SlideShare une entreprise Scribd logo
18
Le Soir Mercredi 3 mars 2021
18 culture
ENTRETIEN
FABIENNE BRADFER
I
ls avaient été les premiers à fermer.
L’an dernier, la dixième édition du
Luxembourg City Film Festival
avait été stoppée en pleine célébration,
quelques jours avant la clôture, suite
aux mesures visant à faire face à la pro-
pagation du coronavirus décidées lors
d’un Conseil de gouvernement extraor-
dinaire, le 12 mars. On s’était quittés
précipitamment, sans trop comprendre
ce que voulait dire exactement « co-
vid-19 ». Un an après, le Luxembourg
City Film est le premier festival de ciné-
ma d’envergure à accueillir à nouveau
des spectateurs en vrai, du 4 au 14 mars,
avec 113 films. Une fierté pour son di-
recteur artistique Alexis Juncosa qui
souligne haut et fort la politique du
gouvernement luxembourgeois plaçant
la culture comme essentielle.
Face à l’incertitude qu’induit la pandé-
mie, aviez-vous prévu plusieurs scéna-
rios pour votre festival ?
On a travaillé sur trois scénarios : le re-
tour au présentiel, l’hybride, qu’on re-
trouve aujourd’hui, mais aussi à un re-
tour au confinement, avec un scénario
exclusivement en ligne. C’est une grosse
dépense d’énergie de travailler de front
sur trois scénarios à la fois car on ne met
pas les ressources et les énergies de la
même manière. Ce fut compliqué.
A quel moment vous êtes-vous décidé
à envisager ces trois scénarios ?
Quand on a dû interrompre le festival,
quelques jours avant la fin, il a fallu
mettre en sécurité les personnes et les
biens. Mais tout de suite, on a décidé de
faire des présentations en digital. Moins
de deux semaines après l’interruption,
on était déjà en ligne, sur zoom notam-
ment, avec des Q/R de réalisateurs. Il
faut se rendre compte qu’il y a un an, ce
n’était pas en usage chez le grand pu-
blic. Rapidement, on a imaginé qu’on
pourrait se retrouver l’année suivante
dans la même situation. On voulait être
prêt sur tous les scénarios. Si on a es-
suyé les plâtres, on a aussi examiné
toutes les solutions digitales alors dis-
ponibles. On a choisi dès l’été dernier.
Quel programme proposez-vous ?
Le couvre-feu à 23 heures nous prive de
la deuxième partie de soirée, on a donc
resserré la compétition de dix à huit
films. Les protocoles sanitaires em-
pêchent d’enchaîner les séances comme
avant. Les publics ne peuvent se croiser.
Mais globalement, on a quasiment la
même offre. On a une vraie ouverture,
avec discours officiels. Il y aura des ins-
tallations VR (virtual reality, NDLR)
non intrusives pour une dizaine
d’œuvres avec une formule « VR to go »
qui permet aux gens d’emmener l’expé-
rience chez eux pour 48 heures. On a dû
renoncer à la venue d’invités internatio-
naux mais on s’est assuré de leur
concours par le biais d’enregistrements
des équipes de film (une cinquantaine),
comme celui de William Friedkin, à qui
hommage est rendu. C’est exclusif. On a
enregistré chez lui à Los Angeles, en
plus d’une master class extraordinaire
qui sera diffusée en ligne. Notre slogan,
dès 2011, était « les bons films, c’est ce
qui reste, quand les invités ne peuvent
plus venir. »
Comment faire une programmation
internationale en pleine pandémie ?
Beaucoup de films ont été bloqués par
le chamboulement du calendrier festi-
valier. Nous, on est juste après Berlin,
on aurait donc dû en avoir, après leur
première mondiale là-bas, de manière
assez exclusive. Berlin renonçant au
présentiel, beaucoup de films sont tom-
bés. Ensuite, les plateformes com-
mencent à chercher des contenus et se
dirigent vers les festivals. Les vendeurs
n’ayant pas d’activité financière comme
d’habitude, ils ont négocié avec elles.
On en a perdu là aussi. A l’inverse, pro-
poser un festival en présentiel plaît à
beaucoup d’ayants droit. Il y a aussi ces
films dont la vie a été interrompue l’an
dernier, des films de Berlin 2020 qui
n’ont pas eu d’existence du tout.
Quel pourcentage de films montrés en
salle et en ligne ?
Après leur présentation en salle, les
films, négociés au cas par cas, seront ac-
cessibles, dès le lendemain et pour
quelques jours, sur une plateforme qui
est celle utilisée par Cannes, Venise, To-
ronto. Ce furent de grosses négocia-
tions. 90 % des films sont proposés en
salle puis en ligne. Mais Nomadland,
par exemple, qui fait l’ouverture et est
en lice aux Oscars, est un film Fox
Searchlight, donc Disney. Forcément,
Disney, qui a ses propres plateformes,
ne pouvait le donner pour une diffusion
digitale.
Au niveau fréquentation, qu’espérez-
vous ?
On ne peut pas prétendre aux mêmes
chiffres que les éditions précédentes.
Pour une raison simple : notre festival
attire beaucoup de frontaliers. Les
Belges ne pourront pas venir. Les Alle-
mands et les Français, non plus. L’as-
pect online est géobloqué au Grand-Du-
ché de Luxembourg, les droits étant dé-
tenus de manière différente selon les
pays. Il était impossible de négocier un
accès aux films sur tous les territoires.
Pour le festival de Montréal qui a dû
présenter ses films en ligne, ce fut une
formidable opportunité car en se géolo-
calisant au Canada, cela leur a ouvert
un grand champ de prospection in-
terne. Nous, sur un mini-territoire, c’est
le contraire. On sera à une jauge de 30-
35 %.
Pourquoi malgré tout un festival dans
ces conditions difficiles ?
Et pourquoi ne pas avoir changé de date
aussi ? Parce que chaque fois qu’un fes-
tival se déplace – on le voit avec Berlin,
avec Cannes – ça complexifie la tâche
des autres. Et puis, quelle est, actuelle-
ment, une bonne date de festival ?
Deuxièmement, on est une association
qui œuvre pour une manifestation non
commerciale et pour faire la promotion
des œuvres. Tout le travail autour pour-
ra donc être fait. Maintenir le festival
était important. Et puis, on a une vraie
demande. Maintenant, parlons du
risque : il n’y a pas aujourd’hui, dans le
monde, un seul exemple de cluster dans
un cinéma. Zéro ! Le risque est bien
plus élevé dans un bus ou au travail. On
veut démontrer qu’en faisant quelque
chose de sérieux, on peut aujourd’hui
retourner au cinéma. On se sent une
grande responsabilité. On peut dire aux
gens qu’ils ne prendront pas de risques
démesurés. On veut les rassurer, leur re-
donner confiance. A nous de leur faire
oublier, pendant une parenthèse de
onze jours, les travers actuels. Au
Grand-Duché, les autorités ont pris le
pari de relancer la machine, de ne pas
laisser mourir le monde culturel. Et ce-
la, sans prendre de risques car les condi-
tions sanitaires imposées sont dras-
tiques. Je suis incroyablement recon-
naissant à l’Etat luxembourgeois. Car
coincé entre de grands pays qui ont fait
un autre pari, il défend le fait qu’on ne
peut pas se passer de la culture. Dans le
contexte actuel, c’est incroyable comme
message. On est heureux d’en être le re-
lais.
Le 11e
Luxembourg City
Film Festival
accueillera son
public en vrai
CINÉMA
Au Grand-Duché de
Luxembourg, les salles de
cinéma sont rouvertes depuis le
13 janvier. Ce qui permet au
Luxembourg City Film Festival
de se dérouler du 4 au 14 mars,
selon une formule hybride, en
présentiel et online. Une
première en Europe en 2021.
Alexis Juncosa, directeur artistique du
Festival luxembourgeois, veut mon-
trer qu’« en faisant quelque chose de
sérieux, on peut aujourd’hui retourner
au cinéma ». © D.R.
Lion d’or à la Mostra de Venise en 2020, Golden Globe du meilleur film et de la meilleure
réalisation, en lice pour les Oscars, « Nomadland », de Chloé Zhao, avec Frances McDormand,
est le film dont on parle tant. Il fera l’ouverture du Luxembourg City Film Festival. © D.R.
F.B.
E n rouvrant les salles de cinéma se-
lon des mesures sanitaires très
strictes mi-janvier, l’Etat luxembour-
geois a fait le choix de la culture. Pour
Christophe Eyssartier, directeur des Ki-
nepolis du Luxembourg, ce qui inclut
les salles Utopia, soit au total 22 écrans,
« c’est un premier pas vers une normali-
sation. La crise perdure plus longtemps
qu’espéré. Cette symbolique est impor-
tante malgré les restrictions imposées
comme le port du masque, la distancia-
tion, les places numérotées, malgré l’ab-
sence de blockbusters américains, mal-
gré une offre cinématographique
faible ». Le Luxembourg dépend d’une
distribution Benelux. Les Pays-Bas et la
Belgique étant fermés, les distributeurs
préfèrent attendre d’avoir un plus grand
territoire pour lancer leurs films.
Prêt à accueillir le Luxembourg City
Film Festival, Christophe Eyssartier
avoue que la période est « un challenge
pour trouver des contenus, varier l’offre,
être inventif. Le festival est une célébra-
tion du cinéma. On y participe car on
veut garder le cinéma – comme la
culture en général – vivant dans l’esprit
des gens ». Une différence par rapport
aux autres années : un maximum de
cent personnes par salle et l’attribution
des places. « Cette option-là était désac-
tivée lors du festival. Cette année, il va
bénéficier de nos plateformes de ticke-
ting. Notre système permet de garantir
automatiquement la distanciation de
deux mètres entre vous et le prochain
client ou le prochain ménage. » Il est
confiant : « Vu les mesures qu’on ap-
plique, on peut venir en toute sécurité
au cinéma. Techniquement, notre capa-
cité d’accueil est limitée à 30 %. Or, de-
puis la réouverture, on est à 25-30 %
d’une fréquentation normale. Pour
nous, c’est encourageant et cela nous
rend optimistes pour l’avenir, quand le
contenu habituel sera de retour et les
mesures allégées. » Et d’ajouter : « La
rentabilité est une chose, et le groupe
Kinepolis a les épaules suffisamment
larges pour supporter cette période,
mais le fait de garder le cinéma comme
possibilité de loisirs est capital. Il y a un
réel besoin des gens de respirer à nou-
veau la culture. On voit qu’on interpelle
nos voisins. Des équipes de télé fran-
çaises viennent nous filmer pour mon-
trer que ça fonctionne. On est un sec-
teur qui a les moyens d’accueillir les
gens de manière contrôlée, en faisant
respecter les mesures de sécurité. Je ne
dirais pas que ça rend jaloux mais nos
voisins aimeraient bien être dans la
même situation. »
retour en salles
Un premier pas
vers une
normalisation
D es salles toutes équi-
pées de ventilation
en conformité avec le
cahier des charges actuel.
Pas plus de cent per-
sonnes dans la même
pièce, personnel inclus.
Un couvre-feu à 23
heures. Deux mètres de
distanciation entre les
personnes ou famille, du
gel hydroalcoolique par-
tout, le port du masque
obligatoire durant la
séance et la fréquentation
des lieux, l’interdiction de
manger et boire. C’est la
règle luxembourgeoise.
Mais tout ça, les exploi-
tants belges connaissent
et l’ont appliqué l’été
dernier. Mais depuis fin
octobre, les cinémas sont
redevenus non fréquen-
tables en Belgique. Jus-
qu’à quand ? Mystère. Or,
à New York, en Russie, en
Bulgarie, au Canada et
partiellement en Espagne
notamment, les salles de
cinéma sont à nouveau
accessibles. Et à nos
portes, le Grand-Duché de
Luxembourg, qui avait lui
aussi replongé en confine-
ment de fin novembre à
mi-janvier, a fait le choix
de la culture, toute la
culture, pour une popula-
tion d’un peu plus de
600.000 habitants. Au
Grand-Duché, on ne peut
toujours pas prendre un
verre en terrasse ou aller
au restaurant mais on
peut aller au cinéma, au
théâtre, au concert. Alors
pourquoi pas nous ? ! Car
ici comme là-bas, la
culture est essentielle.
COMMENTAIRE
FABIENNE BRADFER
Pourquoi
pas nous ?!
Coincé entre de grands pays
qui ont fait un autre pari,
l’Etat luxembourgeois défend
le fait qu’on ne peut pas se
passer de la culture. Dans
le contexte actuel, c’est
incroyable comme message.
On est heureux d’en être
le relais
Alexis Jucosa, directeur artistique

Contenu connexe

Similaire à LuxFilmFest

Semaine des cinémas étrangers 2017
Semaine des cinémas étrangers 2017Semaine des cinémas étrangers 2017
Semaine des cinémas étrangers 2017
FICEP - Forum des Instituts Culturels Étrangers à Paris
 
compte-rendu du colloque international sur le financement de la création
compte-rendu du colloque international sur le financement de la créationcompte-rendu du colloque international sur le financement de la création
compte-rendu du colloque international sur le financement de la création
MinistereCC
 
New Box Magazine #137
New Box Magazine #137New Box Magazine #137
New Box Magazine #137
Gilles Rolland
 
CP Cartoon Movie 2015
CP Cartoon Movie 2015CP Cartoon Movie 2015
CP Cartoon Movie 2015
Imaginove
 
Théâtre et numérique
Théâtre et numériqueThéâtre et numérique
Théâtre et numérique
laurence allard
 
Premier Salon du Cinéma à Paris: un succès qui dépasse les pronostics !
Premier Salon du Cinéma à Paris: un succès qui dépasse les pronostics !Premier Salon du Cinéma à Paris: un succès qui dépasse les pronostics !
Premier Salon du Cinéma à Paris: un succès qui dépasse les pronostics !
Frederic Eger
 
Dp festival c_trop_court_20133
Dp festival c_trop_court_20133Dp festival c_trop_court_20133
Dp festival c_trop_court_20133LECREURER
 
New box Magazine 131 2016
New box Magazine 131 2016New box Magazine 131 2016
New box Magazine 131 2016
Gilles Rolland
 
Nbm 125 web
Nbm 125 webNbm 125 web
Nbm 125 web
Newboxmagazine
 
Qatar actu actualités de la semaine du 23 octobre
Qatar actu   actualités de la semaine du 23 octobreQatar actu   actualités de la semaine du 23 octobre
Qatar actu actualités de la semaine du 23 octobre
Qatar Actu
 
Catalogue acid cannes_2018_mail
Catalogue acid cannes_2018_mailCatalogue acid cannes_2018_mail
Catalogue acid cannes_2018_mail
Christian Giordano
 
Associations engagées, l’Art au service d’une cause
Associations engagées, l’Art au service d’une cause Associations engagées, l’Art au service d’une cause
Associations engagées, l’Art au service d’une cause
Jamaity
 
Table-ronde "L’action et la diffusion culturelles" - OPCAL
Table-ronde "L’action et la diffusion culturelles" - OPCALTable-ronde "L’action et la diffusion culturelles" - OPCAL
Table-ronde "L’action et la diffusion culturelles" - OPCAL
associationopcal
 
catalogue 4éme edition de la rencontre des réalisateurs
catalogue 4éme edition de la rencontre des réalisateurscatalogue 4éme edition de la rencontre des réalisateurs
catalogue 4éme edition de la rencontre des réalisateurs
Jamaity
 
Pessac en direct n°93
Pessac en direct n°93Pessac en direct n°93
Pessac en direct n°93
Aurélie Bonnet
 
La loi hadopi
La loi hadopiLa loi hadopi
La loi hadopiHugo Rea
 
Programme vl 2013 web
Programme vl 2013   webProgramme vl 2013   web
Programme vl 2013 webmorgahne
 
Mémoire Master Cinéma
Mémoire Master CinémaMémoire Master Cinéma
Mémoire Master Cinéma
Charlotte Bap
 
Dossier de presse FIPA
Dossier de presse FIPADossier de presse FIPA
Dossier de presse FIPA
Julie Joséphine
 
Saint-Seb' Le mag 134 mai-juin 2015
Saint-Seb' Le mag 134 mai-juin 2015Saint-Seb' Le mag 134 mai-juin 2015
Saint-Seb' Le mag 134 mai-juin 2015
Ville de Saint-Sébastien-sur-Loire
 

Similaire à LuxFilmFest (20)

Semaine des cinémas étrangers 2017
Semaine des cinémas étrangers 2017Semaine des cinémas étrangers 2017
Semaine des cinémas étrangers 2017
 
compte-rendu du colloque international sur le financement de la création
compte-rendu du colloque international sur le financement de la créationcompte-rendu du colloque international sur le financement de la création
compte-rendu du colloque international sur le financement de la création
 
New Box Magazine #137
New Box Magazine #137New Box Magazine #137
New Box Magazine #137
 
CP Cartoon Movie 2015
CP Cartoon Movie 2015CP Cartoon Movie 2015
CP Cartoon Movie 2015
 
Théâtre et numérique
Théâtre et numériqueThéâtre et numérique
Théâtre et numérique
 
Premier Salon du Cinéma à Paris: un succès qui dépasse les pronostics !
Premier Salon du Cinéma à Paris: un succès qui dépasse les pronostics !Premier Salon du Cinéma à Paris: un succès qui dépasse les pronostics !
Premier Salon du Cinéma à Paris: un succès qui dépasse les pronostics !
 
Dp festival c_trop_court_20133
Dp festival c_trop_court_20133Dp festival c_trop_court_20133
Dp festival c_trop_court_20133
 
New box Magazine 131 2016
New box Magazine 131 2016New box Magazine 131 2016
New box Magazine 131 2016
 
Nbm 125 web
Nbm 125 webNbm 125 web
Nbm 125 web
 
Qatar actu actualités de la semaine du 23 octobre
Qatar actu   actualités de la semaine du 23 octobreQatar actu   actualités de la semaine du 23 octobre
Qatar actu actualités de la semaine du 23 octobre
 
Catalogue acid cannes_2018_mail
Catalogue acid cannes_2018_mailCatalogue acid cannes_2018_mail
Catalogue acid cannes_2018_mail
 
Associations engagées, l’Art au service d’une cause
Associations engagées, l’Art au service d’une cause Associations engagées, l’Art au service d’une cause
Associations engagées, l’Art au service d’une cause
 
Table-ronde "L’action et la diffusion culturelles" - OPCAL
Table-ronde "L’action et la diffusion culturelles" - OPCALTable-ronde "L’action et la diffusion culturelles" - OPCAL
Table-ronde "L’action et la diffusion culturelles" - OPCAL
 
catalogue 4éme edition de la rencontre des réalisateurs
catalogue 4éme edition de la rencontre des réalisateurscatalogue 4éme edition de la rencontre des réalisateurs
catalogue 4éme edition de la rencontre des réalisateurs
 
Pessac en direct n°93
Pessac en direct n°93Pessac en direct n°93
Pessac en direct n°93
 
La loi hadopi
La loi hadopiLa loi hadopi
La loi hadopi
 
Programme vl 2013 web
Programme vl 2013   webProgramme vl 2013   web
Programme vl 2013 web
 
Mémoire Master Cinéma
Mémoire Master CinémaMémoire Master Cinéma
Mémoire Master Cinéma
 
Dossier de presse FIPA
Dossier de presse FIPADossier de presse FIPA
Dossier de presse FIPA
 
Saint-Seb' Le mag 134 mai-juin 2015
Saint-Seb' Le mag 134 mai-juin 2015Saint-Seb' Le mag 134 mai-juin 2015
Saint-Seb' Le mag 134 mai-juin 2015
 

Plus de NicolasLonard3

LE MARATHON DE PARIS 2022
LE MARATHON DE PARIS 2022LE MARATHON DE PARIS 2022
LE MARATHON DE PARIS 2022
NicolasLonard3
 
Feuille de route DAB+
Feuille de route DAB+Feuille de route DAB+
Feuille de route DAB+
NicolasLonard3
 
Discours de Noël du Grand-Duc Henri
Discours de Noël du Grand-Duc HenriDiscours de Noël du Grand-Duc Henri
Discours de Noël du Grand-Duc Henri
NicolasLonard3
 
Discours de Noël du Grand-Duc Henri
Discours de Noël du Grand-Duc HenriDiscours de Noël du Grand-Duc Henri
Discours de Noël du Grand-Duc Henri
NicolasLonard3
 
Perspectives de politique économique N°38 «Le système d’indicateurs nationa...
Perspectives de politique économique N°38 «Le système d’indicateurs nationa...Perspectives de politique économique N°38 «Le système d’indicateurs nationa...
Perspectives de politique économique N°38 «Le système d’indicateurs nationa...
NicolasLonard3
 
Rapport de Conformité-Luxembourg
Rapport de Conformité-LuxembourgRapport de Conformité-Luxembourg
Rapport de Conformité-Luxembourg
NicolasLonard3
 
Le nouveau projet de loi sur les activités privées de gardiennage et de surve...
Le nouveau projet de loi sur les activités privées de gardiennage et de surve...Le nouveau projet de loi sur les activités privées de gardiennage et de surve...
Le nouveau projet de loi sur les activités privées de gardiennage et de surve...
NicolasLonard3
 
Vente des vins du Prince Robert de Luxembourg
Vente des vins du Prince Robert de LuxembourgVente des vins du Prince Robert de Luxembourg
Vente des vins du Prince Robert de Luxembourg
NicolasLonard3
 
Discours du 1er mai du LCGB
Discours du 1er mai du LCGBDiscours du 1er mai du LCGB
Discours du 1er mai du LCGB
NicolasLonard3
 
Discours du 1er mai de l’OGBL
Discours du 1er mai de l’OGBLDiscours du 1er mai de l’OGBL
Discours du 1er mai de l’OGBL
NicolasLonard3
 
Accord-Tripartite-Solidariteitspak
Accord-Tripartite-SolidariteitspakAccord-Tripartite-Solidariteitspak
Accord-Tripartite-Solidariteitspak
NicolasLonard3
 
GrecoRC4(2022)4-Final-fr-3eIntérim-Luxembourg-PUBLIC.docx.pdf
GrecoRC4(2022)4-Final-fr-3eIntérim-Luxembourg-PUBLIC.docx.pdfGrecoRC4(2022)4-Final-fr-3eIntérim-Luxembourg-PUBLIC.docx.pdf
GrecoRC4(2022)4-Final-fr-3eIntérim-Luxembourg-PUBLIC.docx.pdf
NicolasLonard3
 
Présentation du campus he:al
Présentation du campus he:alPrésentation du campus he:al
Présentation du campus he:al
NicolasLonard3
 
Conclusions du Conseil européen
Conclusions du Conseil européenConclusions du Conseil européen
Conclusions du Conseil européen
NicolasLonard3
 
Déclaration du gouvernement luxembourgeois
Déclaration du gouvernement luxembourgeoisDéclaration du gouvernement luxembourgeois
Déclaration du gouvernement luxembourgeois
NicolasLonard3
 
Arrêts de la CJUE contre les recours de la Hongrie et de la Pologne
Arrêts de la CJUE contre les recours de la Hongrie et de la PologneArrêts de la CJUE contre les recours de la Hongrie et de la Pologne
Arrêts de la CJUE contre les recours de la Hongrie et de la Pologne
NicolasLonard3
 
Avis du groupe d'experts
Avis du groupe d'expertsAvis du groupe d'experts
Avis du groupe d'experts
NicolasLonard3
 
Document de synthèse sur l’obligation vaccinale
Document de synthèse sur l’obligation vaccinaleDocument de synthèse sur l’obligation vaccinale
Document de synthèse sur l’obligation vaccinale
NicolasLonard3
 
Discours de Noël du Grand-Duc Henri (L)
Discours de Noël du Grand-Duc Henri (L)Discours de Noël du Grand-Duc Henri (L)
Discours de Noël du Grand-Duc Henri (L)
NicolasLonard3
 
Discours de Noël 2021 du Grand-Duc Henri (F)
Discours de Noël 2021 du Grand-Duc Henri (F)Discours de Noël 2021 du Grand-Duc Henri (F)
Discours de Noël 2021 du Grand-Duc Henri (F)
NicolasLonard3
 

Plus de NicolasLonard3 (20)

LE MARATHON DE PARIS 2022
LE MARATHON DE PARIS 2022LE MARATHON DE PARIS 2022
LE MARATHON DE PARIS 2022
 
Feuille de route DAB+
Feuille de route DAB+Feuille de route DAB+
Feuille de route DAB+
 
Discours de Noël du Grand-Duc Henri
Discours de Noël du Grand-Duc HenriDiscours de Noël du Grand-Duc Henri
Discours de Noël du Grand-Duc Henri
 
Discours de Noël du Grand-Duc Henri
Discours de Noël du Grand-Duc HenriDiscours de Noël du Grand-Duc Henri
Discours de Noël du Grand-Duc Henri
 
Perspectives de politique économique N°38 «Le système d’indicateurs nationa...
Perspectives de politique économique N°38 «Le système d’indicateurs nationa...Perspectives de politique économique N°38 «Le système d’indicateurs nationa...
Perspectives de politique économique N°38 «Le système d’indicateurs nationa...
 
Rapport de Conformité-Luxembourg
Rapport de Conformité-LuxembourgRapport de Conformité-Luxembourg
Rapport de Conformité-Luxembourg
 
Le nouveau projet de loi sur les activités privées de gardiennage et de surve...
Le nouveau projet de loi sur les activités privées de gardiennage et de surve...Le nouveau projet de loi sur les activités privées de gardiennage et de surve...
Le nouveau projet de loi sur les activités privées de gardiennage et de surve...
 
Vente des vins du Prince Robert de Luxembourg
Vente des vins du Prince Robert de LuxembourgVente des vins du Prince Robert de Luxembourg
Vente des vins du Prince Robert de Luxembourg
 
Discours du 1er mai du LCGB
Discours du 1er mai du LCGBDiscours du 1er mai du LCGB
Discours du 1er mai du LCGB
 
Discours du 1er mai de l’OGBL
Discours du 1er mai de l’OGBLDiscours du 1er mai de l’OGBL
Discours du 1er mai de l’OGBL
 
Accord-Tripartite-Solidariteitspak
Accord-Tripartite-SolidariteitspakAccord-Tripartite-Solidariteitspak
Accord-Tripartite-Solidariteitspak
 
GrecoRC4(2022)4-Final-fr-3eIntérim-Luxembourg-PUBLIC.docx.pdf
GrecoRC4(2022)4-Final-fr-3eIntérim-Luxembourg-PUBLIC.docx.pdfGrecoRC4(2022)4-Final-fr-3eIntérim-Luxembourg-PUBLIC.docx.pdf
GrecoRC4(2022)4-Final-fr-3eIntérim-Luxembourg-PUBLIC.docx.pdf
 
Présentation du campus he:al
Présentation du campus he:alPrésentation du campus he:al
Présentation du campus he:al
 
Conclusions du Conseil européen
Conclusions du Conseil européenConclusions du Conseil européen
Conclusions du Conseil européen
 
Déclaration du gouvernement luxembourgeois
Déclaration du gouvernement luxembourgeoisDéclaration du gouvernement luxembourgeois
Déclaration du gouvernement luxembourgeois
 
Arrêts de la CJUE contre les recours de la Hongrie et de la Pologne
Arrêts de la CJUE contre les recours de la Hongrie et de la PologneArrêts de la CJUE contre les recours de la Hongrie et de la Pologne
Arrêts de la CJUE contre les recours de la Hongrie et de la Pologne
 
Avis du groupe d'experts
Avis du groupe d'expertsAvis du groupe d'experts
Avis du groupe d'experts
 
Document de synthèse sur l’obligation vaccinale
Document de synthèse sur l’obligation vaccinaleDocument de synthèse sur l’obligation vaccinale
Document de synthèse sur l’obligation vaccinale
 
Discours de Noël du Grand-Duc Henri (L)
Discours de Noël du Grand-Duc Henri (L)Discours de Noël du Grand-Duc Henri (L)
Discours de Noël du Grand-Duc Henri (L)
 
Discours de Noël 2021 du Grand-Duc Henri (F)
Discours de Noël 2021 du Grand-Duc Henri (F)Discours de Noël 2021 du Grand-Duc Henri (F)
Discours de Noël 2021 du Grand-Duc Henri (F)
 

LuxFilmFest

  • 1. 18 Le Soir Mercredi 3 mars 2021 18 culture ENTRETIEN FABIENNE BRADFER I ls avaient été les premiers à fermer. L’an dernier, la dixième édition du Luxembourg City Film Festival avait été stoppée en pleine célébration, quelques jours avant la clôture, suite aux mesures visant à faire face à la pro- pagation du coronavirus décidées lors d’un Conseil de gouvernement extraor- dinaire, le 12 mars. On s’était quittés précipitamment, sans trop comprendre ce que voulait dire exactement « co- vid-19 ». Un an après, le Luxembourg City Film est le premier festival de ciné- ma d’envergure à accueillir à nouveau des spectateurs en vrai, du 4 au 14 mars, avec 113 films. Une fierté pour son di- recteur artistique Alexis Juncosa qui souligne haut et fort la politique du gouvernement luxembourgeois plaçant la culture comme essentielle. Face à l’incertitude qu’induit la pandé- mie, aviez-vous prévu plusieurs scéna- rios pour votre festival ? On a travaillé sur trois scénarios : le re- tour au présentiel, l’hybride, qu’on re- trouve aujourd’hui, mais aussi à un re- tour au confinement, avec un scénario exclusivement en ligne. C’est une grosse dépense d’énergie de travailler de front sur trois scénarios à la fois car on ne met pas les ressources et les énergies de la même manière. Ce fut compliqué. A quel moment vous êtes-vous décidé à envisager ces trois scénarios ? Quand on a dû interrompre le festival, quelques jours avant la fin, il a fallu mettre en sécurité les personnes et les biens. Mais tout de suite, on a décidé de faire des présentations en digital. Moins de deux semaines après l’interruption, on était déjà en ligne, sur zoom notam- ment, avec des Q/R de réalisateurs. Il faut se rendre compte qu’il y a un an, ce n’était pas en usage chez le grand pu- blic. Rapidement, on a imaginé qu’on pourrait se retrouver l’année suivante dans la même situation. On voulait être prêt sur tous les scénarios. Si on a es- suyé les plâtres, on a aussi examiné toutes les solutions digitales alors dis- ponibles. On a choisi dès l’été dernier. Quel programme proposez-vous ? Le couvre-feu à 23 heures nous prive de la deuxième partie de soirée, on a donc resserré la compétition de dix à huit films. Les protocoles sanitaires em- pêchent d’enchaîner les séances comme avant. Les publics ne peuvent se croiser. Mais globalement, on a quasiment la même offre. On a une vraie ouverture, avec discours officiels. Il y aura des ins- tallations VR (virtual reality, NDLR) non intrusives pour une dizaine d’œuvres avec une formule « VR to go » qui permet aux gens d’emmener l’expé- rience chez eux pour 48 heures. On a dû renoncer à la venue d’invités internatio- naux mais on s’est assuré de leur concours par le biais d’enregistrements des équipes de film (une cinquantaine), comme celui de William Friedkin, à qui hommage est rendu. C’est exclusif. On a enregistré chez lui à Los Angeles, en plus d’une master class extraordinaire qui sera diffusée en ligne. Notre slogan, dès 2011, était « les bons films, c’est ce qui reste, quand les invités ne peuvent plus venir. » Comment faire une programmation internationale en pleine pandémie ? Beaucoup de films ont été bloqués par le chamboulement du calendrier festi- valier. Nous, on est juste après Berlin, on aurait donc dû en avoir, après leur première mondiale là-bas, de manière assez exclusive. Berlin renonçant au présentiel, beaucoup de films sont tom- bés. Ensuite, les plateformes com- mencent à chercher des contenus et se dirigent vers les festivals. Les vendeurs n’ayant pas d’activité financière comme d’habitude, ils ont négocié avec elles. On en a perdu là aussi. A l’inverse, pro- poser un festival en présentiel plaît à beaucoup d’ayants droit. Il y a aussi ces films dont la vie a été interrompue l’an dernier, des films de Berlin 2020 qui n’ont pas eu d’existence du tout. Quel pourcentage de films montrés en salle et en ligne ? Après leur présentation en salle, les films, négociés au cas par cas, seront ac- cessibles, dès le lendemain et pour quelques jours, sur une plateforme qui est celle utilisée par Cannes, Venise, To- ronto. Ce furent de grosses négocia- tions. 90 % des films sont proposés en salle puis en ligne. Mais Nomadland, par exemple, qui fait l’ouverture et est en lice aux Oscars, est un film Fox Searchlight, donc Disney. Forcément, Disney, qui a ses propres plateformes, ne pouvait le donner pour une diffusion digitale. Au niveau fréquentation, qu’espérez- vous ? On ne peut pas prétendre aux mêmes chiffres que les éditions précédentes. Pour une raison simple : notre festival attire beaucoup de frontaliers. Les Belges ne pourront pas venir. Les Alle- mands et les Français, non plus. L’as- pect online est géobloqué au Grand-Du- ché de Luxembourg, les droits étant dé- tenus de manière différente selon les pays. Il était impossible de négocier un accès aux films sur tous les territoires. Pour le festival de Montréal qui a dû présenter ses films en ligne, ce fut une formidable opportunité car en se géolo- calisant au Canada, cela leur a ouvert un grand champ de prospection in- terne. Nous, sur un mini-territoire, c’est le contraire. On sera à une jauge de 30- 35 %. Pourquoi malgré tout un festival dans ces conditions difficiles ? Et pourquoi ne pas avoir changé de date aussi ? Parce que chaque fois qu’un fes- tival se déplace – on le voit avec Berlin, avec Cannes – ça complexifie la tâche des autres. Et puis, quelle est, actuelle- ment, une bonne date de festival ? Deuxièmement, on est une association qui œuvre pour une manifestation non commerciale et pour faire la promotion des œuvres. Tout le travail autour pour- ra donc être fait. Maintenir le festival était important. Et puis, on a une vraie demande. Maintenant, parlons du risque : il n’y a pas aujourd’hui, dans le monde, un seul exemple de cluster dans un cinéma. Zéro ! Le risque est bien plus élevé dans un bus ou au travail. On veut démontrer qu’en faisant quelque chose de sérieux, on peut aujourd’hui retourner au cinéma. On se sent une grande responsabilité. On peut dire aux gens qu’ils ne prendront pas de risques démesurés. On veut les rassurer, leur re- donner confiance. A nous de leur faire oublier, pendant une parenthèse de onze jours, les travers actuels. Au Grand-Duché, les autorités ont pris le pari de relancer la machine, de ne pas laisser mourir le monde culturel. Et ce- la, sans prendre de risques car les condi- tions sanitaires imposées sont dras- tiques. Je suis incroyablement recon- naissant à l’Etat luxembourgeois. Car coincé entre de grands pays qui ont fait un autre pari, il défend le fait qu’on ne peut pas se passer de la culture. Dans le contexte actuel, c’est incroyable comme message. On est heureux d’en être le re- lais. Le 11e Luxembourg City Film Festival accueillera son public en vrai CINÉMA Au Grand-Duché de Luxembourg, les salles de cinéma sont rouvertes depuis le 13 janvier. Ce qui permet au Luxembourg City Film Festival de se dérouler du 4 au 14 mars, selon une formule hybride, en présentiel et online. Une première en Europe en 2021. Alexis Juncosa, directeur artistique du Festival luxembourgeois, veut mon- trer qu’« en faisant quelque chose de sérieux, on peut aujourd’hui retourner au cinéma ». © D.R. Lion d’or à la Mostra de Venise en 2020, Golden Globe du meilleur film et de la meilleure réalisation, en lice pour les Oscars, « Nomadland », de Chloé Zhao, avec Frances McDormand, est le film dont on parle tant. Il fera l’ouverture du Luxembourg City Film Festival. © D.R. F.B. E n rouvrant les salles de cinéma se- lon des mesures sanitaires très strictes mi-janvier, l’Etat luxembour- geois a fait le choix de la culture. Pour Christophe Eyssartier, directeur des Ki- nepolis du Luxembourg, ce qui inclut les salles Utopia, soit au total 22 écrans, « c’est un premier pas vers une normali- sation. La crise perdure plus longtemps qu’espéré. Cette symbolique est impor- tante malgré les restrictions imposées comme le port du masque, la distancia- tion, les places numérotées, malgré l’ab- sence de blockbusters américains, mal- gré une offre cinématographique faible ». Le Luxembourg dépend d’une distribution Benelux. Les Pays-Bas et la Belgique étant fermés, les distributeurs préfèrent attendre d’avoir un plus grand territoire pour lancer leurs films. Prêt à accueillir le Luxembourg City Film Festival, Christophe Eyssartier avoue que la période est « un challenge pour trouver des contenus, varier l’offre, être inventif. Le festival est une célébra- tion du cinéma. On y participe car on veut garder le cinéma – comme la culture en général – vivant dans l’esprit des gens ». Une différence par rapport aux autres années : un maximum de cent personnes par salle et l’attribution des places. « Cette option-là était désac- tivée lors du festival. Cette année, il va bénéficier de nos plateformes de ticke- ting. Notre système permet de garantir automatiquement la distanciation de deux mètres entre vous et le prochain client ou le prochain ménage. » Il est confiant : « Vu les mesures qu’on ap- plique, on peut venir en toute sécurité au cinéma. Techniquement, notre capa- cité d’accueil est limitée à 30 %. Or, de- puis la réouverture, on est à 25-30 % d’une fréquentation normale. Pour nous, c’est encourageant et cela nous rend optimistes pour l’avenir, quand le contenu habituel sera de retour et les mesures allégées. » Et d’ajouter : « La rentabilité est une chose, et le groupe Kinepolis a les épaules suffisamment larges pour supporter cette période, mais le fait de garder le cinéma comme possibilité de loisirs est capital. Il y a un réel besoin des gens de respirer à nou- veau la culture. On voit qu’on interpelle nos voisins. Des équipes de télé fran- çaises viennent nous filmer pour mon- trer que ça fonctionne. On est un sec- teur qui a les moyens d’accueillir les gens de manière contrôlée, en faisant respecter les mesures de sécurité. Je ne dirais pas que ça rend jaloux mais nos voisins aimeraient bien être dans la même situation. » retour en salles Un premier pas vers une normalisation D es salles toutes équi- pées de ventilation en conformité avec le cahier des charges actuel. Pas plus de cent per- sonnes dans la même pièce, personnel inclus. Un couvre-feu à 23 heures. Deux mètres de distanciation entre les personnes ou famille, du gel hydroalcoolique par- tout, le port du masque obligatoire durant la séance et la fréquentation des lieux, l’interdiction de manger et boire. C’est la règle luxembourgeoise. Mais tout ça, les exploi- tants belges connaissent et l’ont appliqué l’été dernier. Mais depuis fin octobre, les cinémas sont redevenus non fréquen- tables en Belgique. Jus- qu’à quand ? Mystère. Or, à New York, en Russie, en Bulgarie, au Canada et partiellement en Espagne notamment, les salles de cinéma sont à nouveau accessibles. Et à nos portes, le Grand-Duché de Luxembourg, qui avait lui aussi replongé en confine- ment de fin novembre à mi-janvier, a fait le choix de la culture, toute la culture, pour une popula- tion d’un peu plus de 600.000 habitants. Au Grand-Duché, on ne peut toujours pas prendre un verre en terrasse ou aller au restaurant mais on peut aller au cinéma, au théâtre, au concert. Alors pourquoi pas nous ? ! Car ici comme là-bas, la culture est essentielle. COMMENTAIRE FABIENNE BRADFER Pourquoi pas nous ?! Coincé entre de grands pays qui ont fait un autre pari, l’Etat luxembourgeois défend le fait qu’on ne peut pas se passer de la culture. Dans le contexte actuel, c’est incroyable comme message. On est heureux d’en être le relais Alexis Jucosa, directeur artistique