne nationale. Malheureusement il n’existe pas de statistiques dans ce domaine pour le Rhin supérieur. Voici les seuls points de similitudes entre les Pays de la Loire et la région du Rhin supérieur. Pour tous les autres critères étudiants à l’aide de l’outil d’analyse on remarque une large avance pour la région tri-nationale. Nous l’avons vu, sur huit critères évalué, le Rhin supérieur se situe cinq fois au maximum de l’échelle. Il fait bon vivre dans l’ensemble de la région. Le PIB/habitant plafonne à 38 946 USD et le marché du travail est particulièrement efficace grâce aux efforts fournis du côté Suisse et Allemand. Nous avons vu précédemment que ces deux sous-régions du Rhin supérieur (Palatinat, Baden-Württemberg et Nordwestschweiz) sont extrêmement compétitives et tirent les résultats économiques du Rhin supérieur vers le haut. Ce même marché est constamment alimenté par de nombreux étudiants dans l’enseignement supérieur. Pour continuer sur cette analyse, on constate que la valeur ajoutée de l’économie régionale est plus de deux fois supérieure 22 http://www.nantes-developpement.com/ « Les pôles de compétitivités confirment la vitalité économique régionale », par Alexandre KARP, publié le 21/10/2010
  32. 32. L’attractivité du Rhin supérieur / Licence Thesis Page 31 sur 93 dans le Rhin supérieur que dans les Pays de la Loire. Encore une fois, cela s’explique par la qualité du secteur industriel Badois et par l’excellence dans les domaines pharma et biotechniques du nord- ouest de la Suisse. A côté de cela, il faut mentionner le fait que les trois systèmes politiques présents dans le Rhin supérieur accordent chacun une grande importance à la recherche et au développement. Le Baden-Württemberg excelle sur ce plan en consacrant 5,1% de son PIB au R&D. La moyenne régionale rhénane culmine à 3,5% du PIB consacré au R&D, ce qui fait du Rhin supérieur un territoire extrêmement innovant et attractif pour des entreprises innovantes. Regardons à présent le graphique ci-dessous nous permettant de juger visuellement de la différence qui oppose les Pays de la Loire au Rhin supérieur : Graphique 7 : Comparaison de l’attractivité territoriale Grâce à cette comparaison de l’attractivité territoriale, nous constatons qu’en unissant les forces présentes au sein du Rhin supérieur, nous obtenons une région puissante économiquement et, sur la base de notre analyse, beaucoup plus attractive que la région des Pays de la Loire qui est une région uni-nationale. La région transfrontalière, où les systèmes et les cultures se mélangent semblerait donc être une recette exemplaire pour la réussite économique. Le but de cette comparaison était de voir si une région tri-nationale avait plus de potentiel qu’une région uni-nationale. Aussi, nous voulions voir si l’aspect interculturel et tri-national consisterait en un frein ou un accélérateur de l’économie. Pour cela, nous avons défini huit critères de comparaison pouvant correspondre aux facteurs d’attractivité d’un territoire. Ainsi, sur la base de cet outil d’analyse économique nous avons pu constater que le Rhin supérieur profite de l’excellence allemande et de la richesse suisse, même si les résultats français ne sont pas avantageux. La combinaison des trois systèmes représentés par le Palatinat, Baden-Württemberg, le Nordwestschweiz et l’Alsace profitent à l’économie locale et la « tri-nationalité » l’emporte, d’un point de vue statistique, sur l’ « uni-nationalité » ligérienne. Alors que les chiffres ont parlés, il reste tout de même quelques questionnements par rapport au Rhin supérieur en tant que région. Les richesses de la tri-nationalité et du mélange culturelle sont certains et l’économie rhénane s’est développé sur le travail des trois régions frontalières. Cependant, il nous semble important de savoir si les richesses du Rhin supérieur, telles que nous les avançons dans ce récit, sont aussi perçues par les différents acteurs économiques.
  33. 33. L’attractivité du Rhin supérieur / Licence Thesis Page 32 sur 93 III. Etude exploratoire sur le Rhin supérieur Présentation de l’étude exploratoire Dans le cadre de ce travail nous avons soulevé un certain de questionnement par rapport à l’attractivité territoriale du Rhin supérieur. Nous avons ensuite cherché à y répondre à l’aide d’explications et d’un outil d’analyse économique. Ces premières étapes nous ont montrés que le Rhin supérieur est une région attractive à en croire les chiffres et les données obtenues. Il semblerait aussi que la richesse tri-nationale prévaut sur l’uni-nationalité. Avec cette étude exploratoire et qualitative nous voulons inclure l’opinion d’acteurs présents dans le Rhin supérieur quant à la perception des atouts du territoire. L’enquête qualitative a été menée auprès de différentes personnes actives de part et d’autre du Rhin afin de rassembler un grand nombre de points de vue différents sur la thématique. Vous retrouveriez donc un ensemble d’interviews menées avec des professionnels, des professeurs d’universités mais aussi des hommes politiques de différentes nationalités présentes dans le Rhin supérieur. Voici la liste des personnes ayant acceptées de prendre part à l’enquête qualitative : - Dr. Herr Hans-Martin TSCHUDI a. Regierungsrat des Kantons Basel-Stadt, ehem. Präsident der D-F-CH-Oberrheinkonferenz, Vizepräsident und Berichterstatter a.D. für die grenzüberschreitende Zusammenarbeit im Kongress der Gemeinden und Regionen des Europarates. Rechtskonsulent, Unternehmensberater bei Furer & Karrer Basel, Lehrbeauftragter an den Universität St. Gallen und Strasbourg - Herr KIRCH Human Ressources Director, Europa-Park GmbH - Mr. Goulet Docteur en sociologie, chercheur associé du SAGE et enseignant à l’université de Strasbourg - Herr Zenetti Maître de conférences, Langues et littératures germaniques FSESJ
  34. 34. L’attractivité du Rhin supérieur / Licence Thesis Page 33 sur 93 - Mr. Linder Chef de projet Pays germanophones ACCES Alsace – Agence d’attractivité - Mr. Hager Business Development Manager (Area North America) ACCES Alsace – Agence d’attractivité - Mr. Belliard Maire de Sierentz et ancien Vice-président du Conseil Régional d’Alsace, ancien Président de la Commission Coopération transfrontalière et décentralisé et ancien Vice-président du Congrès du Conseil de l’Europe De façon générale nous avons constitué un questionnaire avec des questions précises sur la thématique, tout en laissant la possibilité à chacun d’apporter sa propre vision des choses connaissant la diversité des domaines de prédilection de chacun. Chaque entretien à durée entre trente minutes et une heure durant lequel les personnes interrogées ont acceptée de répondre aux questions en étant enregistrés. L’objectif principal de l’étude exploratoire était de rassembler des réponses par rapport à la perception de l’interculturalité au sein du Rhin supérieur. Nous cherchons à savoir si la richesse du Rhin supérieur ainsi que son interculturalité est perçue comme tel par les acteurs présents dans la région et en dehors de celle-ci. Les recherches précédentes ont mises en avant le dynamisme économique et l’attractivité du Rhin supérieur auprès des différents acteurs économiques (entreprises, investisseurs, travailleurs, ménages), c’est pourquoi il est intéressant d’analyser les points de vue sur ces questionnements. En effet, les atouts et les facteurs faisant qu’un territoire est attractif n’ont que de la crédibilité si ces derniers sont aussi perçus par les acteurs économiques. Bien évidemment, nous ne tirerons pas de conclusions hâtives après cette étude puisqu’elle n’est qu’ « exploratoire ». Cela implique le fait que les réponses ne reflètent pas forcément la réalité telle qu’elle est vécue par l’ensemble de la population. Cependant, elle permettra de justifier, ou non, les hypothèses apportées dans cette rédaction.
  35. 35. L’attractivité du Rhin supérieur / Licence Thesis Page 34 sur 93 Analyse des réponses obtenues Les questions posées aux différentes personnes doivent nous permettre de voir si leurs réponses rejoignent les points évoqués dans notre rédaction, ou s’ils contredisent nos hypothèses. La première partie de notre analyse de l’enquête exploratoire se basera sur ces trois questions : - Qu’est ce qui rend la région du Rhin supérieur dynamique économiquement ? - Quels sont les facteurs d’attractivité du Rhin supérieur ? - Qu’est ce qui fait la force du Rhin supérieur, par rapport à une région uni-nationale ? Ces trois questions rejoignent les points que nous avons abordés au début de ce travail lorsque nous avons évoqué les facteurs qui rendent le Rhin supérieur attractif. Nous avions alors apporté des éléments par rapport au tissu et au dynamisme économique du territoire. Aussi, nous avons abordé la qualité de vie particulièrement bonne qui est significative de la région tri-nationale. Puis, dans un second temps chercherons à savoir si l’interculturalité et l’aspect tri-national du Rhin supérieur est perçu, par les différents acteurs économiques, comme étant un critère d’attractivité supplémentaire. Pour cela nous mettrons en avant les réponses obtenues aux questions : - Comment le caractère tri-national/interculturel est-il perçu par les travailleurs et les entreprises ? Une force ou un frein ? - Peut-on dire que l’interculturalité est perçue par des acteurs (investisseurs, résidents, travailleurs, entreprises etc…) au-delà des frontières du Rhin supérieur ? - L’interculturalité, est-ce une raison pour venir dans le Rhin supérieur ? Vous avez aussi la possibilité de consulter l’intégralité des entretiens individuels dans l’annexe 3, intitulé « Compte rendu de l’enquête exploratoire ». Dynamisme et économie du Rhin supérieur Les échanges autour de ce thème nous ont permis d’apporter des éléments de réponses externes à nos analyses précédentes. D’une part, les personnes interrogées ont cité un certain nombre de facteurs dynamisant l’économie du Rhin supérieur mais d’autre part, les discussions ont équilibré leurs propos en mettant à la lumière du jour les manquements de la région ainsi que les défis à relever dans l’avenir pour maintenir l’attractivité de cette région tri-nationale. Dans nos écrits, nous évoquions la richesse des secteurs de l’industrie dans le Rhin supérieur et plus particulièrement dans le Baden-Württemberg, le Palatinat et le Nord-Ouest de la Suisse. Plusieurs personnalités ont mis en avant cette qualité industrielle comme étant un atout et aussi un facteur d’attractivité du territoire étudié. Voici quelques citations soutenant ces propos : « Le Rhin supérieur jouit d’une tonicité industrielle. » Mr. Linder Chef de projet Pays germanophones ACCES Alsace – Agence d’attractivité
  36. 36. L’attractivité du Rhin supérieur / Licence Thesis Page 35 sur 93 « Oui je crois qu’il y a une culture industrielle propre au Rhin supérieur avec des troncs communs qui remontent au XIXe siècle avec le développement du textile, dans la région de Mulhouse transférée indirectement vers la partie allemande et suisse au travers des secteurs de la chimie. Donc après il y a une base industrielle commune. En tout cas, essentiellement pour la partie sud de la région. Le nord est un peu plus segmenté. » Mr. Hager Business Development Manager (Area North America) ACCES Alsace – Agence d’attractivité « Le berceau et les origines de l’industrie et de la machine, c’est le bassin du Rhin supérieur. C’était ici. » Mr. Belliard Maire de Sierentz et ancien Vice-président du Conseil Régional d’Alsace, ancien Président de la Commission Coopération transfrontalière et décentralisé et ancien Vice-président du Congrès du Conseil de l’Europe En restant dans le même sujet, beaucoup d’acteurs interrogés ont mis en avant la concurrence intra- Rhin supérieur en adoptant un discours élogieux vis-à-vis des régions du Baden-Württemberg et du Nordwestschweiz. Aussi, la totalité des participants n’ont pas manqué de souligner le point faible du Rhin supérieur : l’Alsace. Des chiffres du chômage loin de ce qu’on observe dans les autres sous- régions du Rhin supérieur, un recul de l’industrie contraire à la puissance Allemande et de faibles investissements dans ces secteurs. Mais il faut avouer que ces propos ne sont pas une surprise pour nous, étant donné les résultats affichés par l’outil d’analyse économique lors de la comparaison intra-Rhin supérieur : « Par contre, l’Alsace est un peu « l’enfant difficile » sur le plan économique avec 11% de chômage. C’est pourquoi il est important de concentrer les efforts sur la promotion économique de l’Alsace et du Rhin supérieur en générale. » Dr. Hr Hans-Martin TSCHUDI a. Regierungsrat des Kantons Basel-Stadt, ehem. Präsident der D-F-CH-Oberrheinkonferenz « Je n’ai pas l’impression que l’Alsace soit le côté le plus dynamique du Rhin supérieur, alors qu’historiquement elle l’était. » Mr. Goulet Docteur en sociologie, chercheur associé du SAGE et enseignant à l’université de Strasbourg
  37. 37. L’attractivité du Rhin supérieur / Licence Thesis Page 36 sur 93 En soutient aux secteurs industriels, nous évoquions un tissu économique avec des PME implantées en Alsace : « Par cet historique on a un tissue économique intéressant et beaucoup de PME soutenus par le gouvernement français. Ces PME en questions soutiennent les grands groupes et on sait que la plus forte création d’emplois vient des PME. Cela contribue à un bon emploi et un dynamisme économique et social. » Herr Zenetti Maître de conférences, Langues et littératures germaniques FSESJ Ces réponses révèlent la diversité de l’économie au sein du Rhin supérieur. Avec la puissance industrielle et la présence des PME, on peut parler d’une économie à deux temps et déséquilibrée. Ces différences sont explicables par les systèmes politiques qui varient d’un pays à un autre. Cela nous a amené à parler de concurrence intra-Rhin supérieur, mais certaines personnalités dont Herr Kirch (DHR d’Europa-Park) et Herr Zenetti (professeur universitaire) ont souligné l’aspect collaboratif des cultures du Rhin supérieur : « L’avantage d’une région frontalière c’est de pouvoir compenser les faiblesses d’un pays avec les forces d’un pays voisins. On le voit dans l’exemple suivant : lors d’une crise économique en France, celle-ci est allégé par la stabilité suisse et allemande, et ce, sur tous les marchés. On fait ce constat sur le marché du travail alors qu’il y a plus de 10% de chômage en Alsace et seulement 3,3% dans l’Ortenau (Baden-Württemberg, Allemagne) les travailleurs français viennent se former et travailler en Allemagne. Et vice-versa. Et ça c’est le plus grand avantage que je vois directement. » Herr KIRCH Human Ressources Director, Europa-Park GmbH « Ce qui est intéressant également : le tissue industriel n’est pas le même de chaque côté du Rhin. En Suisse, le milieu pharmaceutique et biologique. En Allemagne, les énergies renouvelables. Et en France, malgré tout, un secteur automobile. Cela ouvre la porte à des coopérations sans se faire concurrence, ce qui est très important. » Herr Zenetti Maître de conférences, Langues et littératures germaniques FSESJ En plus de cette structure économique, nous avons mesuré l’attractivité territoriale à l’aide d’indicateurs tels que le PIB/habitant et la croissance annuelle du PIB afin de juger sur la santé économique, la production de richesse et la qualité de vie d’une région peuvent être considérées comme un avantage. En plus de cela, l’outil d’analyse économique que nous avons mis en place a montré que ces critères étaient aussi des atouts pour la région du Rhin supérieur par rapport à une région uni-nationale. Dans cette enquête, nous avions demandé aux participants de nous donner, selon eux, des atouts propres au Rhin supérieur. Il s’est avéré que beaucoup ont valorisés la qualité des infrastructures de transports permettant aux résidents de se rendre rapidement d’un point A à
  38. 38. L’attractivité du Rhin supérieur / Licence Thesis Page 37 sur 93 un point B dans toute la région transfrontalière. Cette force au niveau des transports a été mise en lien avec la situation géographique favorable du territoire d’étude. Nous évoquions la « banane bleue » qui représente la zone la plus dynamique en Europe. Dans la même direction, Herr Tschudi pense que c’est un avantage considérable pour la région. Voici quelques réponses récoltés quant à la qualité de vie, la situation géographique et les infrastructures de transports du Rhin supérieur : « Nous vivons dans cette « banane bleue » au centre de l’Europe. Au milieu des grands axes de transports routiers, fluviaux et ferroviaires, le tout, accompagné par l’EuroAirport qui ne cesse de croître. Se déplacer dans le Rhin supérieur n’est plus une problématique grâce à ces infrastructure : Bâle – Strasbourg en quelques minutes avec le TGV.» Dr. Hr Hans-Martin TSCHUDI a. Regierungsrat des Kantons Basel-Stadt, ehem. Präsident der D-F-CH-Oberrheinkonferenz « L’autre point fort est de se trouver dans la banane bleue et le Rhin est toujours une épine dorsale de l’Europe. Ensuite on peut dire que la proximité avec l’Allemagne, le partenaire le plus puissant en Europe, est un avantage sans précédent. Il vaut mieux voisiner avec un partenaire puissant qu’avec un pays en déclin. Il y a donc la prospérité et l’avancé. » Mr. Goulet Docteur en sociologie, chercheur associé du SAGE et enseignant à l’université de Strasbourg « Bonne qualité de vie : Le Baden-Württemberg est considéré comme le « midi de l’Allemagne », plus de soleil, température douce. On est aussi une région viticole, agricole, culturelle, touristique accompagnée de belles villes riches culturellement. » Mr. Linder Chef de projet Pays germanophones ACCES Alsace – Agence d’attractivité « Si il faut globaliser, bon, je commencerais par dire que le bassin Rhénan est tout simplement beau. Je crois qu’il y fait bon vivre, avec ce climat continental qui équilibre le climat. […] Il parait que Louis XIV s’est écrié du haut de la vallée de Saverne, en voyant ce territoire : « c’est le plus beau jardin du monde ». » Mr. Belliard Maire de Sierentz et ancien Vice-président du Conseil Régional d’Alsace, ancien Président de la Commission Coopération transfrontalière et décentralisé et ancien Vice-président du Congrès du Conseil de l’Europe
  39. 39. L’attractivité du Rhin supérieur / Licence Thesis Page 38 sur 93 Le Rhin supérieur c’est aussi 6 millions d’habitants qui forment ensemble, un marché potentiel attractif qui contribue au dynamisme économique de la région. Cette même démographie attire des entreprises : « C’est sûr ! Elle [la région du Rhin supérieur] est ultra-dynamique. Il y a 6 millions d’habitants dans le Rhin supérieur, comparable avec le Danemark. Et la zone Nordwest Schweiz représente la deuxième région la plus puissante économiquement, après Zurich. Du côté Allemand, le Baden-Württemberg et la Bavière sont aussi très puissante avec une bonne situation économique. » Dr. Hr Hans-Martin TSCHUDI a. Regierungsrat des Kantons Basel-Stadt, ehem. Präsident der D-F-CH-Oberrheinkonferenz « Forte démographie, population dense. MAIS pronostic démographique varie d’une région à l’autre. (Vieillissement accéléré en Allemagne est une faiblesse) à l’avenir en Alsace on comptera avec 2 millions d’habitants selon les estimations. » Mr. Linder Chef de projet Pays germanophones ACCES Alsace – Agence d’attractivité « Globalement, l’attractivité du Rhin supérieur se base sur le grand nombre de clients privé et publique. Il y a un gros potentiel de clients composés de sociétés et une population avec un pouvoir économique fort. A mon sens, les forces industriels et le grand nombre de clients potentiels forment les plus grandes forces du Rhin supérieur. » Mr. Hager Business Development Manager (Area North America) ACCES Alsace – Agence d’attractivité On se rend compte que les facteurs du dynamisme économique du Rhin supérieur sont les mêmes pour les acteurs de la région interrogés. Ce sont d’ailleurs les critères que nous avons utilisés pour mesurer l’attractivité territoriale dans nos comparaisons intra- et extra-Rhin supérieur. Au travers de cette enquête on parle de bonne qualité de vie dans la région transfrontalière, d’excellents secteurs de l’industrie dans les zones allemandes et suisses, d’une situation géographique au cœur de l’Europe qui profite à chacun, avec un réseau et des infrastructures de transports favorisant les échanges transfrontaliers du Rhin supérieur. Finalement, le vocabulaire retrouvé dans les interviews rejoint ceux que nous avions évoqués dans nos recherches. Mais ce qui nous intéresse maintenant, c’est de connaître la perception de ces acteurs par rapport à la spécificité du Rhin supérieur, c’est-à- dire, l’aspect interculturel.

×