Rezé mensuel décembre14

598 vues

Publié le

Rezé mensuel décembre 2014

Publié dans : Voyages
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
598
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
54
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Rezé mensuel décembre14

  1. 1. A c t u a l i t é m a i r i e p 8 Des logements pour les jeunes Finances : la vigilance du maire décembre 2014 n°97 D o s s i e r p 12 Le parc Océane s’étoffe Tr e n t e m o u l t p 15 Portraits d’enfants sahraouis
  2. 2. Économie : la conquête du sud Rezé Mensuel N°97 décembre 2014 3 Gérard Allard, Maire de Rezé En 2007, les premiers engins de chantier s’activaient pour tracer le canevas du parc Océane, situé en bordure du périphérique. Huit ans plus tard, près de 1 800 personnes y travaillent. 138 sociétés y sont implantées dont les deux dernières en date, Peugeot et Mercedes. Le pôle auto affiche désormais complet. Le pôle moto poursuit son développement. L’investissement des entreprises dans cette zone confirme le bien-fondé de notre volonté de constituer au sud de Nantes un pôle attractif, qui soit le pendant de l’offre au nord de l’agglo. En 2018, un nouveau chapitre du développement de cette zone va s’ouvrir avec l’arrivée du Marché d’intérêt national, le 2e Rungis de France : 120 entreprises et plus de 1 000 salariés s’y installeront. Il sera le coeur d’un grand pôle agroalimentaire constitué d’entreprises d’activités complémentaires au Min. Un site majeur pour la région. C’est un vrai levier pour l’emploi. D’ici 15 ans, près de 1 000 emplois pourraient être créés. Un projet porteur d’avenir pour le Sud-Loire qui ne cesse de se développer avec le futur Technocampus Océan* (17 000 m², 350 chercheurs) en construction à Bouguenais, la nouvelle plateforme de l’Institut de recherche technologique (IRT) Jules-Verne, située à proximité du premier Technocampus EMC2 (matériaux composites). Notre territoire anticipe cette attractivité croissante. L’accessibilité de cette zone d’activités (aménagement de la porte sud de Rezé prévue en 2017) et les solutions d’hébergement des étudiants stagiaires et jeunes travailleurs figurent parmi les nombreux aménagements et évolutions de Rezé. *plus d’infos sur www.technocampusemc2.fr faits du mois 5 Repas des seniors 5 Le débat Loire 7 Le Rezéen aime le vélo 6 Téléthon 7 Ateliers à la Maison du DD actualité mairie 8 Finances : la vigilance du maire dossiers 10 Loger les jeunes étudiants ou travailleurs 12 Le parc Océane s’étoffe actualités quartiers 14 La Balinière enchantée 14 Le SEL de Sèvre 15 Portraits d’enfants sahraouis 16 L’art des samouraïs en famille 16 Il invente la serviette « tout-en-un » 17 Ciné-goûters pendant les vacances magazine 18 Sortir pratique 22 Vélo : appel à projets ! N°97 Rezé Mensuel, le magazine municipal Édition : Ville de Rezé (service communication 02 40 84 42 59) Directeur de la publication : Gérard Allard Directeur de la communication : Jacques Lamy Rédactrice en chef : Catherine Le Brigand Rédaction : Catherine Le Brigand, Stéphanie Le Goff avec Caroline Bonnin, Alexandra Fresse-Eliazord, Thierry Goussin, Pascale Wester. Photos : Thierry Mezerette et Ludovic Failler. Mise en page : Impression : Goubault (La Chapelle-sur-Erdre) Régie publicitaire : Gecop (02 40 71 06 06) Tirage : 21 000 exemplaires Contact : Rezé Mensuel, Hôtel de ville – BP 159 44403 Rezé Cedex. Standard mairie : 02 40 84 43 00. Imprimé sur papier issu de forêts durablement gérées www.reze.fr 10 2 Rezé Mensuel N°97 décembre 2014 12 15 5 5 6 7
  3. 3. Rezé Mensuel N°97 décembre 2014 5 à v o u s l a p a r o l e La Loire vous inspire ? Nantes Métropole a lancé son grand débat « Nantes, la Loire et nous » ouvert à tous les citoyens (voir Rezé Mensuel octobre 2014). Au coeur de ce débat : la place du fleuve et ses usages dans la cité, et dans l’avenir. Pour s’informer sur le débat et connaître les modalités de participation, cliquez sur www.nanteslaloireetnous.fr ou participez à la réunion publique d’information mardi 2 décembre, 20h30, mairie de Rezé. Rens. 02 40 84 42 75. q u e s t i o n à u n e é l u e Christine Coutant, adjointe en charge des personnes âgées et de la santé Les festivités dans les quartiers Pour remplir la hotte du Père Noël, deux rendez-vous à noter. Une expo-vente d’artisanat et de plaisirs gourmands proposée par Amnesty International samedi 6 décembre (14h-19h) et dimanche 7 décembre (10h-19h), à l’hôtel de ville. Également un marché des créateurs organisé par le Cépal-centre : samedi 13 et dimanche 14 décembre, de 10h à 18h, salle des Roquios. Dans le quartier Ragon, une nouvelle édition de Ragon’Neige s’annonce du 12 au dimanche 14 décembre. Au menu : des spectacles pour les enfants, une randonnée, une soirée sénégalaise de solidarité, une soirée jeux familiale et un apéro-marché. Voir page 19. Dans les quartiers Rezé-­Hôtel de ville et Trentemoult, trois défilés aux lampions se préparent pour vendredi 19 décembre, 18h30. Voir page 19. Ragon’Neige du 12 au 14 décembre. “ Pourquoi la Ville organise-t-elle le repas des seniors ? Cet événement est très attendu des aussi les résidents des maisons seniors. Il s’agit de créer un moment de retraite. Pour tous, c’est le moment de rencontre pour les personnes festif pour clore l’année et annoncer de plus de 67 ans, autour d’un repas la nouvelle. de qualité, émaillé de chansons et Le maître mot des deux repas, qui de danses. Il y a bien sûr les habitués ont lieu les premier et deuxième qui se retrouvent à cette occasion mercredis du mois de décembre, est la pour partager un bon moment entre convivialité. Environ 1 400 personnes amis. Quant aux nouveaux Rezéens, vont se réunir à cette occasion à c’est l’occasion de faire connaissance la Trocardière ; le 3 décembre, les avec leurs voisins de table et de tisser habitants des quartiers du nord de de nouveaux liens. Bien sûr, nous invi-tons Rezé et le 10 décembre ceux ” du sud. f ê t e s Défilé aux lampions à Trentemoult et à Rezé-Hôtel de ville le 19 décembre.
  4. 4. s o l i d a r i t é Téléthon : la recherche avance à Nantes « Chaque début décembre, on tremble car si le Téléthon marche un peu moins bien, nous risquons de devoir arrêter des projets de recherche », explique Caroline Le Guiner, chercheuse au laboratoire de thérapie génique de Nantes (unité de recherche de l’université de Nantes et de l’Inserm), financé de 50% à 60% par l’argent du Téléthon. Repérer le gène défectueux et agir sur les cellules concernées, cela prend du temps… mais ça marche : les premiers essais cliniques sur l’homme menés par le laboratoire nantais pour une maladie de l’oeil viennent de valider l’efficacité d’un certain type de vecteurs viraux. « On utilise comme vecteur, c’est-à-dire comme cheval de Troie, un virus dont on a gardé juste la coquille pour y mettre le gène-médicament. » Fin 2015, les premiers essais cliniques pour le traitement par vecteurs viraux de la myopathie de Duchenne devraient commencer. Téléthon : 5 et 6 décembre 2014, dons sur www.afm-telethon.fr. Comme tous les ans, l’ASBR Plongée organisera des baptêmes de plongée à la piscine Victor-Jara samedi 6 décembre de 14h à 18h. aménagement Qu’est-ce qu’un Plum ? L’acronyme Plum signifie « Plan local d’urbanisme métropolitain ». C’est ce document qui remplacera le Plan local d’urbanisme (Plu). C’est un cran supplémentaire dans la conso-lidation du projet métropolitain. Il s’agit de concilier le développement urbain de la métropole avec l’accueil de nouveaux habitants, la création d’emplois, la cohésion sociale, les défis environnementaux… La population augmente. Selon l’Insee, « en 2030, l’aire urbaine de Nantes pourrait compter environ 150 000 habitants supplémentaires notamment grâce à sa fécondité ». Pour 90% de cette croissance démographique, ce sont en effet les enfants et petits-enfants des métro-politains qui souhaitent s’installer ici. Comment vivrons-nous dans ce ter-ritoire 2030 ? Quelles réponses en termes de développement urbain, d’habitat, de déplacements ? On sait que le Plum, projet d’ur-banisme et d’aménagement du territoire, fixera les grandes orien-tations qui dessineront la ville, la métropole pour les 15 prochaines années. Il dressera aussi le cadre réglementaire pour les permis de construire (quels terrains sont constructibles et sous quelles condi-tions ?) Il touche à la vie quotidienne des habitants. Le Plum sera applicable en 2018. Auparavant, il y aura plusieurs phases : concertation publique, élaboration d’un projet d’aménage-ment et de développement durable (PADD), enquête publique, validation par les élus, entrée en vigueur du Plum. • La Ville de Rezé lance à partir de mars des ateliers citoyens (compre-nant trois séances de travail, entre mars et juin) pour réfléchir aux orientations du projet. Inscriptions avant le 31 décembre sur www.reze.fr ou au service démocratie locale 02 40 84 42 75. • Chaque habitant peut d’ores et déjà prendre connaissance du dossier et laisser ses sugges-tions dans le registre, qui sont à l’accueil de l’urbanisme en mairie. Rens. 02 40 84 42 68. s a n t é Journée de lutte contre le sida C’est un ruban rouge que l’on accroche sur ses vêtements pour afficher sa solidarité vis-à-vis des victimes du virus du sida. Quelques jours avant la Journée de lutte contre le sida (1er décembre), la Ville de Rezé l’accroche à son journal. Pour dire sa solidarité avec les femmes et les hommes qui sont atteints par cette maladie. Pour sensibiliser chacun à se protéger et à se faire dépister. Pour rappeler aussi qu’il existe un centre de dépistage anonyme et gratuit à Nantes (bâtiment Le Tourville, 5 rue du Professeur- Yves-Boquien, tél. 02 40 08 31 19) et des associations qui mènent des actions d’information et de prévention. Parmi elles, l’association Aides située 20 rue Baron à Nantes (tél. 02 40 47 99 56). maison du DD La Maison du développement durable propose des ateliers accessibles aux malentendants. Des ateliers DD en langue des signes Chaque trimestre, la Maison du déve-loppement durable (DD) propose des ateliers traduits en langue des signes. Soizick Lucas, maman d’Awenna et Kenaig, toutes les trois sourdes et muettes, confie : « Je souhaitais sensibiliser mes enfants au respect de l’environnement. J’ai été séduite par les ateliers de la Maison du développe-ment durable où l’on apprend à fabriquer plutôt qu’acheter. Là, nous allons apprendre à fabriquer de petits jouets avec des matériaux naturels ramas-sés dans la nature. Nous venons de Bouguenais et nous sommes des fidèles : nous avons participé à six ateliers en un an. Les ateliers de ce type, accessibles aux sourds et, qui plus est, à des tarifs abordables, sont rares dans le secteur. Sans la présence d’un traduc-teur en langue des signes, nous ne pour-rions pas les suivre ; nous passerions à côté de trop d’informations. » Prochains ateliers accessibles aux malentendants (sur inscription) : fabrication d’hôtels à insectes (6 décembre, 16h-18h) ; Récup’art déco de Noël (10 décembre, 15h- 17h). Tarifs : 2 €, 1 € (- 12 ans). Rens. 02 40 13 44 10 et maisonduDD@mairie-reze.fr. é l e c t i o n s 2 0 1 5 Inscrivez-vous sur les listes Vous êtes nouveau Rezéen ou avez récemment changé de quartier ? N’oubliez pas de vous inscrire sur les listes électorales de Rezé avant le 31 décembre 2014. Passée cette date, vous ne pourrez pas choisir vos conseillers départementaux (scrutin en mars 2015), ni participer aux élections régionales (décembre 2015). Simple et rapide, l’inscription ou le changement d’adresse s’effectue à la mairie. Pour gagner du temps, vous pouvez vous inscrire via internet grâce aux e-démarches sur www.reze.fr l e c h i f f r e 10% Le Rezéen aime le vélo. Il pédale plus que la moyenne. Explications. Dans tous ses modes de déplacement (à pied, à vélo, en voiture, à deux-roues motorisé), il réserverait 10% au vélo. La réactualisation de l’enquête Insee en cours devrait confirmer ces chiffres début 2015. Le plan de déplacements urbains tablait sur 12% pour 2030. La réalité irait donc plus vite que les prévisions. Les Rezéens sont de bons élèves puisque, à l’intérieur du périphérique nantais, le chiffre n’atteint que 5,5%. La proximité avec Nantes est sans aucun doute un bon argument pour les habitants. Le vélo a fait ses preuves : c’est un véritable pied de nez aux embouteillages. Et quand le soleil brille, les métropolitains prennent bien les rayons ! À titre d’exemple, plus de 6 000 cyclistes par jour ont emprunté le pont de Pirmil aux plus beaux jours du mois de septembre alors que l’on en comptait moins de 2 000 par jour en 2012 ou 2013 sur la même période. Le phénomène s’amplifie : les 20 bornes de comptage du centre de l’agglomération témoignent depuis 2012 d’une augmentation du vélo de 30% par an. Ces chiffres sont corroborés par les comptages effectués par l’association Place au vélo. 6 Rezé Mensuel N°97 décembre 2014 Rezé Mensuel N°97 décembre 2014 7
  5. 5. Finances : la vigilance du maire 8 Rezé Mensuel N°97 décembre 2014 Quel est le contexte dans lequel va s’ouvrir le débat d’orientation budgétaire ? Aujourd’hui, nous faisons face à des recettes en diminution : moins 1,4 million de la part de l’État. Vous imaginez l’impact que cela représente sur un budget annuel global de fonctionnement de 45 millions d’euros. Nous avons l’obligation d’être encore plus économes de l’argent public tout en ne perdant pas de vue le maintien de services adaptés. Notamment à destination des familles modestes, des personnes âgées et des jeunes. Regardons aussi le côté positif : la Ville est dotée d’un bon niveau d’équipements. La nouvelle équipe municipale en place a fait campagne sur un projet de sobriété. Nous allons donc revoir la feuille de route des investissements. L’auditorium et le Ciap pèsent lourd dans les projets d’investissement ? Oui, c’est vrai. Mais ils sont assumés par la nouvelle équipe municipale. Ils présentent un intérêt indéniable. L’auditorium sera le socle du développement du pôle musical d’ensemble réunissant les structures de création, de formation et de diffusion essentiellement tournées vers la musique et la voix. Quant au Centre d’interprétation et d’animation du patrimoine, c’est un équipement de grande envergure. Il est implanté sur un site archéologique exceptionnel en France, en Europe même. Compte tenu de son attractivité touristique et patrimoniale escomptée, la métropole nantaise devrait s’impliquer dans sa gestion. La Ville va-t-elle geler ou abandonner des projets ? Cela sera mis en débat lors du conseil. Une chose est sûre, les conditions d’accueil dans les écoles doivent être améliorées : celle de La Houssais, le restaurant scolaire de Salengro. Est-ce que le gymnase de Trentemoult se fera ? Je ne sais pas. Que faire du château de la Classerie ? L’idée serait l’utiliser, en priorité pour les associations du quartier et un service ouvert à la population. Vous avez annoncé la création d’un service jeunesse. Est-ce toujours d’actualité ? Tout à fait. Une ville de 40 000 habitants doit avoir un service jeunesse. Il est primordial d’accompagner les jeunes dans leur vie quotidienne, en dehors du temps scolaire. D’un côté, l’État demande aux collectivités un effort colossal : une économie de 11 milliards sur trois ans. De l’autre, les habitants attendent plus de services. L’équation n’est pas simple. Le maire et l’ensemble des élus en discuteront au débat d’orientation budgétaire (DOB) du conseil de décembre. En amont de cette discussion, le maire dresse le contexte. Est-il prévu de vendre des biens ? Nous étudions toutes les hypothèses. J’ai demandé qu’un inventaire du patrimoine de la Ville soit établi. C’est un outil de gestion de nos bâtiments. À partir de ce recensement, la municipalité aura à se prononcer sur ce qui est à conserver, à réhabiliter, à vendre éventuellement. Comment continuer à répondre aux demandes sans grever le budget ? Il faut innover, chercher des solutions peu coûteuses. Tout le monde sait que l’argent public ne peut pas tout financer. On ne peut pas tout attendre de l’État, des collectivités. Alors, imaginons de nouvelles formules sur certaines opérations. Pour exemple, le club de rugby a trouvé un mécène pour construire une structure en bois qui abriterait un club-house, le projet est à l’étude. Un autre club réfléchit à une solution similaire. Tout le monde a en tête d’être au plus près des réalités et le moins dispendieux. Autre exemple : la municipalité a annoncé qu’elle ne pourrait pas financer un multi-accueil (25 places). L’alternative serait de réserver des places dans des crèches privées. Ainsi, au lieu de créer 25 places, on mettrait en oeuvre des partenariats pour augmenter la capacité d’accueil à 30 places pour les familles en difficulté qui ont des horaires de travail atypiques. Pour les familles, le coût serait inchangé. Et cela éviterait à la Ville de construire un nouvel équipement. Mais peut-on faire mieux avec moins ? Avons-nous le choix de faire différemment ? Le personnel municipal est conscient des contraintes budgétaires. Il est soucieux de la bonne gestion de l’argent public pour faire fonctionner les services aux habitants. J’ai parlé à l’instant de partenariats, d’inventivité. Je proposerai aux élus du conseil de rationaliser et de mutualiser si nécessaire. On posera la question du « qui fait quoi » qui permettra d’éviter les doublons : si tel projet reçoit déjà une aide de la Région, il n’est pas nécessaire que la Ville en verse une. Cela semble évident. Dans les faits, ce n’est pas toujours le cas. Il y a des axes de progrès. La municipalité maintiendra-t-elle en 2015 son niveau de subventions aux associations ? Là encore, on en discutera lors du DOB. Mais je suis prudent sur ce sujet. Plus que jamais les associations qui oeuvrent dans le domaine social, de l’insertion, ont besoin de notre soutien pour répondre à la souffrance sociale, à la précarité. Nous devons travailler étroitement avec elles pour protéger les plus faibles, les jeunes en particulier. De même, notre tissu local a besoin des associations sportives, culturelles, de solidarité. Il ne faut pas les fragiliser. Ce que les élus peuvent interroger, ce sont les critères d’attribution des subventions. Quelles priorités donnent-ils ? Cette discussion se fera dans la transparence et le dialogue. Il n’y a pas de sujet tabou. Le débat d’orientation budgétaire aura lieu lors du conseil municipal du 19 décembre. Il est possible d’y assister. Hôtel de ville (salle Moyano-Delgado), 18h. Entrée par les jardins. Rezé Mensuel N°97 décembre 2014 9 d é b a t d ’ o r i e n t a t i o n b u d g é t a i r e « Les recettes de la Ville diminuent. La Ville a l’obligation d’être encore plus économe tout en assurant le maintien de services adaptés aux besoins de la population. Pour résoudre cette équation, toutes les hypothèses sont étudiées. » Elles seront présentées et discutées par les élus du conseil municipal lors du débat d’orientation budgétaire qui se déroulera le 19 décembre. « L’argent public ne peut pas tout financer. Les élus, les fonctionnaires, la société civile... nous devons tous chercher des solutions peu coûteuses, innovantes. »
  6. 6. logement Loger les jeunes étudiants ou travailleurs eaucoup de jeunes viennent travailler ou faire des stages chez Airbus, dans les zones commerciales Atout-Sud et Océane… », explique Françoise « B Lemercier, directrice du foyer de jeunes travailleurs Grand-Voile. À ceux-là s’ajoutent les 180 étudiants du lycée Perrin-Goussier* et plus de 600 du centre de formation santé-social Marion-Cahour**. Leurs principales solutions d’hébergement : habiter chez leurs parents ou alors trouver un logement à proximité de leur lieu d’études ou de travail. Pas trop cher si possible, avec le minimum de confort. Location dans le privé, résidence étudiante, colocation, foyer de jeunes travailleurs… Le FJT ne désemplit pas Pour répondre à cette demande, un premier foyer de jeunes travailleurs (FJT) de 93 logements a ouvert dans le quartier Rezé-Hôtel de ville en 2009. En à peine deux mois, le FJT Grand-Voile était occupé à 100 %. Depuis, il ne désemplit pas. « La preuve que le besoin en logements pour les jeunes dans le secteur Sud-Loire était réel », analyse Jean-Pierre Faure, directeur de l’Édit de Nantes, l’association qui gère ce FJT et deux autres (à Nantes et Saint-Herblain), ainsi qu’un service logements. D’autres logements sortent de terre ou sont programmés. 240 logements en projet Début 2015, une résidence sociale pour étudiants et jeunes actifs (ne disposant pas de l’agrément FJT) va ouvrir à l’angle des rues Jean-Jaurès et Louise-Michel, dans le quartier Pont-Rousseau, sous l’impulsion du groupe immobilier Espacil. Elle se composera de 131 logements destinés aux 18-30 ans étudiants boursiers et jeunes actifs (sous conditions de ressources). À quelques encablures de là, au 37 rue Alsace-Lorraine, une antenne du FJT Grand-Voile de 11 logements est en Les entreprises attirent les jeunes pour des stages et des premiers emplois. Les formations post-bac se développent sur la ville. La demande de logements pour les jeunes augmente. Une résidence pour l’IRT Jules-Verne L’Institut de recherche technologique (IRT) Jules-Verne, implanté à Bouguenais, développe un campus. Pour accueillir les 1 000 étudiants attendus, la question du logement se pose déjà. Les associations Édit de Nantes et Adelis, à la tête de plusieurs FJT dans l’agglomération, ont décidé d’unir leurs forces. Elles ont constitué un groupement d’intérêt économique pour gérer leur futur équipement commun. La résidence Jules- Verne sera construite sur l’îlot Confluent et se composera d’une centaine de logements. 80 % d’entre eux seront réservés aux étudiants de l’IRT. L’ouverture est envisagée pour 2017. construction. Elle entrera en service en 2016. Toujours dans le même secteur, sur l’îlot Confluent en cours d’aménagement face aux Nouvelles Cliniques nantaises, un autre FJT d’une centaine de logements est prévu pour 2017 (voir ci-contre). Loyers attractifs Les foyers de jeunes travailleurs sont destinés aux 16-30 ans. Ils proposent des logements adaptés à leurs besoins : meublés, bien situés, desservis par les transports en commun. Ils affichent des tarifs attractifs qui incluent toutes les charges et donnent droit à l’Aide personnalisée au logement. À titre indicatif, au FJT Grand-Voile, un jeune aux revenus très faibles paye 30 euros par mois pour un T1. En outre, les FJT privilégient l’accueil des jeunes sur de courtes périodes de façon à privilégier ceux qui sont en CDD, intérim, contrat d’apprentissage…, et les étudiants stagiaires. Sur place, animateurs et travailleurs sociaux accompagnent les jeunes, notamment dans leur recherche d’une autre solution logement durable à l’issue du FJT. * BTS technico-commercial / domotique / analyse en biologie médi-cale / esthétique. ** Éducateurs / assistants sociaux / aides-soignants… FJT Grand-Voile : 2 rue Marion-Cahour, Rezé. Tél. 02 51 86 09 00. www.edit-nantes.fr Résidence sociale Espacil, rue Jean-Jaurès. Rens. 07 88 24 27 90 Qui sont les résidents du Grand-Voile ? • 83% de 18-25 ans. • 5% de Rezéens, 22 % de l’agglomération nantaise, 11% de Loire-Atlantique, 24% des Pays de la Loire… • 77% arrivent au FJT pour se rapprocher de leur lieu de travail ou de formation. • 26% travaillent à temps partiel, 18% sont apprentis ou en contrat de qualification, 17% stagiaires… • 48% séjournent au FJT de 6 à 12 mois ; 42% moins de 6 mois ; 10% plus d’un an. • 65% vivent sous le seuil de pauvreté (moins de 1 000e par mois). • 44% trouvent un logement autonome à la sortie. • 35% s’installent dans l’agglomération nantaise et 13% à Rezé. Émilie Picaut, 26 ans, originaire de Pontivy, au FJT Grand-Voile depuis 8 mois : « J’enchaîne CDD sur CDD depuis 6 ans, en France et à l’étranger. Quand on m’a proposé un contrat à l’aéroport de Nantes, il m’a fallu trouver un logement en moins de quinze jours. Mon beau-frère m’avait parlé des FJT. Sur le Net, j’ai découvert qu’il y en avait justement un à 6 km de mon futur lieu de travail. J’ai appelé, une place m’attendait. Jamais je n’aurais trouvé en si peu de temps. » Charline Bourse, 17 ans, originaire de Pornichet, au FJT Grand-Voile depuis 3 mois : « Je suis étudiante en première année d’assistante sociale à la cité de la formation santé-social Marion- Cahour qui se trouve juste à côté du FJT. C’est cette proximité qui m’a plu. J’ai obtenu une place parce que je suis mineure. Ça rassure ma mère de me savoir là. En cas de déprime, il y a du monde, des activités… Ici, j’évolue dans un cadre sympa et très calme. » 10 Rezé Mensuel N°97 décembre 2014 Rezé Mensuel N°97 décembre 2014 11
  7. 7. économie Le parc Océane s’étoffe Au parc Océane, le pôle auto affiche complet, le pôle motos et activités diverses continue à se développer. En 2018, cette zone d’activités prendra une nouvelle dimension avec l’arrivée du Min et d’un pôle agroalimentaire. À la clé : des emplois. La Porte de Rezé va être réaménagée L’arrivée du Min dans la zone Océane voies de circulation seront aménagées à l’horizon 2018 va générer un flux de dans chaque sens (sauf au niveau du circulation supplémentaire. Notamment franchissement du périphérique). Pour les à la Porte de Rezé où passent déjà piétons et cyclistes, une nouvelle passerelle 20 000 véhicules chaque jour. Pour faire de franchissement du périphérique sera face à cette augmentation du trafic, un construite ainsi qu’un itinéraire nord-sud. réaménagement de la zone a été décidé En prémices de ces aménagements, par Nantes Métropole. Objectifs : gagner un couloir de bus central a été créé en en accessibilité, en fluidité et en sécurité. septembre 2014 pour la ligne chronobus Deux ronds-points intermédiaires (avec C4. Les travaux seront réalisés en 2017. trois bretelles d’évitement) compléteront Coût de l’opération : 6 500 000 € TTC, les deux giratoires existants. Entre les sur la base d’un partenariat entre l’État, le différents giratoires et l’échangeur, deux Conseil général et Nantes Métropole. ujourd’hui, le parc Océane se situe à cheval sur deux communes soit A 92 sociétés et 1 500 emplois à Rezé et 46 sociétés et 290 emplois aux Sorinières. Dans les quinze ans à venir, le parc Océane devrait doubler en termes de sociétés et d’emplois avec l’arrivée du Min et la construc-tion d’un pôle agro-alimentaire (voir ci-dessous). Un moyen de rééquilibrer l’activité économique entre le nord et le sud de la Loire ; de proposer aux habitants une offre commerciale mais aussi des emplois à proximité de chez eux ; et donc réduire les fran-chissements de la Loire. Nantes Métropole a confié l’aménage-ment de cette zone d’activités économiques à la société Loire Océan développement. Le pôle auto affiche complet En six ans, sept concession-naires ont rejoint le pôle auto. Aux côtés de Renault présent depuis 1970, sont arrivés Opel-Ford en 2009, Audi-Volkswagen en 2010, Citroën en 2012, Nissan et BMW-Mini en 2013. Aujourd’hui, Mercedes Smart et Peugeot s’apprêtent à ouvrir. Pionnier sur le secteur, Renault envisage d’y construire une nouvelle conces-sion pour remplacer l’actuelle plus adaptée. Le pôle motos et autres activités se développe Le concessionnaire deux-roues Piaggio a ouvert en 2011, rejoint par Ducati en 2012. Autour d’eux gravite le vendeur d’équipement THC Moto Expert qui envisage d’ouvrir un magasin un peu plus grand à proximité de son emplacement actuel fin 2015. Également, d’autres activités comme la Copa, spécialiste de pièces auto d’occasion, et Atlantic Batteries qui fait du com-merce automobile, tous deux arrivés fin 2012. On note aussi la présence d’activités diverses comme Franck Biron, responsable de la concession Peugeot Nantes-Sud : « Nous allons nous installer ici début 2015 après avoir passé 20 ans dans la zone Atout-Sud. Simplement parce que la zone Océane attire aujourd’hui plus de monde. Nous disposerons d’un terrain deux fois plus grand, ce qui nous permettra de doubler notre surface d’exposition de voitures d’occasion. » de gros d’équipement Éric Benoît, responsable Mercedes & Smart : « Dans les semaines à venir, nous transférerons notre concession installée route de Clisson (Vertou). Nous souhaitions rejoindre le pôle auto pour être là où ça se passe ! Nous avons été séduits par l’emplacement qui offre une belle visibilité. Nous réhabilitons un bâtiment existant. Nous avions besoin d’espace pour nous développer : nous allons ainsi pouvoir recruter deux personnes pour renforcer le service après-vente, et dans les six mois deux nouveaux mécaniciens. » Informations sur www.reze.fr, rubrique « Projets urbains ». Cédric Cornec, responsable commercial Ducati-Nantes : « Auparavant, Ducati était installé avec Triumph dans le village motos d’Orvault. Ici, la concession est exclusivement dédiée à Ducati, ce qui donne de la cohérence au pôle deux-roues qui se constitue ici 100 % italien (Piaggio, Aprilia, Moto Guzzi…). Nous sommes passés de deux à trois salariés et nous espérons bientôt transformer un CDD en quatrième CDI. » Dominique Imbert, directeur de la Copa, spécialiste de la pièce auto d’occasion : « Nous avons transféré notre site de Nantes-centre ici, séduits par la situation géographique et la présence du pôle auto. Bénéficiant de plus d’espace, nous avons pu développer l’activité pose de pièces. Un vrai plus pour dynamiser notre entreprise. Ce qui nous a permis de créer trois emplois. » Le Min au coeur d’un pôle agroalimentaire Le Marché d’intérêt national (Min) va quitter le centre-ville de Nantes pour s’installer à l’ouest du pôle auto en 2018. Cela signifie le transfert d’une centaine d’entreprises et de plus d’un millier d’emplois. Autour du nouveau Min, c’est tout un pôle agroalimentaire qui va se construire. « C’est une réelle opportunité pour développer une filière très dynamique et créatrice d’emplois », souligne Éric Buquen, conseiller­communautaire en charge de l’aménagement et de l’urbanisme. On estime que 800 à 1 200 emplois pourraient être créés en 15 ans. Un concours d’architecte a été lancé en juillet dernier. Une présélection a été faite. On devrait connaître le lauréat au printemps. Au premier plan de la photo, une vingtaine d’hectares dispo-nibles pour le Min et le pôle agroalimentaire. A gauche, Leclerc Océane. En haut de la photo, les pôles auto-moto. Atout Pro et Silium, spécia-lisés dans les vêtements professionnels depuis 2011, Casal Sport, destiné aux professionnels, installé en 2012, et même un res-taurant asiatique,Villa d’or, ouvert cet été. Sur ce pôle, cinq locaux neufs de 450 m² à 900 m² sont encore dis-ponibles à l’achat ou à la location (derrière le Café Bourgeois). Commercialisés par le promoteur immobilier d’entreprise Galéo, ils sont prioritairement destinés aux activités liées à la moto, au cycle et aux services liés à l’automobile. Le Min occupera 20 hectares. 12 Rezé Mensuel N°97 décembre 2014 Rezé Mensuel N°97 décembre 2014 13
  8. 8. Tr e n t e m o u l t - l e s I s l e s Portraits d’enfants sahraouis Le photographe, Maurice Cuquel. © Maurice Cuquell Un long bâtiment surgit dans la platitude du désert. C’est l’Internat du 12-Octobre, lieu improbable à 40 kilomètres du camp le plus proche. Immense bâtiment spartiate, usé par le sable, le temps et les éléments. Les collégiens participent à la vie matérielle de l’établissement et au lever du drapeau sahraoui. © Maurice Cuquell 39 ans d’exil Le peuple sahraoui connaît l’exil depuis presque quarante ans. Oubliés, 150 000 réfugiés vivent dans cinq campements au coeur du désert algérien. Aujourd’hui, des jeunes retournent au Sahara occidental pour réclamer un référendum d’autodétermination, malgré la répression marocaine. Comme chaque année, Enfants réfugiés du monde (ERM) et la Ville de Rezé ont accueilli l’été dernier des enfants sahraouis, logés en famille. ERM recherche pour 2015 de nouveaux accueillants afin d’offrir à ces jeunes une parenthèse durant la saison chaude en Algérie. L’association Enfants réfugiés du monde et le centre socioculturel Loire-et-Seil se mobilisent pour sortir de l’oubli la cause sahraouie. Du 5 au 19 décembre, une exposition de photos d’enfants réfugiés réalisées par Maurice Cuquel permettra de multiplier les échanges sur la situation dans les campements du sud de l’Algérie : « Sahraouis : du sable, du savoir et l’espoir… ». Des enfants des écoles rezéennes viendront voir l’exposition à la Maison des Isles et rencontreront des représentants d’Enfants réfugiés du monde ou le photoreporter Maurice Cuquel. Celui-ci s’est rendu à trois reprises dans les camps de réfugiés sahraouis. En 2009, il a passé une semaine en immersion au sein de l’Internat du 12-Octobre (journée de l’unité nationale pour les Sahraouis). Là, à 40 kilomètres du plus proche campement, 650 collégiens de 11 à 16 ans étudient dans des conditions difficiles. Et ne retrouvent leurs familles que tous les trois mois. « On ressent l’isolement tout de suite. J’ai été frappé par l’envie d’apprendre des enfants. Je suis admiratif devant ces jeunes et ces adultes qui continuent le combat », témoigne Maurice Cuquel, qui retournera dans les camps en 2015. Du 5 au 19 décembre à la Maison des Isles. Tél. 02 40 84 45 50. Vernissage de l’exposition le vendredi 5 décembre à 19h. www.reze.fr L a B l o r d i è r e Le SEL de Sèvre crée du lien En septembre 2013, le CSC Jaunais- Blordière lançait un système d’échange local (SEL) basé sur l’entraide et la solidarité. Un an plus tard, avec une cinquantaine d’inscrits, le bilan est positif. SEL, quèsaco ? Il s’agit d’un système basé sur l’échange de services, de savoirs et de biens entre membres d’un groupe. Pour en assurer l’équité, il a sa propre monnaie : une minute = un grain de sel. Ainsi, en échange des séances de yoga du rire proposées aux SEListes, Estelle, 33 ans, s’est servie de ses grains de sel pour demander de l’aide à Laurence afin d’actualiser son CV. « Même si l’on sait qu’un SEL ne commence à fonctionner vraiment qu’au bout de deux ans, le bilan est déjà plutôt positif, relève Jean-Marie Fardel, animateur au CSC Jaunais-Blordière. Le SEL de Sèvre réunit aujourd’hui une cinquantaine de participants, surtout des quartiers Blordière et Pont-Rousseau, et répertorie 150 offres de services et 80 demandes. » Ce qui marche le mieux ? Le bricolage, le jardinage, le dépannage informatique et le soutien à la recherche d’emploi. Et pour dynamiser la vie du SEL et créer du lien entre les SEListes, des repas conviviaux sont organisés tous les mois. Prochaine rencontre : samedi 6 décembre, 11h30 au CSC Jaunais-Blordière. www.seldesevre.org. Tél. 02 28 44 40 00 Le principe du SEL : échanger des services, des savoirs ou des biens. L a H o u s s a i s La Balinière enchantée En octobre, un vent musical et chorégraphique a soufflé sur la Balinière et ses jardins. Des dizaines d’enfants et leurs familles ont déambulé et joué des percussions, tapé sur des cloches suspendues, dansé au rythme de mystérieuses pierres sonnantes sur les pelouses ensoleillées. Ces instants d’écoute et de création partagés ont été orchestrés par quatre artistes de la compagnie nazairienne le théâtre Athénor et par deux percussionnistes de l’école municipale de musique et de danse. L’Arc leur avait confié la mission d’imaginer ensemble une balade musicale et chorégraphique à l’occasion du premier rendez-vous de sa saison jeune public. Avec très peu de mots, les artistes ont emmené les enfants dans leur univers musical et gestuel, suscitant leur désir de créer à leur tour, à partir des instruments les plus simples et de leurs mouvements. Comme par ravissement, la magie a opéré : la Balinière est devenue l’espace d’un après-midi une bulle de liberté gestuelle et musicale. Une balade musicale et chorégraphique orchestrée par les artistes du théâtre Athénor. 14 Rezé Mensuel N°97 décembre 2014 Rezé Mensuel N°97 décembre 2014 15
  9. 9. Agenda Ragon Il invente la serviette « tout-en-un » En vendant un objet qu’il a lui-même inventé, Dominique Morineau vit une aventure incroyable. Ce Rezéen « de toujours » a dans les années 1990 imaginé de coudre des poches sur sa serviette de plage pour y mettre clés, portable et portefeuille. Une couturière nantaise a concrétisé son idée. Treize ans plus tard, Dominique Morineau a songé à intégrer un oreiller dans une des poches de sa serviette transformée en sac. Devant le succès d’estime de son invention, conçue pour son usage personnel, il s’est décidé à la commercialiser. Il l’a d’abord brevetée, s’assurant que l’objet n’existait pas sous cette forme. Puis, il est parti avec son sac serviette oreiller sous le bras à la recherche de clients. Presque une évidence pour celui qui est « dans la vente depuis 1986 ». En cours de constitution, la société Do’Morino s’apprête à distribuer ses premiers produits, auprès d’établissements de thalassothérapie. Château Dominique Morineau a breveté un sac qui est à la fois serviette et oreiller. L’art des samouraïs en famille Ils visitent l’exposition nantaise sur l’histoire du Japon avant de fabriquer des bannières inspirées de celles portées par les samouraïs. En octobre, un groupe d’enfants et d’adultes qui participent à l’atelier « Les arts en famille » du centre socioculturel du Château s’est rendu au château des Ducs de Bretagne découvrir l’exposition « Samouraï, 1 000 ans d’histoire du Japon ». Une semaine plus tard, ils fabriquaient des « sashimonos », ces bannières que portaient les soldats japonais pour être identifiés durant les batailles. Chacun a choisi un tissu de couleur, pris des pochoirs, de la peinture acrylique et s’est vite mis au travail. En s’inspirant de modèles affichés au mur, Louise, Selma, Jérémy, Karl et leurs parents ou grands-parents ont combiné les formes géométriques pour réaliser leur étendard, les uns aidant les autres, créant ensuite à plusieurs. « L’idée est de participer avec son enfant, de construire avec lui. Un goûter prolonge ce moment convivial », relate l’animateur Olivier Roy. À noter que l’atelier « Les arts en famille » adopte L’atelier « Les arts en famille » transporté à l’époque des samouraïs. En décembre, il se laissera gagner par la magie de Noël. À chaque mois sa thématique. un mode festif en décembre. Il propose sur ce mois deux séances de petit bricolage de Noël (mercredis 3 et 10 décembre, de 14h à 17h), la projection d’un film (mercredi 17 décembre) et un spectacle jeune public des Frères Léon (vendredi 19 décembre). CSC Château : 02 51 70 75 70 « Les arts en famille » est le nom d’un atelier qui donne rendez-vous le mercredi après-midi au CSC Château. Il combine visites d’expositions ou rencontres d’artistes et ateliers de pratique collective enfants et adultes. Pont-Rousseau Après la séance de cinéma, la petite collation fait des heureux au cinéma Saint-Paul. Des « ciné-goûters » pendant les vacances Depuis un an, pendant les vacances scolaires, le cinéma Saint-Paul propose des séances de « ciné-goûter ». Elles associent, comme leur nom l’indique, un film pour enfants et une collation. « C’est un beau succès, se réjouit Nicole, bénévole de la structure. Aux vacances de la Toussaint, pour À la poursuite du roi Plumes, nous avons eu 119 entrées dont 70 sont restées pour le goûter. » Lequel n’est donc pas obligatoire : on choisit à l’entrée de payer ou non un euro de plus pour en bénéficier. Pendant le film, les bénévoles du cinéma filent faire les courses : « Nous privilégions des produits locaux, comme le jus de pomme qui vient du pressoir de Bouguenais. » Après la séance, on passe au bar pour parler du film en dégustant sa brioche. Madeleine, jeune grand-mère, est venue avec un mini-« centre aéré » composé de cinq petits-enfants âgés de 5 à 12 ans : « C’est pratique, nous sommes venus à pied, c’est une bonne initiative, nous reviendrons ! » Les enfants sont ravis : « Les films, c’est mieux au cinéma ! » Cinéma Saint-Paul 38 rue Julien-Douillard. Tél. 02 40 75 41 91. Ateliers de la Maison du DD Fabrication d’hôtels à insectes, avec la Cicadelle, samedi 6 décembre, 16h-18h. Déco de Noël, avec Macapi, mercredi 10 décembre, 15h-17h. Tissage de pochettes de récup’, avec Miss Récup’, samedi 13 décembre, 15h-17h. Fabrication de jouets en bois, avec la Ressourcerie de l’île, mercredi 17 décembre, 15h-16h30. Maison du DD. Tarifs : 1 e (- 12 ans), 2 e. Réservations : 02 40 13 44 10. Thé dansant La section Retraités de l’association Tourisme et loisirs invite l’orchestre Le Delta. Jeudi 18 décembre de 14h15 à 18h15. Salle de l’AEPR, 19 rue Pierre- Brossolette. Tarif : 8 e, collation incluse. Rens. 02 40 75 91 17. Belote • Concours de la section Retraités de l’association Tourisme et loisirs. Vendredi 5 décembre à 14h. Salle de l’AEPR, 19 rue Pierre-Brossolette. Tarif : 7,50 e. Rens. 02 40 75 91 17. • Concours de la CGT Sud-Loire. Vendredi 12 décembre à 13h30. Salle de la Carterie, 38 rue Alexandre-Huchon. Tarif : 7,50 e. Rens. 02 40 84 34 89. • Concours du Cépal Rezé-Centre. Vendredi 19 décembre à 13h30. Salle des Roquios, 8 rue des Roquios. Tarif : 7,50 e. Yoga du rire Séances découvertes proposées par l’association Entretien corps et esprit. Les samedis matin, de 10h30 à 11h45. CSC du Château, 5 allée de Provence. Gratuit. Rens. 06 25 21 74 06. Ambassadeurs du tri Ils seront présents sur le marché de la place du Pays-de-Retz pour sensibiliser les habitants au tri. Mardi 9 décembre, de 8h30 à 12h30. Place du Pays-de-Retz. Multimédia Les Jeudis de l’ordi : des rendez-vous pour débutants. Au programme : la gestion des fichiers sur ordinateur. Jeudi 11 décembre, 10h. Médiathèque Diderot. Gratuit. Rens. 02 40 04 05 37. Le numérique à la carte : pour répondre à toutes vos questions « multimédia ». Samedi 20 décembre, 10h-12h30. Médiathèque Diderot. Gratuit. Rens. 02 40 04 05 37. 16 Rezé Mensuel N°97 décembre 2014 Rezé Mensuel N°97 décembre 2014 17
  10. 10. Défilés aux lampions le 19 décembre ❚ Ragon’Neige Du 12 au 14 décembre, le centre socioculturel (CSC) Ragon organise son temps fort de fin d’année. Vendredi 12 décembre. À 10h, spectacle pour les 0-3 ans « La Cabane éléfan », par la compagnie de l’Être ange. 17h-19h : goûter offert pour les 30 ans du P’tit Ragonais. À partir de 20h : soirée sénégalaise de solidarité proposée par les Amis de Diawar. Samedi 13 décembre. De 15h à 16h : conte d’origine russe, proposé dans les deux langues par l’association Russies étonNantes. À partir de 16h30 : après-midi jeux proposé par l’Arbre à lucioles. Dimanche 14 décembre. 9h : balade familiale dans le quartier, animée par Cric Manivelle et compagnie et la fanfare Des Lions pour des lions. Avec un vin chaud offert dans l’aire de jeux de la Pirotterie, par l’association des habitants de l’Aufrère. À partir de 11h : apéro-marché sur la place du marché de Ragon, avec la présence d’un manège écologique et musical. À 15h et à 17h : spectacle « La plus belle des poubelles » par la compagnie Al et les Astrolobi. Animations gratuites, certaines sur inscription, le nombre de places étant limité. CSC Ragon : 02 28 25 29 40 www.reze.fr rubrique « Agenda » Salut Brassens le 6 décembre Maintenant ou jamais du 1er au 19 décembre My Xmas Trax le 13 décembre Rencontres musicales les 5, 12 et 19 décembre ❚ Marchés • Une expo-vente d’artisanat et de plaisirs gourmands est proposée par Amnesty International. Une trentaine d’artisans seront présents ; ils reverseront 20 % de leurs recettes à l’association. Samedi 6 décembre (14h-19h) et dimanche 7 décembre (10h-19h), à l’hôtel de ville. • Un marché des créateurs est organisé par le Cépal-centre. Une vingtaine de créateurs y prendront part. Samedi 13 et dimanche 14 décembre, de 10h à 18h, salle des Roquios. sortir ❚ Défilés aux lampions Vendredi 19 décembre, à la nuit tombée (18h30), trois défilés aux lampions prendront le départ. Aux manettes, le centre socioculturel Loire-et-Seil. À Trentemoult, départ de la Maison des Isles, en partenariat avec le collectif Jean-Jaurès (association de parents d’élèves). À Port-au-Blé, départ de la Maison du Port-au-Blé pour un défilé en fanfare jusqu’à l’école, partenaire de l’événement. Au Bourg, rendez-vous place Saint-Pierre pour une balade animée par la compagnie Capharnaüm, en partenariat avec le Cépal. Manifestation gratuite, sans réservation. CSC Loire-et-Seil : 02 40 84 45 50. C o n c e r t s ❚ Courir Chanson, voix parlées, arts mêlés. Adapté du roman de Jean Echenoz par Jean-Luc Annaix. Du mardi 2 au jeudi 4 décembre, 20h30 Théâtre. 8 € à 19 € ❚ Ny Malagasy Orkestra Voix et musiques de Madagascar. Vendredi 5 décembre, 20h30 Théâtre. 8 € à 19 € Rens. 02 51 70 78 00 ❚ Salut Brassens Par Joël Favreau, le dernier guitariste de Georges Brassens. Au profit de l’association Baoback. Samedi 6 décembre, 20h30 Théâtre. 20 € Rens. 02 40 84 21 32 ❚ My Xmas Trax Chants de Noël en jazz par Alban Darche, avec un choeur d’enfants de l’école de musique. Samedi 13 décembre, 20h30 Théâtre. 8 € à 19 € ❚ « Hippolyte et Aricie… … ou la Belle-Mère amoureuse ». Parodie de l’opéra de Rameau. Par l’ensemble Philidor. Dans le cadre de Baroque en scène. Conférence introductive par Françoise Rubellin à 19h15 (gratuit). Lundi 15 décembre, 20h30 Cité des congrès (Nantes) 8 € à 19 € ❚ Rencontres musicales • L’étrange Noël d’Alban, chants de Noël revisités façon jazz par Alban Darche : 5 décembre. • Batterie rechargeable, répertoire éclectique revisité par Will Guthrie à la batterie : 12 décembre. • Rauque Harmonie, jazz contemporain par le quartet Hoarse : 19 décembre. Les vendredis, 19h. La Balinière (salle Bério) T h é â t r e ❚ Le Ravissement d’Adèle Comédie policière de Rémi De Vos par la troupe Le Petit Clap. Samedi 6 décembre, 20h30 Cinéma Saint-Paul. 5 € ❚ Qui dit vieux ? La compagnie Transversale présente théâtre et musique interprétés par Hélène Lafosse et Flora Josse. Boulange des musiques du monde (5 place St-Pierre). Vendredi 19 décembre, 20h30. Rés. 09 52 46 79 63 L e c t u r e ❚ Jean Echenoz Rencontre croisée entre l’auteur Jean Echenoz et le metteur en scène Jean-Luc Annaix autour du roman « courir ». Mercredi 3 décembre, 18h30. Médiathèque Diderot ❚ Happy hours Le nouveau rendez-vous mystère et décalé de la médiathèque. Samedi 6 décembre, 16h Médiathèque Diderot Vi s i t e ❚ Maison radieuse Visite guidée de l’unité d’habitation de Le Corbusier. 24, 26 et 31 décembre à 15h Maison radieuse, bd Le Corbusier. Rens. 02 40 84 43 60. C i r q u e ❚ Maintenant ou jamais De la compagnie Circa Tsuica. À voir dès 7 ans. En coréalisation avec l’Arc. 1er, 16, 3, 10 et 17, 4, 11, 18, et 19 déc., 20h. 6 et 13 déc., 19h. 7 et 14 déc., 17h. Parc des chantiers de l’île de Nantes. 10 € à 25 €. Rens. 02 51 70 78 00 Cinéma ❚ « Paris… … une capitale traverse le temps ». Par Gérard Civet. Dans le cadre de Connaissance du monde. Jeudi 11 décembre, 14h30 et 20h30 Cinéma Saint-Paul 4,50 € à 8 €. F e s t i v i t é s ❚ Spectacle de Noël Joué par une équipe de jeunes et d’enfants. Par le Centre d’animation pour la famille, l’enfant et la jeunesse. Dimanche 14 décembre, 15h-17h. Salle du Seil. Rens. 06 11 32 63 97 ❚ « Le Roi Singe… … ou la Clé de Sun Wukong ». Un spectacle familial présenté par les Frères Léon. Vendredi 19 décembre, 17h. Barakason – Gratuit. ❚ Saint-Sylvestre Réveillon solidaire avec l’association le Lémurien qui fête ses 20 ans. Salle de l’AEPR. 70 € (inscription avant le 15 déc.) Rens. 06 85 46 76 97 E x p o s i t i o n s ❚ Développement durable • « Manger » du musée du Vivant et Agro Paris Tech. Du 2 au 20 décembre • « Plumes de nuit » de la LPO Anjou Du 3 au 17 décembre Maison du DD Rens. 02 40 13 44 10 ❚ « Sahraouis… … du sable, du savoir et l’espoir… ». Photos de Maurice Cuquel (voir p. 15). Du 5 au 19 décembre Maison des Isles. S p o r t s ❚ Escalade 1re étape de la Coupe de la Loire-Atlantique Dimanche 30 novembre Gymnase de Port-au-Blé ❚ Handball Rezé-Angoulême (N2). Dernier match 2014 à domicile. Dimanche 7 décembre, 16h. Gymnase Crétual ❚ Volley 10e journée du championnat de France, ligue A : NRMV-Cannes. Mercredi 10 décembre, 20h. Gymnase Dugast ❚ Basket • 11e journée de championnat de France : NRB-Angers. Samedi 13 décembre, 20h • 12e journée de championnat de France : NRB-Bourges Samedi 20 décembre, 20h Salle Mangin-Beaulieu (Nantes) Ragon’Neige du 12 au 14 décembre 18 Rezé Mensuel N°97 décembre 2014 Rezé Mensuel N°97 décembre 2014 19
  11. 11. Groupes de la majorité Ensemble à gauche pour Rezé avec Gérard Allard Les élus verts Les élus socialistes Des engagements tenus malgré un budget contraint Nous sommes aujourd’hui au moment de la préparation du prochain budget de la Ville. Nous vous devons d’être clairs, nous vous devons la transparence : la situation économique est difficile et nous construirons ce budget en tenant compte des contraintes. Mais aussi de nos engagements vis-à-vis de vous. Nous l’avions dit, durant la campagne électorale : « Il est nécessaire d’inventer de nouvelles façons de vivre la ville, plus économiques, plus sobres, plus modestes parfois aussi, mais toujours ambitieuses ». Cette ambition, elle est portée avec responsabilité. Dans les premiers mois de ce mandat, nous avons déjà pris beaucoup d’initiatives qui se concrétiseront dans les mois et les années à venir : - un vrai dialogue avec vous à travers les « Conférences citoyennes » et les réunions publiques de quartier ; - la revisite du projet de « La Classerie » afin de l’adapter aux besoins réels des associations et d’en faire un lieu utile au plus grand nombre ; - la mise en oeuvre des réflexions autour de la création d’un établissement public de coopération culturel pour mieux consolider notre offre et mutualiser encore davantage son fonctionnement. Ces premières initiatives ne sont pas exclusives de l’ensemble des dossiers sur lesquels nous sommes en ordre de marche mais ils sont significatifs de la responsabilité qui est la nôtre dans la réponse à vos besoins. Éric Buquen, pour le groupe PS UMP, NC, DD Ensemble pour Rezé Les élus communistes Travailler le dimanche, un progrès ? Il serait devenu moderne de faire travailler les employés du commerce non alimentaire le dimanche. Il est vrai qu’ils sont déjà tellement privilégiés qu’il fallait bien leur enlever ça ! Dans ce secteur, où la paie est rarement au-dessus du SMIC, où les contrats sont le plus souvent à temps incomplet, en horaires décalés, c’est en fait là que le patronat mène l’offensive pour casser ce morceau du Code du travail. Ce au nom d’une prétendue modernité qui voudrait la banalisation de tout, et surtout de ce qui concourt à fragiliser les salariés. Le prétexte est de rendre service aux consommateurs et soutenir les commerces. Mais qui sont-ils, ceux qui n’ont pas assez de 6 jours sur 7 pour dépenser leur fabuleux pouvoir d’achat ? L’intérêt économique d’ouvrir le dimanche n’a jamais été démontré, une étude OCDE montre même que l’ouverture le dimanche ne fait qu’étaler la consommation du reste de la semaine. Ce qui fragilise les commerces n’est pas l’amplitude d’ouverture, mais l’indigence de trop nombreux salaires et pensions ! En novembre, la Métropole a tenté d’encadrer les dérogations au repos dominical dans l’agglomération nantaise, en les limitant à 2, soumises à accord syndical. Cette tentative de limiter les dégâts risque d’être vaine, au regard de ce que fait le gouvernement en proposant avec E. Macron l’extension de dérogation au repos dominical sur 12 dimanches dans l’année, dont cinq obligatoirement accordés sur demande des entreprises ! groupecommuniste@mairie-reze.fr Urbanisation à Rezé : « osons vivre ensemble » Quel développement urbain à Rezé ? Les différentes réunions publiques de quartier montrent l’inquiétude des habitants devant des projets – déjà arbitrés ! – de densification, avec de nombreuses constructions de logements en cours, et des conséquences tant sur les stationnements que sur les voies de circulation. L’attractivité de Rezé ne se mesure ni aux promoteurs avides de terrains pour construire, ni au choix de la municipalité de densifier toujours plus d’espaces, comme les Naudières, pour lequel il y a déjà de nombreux projets de construction. Pour Rezé à Gauche Toute ! il n’est pas question de dire qu’il ne faut pas de logements. Mais pour qui ? Avec quelle cohérence ? Comment intégrer les habitants dans la création d’un projet ? Sur quels critères sociaux, énergétiques, environnementaux, choisir les entreprises ? Rezé à Gauche Toute ! souhaite que la réflexion urbanistique de Rezé ne s’affranchisse ni de l’avis des citoyens, ni du devoir de la ville et de la métropole de répondre aux besoins des habitants : développement de services publics, de transports et d’espaces associatifs. Replacer l’usager-habitant au coeur de leurs projets, ce n’est pas seulement le consulter à certaines étapes, mais l’associer dès le début, comme un véritable acteur, avec les nombreux partenaires qui interviennent dans la construction et l’aménagement des quartiers. Le droit à la ville est un droit pour tous les citoyens. Informations sur les impôts et la CSG : le 17 décembre 2014 de 18h à 20h salle de la Carterie. http://reze.a-gauche-toute.fr/ Bilan : Alarmant Nous assistons depuis son début de mandat à une campagne médiatique qui relève plus de la propagande que de l’information. Opération d’enfumage dont nous dénonçons ici quelques morceaux choisis : Un audit financier : élu Maire sur un projet municipal sans relief, il lance aujourd’hui l’audit des finances de REZÉ qu’il a toujours votées en tant qu’adjoint dans les précédents mandats. Cela présuppose qu’il ne fera rien, prétextant insuffisants les moyens financiers de notre commune. Concertation : le grand mot de ceux qui ne font rien ! Clemenceau le disait déjà, pour enterrer un dossier on crée une commission. Il en est ainsi pour les rythmes scolaires, la sécurité et l’accueil des populations roms. Abandon du projet du château de la Classerie : les associations n’en voulant pas. Abandon du projet sur la cause des jeunes (première mesure du mandat). Abandon du projet de halte-garderie à la Blordière. Abandon de la construction d’un gymnase à Trentemoult. Les grandes décisions de Gérard Allard : Augmenter de 30 % les indemnités des seuls élus communautaires de la majorité, les passant de 1 000 € à 1 300 € par l’attribution d’une pseudo-délégation. Recruter un Directeur de cabinet pour une fonction « politique » et un budget annuel de 75 000 €. Un début de mandat qui annonce déjà les renoncements à venir, lié à une élection sans panache, l’élu d’un petit clan se révèle déjà comme un Maire chef de bande loin d’être celui de tous les Rezéens comme il se plaît à le répéter. Groupe des élus Ensemble pour Rezé avec Philippe Seillier www.reze-avenir.fr Tél. : 06 62 14 63 48 La transition énergétique, une loi structurante ? La loi sur la transition énergétique votée au mois d’octobre est un pas en avant, elle intègre des mesures importantes sur la rénovation énergétique et le développement des énergies renouvelables. Elle intègre également des objectifs ambitieux sur la réduction des consommations énergétiques et des émissions de gaz à effet de serre. Mais cette loi est un pas en avant… là où il aurait fallu un bond spectaculaire. C’est une occasion ratée d’avoir une approche globale de l’énergie (pas seulement le bâtiment et le transport) et de mettre en place de véritables outils avec les financements adéquats pour changer notre modèle énergétique et sociétal. C’est donc à nous, élus écologistes, collectivités locales, entreprises, associations, citoyen-ne-s, que revient la lourde tâche de mener la transition énergétique, du local vers le global. Pour cela, il est nécessaire que la municipalité soit exemplaire dans ses pratiques, intransigeante dans ses marchés et partenariats et innovante dans les services proposés aux habitants. C’est ce que nous, élus écologistes, nous emploierons à faire tout au long de ce mandat. Toutefois, il est nécessaire de rappeler que nous sommes tou-te-s à l’origine des consommations énergétiques, de par nos usages, déplacements, achats, habitudes, etc. Alors, n’attendons pas qu’une loi nous dise de le faire, dès aujourd’hui, engageons la transition énergétique ! Pour aller plus loin : http://blog.elusvertsdereze.org Contact : elus.ecologistes@mairie-reze.fr Rezé à gauche toute ! Cette double page est dédiée à l’expression des groupes politiques représentés au conseil municipal. Groupe de la minorité Groupe d’opposition Retrouvez les tribunes des groupes sur www.reze.fr 20 Rezé Mensuel N°97 décembre 2014 Rezé Mensuel N°97 décembre 2014 21
  12. 12. POMPIERS : 18 POLICE : 17 URGENCES MÉDICALES : 15 AMBULANCES : 15 SAMU SOCIAL : 115 PHARMACIENS DE GARDE : 32 37 é t a t c i v i l Naissances Du 16 septembre au 12 octobre 2014 : Camille Decourtye ; Salomé Faes ; Titouan Mainguy ; Eliot Tribouilloy ; Jules Letrône ; Lucas Moisnard ; Léna Garreau ; Ylian Andriatahina ; Antonin Emery ; Mathys Maurin Ragot ; Juliette Nativel ; Capucine Quennehen ; Letty Brillaud ; Aya Aifar ; Lia Barbosa Pantoja ; Neil Chesneau ; Timothée Marsac ; Basile Garreau Piveteau ; Alanzo Nerriere ; Oscar Rouesné Coffinieres ; Alice et Lisa Cocaud Adam ; Louis Cailleteau ; Tavaé Berthaud ; Martin Alland. Mariages Hors Rezé : Stéphanie Lucas et Laurent Peythieux ; Gilles Caignec et Dagmara Walecka. À Rezé du 25 octobre au 8 novembre 2014 : Régis Beillevert et Valérie Engel ; Charlotte Prevot et Sandrine Blin-Zuanigh. Décès Du 20 septembre au 16 octobre 2014 : Ernest Moreau, 88 ans ; Constant Besseau, 89 ans ; Joseph Riguidel, 93 ans ; Odette Piscione née Beato, 92 ans ; Michel Salomon, 82 ans ; Jeannine Gaborit née Majou, 82 ans ; Charles Le Brumant, 85 ans ; Michel Napias, 87 ans ; Odette Chauvet née Rousteau, 84 ans ; Gérard Jousseaume, 89 ans ; Élisabeth Bougie née Renaudineau, 89 ans ; Gildas Lescop, 91 ans ; Annie Maindron née Gandemer, 60 ans ; Marie Averty née Poisson, 92 ans ; Lucien Nicolo, 90 ans ; Marie Caudal née Le Pochat, 96 ans ; Mauricette Vivier née Bulteau, 90 ans ; Jeanne Lecron née Pham Thi Trong, 91 ans ; Josiane Mocquard née Mouillé, 71 ans. 22 Rezé Mensuel N°97 décembre 2014 Vélo : appel à projets ! Du 2 au 5 juin 2015, Nantes accueillera la conférence internationale Vélo City, l’occasion de conforter la pratique du vélo dans la métropole. C’est dans ce cadre que Nantes Métropole lance un appel à projets citoyens et associations. Les projets devront viser la promotion de la pratique du vélo en agissant sur deux axes : changer les représentations du vélo en s’attaquant aux idées reçues, aux freins à la pratique, et encourager la pratique régulière du vélo. Nantes Métropole récompensera les projets de sensibilisation, d’animation ou de réalisations concrètes facilitant l’usage du vélo pour les habitants (sorties vélo, visites de sites, événements, animations sur le bénéfice du vélo pour la santé ou de prévention routière…). Qu’elles soient à l’échelle d’un quartier, d’une commune ou de l’agglomération, ces actions devront se dérouler pendant l’année 2015 et répondre à des critères de sensibilisation, de créativité, de pédagogie et de coopération entre acteurs locaux. Le jury se réunira en février 2015 et les lauréats seront désignés fin février 2015. Chaque projet retenu à l’issue du jury pourra se voir attribuer une subvention d’un montant allant jusqu’à 4 000 €. Si vous souhaitez vous inscrire, votre association ou un groupe de personnes, le dossier de candidature (fiche projet) est à renvoyer avant le 31 décembre 2014 à l’adresse : monprojetvelo2015@nantesmetropole.fr ou par courrier à : Vélo 2015, Nantes Métropole, département déplacements, 44923 Nantes Cedex 9. La Poste Le bureau de poste Rezé- Principal situé 7 rue Joseph-et- Lucien-Leclerc a de nouveaux horaires d’ouverture : 8h30- 12h30 et 13h30-18h du lundi au vendredi ; 9h-12h30 le samedi. Secours populaire Ouverture du vestiaire, 68 rue Émile-Zola, les jeudi 4 et mercredis 10 et 17 décembre de 9h à 12h et de 14h à 17h. Renseignements les jours d’ouverture : 02 51 70 03 81. Lutte contre l’illettrisme L’association Services régionaux itinérants (SRI) accompagne les familles de gens du voyage au quotidien. Elle recherche pour l’année 2014-2015 des bénévoles pour apporter un soutien scolaire aux enfants de l’école élémentaire et aux collégiens inscrits au CNED. Rens. 09 77 57 79 13. Ambassadeurs du tri de Nantes Métropole Ils seront présents sur le marché de la place du Pays-de-Retz pour sensibiliser les habitants au tri. Mardi 9 décembre, de 8h30 à 12h30. Adultes ou enfants, apprenez à nager à la piscine de Rezé Des cours de natation sont proposés aux adultes et aux enfants tout au long de l’année à la piscine de Rezé. Il reste des places pour la prochaine session qui se déroule à partir du 8 décembre. Renseignements et inscriptions auprès de la piscine municipale Victor-Jara : 02 51 89 46 20, avenue Léon- Blum à Rezé (tramway ligne 3, arrêt Trocardière). Vaccination contre la grippe saisonnière La grippe saisonnière touche chaque année des milliers de personnes. Souvent considérée comme banale, cette infection contagieuse peut entraîner des complications parfois graves, notamment respiratoires. Le virus évolue en permanence et il est recommandé de vous faire vacciner tous les ans pour vous protéger efficacement, vous et votre entourage. Les vaccins sont disponibles en pharmacie jusqu’au 31 janvier 2015. Il est gratuit pour les personnes âgées de 65 et plus ou atteintes de certaines maladies chroniques. Rens. 36 46. Bientôt 16 ans ? Se faire recenser permet de participer à la Journée défense et citoyenneté, de participer à des examens et concours et d’être à 18 ans automatiquement inscrit sur les listes électorales pour pouvoir voter. Les jeunes né(e)s en 1998 doivent se présenter à la mairie, avec carte d’identité et livret de famille. Ceux qui ne peuvent pas se déplacer peuvent se faire représenter par leur représentant légal ou effectuer la démarche en ligne sur www.mon.service-public.fr. Rens. 02 40 84 42 02. www.nantesmetropole.fr

×