Public Relations professional with a 5-year experience both in private-sector
PR firms and in government agencies with a p...
LE MONDE ECO & ENTREPRISE
80 BOULEVARD AUGUSTE-BLANQUI
75707 PARIS CEDEX 13 - 01 57 28 20 00
26 JUIN 14
Quotidien
Surface ...
14 BOULEVARD HAUSSMANN
75438 PARIS CEDEX 09 - 01 57 08 50 00
11 JUIL 14
Quotidien Paris
OJD : 317225
Surface approx. (cm²)...
1 RUE AUGUSTINE VARIOT CS
92245 MALAKOFF CEDEX - 01 73 28 12 70
13 NOV 14
Bi-hebdomadaire
Surface approx. (cm²) : 252
Page...
Reportage diffusé dans le JT 18 :18 de La Provence le 26 nov. 2014.
De 6:40 min à 8:06 min.
Lien vers la vidéo : http://ww...
Reportage diffusé dans le JT 19/20 de France 3 Provence-Alpes le 26 nov. 2014.
De 9 :18 min à 11 :20 min.
Lien vers la vid...
PR BOOK
PR BOOK
PR BOOK
PR BOOK
PR BOOK
PR BOOK
PR BOOK
PR BOOK
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

PR BOOK

129 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
129
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
5
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

PR BOOK

  1. 1. Public Relations professional with a 5-year experience both in private-sector PR firms and in government agencies with a particular talent in copy writing, content conceptualization & social media management. Excels at liaising with multi-disciplinary stakeholders. French Nationality. J u l i e DUFOUR B A G D I K I A N Julie BAGDIKIAN 2014 – 2015 @MCM PR Agency BESTPRESS CLIPPINGS
  2. 2. LE MONDE ECO & ENTREPRISE 80 BOULEVARD AUGUSTE-BLANQUI 75707 PARIS CEDEX 13 - 01 57 28 20 00 26 JUIN 14 Quotidien Surface approx. (cm²) : 188 Page 1/1 AIX3 1056360400508/GFS/ART/1 Tous droits réservés à l'éditeur UNIVERSITÉS & GRANDES ÉCOLES Lagestionveut améliorersonimage 18 % des étudiants choisissent cette discipline qui souffre d'un déficit d'image D ans les médias etles cercles politiques, onfait plus sou- vent appel à un économiste qu'à un spécialiste des sciences de gestion. » Virginie de Barnier, direc- trice de l'Institut d'administration des entreprises (IAE) d'Aix-Mar- seille,dressecedifficileconstat. Afin de donner un coup de pro- jecteur sur la gestion, discipline qui souhaite être perçue comme unescience,laFédérationnationa- le pour l'enseignement de la ges- tion des entreprises a organisé la Semaine du management, à Mar- seille, du19 au23mai. Les responsables des écoles de gestiondetoutelaFranceetdedix- neuf associations d'enseignants dans ces disciplines voulaient s'inscrire dansle paysage des Ren- contres économiques d'Aix-en- Provence, où se pressent patrons et hommes politiques. En fait, la discipline souffre d'un déficit d'image. A la question «qu'est-cequelagestion?»,Caroli- naSerrano-Archimi,professeureà l'IAE d'Aix-Marseille, décrit «la diversité et l'étendue du domaine des sciences dites "de gestion", au carrefour de l'économie, du mana- gement et du marketing, des res- sources humaines, dela logistique, delafinance,dessciencesdel'orga- nisation, voiredelasociologieet la psychologie... ». Au ban des universités «Les sciences de gestion, nées aux Etats-Unis dans les années 1960, ont eu du mal à sefaire une place dans l'université, en France commeailleursenEurope,faceàla résistancedesuniversitairesquine les considéraient pas comme une science», raconte Pierre Batteau, professeur de finance à l'IAE d'Aix- Marseille,etl'undesraresuniversi- taires à avoir osé franchir la fron- tière entre économie et sciences de gestion. Celaexpliquepourquoilesbusi- ness schools américaines sontpar- tie intégrante des grandes univer- sités, Harvard en tête, tandis que ces études se sont développées, en France, au sein de 200 écoles de commerce, dont So grandes éco- les, créées à l'initiative d'entrepre- neurs ou de chambres de commer- ce.Seulsles32institutsuniversitai- res de management (appelés IAE jusqu'en mai 2014) font exception comme composantes des universi- tés, tout en jouissant d'une certai- ne autonomie. La reconnaissance des sciences de gestion est toutefois en marche en France. Une section portant ce nom est très active au Conseil nationaldes universités (CNU), et déjàprès de 2DOOprofesseurs et maîtres de conférences en relè- vent. Plus largement, le secteur compte 4DOOenseignants-cher- cheurs, un effectif en forte crois- sance, de 64% sur la période 1999-2010, dépassant, en nombre, les professeurs d'économie. Dix- neufassociations animent la disci- pline et publient des revues, 350 thèses sont soutenues chaque année, ce qui démontre la vitalité du secteur : «II ne s'agitpas d'être lu et évalué seulement par ses pairs, mais bien d'apporter des connaissances utilesàl'entreprise, àlasociétéetaugrandpublic»,pré- cise Jacques Igalens, professeur desuniversitésàlaToulouseBusi- ness School. Les étudiants ne s'y trompent pas, puisqu'ils sont de plus en plus nombreuxase lancerdans ces cur- sus. Loin néanmoins des Anglo- Saxons, la formation en gestion draine 18,4% de l'ensemble des étudiants de France, contre 30% au Royaume-Uni. • ISABELLE REY-LEEEBVRE
  3. 3. 14 BOULEVARD HAUSSMANN 75438 PARIS CEDEX 09 - 01 57 08 50 00 11 JUIL 14 Quotidien Paris OJD : 317225 Surface approx. (cm²) : 176 Page 1/1 FNTS 0192180400524/GCP/AZR/1 Tous droits réservés à l'éditeur L'HISTOIRE DU JOUR Le covoiturage pour les malades, un remède pour la Sécu ? B ientôt un site Blablacar pour les malades? La question n'a rien de saugrenu auxyeux de la Fédération nationale des transports sanitaires (FNTS), qui préconise de dévelop- per le covoiturage pour les soins de rééduca- tion fonctionnelle, les chimiothérapies ou les dialyses. Si les trajets sont un peu plus longs pour les pa- tients, ceux-ci ne perdentpas forcément au change. «A la polyclinique duparc Rambot, à Aix-en-Provence, où le covoi- turage a été mis en place pour les patients en chimiothérapie, les retours sont très positifs», assure Thierry Schifano, pa- tronde laFNTS. Ces temps de transport sont devenus « des moments de solidarité et de partage» entre les patients, sur leur maladie, les soins qui leur sont prodigués... La fédération n'invente rien. Le covoiturage existe déjà, mais il est pratique au comp- te-gouttes et ne représente que 13% des coûts de transport. Pourtant, se- lon les accords existants entre PAssurance- maladie et les transporteurs, les économies pour la Sécurité sociale s'élèvent à 40 % si le taxi ou VSL (véhicule sanitaire léger) trans- porte trois patients et à 25% s'il en compte deux. Résultat, le transport covoituré revient en moyenne à 19 euros pour 2 à 3 patients, contre plus de 32 euros enVSL ouen taxi in- dividuel. La fédération pro- pose ces économies, évaluées à 500 millions d'euros par an, pour répondre aux critiques de la Cour des comptes qui dénonce régulièrement le coût des transports sanitaires. D'un montant de 3,5 milliards par an, celui-ci progresse deux fois plus vite que les autres dépenses de santé. Mais l'essor du covoiturage passe d'abord par une meilleure organisation entre hôpitaux, transporteurs et patients, souligne la FNTS. • ARMELLE BOHINEUST
  4. 4. 1 RUE AUGUSTINE VARIOT CS 92245 MALAKOFF CEDEX - 01 73 28 12 70 13 NOV 14 Bi-hebdomadaire Surface approx. (cm²) : 252 Page 1/1 FNTS 0831302400508/GLB/OTO/3 Tous droits réservés à l'éditeur ThierrySchifano(FNTS): «Letransportsanitairepaieleprixd'uneorganisationensilos» La17e Université dutransport sanitaire se tient demain et samediàBordeaux.Organisée parla Fédération nationale du transportsanitaire(FNTS), elle doit permettre aux acteurs decesecteurfragiledefaire émergerunnouveaumodèle économique, explique sonprésidentThierry Schifano. LEQUOTIDIENDUMÉDECIN: Quelleestlasituation financière actuelle du transport sanitaire ? THIERRY SCHIFANO : Le secteur estengrandedifficulté.Alorsquele volume de la dépense de transport sanitaire continue de croître, entre 2 et 5 % par an à cause du vieillisse- ment de la population, des entre- prises structurées décrochent. Leur risque de défaillance a presque doublédepuis2011. Plus de20 %de la profession affiche des résultats négatifs, tandis que les autres entre- prises,quiréalisententre0,8%etI% de marge, peinent à renouvelerleur flotte devéhicules. Le transport sa- nitaire paie le prix d'une organisa- tion du secteur en silos, non trans- versale. La Cour des comptes mise sur 440millionsd'économies,notam- mentenadaptantlesvéhicules auxbesoinsdespatients.Quelles sontvospropositions? La Cour des comptes, loin du ter- rain, diffuse des clichés ! Comment Entretien peut-onmieuxadapterlesvéhicules auxbesoinslorsque,sur65millions de trajets, seulement 15 millions sont réalisés en ambulance ? Quand on regardeladépense,ces15millions de transports en position couchée coûtent 1,3 milliard d'euros. Les 50autresmillionsdetrajetsassissont partagésentrelestaxis(pour1,1mil- liard d'euros) et les véhicules sani- taireslégers(pour800millionsd'eu- ros), deux moyens qu'il faudrait enfin harmoniser. Nous avons beaucoup travaillé sur la réorganisation du secteur. D'après nos retours d'expérience, le covoiturage permet de réaliser 600millionsd'eurosd'économieen transport assis, tout en améliorant la margedenosentreprises. Plus largement, notre plan stra- tégique 2012-2015 dessine d'autres voies d'optimisation ces dépenses. En matière de régulation des flux hospitaliers, la messagerie sécurisée entre les acteurs pourrait être très utile. Les consultations devraient êtremieuxcoordonnéesetl'urgence préhospitalière, revue. Un décret que nous attendons désespérément devraitpermettre la fongibilité des enveloppesvilleethôpital. Enfin,lesecteurchercheàinno- veravec«l'ambulance2.0»,quien- globedesvéhicules àfaibleémission de carbone ou fonctionnant grâce aux nouvelles énergies, la dématé- rialisation des factures ou encore l'éco-conduite. Qu'attendredecette17e université? Repères 5DOO entreprises de transport sanitaire 462OlSalariés 26180véhicules:42%sontdesambu- lances,58%desVSL 65millionsdetransportsparan 5millionsdepatientstransportés(8% delapopulation) Seuls, les transporteurs sani- taires ne pourrontmettre enplace ce nouveaumodèleéconomique,pour- tant très attendu. Ça commence à bouger dans tous les départements, maisilfautaccélérerlemouvement. Au1er janvier2015,lesVSLbéné- ficierontd'une nouvellegrille tari- faire qui répercute l'augmentation de4,5pointsdelaTVA;maiscen'est qu'une régularisation, non une revalorisation. Il faut que chaque partenaire (les établissements via les fédérations PHR PKP, FEHAP, SYNERPA, l'assurance-maladie , la directiongénéraledel'offredesoins, le Conseiléconomique, socialeten- vironnemental) partage savisionde la santé et casse cette organisation en silos. Le ministère de la Santé a reconnu la pertinence de notre plan stratégique : il doit nous aider à le développer. Les établissements et les prescripteurs doivent se l'appro- prier, et l'assurance-maladie doitéta- blirdesaccordsdebonnepratique. ProposrecueillisparColineCarré r~- ANTONY PARC II 10 PLACE DU GENERAL DE GAULLE BP 20156 92186 ANTONY CEDEX - 01 77 92 92 92 04/10 DEC 14 Hebdomadaire OJD : 28323 Surface approx. (cm²) : 505 N° de page : 72 Page 1/1 EIGSI 2547622400507/GMA/OTO/3 Tous droits réservés à l'éditeur Lesmétiersdel'environnement àlarecherched'ingénieurs Les métiers de l'environnement recrutent. Rien que dans les énergies renouvelables, il faudra embaucher 10 DOO personnes par an pour atteindre les objectifs fixés par la loi de transition énergétique. Certains métiers sont déjà en tension. ParGwenoleCuiomard. L es métiers de l'environnement ont le vent en poupe Ainsi, le chiffre daffaires du cabinet de recrutement Elatos, spécialise dans lembauche des spécialistes de l'environnement et de l'énergie, a bondi de 40 % entre 2013 et 2014 « Les métiers des energies renouvelables font travailler aujourd'hui quelque 75 000 personnes en France, explique, par ailleurs Damien Mathon, delégue géneral du Syndicat des énergies renouvelables Ce chiffre devrait être multiplie par 3 d'ici à 15 ans si les objectifs fixés par la bi de transition energetique sont atteints L'idée est de produire 23 % d'énergies renouvelables en 2020 et 32 % en 2030 On est a 14 % aujourd'hui II y a donc 150 000 emplois à creer en 15 ans Cela fait10 DOO paran «Dans «l'économieverte» lesprincipauxsecteurs créateurs demplois sont, et seront, l'énergie, la gestion des déchets, l'eau l'assainissement la transition energétique et tout ce qui touche a la réalisation des infrastructures, comme les travaux publics « UNE FORTE DIMENSION INTERNATIONALE » « Trois types de fonctions sont aujourd'hui en tension, poursuit lens Bickmg, gerant du cabinet de recrutement Elatos, spécialise dans les domaines de l'environnement etde l'énergie Toutd'abord nos clients recherchent des spécialistes de la recherche et developpement, comme les ingénieurs-chefs de projet, les charges d'étude, les ingénieurs en ecoconception, les experts en bilan carbone ou les experts en efficacité energetique Ensuite, ils ont du mal a trouver des spécialistes de l'exploitation (électriciens, spécialistes de la maintenance) Enfin, ils désirent aussi embaucher des cadres des fonctions support, comme des juristes spécialisés pour sécuriser un environnement juridico-administratif pesant » Pour faire carrière, des connaissances pointues (Bac +5) en technique sont indispensables C'est la base Ensuite, disposeï de connaissances en management et maîtriser l'environnement economique seront un atout « Les entreprises recherchent des profils d'ingénieurs adaptables et polyvalents Ils feront leurs premieres armes sur des métiers techniques pour ensuite évoluer vers le management de PourOlivierPaccaud,directeurdesétudesdel'écoled'ingénieursSCSILaRochelle,«lespécialiste desmetiersdeIenvironnementdoitcommencerparlatechnique,maîsnepass'yenfermer.Cene seraqu'uneetape.Lemieuxestdepouvoirdémontreruntriptyquedeconnaissances:latechnique, lemanagementhumainetlafinance-gestion.Aveccestroispiliers,lejeuneingénieurpourraévoluer verspluscleresponsabilitéspouratteindreladirectiondeprojetpuisl'exploitationdesites» projets avec une forte dimension internationale et interculturelle », estime Olivier Paccaud, directeur des études de l'école d'ingénieurs EIGSI La Rochelle, diplômant 150 personnes par an « MULTIPLIER LES EXPÉRIENCES » Aujourd'hui, toutes les décisions sont prises au niveau européen voire planetaire Le bon ingénieur doit donc se placer dans une logique de veille, prendre du recul et adopter un positionnement d'ingénieur stratège « Nous venons de créer un département eau et environnement conclut Hocme Akir, DRH chez Fondasol, un bureau d'études en ingénierie géotechnique ayant recruté SO personnes, dont SO % d'ingénieurs en 2014 Pour progresser professionnellement, il faut, à mon sens, multiplier les expériences sur le terrain réaliser une mission, comprendre la chaîne logistique, puis aller vers I encadrement, la gestion de projet Cela nécessite aussi des capacités commerciales pour être l'interface avec le client L'idée est de ne pas se spécialiser trop tôt tout en ne brûlant pas les etapes »**f Quelle formation pour intégrer les métiers du développement durable ? Jean-YvesRossignolestprofesseurassociéàl'InstitutnationalpolytechniquedeToulouse.IlestresponsablepédagogiqueduMastèrespécialisééco-ingémerie.Il estingénieurconseilindépendantspécialistedesbilansd'émissiondegazàeffetdeserre. « Le Mastère spécialisé en éco-mgénierie de l'INP apour but de faire appréhender aux étudiants toutes les problématiques d'un projet : technique, économique, réglementaire, social, environnemental,éthique. Toutcela est relié et interdépendant. Nous nous plaçons donc dansunelogiqueinterdisciplinairecarl'ingénieurdevraentrelacerdiversescompétencespourdévelopperdesprojetsdurables.C'est,me semble-t-il, la meilleurefaçon de se former pourtravaillerdans ledéveloppementdurable. C'est unefaçonderendre nosingénieurs plus intelligents,d'enfaireplusdes"chefsd'orchestre"quedeshyper-spécialistes .Cettecompétencetransversalevaêtretrèsappréciéedes employeurscarcessalariéscréerontdelavaleur,donnerontunavantagecompétitifàleursociétéendéveloppantl'innovation,ladimension durabledesprojets,ladimensionresponsable.Maîscescursussont,pourl'instant,rarissimes.Pourseformeraudéveloppementdurable, je conseille alors de choisir des voies de formation développant le plus possible l'ouverture d'esprit. Il vaut mieux éviter les filières trop techniques et trop spécialisées, line bonne approche est aussi de chercher un emploi dans le conseil en développement durable et de se former sur le tas. L'idée est de pouvoir envisager tout projet dans sa complexité. L'idéal serait de pouvoir composer son menu dans différentesformationspourconstituerunparcourscohérentendéveloppementdurable.» j| Jean-YvesRossignol
  5. 5. Reportage diffusé dans le JT 18 :18 de La Provence le 26 nov. 2014. De 6:40 min à 8:06 min. Lien vers la vidéo : http://www.dailymotion.com/video/x2b4jx1_le-18-18-manifs-blocage-jusqu-ou- iront-les-agriculteurs_news Diffusion le 13/11/14 Lien : http://www.allodocteurs.fr/video.asp?idvideo=9317 Le reportage démarre à 12 :00 min.
  6. 6. Reportage diffusé dans le JT 19/20 de France 3 Provence-Alpes le 26 nov. 2014. De 9 :18 min à 11 :20 min. Lien vers la vidéo : https://itunes.apple.com/fr/podcast/journal-france-3-19-20- provence/id285420504?i=326196404&mt=2 Reportage diffusé le 6 février 2015. A partir de 08:57 min. Lien : http://france3-regions.francetvinfo.fr/provence-alpes/emissions/jt-1920-provence-alpes

×