Giuseppe,	  le	  jardinier	  du	  Vatican	  	  	  Urbi	  et	  orbi.	  Dimanche	  31	  mars	  2013,	  cité	  du	  Vatican.	...
régulier	  d’un	  sécateur	  me	  sort	  de	  ma	  rêverie	  et	  j’avance	  un	  peu	  plus	  vers	  un	  haut	  massif	 ...
Il	  ajoute	  en	  souriant	  de	  sa	  situation	  :	  	          -­‐ Moi-­‐même,	  j’ai	  mis	  du	  temps	  à	  trouver...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Giuseppe

4 694 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
4 694
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
4 277
Actions
Partages
0
Téléchargements
0
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Giuseppe

  1. 1. Giuseppe,  le  jardinier  du  Vatican      Urbi  et  orbi.  Dimanche  31  mars  2013,  cité  du  Vatican.  Les  cloches  sonnent  à  toute  volée,  je  n’entends  même  pas  la  voix  de  Jean,  mon  amoureux,  qui  essaie  de  me  lire  les  indications  de  notre  guide  sur  les  collections  du  musée  du  Vatican  devant  lequel  nous  faisons  la  queue.  Je  me  sens  délicieusement  bien,  à  goûter  au  soleil  de  Rome,  accrochée  à  son  bras.  Nos  engueulades  et  stress  parisiens  semblent  loin.  J’avais  raison,  nos  quatre  jours  en  Italie  remplissent  leur  promesse  de  nous  retrouver.  Nous  repartons  ce  soir,  mais,  pour  l’heure,  je  m’abandonne,  blottie  contre  son  épaule.      Et  dire  que  c’eût  pu  être  Séville.  Début  mars,  cherchant  sur  Internet  et  en  urgence  le  moyen  de  sauver  notre  amour  du  marasme  parisien,  j’optai  pour  un  séjour  à  Rome.  Je  ne  souhaitais  pas  particulièrement  que  notre  couple  bénéficie  d’une  bénédiction  papale  sous  le  balcon  de  saint  Pierre.  Le  monde  ne  savait  alors  pas  quel  pape  célébrerait  Pâques  et  je  voulais  davantage  une  destination  sexy  que  tournée  vers  la  prière.  Mais  difficile  d’y  couper  à  cette  saison  :  l’Andalousie  dont  je  rêvais  a  la  mauvaise  habitude  de  doubler  tous  ses  tarifs  pour  les  mythiques  processions  pascales  en  chasubles  et  bonnets  pointus  qui  viennent  s’admirer  du  monde  entier.  La  réception  du  premier  tiers  provisionnel  des  impôts  eut  raison  de  la  folie  que  j’étais  prête  à  faire  pour  un  dépaysement  romantique.  L’Italie  m’apparut  comme  le  recours  sans  risque  pour  une  coupure  alliant  dépaysement,  culture,  bons  produits  dans  l’assiette,  et  crapulerie  dans  la  sieste.      Je  ne  veux  pas  dépeindre  par  le  programme  un  week-­‐end  en  amoureux,  mais  témoigner  ici  d’un  vrai  miracle  de  Pâques  qui  précisément  n’était  pas  programmé.    Nous  avons  prévu  de  voir  le  musée  du  Vatican  pendant  la  bénédiction  du  dimanche,  pensant  que  l’attractivité  d’un  nouveau  locataire  place  Saint-­‐Pierre  assure  une  attente  moins  longue  pour  les  toiles  et  les  fresques.  Peu  de  temps  dans  la  queue,  mais  des  heures  les  yeux  rivés  à  des  merveilles  dans  les  galeries  me  laissent  un  peu  cotonneuse.  Je  ne  retrouve  pas  Jean  au  moment  de  sortir  et,  plutôt  que  d’attendre  et  de  m’énerver  contre  lui  comme  souvent,  je  continue  de  marcher  dans  un  long  couloir.  La  tête  dans  les  nuages  de  Michel-­‐Ange  et  le  nez  dans  mon  guide,  je  m’égare  et  quitte  doucement  le  brouhaha  d’une  trentaine  de  Chinois  se  regroupant.  Le  calme  me  fait  lever  la  tête  face  à  deux  portes,  l’une  s’intitule  Uscita  et  je  pousse  l’autre  machinalement.  Cinq  marches  me  conduisent  dans  un  péristyle  de  moins  en  moins  sombre  et  je  comprends  qu’un  jardin  s’ouvre  juste  derrière  le  musée.  À  deux  pas  de  la  Création  de  la  chapelle  Sixtine  se  trouve  un  Éden  invisible  aux  touristes.      J’y  marche,  emplie  de  la  pureté  de  l’endroit  qui  fixe  sur  mon  visage  un  sourire  béat.  La  douceur  du  printemps  me  fait  goûter  à  un  parfait  moment  de  paix.  Le  parc  a  des  dimensions  incroyables  en  pleine  ville  et  je  m’avance  entre  les  haies  et  les  pelouses,  surprise  qu’il  soit  entièrement  vide.  Personne  ici,  alors  qu’au  loin  je  perçois  les  clameurs  régulières  de  la  foule  venue  recevoir  la  bénédiction  de  ce  jour  de  résurrection.  La  cérémonie  a  vidé  les  musées  des  touristes,  mais  aussi  la  cité  de  son  clergé  et  de  ses  gardes  colorés.  J’oublie  alors  le  temps  et  me  promène  dans  les  méandres  du  jardin  sans  me  soucier  de  mon  compagnon.      La  lumière  est  crue  et,  passant  sous  une  voûte  en  cyprès,  je  suis  presque  éblouie  par  le  soleil  et  ferme  un  instant  les  yeux  pour  apprécier  sa  chaleur  sur  mon  visage.  Le  bruit  
  2. 2. régulier  d’un  sécateur  me  sort  de  ma  rêverie  et  j’avance  un  peu  plus  vers  un  haut  massif  de  roses.  Un  jardinier  se  tient  de  dos,  un  large  chapeau  de  paille  le  protège  et  il  porte  une  ample  chemise  de  lin.  Entendant  mes  pas  sur  le  gravier  il  se  retourne  et  son  sourire  remplace  la  coupe  des  fleurs.   -­‐ Buongiorno.  Vous  avez  vu  ce  ciel  magnifique  ?  J’ai  l’impression  de  connaître  cet  homme  parlant  spontanément  ma  langue,  mais  son  accent  me  trouble,  je  ne  peux  l’identifier.   -­‐ Oui,  mais  comment  savez-­‐vous  que  je  suis  française  ?   -­‐ Croyez-­‐moi,  votre  allure  ne  laisse  pas  de  place  au  doute,  vous  êtes  parfaitement   française.  Il  sourit  et  ajoute  :  et  puis  nous  nous  connaissons.   -­‐ Ah  bon,  mais  comment  vous  appelez-­‐vous  ?    Je  suis  déstabilisée  à  la  fois  par  l’accent  très  parisien  utilisé  dans  ce  «  Ah  bon  ?  »  idiot  qui  lui  donne  raison  et  par  mon  incompréhension.   -­‐ Appelez-­‐moi  Giuseppe,  je  suis  le  jardinier  de  Sa  Sainteté.    Sa  dernière  intonation  révèle  l’incroyable  :  devant  moi  se  tient  le  Benoît  XVI  qu’il  n’est  plus.    L’étonnement  ne  s’arrête  pas  là.  Comme  je  recule  d’un  pas  un  peu  incrédule,  la  vue  d’une  bêche  adossée  à  un  tronc  m’éclaire  tout  à  fait.  Il  y  a  une  heure,  j’admirais  la  même  scène  dans  un  tableau  :  le  Christ  apparaissant  en  jardinier  à  Marie-­‐Madeleine  venue  au  tombeau.  Il  avait  une  bêche  et  un  chapeau  tressé  comme  devant  moi  le  pape.  Je  ne  pratique  pas  beaucoup  la  religion  de  ma  culture,  mais  plusieurs  notions  se  rappellent  alors  à  moi.  Le  jour  de  la  résurrection  du  Christ,  ses  disciples  le  pleuraient  sans  savoir  ce  qu’il  était  advenu  de  son  corps.  Aujourd’hui,  je  suis  seule  à  assister  à  une  sorte  d’ubiquité  papale  avec  la  voix  de  l’un  au  loin  et  devant  moi  celui  que  nous  ne  verrons  plus.  Le  parallèle  me  trouble  tellement  que  je  m’apprête  à  lui  demander  bêtement  s’il  est  ressuscité,  mais  heureusement  je  transforme  en  larmes  ma  fébrilité.   -­‐ Ne  pleure  pas,  Émilie  !  Il  ajoute  à  ma  confusion  en  reprenant  les  paroles  exactes  du  Christ  à  Marie-­‐Madeleine,  mais,  surtout,  il  devine  mon  prénom.  J’en  ris  d’étonnement  :   -­‐ Vous  avez  raison,  nous  nous  connaissons.  Mais  comment  le  pouvez-­‐vous  ?     -­‐ C’est  le  mystère  de  Pâques,  me  répond-­‐il  doucement.    Sa  prévenance  à  me  conduire  à  un  banc  de  pierre  pour  retrouver  mes  esprits  me  pousse  à  l’interroger  sur  sa  nouvelle  vie.  Giuseppe  parle  français  comme  Joseph  italien  et  toutes  les  langues  du  cœur.   -­‐ Vous  allez  vraiment  devenir  jardinier  ?   -­‐ Mais  oui  :  un  serviteur  parmi  les  serviteurs  et  plus  proche  des  hommes.  Notre   rencontre  en  atteste  et  elle  me  met  en  joie.  Il  faut  accepter  que  d’autres  fleurs   viennent  après  nous,  et  les  laisser  grandir  sans  faire  d’ombre.  Moi,  en  revanche,   l’ombre  me  va  très  bien.     -­‐ Et  vous  serez  heureux  dans  le  jardin  de  ce  monastère  ?   -­‐ Vous  savez,  Émilie,  je  vois  Dieu  tout  autour  de  nous,  il  n’est  pas  nécessaire  de   trop  chercher  son  bonheur  ailleurs.  À  vous  de  dessiner  votre  jardin  avec  ce  qu’il   renferme.    Au  bout  d’un  temps  incertain,  il  n’y  a  plus  de  bruit  au  loin  et  Giuseppe  me  raccompagne  à  une  porte  dérobée  :     -­‐ Je  ne  sais  pas  bien  par  où  se  trouve  la  porte  vers  la  ville,  mais  les  gardes  prennent   souvent  par  là.    
  3. 3. Il  ajoute  en  souriant  de  sa  situation  :     -­‐ Moi-­‐même,  j’ai  mis  du  temps  à  trouver  ma  sortie  et  vous  voyez,  Émilie,  même   maintenant,  je  suis  toujours  au  sein  du  Vatican.  Je  suis  sûr  que  vous  trouverez   votre  voie,  me  dit-­‐il  avec  un  sourire,  avant  d’ajouter  :  Bonnes  fêtes  de  Pâques  !      Je  ris  de  l’intonation  qu’il  a  prise  avec  une  main  levée  et  le  sécateur  dans  l’autre  :  une  attitude  que  je  lui  ai  tellement  vue  à  la  télévision.  On  ne  se  refait  pas  si  vite,  et  Giuseppe  le  jardinier  a  encore  des  réflexes  de  Benoît  XVI.      J’arrive  par  le  côté  place  Saint-­‐Pierre  alors  que  la  foule  immense  commence  à  se  retirer.  Toute  remuée  encore  par  mon  entrevue  improbable,  je  suis  happée  par  un  mouvement  qui  me  pousse  et  me  porte  sous  la  grande  colonnade.  On  me  projette  littéralement  dans  les  bras  de  Jean  qui  ressemble  à  un  héron,  sur  la  pointe  des  pieds,  il  tire  sur  son  cou  pour  tenter  de  me  repérer  :   -­‐ Émilie  !  Je  te  cherchais,  c’est  un  miracle  de  tomber  sur  toi  avec  cette  densité.  Tu   étais  où,  ma  très  belle  ?   -­‐ Où  j’étais  ?  Tu  ne  vas  pas  me  croire.  Et  surtout  avec  qui  ?  Ça  aussi,  c’est  un  petit   miracle.    Les  cloches  sonnent  à  toute  volée  et  je  suis  heureuse  d’être  venue  les  entendre  à  Rome.  Demain,  c’est  le  premier  avril.          

×