Dossier                                                             de Presse                                             ...
dossier de presse> Fashioning Fashion : deux siècles de mode européenne 1700-1915                            SOMMAIRE     ...
dossier de presse> Fashioning Fashion : deux siècles de mode européenne 1700-1915 1. communiqué de presseDu 13 décembre 20...
dossier de presse> Fashioning Fashion : deux siècles de mode européenne 1700-19154. Veste, Angleterre, 1825-1830, drap de ...
dossier de presse> Fashioning Fashion : deux siècles de mode européenne 1700-19156. Détail de robe à la française, Europe,...
dossier de presse> Fashioning Fashion : deux siècles de mode européenne 1700-19152. le livre                              ...
dossier de presse> Fashioning Fashion : deux siècles de mode européenne 1700-19153. la garde robe féminine et masculine au...
dossier de presse> Fashioning Fashion : deux siècles de mode européenne 1700-191510. Robe redingote, soie, coton, vers 179...
dossier de presse> Fashioning Fashion : deux siècles de mode européenne 1700-1915 4. la garde robe au XIXe siècle12. Robe ...
dossier de presse> Fashioning Fashion : deux siècles de mode européenne 1700-191514. Habit complet, Italie, drap de laine ...
dossier de presse> Fashioning Fashion : deux siècles de mode européenne 1700-1915           16. Cape collet, dentelle de c...
dossier de presse> Fashioning Fashion : deux siècles de mode européenne 1700-191518. Veste féminine de chasse, Écosse, dra...
dossier de presse> Fashioning Fashion : deux siècles de mode européenne 1700-191520. Détail de chaussures, Londres, satin,...
dossier de presse> Fashioning Fashion : deux siècles de mode européenne 1700-19155. le lacma et ses collections de mode, s...
dossier de presse> Fashioning Fashion : deux siècles de mode européenne 1700-19156. le scénographe : frédéric beauclair   ...
dossier de presse> Fashioning Fashion : deux siècles de mode européenne 1700-19157. partenariat vivarte                   ...
dossier de presse> Fashioning Fashion : deux siècles de mode européenne 1700-19158. activités pour les jeunes             ...
renseignements pratiquesCommissaires :  > Véronique BELLOIR - Conservatrice - Collections de 1800 à 1939 - Mode et Textile...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

111 dp-fashioning-fashion-web

1 099 vues

Publié le

1 commentaire
2 j’aime
Statistiques
Remarques
Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 099
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
14
Commentaires
1
J’aime
2
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

111 dp-fashioning-fashion-web

  1. 1. Dossier de Presse > les arts décoratifs www.lesartsdecoratifs.fr1. Détail de robe à la française, Europe, vers 1725, soie © 2010 Museum Associates/LACMAFashioning Fashiondeux siècles de mode européenne 1700-1915Du 13 décembre 2012 au 14 avril 2013 CONTACTS PRESSE Marie-Laure MOREAU Isabelle MENDOZA TEL. : +33 01 44 55 58 78Exposition organisée par le Los Angeles County Museum of Art (Lacma), FAX : +33 01 44 55 57 93avec le soutien de : GRoW Annenberg / Annenberg Foundation,The Kenneth and Anne Griffin Foundation, presse@lesartsdecoratifs.frThe Friends of the Musée des Arts Décoratifs www.lesartsdecoratifs.fr
  2. 2. dossier de presse> Fashioning Fashion : deux siècles de mode européenne 1700-1915 SOMMAIRE 1. Communiqué de presse 2. Le livre 3. La garde robe féminine et masculine au XVIIIe siècle 4. La garde robe au XIXe siècle 5. Le LACMA et ses collections de mode, Sharon Sadako Takeda 5. Le scénographe : Frédéric Beauclair 6. Partenariat Vivarte 7. Activités pour les jeunes 8. Renseignements pratiques
  3. 3. dossier de presse> Fashioning Fashion : deux siècles de mode européenne 1700-1915 1. communiqué de presseDu 13 décembre 2012 au 14 avril 2013, les Arts Décoratifs accueillent, une prestigieuse exposition présentée au Los angeles countymuseum of art (lacma) du 2 octobre 2010 au 27 mars 2011 puis au Deutsch historisches museum de berlin du 27 avril au 29 juillet2012.Fashioning Fashion : deux siècles de mode européenne 1700-1915 célèbre l’acquisition, par le LACMA, de deux remarquablescollections, celle de Martin Kamer et celle de Wolfgang Ruf, tous deux antiquaires et collectionneurs de costumes et de tissusanciens. Ce patrimoine refléte les principaux mouvements de mode en Europe du XVIIIe siècle à l’aube du XXe. L’exposition à lafois chronologique et thématique dévoile, de façon inédite près de cent silhouettes masculines et féminines, complètes etentièrement accessoirisées. Ces pièces provenant essentiellement de France, d’Angleterre et d’Italie présentent l’évolution desgoûts en mettant l’accent sur les formes, les détails et les savoirs-faire.2. Robe à la française, Angleterre, vers 1765, satin et façonné de soie © 2010 Museum Associates/LACMA 3. Robe, France, vers 1885, taffetas de soie © 2010 Museum Associates/LACMALe parcours propose au visiteur quelques quant à elles, mises en lumière avec réciproques et nourrie d’échangesclefs de lecture : comment apparaît des gravures de mode. C’est dans un incessants entre l’Orient et l’Occident.une mode ? Comment était réalisé un jeu de lumière, de miroirs et de parois La mode se pare alors de chinoiseries,costume ? Des vues de détails présentées courbes, tel un ruban se déroulant de de turqueries et de broderies ou toilessur écran permettent d’apprécier le jeu vitrine en vitrine, que les œuvres sont venues d’Inde. Une robe au décor desubtil des fils de chaîne et de trame dévoilées dans une scénographie signée petits Chinois et arabesques ainsi qu’unen soie ou métal, celui des précieuses par Frédéric Beauclair. banyan illustrent cette thématique quibroderies et d’autres ornements. L’exposition s’ouvre sur la mode répond tant à la vision fantaisiste deLes variations de la silhouette sont, du XVIII e siècle, faite d’influences l’exotisme qu’à celle de l’évolution des
  4. 4. dossier de presse> Fashioning Fashion : deux siècles de mode européenne 1700-19154. Veste, Angleterre, 1825-1830, drap de laine, Pantalon, Ecosse, 1825-1830, crêpe de soie 5. Costume, Angleterre, 1875 / 1880, sergé de laine © 2010 Museum Associates/LACMA© 2010 Museum Associates/LACMApratiques commerciales. La typologie richesse des techniques de tissage. Leur En 1804, Napoléon, sacré empereurdes robes et des habits en cette fin du exécution sur métier à bras, longue et des Français, rétablit les fonctions de laXVIIIe siècle oscille entre la prédominance coûteuse, en fait des produits de luxe. Cour et ses démonstrations du pouvoir.de la France avec la solennité des Les événements historiques et Au luxe ostentatoire d’une robe à traînevêtements de Cour et l’influence des politiques laissent également leurs et d’un habit tous deux ornés de richesAnglais et de leur élégante simplicité. empreintes dans le domaine de la broderies de fils d’or et d’argent, s’opposeAinsi une somptueuse robe à la française mode. Ainsi, une robe à la polonaise l’apparente simplicité des robes enprésentée sur un corps à baleines et des avec son manteau retroussé en trois mousseline blanche. Provenant d’Inde,paniers à l’impressionnante envergure parties distinctes fait allusion à la le coton dans lequel elles sont faitess’oppose à une robe à l’anglaise première partition de la Pologne, en révèle l’attrait toujours renouvelé deplus courte et plus confortable. 1772, entre trois états : l’Autriche, la l’ailleurs. Les châles cachemire rapportésLes pékins, taffetas, satins façonnés ou Prusse et la Russie. à la Révolution de la campagne d’Egypte font aussiautres velours ciselés, dans lesquels sont française, le vêtement devient aussi leur entrée dans le vestiaire féminin.taillés les costumes pour femmes ou pour le support privilégié des opinions de Puis, le style Empire laisse place auhommes, sont pour la plupart réalisés chacun comme en témoigne, vers 1789, courant romantique et ses silhouettespar les fabriques de Lyon ou de Tours. un exceptionnel gilet en maille, brodé féminines blanches et éthérées desCes tissus révèlent l’exceptionnelle de messages et motifs symboliques. années 1820. La taille s’apprête à
  5. 5. dossier de presse> Fashioning Fashion : deux siècles de mode européenne 1700-19156. Détail de robe à la française, Europe, vers 1725, soie © 2010 Museum Associates/LACMA 7. Paire de cuissardes, Europe, vers 1900, cuir © 2010 Museum Associates/LACMAretrouver sa place naturelle. Toutefois, des chemins de fer incite les citadins à A l’aube du XXe siècle, les formes seles manches répondent à un goût de la voyager. Les tenues de bord de mer font font plus sinueuses avec la silhouettedisproportion rendue possible par des ainsi leur apparition. Elles sont réalisées dite en S, modelée par un corset auamplificateurs façonnant les fameuses dans des matières et des formes se laçage très serré. Les bottines ou autres« manches gigot ». prêtant au climat et aux activités cuissardes entièrement lacées révèlent maritimes sans se départir d’accessoires le foisonnement de la lingerie et leLa métamorphose des tenues masculines plus adaptés à la vie citadine. Un renouvellement des tenues d’intérieur.se traduit par l’adoption d’une ligne ensemble dit « saute en barque » Le temps est aussi au Japonisme :sobre et graphique à la manière de brodé mécaniquement et porté sur une un kimono japonais à peine modifiéGeorge Brummell (1778-1840), pionnier crinoline-cage est un parfait exemple de pour le confort occidental fait face àdu dandysme britannique et à l’origine ces tenues. une robe de chambre taillée et brodéedu costume moderne. Le souci du galbe On constate que c’est essentiellement au en Extrême-Orient pour le marchéet de la minceur est visible dans une cours du XIX siècle que le corps féminin e européen.silhouette composée d’un habit sombre subit le plus de remaniements successifsà revers de velours, d’une culotte et offre une importante variété de Vers 1906, Paul Poiret modifiemoulante de couleur claire et d’un haut silhouettes. Peu avant 1870, la tournure profondément la silhouette fémininede forme. ou « faux cul » remplace la crinoline et et impose la ligne droite inspirée du accentue la chute des reins. Les drapés, Premier Empire, interdisant à sesLe parcours se poursuit avec les années glands et franges de passementerie, clientes le port du corset. Séduit par Les1840 et la somptueuse robe de cour inspirés de l’ameublement, viennent Ballets russes de Serge Diaguilev, il créeportée par la reine Maria II du Portugal. orner ces nouveaux profils. Cette alors tout un univers oriental : des jupesEn satin noir, entièrement brodée de tendance baptisée style « tapissier » entravées, des tuniques et des turbanslame plaquée or avec une longue traîne, cohabite avec l’apparition de vêtements agrémentés d’une aigrette commeelle témoigne de la persistance du faste créés pour les nouvelles pratiques celui que porte son épouse, Denise,des Cours dans une Europe en pleine sportives telle une rare robe de tennis lors du célèbre bal persan intitulé « Lamutation. Sous le Second Empire, Paris anglaise en toile de coton lavable. La mille et deuxième nuit  ». Cette moderedevient la capitale de l’élégance. Les garde-robe masculine, quant à elle, orientaliste se retrouve aussi chez lescrinolines règnent en emblèmes de la n’a pas véritablement subi de grandes Sœurs Callot comme en témoigne unmode. Ces cages à cerceaux métalliques, transformations depuis le début du ensemble avec pantalon de harem ensont aussi le reflet de l’industrialisation XIXe siècle. Seuls certains éléments tels charmeuse turquoise. Cette silhouettedes moyens de production du XIXe le veston dont l’usage se fait plus fréquent symbolise à elle seule l’éternellesiècle. Parallèlement, le développement et le complet ont fait leur apparition. fascination européenne pour l’Orient.
  6. 6. dossier de presse> Fashioning Fashion : deux siècles de mode européenne 1700-19152. le livre 224 pages 250 illustrations 25 x 32 cm Relié sous jaquette 55 € Coédition Les Arts Décoratifs/LACMA/ DelMonico Books/Prestel Auteurs : Kimberly Chrisman-Campbell, historienne de l’art, spécialisée dans la mode Kaye Durland Spilker, conservatrice au département Costumes et Textiles du LACMA Clarissa M. Esguerra, assistante de conservation au département Costumes et Textiles du LACMA Nicole LaBouff, chercheur Wallis Annenberg au département Costumes et Textiles du LACMA Sharon Sadako Takeda, conservatrice en chef, directrice du département Costumes et Textiles du LACMA
  7. 7. dossier de presse> Fashioning Fashion : deux siècles de mode européenne 1700-19153. la garde robe féminine et masculine au XVIIIe siècle 8. Banyan, damas, Pays-bas, textile chinois, 1750-1760 © 2010 Museum Associates/LACMA 9. Corsage anglais ou de l’Inde, toile de lin brodé soie, vers 1730-1760 © 2010 Museum Associates/LACMALe costume de cour en Europe cérémonies officielles. D’une cour à progressivement une forme ovale,vers 1760 l’autre, on observe des particularismes prenant de l’ampleur sur les côtés.Au milieu du XVIII e siècle, la mode dans la coupe, les ornements et autres Vers 1750, il est courant de porterfrançaise est partiellement copiée dans variantes locales. deux petits paniers attachés de partla plupart des cours européennes. Cette et d’autre de la taille. La robe estdiffusion est facilitée par les journaux La composition d’une tenue composée d’un manteau, d’une jupeet les poupées de mode. Les hommes de cour et d’une pièce d’estomac. Ces troisportent l’habit à la française, le plus La femme est vêtue d’une tenue de éléments sont séparables et peuventsouvent accompagné d’un tricorne. cour composée de divers éléments. être coordonnés : on les coud ensembleLes femmes revêtent, quant à elles, la Sous la robe, elle porte une chemise, après les avoir enfilés. Les manches derobe à la française. Celle-ci apparaît un corps à baleines, un panier et, la robe à la française s’arrêtent toujoursvers 1730 et se caractérise par des parfois, un jupon. Le corps à baleines au coude et sont généralement enplis plats dans le dos. Elle connaît peut être rigidifié à l’avant par un pagode (s’ouvrant en entonnoir) pourun très grand succès, si bien qu’elle busc et est serré par un système de laisser dépasser les engageantes, desest portée jusqu’à la fin de l’Ancien laçage à l’arrière. D’abord en forme de manchettes de deux ou trois volants deRégime et est même acceptée lors des cloche à la Régence, le panier adopte dentelle ou de mousseline.
  8. 8. dossier de presse> Fashioning Fashion : deux siècles de mode européenne 1700-191510. Robe redingote, soie, coton, vers 1790 © 2010 Museum Associates/LACMA 11. Gilet pour l’Europe, textile chinois, faille brodée de soie, vers 1740 © 2010 Museum Associates/LACMALa garde-robe masculine de plus en plus ses propres cheveux, en progressif des paniers. Considéréesau XVIII e siècle bourse ou en catogan, sous un tricorne comme bien plus sobres, les modesL’ h a b i t à la f ra n ç a i s e est l’habit en castor, demi-castor, feutre ou soie. d’Outre-Manche sont à l’honneur :m as c ulin par excel len ce du XVI I I e Les souliers sont toujours à talon rouge la robe à l’anglaise est toujours desiècle. Il évolue peu au cours du siècle, pour les nobles, la richesse de la boucle mise et se porte notamment avec unsi ce n’est qu’il perd progressivement est un marqueur social important. Le fichu. La redingote (de l’anglais ridingde son ampleur pour se projeter vers matin ou le soir, on aime les tenues coat) est aussi très appréciée, par lesl’arrière. Toutes les classes sociales le d’intérieur avec robe de chambre et hommes comme par les femmes. L’habitportent, mais dans des tissus de qualité bonnet empreints d’exotisme. à la française masculin disparaît peu àdifférente. peu ; on lui préfère le frac qui s’ouvreLes élégants peuvent posséder plusieurs Anglomanie et Révolution largement sur le gilet, toujours trèscentaines de gilets dans leur garde- La simplicité et le confort sont les brodé. Sous le Directoire, les Incroyablesrobe. Non visibles, les manches et le dos nouveaux mots d’ordre du vêtement et les Merveilleuses poussent la mode àdu gilet sont coupés dans un matériau révolutionnaire. On lutte notamment l’extrême, mais leur excentricité est àmoins noble que le devant, qui peut contre le corps à baleines, lui préférant relativiser puisque seule une minoritéêtre le support d’une véritable peinture un petit corsage de dessous en coton arbore des robes transparentes ou desà l’aiguille. En ce temps, l’homme porte piqué. On observe aussi un abandon bicornes gigantesques.
  9. 9. dossier de presse> Fashioning Fashion : deux siècles de mode européenne 1700-1915 4. la garde robe au XIXe siècle12. Robe et châle, gaze de coton brodé, 1820 © 2010 Museum Associates/LACMA 13. Robe Mesdemoiselles Giroux, France, taffetas, soie, vers 1880 © 2010 Museum Associates/ LACMALes nouveautés sous l’Empire indispensables pour compléter une tenue une silhouette dite « en sablier » forméeDès 1804, l’Empire reprend l’étiquette de élégante. Une production française par les manches volumineuses, la jupel’Ancien Régime. La robe de ligne Empire se développe grâce à la mécanique en cloche et la taille très ajustée,est alors adoptée comme tenue officielle Jacquard. Dans le costume masculin, permise par le corset qui réapparaîtà la cour. Elle est l’héritière de la robe l’Empire apporte plusieurs nouveautés peu avant 1830. Les robes sont coupéesDirectoire d’inspiration néoclassique, comme le carrick, manteau ample à dans des tissus fins aux coloris clairsblanche et légère, réalisée en linon pèlerines étagées, le chapeau haut et dont les motifs sont imprimés au rouleauou mousseline de coton. Cette ligne, l’habit à basques larges. ou délicatement brodés. Les jupes sontadoptée par Joséphine lors du Sacre, se raccourcies au-dessus de la cheville etcaractérise par un large décolleté carré, La période romantique ornées de volants ou de motifs en relief.des manches ballon et une traîne fixée La mode de l’époque est principalement Les hommes sont aussi soucieux de leurà la taille haute. Les formes des tenues influencée par le goût médiéval hérité silhouette et portent même des corsetsde cour connaissent aussi un grand en partie des romans de Walter Scott, pour affiner leur taille. La tenue estsuccès à la ville. Les châles cachemire le « Magicien du Nord », auteur de généralement composée d’un pantalonapportés par les officiers de Bonaparte Waverley (1771-1832). ajusté, d’une chemise, d’un gilet coloréaprès la campagne d’Egypte deviennent La femme romantique cherche à obtenir et d’un habit ou d’une redingote. Elle est
  10. 10. dossier de presse> Fashioning Fashion : deux siècles de mode européenne 1700-191514. Habit complet, Italie, drap de laine et broderie de fils métalliques, vers 1810 15. Habit complet (détail), Italie, drap de laine et broderie de fils métalliques, vers 1810 © 2010 Museum Associates/© 2010 Museum Associates/LACMA LACMAcomplétée d’un chapeau haut-de-forme Jules Barbey d’Aurevilly (1808-1889) Une robe pour chaqueet d’une cravate qui peut, elle aussi, ressuscite le dandysme, à la tête d’une occasionapporter une touche de couleur dans ce nouvelle génération qui voit dans Vers 1860, les manuels de savoir-costume sombre. l’élégance vestimentaire et la littérature, vivre, la presse féminine et l’agenda les moyens de fonder une « nouvelle nouvellement créé ont contribué à laLes dandys aristocratie non plus de naissance, mais multiplication des tenues quotidiennesLes premières manifestations du de l’esprit ». Glorifiés par les écrivains en fonction de circonstancesdandysme remontent au XVIII e siècle de l’époque, les dandys ont cependant particulières. Une élégante a alorsavec George Bryan Brummell (1778- été critiqués par leurs contemporains besoin de cinq à six toilettes par jour :1840). Alors que la mode était à la tant leur habit était original et éloigné saut de lit, peignoir au réveil, costumeculotte, il portait pantalons, chemises de la sobriété de Brummell. Au milieu du tailleur pour les courses du matin, robede lin à cols très hauts et cravates, se siècle, celui que l’on appelle « dandy » de visites l’après-midi, tea-gown pourdistinguant par une sobriété exemplaire porte de longs pantalons très ajustés, l’intérieur. Les robes du soir, quant àqui lui conféra le titre d’arbiter présente des épaules rembourrées et une elles, peuvent être robe de dîner ouelegantiarum (arbitre des élégances) taille haute qu’il associe à un collet raide, d’opéra. L’émergence des loisirs et duà la cour britannique. Au XIX e siècle, ce qui lui donne « l’air d’une guêpe ». tourisme crée également la nécessité de
  11. 11. dossier de presse> Fashioning Fashion : deux siècles de mode européenne 1700-1915 16. Cape collet, dentelle de coton brodée de paillettes et perles, 1895 © 2010 Museum Associates/LACMA 17. Robe de cour de Marie II du Portugal, satin, broderie de laine, vers 1845 © 2010 Museum Associates/LACMAnouvelles tenues. En effet, les stations Jacquard est perfectionnée en 1801 permet de serrer davantage le corsetbalnéaires très en vogue proposent de et la machine à coudre est inventée sans déchirer le tissu. Un an plus tard,nombreuses animations nécessitant en 1830 par Barthélémy Thimmonier le cambrion en métal, placé sous lades toilettes particulières, telles que la (1793-1857). Alors qu’au XVIII siècle, e semelle, facilite le retour du talon.robe de tennis, le costume de bain ou les vêtements étaient réalisés sur En 1858, les cerceaux métalliquesla saute-en-barque. La diversification mesure et à la main, leur élaboration des crinolines Thomson libèrent lesdes tenues est aussi favorisée par est à présent partiellement mécanisée, jambes des multiples jupons portésl’industrie, dans le but d’augmenter les notamment en ce qui concerne la auparavant.ventes. dentelle et la broderie, ce qui permet une production plus rapide et à moindre La tournure dans les annéesTextiles et industrie coût. De nouveaux colorants artificiels 1870-1880Grâce à la révolution industrielle, des permettent aux femmes d’arborer Vers 1870, la tournure remplace laavancées techniques permettent la des tenues aux coloris tapageurs. Les crinoline. Cette demi-cage baleinéeproduction en série et la démocratisation progrès en matière de métallurgie accentue la cambrure des reins ende modèles bon marché par le biais engendrent, quant à eux, la création rejetant l’ampleur de la jupe à l’arrière.de la confection. La mécanique en 1828 de l’œillet métallique qui Le volume de la tournure évolue
  12. 12. dossier de presse> Fashioning Fashion : deux siècles de mode européenne 1700-191518. Veste féminine de chasse, Écosse, drap de laine, 1825-1830 19. Robe, mousseline de coton, 1855 © 2010 Museum Associates/LACMA© 2010 Museum Associates/LACMAjusqu’en 1890, elle peut soutenir un Les années 1880-1890 mantelets sont d’une grande variété.pouf, prendre la forme d’une queue Qu’il s’agisse de la mode masculine ou de Le costume masculin évolue peu maisd’écrevisse ou être portée sous la robe la mode féminine, la tendance générale se simplifie aussi : l’habit à basquesà la polonaise, de nouveau en vogue de la fin du siècle est à la simplification. est maintenant réservé à la tenue deà cette période. Les modes changent La jupe à plis verticaux concurrence la soirée et seule la cravate peut donnerrapidement : la tournure disparaît vers jupe drapée de la décennie précédente une touche de fantaisie à la tenue. Il1880, lorsque la silhouette devient et le costume « tailleur » connaît faut toutefois noter l’importance desfiliforme avec la robe « princesse ». un succès grandissant. Il s’agit d’un accessoires : un élégant ne peut sortirLa chevelure élevée en gros chignon ensemble peu ornementé composé d’un sans son chapeau haut-de-forme, saau-dessus de la tête contribue à cette corsage-veste très ajusté à petites montre à gousset, ses boutons deallure longiligne. Les tenues féminines basques et d’une double jupe. Le corset manchettes et son épingle à cravate.nécessitent de grandes quantités de impose toutefois toujours une lignetissu et, pour suivre à moindre coût sinueuse et cambrée accentuée par Japonisme et Art nouveaules modes nouvelles, les femmes les cols montants et les chapeaux plus Le Japonisme, favorisé par l’ouverturereprennent des robes défraîchies volumineux. Les vêtements de dessus forcée du Japon en 1853, a uneafin de créer d’autres toilettes. comme les visites, les pardessus ou les influence considérable sur les artistes
  13. 13. dossier de presse> Fashioning Fashion : deux siècles de mode européenne 1700-191520. Détail de chaussures, Londres, satin, broderies, perles, vers 1913 21. Turban, Paul Poiret, porté par Denise Poiret, 1911, porté pour « La mille-et-deuxième nuit »occidentaux. Introduits en France par unique. Ils permettent de voir la mode sur des « sosies », des jeunes fillesl’intermédiaire des estampes, les motifs d’une façon différente, proposant des choisies en fonction de la morphologiejaponais témoignent d’une sensibilité vêtements en accord avec la décoration des clientes. Elles voient l’allure dudifférente. Eaux ruisselantes, fleurs et intérieure, à la fois pratiques et vêtement terminé et s’assurent qu’ilhirondelles viennent couvrir les textiles, esthétiques. répond bien à leurs attentes avant deles éventails et les bijoux. Le kimono l’acheter. Le succès du couturier futdevient à la mode en Occident. Il est Et la haute couture apparaît… immense. Paul Poiret, ancien apprentiporté par les femmes lors des bals Charles Frederick Worth considéré de Worth, ouvre sa maison de couturecostumés ou comme tenue d’intérieur. comme l’inventeur de la haute couture en 1904 et se distingue tant par sesLes thèmes développés par le Japonisme ouvre en 1858 un établissement créations inspirées par l’Orient que partrouvent aussi un écho dans l’Art proposant ses propres créations. Pour son désir de repenser l’habit féminin.nouveau, avec la recherche des lignes la première fois, les modèles ne sont D’autres couturiers, comme Madeleinecourbes et des formes naturalistes. Ces pas commandés au préalable par les Vionnet ou Jacques Doucet, influencentdeux mouvements s’opposent aux excès clientes mais sortent tout droit de à leur tour la mode de leur temps etde l’industrialisation et à la production l’imagination de Worth. Les élégantes ouvrent la voie aux grands couturiersen série, favorisant l’artisanat et l’objet peuvent même admirer les tenues d’aujourd’hui.
  14. 14. dossier de presse> Fashioning Fashion : deux siècles de mode européenne 1700-19155. le lacma et ses collections de mode, sharon sadako takeda « L’idée de rassembler une collection de de mode européenne du musée. Fort vêtements et d’accessoires européens au respectable jusque-là, car bâtie pièce Los Angeles County Museum of History, par pièce, la collection s’est constituée Science, and Art remonte à 1915, un an grâce à la générosité du Costume Council avant que l’institution n’acquière son du musée et de donateurs individuels. premier tableau. Un demi-siècle plus Dès son arrivée au LACMA en avril tard, la section Art devient indépendante 2006, Michael Govan, Chief Executive et prend le nom de Los Angeles County Officer and Wallis Annenberg Director, Museum of Art (LACMA). Depuis la a encouragé les conservateurs à se création du département Costumes et montrer audacieux dans la recherche Textiles en 1953, plusieurs générations d’acquisitions, d’objets ou de collections de conservateurs ont développé et qui amélioreraient de manière exposé ces collections permanentes qui significative les collections permanentes représentent maintenant deux mille ans du musée, de même que leur dimension de création humaine issue de diverses mondiale. Le département Costumes et cultures dans le domaine du textile et Textiles a porté la collection Kamer-Ruf de la mode. Fin 2005, le LACMA apprend à l’attention du directeur. Après avoir que deux des principaux marchands examiné la collection Kamer-Ruf à Bâle, du secteur, Martin Kamer à Londres et il en a fait l’un de ses premiers projets Wolfgang Ruf à Beckenried, en Suisse, d’acquisition importante. Il a été renforcé ont réuni une importante collection par un don généreux de Michael et Ellen de mode européenne. Concurrents Michelson aussitôt qu’Ellen a pu voir la pendant de nombreuses années, Martin collection à Bâle avec Michael Govan. Kamer et Wolfgang Ruf au crépuscule D’autres généreuses contributions ont de leur carrière se mettent en quête suivi : celles du Costume Council, de de vêtements historiques de premier l’Edgerton Foundation, de Gail et Gerald plan. Ils décident de rassembler leurs Oppenheimer, Maureen H. Shapiro, collections respectives en une seule Grace Tsao et Lenore et Richard Wayne. et de la proposer à certains musées Enfin, une ultime participation majeure, internationaux. Représentant un total celle de Suzanne A. Saperstein, a de cinquante années d’acquisitions permis de faire de la collection de mode en ventes aux enchères, d’achats européenne du musée l’une des plus et d’échanges avec d’autres grands importantes au monde. marchands, leur collaboration aboutit à L’exposition célèbre l’étape importante une éblouissante collection de vêtements que représente cette acquisition et et d’accessoires pour hommes, femmes rend hommage, en y intégrant des et enfants qu’il serait impossible, de exemples clefs collectés depuis que réunir aujourd’hui. le musée existe, à la générosité des Pour le LACMA, l’acquisition de donateurs qui ont activement participé cet ensemble extraordinaire a à la constitution de la collection de tout instantanément enrichi la collection premier plan qu’est celle du LACMA. »
  15. 15. dossier de presse> Fashioning Fashion : deux siècles de mode européenne 1700-19156. le scénographe : frédéric beauclair Diplômé en 1987 de l’École Nationale Supérieure des Arts Appliqués et des Métiers d’Arts de Paris, dans la section Architecture Intérieure, Frédéric Beauclair ouvre son cabinet en 1988. Après un passage, en 1989, au sein de la Direction des musées de France, il se spécialise dans la muséographie et la scénographie. Cette expérience lui ouvre une carrière passionnante dans de nombreux musées et palais nationaux. En 23 ans, Frédéric Beauclair a conçu et réalisé plus de deux cents expositions temporaires et installations permanentes aussi bien en France qu’à l’étranger, notamment au Canada. Depuis 1996, il est professeur de Design d’Espace à l’École Nationale Supérieure d’Arts de Dijon. En 2009 - 2010, il réalise la scénographie de l’exposition « Sciences et curiosités à la cour de Versailles », au château de Versailles et « Roulez Carrosses » au musée des Beaux Arts d’Arras. Sa préoccupation est de concevoir une architecture épurée, sculptée par la lumière, et toujours au service de la beauté des œuvres présentées. L’exposition Le temps se déroule en ondulations, dans l’espace, tel un ruban lumineux dévoilant petit à petit deux cents ans de créations. Un serpentin de toile rétro-éclairé à la base se reflète dans des miroirs, permettant de destructurer l’exposition. La scénographie se veut reposante et épurée permettant au maximum la mise en valeur des œuvres.
  16. 16. dossier de presse> Fashioning Fashion : deux siècles de mode européenne 1700-19157. partenariat vivarte Vivarte est le leader en France sur le L’internaute peut également bénéficier secteur de la vente de chaussures et de d’exclusivités, des produits étant parfois vêtements. Tout au long de son histoire, proposés en avant-première. le Groupe a su allier savoir faire, produits Ce dynamisme constitue l’une des de qualité et innovation. Composé de forces du Groupe, qui trouve ainsi le bon vingt-quatre enseignes et de 4 500 dosage entre mode tendance et grande points de vente en France, le Groupe diffusion, créateurs et grand public. propose une mode du quotidien variée Indispensables à la croissance, et accessible, capable de satisfaire tous l’ouverture de nouveaux magasins et les goûts qui habille les hommes, les la gestion dynamique des marques et femmes et les enfants. des enseignes constituent autant de Le Groupe a connu ses premiers succès chantiers prometteurs pour l’avenir de dans l’univers de la chaussure avec Vivarte. l’ouverture des magasins André, en 1904. Au fil des ans, il a diversifié www.vivarte.fr son activité pour proposer une offre complète d’habillement, via des produits de qualité et innovants. Fidèle à cet esprit depuis sa création, Vivarte a su consolider sa croissance Accessoire Diffusion grâce à l’acquisition et à la création de André nouvelles enseignes. Beryl Respectant les caractéristiques des Besson différentes enseignes qui le composent, Caroll il a su inventer de nouvelles offres tout Chevignon en restant accessible à ses différents Cóctel publics, mêlant la force de la tradition Cosmoparis au dynamisme de la modernité. Defimode Ainsi, pour fêter les 60 ans de Pataugas, Fosco la marque a invité Jean Paul Gaultier à Kookaï créer la collection de l’été 2010. D’autre La Halle ! part, l’ouverture de la première boutique La Halle aux chaussures parisienne Les Fées de Bengale, une La Halle aux chaussures, Suisse enseigne ethnico-bio acquise en Chaussland juillet 2009, ancre Vivarte du côté des Shoes paradise entreprises responsables et tendances. Il mercado della scarpa Depuis 2 ans, les enseignes du Groupe Les Fées de Bengale se lancent dans la vente en ligne. Merkal Au-delà de la présentation des fiches Minelli produits, certains sites offrent à leurs Mosquitos visiteurs une prestation de conseil : les Naf-naf stylistes y proposent des associations Pataugas de produits et y présentent des looks en San Marina adéquation avec les tendances.
  17. 17. dossier de presse> Fashioning Fashion : deux siècles de mode européenne 1700-19158. activités pour les jeunes L’étoffe d’une reine Soieries et broderies des fabuleux costumes historiques présentés sont autant de sources d’inspiration pour la création d’un nouveau matériau textile, tout en préciosité et élégance. Atelier 5-7 et 8-10 ans En famille enfants à partir de 5 ans Au fil du costume Cet atelier propose un voyage à travers le temps par la réalisation – dessin, découpage, collage – d’une frise animée retraçant l’évolution de la silhouette entre 1700 et 1913. Atelier 8-10 ans Atelier de la mode Ce stage est conçu comme une invitation à revisiter le passé. Silhouettes, matières et techniques sont à interpréter pour la réalisation d’un vêtement personnel, résolument contemporain. Stage 11-14 et 15-18 ans
  18. 18. renseignements pratiquesCommissaires :  > Véronique BELLOIR - Conservatrice - Collections de 1800 à 1939 - Mode et Textile> Denis bruna - Conservateur - Collections antérieures au XIXe siècle - Mode et TextileScénographie :> Frédéric Beauclair les arts décoratifs les amisHélène David-Weill, Il organise aussi des conférences et des tables Les Amis des Arts Décoratifs contribuentPrésidente rondes au rayonnement des musées des ArtsMarie-Liesse Baudrez, > Inscription par téléphone : Décoratifs en France et à l’étranger. Par leurDirectrice générale +33 01 44 55 59 75 action, ils participent à l’enrichissement etBéatrice salmon, à la restauration des collections. L’adhésionDirectrice des musées la bibliothèque permet de bénéficier de l’entrée gratuite dansPascale de seze, les musées des Arts Décoratifs et de participerDirectrice de la communication Bibliothèque des Arts décoratifs à des visites privées, à des journées à thème 107, rue de Rivoli – 75001 Paris et à des voyages culturels. les musées > Téléphone : +33 01 44 55 59 36 > Téléphone : +33 01 44 55 59 78 Ouverte du mardi au samedi de 10 h à 18 hmusées des arts décoratifs l ’ espace boutique107, rue de Rivoli – 75001 Paris l ’ école camondo> Téléphone : +33 01 44 55 57 50 107RIVOLIMétro : Palais-Royal, Pyramides, Tuileries 266, Boulevard Raspail – 75014 Paris art mode design parisOuverts du mardi au dimanche de 11 h à 18 h > Téléphone : +33 01 43 35 44 28 107, rue de Rivoli – 75001 Paris(Nocturne le jeudi jusqu’à 21 h : La boutique 107Rivoli Art Mode Design estSeules les expositions temporaires les ateliers du carrousel gérée par Artcodif, filiale des Arts Décoratifset la galerie des bijoux sont ouvertes) et du groupeentrée > plein tarif : 9,50 € 107, rue de Rivoli – 75001 Paris > tarif réduit : 8€ 266, Boulevard Raspail – 75014 Paris La société Artcodif est également chargée de 63, rue de Monceau – 75008 Paris l’édition d’objets issus des collections des Artsmusée nissim de camondo > Téléphone : +33 01 44 55 59 02 Décoratifs.63, rue de Monceau – 75008 Paris > Téléphone : +33 01 42 60 64 94> Téléphone :+33 01 53 89 06 40 le club des partenaires Ouvert de 10 h à 19 hOuvert de 10 h à 17 h 30 Fermé le lundiFermé le lundi et le mardi Le Club des Partenaires rassemble desentrée > plein tarif : 7,50 € entreprises désireuses de participer au le restaurant > tarif réduit : 5,50 € rayonnement des Arts Décoratifs, de nouer des liens durables avec notre Institution et de Le Saut du Loup le service des publics des musées développer leurs réseaux. C’est un laboratoire le restaurant - le bar - la terrasse d’idées et d’interactions entre acteurs 107, rue de Rivoli – 75001 ParisLe département pédagogique et culturel économiques, acteurs culturels et créateurs. ou accès par les jardins du Carrouselorganise des visites pour adultes, groupes ou L’adhésion - avec 3 niveaux différents - Ouvert tous les jours de 12 h à 2 hindividuels bénéficie des avantages du mécénat. > Téléphone : +33 01 56 88 50 60> Inscription par téléphone : > Téléphone : +33 01 44 55 58 07+33 01 44 55 59 26 site internetet des visites-ateliers et visites guidées autourd’une exposition pour les jeunes de 4 à 18 ans www.lesartsdecoratifs.fr> Inscription par téléphone : www.facebook.com/lesartsdecoratifs+33 01 44 55 59 25 www.twitter.com/artsdecoratifs

×