Ce diaporama a bien été signalé.
Nous utilisons votre profil LinkedIn et vos données d’activité pour vous proposer des publicités personnalisées et pertinentes. Vous pouvez changer vos préférences de publicités à tout moment.
AU SECOURS MME LA MAIRE
VOTRE KIOSQUIER MEURT
Nous allons disparaitre !
Trop de titres, trop de quantités (80% d’invendus)...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Pétition : "Au secours madame la maire votre kiosquier meurt"

8 411 vues

Publié le

Publié dans : Actualités & Politique
  • Soyez le premier à commenter

Pétition : "Au secours madame la maire votre kiosquier meurt"

  1. 1. AU SECOURS MME LA MAIRE VOTRE KIOSQUIER MEURT Nous allons disparaitre ! Trop de titres, trop de quantités (80% d’invendus) qu’il faut manipuler inutilement et surtout payer. Avec une commission la plus basse d’Europe, des amplitudes de plus de 12H /jour, on arrive souvent à des rendements horaires avoisinant 3€, bien loin du SMIC, le tout dans des conditions de travail moyenâgeuses dans des édicules surchargés. Face à nous qu’avons-nous ? D’un côté, deux messageries (PRESSTALIS et MLP) muettes, injoignables, sourdes aux demandes des marchands et aux trop rares directives du Conseil Supérieur des Messageries sensées faciliter notre travail. Ces messageries n’ont pour vocation qu’à faire payer des factures de marchandises invendues et invendables. Pas de choix des marchands sur les quantités livrées, pas de dialogue. Grâce à leur situation de monopole, au bout de 3 factures impayées, on supprime la totalité des livraisons. Avec les Messageries, c’est marche ou crève ! De l’autre côté, une Délégation de Service Public, Médiakiosk, choisie par la Ville de Paris. Cette DSP a surtout pour objectif inavoué d’installer le plus grand nombre possible de kiosques, afin d’engranger au passage de très confortables recettes générées par l’affichage et de prétexter haut et fort que c’est dans l’intérêt de la presse…. Il nous avait été assuré que Médiakiosk règlerait les services et assurerait un minimum de dialogue avec les Messageries, il n’en est rien ! Les kiosques implantés ou rouverts au lieu d’être supprimés dans des endroits incompatibles avec une activité rentable de vente presse, seront indemnisés par une obole, « généreusement » dispensée par Médiakiosk. Attention, cette obole est conditionnée à l’obligation d’assurer une amplitude de 12 H/jour, souvent 7jours/7, sinon adieu obole. Hé oui, être pauvre, ça se mérite ! Si la liberté de la presse a des droits, son diffuseur n’en a pas. Est-il normal qu’à aucun moment le marchand de journaux ne puisse décider, ni même influencer en quantité la presse qu’il vend ? Par chance, certains d’entre nous peuvent vendre des produits hors-presse. Là encore il ne faudra pas trop dépasser, cacher ce hors presse qu’on voit mieux cette presse devenue invendable, et si vous en mourrez, faites le… mais en silence ! Aujourd’hui, nous kiosquiers, signataires de cette lettre adressée à vous, Mme la Maire, demandons que vous interveniez urgemment pour : - provoquer une réunion avec tous les acteurs concernés. - que des mesures réelles, censées, pérennes soient prises avant la mort de notre métier. AU SECOURS ! À l’AIDE ! On ne peut plus travailler dans ces conditions.

×