Performances Energétiques & Qualité de l'air

513 vues

Publié le

Solution à la problématique de l'étanchéification des réseaux aérauliques grâce à la machine Mez Aeroseal

Publié dans : Business
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
513
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
4
Actions
Partages
0
Téléchargements
74
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Performances Energétiques & Qualité de l'air

  1. 1. P PERFORMANCES  ENERGETIQUES  ET  QUALITE  DE  L’AIR   François  TOJAGIC,  Stéphane  ROUX  &  Sébastien  GIRARD  
  2. 2. Sommaire Introduction  :  -­‐  Présentation  d’Ervent                        -­‐  Présentation  MapClim        -­‐  Présentation  MEZ  Aeroseal     PERFORMANCE  ENERGETIQUE  ET  HYGIENE  DE  L’AIR     3  Ateliers  :     Atelier  1  :  Aspect  norma-f  des  tests  de  perméabilité  et  approche  technologique   des  gaines  de  ven-la-on     Atelier  2  :  Fabrica-on  et  pose  de  gaine  rectangulaire  avec  cadre  intégré     Atelier  3  :  Réalisa-on  d’une  étanchéité  d’un  réseau  à  l’aide  de  la  technologie   MEZ-­‐AEROSEAL  (Procédé  innovant  d’étanchéité  depuis  l’intérieur  des  gaines)  
  3. 3. LA  SOCIETE  ERVENT  
  4. 4. QUELQUES CHIFFRES •  1978  :  Création  de  l’entreprise.   •  1983  :  Agrandissement  des  locaux  (500m2  d’atelier).   •  1993  :  Rachat  d’Aquitaine  Air.   •  2000  :  Rapprochement  géographique  avec  Aquitaine  Air  à  Villenave  d’Ornon  et   contruction  de  nouveaux  locaux  avec  2000m2  d’atelier.   •  2000  :  Achat  d’une  Tubformer  Spiro  pour  la  fabrication  de  gaines  circulaires.   •  2001  :  Achat  d’une  Gorelocker  Spiro  pour  la  confection  de  coudes  circulaires.   •  2002  :  Achat  de  la  ligne  de  production  FIRMAC  pour  la  fabrication  de  gaines   droites  avec  une  étanchéité  maximale.   •  2007  :  Agrandissement  des  ateliers  pour  une  surface  totale  de  300m2.   •  2014  :  Achat  de  la  ligne  de  production  FIRMAC  gaine  rectangulaire  tout   automatiques.   •  CA  :  4,7  millions  d’euros   •  Nombre  de  salariés  :  40    
  5. 5. LA  SOCIETE  MAP  CLIM   P
  6. 6. •  Forme  juridique  :  SARL   •  Capital  social  de  :  100  000€   •  Année  de  création  :  1999   •  Deux  co-­‐gérants  :  Mr  RODRIGUEZ  et  Mr  TOJAGIC   •  Nombre  de  salariés  :  45  (2014)   •  CA  :  3  900  000€  (2014)     •  Secteurs  d’activités  :  Tertiaire,  Industriel,  Hospitalier  et  Nucléaire   •  Lieu  d’intervention  :  National  et  International   QUELQUES CHIFFRES
  7. 7. 1.  Mise  au  point  en  génie  climatique  :     •  Mise  au  point  d’installations  en  génie  climatique  (aéraulique  &  hydraulique).   •  Optimisation  de  réglages  d’installations  existantes.   •  Support  technique  pour  BE,  expertise  et  constructeur.   •  Réalisation  de  QI,  QO,  QP.     2.  QualiWications  et  contrôles  :       •  Qualicications  de  salles  à  empoussièrement  contrôlé.   •  Contrôles  périodiques  de  salles  à  empoussièrement  contrôlé.   •  Qualicications  et  contrôles  périodiques  sur  équipements  de  laboratoires  (PSM,…).   •  Qualicications  et  contrôles  de  réseaux  gaz  (azote,  air  comprimé).   •  Formations.   NOS METIERS
  8. 8. MAP  CLIM  compte  45  collaborateurs  qui  sont  répartis  comme  suit  :     •  4  Responsables  d’Activités  Mise  au  Point  (Ile  de  France,  Rhône  Alpes,  Bretagne,   Sud-­‐Ouest).   •  28  Techniciens  metteurs  au  point.   •  6  Techniciens  service  Qualicications  &  Contrôles.   •  1  Technico-­‐commerciale  service  Qualicication  &  Contrôles.   •  3  assistantes  (administratives,  comptable  et  RH).   •  1  Responsable  QSE.   •  2  Dessinateurs  projeteurs.   NOS METIERS
  9. 9. N o s   i m p l a n t a t i o n s   n o u s   permettent  de  rayonner  sur  tout   le  territoire  national  et  de  ce  fait   nous  permettent  de  répondre  au   mieux   aux   exigences   de   nos   clients.     •  Bretagne   •  Ile  de  France   •  Rhône-­‐Alpes   •  Sud-­‐Ouest   LOCALISATION GEOGRAPHIQUE
  10. 10. LA  SOCIETE  MEZ  AEROSEAL   Une marque
  11. 11. Présenta-on  :     Siège  social  :  Reutlingen,  sud  de  Stu3gart  (Allemagne)   Origine  de  la  société  MEZ  :  1875   CréaCon  de  la  société  MEZ-­‐TECHNIK  :  1996   Filiale  française  située  à  Lyon  (créée  en  2014)   EffecCf  global  de  20  personnes   Chiffre  d’affaires  global  2014  :  9  M€  Ac-vité  principale  :     ConcepCon,  fabricaCon  et  commercialisaCon  d’accessoires  pour  la  fabrica-on,  la   maintenance  et  l’installa-on  des  gaines  de  ven-la-on  
  12. 12. Quelques  produits  phares  :   •  Profil  pour  gaine  rectangulaire  MEZ-­‐SYPHON-­‐FLANGE   •  Gel  d’étanchéité  MEZ-­‐BLUEMASTIC-­‐GEL   •  Trappe  de  visite   •  Volet  de  dosage  Classe  B  /  Classe  4   •  Rails  de  supportage  et  accessoires  de  montage   •  Système  de  suspension  par  câble   •  Supportage  en  toiture  MEZ-­‐BIGFOOT,  …  
  13. 13. LA  NOUVELLE  CLASSE  D‘ÉTANCHÉITÉ  DES  RÉSEAUX  DE   VENTILATION  !  
  14. 14. PERFORMANCE  ENERGETIQUE  ET  HYGIENE  DE  L’AIR     Partie  I  :  L’étanchéité  des  réseaux  de  ventilation      -­‐  Introduction  :  Contexte  Règlementaire.    -­‐  Chap.  1  :  Les  normes  en  vigueur.    -­‐  Chap.  2  :  Les  prérequis  des  réalisations.    -­‐  Chap.  3  :  Les  attendus  (feuille  de  résultats).    -­‐  Chap.  4  :  Un  cas  concret.     Partie  II  :  constat  de  performance  sur  gaine  rectangulaire.    -­‐  Introduction  :  Contexte  des  essais.    -­‐  Contenu  global.         Partie  III  :  Ensemble  vers  des  bâtiments  plus  sains.      
  15. 15. P Partie  I  :  L’étanchéité  des  réseaux  de  ventilation  
  16. 16. Aujourd’hui,   la   perméabilité   ou   l’étanchéité   à   l’air   des   réseaux   aérauliques   fait   partie  des  critères  essentiels  retrouvés  dans  la  plupart  des  cahiers  des  charges  et   normes  destinés  à  la  ventilation.  On  y  retrouve  :       §   La  Règlementation  Thermique  2012  (RT2012).     §  NF  EN  13779  Exigences  de  performances  pour  les  systèmes  de  ventilation  et  de   conditionnement  d'air  (juillet  2007).     §  NF  EN  12599  Procédures  d'essai  et  méthodes  de  mesure  pour  la  réception  des   installations   de   conditionnement   d'air   et   de   ventilation   dans   les   milieux   résidentiels  et  d’habitations  (décembre  2012).     Toutes  ces  normes  doivent  permettre  d’optimiser  les  performances   énergétiques  des  bâtiments.     CONTEXTE REGLEMENTAIRE
  17. 17. ETUDE SUR L’ETANCHEITE DES RESEAUX
  18. 18. ETUDE SUR L’ETANCHEITE DES RESEAUX Varia-on  de  la  puissance  absorbée  du  ven-lateur  et  du  SFP  en  fonc-on  du   changement  de  classe  d'étanchéité      Débit  fuite  10%                                    Classe  A                                              Classe  B          Classe  C                                                      Classe  D   La  Puissance  Spécifique  du   ven-lateur  SFP  (efficacité   énergéCque  du  venClateur)   varie  proporConnellement   avec  le  carré  du  débit.   La  puissance  absorbée  du   ven-lateur  varie   proporConnellement  avec   le  cube  du  débit  
  19. 19. LES CAHIERS DES CHARGES DE PLUS EN PLUS PRECIS La  déWinition  des  attentes  sur  la  qualité  et  la  réalisation  des  réseaux   de  ventilation  se  fait  de  plus  en  plus  précise  dans  les  CCTP.  
  20. 20. CONTEXTE REGLEMENTAIRE POUR LES MESUREURS A  ce  jour  aucune  règlementation  ne  régie    une  quelconque   accréditation  pour  les  mesureurs.  Néanmoins  aWin  de  répondre  aux   nouvelles  exigences  des  bâtiments  très  basse  consommation,   préWigurées  par  le  Label  EFFINERGIE  Plus  et  les  prochains  Labels  RT   2012  HPE  et  THPE,  une  qualiWication  «  MESUREUR  DES  RESEAUX   AERAULIQUES  ».       8721  
  21. 21. CHAP. I : Les normes en vigueur Normes  de  performances       •  NF  12  237  Résistance  et  étanchéité  des  conduits  circulaires  en  tôle  (Juin  2003)   •  NF  EN  1507  Conduits  aéraulique  rectangulaire  en  tôle  (Juillet  2006)   •  FD  E51-­‐767  Mesures  d'étanchéité  à  l'air  des  réseaux  (Mars  2014)        Il  est  à  noter  que  ces  normes  remplacent  la  norme  expérimentale  X  10-­‐236,  de  novembre  1985   •  NF  EN  14239  Mesurage  de  l'aire  superWicielle  des  conduits  (Août  2004)   Normes  de  moyens      
  22. 22. CHAP. I : Les normes en vigueur Nous  traiterons    des  deux  normes  suivantes  :     •  NF  12  237  Résistance  et  étanchéité  des  conduits  circulaires  en  tôle  (Juin  2003)   •  NF  EN  1507  Conduits  aéraulique  rectangulaire  en  tôle  (Juillet  2006)     Ces  deux  normes  font  apparaitre  deux  parties,  à  savoir  :   •  L’étanchéité  à  l’air  (Essais  à  réaliser  sur  site)   •  La  résistance  mécanique  (Réservé  au  essais  de  laboratoire)     Tableau  de  Synthèse  des  Performances  attendues:      NF  EN  1507  (Rectangulaire)      NF  EN  12237  (Circulaire)            
  23. 23. ECHANTILLON D’ESSAIS NF  EN  12237   NF  EN  1507  
  24. 24. PRESSIONS D’ESSAIS NF  EN  12237   NF  EN  1507  
  25. 25. JUSTIFICATION TEST MECANIQUE
  26. 26. LONGUEUR TOTALE DU JOINT L’échantillon  du  tronçon  doit  comprendre  une  représentation  de  joint  (jonction)   représentatif,  cette  représentation  est  régie  par  la  formule  suivante  :  
  27. 27. CHAP. II : Les pré-requis de réalisations La  gestion  de  la  construction  des  réseaux  aérauliques  devant  répondre  à  des   contrôles  de  performances.       Analyser  les  spécicications  aérauliques  contenues  dans  le  CCTP  (classe  d’étanchéité  attendue).       Sélectionner  les  accessoires  répondant  aux  exigences  du  CCTP  (registres,  CCF,…).             Décinir  avec  la  maîtrise  d’ouvrage  les  tronçons  à  soumettre  à  essais.         Planicier  les  essais  dans  le  processus  de  construction.  
  28. 28.   Pré  requis  administratifs  avant  intervention       •  La  préparation  de  l’intervention  doit  répondre  à  plusieurs  données  essentielles  nécessaires  au  bon   déroulement  de  la  prestation,  à  savoir  :   –  Fourniture  du  plan  avec  détermination  du  réseau  à  tester.   –  La  pression  d’essai.   –  La  classe  d’étanchéité  requise  contractuellement.   –  Le  développé  du  tronçon  de  gaine.       Pré  requis  fonctionnels  avant  intervention     La  préparation  de  l’intervention  doit  répondre  à  plusieurs  données  essentielles  nécessaires  au  bon   déroulement  de  la  prestation,  à  savoir  :     –  Obturation  des  tronçons  à  tester.   –  La  présence  d’un  piquage  pour  raccordement  de  l’appareil  de  test.   –  L’absence  de  calorifugeage  sur  les  tronçons  de  gaines.   CHAP. II : Les pré-requis de réalisations
  29. 29.             Synthèse  des  résultats  contenue  dans  le  rapport   MAP  CLIM   CHAP. III : Les attendus Rapport  intermédiaire   Rapport  final  
  30. 30. CHAP. IV : Cas concret L’impact  d’une  fuite  sur  un   plafond  de  bloc  opératoire     • Les  luminaires   • Le  fut  du  scialy-que   • Les  organes  de  détec-on  
  31. 31. P Partie  II  :  constat  de  performance  sur  gaine            rectangulaire.  
  32. 32. ETUDE SUR L’ETANCHEITE DES RESEAUX Représenta-on  des  fuites  par  classe  d’étanchéité  d’un  réseau  de  démonstra-on   Réseau  de  démonstra-on  :   Surface  développée  :  5  m²  /  Pression  de  test  :  1500  Pa   Fabrica-on  :  Ervent  Aquitaine   1x  Gaine  Ervent  700  x  700  x  1390  mm  avec  cadre  intégré  étanche  et  agrafage   piTsburgh  automa-que  mas-qué   2x  Capots  avec  profils  de  cadre  MEZ-­‐SYPHON-­‐FLANGE  étanche  avec  gel  injecté   MasCcage  :  Angles  +  bords  tombés  +  piquages  diam.  100  mm   Pose  :  Ervent  Aquitaine   JoncCon  par  joint  mousse  croisé  15  x  5  mm   Griffes  serre-­‐cadres  MEZ-­‐LATZ   Responsabilité  Fabrica-on  /  Pose  dans  l’étanchéité  d’une  gaine  de  ven-la-on   70  %  (pose)  /  30  %  (fab.)  
  33. 33. ETUDE SUR L’ETANCHEITE DES RESEAUX Résultat  :   Débit  de  fuite  @  1500  Pa  =  0,40  l/s  (1,44  m3/h)   Classe  D   Limites  admissibles  :   Classe  A   15,67  l/s   (ou  56,4  m3/h)   Classe  B     5,22  l/s   (ou  18,8  m3/h)   Classe  C   1,74  l/s   (ou  6,3  m3/h)   Classe  D   0,58  l/s   (ou  2,1  m3/h)     Fuite  5,1  cm²   Trou  diam.  4  cm   Fuite  1,7  cm²   Trou  diam.  2,31  cm   Fuite  0,6  cm²   Trou  diam.  1,37  cm   Fuite  0,2  cm²   Trou  diam.  0,79  cm   Superficie  de  fuite  :   0,1  cm²  =>  équivalence  trou  (fuite)  diamètre  0,56  cm   Représenta-on  des  fuites  par  classe  d’étanchéité  d’un  réseau  de  démonstra-on  
  34. 34. CONTEXTE Dans   un   soucis   de   performances   et   d’amélioration   continue,   la   société   ERVENT  s’est  rapprochée  de  la  Sté  Map  Clim  pour  mener  une  campagne  de   contrôle   de   performances   sur   différents   concepts   de   fabrication   de   sa   production.  A  ce  titre  des  tests  ont  été  menés  sur  les  échantillons  suivants  :      Gaines  rectangulaires  identiques  (1,34x1,20x1,40)    soit  10,32m²                              Agrafage  PITTSBURG  avec  et  sans  joint                        Agrafage  SNAPLOCK  avec  et  sans  joint                        Cadre  intégré                        Cadre  rapporté       Gaine  rectangulaire  assemblée  (0,8x0,85x2,68)    soit  10,19m²  
  35. 35. CONSTAT DE PERFORMANCES Désignation Dimension Epaisseur Section  totale Matières Profil  de  cadre Plaque  d'obturation  par  essais 4  vis  dans  les  angles                                 2  vis  intermediaires  par  cotés TABLEAU DES CARACTERISTIQUES TECHNIQUES DE LA GAINE IntégréTole  galvanisé10  m²0,08  cm0,85x0,8x2,68 Caractéristiques                                             de  la  gaine
  36. 36. TECHNOLOGIE D’AGRAFAGE   •   Agrafage  PITTSBURG  «  sans  joint  »       •   Agrafage  SNAPLOCK  «  sans  joint  »        
  37. 37. TECHNOLOGIE DE CADRE   •                           ProWil  Cadre  rapporté                                      ProWil  Cadre  intégré        
  38. 38. CONSTATS DE PERFORMANCES TABLEAU  DE  SYNTHESE  DES  MESURES  REALISES  SUR  SITE   Type  de  cadre   testé   Type  de  technique   d’agrafage   Surface  (mm²)   Pression   mesuré  en   gaine  (Pa)   Pression  atmosphérique   (Pa)  /  Température                                                   (°C)     Taux  de  fuite     Corrigé  (l/s)   Seuil  limite  (l/s)par  classe   Classe   Classe  A   Classe  B   Classe  C   Classe  D   Gaine  +  Cadre   Rapporté                               non  jointé   Type  Snaplock   1,34x1,20x1,40             (10,32m²)     250   1021  /  27,8   12,28   10,06   3,35   1,11   0,37   500   1021  /  28,1   18,92   15,79   5,26   1,75   0,58   754   1021  /  28,0   27,77   20,62   6,87   2,29   0,76   997   1021  /  28,2   35,48   24,73   8,24   2,74   0,91   Gaine  +  cadre   rapporté  jointé     Type  Snaplock     1,34x1,20x1,40             (10,32m²)     247   1021  /  29,3   8,08   9,98   3,32   1,10   0,36   500   1021  /  29,0   12,74   15,79   5,26   1,75   0,58   753   1021  /  29,3   16,67   20,61   6,87   2,29   0,76   1005   1021  /  29,5   20,28   24,86   8,28   2,76   0,92   Gaine  +  cadre   intégré     Type  Pi3sburgh     0,80x0,85x2,68             (10,19m²)   245   1019  /  26,9   0,44   9,64   3,21   1,07   0,35   506   1019  /  27,5   1,08   15,45   5,15   1,71   0,57   750   1018  /  27,4   1,38   19,95   6,65   2,21   0,73   1000   1019  /  27,4   1,73   24,06   8,02   2,67   0,89   Conception  et  fabrication  de  gaines  
  39. 39. MEZ-­‐AEROSEAL  est  une  technologie  révolu-onnaire  d‘étanchéifica-on  ultérieure   par  l‘intérieur  des  réseaux  de  ven-la-on  existants  ou  récemment  installés.   Dans  le  process  MEZ-­‐AEROSEAL,  une  résine   d‘étanchéité  est  chauffée,  comprimée  puis   insufflée  à  l‘état  gazeux  dans  le  réseau   aéraulique.  Les  parCcules  adhésives  pulvérisées   viennent  alors  se  coller  sur  les  rebords  des  fuites   afin  de  les  colmater  progressivement  sans   déposer  de  résidu  dans  les  gaines.   Comment  ça  marche  ?  
  40. 40. DescripCon  :   •  Procédé  prouvé  et  breveté   •  Etanchéité  depuis  l’intérieur   •  RéducCon  d’environ  90%  des  débit  de  fuite   •  Aucune  contrainte  d’accès   •  Rapidité  d’applicaCon   •  IdenCficaCon  des  fuites  et  étanchéité   •  RéducCon  des  moyens  humains   •  GaranCe  de  résultats  (vérifiable)  
  41. 41. Aperçu  d’une  applica-on  MEZ-­‐AEROSEAL  :   2)    Isolement  des  ven-lateurs  et  CTA   3)    Re-rer  toutes  les  instrumenta-ons  (capteurs,  croix   de  mesure,  …)   4)    Connecter  l’équipement  au  réseau   5)    Test  d’étanchéité  réalisé  (AVANT)   6)    Étanchéifica-on  avec  injec-on  de  résine  sans  laisser   de  résidu  dans  le  réseau  (colmatage  des  fuites  jusqu’au   diamètre  15  mm)   7)    Test  d’étanchéité  réalisé  (APRES)   8)    Cer-ficat  de  performance  généré   1)    Obturer  les  entrées  et  sor-es  d’air  du  réseau  à   étancher  (limite  de  réseau  de  60  mètres  linéaires  par   injec-on)  
  42. 42. FAQ  Résine  MEZ-­‐AEROSEAL  :   •  SoluCon  aqueuse  pulvérisée  à  base  de  poly-­‐acétate  de  vinyle    (cf.  chewing  gum,  laque  cheveux  et  peinture  acrylique)   •  CerCfié  selon  UL  1381  (norme  américaine)  pour  :    Résistance  au  feu  en  surface    Moisissure  et  humidité    Résistance  au  feu  intérieur  de  gaine    RéducCon  de  débit  de  fuite   •  Résistance  thermique  -­‐29°C  à  249°C     •  CerCfié  VDI  6022  (direcCve  hygiène  de  l’air)   •  Faible  émission  de  COV  (test  en  cours)   •  État  final  (séchage)  2  heures     •  Durée  de  vie  (supérieure  à  10  ans,  cf.  historique)     •  GaranCe  3  ans    
  43. 43. LA  NOUVELLE  CLASSE  D‘ÉTANCHÉITÉ  DES  RÉSEAUX  DE   VENTILATION  !   Le  partenaire  français  :    
  44. 44. ®   ENSEMBLE VERS DES BATIMENTS PLUS SAINS
  45. 45. Basée à Bordeaux, CertifAir noue des partenariats avec les acteurs incontournables de la QAI : §  APPA : Association pour la Prévention de la Pollution Atmosphérique §  AIR : Air Intérieur en Réseau §  ARS: Agence Régionale de Santé région Aquitaine §  AFNOR : Association Française de Normalisation §  Association HQE : Association Haute Qualité Environnementale §  IREPS Aquitaine : Instance Régionale d’Education et de promotion de la santé §  LaSie : LAboratoire des Sciences de l’Ingénieur pour l’Environnement §  Map Clim: le partenaire du traitement d’Air §  OQAI: Observatoire de la Qualité de l’Air §  CSTB: Centre Scientifique et Technique du Bâtiment Nous sommes un laboratoire accrédité NF EN ISO 17025 COFRAC LAB REF 30 n° 1-5742 NOS PARTENAIRES
  46. 46. CONTEXTE ET REGLEMENTATION
  47. 47. La science de l’air intérieur s’est développée dès les années 1970 avec la préoccupation d’économie d’énergie, mettant à jour une réalité complexe : §  bâtiments moins perméables à l’air §  renouvellements d’air réduits §  utilisation de matériaux de construction avantageux (mode constructif rapide, coûts réduits) mais participant à l’émission de nombreux polluants nouveaux dans l’air intérieur §  équipements et installations de climatisation et de traitement d’air, mobilier et articles de consommation courante Hiérarchisation scientifique et évolution des politiques publiques ENJEUX SANITAIRES IMPORTANTS
  48. 48. Ainsi, après une première hiérarchisation des polluants en 2002, mise à jour en 2005 puis en 2010, ce sont aujourd’hui 1026 substances ou mélanges de substances chimiques qui sont classées au regard de leur toxicité et de l’exposition des populations. Un certain nombre d’entre elles sont reconnues comme hautement prioritaires pour les différents environnements : §  15 substances pour les logements §  6 pour les écoles (formaldéhyde, benzène, acétaldéhyde, PM10 et PM2,5, chrome + 20 substances très prioritaires §  5 pour les bureaux ( benzène, PM 2,5, éthylbenzène , formaldéhyde, PCB). Hiérarchisation selon toxicité à court et long terme, niveaux d’exposition et fréquence d’apparition des polluants. HIERARCHISATION ET CLASSIFICATION DES POLLUANTS
  49. 49. §  Tous les Composés Organiques Volatils (COV) sont présents dans 80 à 100% des logements français ( source OQAI campagne nationale 2003/05). §  Le formaldéhyde est le composé dont la médiane de concentration est la plus élevée. §  Les hydrocarbures sont détectés dans 83 à 100% des logements français. §  50% des logements ont des teneurs en allergènes d’acariens dans la poussière. §  37% des logements présentent des contaminations en moisissures visibles ou masquées. §  50% des logements ont des teneurs en particules supérieures à 19 µg/m³ pour des particules de diamètre inférieur à 2,5 µm (PM 2,5). La valeur guide de l’OMS est de 10 µg/m³ QAI dans nos logements : le constat
  50. 50. L’association HQE a établi un protocole , qui permet de qualifier, selon une méthode scientifiquement fondée, l’Air Intérieur effectivement respiré par les occupants dans le bâtiment. Destiné aux maîtres d’ouvrage et aux maîtres d’œuvre désireux d’intégrer la préoccupation de la QAI dans leurs projets de construction. Sur les phases clés du projet, le guide établi donne des éléments de réponse concrets sur : §  L’intégration d’objectifs de performance et de mesure à réception, de la QAI dans la conception et dans le management du projet, dès la programmation. §  L’organisation et la mise en œuvre de la campagne de mesure §  L’interprétation des résultats et les actions possibles pour les améliorer CONSTRUIRE EN INTEGRANT LA QAI
  51. 51. Construire un bâtiment sain
  52. 52. •  Nous passons 20 à 22 heures dans des espaces clos. •  La montée des préoccupations écologiques a favorisé la recherche d’un cadre de qualité et d’un environnement protégé. •  Une mauvaise qualité de l’environnement intérieur (qualité de l’air, niveau sonore, éclairage, etc.) dans les bâtiments de bureaux peut être à l’origine d’une détérioration de la santé (irritations, asthme, allergies, maux de tête, somnolence, etc.) (Wolkoff, 2013), mais également d’une diminution du bien-être des occupants (Tanabe et al., 2007), ce bien-être faisant d’ailleurs partie intégrante de la santé selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Pourquoi s’intéresser à la QAI dans les logements ?
  53. 53. L’ACCOMPAGNEMENT CERTIFAIR
  54. 54. §  Accompagnement des maîtres d’ouvrage et maîtres d’œuvre dans la QAI §  Formation des équipes construction et exploitation sur la QAI. §  Support QAI dans le management du projet dès la phase de programmation. §  Possibilité de mise en place d’un suivi à distance des performances QAI du bâtiment pendant la phase d’exploitation du bâtiment. §  Mise en place d’un carnet sanitaire QAI du bâtiment global, et des logements . LES SOLUTIONS CERTIFAIR
  55. 55. PERFORMANCE  ENERGETIQUE  ET  HYGIENE  DE  L’AIR     Atelier  2  :  Fabrica-on  et  pose  de  gaine  rectangulaire  avec  cadre  intégré      
  56. 56. MERCI  POUR  VOTRE  ATTENTION   P

×