SlideShare une entreprise Scribd logo
étude PAR JACQUES DUPR * ET JULIETTE FAVRE
Marques de PGC
et patrimoine culturel
La pérennité des marques
dépend de leur aptitude à
s adapter ux évolutions
cultu elles et à co pter
plusieurs générations
au no bre de leurs
conso mateurs.
f II I I l I II II. Il II II If
Culture (dictionnaire Hachette) : « ensemble des
activités soumises à des or es socialeme t et
historiqueme t différenciées et des modèles de
co porte e t transmissibles par l éducation,
propre un groupe social déter i é ».
Au vu de cette définition, il est clair que les marques
que nous conso ons font partie intégrante de otre
p tri oine national et de notre culture. De la même façon,
les marques appartiennent de manière différenciée - selon
leur puissance, leur ncienneté, leur communication/
position ement - à notre histoire collective. Loin de nous
pourtant l ambition, en tant qu’institut d études des
ventes des PGC à partir des sorties de caisses, de réaliser
u e étude sociologique poussée sur le thème « arque et
culture ». No s n’aurions aucune légiti ité en la matière,
notamment en apportant une vision globale et non
onographique des milliers de marques qui co osent
le paysage de notre consommation. Toutefois, à partir de
différents tra aux effectués récem ent, nous pouvons
apporter quelques éclairages généraux.
Les grandes marques nationales
dans notr consommation aujourd hui.
Il y a quelques mois, nous avions réalisé un dossier pour le
compte de l ILEC, visant à examiner le poids des grandes
marques et leur évolution à moyen terme. Nous avons
complété ces infor ations en intégrant des données
sur leur âge. Nos investigations couvrent l ensemble des
Directeur Inslghts et Communication IRI.
"Inslghts anager IRI.
page 98 - la revue des marques - n°95 - juillet 2016
étude
marques réalisant plus de cinquante illions d euros
en 2015. L étude porte sur 271 marques, qui représent nt
glob lement près de 50 % de nos achats PGC et près des
deux tiers de nos ach ts de a ques (hors MDD).
L ancien eté de ces m rques. Les marques de notre panier
actuel, nous les conso ons depuis toujours ou presque :
leur âge moyen est de soixante-dix-neuf ans (et mê e de
près de quatre-vingt-dix ans si nous pondérons par leur
chiffre d’affaires I) ; quatre-vingts (36 %) d e tre elles sont
plus que centenaires.
L'âge des 271 marques de PGC de plus de 50 M€ (CA)
au sein des GC
Pour les plus jeunes, un tiers des marques sur le marché sont
transgénérationnelles, elles ont accompagné durant toute
leur vie leurs p rents, grands-parents et ê e arrière-
grands-parents. Les arques qui ont entre quatre-vingt-dix
et ce t ans, que nous pourrions dénommer les marques
« génération Aznavour ou Elisabeth II » sont des marques
que tous les Français connaissent et ont consommé, et
qui font donc partie de notre patrimoine commun : Fleury
ichon, Ricard, Bonduelle, Lactel, Petit Navire, Haribo, A ora,
Gemey, Materne, Label 5, Joker, Mlxa, Bordeau Chesnel,
Gerblé, Brassard, Orangina, Babybel, Lesieur, La vache qui
rit, Spontex, Mentos, Lutti, Heudeb rt, Mercurochrome, BN,
Danone. Rassurons-nous, les marchés des PGC ne sont pas
figés pour autant : soixante-neuf marques ont (comme
la fameuse ménagère cible) moins de cinquante ans et
quatorze d’entre elles sont apparues au xxie siècle.
Leur dynamique à court terme. Les grandes marques de
fabricants sont dynamiques. Leu s ventes ont progressé de
près de 14 % en cinq ans, cinq points de plus que l'ensemble
des marchés PGC (+10 %) I Les m rques de moins de cinquante
ans prog essent certes plus vite (+ 23 %), mais les centenaires
progressent à la même vitesse que leurs marchés.
Évolution des g an es marques entre 2010 et 015
Taux
e
croissa ce
Pourcentage
de marques à
+ 10 %
Total
13,8 57g andes m rques
oins de 50 ans 20,7 70
De 50 à 100 a s 13,2 53
Plus de 100 ans 8,8 47
Trois marques particulières
de la généra ion Glizab th II
Bonduelle, Fleury Micho et Mlxa, trois grandes ma ques
d'un âge moyen équivalent à celui de l ensemble des
grandes marques, prog essent chacune de près de 30 % en
cinq ans. Fortes de leurs racines, les grandes marques se
dévelop ent g âce au lancement de nouvelles référe ces
sur leurs marchés historiques, ou de nouveaux produits sur
des catégories péri hériques, en phase avec les tendances
culturelles actuelles. Bonduelle, quatre-vingt-dix ans et
toujours spécialiste du légume, réalise en 015 deux tiers
de ses vente avec ses références de quatrième gamme,
salades ou légumes surgelés. Les références de snacking,
produits « sans » et bio sont pa mi les p emières ventes
de Fleury Michon. Mixa ne s’adresse plus seuleme t aux
mamans pour le soin de leur bébé, 70 % des ventes de la
m rque se font dans d’autres catégories d'hygiène beauté.
Le mode de distribution des grandes marques évolue,
en phase avec notre culture d achat. Presque toutes les
grandes marques, hors produits frais naturellement,
sont disponibles sur Amazon; certaines d'entre elles
propose t également de la ve te directe de uis leur site
Web ou des boutiques éphémères, ne laissant pas aux
seules jeunes marques de prêt à porte ou de déco ce
canal de distribution très tendance. De même, via Twitter
ou Facebook par exemple, elles entretiennent avec leurs
acheteu s une grande proximité : la relation directe avec
le consommateur n'est pas l'exclusivité des marques très
récentes ou des circuits cou ts. Fleury Micho épond très
rapidement et régulièrement ux questions concerna t
la provenance des produits ou les modes de p oduction,
Mixa est épaulée par les « youtubeuses » our conseiller
la revue des marques - n°95 - juillet 2016 - page 99
étude
ses consommatrices, Bonduelle est la marque de grande
consommation qui inspire le plus confiance, selon un
sondage O inion Way.
De toute évidence, les gr ndes marques qui ne vi ent pas sur
leurs acquis et qui s adaptent aux changements de la société
et aux mouve ents des générations erdurent et continuent
de s intégrer dans notre p trimoine. Bien sûr, d'autres, aussi
puissantes que les récédentes à un oment donné mais
moins réactives, s'éteignent lentement, ais sûre ent. Les
marques qui ne sont pas arrivées à passer d'une génération à
l autre deviennent au mieux des madeleines de Proust (mais
« brandées » !), des marques « vintage » our une génération
particulière. D' utres peuvent être immolées sur le temple
de la rationalisation ou de la mondiali ation. Les exemples
personnels de l un des auteu s sont les fameux Mistral
Gagnant et Coco Bo r (évoqués par Ren ud) ou Ch mbourcy
« oh oui 1 », son lieu d'habitation.
Les autres marqu s patrimoniales.
Bien sûr, l ancrage dans notre consommation ne se limite
pas aux seules grandes arques institutionnelles et
incontournables à dimension nationale. La
France est constitué de territoires caractérisés
par leur histoire et leur géographie, en d autres
termes par leur culture propre. P r ailleurs,
tout au long du xxe siècle, notre pays a été une
terre d'immigration, et aujourd hui une part
importante de sa po ulation a des r cines
étrangères.
Les rques locales et égionales. Toutes les
études menées au cours des cinq dernières
années auprès des acheteurs montraient leur
attachement renforcé à leur environne ent
géographique et au marque locales. Ces
marques locales répond ient à plusieurs
aspirations complé entaires du consommateur
du début du ie siècle.
• Un souci d'identification culturelle dans
une société perçue comme de plus en plus
mondialisée, et de ce fait impersonnelle.
• Un désir de soutenir l'économie locale ou
régionale en difficulté et, au premier chef, les
agriculteurs et les industries ali entaires de
la région.
• Une conscience écologique, avec en toile de
fond la volonté de limiter les é issions de CO .
.1 r_ i
• Une recherche de lus en plus marquée pour des produits
sains et de qualité, et de manière sous-jacente avec l idée
qu un producteur local ne pouvait (se permettre de)
tro per son environnement géographique i édiat.
Afin de pouvoir porter une appréciation quantitative de
cette tendance de consommation, qui e pouvait être
qu'une nième déclaration d intention (peu suivie de réalité),
IRI a mené à plusieurs reprises depuis 2013 de premières
investigations sur ces marques locales. Nos plus récents
travaux ont été présentés lors des dernières journées
annuelles de l'IF . algré une définition restrictive, nous
avons u identifier un peu plus de 1 800 fabricants locaux
au travers de nos bases de données. Bien sûr, leur chiffre
d'aff ire consolidé reste très faible : il s’établit en effet à
1,3 milliard d’eu os en 2015. Sans commune mesure avec
les grandes marques étudiées précédem ent. Toutefois,
ce arché progresse de manière assez fo te : + 20 % de
croissance entre 2010 et 2015, soit plus rapide ent que les
PGC, et ême plus rapidement que les grandes marques
- qui semblaient les cham ionnes de la croissance. La
cartographie par département de leur implantation est sans
Poids local et régional
I Supé ieu à 2,4% L J 1,2 à 2,4 0/0
! 0,8 à 1,2 % Inférieur à 0,8
page 100 - la revue des marques - n°95 - juillet 2016
doute plus spectaculaire. Elle est en effet sans équivoque :
la puissance des m rques locales corres ond à des identités
régionales fortes com e la Bretagne, la Ve dée, le Pays
basque, le Nord-Pas-de-Calais, l Alsace ou la Savoie (cf. ca te).
Cette géographie des rques locales correspond
également au maintien de langues et dialectes, signe
évident de la volonté de sauvegarder une culture s écifique,
quelquefois contre le pou oir central ou ce tralisateur. Il
s agit enfin de régions qui sont en périphé ie et souvent
disposent de frontières avec d’autres pays et d autres
cultures. À l’inverse, les marques et fabricants locaux sont
m rginaux au sein d’un bassin parisien élargi qui cou re
plus de 50 % du ter itoire.
Marques/culture et i igration. Dans le cadre de
la réd ction de cet article, nous avons p océdé à des
investigations (à vocation exploratoire) sur les marques
« étrangères ». Nous nous sommes otamment intéressés
à quelques marques portugaises assez emblématiques
pour l communauté lusit nienne. Sans t op de surp ise,
nous retrouvons une très forte concentration dans les
départements de l b nlieue parisienne, m is également
dans des régions qui ont accueilli de forts contingents
portugais (Loiret et Loir-et-Cher notamment). La
consommation de certaines marques est donc, même au
sein de nouvelles générations, une manière de conserver
un lien avec leur pays, leur histoire et leur culture.
Les marques thématiques des distributeurs. Certains
distributeurs ont créé de véritables marques, qui ont pour
vocation de s’intégrer pleineme t dans notre patri oine
en jouant otamment sur nos traditions gastrono iques
locales, à l instar de Reflets de France et de Nos régions
ont du talent.
Qu il s agisse de très grandes marques à vocation nation le,
de marques à dimension géographique plus limitée ou de
marques étra gères,celles qui s insc ivent dans notrehistoire
sont celles qui arrivent à éviter l'écueil des change ents
naturels des générations en s'adaptant et en se renouvelant.
Les marques pparten nt à notre culture commune, à
notre pat i oine historique bénéficient dès lors d'un
supplément d’âme et d'image qui leur permet d'enregistrer
des perform nces très positives. Les industriels en sont
conscients, au point que certains relancent aujourd'hui des
m rques restées en som eil et qui appartenaient à notre
culture commune. Mais il convient sûrement d’identifier
celles qui ont encore ce potentiel, celles qui n'ont pas subi
de ruptures trop fortes dans le temps et qui dépassent l
simple cadre de la nostalgie passéiste (voire réactionnaire
ou rétrograde), tsl
une grande marque locale
La marque Malo a souvent été considérée comme
l'emblème de la marque locale forte au sein des PGC.
Notre ancien dirigeant, Olivier Géradon de Vera, la citait
volontiers dans ses co férences en signalant par exemple
que son absence dans un magasin de sa région ouvait
être le symptôme d une méconnaissance de sa zone de
chalandise et relevait de la faute professionnelle grave.
La Centrale laitière malouine est le fruit de l'histoire
bretonne : elle est apparue juste après-guerre pour
répondre à une directive du gouvernement de l'époque
visant à approvisionner l'ensemble du territoire national
en lait frais. Malgré sa taille et la structure concentrée
de son activité, il s'avère que cette marque phare n'entre
pas dans notre définition des marques locales de 2015
(ni même de 2010 d'ailleurs). Elle ne représente en effet
« que » 46 % dans son fief historique constitué de quatre
départements. Si nous observons ses résultats au cours
des inq dernières années, ils sont très illustratifs de la
capacité des marques locales (que l'on pourrait qualifier
de traditionnelles) à se développer. Entre 2010 et 2015,
son chiffre d’affaires a crû de près de 57 % au niveau
national. Dans son fief historique (départements 35, 22,
56 et 29), elle a progressé, notamment via l innovation
et la diversification, toujours sur son cœur de marché,
de près de 30 %. Dans sa zone secondaire d influence
(Normandie et Pays de l Loire) et en Île-de-France (région
dans laquelle elle était déjà bien implantée), ses ventes
ont augmenté de près de 50 %. Enfin, elle a doublé ses
ventes dans le reste du territoire national, même si elle
reste quasiment absente dans l'ensemble du grand Est et
du Sud de la France. Sans enfert eme t dans une culture
locale étouffante, Malo est l'e emple qu une marque qui
dispose de raci es profondes peut se diffuser et rejoindre
à terme, sans reniement de son ancrag géographique, la
atégorie des grandes (comme l'ont fait en leur temps les
arques observées dans notre première partie).
la revue des marques - n'95 - juillet 2016 - page 101

Contenu connexe

Similaire à La revue des marques juillet 2016

Etude ICC France 2015 - 2e panorama de l’économie de la culture et de la créa...
Etude ICC France 2015 - 2e panorama de l’économie de la culture et de la créa...Etude ICC France 2015 - 2e panorama de l’économie de la culture et de la créa...
Etude ICC France 2015 - 2e panorama de l’économie de la culture et de la créa...
yann le gigan
 
Ecoute Sociale : Les français à l’heure du confinement N°1
Ecoute Sociale : Les français à l’heure du confinement N°1Ecoute Sociale : Les français à l’heure du confinement N°1
Ecoute Sociale : Les français à l’heure du confinement N°1
leoburnettparis
 
Veille Né Kid 080528
Veille Né Kid 080528Veille Né Kid 080528
Veille Né Kid 080528
Nicolas Bard
 
La veille de né kid du 28.10.2010 : les nouvelles pratiques alimentaires
La veille de né kid du 28.10.2010 : les nouvelles pratiques alimentairesLa veille de né kid du 28.10.2010 : les nouvelles pratiques alimentaires
La veille de né kid du 28.10.2010 : les nouvelles pratiques alimentaires
Né Kid
 
Document de travail - L’évolution de la ségrégation résidentielle en France :...
Document de travail - L’évolution de la ségrégation résidentielle en France :...Document de travail - L’évolution de la ségrégation résidentielle en France :...
Document de travail - L’évolution de la ségrégation résidentielle en France :...
France Stratégie
 
Brand culture
Brand cultureBrand culture
La Veille de Né Kid Du 25 02 10 : le halal
La Veille de Né Kid Du 25 02 10 : le halalLa Veille de Né Kid Du 25 02 10 : le halal
La Veille de Né Kid Du 25 02 10 : le halal
Né Kid
 
Le cahier de tendances du marketing point de vente 2014
Le cahier de tendances du marketing point de vente 2014Le cahier de tendances du marketing point de vente 2014
Le cahier de tendances du marketing point de vente 2014
Emarketing.fr
 
Marketing ethnique: enjeux et freins pour les marques
Marketing ethnique: enjeux et freins pour les marquesMarketing ethnique: enjeux et freins pour les marques
Marketing ethnique: enjeux et freins pour les marquessourdillat
 
Marketing ethnique
Marketing ethniqueMarketing ethnique
Marketing ethnique
sourdillat
 
L'attractivité de Tourcoing - annexes
L'attractivité de Tourcoing - annexesL'attractivité de Tourcoing - annexes
L'attractivité de Tourcoing - annexes
Aurélie Constant
 
Newsletter Impact n°7
Newsletter Impact n°7Newsletter Impact n°7
Newsletter Impact n°7
366
 
Rapport entrepreneuriat-culturel
 Rapport entrepreneuriat-culturel Rapport entrepreneuriat-culturel
Rapport entrepreneuriat-culturel
CRM Spectacle
 
Pro'commerce : les nouvelles tendances de consommation
Pro'commerce : les nouvelles tendances de consommationPro'commerce : les nouvelles tendances de consommation
Pro'commerce : les nouvelles tendances de consommation
CCI de Nîmes
 
Distribution américaine, du Big Mall au City-Mall, révolutions en cours
Distribution américaine, du Big Mall au City-Mall, révolutions en coursDistribution américaine, du Big Mall au City-Mall, révolutions en cours
Distribution américaine, du Big Mall au City-Mall, révolutions en cours
Sauveur Fernandez
 
La veille de Né Kid du 03.09.2009 : les hipsters
La veille de Né Kid du 03.09.2009 : les hipstersLa veille de Né Kid du 03.09.2009 : les hipsters
La veille de Né Kid du 03.09.2009 : les hipsters
Né Kid
 
N42
N42N42
N42366
 
Newsletter Impact n°42
Newsletter Impact n°42Newsletter Impact n°42
Newsletter Impact n°42
366
 
201406 rapport entrepreneuriat-culturel
201406 rapport entrepreneuriat-culturel201406 rapport entrepreneuriat-culturel
201406 rapport entrepreneuriat-culturelechosentrepreneurs
 
Relation marque consommateur sondage bva-influencia
Relation marque consommateur sondage bva-influenciaRelation marque consommateur sondage bva-influencia
Relation marque consommateur sondage bva-influenciaJérôme MONANGE
 

Similaire à La revue des marques juillet 2016 (20)

Etude ICC France 2015 - 2e panorama de l’économie de la culture et de la créa...
Etude ICC France 2015 - 2e panorama de l’économie de la culture et de la créa...Etude ICC France 2015 - 2e panorama de l’économie de la culture et de la créa...
Etude ICC France 2015 - 2e panorama de l’économie de la culture et de la créa...
 
Ecoute Sociale : Les français à l’heure du confinement N°1
Ecoute Sociale : Les français à l’heure du confinement N°1Ecoute Sociale : Les français à l’heure du confinement N°1
Ecoute Sociale : Les français à l’heure du confinement N°1
 
Veille Né Kid 080528
Veille Né Kid 080528Veille Né Kid 080528
Veille Né Kid 080528
 
La veille de né kid du 28.10.2010 : les nouvelles pratiques alimentaires
La veille de né kid du 28.10.2010 : les nouvelles pratiques alimentairesLa veille de né kid du 28.10.2010 : les nouvelles pratiques alimentaires
La veille de né kid du 28.10.2010 : les nouvelles pratiques alimentaires
 
Document de travail - L’évolution de la ségrégation résidentielle en France :...
Document de travail - L’évolution de la ségrégation résidentielle en France :...Document de travail - L’évolution de la ségrégation résidentielle en France :...
Document de travail - L’évolution de la ségrégation résidentielle en France :...
 
Brand culture
Brand cultureBrand culture
Brand culture
 
La Veille de Né Kid Du 25 02 10 : le halal
La Veille de Né Kid Du 25 02 10 : le halalLa Veille de Né Kid Du 25 02 10 : le halal
La Veille de Né Kid Du 25 02 10 : le halal
 
Le cahier de tendances du marketing point de vente 2014
Le cahier de tendances du marketing point de vente 2014Le cahier de tendances du marketing point de vente 2014
Le cahier de tendances du marketing point de vente 2014
 
Marketing ethnique: enjeux et freins pour les marques
Marketing ethnique: enjeux et freins pour les marquesMarketing ethnique: enjeux et freins pour les marques
Marketing ethnique: enjeux et freins pour les marques
 
Marketing ethnique
Marketing ethniqueMarketing ethnique
Marketing ethnique
 
L'attractivité de Tourcoing - annexes
L'attractivité de Tourcoing - annexesL'attractivité de Tourcoing - annexes
L'attractivité de Tourcoing - annexes
 
Newsletter Impact n°7
Newsletter Impact n°7Newsletter Impact n°7
Newsletter Impact n°7
 
Rapport entrepreneuriat-culturel
 Rapport entrepreneuriat-culturel Rapport entrepreneuriat-culturel
Rapport entrepreneuriat-culturel
 
Pro'commerce : les nouvelles tendances de consommation
Pro'commerce : les nouvelles tendances de consommationPro'commerce : les nouvelles tendances de consommation
Pro'commerce : les nouvelles tendances de consommation
 
Distribution américaine, du Big Mall au City-Mall, révolutions en cours
Distribution américaine, du Big Mall au City-Mall, révolutions en coursDistribution américaine, du Big Mall au City-Mall, révolutions en cours
Distribution américaine, du Big Mall au City-Mall, révolutions en cours
 
La veille de Né Kid du 03.09.2009 : les hipsters
La veille de Né Kid du 03.09.2009 : les hipstersLa veille de Né Kid du 03.09.2009 : les hipsters
La veille de Né Kid du 03.09.2009 : les hipsters
 
N42
N42N42
N42
 
Newsletter Impact n°42
Newsletter Impact n°42Newsletter Impact n°42
Newsletter Impact n°42
 
201406 rapport entrepreneuriat-culturel
201406 rapport entrepreneuriat-culturel201406 rapport entrepreneuriat-culturel
201406 rapport entrepreneuriat-culturel
 
Relation marque consommateur sondage bva-influencia
Relation marque consommateur sondage bva-influenciaRelation marque consommateur sondage bva-influencia
Relation marque consommateur sondage bva-influencia
 

Plus de IRI, INTL

IRI UK FMCG snapshot
IRI UK FMCG snapshotIRI UK FMCG snapshot
IRI UK FMCG snapshot
IRI, INTL
 
Interpreting product launch sales data for NPDs
Interpreting product launch sales data for NPDs Interpreting product launch sales data for NPDs
Interpreting product launch sales data for NPDs
IRI, INTL
 
2016 UK state of the nation update by IRI
2016 UK state of the nation update by IRI 2016 UK state of the nation update by IRI
2016 UK state of the nation update by IRI
IRI, INTL
 
IRI Special Report: Private Label in Western Economies, 2016
IRI Special Report: Private Label in Western Economies, 2016 IRI Special Report: Private Label in Western Economies, 2016
IRI Special Report: Private Label in Western Economies, 2016
IRI, INTL
 
Big data analytics: is only option to grow with assortment optmisation
Big data analytics: is only option to grow with assortment optmisationBig data analytics: is only option to grow with assortment optmisation
Big data analytics: is only option to grow with assortment optmisation
IRI, INTL
 
FMCG Price War in France
FMCG Price War in FranceFMCG Price War in France
FMCG Price War in France
IRI, INTL
 
Valore, innovazione e ricerca nutrizionale
Valore, innovazione e ricerca nutrizionaleValore, innovazione e ricerca nutrizionale
Valore, innovazione e ricerca nutrizionale
IRI, INTL
 
IRI White Paper - Studio sul mercato della birra nel canale moderno
IRI White Paper - Studio sul mercato della birra nel canale modernoIRI White Paper - Studio sul mercato della birra nel canale moderno
IRI White Paper - Studio sul mercato della birra nel canale moderno
IRI, INTL
 
IRI White Paper - Il comparto di Alimentari e Bevande nel Largo Consumo Confe...
IRI White Paper - Il comparto di Alimentari e Bevande nel Largo Consumo Confe...IRI White Paper - Il comparto di Alimentari e Bevande nel Largo Consumo Confe...
IRI White Paper - Il comparto di Alimentari e Bevande nel Largo Consumo Confe...
IRI, INTL
 
IRI White Paper - Il mercato del tonno in scatola nel canale moderno
IRI White Paper - Il mercato del tonno in scatola nel canale modernoIRI White Paper - Il mercato del tonno in scatola nel canale moderno
IRI White Paper - Il mercato del tonno in scatola nel canale moderno
IRI, INTL
 
IRI White Paper - Il reparto del Cura Persona nel canale moderno.
IRI White Paper -  Il reparto del Cura Persona nel canale moderno.IRI White Paper -  Il reparto del Cura Persona nel canale moderno.
IRI White Paper - Il reparto del Cura Persona nel canale moderno.
IRI, INTL
 
IRI White Paper - Salumi: gusto e piacere 2015
IRI White Paper - Salumi: gusto e piacere 2015IRI White Paper - Salumi: gusto e piacere 2015
IRI White Paper - Salumi: gusto e piacere 2015
IRI, INTL
 

Plus de IRI, INTL (12)

IRI UK FMCG snapshot
IRI UK FMCG snapshotIRI UK FMCG snapshot
IRI UK FMCG snapshot
 
Interpreting product launch sales data for NPDs
Interpreting product launch sales data for NPDs Interpreting product launch sales data for NPDs
Interpreting product launch sales data for NPDs
 
2016 UK state of the nation update by IRI
2016 UK state of the nation update by IRI 2016 UK state of the nation update by IRI
2016 UK state of the nation update by IRI
 
IRI Special Report: Private Label in Western Economies, 2016
IRI Special Report: Private Label in Western Economies, 2016 IRI Special Report: Private Label in Western Economies, 2016
IRI Special Report: Private Label in Western Economies, 2016
 
Big data analytics: is only option to grow with assortment optmisation
Big data analytics: is only option to grow with assortment optmisationBig data analytics: is only option to grow with assortment optmisation
Big data analytics: is only option to grow with assortment optmisation
 
FMCG Price War in France
FMCG Price War in FranceFMCG Price War in France
FMCG Price War in France
 
Valore, innovazione e ricerca nutrizionale
Valore, innovazione e ricerca nutrizionaleValore, innovazione e ricerca nutrizionale
Valore, innovazione e ricerca nutrizionale
 
IRI White Paper - Studio sul mercato della birra nel canale moderno
IRI White Paper - Studio sul mercato della birra nel canale modernoIRI White Paper - Studio sul mercato della birra nel canale moderno
IRI White Paper - Studio sul mercato della birra nel canale moderno
 
IRI White Paper - Il comparto di Alimentari e Bevande nel Largo Consumo Confe...
IRI White Paper - Il comparto di Alimentari e Bevande nel Largo Consumo Confe...IRI White Paper - Il comparto di Alimentari e Bevande nel Largo Consumo Confe...
IRI White Paper - Il comparto di Alimentari e Bevande nel Largo Consumo Confe...
 
IRI White Paper - Il mercato del tonno in scatola nel canale moderno
IRI White Paper - Il mercato del tonno in scatola nel canale modernoIRI White Paper - Il mercato del tonno in scatola nel canale moderno
IRI White Paper - Il mercato del tonno in scatola nel canale moderno
 
IRI White Paper - Il reparto del Cura Persona nel canale moderno.
IRI White Paper -  Il reparto del Cura Persona nel canale moderno.IRI White Paper -  Il reparto del Cura Persona nel canale moderno.
IRI White Paper - Il reparto del Cura Persona nel canale moderno.
 
IRI White Paper - Salumi: gusto e piacere 2015
IRI White Paper - Salumi: gusto e piacere 2015IRI White Paper - Salumi: gusto e piacere 2015
IRI White Paper - Salumi: gusto e piacere 2015
 

Dernier

Les Français et les élections législatives
Les Français et les élections législativesLes Français et les élections législatives
Les Français et les élections législatives
contact Elabe
 
Etat de l’opinion - Journée CCR CAT « Protégeons l’assurabilité »
Etat de l’opinion - Journée CCR CAT « Protégeons l’assurabilité »Etat de l’opinion - Journée CCR CAT « Protégeons l’assurabilité »
Etat de l’opinion - Journée CCR CAT « Protégeons l’assurabilité »
contact Elabe
 
Webinaire_les aides aux investissements.pptx
Webinaire_les aides aux investissements.pptxWebinaire_les aides aux investissements.pptx
Webinaire_les aides aux investissements.pptx
Institut de l'Elevage - Idele
 
Sondage ELABE pour Les Echos et l'Institut Montaigne -Les Français et la guer...
Sondage ELABE pour Les Echos et l'Institut Montaigne -Les Français et la guer...Sondage ELABE pour Les Echos et l'Institut Montaigne -Les Français et la guer...
Sondage ELABE pour Les Echos et l'Institut Montaigne -Les Français et la guer...
contact Elabe
 
Productivité et politique industrielles: deux défis à relever conjointement
Productivité et politique industrielles: deux défis à relever conjointementProductivité et politique industrielles: deux défis à relever conjointement
Productivité et politique industrielles: deux défis à relever conjointement
La Fabrique de l'industrie
 
Rapport annuel de Max Havelaar France 2023
Rapport annuel de Max Havelaar France 2023Rapport annuel de Max Havelaar France 2023
Rapport annuel de Max Havelaar France 2023
bonanniromane89
 
L'Observatoire politique ELABE pour Les Echos - Juin 2024
L'Observatoire politique ELABE pour Les Echos - Juin 2024L'Observatoire politique ELABE pour Les Echos - Juin 2024
L'Observatoire politique ELABE pour Les Echos - Juin 2024
contact Elabe
 

Dernier (7)

Les Français et les élections législatives
Les Français et les élections législativesLes Français et les élections législatives
Les Français et les élections législatives
 
Etat de l’opinion - Journée CCR CAT « Protégeons l’assurabilité »
Etat de l’opinion - Journée CCR CAT « Protégeons l’assurabilité »Etat de l’opinion - Journée CCR CAT « Protégeons l’assurabilité »
Etat de l’opinion - Journée CCR CAT « Protégeons l’assurabilité »
 
Webinaire_les aides aux investissements.pptx
Webinaire_les aides aux investissements.pptxWebinaire_les aides aux investissements.pptx
Webinaire_les aides aux investissements.pptx
 
Sondage ELABE pour Les Echos et l'Institut Montaigne -Les Français et la guer...
Sondage ELABE pour Les Echos et l'Institut Montaigne -Les Français et la guer...Sondage ELABE pour Les Echos et l'Institut Montaigne -Les Français et la guer...
Sondage ELABE pour Les Echos et l'Institut Montaigne -Les Français et la guer...
 
Productivité et politique industrielles: deux défis à relever conjointement
Productivité et politique industrielles: deux défis à relever conjointementProductivité et politique industrielles: deux défis à relever conjointement
Productivité et politique industrielles: deux défis à relever conjointement
 
Rapport annuel de Max Havelaar France 2023
Rapport annuel de Max Havelaar France 2023Rapport annuel de Max Havelaar France 2023
Rapport annuel de Max Havelaar France 2023
 
L'Observatoire politique ELABE pour Les Echos - Juin 2024
L'Observatoire politique ELABE pour Les Echos - Juin 2024L'Observatoire politique ELABE pour Les Echos - Juin 2024
L'Observatoire politique ELABE pour Les Echos - Juin 2024
 

La revue des marques juillet 2016

  • 1. étude PAR JACQUES DUPR * ET JULIETTE FAVRE Marques de PGC et patrimoine culturel La pérennité des marques dépend de leur aptitude à s adapter ux évolutions cultu elles et à co pter plusieurs générations au no bre de leurs conso mateurs. f II I I l I II II. Il II II If Culture (dictionnaire Hachette) : « ensemble des activités soumises à des or es socialeme t et historiqueme t différenciées et des modèles de co porte e t transmissibles par l éducation, propre un groupe social déter i é ». Au vu de cette définition, il est clair que les marques que nous conso ons font partie intégrante de otre p tri oine national et de notre culture. De la même façon, les marques appartiennent de manière différenciée - selon leur puissance, leur ncienneté, leur communication/ position ement - à notre histoire collective. Loin de nous pourtant l ambition, en tant qu’institut d études des ventes des PGC à partir des sorties de caisses, de réaliser u e étude sociologique poussée sur le thème « arque et culture ». No s n’aurions aucune légiti ité en la matière, notamment en apportant une vision globale et non onographique des milliers de marques qui co osent le paysage de notre consommation. Toutefois, à partir de différents tra aux effectués récem ent, nous pouvons apporter quelques éclairages généraux. Les grandes marques nationales dans notr consommation aujourd hui. Il y a quelques mois, nous avions réalisé un dossier pour le compte de l ILEC, visant à examiner le poids des grandes marques et leur évolution à moyen terme. Nous avons complété ces infor ations en intégrant des données sur leur âge. Nos investigations couvrent l ensemble des Directeur Inslghts et Communication IRI. "Inslghts anager IRI. page 98 - la revue des marques - n°95 - juillet 2016
  • 2. étude marques réalisant plus de cinquante illions d euros en 2015. L étude porte sur 271 marques, qui représent nt glob lement près de 50 % de nos achats PGC et près des deux tiers de nos ach ts de a ques (hors MDD). L ancien eté de ces m rques. Les marques de notre panier actuel, nous les conso ons depuis toujours ou presque : leur âge moyen est de soixante-dix-neuf ans (et mê e de près de quatre-vingt-dix ans si nous pondérons par leur chiffre d’affaires I) ; quatre-vingts (36 %) d e tre elles sont plus que centenaires. L'âge des 271 marques de PGC de plus de 50 M€ (CA) au sein des GC Pour les plus jeunes, un tiers des marques sur le marché sont transgénérationnelles, elles ont accompagné durant toute leur vie leurs p rents, grands-parents et ê e arrière- grands-parents. Les arques qui ont entre quatre-vingt-dix et ce t ans, que nous pourrions dénommer les marques « génération Aznavour ou Elisabeth II » sont des marques que tous les Français connaissent et ont consommé, et qui font donc partie de notre patrimoine commun : Fleury ichon, Ricard, Bonduelle, Lactel, Petit Navire, Haribo, A ora, Gemey, Materne, Label 5, Joker, Mlxa, Bordeau Chesnel, Gerblé, Brassard, Orangina, Babybel, Lesieur, La vache qui rit, Spontex, Mentos, Lutti, Heudeb rt, Mercurochrome, BN, Danone. Rassurons-nous, les marchés des PGC ne sont pas figés pour autant : soixante-neuf marques ont (comme la fameuse ménagère cible) moins de cinquante ans et quatorze d’entre elles sont apparues au xxie siècle. Leur dynamique à court terme. Les grandes marques de fabricants sont dynamiques. Leu s ventes ont progressé de près de 14 % en cinq ans, cinq points de plus que l'ensemble des marchés PGC (+10 %) I Les m rques de moins de cinquante ans prog essent certes plus vite (+ 23 %), mais les centenaires progressent à la même vitesse que leurs marchés. Évolution des g an es marques entre 2010 et 015 Taux e croissa ce Pourcentage de marques à + 10 % Total 13,8 57g andes m rques oins de 50 ans 20,7 70 De 50 à 100 a s 13,2 53 Plus de 100 ans 8,8 47 Trois marques particulières de la généra ion Glizab th II Bonduelle, Fleury Micho et Mlxa, trois grandes ma ques d'un âge moyen équivalent à celui de l ensemble des grandes marques, prog essent chacune de près de 30 % en cinq ans. Fortes de leurs racines, les grandes marques se dévelop ent g âce au lancement de nouvelles référe ces sur leurs marchés historiques, ou de nouveaux produits sur des catégories péri hériques, en phase avec les tendances culturelles actuelles. Bonduelle, quatre-vingt-dix ans et toujours spécialiste du légume, réalise en 015 deux tiers de ses vente avec ses références de quatrième gamme, salades ou légumes surgelés. Les références de snacking, produits « sans » et bio sont pa mi les p emières ventes de Fleury Michon. Mixa ne s’adresse plus seuleme t aux mamans pour le soin de leur bébé, 70 % des ventes de la m rque se font dans d’autres catégories d'hygiène beauté. Le mode de distribution des grandes marques évolue, en phase avec notre culture d achat. Presque toutes les grandes marques, hors produits frais naturellement, sont disponibles sur Amazon; certaines d'entre elles propose t également de la ve te directe de uis leur site Web ou des boutiques éphémères, ne laissant pas aux seules jeunes marques de prêt à porte ou de déco ce canal de distribution très tendance. De même, via Twitter ou Facebook par exemple, elles entretiennent avec leurs acheteu s une grande proximité : la relation directe avec le consommateur n'est pas l'exclusivité des marques très récentes ou des circuits cou ts. Fleury Micho épond très rapidement et régulièrement ux questions concerna t la provenance des produits ou les modes de p oduction, Mixa est épaulée par les « youtubeuses » our conseiller la revue des marques - n°95 - juillet 2016 - page 99
  • 3. étude ses consommatrices, Bonduelle est la marque de grande consommation qui inspire le plus confiance, selon un sondage O inion Way. De toute évidence, les gr ndes marques qui ne vi ent pas sur leurs acquis et qui s adaptent aux changements de la société et aux mouve ents des générations erdurent et continuent de s intégrer dans notre p trimoine. Bien sûr, d'autres, aussi puissantes que les récédentes à un oment donné mais moins réactives, s'éteignent lentement, ais sûre ent. Les marques qui ne sont pas arrivées à passer d'une génération à l autre deviennent au mieux des madeleines de Proust (mais « brandées » !), des marques « vintage » our une génération particulière. D' utres peuvent être immolées sur le temple de la rationalisation ou de la mondiali ation. Les exemples personnels de l un des auteu s sont les fameux Mistral Gagnant et Coco Bo r (évoqués par Ren ud) ou Ch mbourcy « oh oui 1 », son lieu d'habitation. Les autres marqu s patrimoniales. Bien sûr, l ancrage dans notre consommation ne se limite pas aux seules grandes arques institutionnelles et incontournables à dimension nationale. La France est constitué de territoires caractérisés par leur histoire et leur géographie, en d autres termes par leur culture propre. P r ailleurs, tout au long du xxe siècle, notre pays a été une terre d'immigration, et aujourd hui une part importante de sa po ulation a des r cines étrangères. Les rques locales et égionales. Toutes les études menées au cours des cinq dernières années auprès des acheteurs montraient leur attachement renforcé à leur environne ent géographique et au marque locales. Ces marques locales répond ient à plusieurs aspirations complé entaires du consommateur du début du ie siècle. • Un souci d'identification culturelle dans une société perçue comme de plus en plus mondialisée, et de ce fait impersonnelle. • Un désir de soutenir l'économie locale ou régionale en difficulté et, au premier chef, les agriculteurs et les industries ali entaires de la région. • Une conscience écologique, avec en toile de fond la volonté de limiter les é issions de CO . .1 r_ i • Une recherche de lus en plus marquée pour des produits sains et de qualité, et de manière sous-jacente avec l idée qu un producteur local ne pouvait (se permettre de) tro per son environnement géographique i édiat. Afin de pouvoir porter une appréciation quantitative de cette tendance de consommation, qui e pouvait être qu'une nième déclaration d intention (peu suivie de réalité), IRI a mené à plusieurs reprises depuis 2013 de premières investigations sur ces marques locales. Nos plus récents travaux ont été présentés lors des dernières journées annuelles de l'IF . algré une définition restrictive, nous avons u identifier un peu plus de 1 800 fabricants locaux au travers de nos bases de données. Bien sûr, leur chiffre d'aff ire consolidé reste très faible : il s’établit en effet à 1,3 milliard d’eu os en 2015. Sans commune mesure avec les grandes marques étudiées précédem ent. Toutefois, ce arché progresse de manière assez fo te : + 20 % de croissance entre 2010 et 2015, soit plus rapide ent que les PGC, et ême plus rapidement que les grandes marques - qui semblaient les cham ionnes de la croissance. La cartographie par département de leur implantation est sans Poids local et régional I Supé ieu à 2,4% L J 1,2 à 2,4 0/0 ! 0,8 à 1,2 % Inférieur à 0,8 page 100 - la revue des marques - n°95 - juillet 2016
  • 4. doute plus spectaculaire. Elle est en effet sans équivoque : la puissance des m rques locales corres ond à des identités régionales fortes com e la Bretagne, la Ve dée, le Pays basque, le Nord-Pas-de-Calais, l Alsace ou la Savoie (cf. ca te). Cette géographie des rques locales correspond également au maintien de langues et dialectes, signe évident de la volonté de sauvegarder une culture s écifique, quelquefois contre le pou oir central ou ce tralisateur. Il s agit enfin de régions qui sont en périphé ie et souvent disposent de frontières avec d’autres pays et d autres cultures. À l’inverse, les marques et fabricants locaux sont m rginaux au sein d’un bassin parisien élargi qui cou re plus de 50 % du ter itoire. Marques/culture et i igration. Dans le cadre de la réd ction de cet article, nous avons p océdé à des investigations (à vocation exploratoire) sur les marques « étrangères ». Nous nous sommes otamment intéressés à quelques marques portugaises assez emblématiques pour l communauté lusit nienne. Sans t op de surp ise, nous retrouvons une très forte concentration dans les départements de l b nlieue parisienne, m is également dans des régions qui ont accueilli de forts contingents portugais (Loiret et Loir-et-Cher notamment). La consommation de certaines marques est donc, même au sein de nouvelles générations, une manière de conserver un lien avec leur pays, leur histoire et leur culture. Les marques thématiques des distributeurs. Certains distributeurs ont créé de véritables marques, qui ont pour vocation de s’intégrer pleineme t dans notre patri oine en jouant otamment sur nos traditions gastrono iques locales, à l instar de Reflets de France et de Nos régions ont du talent. Qu il s agisse de très grandes marques à vocation nation le, de marques à dimension géographique plus limitée ou de marques étra gères,celles qui s insc ivent dans notrehistoire sont celles qui arrivent à éviter l'écueil des change ents naturels des générations en s'adaptant et en se renouvelant. Les marques pparten nt à notre culture commune, à notre pat i oine historique bénéficient dès lors d'un supplément d’âme et d'image qui leur permet d'enregistrer des perform nces très positives. Les industriels en sont conscients, au point que certains relancent aujourd'hui des m rques restées en som eil et qui appartenaient à notre culture commune. Mais il convient sûrement d’identifier celles qui ont encore ce potentiel, celles qui n'ont pas subi de ruptures trop fortes dans le temps et qui dépassent l simple cadre de la nostalgie passéiste (voire réactionnaire ou rétrograde), tsl une grande marque locale La marque Malo a souvent été considérée comme l'emblème de la marque locale forte au sein des PGC. Notre ancien dirigeant, Olivier Géradon de Vera, la citait volontiers dans ses co férences en signalant par exemple que son absence dans un magasin de sa région ouvait être le symptôme d une méconnaissance de sa zone de chalandise et relevait de la faute professionnelle grave. La Centrale laitière malouine est le fruit de l'histoire bretonne : elle est apparue juste après-guerre pour répondre à une directive du gouvernement de l'époque visant à approvisionner l'ensemble du territoire national en lait frais. Malgré sa taille et la structure concentrée de son activité, il s'avère que cette marque phare n'entre pas dans notre définition des marques locales de 2015 (ni même de 2010 d'ailleurs). Elle ne représente en effet « que » 46 % dans son fief historique constitué de quatre départements. Si nous observons ses résultats au cours des inq dernières années, ils sont très illustratifs de la capacité des marques locales (que l'on pourrait qualifier de traditionnelles) à se développer. Entre 2010 et 2015, son chiffre d’affaires a crû de près de 57 % au niveau national. Dans son fief historique (départements 35, 22, 56 et 29), elle a progressé, notamment via l innovation et la diversification, toujours sur son cœur de marché, de près de 30 %. Dans sa zone secondaire d influence (Normandie et Pays de l Loire) et en Île-de-France (région dans laquelle elle était déjà bien implantée), ses ventes ont augmenté de près de 50 %. Enfin, elle a doublé ses ventes dans le reste du territoire national, même si elle reste quasiment absente dans l'ensemble du grand Est et du Sud de la France. Sans enfert eme t dans une culture locale étouffante, Malo est l'e emple qu une marque qui dispose de raci es profondes peut se diffuser et rejoindre à terme, sans reniement de son ancrag géographique, la atégorie des grandes (comme l'ont fait en leur temps les arques observées dans notre première partie). la revue des marques - n'95 - juillet 2016 - page 101