SlideShare une entreprise Scribd logo
03/11/2023
1
Problèmes économiques et sociaux
Pr. Sonia BOUSHABA
(S3)-(GC)
1
Plan du cours:
q Chapitre 1: la croissance économique et environnement (DD) (énergie et en
vironnement (l’effet de serre, recyclage…).
q Chapitre 2: Le sous-développement (les pays en voie de développement, le t
iers-monde, les pays émergents).
q Chapitre 3: L’inflation.
q Chapitre 4: le Chômage ( structurel, frictionnel, technologique, segmentat
ion, conjoncturel, saisonnier, volontaire) L’emploi ( sous emploi, plein emploi
q Chapitre 5: La pauvreté.
2
03/11/2023
2
La croissance économique
Introduction :
q Si la croissance économique est un enjeu majeur en science économique, ell
e dépasse largement les débats entre les acteurs politiques et les experts éc
onomiques.
q En effet, elle représente un enjeu politique pour la société puisqu’elle symboli
se l’augmentation de la richesse d’une nation.
q Si cette croissance est souhaitée par les acteurs économiques parce qu’elle
apporte la solution à de nombreux problèmes entre autres, elle permettrait:
3
§ La création d’emploi pour tous et réduirait alors le chômage.
§ L’accroissement des niveaux de vie grâce au revenu versé aux salariés du fa
it de regain d’activité.
§ La croissance économique est recherchée par tous les pays dans la mesure o
ù elle devrait permettre de restaurer l’équilibre macroéconomique. La recet
te fiscale permet de développer les infrastructures du pays.
§ Cependant, elle présente un bémol: l’empreinte écolo qu’elle provoque du fait
de l’utilisation accrue des ressources et qui dépasse la capacité de notre terr
e à se régénérer ( la bio-capacité), le stock de capital naturel se réduit au d
étriment des générations futures. La situation s’aggrave, c’est le constat fai
t en Août 2021 par le dernier rapport du GIEC (groupe intergouvernemental
des experts sur le changement climatique).
4
03/11/2023
3
§ Face à ce constat catastrophique, comment rendre la croissance et le dével
oppement soutenable (durable) ?
En définitive, la croissance économique est considérée à la fois comme une condi
tion indispensable à la prospérité et accusée d'être à l’origine de la dégradation
de l’environnement.
C’est pourquoi, il est indispensable de s’interroger sur sa nature (extensive-intens
ive), mais aussi sur les limites écolo auxquelles elle se heurte.
* Une croissance extensive est une croissance économique due à l’augmentation
de la quantité de facteurs de production disponibles au sein du système écono
mique. On parle de croissance intensive, lorsque l’augmentation de la productio
n est due à l’amélioration de la combinaison productive et non pas au fait qu’on
augmente la quantité des facteurs de production.
5
q Au cours de ce chapitre, nous tenterons de:
• Comprendre le processus de croissance économique et les sources de la cro
issance ( = les facteurs de croissance) à savoir l’accumulation des facteurs de
production et l’accroissement de la productivité globale des facteurs, compr
endre le lien entre le progrès technique = et l’augmentation de la productivi
té globale des facteurs .
• Comprendre que le progrès technique est endogène et qu’il résulte en particu
lier de l’innovation.
• Comprendre comment les institutions (notamment les droits de propriété) in
fluent sur la croissance en affectant l’incitation à investir et innover, savoi
r que l’innovation s’accompagne d’un processus de destruction création import
ant chez Schumpeter.
6
03/11/2023
4
• Comprendre qu’une croissance économique soutenable se heurte à des limites
écologiques (notamment l’épuisement des ressources, la pollution et le récha
uffement climatique) et que l’innovation peut aider à reculer ces limites.
• Comprendre le processus de croissance.
7
v Comprendre le processus de croissance économique:
q Comment définir la croissance économique et comment la mesurer ?
La croissance économique peut se définir comme une augmentation soutenue de la
production des biens et services dans un pays pour une période donnée, en général
e une année.
La croissance économique est à distinguer d’une augmentation brutale de la produ
ction globale nationale sur le court terme, il s’agit dans ce cas d’une expansion éco
nomique qui sera suivie d’une récession.
Par ailleurs, bien que le développement et la croissance économique soient souve
nt associés, il faut les distinguer. Néanmoins, la croissance économique est un indi
cateur quantitatif (mesurée par le PIB), le développement est au contraire plutôt
qualitatif, synonyme de progrès économique et social c’est-à-dire une améliorati
on du niveau de vie et du niveau d’instruction et de bien être de la population.
8
03/11/2023
5
q Mesure du PIB: La croissance est l’augmentation durable de la production de bi
ens et services d’une économie. Pour la mesurer on retient comme indicateur de
la production, le PIB.
q Le PIB est donc un indicateur de l’ensemble des richesses produites dans une
économie durant une période donnée (généralement un an). Il est obtenu en fa
isant la ∑ (la somme) de VA (valeur ajoutée) de l’économie.
q La croissance économique correspond au taux de variation du PIB. Une difficult
é apparait car cette hausse de PIB peut être seulement le résultat d’une augme
ntation de prix, des quantités produites restantes les mêmes entre les années T
2 etT1. Ainsi la croissance du PIB d’une année sur l’autre provient dans ce cas
d’un effet =quantité=( c’est-à-dire lié à l’augmentation des quantités produite
s) ou d’un effet= Prix= (c’est-à-dire lié à l’effet de l’inflation).
9
q Donc, pour mesurer la croissance réelle, il faut calculer le PIB réel ou PIB e
n volume ou PIB aux prix constants d’une année de base ou de référence. Ai
nsi, tout accroissement du PIB r correspond uniquement à une augmentation d
es quantités produites ( il s’agit donc d’une progression en volume).
q Par exemple:
q Taux de croissance= PIB 2018- PIB 2017/ PIB 2017 * 100 avec 2017 comm
e année de base.
q Pour faire des comparaisons du PIB entre la production de plusieurs pays, le
s économistes utilisent le plus souvent le PIB en parité de pouvoir d’achat (P
PA) pour contourner la difficulté de comparer des PIB de pays différents
car ils sont exprimés dans des monnaies différentes.
10
03/11/2023
6
q Comparer ainsi les pommes et les poires, cela n’ a pas de sens ! Il faut donc e
xprimer les PIB dans une même monnaie. Généralement, on a recours au Dollar.
q On n’achète pas la même chose avec 20 dollars au Maroc, en Niger ou en Belgi
que.
q On recours donc à la parité du pouvoir d’achat (PPA), ainsi le taux de PPA est
un taux de change qui permet d’acheter avec une certaine quantité de monnaie
la même quantité de biens dans deux pays ( A et B) une fois la monnaie du pays
A changée en monnaie du pays B ( ou inversement).
q Ceci exprime donc: e= P/p* où P est le prix du bien X dans le pays A et P* est
le prix du bien X dans le pays B.
q e= est le taux de change de PPA.
11
q Un exemple concret: on détermine un panier de biens et services et on calcule
de combien on a besoin de monnaie nationale de chaque pays pour le payer.
q Exemple: une coupe de cheveux chez le coiffeur coûte 50 DH au Maroc et 20 €
en France. Soit en euro: e= P/P*= 50 dh/20 €=2,5 dh ou en DH 20/50 = 0,4 e
uro.
q Le PIB/ habitant: dans la mesure où il est une moyenne, le PIB/ ha donne une i
mage du niveau de vie des habitants d’un pays qui peut être fausse, si ce pays c
onnait de fortes inégalités sociales.
q En effet, il se peut qu’il existe une frange de la population( une partie très min
oritaire) (très importante au niveau de la consommation) de la société qui peut
avoir un niveau de vie beaucoup plus faible que le PIB/ha.
12
03/11/2023
7
q De la même manière, l’augmentation du PIB/ha peut donner l’impression que le n
iveau de vie des habitants s’est accru dans une population, si la richesse n’est p
as équitablement repartie, il se peut que la plus grande partie de la populatio
n ne voit pas son niveau de vie s’améliorer et reste le même. ( on dit qu’il peut
augmenter) alors que celui des plus riches augmentait sensiblement ( c’est le cas
des Etats-Unis depuis 30 ans). PIB/ha= PIB du pays /la population totale.
q En raison de l’insuffisance du PIB/ha, il a été mis au point sous l’influence de A
martya. Sen au sein du cadre du PNUD, l’indice du développement humain (IDH
).
q Mis au point sous l’influence de A. Sen, l’IDH a pour objectif de compléter la m
esure de la croissance par le PIB, celui-ci a des limites.
13
q L’indice combine 3 éléments:
ü L'espérance de vie ( la longévité) ,
ü Le niveau d’instruction et l’accès au savoir, et
ü Le niveau de vie (Revenu).
q L’objectif de cet indicateur vise à mesurer le niveau du bien être des habitant
s.
14
03/11/2023
8
q Quelles sont les sources de la croissance économique:
La théorie économique analyse le processus de croissance à l’aide de la fonction de
production. Y= f(K, l) et qui associe la quantité maximale produite (Y) et diverses qu
antités de facteur de travail (L) et de facteur Capital (K).
1- l’accumulation des facteurs de production est la 1ère source de la croissance éc
onomique.
Ainsi dans cette analyse, la hausse de la production et donc la croissance résulte
de deux mécanismes:
a)- les quantités des facteurs de production peuvent augmenter ( on parle dans ce
cas de croissance extensive).
b)- d’autre part, la productivité de ces facteurs de production peuvent s’accroitre
et qui permet de produire plus avec autant de facteurs de production ( on parle alor
s de croissance intensive).
15
q La croissance peut résulter d’une augmentation des quantités des facteurs de
production :
Les facteurs de production représentent l’ensemble des moyens durablement util
isés dans le processus de production ( c’est-à-dire qu’ils ne sont pas détruits ou tra
nsformés des leur 1ère utilisation).
q Le facteur travail (L) qui représente l’activité humaine permettant la producti
on. La quantité de facteur travail peut augmenter en raison d’une augmentation d
e la durée du travail ( augmentation de la durée hebdomadaire) soit en raison de
l’accroissement du nombre d’actifs (travailleurs )entrée des femmes sur le ma
rché de travail, main d’œuvre liée à l’immigration.
16
03/11/2023
9
q Le Facteur de capital (K): qui est l’ensemble des biens ou utilisés de façon du
rable dans le processus de production ( machines- outils- bâtiments) on parle
alors de capital fixe ou technique .
q Le facteur capital est combiné avec le facteur travail pour produire une qua
ntité maximale de biens et services et ce au moyen de la fonction de producti
on de Cobb-Douglas Y=f(K,L).
q L’augmentation du K grâce aux investissements qui permettent l’acquisition d
es machines performantes avec lesquelles moyennant en formation, les travail
leurs peuvent productifs PLUS (+) car ils sont plus efficaces, plus productifs
ce qui entraine une augmentation de la production * ( et donc croissance).
17
q Au total: La combinaison productive résulte de l’utilisation conjointe de force
de production.
q L’augmentation conjointe de la quantité des forces de production permet de prod
uire plus ( si on double la quantité de force de production, on double le volume de
production Y, on parle de rendement d’échelle). ((RE: la façon dont la quantité pr
oduite varie si l’on augmente les facteurs de production à long terme. (Constan
t, croissant, décroissant)). Par exple: pour les rendements agricoles, plus la popu
lation augmente, plus il y a besoin de nourriture, il faut donc étendre la culture à
des terres qui n’étaient pas cultivées auparavant. Ces nouvelles terres cultivées s
ont logiquement moins fertiles, leur rendement est moins bon car il faut plus de t
ravail pour en tirer une même quantité de blé. Au fur et à mesure de l’augmentatio
n de la population, on utilise donc des terres de moins en moins bonnes, les coûts a
ugmentent et les profits diminuent . Les rendements de l’agriculture sont donc dé
croissants. Ainsi la (LRD) dans le cas de l’agriculture implique que l’augmentation d
e la population conduit à une baisse des profits.
18
03/11/2023
10
q On parle de croissance extensive pour qualifier ce type de croissance résulta
nt d’une accumulation des forces de production dans une économie.
q Cependant, inévitablement, cette croissance basée sur l’accumulation des forces
de production va finir par s’essouffler en raison de la loi des rendements décro
issants (LRD).
q Et théoriquement et pourtant la croissance n’a cessé d’augmenter. Il existe do
nc une deuxième source de croissance qui n’est pas imputable à l’accumulation d
es forces de production.
19
q La croissance peut résulter d’un accroissement de l’efficacité de l’ensemble
des forces de production:
• On s’aperçoit que l’accumulation des forces de production n’expliquent pas enti
èrement la croissance réalisée. Alors forcément il y’a un autre facteur de croiss
ance. L’économiste Solow l’ a nommé résidu et qui ne peut être expliqué par la
mobilisation et l’accroissance des forces de production.
Cette part, nommé résidu par Solow est attribué au progrès technique dont on ign
ore l’origine. « C’est une manne qui tombe du ciel ». C’est donc un facteur exogène à
la dynamique de l’ECONOMIE.
20
03/11/2023
11
q En réalité, le progrès technique résulte d’un accroissement de l’Efficacité des
forces de production c’est-à-dire lié à une meilleure production c’est-à-dire lié
à une meilleure productivité du facteur travail et du facteur capital soit lié à u
ne amélioration de la productivité globale des facteurs (notée PGF), ce qui sign
ifie que les combinaisons productives sont de + en + efficaces, la productivité
étant définie par le rapport entre la production et la qualité de forces de produc
tion pour la produire.
q On a donc: la productivité du travail= production /travail ;
q Productivité du capital = Production/ Facteur K (quantité) et enfin,
q Productivité globale des facteurs de production (PGF)= Production/ Facteurs
K+ Facteur L (quantité).
21
q Ainsi, avec la productivité globale des facteurs de production, on produit la m
ême quantité de biens et services en mobilisant moins de facteurs de productio
n, ce qui témoigne d’une hausse de productivité. On parle dans ce cas, d’une croi
ssance intensive.
q Ce type de croissance est caractérisée par la hausse de la part de la croissance
qui ne s’explique pas par l’accumulation des facteurs de production, mais par le
ur productivité.
q Au total, la croissance économique peut donc résulter d’une accumulation des f
orces de production, mais aussi d’un accroissement de la productivité globale d
es facteurs (PGF).
q La productivité globale des facteurs se veut mesurer l’efficacité de la combina
ison productive. PGF=PIB- (Part du K de la croissance du PIB+ part du facteur
L de la croissance du PIB).
22
03/11/2023
12
q Exemple: nous prenons les taux de croissance moyen entre 1985 et 2010 en %
et les contributions à la croissance du PIB.
Taux de croissan
ce annuels ou d
u PIB moyen
Facteur Capital Facteur Travail PGF
France 1,8 0,7 0,2 0,9
Etats-Unis 2,6 0,9 0,7 1
Corée du Sud 6,1 1,7 0,6 3,8
Irlande 4,4 0,9 0,9 2,6
23
q Interprétation du tableau:
• Entre 1985 et 2010, le PIB de la France d’augmenter de 1,8% par an en moyenn
e, les sources de cette croissance du PIB ( croissance économique par définition
) proviennent pour la moitié de l’augmentation des forces de production (Let K
), l’autre moitié étant expliquée par la productivité globale des facteurs c’est-à
-dire la productivité totale. Parmi les facteurs de production, le capital contri
bue à 0,7 point sur 1,8 à la croissance du PIB.
• Entre 1985 et 2010, le PIB de l’Irlande a augmenté de 4,4% par an en moyenne
. Cette croissance est expliquée par environ 2,6% par la productivité globale de
s facteurs et les 1,8 % restant par la hausse de quantité des facteurs de prod
uction.
24
03/11/2023
13
• Entre 1985 et 2010,le PIB de la Corée du Sud a augmenté de 6,1% par an en moy
enne. Cette augmentation est expliquée par 3,8 points de croissance de la produ
ctivité globale des facteurs.
• Au final, la source principale de la croissance du PIB démontre le progrès techn
ique mesurée grâce à la productivité globale des facteurs.
25
v Comprendre que le progrès technique est endogène et qu’il résulte en particul
ier des innovations:
• Dans la théorie néoclassique de la croissance économique, le progrès techniqu
e (PT) est à l’origine de l’accroissement de la productivité globale des facteur
s. Cependant, il reste exogène, c’est-à-dire indépendant de l’activité économiqu
e. Son origine demeure inexpliquée, comme si c’est une « manne céleste ».
• Dans les années 1980, est apparue la théorie de la croissance endogène prôné
e par des économistes américains comme Paul Romer, Robert Barra et Robert l
ucas.
26
03/11/2023
14
Ils se fondent sur l’hypothèse que la croissance économique génère par elle-mêm
e le progrès technique et que c’est un phénomène auto-entretenu qui dépend de l’a
ccumulation de capital sous ses différentes formes qui elle-même est à l’origine d
u progrès technique. Ainsi, nous avons:
Favorise la
croissance
économique par
les gains de
productivité
La croissance
permet de
financer les
investissements
sous ses
différentes
formes
Les
investissements
sont à l’origine
des innovations
qui sont à l’origine
du progrès
technique
Progrès technique
27
v A retenir:
• Pour Robert Solow, le progrès technique est exogène c’est-à-dire extérieur
e à la sphère économique. C’est une « manne céleste ».
• La théorie de la croissance endogène explique au contraire, que le progrès te
chnique est produit par la sphère économique elle-même.
• La croissance économique est auto-entretenue, c’est un phénomène cumulati
f.
• Les investissements dans différents capitaux favorisent les innovations qui
sont à l’origine du progrès technique et donc de la croissance.
28
03/11/2023
15
v Etude du progrès technique:
• Le progrès technique est considéré comme la principale source de la croissanc
e économique.
• Le progrès technique prend la forme d’innovation dans le système de productio
n ( = le progrès technique est issu des innovations). On distingue plusieurs type
s d’innovations:
• Le progrès technique est donc le résultat d’un processus d’innovation: il perme
t d’améliorer les techniques de production( innovation de procédé), ce qui entra
ine une hausse de la productivité globale des facteurs et donc de produire de
grandes quantités de biens et services et donc croissance en hausse.
• Il peut s’agir aussi d’une innovation de produit qui conduit à l’apparition d’un p
roduit de meilleur qualité ou inexistant auparavant.
29
• Ce peut être une innovation organisationnelle ( qui améliore l’organisation glob
ale de l’entreprise, comme le taylorisme ou le toyotisme).
q Les origines du progrès technique:
• Le progrès technique dépend des décisions volontaires et rationnelles des agen
ts économiques à investir et à innover dans la mesure où ils cherchent à engrang
er des profits.
• Ce qui fait que les investissements dans l’accumulation de capital sous ses diff
érentes formes sont sources d’externalités positives qui permettent des rende
ments d’échelle croissants. ( contrairement au modèle de Solow où la croissan
ce se heurtait à la loi des rendements décroissants).
• Donc l’accumulation des capitaux est à l’origine des innovations dont est issu l
e progrès technique.
30
03/11/2023
16
q Les capitaux sont:
• Le capital physique productif c’est un ensemble de K fixe et circulant. En eff
et, l’introduction de machines performantes et de nouveaux équipement dans l
a combinaison productive permet de produire de grande quantité de biens et ser
vices et d’obtenir une croissance économique.
• Le capital technologique et immatériel correspond au stock de connaissances
scientifiques et technologiques permettant d’accroitre la progression globale
des facteurs ou de créer de nouveaux produits. Le capital technologique est la
principale source des gains de production génère donc la production totale qui e
ntraine des gains de productivité augmentant ainsi la croissance économique.
31
q Le capital humain:
• Terme inventé par Garry Becker représente l’ensemble des connaissances ou d
e capacités productives qu’un individu acquiert par l’accumulation des connaiss
ances, le capital humain désigne donc un stock de connaissance, de savoir faire
, de compétence pouvant être incorporé et utilisé par chaque individu à but pro
ductif. Il peut être améliorer par des effets d’apprentissage « learning by doi
ng ».
• Les connaissances sont sources d’externalités positives: elles se répondent so
it par initiation du procédé de l’innovation, soit par l’emploi de salariés qui ont
acquis de nouvelles compétences.
32
03/11/2023
17
• Donc le progrès technique selon le modèle de Paul Romer résulte de l’accumula
tion du capital sous forme de connaissances. Plus une économie accumule du ca
pital humain, plus elle accumule des expériences et du savoir faire.
• Cela génère des externalités positives car lorsqu’une entreprise innove en inve
stissant dans de nouvelles technologies, elle va diffuser les bonnes pratiques
et les améliorations du système de production à l’ensemble de l’économie de f
açon involontaire (externalité positive) par un processus d’imitations ou par l’int
ermédiaire des salariés qui transportent avec eux les savoir faire:
ü Dans ce modèle basé sur le capital humain,
ü Le stock de connaissances augmente grâce à des investissements en Recherc
he et Développement.
33
• Le modèle de Lucas (1988) explique l’origine endogène du progrès technique et
le rôle des externalités dans le phénomène auto-entretenu de la croissance.
• L’accent est mis sur le facteur travail (humain) et l’accumulation du capital hu
main c’est-à-dire l’ensemble des connaissances et des expériences de chaque per
sonne.
• En effet, lorsque les individus sont plus que qualifiés, ils sont plus performant
s et plus à même d’innover et d’utiliser des technologies innovantes.
34
03/11/2023
18
• Le modèle de Robert Barra de la croissance endogène met l’accent sur le rôle
de l’Etat et le capital public comme générateur d’externalités positives comme
par exemple de développement des infrastructures ( transport et communicatio
n), mais aussi les dépenses en recherche et développement pour générer des in
novations accessibles à tout le monde,
• la croissance trouve à nouveau sa source dans l’accumulation du capital Public, qui
permet plus de croissance qui à son tour finance les investissements en capital Pu
blic et donc plus de croissance, on retrouve le mécanisme d’une croissance auto-
entretenue.
• ( une croissance s’auto-entretient lorsque les richesses créées, issues de l’au
gmentation de la valeur ajoutée, permettent d’améliorer la productivité global
e des facteurs, source de la croissance future. La recherche, la santé, ou des
innovations technologiques, source de croissance future).
35
q Choisissez la bonne réponse:
36
03/11/2023
19
q Le PIB:
• Tient compte de la production des administrations publiques,
• Tient compte des revenus versés à l’étranger,
• Ne mesure que la production marchande.
q L’investissement est:
• Le stock de capital fixe des entreprises,
• Mesuré par la FBCF,
• Forcément matériel.
q Les droits de propriété sont un facteur de croissance car:
• Ils favorisent la liberté d’association,
• Ils stimulent l’innovation,
• Ils développent l’éducation.
37
q Le PIB en volume, c’est:
• Le PIB nominal,
• Le PIB en euros courants,
• Le PIB en euros constants.
q Le PIB est la somme:
• Des Va,
• Des consommations intermédiaires,
• Des facteurs de production.
q Le PIB par habitant est un indicateur qui mesure:
• Le niveau de vie,
• Le niveau de développement,
• Le bien être.
38
03/11/2023
20
q Le résidu est:
• La part de la croissance s’expliquant par le progrès technique,
• La contribution de l’économie souterraine à la croissance,
• La contribution du facteur capital à la croissance.
q Pour les théoriciens de la croissance endogène, l’accumulation de capital sous
toutes ses formes:
• Contribue à détériorer l’environnement,
• Est source d’externalités positives,
• Nécessite une réduction du poids de l’Etat dans l’économie.
39
q Pour les théoriciens de la croissance endogène:
• C’est le système économique et les décisions des agents économiques qui génère
nt du progrès technique,
• L’apparition du progrès technique n’est pas liée au fonctionnement du système é
conomique,
• On ne peut pas expliquer l’origine du progrès technique.
q La PGF mesure:
• La productivité du capital et du travail,
• La productivité du capital,
• La productivité du travail.
40
03/11/2023
21
q Quelle affirmation est vrai ?
• La déflation est synonyme de crise et de chômage,
• La déflation est préférable à l’inflation,
• La déflation est favorable à l’activité économique.
q La récession s’accompagne:
• D’une baisse de la dette publique,
• D’une hausse des déficits publics,
• D’une hausse des recettes fiscales.
q Le terme de récession désigne aujourd’hui:
• Un ralentissement de l’activité économique,
• Une baisse importante et durable de l’activité économique,
• Une croissance négative sur une courte période.
41
q Quelle affirmation est fausse:
• La demande de biens et services diminue lorsque le prix s’élève.
• L’offre et la demande de biens et services augmentent lorsque le prix s’élève.
• L’offre de biens et services augmente à mesure que le prix s’élève.
42
03/11/2023
22
Ø Nous avons vu dans le cours précédent que la croissance économique c’est-à-dire
l’augmentation de la production (=richesse) d’un pays sur l’année.
Ø Cette croissance est mesurée par le PIB qui présente des limites d’où l’usage du
PIB/ ha, de l’IDH et de PPA.
v Que les principales sources de la croissance sont:
Ø L’accumulation des quantités des facteurs de production:
• Si on augmente les quantités des facteurs de production en même temps, cela e
ntraine une augmentation de la production (donc de la croissance). Par contre, si
on augmente le capital (technologie), le facteur T restant constant, on se heurt
e à la LRD.
43
Ø Des études statistiques sur l’activité économique des entreprises:
§ Menées aux USA par Solow et en France par Malinvaud, ont montré qu’une gran
de partie de la croissance ne s’expliquait pas par l’accumulation des forces de pr
oduction, mais qu’elle était due à un « résidu » considéré comme une « manne cél
este » et que Solow assimile au progrès technique qui est en fait une améliorati
on de l’efficacité des forces de travail c’est-à-dire l’augmentation de la produ
ctivité globale des facteurs (PGF). Solow considère que la PGF est une mesure
du progrès technique.
Ø Vers les années 1980, des économistes américains ( Romer, Barro,Lucas) ne pouv
aient admettre qu’une partie conséquente de la croissance puisse être « une man
ne celeste ». Aussi, ils se sont attachés à montrer qu’en réalité le progrès tech
nique source de croissance est endogène au système économique et que la croi
ssance est endogène et auto-entretenue.
44
03/11/2023
23
Ø En effet le progrès technique est issu des innovations « quelles sont les innovat
ions qui proviennent des investissements dans le capital sous ses différentes
formes ?» (capital physique, technologique, humain, et public).
Ø Les innovations génèrent des externalités (diffusion de l’innovation par imitati
on ou apport d’un travailleur de l’expertise dans une autre entreprise). Les innov
ations engendrent le progrès technique qui favorise la croissance, en incitant le
s investissements par la création d’innovation et donc la réalisation du progrès t
echnique. ( le cercle vertueux).
Ø Comprendre comment les institutions ( notamment les droits de propriété) infl
uent sur la croissance en affectant l’incitation à investir et à innover. Savoir que
l’innovation (et donc le progrès technique) est lié au processus de destruction
créatrice.
45
Ø Le rôle des institutions dans la croissance économique:
• De bonnes institutions (l’Etat et les règlements de régulation du marché, les inst
ances judiciaires..) garantissent le respect des droits de propriété intellectuelle
(Brevet).
• Ainsi, pour doper leur profit, les entreprises engagent des dépenses en recherch
e et développement pour pouvoir innover, c’est-à-dire renouveler leur gamme de p
roduits ou utiliser un nouveau procédé de production. Souvent l’entreprise about
it à une idée, or, si une nouvelle machine ou une nouvelle usine ne peut se faire
dérober, par contre, une innovation (=une idée) peut aisément être copiée ou i
miter par une autre entreprise.
• C’est la raison pour laquelle il a été instauré des lois sur la propriété intellectue
lle comme le « brevet » par exemple qui confère à son détenteur l’exclusivité d’e
xploitation commerciale de son innovation. ( monopole pendant une certaine pério
de dans le cas d’un nouveau produit).
46
03/11/2023
24
Ø Ainsi, si une entreprise ne peut pas bénéficier pleinement des retombées finan
cières de son « innovation », elle ne pourra pas amortir ses investissements et d
épenser dans la recherche et développement, cela découragerait les entreprise
s à investir dans la recherche et développement.
Ø Pour autant, il ne faut pas à l’inverse que la « marque déposée » soit un frein à la
diffusion du progrès technique. Par exemple: une nouvelle molécule efficace dan
s le traitement du VIH, l’éthique voudrait que les populations défavorisées puisse
accéder à ce médicament. Des accords entre les pouvoirs publics et l’entreprise
propriétaire de la molécule permettent de rendre accessible ce médicament à de
s pays pauvres.
47
48
03/11/2023
25
Ø Processus de destruction créatrice:
49

Contenu connexe

Similaire à cours sur les problèmes économiques et sociaux (1) 2.pdf

Au-delà du PIB, un tableau de bord pour la France
Au-delà du PIB, un tableau de bord pour la FranceAu-delà du PIB, un tableau de bord pour la France
Au-delà du PIB, un tableau de bord pour la France
France Stratégie
 
Diapo chap 1- tes3-2017 sources croissance éco
Diapo chap 1- tes3-2017 sources croissance écoDiapo chap 1- tes3-2017 sources croissance éco
Diapo chap 1- tes3-2017 sources croissance éco
Philippe Watrelot
 
Diapo chap 1- tes4-2018 sources croissance eco
Diapo chap 1- tes4-2018 sources croissance ecoDiapo chap 1- tes4-2018 sources croissance eco
Diapo chap 1- tes4-2018 sources croissance eco
Philippe Watrelot
 
Paramètres de la durabilité de l’agriculture suisse
Paramètres de la durabilité de l’agriculture suisseParamètres de la durabilité de l’agriculture suisse
Paramètres de la durabilité de l’agriculture suisse
Ramon Lienhard
 
Paramètres de la durabilité de l’agriculture suisse
Paramètres de la durabilité de l’agriculture suisseParamètres de la durabilité de l’agriculture suisse
Paramètres de la durabilité de l’agriculture suisse
sbvusp
 
Chapitre 6 action des pp
Chapitre 6 action des ppChapitre 6 action des pp
Chapitre 6 action des pp
Lycée Français de Budapest
 
Problèmes économiques et sociaux cours mr erraoui S3
Problèmes économiques et sociaux cours mr erraoui S3Problèmes économiques et sociaux cours mr erraoui S3
Problèmes économiques et sociaux cours mr erraoui S3Nour Eddine Domar
 
Politique monétaire et budgétaire
Politique monétaire et budgétairePolitique monétaire et budgétaire
Politique monétaire et budgétaire
Ghizlane Niâma
 
La croissance, une impasse écologique
La croissance, une impasse écologiqueLa croissance, une impasse écologique
La croissance, une impasse écologique
Ecosysmis
 
Présentation Pierre Lachaize-Comprendre le PIB pour le remplacer selon ses us...
Présentation Pierre Lachaize-Comprendre le PIB pour le remplacer selon ses us...Présentation Pierre Lachaize-Comprendre le PIB pour le remplacer selon ses us...
Présentation Pierre Lachaize-Comprendre le PIB pour le remplacer selon ses us...
The Shift Project
 
CCE pourquoi ça ne peut pas marcher
CCE pourquoi ça ne peut pas marcherCCE pourquoi ça ne peut pas marcher
CCE pourquoi ça ne peut pas marcherOPLPV
 
Cce pourquoi ça ne peut pas marcher
Cce pourquoi ça ne peut pas marcherCce pourquoi ça ne peut pas marcher
Cce pourquoi ça ne peut pas marcherOPLPV
 
Le cinquième Plan de développement économique et social
Le cinquième Plan de développement économique et socialLe cinquième Plan de développement économique et social
Le cinquième Plan de développement économique et social
France Stratégie
 
Comment mesurer les économies sur les dépenses publiques ?
Comment mesurer les économies sur les dépenses publiques ?Comment mesurer les économies sur les dépenses publiques ?
Comment mesurer les économies sur les dépenses publiques ?
France Stratégie
 
Quels indicateurs pour mesurer la qualité de la croissances?
Quels indicateurs pour mesurer la qualité de la croissances? Quels indicateurs pour mesurer la qualité de la croissances?
Quels indicateurs pour mesurer la qualité de la croissances?
France Stratégie
 
Sujet 4 économie
Sujet 4 économieSujet 4 économie
Sujet 4 économie
Hoang Yen
 
Semestre europeen rapport2019_position_uel
Semestre europeen rapport2019_position_uelSemestre europeen rapport2019_position_uel
Semestre europeen rapport2019_position_uel
Paperjam_redaction
 
Diapo chap 1- tes3-2016 sources croissance éco
Diapo chap 1- tes3-2016 sources croissance écoDiapo chap 1- tes3-2016 sources croissance éco
Diapo chap 1- tes3-2016 sources croissance éco
Philippe Watrelot
 
Où réduire le poids de la dépense publique ?
Où réduire le poids de la dépense publique ?Où réduire le poids de la dépense publique ?
Où réduire le poids de la dépense publique ?
France Stratégie
 

Similaire à cours sur les problèmes économiques et sociaux (1) 2.pdf (20)

Demande globale
Demande globaleDemande globale
Demande globale
 
Au-delà du PIB, un tableau de bord pour la France
Au-delà du PIB, un tableau de bord pour la FranceAu-delà du PIB, un tableau de bord pour la France
Au-delà du PIB, un tableau de bord pour la France
 
Diapo chap 1- tes3-2017 sources croissance éco
Diapo chap 1- tes3-2017 sources croissance écoDiapo chap 1- tes3-2017 sources croissance éco
Diapo chap 1- tes3-2017 sources croissance éco
 
Diapo chap 1- tes4-2018 sources croissance eco
Diapo chap 1- tes4-2018 sources croissance ecoDiapo chap 1- tes4-2018 sources croissance eco
Diapo chap 1- tes4-2018 sources croissance eco
 
Paramètres de la durabilité de l’agriculture suisse
Paramètres de la durabilité de l’agriculture suisseParamètres de la durabilité de l’agriculture suisse
Paramètres de la durabilité de l’agriculture suisse
 
Paramètres de la durabilité de l’agriculture suisse
Paramètres de la durabilité de l’agriculture suisseParamètres de la durabilité de l’agriculture suisse
Paramètres de la durabilité de l’agriculture suisse
 
Chapitre 6 action des pp
Chapitre 6 action des ppChapitre 6 action des pp
Chapitre 6 action des pp
 
Problèmes économiques et sociaux cours mr erraoui S3
Problèmes économiques et sociaux cours mr erraoui S3Problèmes économiques et sociaux cours mr erraoui S3
Problèmes économiques et sociaux cours mr erraoui S3
 
Politique monétaire et budgétaire
Politique monétaire et budgétairePolitique monétaire et budgétaire
Politique monétaire et budgétaire
 
La croissance, une impasse écologique
La croissance, une impasse écologiqueLa croissance, une impasse écologique
La croissance, une impasse écologique
 
Présentation Pierre Lachaize-Comprendre le PIB pour le remplacer selon ses us...
Présentation Pierre Lachaize-Comprendre le PIB pour le remplacer selon ses us...Présentation Pierre Lachaize-Comprendre le PIB pour le remplacer selon ses us...
Présentation Pierre Lachaize-Comprendre le PIB pour le remplacer selon ses us...
 
CCE pourquoi ça ne peut pas marcher
CCE pourquoi ça ne peut pas marcherCCE pourquoi ça ne peut pas marcher
CCE pourquoi ça ne peut pas marcher
 
Cce pourquoi ça ne peut pas marcher
Cce pourquoi ça ne peut pas marcherCce pourquoi ça ne peut pas marcher
Cce pourquoi ça ne peut pas marcher
 
Le cinquième Plan de développement économique et social
Le cinquième Plan de développement économique et socialLe cinquième Plan de développement économique et social
Le cinquième Plan de développement économique et social
 
Comment mesurer les économies sur les dépenses publiques ?
Comment mesurer les économies sur les dépenses publiques ?Comment mesurer les économies sur les dépenses publiques ?
Comment mesurer les économies sur les dépenses publiques ?
 
Quels indicateurs pour mesurer la qualité de la croissances?
Quels indicateurs pour mesurer la qualité de la croissances? Quels indicateurs pour mesurer la qualité de la croissances?
Quels indicateurs pour mesurer la qualité de la croissances?
 
Sujet 4 économie
Sujet 4 économieSujet 4 économie
Sujet 4 économie
 
Semestre europeen rapport2019_position_uel
Semestre europeen rapport2019_position_uelSemestre europeen rapport2019_position_uel
Semestre europeen rapport2019_position_uel
 
Diapo chap 1- tes3-2016 sources croissance éco
Diapo chap 1- tes3-2016 sources croissance écoDiapo chap 1- tes3-2016 sources croissance éco
Diapo chap 1- tes3-2016 sources croissance éco
 
Où réduire le poids de la dépense publique ?
Où réduire le poids de la dépense publique ?Où réduire le poids de la dépense publique ?
Où réduire le poids de la dépense publique ?
 

cours sur les problèmes économiques et sociaux (1) 2.pdf

  • 1. 03/11/2023 1 Problèmes économiques et sociaux Pr. Sonia BOUSHABA (S3)-(GC) 1 Plan du cours: q Chapitre 1: la croissance économique et environnement (DD) (énergie et en vironnement (l’effet de serre, recyclage…). q Chapitre 2: Le sous-développement (les pays en voie de développement, le t iers-monde, les pays émergents). q Chapitre 3: L’inflation. q Chapitre 4: le Chômage ( structurel, frictionnel, technologique, segmentat ion, conjoncturel, saisonnier, volontaire) L’emploi ( sous emploi, plein emploi q Chapitre 5: La pauvreté. 2
  • 2. 03/11/2023 2 La croissance économique Introduction : q Si la croissance économique est un enjeu majeur en science économique, ell e dépasse largement les débats entre les acteurs politiques et les experts éc onomiques. q En effet, elle représente un enjeu politique pour la société puisqu’elle symboli se l’augmentation de la richesse d’une nation. q Si cette croissance est souhaitée par les acteurs économiques parce qu’elle apporte la solution à de nombreux problèmes entre autres, elle permettrait: 3 § La création d’emploi pour tous et réduirait alors le chômage. § L’accroissement des niveaux de vie grâce au revenu versé aux salariés du fa it de regain d’activité. § La croissance économique est recherchée par tous les pays dans la mesure o ù elle devrait permettre de restaurer l’équilibre macroéconomique. La recet te fiscale permet de développer les infrastructures du pays. § Cependant, elle présente un bémol: l’empreinte écolo qu’elle provoque du fait de l’utilisation accrue des ressources et qui dépasse la capacité de notre terr e à se régénérer ( la bio-capacité), le stock de capital naturel se réduit au d étriment des générations futures. La situation s’aggrave, c’est le constat fai t en Août 2021 par le dernier rapport du GIEC (groupe intergouvernemental des experts sur le changement climatique). 4
  • 3. 03/11/2023 3 § Face à ce constat catastrophique, comment rendre la croissance et le dével oppement soutenable (durable) ? En définitive, la croissance économique est considérée à la fois comme une condi tion indispensable à la prospérité et accusée d'être à l’origine de la dégradation de l’environnement. C’est pourquoi, il est indispensable de s’interroger sur sa nature (extensive-intens ive), mais aussi sur les limites écolo auxquelles elle se heurte. * Une croissance extensive est une croissance économique due à l’augmentation de la quantité de facteurs de production disponibles au sein du système écono mique. On parle de croissance intensive, lorsque l’augmentation de la productio n est due à l’amélioration de la combinaison productive et non pas au fait qu’on augmente la quantité des facteurs de production. 5 q Au cours de ce chapitre, nous tenterons de: • Comprendre le processus de croissance économique et les sources de la cro issance ( = les facteurs de croissance) à savoir l’accumulation des facteurs de production et l’accroissement de la productivité globale des facteurs, compr endre le lien entre le progrès technique = et l’augmentation de la productivi té globale des facteurs . • Comprendre que le progrès technique est endogène et qu’il résulte en particu lier de l’innovation. • Comprendre comment les institutions (notamment les droits de propriété) in fluent sur la croissance en affectant l’incitation à investir et innover, savoi r que l’innovation s’accompagne d’un processus de destruction création import ant chez Schumpeter. 6
  • 4. 03/11/2023 4 • Comprendre qu’une croissance économique soutenable se heurte à des limites écologiques (notamment l’épuisement des ressources, la pollution et le récha uffement climatique) et que l’innovation peut aider à reculer ces limites. • Comprendre le processus de croissance. 7 v Comprendre le processus de croissance économique: q Comment définir la croissance économique et comment la mesurer ? La croissance économique peut se définir comme une augmentation soutenue de la production des biens et services dans un pays pour une période donnée, en général e une année. La croissance économique est à distinguer d’une augmentation brutale de la produ ction globale nationale sur le court terme, il s’agit dans ce cas d’une expansion éco nomique qui sera suivie d’une récession. Par ailleurs, bien que le développement et la croissance économique soient souve nt associés, il faut les distinguer. Néanmoins, la croissance économique est un indi cateur quantitatif (mesurée par le PIB), le développement est au contraire plutôt qualitatif, synonyme de progrès économique et social c’est-à-dire une améliorati on du niveau de vie et du niveau d’instruction et de bien être de la population. 8
  • 5. 03/11/2023 5 q Mesure du PIB: La croissance est l’augmentation durable de la production de bi ens et services d’une économie. Pour la mesurer on retient comme indicateur de la production, le PIB. q Le PIB est donc un indicateur de l’ensemble des richesses produites dans une économie durant une période donnée (généralement un an). Il est obtenu en fa isant la ∑ (la somme) de VA (valeur ajoutée) de l’économie. q La croissance économique correspond au taux de variation du PIB. Une difficult é apparait car cette hausse de PIB peut être seulement le résultat d’une augme ntation de prix, des quantités produites restantes les mêmes entre les années T 2 etT1. Ainsi la croissance du PIB d’une année sur l’autre provient dans ce cas d’un effet =quantité=( c’est-à-dire lié à l’augmentation des quantités produite s) ou d’un effet= Prix= (c’est-à-dire lié à l’effet de l’inflation). 9 q Donc, pour mesurer la croissance réelle, il faut calculer le PIB réel ou PIB e n volume ou PIB aux prix constants d’une année de base ou de référence. Ai nsi, tout accroissement du PIB r correspond uniquement à une augmentation d es quantités produites ( il s’agit donc d’une progression en volume). q Par exemple: q Taux de croissance= PIB 2018- PIB 2017/ PIB 2017 * 100 avec 2017 comm e année de base. q Pour faire des comparaisons du PIB entre la production de plusieurs pays, le s économistes utilisent le plus souvent le PIB en parité de pouvoir d’achat (P PA) pour contourner la difficulté de comparer des PIB de pays différents car ils sont exprimés dans des monnaies différentes. 10
  • 6. 03/11/2023 6 q Comparer ainsi les pommes et les poires, cela n’ a pas de sens ! Il faut donc e xprimer les PIB dans une même monnaie. Généralement, on a recours au Dollar. q On n’achète pas la même chose avec 20 dollars au Maroc, en Niger ou en Belgi que. q On recours donc à la parité du pouvoir d’achat (PPA), ainsi le taux de PPA est un taux de change qui permet d’acheter avec une certaine quantité de monnaie la même quantité de biens dans deux pays ( A et B) une fois la monnaie du pays A changée en monnaie du pays B ( ou inversement). q Ceci exprime donc: e= P/p* où P est le prix du bien X dans le pays A et P* est le prix du bien X dans le pays B. q e= est le taux de change de PPA. 11 q Un exemple concret: on détermine un panier de biens et services et on calcule de combien on a besoin de monnaie nationale de chaque pays pour le payer. q Exemple: une coupe de cheveux chez le coiffeur coûte 50 DH au Maroc et 20 € en France. Soit en euro: e= P/P*= 50 dh/20 €=2,5 dh ou en DH 20/50 = 0,4 e uro. q Le PIB/ habitant: dans la mesure où il est une moyenne, le PIB/ ha donne une i mage du niveau de vie des habitants d’un pays qui peut être fausse, si ce pays c onnait de fortes inégalités sociales. q En effet, il se peut qu’il existe une frange de la population( une partie très min oritaire) (très importante au niveau de la consommation) de la société qui peut avoir un niveau de vie beaucoup plus faible que le PIB/ha. 12
  • 7. 03/11/2023 7 q De la même manière, l’augmentation du PIB/ha peut donner l’impression que le n iveau de vie des habitants s’est accru dans une population, si la richesse n’est p as équitablement repartie, il se peut que la plus grande partie de la populatio n ne voit pas son niveau de vie s’améliorer et reste le même. ( on dit qu’il peut augmenter) alors que celui des plus riches augmentait sensiblement ( c’est le cas des Etats-Unis depuis 30 ans). PIB/ha= PIB du pays /la population totale. q En raison de l’insuffisance du PIB/ha, il a été mis au point sous l’influence de A martya. Sen au sein du cadre du PNUD, l’indice du développement humain (IDH ). q Mis au point sous l’influence de A. Sen, l’IDH a pour objectif de compléter la m esure de la croissance par le PIB, celui-ci a des limites. 13 q L’indice combine 3 éléments: ü L'espérance de vie ( la longévité) , ü Le niveau d’instruction et l’accès au savoir, et ü Le niveau de vie (Revenu). q L’objectif de cet indicateur vise à mesurer le niveau du bien être des habitant s. 14
  • 8. 03/11/2023 8 q Quelles sont les sources de la croissance économique: La théorie économique analyse le processus de croissance à l’aide de la fonction de production. Y= f(K, l) et qui associe la quantité maximale produite (Y) et diverses qu antités de facteur de travail (L) et de facteur Capital (K). 1- l’accumulation des facteurs de production est la 1ère source de la croissance éc onomique. Ainsi dans cette analyse, la hausse de la production et donc la croissance résulte de deux mécanismes: a)- les quantités des facteurs de production peuvent augmenter ( on parle dans ce cas de croissance extensive). b)- d’autre part, la productivité de ces facteurs de production peuvent s’accroitre et qui permet de produire plus avec autant de facteurs de production ( on parle alor s de croissance intensive). 15 q La croissance peut résulter d’une augmentation des quantités des facteurs de production : Les facteurs de production représentent l’ensemble des moyens durablement util isés dans le processus de production ( c’est-à-dire qu’ils ne sont pas détruits ou tra nsformés des leur 1ère utilisation). q Le facteur travail (L) qui représente l’activité humaine permettant la producti on. La quantité de facteur travail peut augmenter en raison d’une augmentation d e la durée du travail ( augmentation de la durée hebdomadaire) soit en raison de l’accroissement du nombre d’actifs (travailleurs )entrée des femmes sur le ma rché de travail, main d’œuvre liée à l’immigration. 16
  • 9. 03/11/2023 9 q Le Facteur de capital (K): qui est l’ensemble des biens ou utilisés de façon du rable dans le processus de production ( machines- outils- bâtiments) on parle alors de capital fixe ou technique . q Le facteur capital est combiné avec le facteur travail pour produire une qua ntité maximale de biens et services et ce au moyen de la fonction de producti on de Cobb-Douglas Y=f(K,L). q L’augmentation du K grâce aux investissements qui permettent l’acquisition d es machines performantes avec lesquelles moyennant en formation, les travail leurs peuvent productifs PLUS (+) car ils sont plus efficaces, plus productifs ce qui entraine une augmentation de la production * ( et donc croissance). 17 q Au total: La combinaison productive résulte de l’utilisation conjointe de force de production. q L’augmentation conjointe de la quantité des forces de production permet de prod uire plus ( si on double la quantité de force de production, on double le volume de production Y, on parle de rendement d’échelle). ((RE: la façon dont la quantité pr oduite varie si l’on augmente les facteurs de production à long terme. (Constan t, croissant, décroissant)). Par exple: pour les rendements agricoles, plus la popu lation augmente, plus il y a besoin de nourriture, il faut donc étendre la culture à des terres qui n’étaient pas cultivées auparavant. Ces nouvelles terres cultivées s ont logiquement moins fertiles, leur rendement est moins bon car il faut plus de t ravail pour en tirer une même quantité de blé. Au fur et à mesure de l’augmentatio n de la population, on utilise donc des terres de moins en moins bonnes, les coûts a ugmentent et les profits diminuent . Les rendements de l’agriculture sont donc dé croissants. Ainsi la (LRD) dans le cas de l’agriculture implique que l’augmentation d e la population conduit à une baisse des profits. 18
  • 10. 03/11/2023 10 q On parle de croissance extensive pour qualifier ce type de croissance résulta nt d’une accumulation des forces de production dans une économie. q Cependant, inévitablement, cette croissance basée sur l’accumulation des forces de production va finir par s’essouffler en raison de la loi des rendements décro issants (LRD). q Et théoriquement et pourtant la croissance n’a cessé d’augmenter. Il existe do nc une deuxième source de croissance qui n’est pas imputable à l’accumulation d es forces de production. 19 q La croissance peut résulter d’un accroissement de l’efficacité de l’ensemble des forces de production: • On s’aperçoit que l’accumulation des forces de production n’expliquent pas enti èrement la croissance réalisée. Alors forcément il y’a un autre facteur de croiss ance. L’économiste Solow l’ a nommé résidu et qui ne peut être expliqué par la mobilisation et l’accroissance des forces de production. Cette part, nommé résidu par Solow est attribué au progrès technique dont on ign ore l’origine. « C’est une manne qui tombe du ciel ». C’est donc un facteur exogène à la dynamique de l’ECONOMIE. 20
  • 11. 03/11/2023 11 q En réalité, le progrès technique résulte d’un accroissement de l’Efficacité des forces de production c’est-à-dire lié à une meilleure production c’est-à-dire lié à une meilleure productivité du facteur travail et du facteur capital soit lié à u ne amélioration de la productivité globale des facteurs (notée PGF), ce qui sign ifie que les combinaisons productives sont de + en + efficaces, la productivité étant définie par le rapport entre la production et la qualité de forces de produc tion pour la produire. q On a donc: la productivité du travail= production /travail ; q Productivité du capital = Production/ Facteur K (quantité) et enfin, q Productivité globale des facteurs de production (PGF)= Production/ Facteurs K+ Facteur L (quantité). 21 q Ainsi, avec la productivité globale des facteurs de production, on produit la m ême quantité de biens et services en mobilisant moins de facteurs de productio n, ce qui témoigne d’une hausse de productivité. On parle dans ce cas, d’une croi ssance intensive. q Ce type de croissance est caractérisée par la hausse de la part de la croissance qui ne s’explique pas par l’accumulation des facteurs de production, mais par le ur productivité. q Au total, la croissance économique peut donc résulter d’une accumulation des f orces de production, mais aussi d’un accroissement de la productivité globale d es facteurs (PGF). q La productivité globale des facteurs se veut mesurer l’efficacité de la combina ison productive. PGF=PIB- (Part du K de la croissance du PIB+ part du facteur L de la croissance du PIB). 22
  • 12. 03/11/2023 12 q Exemple: nous prenons les taux de croissance moyen entre 1985 et 2010 en % et les contributions à la croissance du PIB. Taux de croissan ce annuels ou d u PIB moyen Facteur Capital Facteur Travail PGF France 1,8 0,7 0,2 0,9 Etats-Unis 2,6 0,9 0,7 1 Corée du Sud 6,1 1,7 0,6 3,8 Irlande 4,4 0,9 0,9 2,6 23 q Interprétation du tableau: • Entre 1985 et 2010, le PIB de la France d’augmenter de 1,8% par an en moyenn e, les sources de cette croissance du PIB ( croissance économique par définition ) proviennent pour la moitié de l’augmentation des forces de production (Let K ), l’autre moitié étant expliquée par la productivité globale des facteurs c’est-à -dire la productivité totale. Parmi les facteurs de production, le capital contri bue à 0,7 point sur 1,8 à la croissance du PIB. • Entre 1985 et 2010, le PIB de l’Irlande a augmenté de 4,4% par an en moyenne . Cette croissance est expliquée par environ 2,6% par la productivité globale de s facteurs et les 1,8 % restant par la hausse de quantité des facteurs de prod uction. 24
  • 13. 03/11/2023 13 • Entre 1985 et 2010,le PIB de la Corée du Sud a augmenté de 6,1% par an en moy enne. Cette augmentation est expliquée par 3,8 points de croissance de la produ ctivité globale des facteurs. • Au final, la source principale de la croissance du PIB démontre le progrès techn ique mesurée grâce à la productivité globale des facteurs. 25 v Comprendre que le progrès technique est endogène et qu’il résulte en particul ier des innovations: • Dans la théorie néoclassique de la croissance économique, le progrès techniqu e (PT) est à l’origine de l’accroissement de la productivité globale des facteur s. Cependant, il reste exogène, c’est-à-dire indépendant de l’activité économiqu e. Son origine demeure inexpliquée, comme si c’est une « manne céleste ». • Dans les années 1980, est apparue la théorie de la croissance endogène prôné e par des économistes américains comme Paul Romer, Robert Barra et Robert l ucas. 26
  • 14. 03/11/2023 14 Ils se fondent sur l’hypothèse que la croissance économique génère par elle-mêm e le progrès technique et que c’est un phénomène auto-entretenu qui dépend de l’a ccumulation de capital sous ses différentes formes qui elle-même est à l’origine d u progrès technique. Ainsi, nous avons: Favorise la croissance économique par les gains de productivité La croissance permet de financer les investissements sous ses différentes formes Les investissements sont à l’origine des innovations qui sont à l’origine du progrès technique Progrès technique 27 v A retenir: • Pour Robert Solow, le progrès technique est exogène c’est-à-dire extérieur e à la sphère économique. C’est une « manne céleste ». • La théorie de la croissance endogène explique au contraire, que le progrès te chnique est produit par la sphère économique elle-même. • La croissance économique est auto-entretenue, c’est un phénomène cumulati f. • Les investissements dans différents capitaux favorisent les innovations qui sont à l’origine du progrès technique et donc de la croissance. 28
  • 15. 03/11/2023 15 v Etude du progrès technique: • Le progrès technique est considéré comme la principale source de la croissanc e économique. • Le progrès technique prend la forme d’innovation dans le système de productio n ( = le progrès technique est issu des innovations). On distingue plusieurs type s d’innovations: • Le progrès technique est donc le résultat d’un processus d’innovation: il perme t d’améliorer les techniques de production( innovation de procédé), ce qui entra ine une hausse de la productivité globale des facteurs et donc de produire de grandes quantités de biens et services et donc croissance en hausse. • Il peut s’agir aussi d’une innovation de produit qui conduit à l’apparition d’un p roduit de meilleur qualité ou inexistant auparavant. 29 • Ce peut être une innovation organisationnelle ( qui améliore l’organisation glob ale de l’entreprise, comme le taylorisme ou le toyotisme). q Les origines du progrès technique: • Le progrès technique dépend des décisions volontaires et rationnelles des agen ts économiques à investir et à innover dans la mesure où ils cherchent à engrang er des profits. • Ce qui fait que les investissements dans l’accumulation de capital sous ses diff érentes formes sont sources d’externalités positives qui permettent des rende ments d’échelle croissants. ( contrairement au modèle de Solow où la croissan ce se heurtait à la loi des rendements décroissants). • Donc l’accumulation des capitaux est à l’origine des innovations dont est issu l e progrès technique. 30
  • 16. 03/11/2023 16 q Les capitaux sont: • Le capital physique productif c’est un ensemble de K fixe et circulant. En eff et, l’introduction de machines performantes et de nouveaux équipement dans l a combinaison productive permet de produire de grande quantité de biens et ser vices et d’obtenir une croissance économique. • Le capital technologique et immatériel correspond au stock de connaissances scientifiques et technologiques permettant d’accroitre la progression globale des facteurs ou de créer de nouveaux produits. Le capital technologique est la principale source des gains de production génère donc la production totale qui e ntraine des gains de productivité augmentant ainsi la croissance économique. 31 q Le capital humain: • Terme inventé par Garry Becker représente l’ensemble des connaissances ou d e capacités productives qu’un individu acquiert par l’accumulation des connaiss ances, le capital humain désigne donc un stock de connaissance, de savoir faire , de compétence pouvant être incorporé et utilisé par chaque individu à but pro ductif. Il peut être améliorer par des effets d’apprentissage « learning by doi ng ». • Les connaissances sont sources d’externalités positives: elles se répondent so it par initiation du procédé de l’innovation, soit par l’emploi de salariés qui ont acquis de nouvelles compétences. 32
  • 17. 03/11/2023 17 • Donc le progrès technique selon le modèle de Paul Romer résulte de l’accumula tion du capital sous forme de connaissances. Plus une économie accumule du ca pital humain, plus elle accumule des expériences et du savoir faire. • Cela génère des externalités positives car lorsqu’une entreprise innove en inve stissant dans de nouvelles technologies, elle va diffuser les bonnes pratiques et les améliorations du système de production à l’ensemble de l’économie de f açon involontaire (externalité positive) par un processus d’imitations ou par l’int ermédiaire des salariés qui transportent avec eux les savoir faire: ü Dans ce modèle basé sur le capital humain, ü Le stock de connaissances augmente grâce à des investissements en Recherc he et Développement. 33 • Le modèle de Lucas (1988) explique l’origine endogène du progrès technique et le rôle des externalités dans le phénomène auto-entretenu de la croissance. • L’accent est mis sur le facteur travail (humain) et l’accumulation du capital hu main c’est-à-dire l’ensemble des connaissances et des expériences de chaque per sonne. • En effet, lorsque les individus sont plus que qualifiés, ils sont plus performant s et plus à même d’innover et d’utiliser des technologies innovantes. 34
  • 18. 03/11/2023 18 • Le modèle de Robert Barra de la croissance endogène met l’accent sur le rôle de l’Etat et le capital public comme générateur d’externalités positives comme par exemple de développement des infrastructures ( transport et communicatio n), mais aussi les dépenses en recherche et développement pour générer des in novations accessibles à tout le monde, • la croissance trouve à nouveau sa source dans l’accumulation du capital Public, qui permet plus de croissance qui à son tour finance les investissements en capital Pu blic et donc plus de croissance, on retrouve le mécanisme d’une croissance auto- entretenue. • ( une croissance s’auto-entretient lorsque les richesses créées, issues de l’au gmentation de la valeur ajoutée, permettent d’améliorer la productivité global e des facteurs, source de la croissance future. La recherche, la santé, ou des innovations technologiques, source de croissance future). 35 q Choisissez la bonne réponse: 36
  • 19. 03/11/2023 19 q Le PIB: • Tient compte de la production des administrations publiques, • Tient compte des revenus versés à l’étranger, • Ne mesure que la production marchande. q L’investissement est: • Le stock de capital fixe des entreprises, • Mesuré par la FBCF, • Forcément matériel. q Les droits de propriété sont un facteur de croissance car: • Ils favorisent la liberté d’association, • Ils stimulent l’innovation, • Ils développent l’éducation. 37 q Le PIB en volume, c’est: • Le PIB nominal, • Le PIB en euros courants, • Le PIB en euros constants. q Le PIB est la somme: • Des Va, • Des consommations intermédiaires, • Des facteurs de production. q Le PIB par habitant est un indicateur qui mesure: • Le niveau de vie, • Le niveau de développement, • Le bien être. 38
  • 20. 03/11/2023 20 q Le résidu est: • La part de la croissance s’expliquant par le progrès technique, • La contribution de l’économie souterraine à la croissance, • La contribution du facteur capital à la croissance. q Pour les théoriciens de la croissance endogène, l’accumulation de capital sous toutes ses formes: • Contribue à détériorer l’environnement, • Est source d’externalités positives, • Nécessite une réduction du poids de l’Etat dans l’économie. 39 q Pour les théoriciens de la croissance endogène: • C’est le système économique et les décisions des agents économiques qui génère nt du progrès technique, • L’apparition du progrès technique n’est pas liée au fonctionnement du système é conomique, • On ne peut pas expliquer l’origine du progrès technique. q La PGF mesure: • La productivité du capital et du travail, • La productivité du capital, • La productivité du travail. 40
  • 21. 03/11/2023 21 q Quelle affirmation est vrai ? • La déflation est synonyme de crise et de chômage, • La déflation est préférable à l’inflation, • La déflation est favorable à l’activité économique. q La récession s’accompagne: • D’une baisse de la dette publique, • D’une hausse des déficits publics, • D’une hausse des recettes fiscales. q Le terme de récession désigne aujourd’hui: • Un ralentissement de l’activité économique, • Une baisse importante et durable de l’activité économique, • Une croissance négative sur une courte période. 41 q Quelle affirmation est fausse: • La demande de biens et services diminue lorsque le prix s’élève. • L’offre et la demande de biens et services augmentent lorsque le prix s’élève. • L’offre de biens et services augmente à mesure que le prix s’élève. 42
  • 22. 03/11/2023 22 Ø Nous avons vu dans le cours précédent que la croissance économique c’est-à-dire l’augmentation de la production (=richesse) d’un pays sur l’année. Ø Cette croissance est mesurée par le PIB qui présente des limites d’où l’usage du PIB/ ha, de l’IDH et de PPA. v Que les principales sources de la croissance sont: Ø L’accumulation des quantités des facteurs de production: • Si on augmente les quantités des facteurs de production en même temps, cela e ntraine une augmentation de la production (donc de la croissance). Par contre, si on augmente le capital (technologie), le facteur T restant constant, on se heurt e à la LRD. 43 Ø Des études statistiques sur l’activité économique des entreprises: § Menées aux USA par Solow et en France par Malinvaud, ont montré qu’une gran de partie de la croissance ne s’expliquait pas par l’accumulation des forces de pr oduction, mais qu’elle était due à un « résidu » considéré comme une « manne cél este » et que Solow assimile au progrès technique qui est en fait une améliorati on de l’efficacité des forces de travail c’est-à-dire l’augmentation de la produ ctivité globale des facteurs (PGF). Solow considère que la PGF est une mesure du progrès technique. Ø Vers les années 1980, des économistes américains ( Romer, Barro,Lucas) ne pouv aient admettre qu’une partie conséquente de la croissance puisse être « une man ne celeste ». Aussi, ils se sont attachés à montrer qu’en réalité le progrès tech nique source de croissance est endogène au système économique et que la croi ssance est endogène et auto-entretenue. 44
  • 23. 03/11/2023 23 Ø En effet le progrès technique est issu des innovations « quelles sont les innovat ions qui proviennent des investissements dans le capital sous ses différentes formes ?» (capital physique, technologique, humain, et public). Ø Les innovations génèrent des externalités (diffusion de l’innovation par imitati on ou apport d’un travailleur de l’expertise dans une autre entreprise). Les innov ations engendrent le progrès technique qui favorise la croissance, en incitant le s investissements par la création d’innovation et donc la réalisation du progrès t echnique. ( le cercle vertueux). Ø Comprendre comment les institutions ( notamment les droits de propriété) infl uent sur la croissance en affectant l’incitation à investir et à innover. Savoir que l’innovation (et donc le progrès technique) est lié au processus de destruction créatrice. 45 Ø Le rôle des institutions dans la croissance économique: • De bonnes institutions (l’Etat et les règlements de régulation du marché, les inst ances judiciaires..) garantissent le respect des droits de propriété intellectuelle (Brevet). • Ainsi, pour doper leur profit, les entreprises engagent des dépenses en recherch e et développement pour pouvoir innover, c’est-à-dire renouveler leur gamme de p roduits ou utiliser un nouveau procédé de production. Souvent l’entreprise about it à une idée, or, si une nouvelle machine ou une nouvelle usine ne peut se faire dérober, par contre, une innovation (=une idée) peut aisément être copiée ou i miter par une autre entreprise. • C’est la raison pour laquelle il a été instauré des lois sur la propriété intellectue lle comme le « brevet » par exemple qui confère à son détenteur l’exclusivité d’e xploitation commerciale de son innovation. ( monopole pendant une certaine pério de dans le cas d’un nouveau produit). 46
  • 24. 03/11/2023 24 Ø Ainsi, si une entreprise ne peut pas bénéficier pleinement des retombées finan cières de son « innovation », elle ne pourra pas amortir ses investissements et d épenser dans la recherche et développement, cela découragerait les entreprise s à investir dans la recherche et développement. Ø Pour autant, il ne faut pas à l’inverse que la « marque déposée » soit un frein à la diffusion du progrès technique. Par exemple: une nouvelle molécule efficace dan s le traitement du VIH, l’éthique voudrait que les populations défavorisées puisse accéder à ce médicament. Des accords entre les pouvoirs publics et l’entreprise propriétaire de la molécule permettent de rendre accessible ce médicament à de s pays pauvres. 47 48
  • 25. 03/11/2023 25 Ø Processus de destruction créatrice: 49