Charline madenaz 11 septembre-melanie dupas

132 vues

Publié le

" Mélanie Eefting-Dupas, Rétrospective " y était-il écrit. Je suis entrée. Et, là, j'ai reçu un choc. Des êtres étranges m'observaient... Grotesques à bec de toucan, nabots difformes, félins inquisiteurs et muets... Une femme coiffée d'un chat violet, une cohorte de porteurs de lampions en tenue de carnaval sur fond de décor lunaire... Des vaches psychédéliques aux pis violets... Les toiles de l'artiste éclataient de couleurs. Des bossus breughéliens côtoyaient des jeunes filles aux corps de vieillardes.

Publié dans : Art & Photos
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
132
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
5
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Charline madenaz 11 septembre-melanie dupas

  1. 1. Les Quarantièmes Rugissants, dans les latitudes hautes, ont la même violence que mon histoire. Aujourd’hui ma vie est apaisée. Ce titre est une catharsis. C’est un pacte de vérité envers moi-même et mon lecteur. J’ai écrit mon moi. Et je l’assume. Charline M. Découvrez Latitudes Hautes en cliquant ici
  2. 2. Découvrez la suite Vendredi 11 Septembre 2015 La longue et injuste mise en quarantaine prononcée à mon encontre par mes propres enfants a pris fin avec la mort de Tim. Je l'ai déjà dit. Progressivement cette douleur s'estompe. Jérôme n'a changé en rien, il me tourmente à nouveau. Cette relation schizophrénique entre nous me manquait. Mon fils passe régulièrement rue Clavel. Il évolue dans le milieu parisien de l'art conceptuel. C'est du moins ce que je crois comprendre, du côté du Marais. Les augures de Sebag, mon psy d'autrefois, me reviennent. Ceux qui ont lu Latitudes Hautes ( chapitre VII ) me comprendront. Jérôme m'a harcelée pour l'emmener au château de Toulard, en Bourgogne, où se tenait une sorte de happening estival consacré aux installations et à la musique atonale : " Burgundy Fair ". L'insupportable camarade du moment de Jérôme nous accompagnait. Des empilements de cageots dans la cour de ce qui fut un relais de chasse de Vauban nous ont accueillis. J'ai immédiatement compris qu'une fois encore il y avait un malentendu entre mon fils et moi. Nous n'avons pas la même approche de la chose artistique. Des accrochages dans les salles m'ont confirmé ma méprise. Des tee-shirts suspendus à des cintres feront-ils longtemps une oeuvre d'art ? De même pour les bouteilles d'eau minérale vides assemblées et figuratives, paraît-il, d'un phallus géant...
  3. 3. Découvrez la suite Vendredi 11 Septembre 2015 Dans la grange du château de Toulard, cet après-midi-là un concert était donné... Luciano Berio, Sequenza III... Cliquez pour vous faire votre propre opinion. La mienne est faite. L'insupportable m'a prise pour une inculte... Robert Combas, Keith Haring, Basquiat, ils y sont tous passés. Je ne sais pas comment j'ai pu contenir le caca-boudin qui me brûlait les lèvres. Je les ai plantés là, Jérôme et l'autre, pour aller prendre l'air dans la propriété. Sur la porte du charmant pigeonnier jouxtant la belle demeure était accroché un panneau... " Mélanie Eefting-Dupas, Rétrospective " y était-il écrit. Je suis entrée. Et, là, j'ai reçu un choc. Des êtres étranges m'observaient... Grotesques à bec de toucan, nabots difformes, félins inquisiteurs et muets... Une femme coiffée d'un chat violet, une cohorte de porteurs de lampions en tenue de carnaval sur fond de décor lunaire... Des vaches psychédéliques aux pis violets... Les toiles de l'artiste éclataient de couleurs. Des bossus breughéliens côtoyaient des jeunes filles aux corps de vieillardes. L'onirisme de ce monde étrange dans lequel s'établit une relation entre les humains, les animaux et la nature, m'a immédiatement enthousiasmée. Dès notre retour à Paris je me suis précipitée sur mon Mac... L'artiste doit être aussi discrète que talentueuse...J'ai enfin trouvé son site... www.defabrik.com Allez-y, je vous laisse la surprise !

×