COURBES,
Histoire de Courbes

Ventre
Fesse
Tête
Corps
Soleil
Lune
Terre
Astres
Cellulaire !
Les rondeurs du vivant ! Biolo...
SALUT PIERRE !


C’est quoi la matière morte ?
Quand le cellulaire devient cristallin ?
Quand le biologique devient matièr...
DESSINS
De la courbe

Ma main légère, se ballade en crayon sur le papier.
…
Ce qui bouillonne en moi se traduit en traits ...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Courbes

260 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
260
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Courbes

  1. 1. COURBES, Histoire de Courbes Ventre Fesse Tête Corps Soleil Lune Terre Astres Cellulaire ! Les rondeurs du vivant ! Biologique ! Courbes simples qui se placent dans vos mains tactiles, En dimensions au travers de ces sculptures ou à plat au travers de ces dessins. Sensibilité Sensualité. Notre subconscient travaille quand l’œil perçoit ces formes là. Voir ce qui est là, oui là. Mais quoi ? Qu’est ce que c’est ce que je vois ? Je suis mon instinct ? Ou mon cerveau. Lequel des deux donnerai la réponse acceptable à ce que je vois ? Et sur 360°, et parfois sur plusieurs poses. Aurais-je fini de voir un jour ce que je vois? Pas un monde cristallin ou la forme joue avec les carrés, les pointus. Souvent perçu par l’humain comme froide dure et pointue car cela réfère à la violence/agressivité. Ni des lignes droites qui amènent au sans fin. Non, Rondeurs qui attirent Rondeurs qui évoquent Rondeurs à toucher Rondeurs à s’approprier Rondeurs qui reviennent en courbes. C’est mon terrain. Et quel merveilleux terrain ; les rondeurs. Quel merveilleux territoire où on peut accrocher ses sentiments, ses états d’esprit, sa sensibilité, sa vision de créateur, sous forme de corps nouveaux qui prennent forme dans le regard du spectateur, dans vos interprétations. Un monde nouveau, ces « bestiaires », « humanoïdes », « organismes » ? Flore et faune ? Nature ! J’ai regardé le monde cellulaire et j’ai vu cette phénoménale liberté et capacité d’adaptation. N’importe quelle est la situation la Nature s’adapte pour maintenir l’équilibre. Poids cherche contre-poids. Yin cherche Yang. Et mon identité cherche sa place dans notre société de mondes avec mon monde imaginaire. Corps & donner corps.
  2. 2. SALUT PIERRE ! C’est quoi la matière morte ? Quand le cellulaire devient cristallin ? Quand le biologique devient matière ? Quand rondeurs deviennent carrés ? Quand le vivant devient… ? Oui quand est ce, que le vivant arrête de vivre. Quand il sort du cercle du recyclable? Mais quand est-ce ? La pierre, est elle une exemple de matière morte ? Quand je la travaille la pierre, je capte ses ondes et elle me laisse seulement me guider dans sa substance, si je l’écoute et si je l’entends, si je la sens et j’inhale sa poussière et que je pèse son poids, Ma langue et mon nez la goûtent, Mon oreille la traduit, Mon œil la perçoit, Mes mains l’appréhendent, Et me font de la faire revivre dans une création. Un travail à deux. Un instant vécu à deux. La Vie à deux … Vivre ma Nature C’est Vivre la Nature. Vive la Nature !
  3. 3. DESSINS De la courbe Ma main légère, se ballade en crayon sur le papier. … Ce qui bouillonne en moi se traduit en traits de crayon. … L’instant disponible me donne envie de laisser trace sur l’instant. Etat d’esprit, Tout est influence. Influence sur ces traits. Courbes, Lignes courbées Se rencontrent Construisent Se baladent sur tout support qui se prête à ça. Prête à avoir un dessin sur le dos pour toujours. Alors concentration… Je suis un « souilleur » de ces supports neutres. Sauf, qu’on m’a dit le contraire. Et dans le Temps, mes souillages d’états d’esprit sont allés de graffitis > vers des croquis > vers des dessins > Des dessins encadrés > Accrochés dans des salons. Alors ils vous parlent ? Alors on parle ? Vous m’entendez ? Je vous souhaite bonne visite. Alex Stalenberg Décembre 2004.

×