SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  12
Télécharger pour lire hors ligne
23 oct. 2019
www.strategie.gouv.fr
FAIRE DE LA PAC UN LEVIER
DE LA TRANSITION
AGROÉCOLOGIQUE
DOSSIER DE PRÉSENTATION
2 FRANCE STRATÉGIE
www.strategie.gouv.fr
LES FONDEMENTS D’UNE PAC PLUS DURABLE
Sujet éminemment complexe, la politique agricole commune (PAC) ne saurait pour autant se résumer
à une question technique ou budgétaire. Au regard des enjeux d’alimentation et de développement
durable, c’est également une question de société. Avec une ambition environnementale renforcée à
l'échelle européenne et nationale, la politique agricole porte en elle la possibilité d’une transition vers
des systèmes agricoles moins préjudiciables à l’environnement, et plus résilients parce que plus diversifiés.
Une agroécologie capable de répondre aux attentes sociétales en termes d’alimentation, de santé et de
bien-être animal, et de garantir un revenu décent aux agriculteurs.
LA PAC : PREMIÈRE POLITIQUE COMMUNE EN EUROPE
Inscrite au cœur du traité de Rome, la PAC avait pour première ambition, aux lendemains de la Seconde
Guerre mondiale, d’augmenter la productivité et les revenus du secteur agricole européen. Il s’agissait
d’assurer l’autosuffisance alimentaire des pays membres.
Mise en œuvre à partir de 1962, elle s’appuyait sur trois grands principes :
construire un marché unique où les produits agricoles circulent librement ;
privilégier la production agricole européenne par une protection aux frontières ;
appliquer une solidarité financière entre États membres par la constitution d’un
budget commun.
OBJECTIFS PREMIERS ATTEINTS
La PAC a permis à l’Europe d’accroître sa production agricole, d’assurer son autosuffisance alimentaire
relative et de faire évoluer positivement sa balance commerciale agroalimentaire en augmentant la
valeur des exportations de produits transformés.
Avec 55 milliards d’euros annuels, la PAC représente aujourd’hui 43 % du budget total de l’Union
européenne. La France bénéficie de 16 % du budget de la PAC, ce qui équivaut à sa contribution au budget
total de l’Union européenne.
Les aides agricoles soutiennent la rentabilité des exploitations et jouent un rôle important d’amortisseur
économique en cas de choc de production ou de prix pour certaines productions. Elles représentent en
moyenne 100 % du revenu courant avant impôt des agriculteurs français, avec de très fortes variations
en fonction du type de production agricole.
VERS UNE PAC PLUS DURABLE ET PLUS EFFICACE
Pourtant, telle que mise en œuvre aujourd’hui, la PAC fait l’objet de critiques. Parce que cette politique
européenne n’intégrait pas historiquement l’enjeu environnemental, les citoyens lui reprochent de ne
pas soutenir en premier lieu les modes de production les plus bénéfiques à l’environnement.
Or l’agriculture représente 20 % des émissions de gaz à effet de serre en France. Elle est responsable
de 71 % des émissions de méthane (gaz à effet de serre produit notamment par les ruminants) et de
94 % des émissions d’ammoniac (présent dans les engrais).
La PAC est par ailleurs complexe et pas toujours efficace puisqu’elle ne répond pas aux attentes :
3 FRANCE STRATÉGIE
www.strategie.gouv.fr
¼ des agriculteurs
vivait sous le seuil
de pauvreté, en 2017
des agriculteurs qui peinent à vivre décemment
de leur travail malgré les aides, notamment
en période de crise. Le salaire moyen des
agriculteurs se situait à 1 250 euros par mois
en 2016 selon la Mutualité sociale agricole
(MSA) et un quart des agriculteurs vivait sous
le seuil de pauvreté en 2017, selon l’Insee.
des consommateurs européens en matière
d’alimentation, de santé et de bien-être animal.
En témoignent les débats sur les effets des
résidus de pesticides dans la chaîne alimentaire
ou la pollution des sols et des eaux.
20 % des émissions
de gaz à effet de serre
4 FRANCE STRATÉGIE
www.strategie.gouv.fr
QUELS PRINCIPES POUR LA NOUVELLE PAC ?
À l’heure où la Commission européenne rouvre les débats sur la future PAC, le rapport de France
Stratégie examine comment la rendre « plus ambitieuse en termes d'efficacité des ressources, de protection
de l'environnement et d'action en faveur du climat » comme le proposait Phil Hogan, commissaire
européen à l'agriculture en 2018 au moment du lancement des discussions sur les orientations de la
future PAC.
Pour qu’elle intègre l’enjeu environnemental et assure aux
agriculteurs un revenu décent, ce rapport suggère en l’espèce de :
rapprocher la PAC des principes de l’économie publique, notamment
en mettant en œuvre une fiscalité environnementale s'appuyant
sur les principes du pollueur-payeur, et en rémunérant les services
rendus par l’agriculture à l’environnement ;
soutenir les modes de production contribuant à
une amélioration de la qualité nutritionnelle et
sanitaire de l’offre alimentaire, ce qui implique de
limiter l’usage d’intrants (engrais, pesticides,
antibiotiques, etc.) ayant un impact sur la santé
de l’homme et la qualité de l’environnement ;
soutenir l’innovation agricole et agroalimentaire.
assurer une meilleure résistance
des exploitations agricoles aux
aléas climatiques et économiques,
en diversifiant les productions ;
5 FRANCE STRATÉGIE
www.strategie.gouv.fr
DES OUTILS AU SERVICE
DE LA TRANSITION AGROÉCOLOGIQUE
Pour l’heure, les aides directes de la PAC sont liées à la taille des exploitations et à des références
historiques de production. Ces aides tiennent compte de l’enjeu environnemental via « le paiement vert »
(30 % des aides directes) versé sous conditions notamment de diversification des cultures et de préservation
de la biodiversité. De plus, le versement de l’ensemble des aides est soumis au respect d’obligations
réglementaires concernant la protection de l’environnement et le bien-être animal (c’est la « conditionnalité »).
Mais l’utilisation d’outils de type quotas, seuils, prescriptions et dérogations rend le système complexe
et limite son efficacité sur le plan environnemental. D’autres outils existent qui permettraient de simplifier
la PAC et de renforcer son ambition environnementale, à budget inchangé.
UN BONUS POUR
LA DIVERSIFICATION DES CULTURES
Longtemps pratiquées jusqu’à ce que les
systèmes agricoles ne se sur-spécialisent,
les rotations de cultures permettent pourtant
de préserver la fertilité des sols, de réduire les
risques phytosanitaires et de limiter l’usage
d’intrants chimiques. La diversification des
cultures pourrait, dans cette perspective,
être encouragée via un bonus financé par
une taxation sur les engrais, sur les
pesticides et les antibiotiques rémanents
dans l’environnement.
UN BONUS POUR LE MAINTIEN DES PRAIRIES
Les prairies (permanentes ou naturelles) offrent des services
écosystémiques. Elles contribuent à l’alimentation des animaux,
à la préservation des sols, à la séquestration du carbone et à
l’esthétisme des paysages. Pour ces raisons, leur maintien
pourrait être assorti d’un bonus (et à l’inverse d’un malus en
cas de labourage). Ce bonus serait conditionné à la présence
d’un nombre minimal d’animaux sur les prairies. Il serait
financé par une taxe sur les gaz à effet de serre proportionnelle
au nombre d’animaux élevés.
FRANCE STRATÉGIE
www.strategie.gouv.fr
6
DES BONUS POUR LA PRÉSERVATION DE LA BIODIVERSITÉ
Pour encourager la préservation des écosystèmes, un bonus pourrait être versé aux agriculteurs qui
entretiennent les surfaces d’intérêt écologique (SIE), c’est-à-dire haies, alignements d’arbres, mares,
jachères… Un malus serait appliqué en cas de destruction de ces SIE.
Des aides pourraient aussi être prévues pour les exploitations s’engageant à
entretenir ou à améliorer conjointement des zones Natura 2000 (réseau
européen de sites naturels hébergeant des habitats et/ou des espèces de la faune
et de la flore européenne) ou des espaces agricoles à haute valeur naturelle de
la Trame verte et bleue (réseau de continuités écologiques constituant des
réservoirs de biodiversité, mis en place dans le sillage du Grenelle de
l’environnement). Le paiement serait basé sur des engagements chiffrés en termes
de surfaces et sur des indicateurs d’impacts environnementaux (abondance
d’espèces dans la zone ciblée, par exemple).
Comme la conversion à l’agriculture biologique, s’engager dans ce type de pratiques agroécologiques
a un coût. C’est pourquoi, des contrats entre agriculteurs et pouvoirs publics pourraient prévoir une
prise en charge de l’innovation et de la formation nécessaires à cet engagement.
Ces trois outils – bonus à la préservation des SIE, bonus pour les zones Natura 2000 ou à haute valeur
naturelle et contrats longs pour l’innovation agroécologique – seraient financés par une réorientation
des « autres » aides actuelles de la PAC (c’est-à-dire les aides qui ne relèvent ni des droits à paiement
de base ni du paiement vert).
Natura 2000
SIE
SIE
Trame verte
Trame bleue
7 FRANCE STRATÉGIE
www.strategie.gouv.fr
UN SOUTIEN À L’EMPLOI AGRICOLE
Repenser les aides pour qu’elles soient proportionnelles au travail agricole plutôt qu’à la taille des
exploitations est une option qui présente deux avantages. Elle permettrait, d’une part, d’assurer à
tous les agriculteurs un paiement minimal déconnecté du niveau de la production agricole, et d’autre
part, de tenir compte de l’augmentation de la charge de travail lors du passage de pratiques conventionnelles
à des pratiques agroécologiques (désherbage mécanique par exemple).
= hectare
=
Ce « paiement de base par unité de travail » serait versé aux agriculteurs demandant des aides PAC,
sous condition du respect des pratiques environnementales aujourd’hui en vigueur dans le cadre du
paiement vert. Il serait financé par le budget actuel de la PAC consacré aux « droits à paiement de
base » (aides directes à l’hectare) et au paiement vert.
FRANCE STRATÉGIE
www.strategie.gouv.fr
8
À QUOI RESSEMBLERAIT « UNE PAC AGROÉCOLOGIQUE » ?
La mise en œuvre de ces instruments implique une réorganisation du budget de la PAC. À partir des
données observées en 2018 (consommations d’intrants, émissions de gaz à effet de serre et surfaces
arables) et à budget de la PAC inchangé, il est possible de réaliser une estimation de la structure de cette
nouvelle PAC suivant un « scénario-cible » de long terme. Ce scénario vaut pour l’Union européenne
mais, s’il n’était pas possible de dégager un consensus pour le mettre en place à l’échelle communautaire,
la France pourrait l’appliquer au niveau national. Il va sans dire que l’option européenne autoriserait
une transition plus efficace vers l’agroécologie et réduirait les risques de distorsion de concurrence
intracommunautaire.
CADRAGE BUDGÉTAIRE : UN SCÉNARIO-CIBLE DE LONG TERME
La projection d’un scénario-cible n’a pas vocation à fournir « une solution clé en main » pour verdir la
PAC mais à offrir un cadre cohérent pour une aide à la décision opérationnelle. Plusieurs hypothèses
ont été testées. Ici sont présentées les hypothèses qui constituent un point d’entrée, étant entendu que les
niveaux de taxation peuvent augmenter avec le temps pour atteindre l’ambition environnementale visée.
1ER
PILIER
Droits à paiement de base
+ Paiement vert
Pesticides
Engrais
Antibiotiques
Cheptel
TAXES
PAC ACTUELLE
2ÈME
PILIER
Autres aides PAC
PAC AGROÉCOLOGIQUE
PILIER « EMPLOI AGRICOLE »
Paiement de base par
« unité de travail agricole »
PILIER « TRANSITION
VERS L’AGROÉCOLOGIE »
Bonus Surfaces
d’intérêt écologique (SIE)
Bonus Prairies permanentes
Bonus diversification
Bonus Natura 2000
Bonus Espaces agricoles
à haute valeur naturelle
Contrats longs pour
l’innovation écologique
5,7
Milliards€
1,7
Milliards€
3,9
Milliards€
L’hypothèse centrale du scénario-cible est que le montant des taxes perçu couvre celui des bonus distribués
sans nécessiter une hausse du budget actuel de la PAC. Chaque euro levé par taxe est affecté au secteur agricole.
À titre d’exemple, le bonus pour la diversification des cultures dont le coût est estimé à 2,4 milliards d’euros
pourrait être financé par une montée en charge progressive de la taxe sur les engrais et les pesticides en
partant d’un taux de 20 % du prix, et de la taxe sur les antibiotiques en partant d’un taux de 15 %, ces taux
correspondant aux seuils minimum pour engendrer un changement de pratiques. L’intérêt d’une mise en
place progressive des taxes est de se donner le temps de suivre les indicateurs environnementaux et de santé
sur lesquels elles sont censées influer, et de permettre aux agriculteurs d’engager la transition.
9 FRANCE STRATÉGIE
www.strategie.gouv.fr
QUELS EFFETS SUR LA RÉPARTITION DES AIDES ?
Il est possible d’identifier les grandes tendances de redistribution des aides au sein du secteur agricole
en utilisant des données caractéristiques d’exploitations « types ».
Cette simulation montre sans surprise que le bonus pour la diversification des cultures bénéficierait
aux exploitations bio et en polycultures-élevages déjà diversifiées. Les bonus-malus pour les prairies
permanentes, pour les zones Natura 2000 et à haute valeur naturelle bénéficieraient aux élevages extensifs.
Quant aux taxes sur les pesticides et les engrais, elles profiteraient d’abord aux exploitations
agroécologiques et bio, tandis que les taxes sur les émissions de gaz à effet de serre impacteraient les
cultures conventionnelles et les élevages intensifs.
Dans le détail, le modèle montre qu’en grandes cultures, ce sont tous les systèmes bio ou très diversifiés
qui y gagneraient. En élevage, ce serait notamment l’élevage bovin laitier de montagne. En revanche,
dans la perspective « d’une PAC agroécologique », les grandes cultures conventionnelles auraient à
modifier leurs pratiques pour conserver un même niveau d’aide. La simulation montre par exemple
que, pour ne pas perdre de subventions par rapport à la situation actuelle, les trois cas types de grandes
cultures « à faible ou moyen potentiel agronomique » auraient à réduire leur utilisation d’engrais et de
produits phytosanitaires de 20 %.
FRANCE STRATÉGIE
www.strategie.gouv.fr
10
Enfin, le versement d’un paiement de base par unité de travail permettrait de consolider les productions
intensives en main-d’œuvre, notamment les exploitations arboricoles, maraîchères et agroécologiques.
L’enveloppe actuellement allouée aux droits à paiement de base permettrait de verser aux agriculteurs
environ 8 000 euros par emploi équivalent temps plein et par an, contre 135 euros par hectare aujourd’hui
en moyenne en métropole. Ce changement de mode de calcul du paiement de base nécessiterait un
accord européen. Il pourrait donc prendre plus de temps à mettre en place que les bonus-malus.
Une perspective se dessine
pour engager une véritable politique
de transition agroécologique :
faire évoluer la PAC, à budget inchangé,
en renforçant son ambition environnementale,
et la compléter par un système additionnel
de bonus autofinancés au niveau national.
8 000 EUROSPAR EMPLOI
Contacts presse :
Matthias Le Fur,
directeur du service Édition-Communication-Événements
matthias.lefur@strategie.gouv.fr
01 42 75 61 37
Charlotte Cougny, chargée des relations presse
charlotte.cougny@francestrategie.eu
01 42 75 60 39 - 06 72 31 33 14
TÉLÉCHARGEZ LE RAPPORT : FAIRE DE LA PAC UN LEVIER
DE LA TRANSITION AGROÉCOLOGIQUE (RUBRIQUE PUBLICATIONS)
www.strategie.gouv.fr
FranceStrategie
@Strategie_Gouv
france-strategie
@FranceStrategie_
FRANCE STRATÉGIE – 20, AVENUE DE SÉGUR – TSA 90725 – 75334 PARIS CEDEX 07 TÉL. 01 42 75 60 00
Institution autonome placée auprès du Premier ministre, France Stratégie contribue à l’action publique par ses analyses et ses
propositions. Elle anime le débat public et éclaire les choix collectifs sur les enjeux sociaux, économiques et environnementaux.
Elle produit également des évaluations de politiques publiques à la demande du gouvernement. Les résultats de ses travaux
s’adressent aux pouvoirs publics, à la société civile et aux citoyens.
www.strategie.gouv.fr FranceStrategie@Strategie_Gouv france-strategie @FranceStrategie_
StrategieGouv

Contenu connexe

Tendances

Les francais et le bio : chiffres clés, perceptions et enjeux - TNS Sofres
Les francais et le bio : chiffres clés, perceptions et enjeux - TNS SofresLes francais et le bio : chiffres clés, perceptions et enjeux - TNS Sofres
Les francais et le bio : chiffres clés, perceptions et enjeux - TNS Sofres
Romain Fonnier
 

Tendances (20)

Ipsos Liebig - Rapport complet fractures alimentaires
Ipsos Liebig - Rapport complet fractures alimentairesIpsos Liebig - Rapport complet fractures alimentaires
Ipsos Liebig - Rapport complet fractures alimentaires
 
Christian Lafaye
Christian LafayeChristian Lafaye
Christian Lafaye
 
Les clés pour agir : mon Restaurant passe au durable
Les clés pour agir : mon Restaurant passe au durableLes clés pour agir : mon Restaurant passe au durable
Les clés pour agir : mon Restaurant passe au durable
 
L’INNOVATION AGRICOLE AUPRÈS DES AGRICULTEURS ET DES FRANÇAIS
L’INNOVATION AGRICOLE AUPRÈS DES AGRICULTEURS ET DES FRANÇAIS   L’INNOVATION AGRICOLE AUPRÈS DES AGRICULTEURS ET DES FRANÇAIS
L’INNOVATION AGRICOLE AUPRÈS DES AGRICULTEURS ET DES FRANÇAIS
 
Sondage sur le gaspillage alimentaire
Sondage sur le gaspillage alimentaireSondage sur le gaspillage alimentaire
Sondage sur le gaspillage alimentaire
 
Les Français et le défi de l’alimentation
Les Français et le défi de l’alimentationLes Français et le défi de l’alimentation
Les Français et le défi de l’alimentation
 
Les Français, l’environnement, et l’emballage des produits alimentaires : pro...
Les Français, l’environnement, et l’emballage des produits alimentaires : pro...Les Français, l’environnement, et l’emballage des produits alimentaires : pro...
Les Français, l’environnement, et l’emballage des produits alimentaires : pro...
 
Pays des Nestes : des consommateurs favorables aux produits locaux
Pays des Nestes : des consommateurs favorables aux produits locauxPays des Nestes : des consommateurs favorables aux produits locaux
Pays des Nestes : des consommateurs favorables aux produits locaux
 
Panorama des pratiques alimentaires des Français
Panorama des pratiques alimentaires des FrançaisPanorama des pratiques alimentaires des Français
Panorama des pratiques alimentaires des Français
 
Les francais et le bio : chiffres clés, perceptions et enjeux - TNS Sofres
Les francais et le bio : chiffres clés, perceptions et enjeux - TNS SofresLes francais et le bio : chiffres clés, perceptions et enjeux - TNS Sofres
Les francais et le bio : chiffres clés, perceptions et enjeux - TNS Sofres
 
Pays des nestes : Résultats enquête producteurs
Pays des nestes : Résultats enquête producteursPays des nestes : Résultats enquête producteurs
Pays des nestes : Résultats enquête producteurs
 
Les Français et la mode durable
Les Français et la mode durableLes Français et la mode durable
Les Français et la mode durable
 
Food is Social 2017 : Plongez dans l'expérience Food de demain
Food is Social 2017 : Plongez dans l'expérience Food de demainFood is Social 2017 : Plongez dans l'expérience Food de demain
Food is Social 2017 : Plongez dans l'expérience Food de demain
 
Pour une étude du marché des légumes : extrait de synthèse de presse Themeco
Pour une étude du marché des légumes : extrait de synthèse de presse ThemecoPour une étude du marché des légumes : extrait de synthèse de presse Themeco
Pour une étude du marché des légumes : extrait de synthèse de presse Themeco
 
Les Français jugent leur agriculture
Les Français jugent leur agricultureLes Français jugent leur agriculture
Les Français jugent leur agriculture
 
Rapport du Centre d'Analyse Stratégique : "Pour une consommation durable" (2011)
Rapport du Centre d'Analyse Stratégique : "Pour une consommation durable" (2011)Rapport du Centre d'Analyse Stratégique : "Pour une consommation durable" (2011)
Rapport du Centre d'Analyse Stratégique : "Pour une consommation durable" (2011)
 
Présentation Food Morning 2017
Présentation Food Morning 2017Présentation Food Morning 2017
Présentation Food Morning 2017
 
Crise alimentaire – le commerce régional est-il la solution ? : Le cas du COMESA
Crise alimentaire – le commerce régional est-il la solution ? : Le cas du COMESACrise alimentaire – le commerce régional est-il la solution ? : Le cas du COMESA
Crise alimentaire – le commerce régional est-il la solution ? : Le cas du COMESA
 
Réserves alimentaires, du local au régional
Réserves alimentaires, du local au régional Réserves alimentaires, du local au régional
Réserves alimentaires, du local au régional
 
Bilan définitif et enseignements de la mise en œuvre des plans de réponse 201...
Bilan définitif et enseignements de la mise en œuvre des plans de réponse 201...Bilan définitif et enseignements de la mise en œuvre des plans de réponse 201...
Bilan définitif et enseignements de la mise en œuvre des plans de réponse 201...
 

Similaire à Dossier de présentation - Faire de la PAC un levier de la transition agroécologique

Européennes 2014 - Engagement PAC
Européennes 2014 - Engagement PACEuropéennes 2014 - Engagement PAC
Européennes 2014 - Engagement PAC
CaroleDelga
 
Loi d’avenir pour l’agriculture, l’alimentation et la forêt : les GIEE
Loi d’avenir pour l’agriculture, l’alimentation et la forêt : les GIEELoi d’avenir pour l’agriculture, l’alimentation et la forêt : les GIEE
Loi d’avenir pour l’agriculture, l’alimentation et la forêt : les GIEE
Christophe Delamare
 

Similaire à Dossier de présentation - Faire de la PAC un levier de la transition agroécologique (20)

Note d'analyse - Les performances économiques et environnementales de l’agroé...
Note d'analyse - Les performances économiques et environnementales de l’agroé...Note d'analyse - Les performances économiques et environnementales de l’agroé...
Note d'analyse - Les performances économiques et environnementales de l’agroé...
 
6 mesures 2017
6 mesures 20176 mesures 2017
6 mesures 2017
 
La PAC après 2013
La PAC après 2013La PAC après 2013
La PAC après 2013
 
Européennes 2014 - Engagement PAC
Européennes 2014 - Engagement PACEuropéennes 2014 - Engagement PAC
Européennes 2014 - Engagement PAC
 
En Marche Fiches synthèse agriculture
En Marche Fiches synthèse agricultureEn Marche Fiches synthèse agriculture
En Marche Fiches synthèse agriculture
 
2. 20190124 resultats_action_2__suite_1_
2. 20190124 resultats_action_2__suite_1_2. 20190124 resultats_action_2__suite_1_
2. 20190124 resultats_action_2__suite_1_
 
Agriculture benoît hamon
Agriculture benoît hamonAgriculture benoît hamon
Agriculture benoît hamon
 
Changement climatique : Les bonnes pratiques agricoles
Changement climatique : Les bonnes pratiques agricolesChangement climatique : Les bonnes pratiques agricoles
Changement climatique : Les bonnes pratiques agricoles
 
Newsletter SPW Agriculture en Province de LIEGE du 22-09-22
Newsletter SPW Agriculture en Province de LIEGE du 22-09-22Newsletter SPW Agriculture en Province de LIEGE du 22-09-22
Newsletter SPW Agriculture en Province de LIEGE du 22-09-22
 
Sawadogo mathieu
Sawadogo mathieuSawadogo mathieu
Sawadogo mathieu
 
Présentation du PSN français.pdf
Présentation du PSN français.pdfPrésentation du PSN français.pdf
Présentation du PSN français.pdf
 
Loi d’avenir pour l’agriculture, l’alimentation et la forêt : les GIEE
Loi d’avenir pour l’agriculture, l’alimentation et la forêt : les GIEELoi d’avenir pour l’agriculture, l’alimentation et la forêt : les GIEE
Loi d’avenir pour l’agriculture, l’alimentation et la forêt : les GIEE
 
Réduction des pesticides en France Pourquoi un tel Echec en 2021
Réduction des pesticides en France Pourquoi un tel Echec en 2021Réduction des pesticides en France Pourquoi un tel Echec en 2021
Réduction des pesticides en France Pourquoi un tel Echec en 2021
 
BB59: L’agroécologie au service de la réalisation des ODD : Mise à l’échelle ...
BB59: L’agroécologie au service de la réalisation des ODD : Mise à l’échelle ...BB59: L’agroécologie au service de la réalisation des ODD : Mise à l’échelle ...
BB59: L’agroécologie au service de la réalisation des ODD : Mise à l’échelle ...
 
Programme Ambition Bio 2017 - Agriculture Bio
Programme Ambition Bio 2017 - Agriculture BioProgramme Ambition Bio 2017 - Agriculture Bio
Programme Ambition Bio 2017 - Agriculture Bio
 
3. 20190124 resultats_action_2__suite_2_
3. 20190124 resultats_action_2__suite_2_3. 20190124 resultats_action_2__suite_2_
3. 20190124 resultats_action_2__suite_2_
 
la synthèse de l’atelier d’échange secteur agricole qui a eu lieu le 29 Mars ...
la synthèse de l’atelier d’échange secteur agricole qui a eu lieu le 29 Mars ...la synthèse de l’atelier d’échange secteur agricole qui a eu lieu le 29 Mars ...
la synthèse de l’atelier d’échange secteur agricole qui a eu lieu le 29 Mars ...
 
4. 20190124 restitution_atelier_action_2
4. 20190124 restitution_atelier_action_24. 20190124 restitution_atelier_action_2
4. 20190124 restitution_atelier_action_2
 
Semences. Le GNIS veut élargir l'offre variétale
Semences. Le GNIS veut élargir l'offre variétaleSemences. Le GNIS veut élargir l'offre variétale
Semences. Le GNIS veut élargir l'offre variétale
 
Livret agriculture avenir en commun
Livret  agriculture avenir en communLivret  agriculture avenir en commun
Livret agriculture avenir en commun
 

Plus de France Stratégie

Plus de France Stratégie (20)

Quelle place pour les compétences dans l’entreprise ?
Quelle place pour les compétences dans l’entreprise ?Quelle place pour les compétences dans l’entreprise ?
Quelle place pour les compétences dans l’entreprise ?
 
Évaluation de la stratégie nationale de prévention et de lutte contre la pauv...
Évaluation de la stratégie nationale de prévention et de lutte contre la pauv...Évaluation de la stratégie nationale de prévention et de lutte contre la pauv...
Évaluation de la stratégie nationale de prévention et de lutte contre la pauv...
 
Avis de la Plateforme RSE - Labels RSE. Propositions pour des labels RSE sect...
Avis de la Plateforme RSE - Labels RSE. Propositions pour des labels RSE sect...Avis de la Plateforme RSE - Labels RSE. Propositions pour des labels RSE sect...
Avis de la Plateforme RSE - Labels RSE. Propositions pour des labels RSE sect...
 
Programme de travail 2021
Programme de travail 2021Programme de travail 2021
Programme de travail 2021
 
Note d'analyse - Quelle sécurité d’approvisionnement électrique en Europe à h...
Note d'analyse - Quelle sécurité d’approvisionnement électrique en Europe à h...Note d'analyse - Quelle sécurité d’approvisionnement électrique en Europe à h...
Note d'analyse - Quelle sécurité d’approvisionnement électrique en Europe à h...
 
Document de travail - Une nouvelle approche de l’inadéquation des compétences
Document de travail - Une nouvelle approche de l’inadéquation des compétencesDocument de travail - Une nouvelle approche de l’inadéquation des compétences
Document de travail - Une nouvelle approche de l’inadéquation des compétences
 
Note d'analyse - Polarisation du marché du travail : Y a-t-il davantage d’emp...
Note d'analyse - Polarisation du marché du travail : Y a-t-il davantage d’emp...Note d'analyse - Polarisation du marché du travail : Y a-t-il davantage d’emp...
Note d'analyse - Polarisation du marché du travail : Y a-t-il davantage d’emp...
 
Document de travail - Évolution tendancielle de la productivité du travail en...
Document de travail - Évolution tendancielle de la productivité du travail en...Document de travail - Évolution tendancielle de la productivité du travail en...
Document de travail - Évolution tendancielle de la productivité du travail en...
 
Note de syntèse - Le rôle du capital humain dans le ralentissement de la prod...
Note de syntèse - Le rôle du capital humain dans le ralentissement de la prod...Note de syntèse - Le rôle du capital humain dans le ralentissement de la prod...
Note de syntèse - Le rôle du capital humain dans le ralentissement de la prod...
 
Note de synthèse - Les politiques industrielles en France - Évolutions et com...
Note de synthèse - Les politiques industrielles en France - Évolutions et com...Note de synthèse - Les politiques industrielles en France - Évolutions et com...
Note de synthèse - Les politiques industrielles en France - Évolutions et com...
 
Document de travail - Inégalités primaires, redistribution : une comparaison ...
Document de travail - Inégalités primaires, redistribution : une comparaison ...Document de travail - Inégalités primaires, redistribution : une comparaison ...
Document de travail - Inégalités primaires, redistribution : une comparaison ...
 
Note d'analyse - Inégalités primaires, redistribution : comment la France se ...
Note d'analyse - Inégalités primaires, redistribution : comment la France se ...Note d'analyse - Inégalités primaires, redistribution : comment la France se ...
Note d'analyse - Inégalités primaires, redistribution : comment la France se ...
 
Note de synthèse - Les facteurs d’attractivité des sites de production, d’in...
Note de synthèse -  Les facteurs d’attractivité des sites de production, d’in...Note de synthèse -  Les facteurs d’attractivité des sites de production, d’in...
Note de synthèse - Les facteurs d’attractivité des sites de production, d’in...
 
Document de travail - Les facteurs de localisation des investissements direct...
Document de travail - Les facteurs de localisation des investissements direct...Document de travail - Les facteurs de localisation des investissements direct...
Document de travail - Les facteurs de localisation des investissements direct...
 
Note d'analyse - Comment évaluer l’externalité carbone des métaux
Note d'analyse - Comment évaluer l’externalité carbone des métauxNote d'analyse - Comment évaluer l’externalité carbone des métaux
Note d'analyse - Comment évaluer l’externalité carbone des métaux
 
Document de travail - Maîtriser la consommation énergétique du numérique : le...
Document de travail - Maîtriser la consommation énergétique du numérique : le...Document de travail - Maîtriser la consommation énergétique du numérique : le...
Document de travail - Maîtriser la consommation énergétique du numérique : le...
 
Document de travail - Accroître l’investissement dans la rénovation énergétiq...
Document de travail - Accroître l’investissement dans la rénovation énergétiq...Document de travail - Accroître l’investissement dans la rénovation énergétiq...
Document de travail - Accroître l’investissement dans la rénovation énergétiq...
 
Note d'analyse - Comment accélérer la rénovation énergétique des logements
Note d'analyse - Comment accélérer la rénovation énergétique des logementsNote d'analyse - Comment accélérer la rénovation énergétique des logements
Note d'analyse - Comment accélérer la rénovation énergétique des logements
 
Comité d’évaluation des réformes de la fiscalité du capital – Deuxième rapport
Comité d’évaluation des réformes de la fiscalité du capital – Deuxième rapport Comité d’évaluation des réformes de la fiscalité du capital – Deuxième rapport
Comité d’évaluation des réformes de la fiscalité du capital – Deuxième rapport
 
Évaluation du Crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi. Synthèse des ...
Évaluation du Crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi. Synthèse des ...Évaluation du Crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi. Synthèse des ...
Évaluation du Crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi. Synthèse des ...
 

Dossier de présentation - Faire de la PAC un levier de la transition agroécologique

  • 1. 23 oct. 2019 www.strategie.gouv.fr FAIRE DE LA PAC UN LEVIER DE LA TRANSITION AGROÉCOLOGIQUE DOSSIER DE PRÉSENTATION
  • 2. 2 FRANCE STRATÉGIE www.strategie.gouv.fr LES FONDEMENTS D’UNE PAC PLUS DURABLE Sujet éminemment complexe, la politique agricole commune (PAC) ne saurait pour autant se résumer à une question technique ou budgétaire. Au regard des enjeux d’alimentation et de développement durable, c’est également une question de société. Avec une ambition environnementale renforcée à l'échelle européenne et nationale, la politique agricole porte en elle la possibilité d’une transition vers des systèmes agricoles moins préjudiciables à l’environnement, et plus résilients parce que plus diversifiés. Une agroécologie capable de répondre aux attentes sociétales en termes d’alimentation, de santé et de bien-être animal, et de garantir un revenu décent aux agriculteurs. LA PAC : PREMIÈRE POLITIQUE COMMUNE EN EUROPE Inscrite au cœur du traité de Rome, la PAC avait pour première ambition, aux lendemains de la Seconde Guerre mondiale, d’augmenter la productivité et les revenus du secteur agricole européen. Il s’agissait d’assurer l’autosuffisance alimentaire des pays membres. Mise en œuvre à partir de 1962, elle s’appuyait sur trois grands principes : construire un marché unique où les produits agricoles circulent librement ; privilégier la production agricole européenne par une protection aux frontières ; appliquer une solidarité financière entre États membres par la constitution d’un budget commun.
  • 3. OBJECTIFS PREMIERS ATTEINTS La PAC a permis à l’Europe d’accroître sa production agricole, d’assurer son autosuffisance alimentaire relative et de faire évoluer positivement sa balance commerciale agroalimentaire en augmentant la valeur des exportations de produits transformés. Avec 55 milliards d’euros annuels, la PAC représente aujourd’hui 43 % du budget total de l’Union européenne. La France bénéficie de 16 % du budget de la PAC, ce qui équivaut à sa contribution au budget total de l’Union européenne. Les aides agricoles soutiennent la rentabilité des exploitations et jouent un rôle important d’amortisseur économique en cas de choc de production ou de prix pour certaines productions. Elles représentent en moyenne 100 % du revenu courant avant impôt des agriculteurs français, avec de très fortes variations en fonction du type de production agricole. VERS UNE PAC PLUS DURABLE ET PLUS EFFICACE Pourtant, telle que mise en œuvre aujourd’hui, la PAC fait l’objet de critiques. Parce que cette politique européenne n’intégrait pas historiquement l’enjeu environnemental, les citoyens lui reprochent de ne pas soutenir en premier lieu les modes de production les plus bénéfiques à l’environnement. Or l’agriculture représente 20 % des émissions de gaz à effet de serre en France. Elle est responsable de 71 % des émissions de méthane (gaz à effet de serre produit notamment par les ruminants) et de 94 % des émissions d’ammoniac (présent dans les engrais). La PAC est par ailleurs complexe et pas toujours efficace puisqu’elle ne répond pas aux attentes : 3 FRANCE STRATÉGIE www.strategie.gouv.fr ¼ des agriculteurs vivait sous le seuil de pauvreté, en 2017 des agriculteurs qui peinent à vivre décemment de leur travail malgré les aides, notamment en période de crise. Le salaire moyen des agriculteurs se situait à 1 250 euros par mois en 2016 selon la Mutualité sociale agricole (MSA) et un quart des agriculteurs vivait sous le seuil de pauvreté en 2017, selon l’Insee. des consommateurs européens en matière d’alimentation, de santé et de bien-être animal. En témoignent les débats sur les effets des résidus de pesticides dans la chaîne alimentaire ou la pollution des sols et des eaux. 20 % des émissions de gaz à effet de serre
  • 4. 4 FRANCE STRATÉGIE www.strategie.gouv.fr QUELS PRINCIPES POUR LA NOUVELLE PAC ? À l’heure où la Commission européenne rouvre les débats sur la future PAC, le rapport de France Stratégie examine comment la rendre « plus ambitieuse en termes d'efficacité des ressources, de protection de l'environnement et d'action en faveur du climat » comme le proposait Phil Hogan, commissaire européen à l'agriculture en 2018 au moment du lancement des discussions sur les orientations de la future PAC. Pour qu’elle intègre l’enjeu environnemental et assure aux agriculteurs un revenu décent, ce rapport suggère en l’espèce de : rapprocher la PAC des principes de l’économie publique, notamment en mettant en œuvre une fiscalité environnementale s'appuyant sur les principes du pollueur-payeur, et en rémunérant les services rendus par l’agriculture à l’environnement ; soutenir les modes de production contribuant à une amélioration de la qualité nutritionnelle et sanitaire de l’offre alimentaire, ce qui implique de limiter l’usage d’intrants (engrais, pesticides, antibiotiques, etc.) ayant un impact sur la santé de l’homme et la qualité de l’environnement ; soutenir l’innovation agricole et agroalimentaire. assurer une meilleure résistance des exploitations agricoles aux aléas climatiques et économiques, en diversifiant les productions ;
  • 5. 5 FRANCE STRATÉGIE www.strategie.gouv.fr DES OUTILS AU SERVICE DE LA TRANSITION AGROÉCOLOGIQUE Pour l’heure, les aides directes de la PAC sont liées à la taille des exploitations et à des références historiques de production. Ces aides tiennent compte de l’enjeu environnemental via « le paiement vert » (30 % des aides directes) versé sous conditions notamment de diversification des cultures et de préservation de la biodiversité. De plus, le versement de l’ensemble des aides est soumis au respect d’obligations réglementaires concernant la protection de l’environnement et le bien-être animal (c’est la « conditionnalité »). Mais l’utilisation d’outils de type quotas, seuils, prescriptions et dérogations rend le système complexe et limite son efficacité sur le plan environnemental. D’autres outils existent qui permettraient de simplifier la PAC et de renforcer son ambition environnementale, à budget inchangé. UN BONUS POUR LA DIVERSIFICATION DES CULTURES Longtemps pratiquées jusqu’à ce que les systèmes agricoles ne se sur-spécialisent, les rotations de cultures permettent pourtant de préserver la fertilité des sols, de réduire les risques phytosanitaires et de limiter l’usage d’intrants chimiques. La diversification des cultures pourrait, dans cette perspective, être encouragée via un bonus financé par une taxation sur les engrais, sur les pesticides et les antibiotiques rémanents dans l’environnement. UN BONUS POUR LE MAINTIEN DES PRAIRIES Les prairies (permanentes ou naturelles) offrent des services écosystémiques. Elles contribuent à l’alimentation des animaux, à la préservation des sols, à la séquestration du carbone et à l’esthétisme des paysages. Pour ces raisons, leur maintien pourrait être assorti d’un bonus (et à l’inverse d’un malus en cas de labourage). Ce bonus serait conditionné à la présence d’un nombre minimal d’animaux sur les prairies. Il serait financé par une taxe sur les gaz à effet de serre proportionnelle au nombre d’animaux élevés.
  • 6. FRANCE STRATÉGIE www.strategie.gouv.fr 6 DES BONUS POUR LA PRÉSERVATION DE LA BIODIVERSITÉ Pour encourager la préservation des écosystèmes, un bonus pourrait être versé aux agriculteurs qui entretiennent les surfaces d’intérêt écologique (SIE), c’est-à-dire haies, alignements d’arbres, mares, jachères… Un malus serait appliqué en cas de destruction de ces SIE. Des aides pourraient aussi être prévues pour les exploitations s’engageant à entretenir ou à améliorer conjointement des zones Natura 2000 (réseau européen de sites naturels hébergeant des habitats et/ou des espèces de la faune et de la flore européenne) ou des espaces agricoles à haute valeur naturelle de la Trame verte et bleue (réseau de continuités écologiques constituant des réservoirs de biodiversité, mis en place dans le sillage du Grenelle de l’environnement). Le paiement serait basé sur des engagements chiffrés en termes de surfaces et sur des indicateurs d’impacts environnementaux (abondance d’espèces dans la zone ciblée, par exemple). Comme la conversion à l’agriculture biologique, s’engager dans ce type de pratiques agroécologiques a un coût. C’est pourquoi, des contrats entre agriculteurs et pouvoirs publics pourraient prévoir une prise en charge de l’innovation et de la formation nécessaires à cet engagement. Ces trois outils – bonus à la préservation des SIE, bonus pour les zones Natura 2000 ou à haute valeur naturelle et contrats longs pour l’innovation agroécologique – seraient financés par une réorientation des « autres » aides actuelles de la PAC (c’est-à-dire les aides qui ne relèvent ni des droits à paiement de base ni du paiement vert). Natura 2000 SIE SIE Trame verte Trame bleue
  • 7. 7 FRANCE STRATÉGIE www.strategie.gouv.fr UN SOUTIEN À L’EMPLOI AGRICOLE Repenser les aides pour qu’elles soient proportionnelles au travail agricole plutôt qu’à la taille des exploitations est une option qui présente deux avantages. Elle permettrait, d’une part, d’assurer à tous les agriculteurs un paiement minimal déconnecté du niveau de la production agricole, et d’autre part, de tenir compte de l’augmentation de la charge de travail lors du passage de pratiques conventionnelles à des pratiques agroécologiques (désherbage mécanique par exemple). = hectare = Ce « paiement de base par unité de travail » serait versé aux agriculteurs demandant des aides PAC, sous condition du respect des pratiques environnementales aujourd’hui en vigueur dans le cadre du paiement vert. Il serait financé par le budget actuel de la PAC consacré aux « droits à paiement de base » (aides directes à l’hectare) et au paiement vert.
  • 8. FRANCE STRATÉGIE www.strategie.gouv.fr 8 À QUOI RESSEMBLERAIT « UNE PAC AGROÉCOLOGIQUE » ? La mise en œuvre de ces instruments implique une réorganisation du budget de la PAC. À partir des données observées en 2018 (consommations d’intrants, émissions de gaz à effet de serre et surfaces arables) et à budget de la PAC inchangé, il est possible de réaliser une estimation de la structure de cette nouvelle PAC suivant un « scénario-cible » de long terme. Ce scénario vaut pour l’Union européenne mais, s’il n’était pas possible de dégager un consensus pour le mettre en place à l’échelle communautaire, la France pourrait l’appliquer au niveau national. Il va sans dire que l’option européenne autoriserait une transition plus efficace vers l’agroécologie et réduirait les risques de distorsion de concurrence intracommunautaire. CADRAGE BUDGÉTAIRE : UN SCÉNARIO-CIBLE DE LONG TERME La projection d’un scénario-cible n’a pas vocation à fournir « une solution clé en main » pour verdir la PAC mais à offrir un cadre cohérent pour une aide à la décision opérationnelle. Plusieurs hypothèses ont été testées. Ici sont présentées les hypothèses qui constituent un point d’entrée, étant entendu que les niveaux de taxation peuvent augmenter avec le temps pour atteindre l’ambition environnementale visée. 1ER PILIER Droits à paiement de base + Paiement vert Pesticides Engrais Antibiotiques Cheptel TAXES PAC ACTUELLE 2ÈME PILIER Autres aides PAC PAC AGROÉCOLOGIQUE PILIER « EMPLOI AGRICOLE » Paiement de base par « unité de travail agricole » PILIER « TRANSITION VERS L’AGROÉCOLOGIE » Bonus Surfaces d’intérêt écologique (SIE) Bonus Prairies permanentes Bonus diversification Bonus Natura 2000 Bonus Espaces agricoles à haute valeur naturelle Contrats longs pour l’innovation écologique 5,7 Milliards€ 1,7 Milliards€ 3,9 Milliards€ L’hypothèse centrale du scénario-cible est que le montant des taxes perçu couvre celui des bonus distribués sans nécessiter une hausse du budget actuel de la PAC. Chaque euro levé par taxe est affecté au secteur agricole. À titre d’exemple, le bonus pour la diversification des cultures dont le coût est estimé à 2,4 milliards d’euros pourrait être financé par une montée en charge progressive de la taxe sur les engrais et les pesticides en partant d’un taux de 20 % du prix, et de la taxe sur les antibiotiques en partant d’un taux de 15 %, ces taux correspondant aux seuils minimum pour engendrer un changement de pratiques. L’intérêt d’une mise en place progressive des taxes est de se donner le temps de suivre les indicateurs environnementaux et de santé sur lesquels elles sont censées influer, et de permettre aux agriculteurs d’engager la transition.
  • 9. 9 FRANCE STRATÉGIE www.strategie.gouv.fr QUELS EFFETS SUR LA RÉPARTITION DES AIDES ? Il est possible d’identifier les grandes tendances de redistribution des aides au sein du secteur agricole en utilisant des données caractéristiques d’exploitations « types ». Cette simulation montre sans surprise que le bonus pour la diversification des cultures bénéficierait aux exploitations bio et en polycultures-élevages déjà diversifiées. Les bonus-malus pour les prairies permanentes, pour les zones Natura 2000 et à haute valeur naturelle bénéficieraient aux élevages extensifs. Quant aux taxes sur les pesticides et les engrais, elles profiteraient d’abord aux exploitations agroécologiques et bio, tandis que les taxes sur les émissions de gaz à effet de serre impacteraient les cultures conventionnelles et les élevages intensifs. Dans le détail, le modèle montre qu’en grandes cultures, ce sont tous les systèmes bio ou très diversifiés qui y gagneraient. En élevage, ce serait notamment l’élevage bovin laitier de montagne. En revanche, dans la perspective « d’une PAC agroécologique », les grandes cultures conventionnelles auraient à modifier leurs pratiques pour conserver un même niveau d’aide. La simulation montre par exemple que, pour ne pas perdre de subventions par rapport à la situation actuelle, les trois cas types de grandes cultures « à faible ou moyen potentiel agronomique » auraient à réduire leur utilisation d’engrais et de produits phytosanitaires de 20 %.
  • 10. FRANCE STRATÉGIE www.strategie.gouv.fr 10 Enfin, le versement d’un paiement de base par unité de travail permettrait de consolider les productions intensives en main-d’œuvre, notamment les exploitations arboricoles, maraîchères et agroécologiques. L’enveloppe actuellement allouée aux droits à paiement de base permettrait de verser aux agriculteurs environ 8 000 euros par emploi équivalent temps plein et par an, contre 135 euros par hectare aujourd’hui en moyenne en métropole. Ce changement de mode de calcul du paiement de base nécessiterait un accord européen. Il pourrait donc prendre plus de temps à mettre en place que les bonus-malus. Une perspective se dessine pour engager une véritable politique de transition agroécologique : faire évoluer la PAC, à budget inchangé, en renforçant son ambition environnementale, et la compléter par un système additionnel de bonus autofinancés au niveau national. 8 000 EUROSPAR EMPLOI
  • 11.
  • 12. Contacts presse : Matthias Le Fur, directeur du service Édition-Communication-Événements matthias.lefur@strategie.gouv.fr 01 42 75 61 37 Charlotte Cougny, chargée des relations presse charlotte.cougny@francestrategie.eu 01 42 75 60 39 - 06 72 31 33 14 TÉLÉCHARGEZ LE RAPPORT : FAIRE DE LA PAC UN LEVIER DE LA TRANSITION AGROÉCOLOGIQUE (RUBRIQUE PUBLICATIONS) www.strategie.gouv.fr FranceStrategie @Strategie_Gouv france-strategie @FranceStrategie_ FRANCE STRATÉGIE – 20, AVENUE DE SÉGUR – TSA 90725 – 75334 PARIS CEDEX 07 TÉL. 01 42 75 60 00 Institution autonome placée auprès du Premier ministre, France Stratégie contribue à l’action publique par ses analyses et ses propositions. Elle anime le débat public et éclaire les choix collectifs sur les enjeux sociaux, économiques et environnementaux. Elle produit également des évaluations de politiques publiques à la demande du gouvernement. Les résultats de ses travaux s’adressent aux pouvoirs publics, à la société civile et aux citoyens. www.strategie.gouv.fr FranceStrategie@Strategie_Gouv france-strategie @FranceStrategie_ StrategieGouv