IntroductionLa Responsabilité Sociétale des Organisations à la                              croisée des cheminsOù en est l...
V – Evaluer l’efficacité                                                              Page 2d’ailleurs souvent à des régle...
V – Evaluer l’efficacité                                             Page 3sociétale n’est désormais plus une vertu intrin...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

stratéis ISO 26000

643 vues

Publié le

Introduction du livre
Titre : Evaluer les performances responsables
Auteurs : Patrick iribarne et Stéphane Verdoux
Editions ; AFNOR, 2012

Publié dans : Business
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
643
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
1
Actions
Partages
0
Téléchargements
14
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

stratéis ISO 26000

  1. 1. IntroductionLa Responsabilité Sociétale des Organisations à la croisée des cheminsOù en est la responsabilité sociétale des organisations ? Depuis les années1970 les sommets internationaux, conférences, commissions et tentativesde réglementations se succèdent avec une volonté souvent improbable,des parcours erratiques et des succès variables. Tel sommet, qui avait faitapparaître de grands espoirs en matière de protection de l’environnement,sera ainsi désavoué par le sommet suivant. Au bout du compte, pourl’observateur candide, ces aléas entraînent une première impressiondiffuse d’immobilisme et d’inefficacité. Néanmoins cette successiond’évènements confirme deux tendances lourdes qui sont à la base de cetouvrage. Tout d’abord la montée en puissance indiscutable d’un besoin deconfiance des « citoyens consommateurs » vis-à-vis de toutes lesorganisations, qu’elles soient publiques ou privées et quel que soit lecontinent concerné. Cette soif de confiance est ainsi devenue au fil desannées une donnée d’entrée pour toute stratégie durable d’entreprise.Ensuite l’antagonisme supposé ou réel entre responsabilité d’entreprise etcompétitivité, la première étant censée s’exercer aux dépends de laseconde. A cause de cet antagonisme, chaque Etat se fait le protecteur deses propres organisations et les programmes s’enlisent en dépit du faitque le besoin de confiance des « citoyens consommateurs » existe et sefait toujours plus pressant. Nous n’avons pas ici pour ambition de statuersur le bien fondé de ces politiques d’Etats qui visent à protéger leursentreprises nationales dans un contexte mondial de compétitionéconomique très peu régulé. Mais il nous semble spécialement importantque chaque organisation parvienne à son niveau à résoudre cette équationentre compétitivité et responsabilité sociétale, et à transformer ainsi unchallenge en opportunité de développement durable de ses performances. Responsabilité sociétale et compétitivitéGlobalement, les parcours d’entreprises se situent en effet aujourd’hui àl’image prudente de ce qui se déroule au niveau macro-économique. Pourprendre l’exemple français, hormis les grands groupes qui sontdirectement confrontés à la loi NRE et qui s’y plient avec plus ou moins debonheur, les organisations se limitent la plupart du temps à desdémarches strictement environnementales, ces dernières se heurtant 1
  2. 2. V – Evaluer l’efficacité Page 2d’ailleurs souvent à des réglementations dont le degré de complexitédécourage les quelques volontaires d’aller plus loin. Stratégie de développement durable des performances Pratiques responsables vis-à-vis des parties prenantes Résultats équilibrés de satisfaction et de confiance des parties prenantes La Responsabilité Sociétale des Organisations (RSO) intégrée dans la stratégie globaleOr le paysage est en train de changer. D’une part parce que lesorganisations sont rattrapées par l’actualité, avec des besoins nouveauxen matière d’ancrage territorial, d’attractivité nécessaire auprès desnouvelles générations et d’une tolérance s’approchant du « zéro » pour lesrisques d’éthique. D’autre part parce que des principes et des posturesnouvelles font leur apparition au niveau international, permettant desnouvelles applications plus simples et plus intégrées pour développer laresponsabilité sociétale dans les organisations et pour résoudre sonantagonisme historique avec la compétitivité. La norme ISO 26000récemment publiée est la parfaite illustration de cette évolution. En effet,parce qu’elle contient des « lignes directrices » et non des « exigences »,elle réalise la synthèse entre les pratiques de responsabilité sociétale etles besoins « business » des organisations. L’antagonisme entrecompétitivité et responsabilité est symboliquement supprimé, cettedernière s’inscrivant dans le contexte plus large d’une stratégie globaled’entreprise visant à satisfaire de manière équilibrée et durable lesbesoins de confiance de ses différentes parties prenantes : la Société, lesclients et partenaires économiques et les salariés. La performance
  3. 3. V – Evaluer l’efficacité Page 3sociétale n’est désormais plus une vertu intrinsèque à développer demanière indépendante. Elle se situe au cœur de la stratégie et participe àune recherche d’efficacité et d’équilibre pour répondre aux besoins deconfiance et de satisfaction des différentes parties prenantes. Les nouvelles possibilités de reconnaissanceComme conséquence directe de ce changement de paradigme, despossibilités nouvelles de reconnaissance apparaissent désormais pour lesorganisations désireuses de valoriser leur démarche RSE. En effet, bienque cette nouvelle norme ISO 26000 ne permette pas directement à uneentreprise d’être labellisée, elle n’en constitue pas moins un standardinternational pour les domaines d’action susceptibles d’être intégrés danssa stratégie. Pour peu que cette réflexion soit alors complétée par unedémarche de déploiement et d’évaluation de type EFQM, les labellisationsdeviennent possibles. L’entreprise n’est pas alors évaluée pour sa stricteapplication de l’ISO 26000, mais plutôt sur ses capacités suivantes : 1. définir ses enjeux et ses objectifs RSE prioritaires, 2. déployer sous la forme de bonnes pratiques et de mesures de performances, et 3. atteindre les résultats visés.Les labels mis au point par les organismes certificateurs au premier rangdesquels AFNOR Certification, se sont donc fondés sur l’évaluation plus oumoins directe de ces trois capacités. Que ce soit avec AFAQ 26000, Lucie,etc., il s’agit donc pour l’entreprise candidate de démontrer qu’elle a bientransformé ces questions centrales en actions concrètes sur le terrain etqu’elles ont produit des résultats probants.L’ouvrage est précisément centré sur ces trois capacités et décrit avec unparcours en cinq étapes et une étude de cas concrète comment lesatteindre et obtenir une labellisation. Il est destiné à toute personne outoute équipe susceptible d’animer ou d’interagir avec une démarche deperformances globales qui intègre la dimension RSE au cœur de lastratégie.

×