OSULLIVAN Liam - Mémoire en histoire

250 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
250
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
16
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

OSULLIVAN Liam - Mémoire en histoire

  1. 1. Voici qu’un désir me saisit, L’idée m’est venue à l’esprit De commencer à réciter, De moduler des mots sacrés, D’entonner le chant de famille, Les vieux récits de notre race ; Les mots se fondent dans ma bouche, Les paroles lentement tombent, Elles s’envolent de ma langue, Se dissipent entre mes dents. Le Kalevala, chant I. Dans la concurrence internationale, les petits peuples doivent faire de grands efforts. Leurs aspirations et l’influence extérieure de leur activité ne sont ni vaines ni infimes ; Elles ne visent pas à des conquêtes belliqueuses ni à la prédominance sur d’autres États. Elles tendent plus haut, vers les valeurs culturelles qui forment le bien de l’humanité. Juho Paasikivi, discours prononcé au quinzième anniversaire l’indépendance finlandaise, 7 décembre 1934.
  2. 2. Je tiens tout d’abord à remercier mon promoteur, Monsieur Vincent Dujardin, pour sa grande disponibilité et ses précieux conseils. Je remercie également Monsieur Didier Amaury au ministère des Affaires étrangères pour son aide avec les archives concernant la Finlande. Enfin, à mon épouse Riikka O’Sullivan, ainsi qu’à Niilo Lehmussaari et Timo Välilä, qui m’ont aidé avec le matériel en langue finnoise, kiitos kaikille.
  3. 3. Table des matières ..................................................................................................................1. Introduction 1 .....................................................................................................2. Contexte historique 8 .......................................................................................................2.1. La Belgique 8 ......................................................................................................2.2. La Finlande 14 .................................................................................3. Sortir de la guerre : 1917-1924 27 ....................................................................................3.1. La question finlandaise 27 ..................................................................................3.2. Les premiers diplomates 31 ...................................................3.2.1. Paul May à Stockholm et à Helsinki 32 .....................................3.2.2. Yrjö Saastamoinen à La Haye et à Bruxelles 38 .......................................................3.2.3. Une question de renseignement ? 39 ...................................3.3. Puutavaraa ja metallia : le commerce belgo-finlandais 39 .....................................................................3.3.1. Des premières difficultés 45 .................................................................3.3.2. De bons premiers résultats 48 ............................................................................3.4. Les problèmes linguistiques 52 ........................................................................3.4.1. L’université d’Helsinki 52 ..........................................3.4.2. Une question linguistique diplomatique ? 55 .............................................................................................3.5. La germanophilie 56 .........................................................................................3.5.1. Les origines 56 .......................3.5.2. Ses conséquences sur les relations belgo-finlandaises 58 .......................................................................................................3.6. Conclusion 61 .........................................................4. Le pacifisme avant la dépression : 1925-1929 63 .....................................................................................................4.1. Introduction 63 ................................................................................4.2. Des nouveaux diplomates 64 ......................................4.2.1. Félix Jansen, consul de Belgique à Helsinki 64 ................4.2.2. Harri Holma, ministre de Finlande à Paris et à Bruxelles 68 ..........................4.3. Diverses manifestations du rapprochement belgo-finlandais 71
  4. 4. ............................................................4.4. L’essor du commerce belgo-finlandais 74 ....................4.5. Un conflit linguistique inspire-t-il des solutions pour un autre ? 77 .......................................................................................................4.6. Conclusion 77 .......................................................5. Les démocraties mises à l’épreuve : 1930-1934 80 .....................................................................................................5.1. Introduction 80 ...........................................5.2. Harold Eeman à Helsinki et Harri Holma à Paris 81 ........................................................................5.3. La fraternité belgo-finlandaise 85 ...................................................................................5.4. Le déclin du commerce 90 .........5.4.1. La mission commerciales belge en Finlande : septembre 1934 91 ..................................................5.4.2. Les résultats du commerce extérieur 94 .......................................................5.5. Les problèmes linguistiques s’exacerbent 96 ..........................5.6. La germanophilie renouvelée : le monument de Hamnskär 100 .....................................................................................................5.7. Conclusion 103 ......................................6. La faillite de la paix et le retour à la guerre : 1935-1939 105 ...................................................................................................6.1. Introduction 105 ....................6.2. Les dernières modifications de la représentation diplomatique 107 .........................................................................6.3. Un rapprochement prononcé 112 .......................................................................6.3.1. La politique étrangère 112 ................................................................6.3.2. Le rapprochement culturel 118 .......................................................6.4. Une reprise du commerce avant la chute 121 ..................6.5. La question linguistique et la germanophilie réglée en Finlande 124 .....................................................................................................6.6. Conclusion 125 ............................................................................7. Solidarité et rupture : 1939-1941 128 ....................................................................................7.1. « Poor little Finland » 128 ...............................................................................7.2. De mai 1940 à juin 1941 132 ........................................................................7.3. Une germanophilie manifeste 134
  5. 5. ................................................................................................................8. Conclusion 136 ..........................................................................................9. Sources et bibliographie 141 ..........................................................................................................9.1. Sources 141 ....................................................................................9.2. Instruments de travail 143 ............................................................................9.3. Travaux et travaux-sources 145 ..................................................................................................9.4. Sites internet 153 ...................................................................................................................10. Annexes 155 ................................................................................................10.1. Abréviations 155 ...................................................................................................10.2. Noms cités 156 ..................................................................................10.3. Lexique diplomatique 158 .................................................................................................10.4. Chronologie 159 ...........10.5. Ministres d’Affaires étrangères (Belgique et Finlande, 1918-1950) 160 .............................10.6. Corps diplomatique (Belgique et Finlande, 1920-1940) 161 .......................10.7. Évolution des consulats (Belgique et Finlande, 1914-1940) 162 .................10.8. Évolution de la représentation diplomatique belge en Finlande 163 ..............................................................10.9. Carte géographique de la Finlande 164 10.10. Valeur en millions de marcs finlandais des échanges commerciaux entre la ........................................................Belgique et la Finlande (1919-1945) 165 10.11. Part du commerce sur la valeur totale des échanges entre la Belgique et la ......................................................Finlande en pourcentage (1919-1945) 166 ..................................10.12. Portraits d’hommes finlandais dans la presse belge 167 ..........................................................................10.13. Harri Holma (1886-1954) 168 ...................................................................10.14. Hjalmar Procopé (1889-1954) 168 10.15. Inauguration du pavillon finlandais, Exposition internationale d’Anvers, ...........................................................................................................1930 169 ................................................................................10.16. Le pavillon finlandais 169
  6. 6. .......................................10.17. La mission commerciale belge à Helsinki, 1934 171 ...........10.18. Le pavillon finlandais, Exposition universelle de Bruxelles, 1935 171 10.19. Dos de couverture du Bulletin du comité économique belgo-finlandais, ..............................................................................................15 juin 1938 173 ...........................10.20. Première page de La Dernière Heure, 1 décembre 1939 174 10.21. Manifestations d’étudiants bruxellois devant la légation de Finlande, .......................................................................................8 décembre 1939 175 .........................10.22. L’ancien bâtiment de la légation de Finlande à Bruxelles 177 10.23. Fonds de secours pour soldats et familles finlandaises, Royaume-Uni, 1940 ...................................................................................................................178 ...............................................10.24. Iconographie des liens germano-finlandais 179 .............................................................................10.25. Monument à Hamnskär 180 ....................10.26. Affiche électoral de l’IKL pour les législatives de juin 1938 181 ............................................................10.27. Descriptif des journaux dépouillés 182 .............................................................................10.28. Les journaux finlandais 183
  7. 7. 1. Introduction Parler des relations internationales dans l’entre-deux-guerres en Europe équivaut à parler de la paix et de la prospérité, de crises et de guerres, de « grands » et de « petits » États. Nous connaissons bien les grands, notamment la France, l’Allemagne, le Royaume-Uni, l’URSS, les États-Unis et le Japon, mais pour ce qui est des petits, nous avons tendance à les placer soit au second plan, soit en relation avec les grands dans la trame narrative européenne. Souvent, le poids de politique extérieure d’une petite puissance se fait sentir surtout chez ses voisins, tant petits que grands1. Ces pays de « second rôle » n’ont, à première vue, peut-être pas beaucoup influencé les relations internationales de l’entre-deux-guerres mais cela ne signifie pas pour autant qu’ils n’ont rien à nous apprendre. Vesa Vares2 l’avait constaté au cours d’un colloque qui s’est tenu à l’université de Turku sur les nouvelles méthodes et orientations de l’histoire politique. Ce professeur finlandais remarqua que le sens traditionnel de celle-ci, c’est-à-dire l’étude de la diplomatie et la politique extérieure des États, était fort critiqué. Un conférencier en particulier croyait que ce domaine de la recherche scientifique perdait de sa pertinence et dérivait vers des sujets insipides, donnant comme exemple l’étude de l’Irlande selon la politique extérieure finlandaise : « In which way would such a study be relevant to anything? What could one expect to find other than some documents about the founding of the diplomatic relations and courtesy visits, which, however, would have no practical meaning as they would not affect Finnish or Irish foreign policy, let alone Finnish and Irish societies? Everyone was nodding; the methods and themes had to be renewed, in order not to drift to such peculiarities. »3 1 / 183 1 MATHISEN T., The Functions of Small States in the Strategies of the Great Powers, Oslo, Universitetsførlaget, 1972, p. 241. 2 VARES V. « Out of sight, not always out of might. Bilateral relations between distant small countries; methodological observations », in Valhalian Journal of Historical Studies, n° 16, 2011, pp. 5-19. Le professeur Vares est l’auteur de plusieurs articles sur la Finlande et d’autres pays ou entités, dont « Suomen paikka euroopassa maailmansotien välillä » (La place de la Finlande dans l’Europe entre les deux guerres mondiales), in RAILO E. et LAAMANEN V. (éd.), Suomi muuttuvassa maailmassa. Ulkosuhteiden ja kansallisen itseymmärryksen historiaa, (La Finlande dans un monde en mutation. L’histoire des relations extérieures et de son auto-compréhension nationale) Helsinki, Edita, 2010, pp. 135-191 ; « Suomi lännen silmin » (La Finlande vue par l’occident), in RAILO E. et LAAMANEN V. (éd.), op. cit., pp. 318-350. 3 VARES V., « Out of sight… », pp. 5-6.
  8. 8. Tout en étant d’accord sur la nécessité de renouveler les méthodes de recherche, le professeur Vares n’était pas prêt, comme ses collègues, à jeter le bébé avec l’eau du bain. Étudier l’évolution des relations diplomatiques entre l’Irlande et la Finlande ne serait pas anodin. Nul doute que cette thématique intéresserait peu de chercheurs mais ce n’est pas une raison suffisante pour la rayer de la carte : « studying the bilateral relations of two distant countries in the very least gives a possibility to find something new »4. C’est en suivant ce raisonnement que nous présentons ce travail sur l’étude des relations bilatérales entre la Belgique et la Finlande, deux pays small et distant. Au cours des huit dernières années, nous avons eu l’occasion de visiter la Finlande à plusieurs reprises, Helsinki en particulier. La culture finlandaise est très ancienne et fascine tant les historiens que les anthropologues, les sociologues et les philologues. C’est donc pour mieux saisir ce « pays aux mille lacs », son peuple et son histoire, que nous nous intéressons à la République finlandaise selon la perspective belge. Comment la Belgique réagit-elle à la déclaration d’indépendance de la Finlande en 1918 ? Une fois établies, quelle sera la nature de leurs relations bilatérales ? Comment s’influencent-ils l’un l’autre ? Comment vivent-ils la prospérité des années 1920 et les turbulences des années 1930 ? Reprenant les questions du professeur Vares, « how do the smaller countries and their narratives relate to the context of the “greater narrative”, how are they influenced by it, and how do they themselves influence it? »2 Ce travail tentera d’apporter des éléments de réponse à ces questions. Par cette démarche, nous espérons contribuer à la recherche scientifique des relations bilatérales entre deux petits pays au sein d’une Europe mise à mal entre les deux guerres mondiales, en espérant y découvrir quelque chose de neuf. 2 / 183 1 Ibid., p. 5. 2 Ibid., p. 18.
  9. 9. Les principaux ouvrages sur la Finlande et ses relations avec d’autres pays se limitent aux puissances mondiales1. Il n’est donc pas étonnant d’apprendre qu’il existe peu de travaux d’histoire sur la Belgique et la Finlande pour notre période2. Cependant, ce n’est pas un désert total. Il existe un excellent mémoire de licence en histoire, réalisé en 1983 par Michel Moreels3 qui examine les réactions des différents milieux belges (les pouvoirs publics, le monde des affaires, les milieux idéologiques, etc.) face à la guerre opposant la Finlande et l’URSS. Étant donné l’ampleur de cette thématique, Michel Moreels traite très peu des relations bilatérales entre la Belgique et la Finlande, soit un total de 21 pages pour la période de l’entre-deux-guerres. Il y a également un article rédigé par Armas E. Martola sur l’histoire des relations commerciales belgo- finlandaises mais ce texte est très succinct4. Face à ce constat, il nous semble donc opportun de débroussailler ce terrain très peu exploré. Pour réaliser ce travail, nous nous sommes basés principalement sur des sources publiques et privées belges. Dans la mesure du possible, nous utiliserons des sources et des travaux historiques finlandais. Nous avons eu l’occasion de consulter certaines archives à Helsinki5 mais notre séjour étant de courte durée, nous n’avons pu procéder à 3 / 183 1 CLERC L., La Finlande et l’Europe du Nord dans la diplomatie française : relations bilatérales et intérêt national dans les considérations finlandaises et nordiques des diplomates et militaires français, 1917-1940, Bruxelles, Peter Lang, 2011 (Enjeux internationaux ; 18) ; FÄLT O. K., Eksotismista realismiin. Perinteinen Japanin-kuva Suomessa 1930-luvun murroksessa (De l’exotique au réalisme. L’image traditionnelle du Japon en Finlande dans les années 1930), Rovaniemi (Finlande), Pohjois- Suomen Historiallinen Yhdistys, 1982 ; HYYTIÄ O., Suomi ja Hitlerin Saksa 1933-1939 (La Finlande et l’Allemagne hitlérienne 1933-1939), Helsinki, Minerva, 2012 ; LYYTINEN E., Finland and the British Politics in the First World War, Helsinki, Suomalainen Tiedeakatemia, 1980 ; PAASIVIRTA J., Finland and Europe: The Early Years of Independence, 1917-1939, trad. du finnois par HERRING P., Helsinki, SHS, 1988 (Societas historica Finlandiae. Studia historica ; 29) ; ROY A., Finland’s Relations With The Soviet Union, 1944-84, Chippenham (Wiltshire), Palgrave Macmillan, 1985 ; Suomen ja Yhdysvaltain diplomaattisuhteet (Relations diplomatiques finno-américaines), 2e éd., Jyväskylä, Gummerus Kirjapaino, 1999 ; UOLA M., Suomi ja keskuksen valtakunta. Suomen suhteet Kiinan tasavaltaan 1919-1949 (La Finlande et le royaume central. Les relations finlandaises avec la République chinoise 1919-1949), Kangalasa (Finlande), Kangasalan Kirjapaino, 1995. 2 Dès la fin de la Deuxième Guerre mondiale - mais surtout après la conclusion des accords d’Helsinki et la Conférence sur la sécurité et la coopération en Europe, plusieurs travaux sur les relations multilatérales européennes traitent de la Belgique et de la Finlande. 3 MOREELS M., La Belgique face au conflit russo-finlandais (décembre 1939-mars 1940), UCL, Louvain- la-Neuve, 1983. 4 MARTOLA A. E., « Évolution du commerce extérieur de la Finlande et ses relations commerciales avec la Belgique dans les temps anciens et modernes », in Revue de la société d’études et d’expansion, n° 60, 1961, pp. 287-292. 5 Les Archives nationales (Kansallisarkisto) (http://www.arkisto.fi/en/frontpage) et les archives du ministère des Affaires étrangères (Ulkoasiainministeriö) (http://formin.finland.fi/public/default.aspx? nodeid=49228&culture=en-US&contentlan=2).
  10. 10. un dépouillement profond. Ce travail n’est donc pas une étude des relations bilatérales stricto sensu étant donné qu’il existe un « manque d’équilibre » de la provenance des sources. Nos sources les plus importantes proviennent naturellement des archives des ministères des Affaires étrangères de nos deux pays : le Service Public Fédéral Affaires Etrangères, Commerce extérieur et Coopération au Développement, ou ministère des Affaires étrangères (MAEB) en Belgique et l’Ulkoasiainministeriö (UM) en Finlande. Bruxelles nous livre une grande quantité de documents : il existe plus d’une vingtaine de séries d’archives concernant la Finlande. Parfois, il ne s’agit que d’une simple farde avec quelques pièces ou d’un grand dossier contenant une centaine de pièces. On y retrouve un dossier complet sur la Belgique et la reconnaissance de la Finlande, l’état des consulats belges en Finlande, des documents portant sur les relations culturelles et commerciales, de la correspondance, des rapports du consul de Belgique à Helsinki (ou du ministre1 de Belgique à Stockholm2 et à Helsinki) sur la situation politique, économique et sociale de la Finlande ainsi que l’état des entreprises forestières et industrielles belges en territoire finlandais. Pour ce qui est des archives de l’UM, Helsinki ne conserve que quatre cartons sur ses relations avec Bruxelles pour notre période, plus précisément entre 1921 et 1939. Il s’agit principalement de pièces de correspondance entre le personnel diplomatique finlandais à Bruxelles ou à Paris et le ministre des Affaires étrangères à Helsinki. Par le biais de ces sources, nous verrons comment les diplomates, sous la tutelle des ministères des Affaires étrangères, travaillent pour atteindre les objectifs de leur politique nationale : obtenir des renseignements sur le pays étranger, établir et maintenir des contacts avec les autorités locales et représenter les intérêts commerciaux du pays d’origine3. 4 / 183 1 Avant la Première Guerre mondiale, la Belgique n’avait pas d’ambassadeurs, ceux-ci formant la première classe d’un corps diplomatique, ainsi que des légats et des nonces. Elle avait des agents diplomatiques de deuxième classe, c’est-à-dire des envoyés extraordinaires et ministres plénipotentiaires. COOLSAET R., DUJARDIN V., ROOSENS C., Les affaires étrangères au service de l’État belge de 1830 à nos jours, Bruxelles, Mardaga, 2014, p. 35. 2 Au début des relations belgo-finlandaises, le ministre de Belgique en Suède était également accrédité ministre en Finlande, mais avec résidence à Stockholm. 3 BERRIDGE G. R., Diplomacy. Theory and Practice, 3e éd., Basingstoke, Palgrave, 2005, pp. 1-3.
  11. 11. Certains anciens ministres des Affaires étrangères et diplomates des deux pays concernés ont versé leurs papiers personnels à différents services d’archives. Les anciens ministres belges1 n’ont laissé aucune information pertinente sur les relations belgo-finlandaises2. Par contre, les papiers de certains diplomates mentionnent des éléments intéressants sur notre sujet et nous les exploiterons dans ce travail, notamment Paul May, Michel Nicaise, Fernand Gobert, Félix Jansen et Pierre Bure. Les Archives nationales de Finlande à Helsinki conservent les papiers de tous les ministres des Affaires étrangères de l’entre-deux-guerres, à l’exception de Juho Erkko3. Nous en utilisons quelques-uns dans ce travail, notamment les ministres Hjalmar Procopé et Carl Enckell, ainsi que Harri Holma, ministre de Finlande à Paris et à Bruxelles. Les dernières sources émanant du secteur public, uniquement en Belgique cette fois-ci, sont les procès-verbaux du Conseil des ministres ainsi que les Annales parlementaires. Une source capitale pour saisir les réalités de l’époque contemporaine est sans conteste la presse écrite. Les journaux ont pour fonctions principales d’informer, exprimer et cristalliser les opinions ainsi que de distraire. Ils représentent plus particulièrement l’expression d’une culture, d’une civilisation, d’une idéologie de l’époque dans laquelle ils vivent4. Devant le florilège que nous offre la presse en Belgique, nous avons choisi de dépouiller les principaux journaux francophones des différents courants de pensée du 20e siècle : La Libre Belgique (catholique), Le Soir (neutre), La Dernière Heure (libéral) et Le Peuple (socialiste). Les dernières sources à mentionner sont de nature statistique. Nous allons employer l’Annuaire statistique de Finlande5 plutôt que l’Annuaire statistique de la 5 / 183 1 Paul Hymans, Henri Jaspar, Émile Vandervelde, Paul van Zeeland, Paul-Henri Spaak et Hubert Pierlot. DUJARDIN V., « FOD Buitenlandse zaken », in VAN DEN EECKHOUT P. et VANTHEMSCHE G., Bronnen voor de studie van het hedendaagse België, 19e-21e eeuw, 2e éd., Bruxelles, Commission royale d’Histoire, 2009, p. 380. 2 Une exception peut toutefois être avancée pour les papiers Paul Hymans. Un dossier entier se consacre à la résolution de la question des îles Åland par la Société des nations lorsqu’il présidait l’Assemblée en 1920. AULB, fonds Paul Hymans, dossier 197. 3 Ministre de 1938 à 1939. Ses papiers sont conservés à la Fondation du journal Helsingin Sanomat. 4 GOL J., Le monde de la presse en Belgique, Bruxelles, CRISP, 1970, p. 11. 5 Suomen tilastollinen vuosikirja, publié chaque année par le Bureau central de statistique de Finlande depuis le début du 20e siècle. http://www.doria.fi/handle/10024/67152/browse?type=dateissued.
  12. 12. Belgique et du Congo belge étant donné que ce dernier nous présente les chiffres de l’Union économique belgo-luxembourgeoise1 (UEBL) tandis que l’Annuaire de Finlande affiche les résultats de son commerce bilatéral avec la Belgique. Ces sources sont naturellement accompagnées de travaux scientifiques concernant l’histoire de la Belgique, de la Finlande et de l’Europe, des biographies, des ouvrages sur la diplomatie et les relations internationales et commerciales. Une remarque préalable s’impose sur les noms de villes et noms propres en Finlande. Les sources historiques emploient souvent l’appellation suédoise ou russe mais nous choisissons d’utiliser la forme finnoise avec son équivalent en suédois ou en russe entre parenthèses dès la première évocation2 : cela nous donne « Helsinki (Helsingfors) », « Petsamo (Petchenga) », « Eduskunta3 (Riksdag) », etc. Nous signalons toutefois deux exceptions à cette règle. Premièrement, nous employons le nom propre tel qu’il paraît dans les citations pour ne pas déformer la source. Deuxièmement, nous utilisons l’appellation suédoise « Åland » plutôt que « Ahvenanmaa » en finnois pour désigner les îles Åland, province autonome et unilingue (suédophone) dans le golfe de Bothnie. Comme il est plus aisé d’étudier les relations bilatérales de deux pays lorsque ceux-ci ont acquis leur indépendance4, le point de départ de notre travail, après une remise en contexte historique, sera l’année 1917, plus précisément au mois de décembre lorsque la Finlande proclame son indépendance de l’Empire russe. Nous nous arrêterons en 1941 lors de la suspension des relations diplomatiques belgo-finlandaises pendant la Deuxième Guerre mondiale. Notre structure se présente comme suit : une remise en contexte historique où nous présentons les situations politique, économique et sociale de la Belgique et la 6 / 183 1 Convention signée entre la Belgique et le Grand-Duché du Luxembourg en 1921 et entrée en vigueur en 1922 pour libérer les échanges commerciaux. SUETENS M., Histoire de la politique commerciale de la Belgique depuis 1830 jusqu’à nos jours, Bruxelles, Librairie encyclopédique, 1955, pp. 170-177. 2 C’est la méthode employée par Louis Clerc dans La Finlande et l’Europe du Nord…, p. 13. 3 Parlement finlandais. 4 Selon le site du ministère des Affaires étrangères, les contacts et échanges entre la Belgique et la Finlande remontent au 17e siècle lorsque des industriels wallons se déplacent en Europe du Nord pour y développer l’industrie sidérurgique. Les navires finlandais approvisionnent le port d’Anvers principalement de bois. « Finlande », http://diplomatie.belgium.be/fr/politique/regions_mondiales/ europe_occidentale/.
  13. 13. Finlande donnera des clés de lecture pour comprendre les enjeux de cette période. L’analyse des relations belgo-finlandaises se fera ensuite par courtes périodes (1919-1924, 1925-1919, 1930-1934, 1935-1939 et 1939-1941) pour mieux saisir les réalités de l’époque. Au sein de chaque chapitre, nous présenterons, dans l’ordre suivant, l’état de la représentation diplomatique dans les deux pays, le développement des relations bilatérales qu’elles soient de nature politique, économique, sociale ou culturelle, l’évolution du commerce belgo-finlandais, la situation des problèmes linguistiques et les manifestations de sympathies allemandes en Finlande qui irritent les milieux officiels belges. 7 / 183
  14. 14. 2. Contexte historique Pour bien saisir la politique étrangère d’un État il faut d’abord le connaître. C’est lui qui décide de faire la guerre, d’imposer des tarifs douaniers, d’adhérer ou non à des conventions ou à des organisations internationales, de signer des traités bilatéraux ou multilatéraux, etc.1 En premier lieu, il est donc important de se pencher sur la Belgique et la Finlande avant de procéder à l’analyse des leurs relations bilatérales. 2.1. La Belgique La Belgique s’insère dans l’histoire des grands ensembles territoriaux européens du passé : l’Empire romain, le royaume mérovingien et l’Empire carolingien. Après la dislocation de ce dernier, de grandes principautés territoriales font leur apparition aux 10e et 11e siècles. Certaines d’entre elles sont rassemblées sous un seul chef au cours du 15e siècle, oeuvre des ducs de Bourgogne2. Zone de contact entre peuples de cultures germanique et latine, les terres qui forment les Pays-Bas bourguignons3 constituent un véritable espace d’échanges et un lieu de mixité des cultures4. À la fin du 15e siècle, les Habsbourg héritent des principautés bourguignonnes et les dirigent jusqu’à la fin du 18e siècle lorsqu’elles se révoltent. Ce sont principalement les mesures autoritaires de l’Empereur autrichien qui provoquent la révolution brabançonne5. La République des États-Belgiques-Unies est proclamée le 11 janvier 1790 mais après deux reconquêtes autrichiennes ce sont nos voisins français révolutionnaires qui sympathisent avec la Belgique « oppressé » et viennent nous « libérer », chassant les Autrichiens. Le 1er octobre 1795, les Pays-Bas autrichiens et les principautés de Liège et de Stavelot-Malmedy sont annexés à la France6. 8 / 183 1 LAKE D., « The State and International Relations », in REUS-SMITH C. et SNIDAL D. (éd.), The Oxford Handbook of International Relations, Oxford, Oxford University Press, 2008, p. 41. 2 Les principautés de Liège et de Stavelot-Malmedy ne font pas partie des Pays-Bas bourguignons. 3 Ensuite « Pays-Bas espagnols » (16e-17e siècles) et « Pays-Bas autrichiens » (18e siècle). 4 COOK B., Belgium. A History, New York, Peter Lang, 2004, p. 3 (Studies in Modern European History ; 50). 5 MABILLE X. Nouvelle histoire politique de la Belgique, Bruxelles, CRISP, 2011, p. 37. 6 WITTE E., La Construction de la Belgique, trad. du néerlandais par VIGNAUX A.-L., Bruxelles, Le Cri, 2010, p. 10 (Nouvelle histoire de Belgique ; 1828-1847).
  15. 15. Sous le régime français, les « neuf départements réunis » se révèlent très dynamiques grâce à l’introduction des nouvelles technologies apparues lors de la première révolution industrielle. Toutefois, la période de prospérité se termine brutalement lors des revers de Napoléon1 face aux puissances européennes coalisées en 1814. La France est défaite et les pays victorieux se réunissent à Vienne pour redessiner la carte de l’Europe. Le Congrès nomme Guillaume VI d’Orange-Nassau2 gouverneur général des anciens départements belges en 1815 et celui-ci les amalgame aux anciennes Provinces-Unies au nord créant le Royaume-Uni des Pays-Bas3. Ce royaume ne connaît que quinze années d’existence, marquées par un autoritarisme sévère à l’égard des provinces belges4. Malgré l’oeuvre non négligeable du roi Guillaume5, les Belges éprouvent un profond ressentiment envers leur souverain. L’opposition croissante aboutit à une nouvelle révolution fin septembre 1830. La garde bourgeoise de Bruxelles chasse les Hollandais de la capitale et un gouvernement provisoire est mis sur pied, confirmé par un Congrès national élu. Une conférence internationale des puissances européennes à Londres au mois de novembre se déclare favorable à une Belgique indépendante. Le Congrès national approuve la déclaration d’indépendance fin décembre et choisit d’établir un régime monarchique constitutionnel sous le prince Léopold de Saxe-Cobourg-Gotha6. Celui-ci prête serment à la Constitution le 21 juillet 1831. Quatre mois plus tard, les puissances européennes reconnaissent la Belgique indépendante mais lui impose le statut de neutralité. En 1830 il n’existe pas de partis politiques organisés en Belgique. Entre 1831 et 1847, ce sont des gouvernements unionistes au sein desquels on retrouve des députés 9 / 183 1 Napoléon Bonaparte (1769-1821) : homme militaire et politique français (corse). Premier Consul de France (1799-1804), Empereur des français (1804-1814). HERRE F., Napoleon Bonaparte. Eine Biografie, Regensburg, Friedrich Pustet, 2003. 2 Guillaume Frédéric d’Orange-Nassau (1772-1843) : Premier roi des Pays-Bas (Guillaume Ier). KOCH J., Koning Willem I: 1772-1843, Amsterdam, Boom, 2013. 3 WITTE E., op. cit., pp. 13-14. 4 L’imposition du néerlandais, une représentation politique déséquilibrée et des mesures anticléricales. 5 La création des universités de Gand et de Liège, l’ouverture de banques d’investissement, le développement des bassins industriels et de travaux d’infrastructure. WITTE E., op. cit., pp. 20-21. 6 Léopold Georges Chrétien Frédéric de Saxe-Cobourg (1790-1865) : Premier roi des Belges (Léopold Ier). DENECKERE G., Leopold I. De eerste koning van Europa, Anvers, De Bezige Bij, 2011.
  16. 16. catholiques, libéraux et anticléricaux1. Après la création du Parti libéral2 en 1846, celui- ci domine la Chambre des représentants jusqu’à la fondation du Parti catholique3 en 1884. Dès lors, le nouveau parti dirige l’exécutif de façon homogène jusqu’en 19184 . Reste enfin le troisième grand parti politique, le Parti ouvrier belge (POB)5 , créé en 1885. Après l’occupation allemande de la Belgique6 pendant la Première Guerre mondiale, le roi Albert7 et le gouvernement introduisent des réformes importantes dont l’instauration du suffrage universel pur et simple pour les hommes d’au moins 21 ans. Ces nouvelles modalités électorales auront comme conséquence la « contrainte de la coalition »8 : jusqu’à nos jours, rares sont les partis qui arrivent à décrocher la majorité des sièges dans les deux chambres9. L’élite bourgeoise francophone, à la commande des leviers du pays, tente d’unir les Belges par la langue et la culture, ou plutôt leur langue et leur culture : le français10. Le néerlandais est perçu comme une menace à l’unité de la Belgique et est donc estompé par la classe dirigeante. La culture flamande, véhiculée par un mouvement 10 / 183 1 La devise nationale « L’union fait la force » renvoie à l’union des idéologies pour garantir la stabilité du nouveau royaume et non à l’union entre Flamands et Wallons. WITTE E., op. cit., p. 148. 2 Devenu le Parti de la Liberté et du Progrès - Partij voor Vrijheid en Vooruitgang (PLP-PVV) en 1961, ensuite scindé en 1972 selon le régime linguistique, aujourd’hui le Mouvement réformateur (MR) et l’Open Vlaamse Liberalen en Democraten (Open VLD). MABILLE X. op. cit., pp. 249, 310. 3 Devenu le Parti social-chrétien - Christelijke Volkspartij (PSC-CVP) en 1945, scindé en 1968, aujourd’hui le Centre démocrate humaniste (CDH) et le Christen-Democratisch en Vlaams (CD&V). Ibid., pp. 249, 296. 4 Ibid., p. 165. 5 En 1940 il devient le Parti socialiste belge - Belgische Socialistische Partij (PSB- BSP) et se scinde en 1978, aujourd’hui le Parti socialiste (PS) et Socialistische Partij Anders (sp.a). Ibid., pp. 249, 312. 6 L’Allemagne n’occupe pas l’entièreté du pays. La rive gauche de l’Yser reste territoire libre. 7 Albert Leopold Clément Marie Meinrad de Saxe-Cobourg (1875-1934) : troisième roi des Belges (Albert Ier). VAN YPERSELE L., Le Roi Albert : histoire d’un mythe, Tournai, Labor, 2006. 8 MABILLE X. op. cit., p. 205. 9 Les seuls gouvernements homogènes sont Duvieusart (1950), Pholien (1950-1952), Van Houtte (1952-1954) et Eyskens II (1958) chez les sociaux-chrétiens, Spaak II (7 jours en 1946) chez les socialistes. Ibid., p. 263. 10WITTE E. et VAN VELTHOVEN H., Les querelles linguistiques en Belgique. Le point de vue historique, Bruxelles, Le Cri, 2011, p. 51.
  17. 17. flamand naissant, arrive toutefois à s’imposer au cours des premières décennies de l’indépendance belge et décroche quelques concessions1. La question flamande prend une nouvelle dimension pendant la Grande Guerre : des franges du mouvement deviennent anti-belges. Ces quelques flamingants collaborent avec l’occupant allemand2 (ce sont les « inciviques ») dans l’espoir d’obtenir un soutien à leur cause. Dans le cadre de la Flamenpolitik et du pangermanisme, l’administration allemande nourrit cette parcelle du mouvement flamand. L’université de Gand, totalement « flamandisée », ouvre ses portes en octobre 19163. Le point d’orgue de l’activisme flamand est l’année 1917 lors de la création (secrète) du Conseil de Flandre, Raad van Vlaanderen, le 4 février et sa proclamation d’autonomie politique le 22 décembre4. Ainsi, au sortant de la guerre, les populations font l’amalgame, injuste, entre activisme et mouvement flamand. Ce dernier perd toute crédibilité alors qu’en réalité la grande majorité des Flamands s’étaient opposés à toute forme de collaboration. La cause flamande est donc décapitée au lendemain de la guerre5. Néanmoins, cinq députés nationalistes-flamands sont élus lors des élections législatives de novembre 19196. Au cours des années 1920 les francophones craignent le poids économique croissant de la Flandre et déplorent les nouvelles concessions octroyées aux Flamands, notamment la flamandisation progressive de la Rijksuniversiteit Gent (la section francophone sera supprimée en 1930), l’instauration de l’unilinguisme en Flandre et en 11 / 183 1 Notamment la publication du Manifeste du mouvement flamand (1847), la constitution de la Commission des griefs (1856) et la création du Meetingpartij (1862). Des législations linguistiques, insatisfaisantes, sont octroyées aux Flamands en 1873 et en 1878 et le mouvement poursuit la défense de ses intérêts. GUBIN E. et NANDRIN J.-P., La Belgique libérale et bourgeoise, Bruxelles, Le Cri, 2010, pp. 131-135 (Nouvelle histoire de Belgique ; 1846-1878). 2 La ferveur patriotique est très forte en Belgique pendant la guerre. La grande majorité des Flamands est scandalisée lorsqu’elle apprend que certains d’entre eux collaborent avec l’occupant allemand au nom de leur cause. 3 WITTE E. et VAN VELTHOVEN H., op. cit., p. 89. 4 DE SCHAEPDRIJVER S., La Belgique et la Première Guerre mondiale, trad. du néerlandais par SPITAELS C. et MARNIX V., Bruxelles, Peter Lang, 2004, pp. 259, 272 (Documents pour l’histoire des francophonies / Europe, 4). 5 Ibid., p. 289. 6 DE WEVER B. et SEBERECHTS F., « Vlaams-Nationalistische Partijen », in DE SCHRYVER R., DE WEVER B., DURNEZ G. (e.a.), Nieuwe Encyclopedie van de Vlaamse Beweging, t. 3, Tielt, Lannoo, 1998, p. 3335.
  18. 18. Wallonie et le bilinguisme à Bruxelles (1932) pour tout ce qui relève des administrations publiques. Le sud du pays se sent menacé1. Face à la crise économique du début des années 1930 et l’impuissance des démocraties occidentales, des mouvements populistes font leur apparition en Europe. En Belgique, des partis d’extrême droite et de gauche se constituent, inspirés d’une part par les fascistes2, de l’autre par les communistes3. Le point culminant du pouvoir de l’extrême-droite en Belgique est sans doute le tête-à-tête électoral en 1937 entre le Premier ministre catholique Paul van Zeeland4, qui en resort victorieux et le fasciste francophone Léon Degrelle5. Par la défaite des régimes fascistes en 1945, le VNV et le mouvement Rex n’ont plus de raison d’être et sont rayés de la carte. Le mouvement flamand est affaibli et doit attendre les années 1950 pour reprendre de la couleur. La question scolaire, la question royale, la naissance du mouvement wallon et la grève de l’hiver 1960-61 ne sont que quelques événements qui exacerbent les tensions communautaires entre Flamands et Wallons dans les prochaines décennies. La Belgique naissante est un État neutre. Elle n’a pas d’ambition territoriale sur le continent européen et se soucie de maintenir l’équilibre des puissances garantes de son indépendance. Ne pouvant être un « grand » pays comme la France ou l’Allemagne, « la 12 / 183 1 GERARD E., La démocratie rêvée, bridée et bafouée, trad. du néerlandais par VIGNAUX A.-L., Bruxelles, Le Cri, 2010, pp. 151-155 (Nouvelle histoire de Belgique ; 1918-1939). 2 Le Vlaams Nationaal Verbond (Ligue nationale flamande) et le Verdinaso (Ligue des nationaux- solidaristes Thiois) en Flandre, la Légion nationale et surtout le mouvement Rex du côté francophone. 3 Fondé en 1921, le Parti communiste de Belgique décroche des sièges à la Chambre dès 1925 (son meilleur score est 23 sièges en 1946). GUBIN E., NANDRIN J.-P., GERARD E. et WITTE E. (sous la dir.), Histoire de la Chambre des représentants de Belgique. 1830-2002, Bruxelles, Chambre des représentants, 2003, p. 453. 4 Paul van Zeeland (1893-1973) : homme politique catholique belge. Vice-gouverneur de la Banque nationale (1934-1935), Premier ministre (1935-1936, 1936-1937), ministre des Affaires étrangères (1935-1936, 1949-1954). DUJARDIN V. et DUMOULIN M., Paul van Zeeland. 1893-1973, Bruxelles, Racine, 1997. 5 Léon Degrelle (1906-1994) : homme politique fasciste et journaliste belge. Fondateur des quotidiens Rex et Le Pays Réel, fondateur du mouvement Rex, député à la Chambre (1939), collaborateur et combattant sur le front de l’Est. Il s’enfuit vers l’Espagne en 1945 où il termine ses jours. COLIGNON A., « Degrelle », in Nouvelle Biographie Nationale, vol. 6, Bruxelles, Académie Royale des sciences, des lettres et des beaux-arts de Belgique, 2001, pp. 111-123.
  19. 19. diplomatie belge concentre essentiellement ses efforts à la défense des exportations et la représentation commerciale ou industrielle de la Belgique dans le monde »1. L’économie agricole du pays se transforme en une économie industrielle concentrée sur la manufacture et l’exportation de matières premières et produits finis grâce à ses riches ressources naturelles (charbons et métaux)2. La richesse que lui apporte sa colonie congolaise depuis la fin du 19e siècle, couplée d’une production industrielle intense et d’une importante augmentation des exportations3, font de la Belgique un des pays les plus riches du monde en termes de revenu per capita à l’aube de la Première Guerre mondiale4. Après la guerre plusieurs villes belges sont ravagées et l’industrie ruinée, la reprise est lente. La relance économique spectaculaire des années 1920 est brutalement interrompue par la crise mondiale du début des années 1930. Les gouvernements successifs pratiquent des politiques de déflation mais la mesure la plus efficace est celle du gouvernement van Zeeland qui, en 1935, décrète la dévaluation du franc belge de 28 %5. Le commerce et l’industrie sont ravivés mais la Deuxième Guerre mondiale éclate quatre ans plus tard et aura de graves conséquences économiques. Affranchie de sa neutralité en 1918, la Belgique doit développer une nouvelle politique étrangère pour garantir sa sécurité. Certains y voient l’occasion de revoir les traités de 1839 et plus précisément les dispositions territoriales6. Une campagne nationaliste, soutenue par des politiciens francophones de tout courants, réclament une extension des frontières pour obtenir une « plus grande Belgique »7. Les puissances leur faisant obstacle, la Belgique doit se contenter des cantons de Malmédy, Eupen et Saint- Vith et d’un mandat de la SDN sur le Ruanda et l’Urundi. 13 / 183 1 COOLSAET R., Histoire de la politique étrangère belge, trad. du néerlandais par VAN KERKHOVEN J. et LELEUX C., Bruxelles, Vie ouvrière, 1988, pp. 7-8. 2 GUBIN E. et NANDRIN J.-P., op. cit., p. 112. 3 Les principaux partenaires commerciaux de la Belgique sont le Royaume-Uni, la France, l’Allemagne, les États-Unis et les Pays-Bas. SUETENS M., op. cit., p. 334. 4 VAN MEERTEN M., Capital formation in Belgium, 1900-1995, Louvain, Leuven University Press, 2003, p. 202 (Studies in Belgian Economic History ; 6). 5 GERARD E., op. cit., p. 201. 6 Ibid., p. 36. 7 Certains vont à l’extrême : annexer le Luxembourg, le Limbourg néerlandais, la Flandre zélandaise, ainsi que des parties de la Rhénanie et de l’Afrique orientale allemande. Ibid., p. 37.
  20. 20. Bruxelles signe ensuite un accord militaire avec Paris en 1920 dont les dispositions restent secrètes. L’accord, qui prévoit une défense coordonnée en cas d’attaque allemande, suscite le mécontentement des Belges. Lorsque l’Allemagne refuse de payer ses dettes, la France et la Belgique, désormais alliés, envoient leurs troupes pour occuper la Ruhr en 1923 et extraient leurs réparations en saisissant des matières premières. Les soldats se retirent en 1925 et huit traités sont signés à Locarno, dont le pacte rhénan : l’inviolabilité de la Belgique est garantie par le Royaume-Uni, la France, l’Italie et l’Allemagne. La Belgique garantit quant à elle l’inviolabilité des pays signataires. La paix règne. Cependant, au début des années 1930, l’Europe craint la guerre à nouveau de par l’apparition ou la consolidation de régimes autoritaires agressifs tels que l’Allemagne, l’URSS, et l’Italie. L’opinion publique belge veut éviter la guerre à tout prix et fait pression sur le gouvernement pour se retirer de l’accord militaire avec la France. Il est supprimé en février 1936 par Paul van Zeeland et la Belgique proclame sa neutralité. Cela n’empêche pas l’Allemagne d’envahir la Belgique le 10 mai 1940. Elle capitule dix-huit jours plus tard : le gouvernement belge s’exile à Londres et le roi Léopold III1 reste en Belgique occupée. Le pays ne sera libéré que quatre ans plus tard2. 2.2. La Finlande Située entre la Suède et la Russie, bordant également la Norvège au nord, nous retrouvons la République de Finlande. Au Moyen Âge, la Suède et la principauté de Novgorod3 se disputent les terres finlandaises. La Suède s’impose en 1323 et règne sur le pays aux mille lacs au cours des cinq prochains siècles4. Ainsi, la Finlande jouit 14 / 183 1 Léopold Philippe Charles Albert Meinrad Hubertus Marie Miguel de Belgique (1901-1983) : Quatrième roi des Belges. DUJARDIN V., DUMOULIN M. et VAN DEN WIJNGAERT M. (éd.), Léopold III, Bruxelles, André Versaille, 2013. 2 DUJARDIN V. et VAN DEN WIJNGAERT M., La Belgique sans roi, Bruxelles, Le Cri, 2010, p. 80 (Nouvelle histoire de Belgique ; 1940-1950). 3 Principauté médiévale russe. DETREZ R., Rusland. Een Geschiedenis, Anvers, Houtekiet, 2008, pp. 49-50. 4 KIRBY D., A Concise History of Finland, Cambridge, Cambridge University Press, 2006, p. 9.
  21. 21. depuis ce temps d’une certaine autonomie au sein du royaume suédois et Stockholm nomme des Finlandais aux postes dirigeants1. Après quelques incursions russes aux 17e et 18e siècles, les troupes impériales occupent la Finlande en 1808 et le tsar forme aussitôt une assemblée consultative, la Diète. La Finlande est érigée en Grand-Duché2, entité autonome de l’Empire russe. Le tsar veut respecter l’autonomie historique accordée par la Suède et confirme le maintien des traditions institutionnelles (liberté de religion et garantie des privilèges) à la Diète de Porvoo (Borga) en 1809. La capitale Turku (Åbo) est déplacée à Helsinki en 1812 pour rapprocher le centre du pouvoir de Saint-Pétersbourg3 . À la fin du 19e siècle, le tsar Nicolas II4 tente de solidifier son Empire malade par une russification des minorités ethniques de la Russie5. Le Grand-Duché de Finlande n’est pas épargné : le russe est imposé comme langue unique de l’administration et de l’enseignement, la presse est fortement censurée et l’armée finlandaise est supprimée. Les libertés accordées au peuple finlandais en 1809 sont bafouées. Après la défaite russe face au Japon en 1905 et suite aux troubles révolutionnaires la même année, Nicolas II tente de lâcher du lest pour apaiser ses sujets. Il remplace la Diète finlandaise par un Parlement élu au suffrage universel, l’Eduskunta. Ce geste se révèle plutôt symbolique étant donné que le gouvernement tsariste refuse de confirmer les travaux de la nouvelle assemblée6. Les griefs s’accumulent… La Première Guerre mondiale affaiblit le pouvoir tsariste : défaites humiliantes et pénuries alimentaires graves. Nicolas II abdique après la première révolution de février 15 / 183 1 Dès le début du régime suédois jusqu’aux années 1950, la langue des cercles dirigeants de la société finlandaise était le suédois. 2 Le tsar porte le titre de grand-duc. 3 Fondée en 1703 par Pierre le Grand, Saint-Pétersbourg est rebaptisée Petrograd en septembre 1914 pour retirer l’appellation germanique « Sankt » (Санкт) et « Burg » (бург). Cinq jours après la mort de Lénine, la ville est renommée Leningrad pour honorer l’homme d’État. Après 1991 et la dissolution de l’URSS on revient à Saint-Pétersbourg. DOROCHINSKAÏA E. M., FRENCH R. A., IOFFE G. (e.a.), « Saint- Pétersbourg », in Encyclopaedia Universalis, vol. 21, Paris, Universalis, 2008, p. 496. 4 Nicolai Alexandrovitch Romanov (1868-1918) : dernier empereur de Russie (1894-1917). PAXTON J., Leaders of Russia and the Soviet Union. From the Romanov Dynasty to Vladimir Putin, New York, Fitzroy Dearborn, 2004, pp. 81-93. 5 DETREZ R., op. cit., p. 290. 6 JUSSILA O., HENTILÄ S. et NEVAKIVI J., From Grand-Duchy to a Modern State: A Political History of Finland since 1809, trad. du finnois par ARTER D. et E.-V., Londres, Hurst, 1999, pp. 79-80.
  22. 22. 1917. Une lutte de pouvoir entre le gouvernement provisoire bourgeois et les « Conseils » (Soviets) radicaux éclate. On signale des désertions massives au front. Plusieurs peuples non-russes de l’Empire, notamment les Finlandais, y voient donc l’opportunité d’obtenir leur indépendance. Toutefois, les différents clivages de la société finlandaise font émerger deux conceptions différentes de l’avenir : une Finlande « blanche » et une Finlande « rouge ». Les partisans blancs sont majoritairement issus des classes dirigeantes, c’est-à-dire les commerçants, les bourgeois et les aristocrates, suédophones et germanophiles. Ils sont soutenus par la Suède et l’Allemagne. Ceux qui rêvent d’une Finlande rouge sont plutôt issus des couches moins aisées de la population et souhaitent garder certains liens avec la Russie révolutionnaire. L’été 1917 est fortement troublé par des violences entre ces deux courants. Face à l’absence d’un corps policier et d’une armée, l’Eduskunta remplace la police tsariste de la capitale par des volontaires bourgeois, la Garde blanche. Le coup bolchévique à Petrograd du 6 novembre 1917 met fin au gouvernement provisoire. Le pouvoir passe aux mains de Lénine1 mais la partie n’est pas gagnée : une guerre civile éclate qui ravage la Russie jusqu’en novembre 19202. Ce changement de régime embrase davantage les mouvements indépendantistes des ethnicités non-russes qui ne s’attendaient pas à l’évincement du pouvoir impérial3. Ils sont d’autant plus encouragés par la thèse bolchévique de l’autodétermination des nations. L’Eduskunta saisit alors l’occasion, prend son sort en main mais ne se convertit pas au bolchévisme comme le voulait Lénine. Les députés votent l’indépendance totale du pays le 6 décembre 1917. Une déclaration d’indépendance est proclamée le jour même. Les bourgeois finlandais s’orientent d’abord vers l’Ouest pour faire reconnaître nouvel État. Helsinki voulait éviter de traiter avec le gouvernement bolchévique dont il 16 / 183 1 Vladimir Ilitch Oulianov Lénine (1870-1924) : Homme politique communiste russe. Leader des Bolchéviques, Président du Conseil des Commissaires du peuple de l’URSS (1917-1922). SERVICE R., Lenin: A Biography, Harvard, University Press, 2002. 2 Dans le but de protéger leurs intérêts en Russie et de réactiver la guerre sur le front de l’Est pour affaiblir l’Allemagne (Lénine avait conclu la paix avec le Reich le 3 mars 1918), les forces de l’Entente soutiennent les contre-révolutionnaires. L’Armée Rouge parvient toutefois à se réorganiser remporte victoire après victoire en 1920. Les dernières troupes blanches sont évacuées en novembre 1920. DETREZ R., op. cit., pp. 311-312. 3 PALMER A., The Baltic. A New History of the Region and its People, New York / Londres, Overlook, 2005, p. 271.
  23. 23. ne reconnaissait guère la légitimité1. Des délégués sont envoyés au Danemark, en Suède, en Norvège, en Allemagne, au Royaume-Uni, en France et aux États-Unis mais tous ces États encouragent Helsinki d’obtenir en premier lieu le consentement du Conseil des commissaires à Petrograd. L’Eduskunta envoie une délégation auprès de Lénine qui lui donne une réponse favorable le 28 décembre. La France, l’Allemagne et la Suède font de même en janvier 1918. Londres et Washington attendent en vain de voir chuter le pouvoir bolchévique et reconnaissent la Finlande les 6 et 7 mai 19192. Le nouveau gouvernement bourgeois de Finlande se méfie des classes ouvrières et craint un spill-over des événements en Russie. L’assemblée ordonne le désarmement immédiat des garnisons russes en Finlande pour empêcher un coup d’État. Les garnisons, ainsi que les partisans d’une Finlande rouge, réagissent en investissant Helsinki ; c’est le début de la guerre civile. L’Eduskunta, ayant fui Helsinki, se réfugie à Vaasa (Wasa), bastion des forces blanches. Les hostilités durent cinq mois. Après quelques victoires rouges au début du conflit, ils essuient des échecs face aux blancs. La prise d’Helsinki en avril 1918 par les Allemands, appelés à soutenir le gouvernement de Vaasa, met fin à la guerre civile. Les représailles sont immédiates : après l’exécution de 500 combattants rouges, 80 000 sont envoyés dans des camps de concentration. Les conditions de vie y sont épouvantables : environ 12 000 d’entre eux y laissent leur vie. Malgré la conclusion de la guerre civile, la méfiance entre blancs et rouges se concrétise à la fin du conflit et sera source de fortes tensions jusqu’à la Deuxième Guerre mondiale. Les partis politiques finlandais font leur apparition dans la seconde moitié du 19e siècle, bien avant l’indépendance du pays. Dans les années 1860, nous retrouvons le Parti finnois (SUOM)3 et le Parti suédois4 dans les années 1870-1880, tous deux des libéraux-conservateurs5. En 1894, des jeunes membres du SUOM quittent le parti pour 17 / 183 1 JUSSILA O., HENTILÄ S. et NEVAKIVI J., op. cit., p. 102. 2 Suomen ja Yhdysvaltain diplomaattisuhteet…, p. 20. 3 Suomalainen Puolue. 4 Svenska Partiet en suédois, Ruotsalainen Puolue en finnois. 5 SOIKKANEN T., « The Development of Political Parties », in MYLLY J. et BERRY M. (éd.), Political Parties in Finland: Essays in History and Politics, Turku, University of Turku — Department of Political History, 1984, p. 28.
  24. 24. former le Parti des Jeunes Finlandais (NSP)1. Désormais, le SUOM devient le Parti des Vieux finnois (VSP)2. À la gauche, nous retrouvons le Parti ouvrier de Finlande en 1899, devenu le Parti social-démocrate (SDP)3 en 1903 ainsi que l’Union agraire (ML)4, plutôt de centre-gauche, en 1906. La guerre civile finlandaise divise le SDP. Ses membres de la gauche radicale s’enfuient en Russie pour fonder le Parti communiste (SKP)5, déclaré illégal en Finlande tandis que les communistes restés en Finlande, accompagnés de gauchistes un peu moins radicaux, fondent l’éphémère Parti ouvrier socialiste de Finlande (SSTP)6. Une autre conséquence de la guerre civile est l’alliance de certains membres du VSP et du NSP. Ils forment le Parti de coalition - ou Parti conservateur (KOK)7 - favorable à un pouvoir central fort personnifié en un monarque ou un Président. Les membres résiduels du VSP et du NSP se regroupent pour former le Parti national du progrès (ED)8 revendiquant un régime républicain avec un parlement plus puissant que son chef d’État9. Sous les présidences de Kaarlo Ståhlberg10, Lauri Relander11 et Pehr Svinhufvud12 dans l’entre-deux-guerres, la République finlandaise est dirigée par des gouvernements de coalition centre-droite minoritaires13, le SDP isolé malgré le fait qu’il soit le parti le plus important de l’Eduskunta jusqu’en 192914. Le début des années 1930 voit 18 / 183 1 Nuori Suomenmielinen Puolue. 2 Vanhasuomalainen Puolue. 3 Suomen Sosialidemokraattinen Puolue. 4 Maalaisliitto. 5 Suomen Kommunistinen Puolue. 6 Suomen Sosialistinen Työväenpuolue, 1920-1923. 7 Kansallinen Kokoomuspuolue. 8 Kansallinen Edistyspuolue. 9 SOIKKANEN T., op. cit., p. 31. 10Kaarlo Juho [Charles Jean] Ståhlberg (1865-1952) : homme politique libéral finlandais. Architecte principal de la constitution finlandaise, premier Président de la République (1919-1925). TYYNILÄ M., « Ståhlberg, Kaarlo Juho (1865-1952) », http://www.kansallisbiografia.fi/kb/artikkeli/626/. 11Lauri Kristian [Laurent Christian] Relander (1883-1942) : homme politique du centre finlandais. Président de la République (1925-1931). PIETIÄINEN J.-P., « Relander, Lauri Kristian (1883-1942) », http://www.kansallisbiografia.fi/kb/artikkeli/628/. 12Pehr [Pierre] Evind Svinhufvud (1861-1944) : homme politique conservateur finlandais. Régent de Finlande (1917-1918), Premier ministre (1920 et 1930) et Président de la République (1931-1937). HÄIKIÖ M., « Svinhufvud, Pehr Evind (1861-1944) », http://www.kansallisbiografia.fi/kb/artikkeli/501/. 13Sauf en 1926 où les sociaux-démocrates occupent tous les postes du gouvernement pendant un an. 14JUSSILA O., HENTILÄ S. et NEVAKIVI J., op. cit., p. 367.
  25. 25. l’apparition de partis de centre-gauche en réaction à la crise économique. Ces partis sont absorbés dans le SDP et le ML après la Deuxième Guerre mondiale. Le mouvement Lapua, fondé en 1929 par des nationalistes anticommunistes et initialement soutenu par les partis traditionnels de droite, est interdit en 1932 après la révolte de Mäntsälä1 . Certains de ses membres poursuivent toutefois la lutte fasciste en Finlande et créent la même année un parti parlementaire, le Mouvement patriotique (IKL)2 , inspiré des fascismes allemand et italien. Un glissement vers la gauche des tendances politiques se manifeste à partir de 1937 et se poursuit jusqu’au milieu des années 1960. Ce sont les gouvernements de « terre-rouge », c’est-à-dire la coalition agrarienne-socialiste. En 1944, l’interdiction du parti communiste est levé et des députés radicaux du SDP quittent leur parti pour le rejoindre3. Dès les premiers siècles de l’incorporation de la Finlande dans le royaume de Suède, l’élite dirigeante de la nouvelle province orientale se compose exclusivement de suédophones4. Ce sont les débuts d’une question linguistique, semblable à celle que nous avons en Belgique. Les premiers documents écrits en finnois remontent au milieu du 16e siècle et sont l’oeuvre de Mikael Agricola5 : la traduction du catéchisme de Luther (1543) et du Nouveau Testament (1548), ainsi qu’une oeuvre originale, l’ABC-kirja6, publiée en 15437. 19 / 183 1 Des anticommunistes, soutenus par le mouvement Lapua, défient les forces de l’ordre dans le village de Mäntsälä et tentent de forcer un coup d’État. Ils ne parviennent pas à rallier l’armée à leur cause et la rébellion est tuée dans l’oeuf. TARKKA J. et TIITTA A., Itsenäinen Suomi. Kahdeksan vuosikymmentä kansakunnan elämästä (La Finlande indépendante. Huit décennies de la vie de la nation), Helsinki, Otava, 1997, p. 91. 2 Isänmaallinen Kansanliike. 3 SOIKKANEN T., op. cit., p. 32. 4 Ils parlent également le finnois. JUSSILA O., HENTILÄ S. et NEVAKIVI J., op. cit., p. 4. 5 Mikael [Michel] Agricola (1510-1557) : homme religieux finlandais, écrivain et réformateur. Évêque de Turku. HEININEN S., « Agricola, Mikael (1510-1557) », http://www.kansallisbiografia.fi/kb/artikkeli/ 14/. 6 Littéralement « ABC-livre », un abécédaire destiné aux finnophones pour remédier l’analphabétisme. 7 VIRRANKOSKI P., Suomen historia. Maa ja kansa kautta aikojen (L’histoire de Finlande. La terre et le peuple à travers le temps), Helsinki, SKS, 2001, p. 54.
  26. 26. Le véritable sentiment national finlandais se développe sous le régime russe, véhiculé notamment par la publication du Kalevala en 1835 par Elias Lönnrot1, l’épopée nationale reposant sur le nationalisme romantique2. L’oeuvre fondamentale, basée sur des récits oraux recueillis par Lönnrot en Carélie, ainsi que les écrits de Johan Snellman3 revendiquent une nationalité finlandaise qui dépasse la langue et l’idéologie4 : à l’intérieur même de la Finlande, les grandes voix du sentiment national s’expriment en suédois ou en allemand5 ! Malgré ces efforts, une question linguistique se manifeste au cours du 19e siècle où s’affrontent « Fennomanes » et « Svécomanes ». Ce sont des gens issus de tous les milieux sociaux, radicalisés, qui défendent ardemment leur langue maternelle. Cette division semble avoir des répercussions au-delà de la nationalité et de la culture. La différence des langues représente en réalité une distinction plus ou moins nette des classes sociales : les suédophones aristocrates et bourgeois d’un côté, les paysans/ ouvriers finnophones de l’autre. Alors que les Fennomanes parviennent à obtenir quelques apaisements6, les acquis sont jugés insuffisants. Ils se basent sur l’argument du dixième : 90 % des leviers du pays sont entre les mais des suédophones qui ne représentent que 10 % de la population totale7. L’indépendance finlandaise acquise, la Constitution de 1919 met les deux langues sur le même pied d’égalité, ce qui ne plaît pas du tout aux Fennomanes. Les Svécomanes se sentent désormais menacés et exigent un statut particulier d’autonomie 20 / 183 1 Elias [Élie] Lönnrot (1802-1884) : médecin et philologue finlandais. MAJAMAA R., « Lönnrot, Elias (1802-1884) », http://www.kansallisbiografia.fi/kb/artikkeli/2836/. 2 HONKO L. (éd.), Religion, Myth and Folklore in the World’s Epics. The Kalevala and its Predecessors, Berlin, Mouton de Gruyter, 1990 (Religion and Society ; 30). 3 Johan Vilhelm [Jean Guillaume] Snellman (1806-1881) : homme politique finlandais suédophone et professeur de philosophie. Défenseur d’un épanouissement de la nation finlandaise, le finnois devant supplanter le suédois dans l’administration, l’éducation et les sphères culturelles. KLINGE M., « Johan Vilhelm Snellman (1806-1881) », in MARJOMAA U. (éd.), 100 faces from Finland. A Biographical Kaleidoscope, trad. du finnois par FLETCHER R., Helsinki, FLS, pp. 470-483. 4 Le Kalevala n’est pas seulement admiré par les finnophones. L’aristocratie et les bourgeois suédophones finlandais célèbrent l’oeuvre littéraire car elle renforce le caractère distinct de la Finlande et donne des arguments en faveur de leur indépendance de la Russie. Pour les Russes, « the Kalevala was testimony to the cultural strength of the Russian empire as well as to the identity and long ancestry of the Grand Duchy of Finland that formed part of it ». JUSSILA O., HENTILÄ S. et NEVAKIVI J., op. cit., p. 40. 5 BOYER P., « Finlande et Russie », in Politique étrangère, n° 2, 1940, p. 134. 6 Législations sur l’enseignement du finnois à l’école (1841), la traduction en finnois de documents et textes importants (1863) et le bilinguisme officiel décrété dès 1902. Ibid., p. 135. 7 Ibid.
  27. 27. administrative et culturelle semblable à celui des îles Åland. L’Edukunta passe quelques actes timides en 1919 et en 1922 mais n’ont aucun impact réel. Le grand symbole de la lutte linguistique en Finlande des années 1920-1930 tourne autour de l’emploi des langues à l’université d’Helsinki, un conflit que nous examinerons dans les prochains chapitres. Il suffit de dire que le suédois est supplanté petit à petit par le finnois au cours de cette période. Dès le Moyen Âge, l’économie finlandaise repose principalement sur l’agriculture et l’exportation de sa première ressource naturelle : le bois. L’industrialisation de la Suède déborde timidement sur les côtes finlandaises dès le 17e siècle et les villes portuaires connaissent un essor économique important. De grandes usines et un important réseau ferroviaire font leur apparition au milieu du 19e siècle1. Le Grand- Duché de Finlande s’ouvre au monde et de nombreux pays y investissent, notamment le Royaume-Uni et l’Allemagne2. La Première Guerre mondiale et la Révolution russe ont des effets catastrophiques sur l’économie finlandaise : elle perd le marché russe, son principal partenaire commercial. La nouvelle République se tourne vers les États-Unis après la guerre et emprunte 8 millions dollars (environ 100 millions aujourd’hui) pour raviver son économie3. Heureusement pour elle, les relations commerciales avec Moscou reprennent au tout début des années 1920. Alors qu’elle se méfie de l’URSS tout au long de l’entre-deux-guerre, elle ne peut guère ignorer ce partenaire économique incontournable4. Toutefois, le premier partenaire commerciale de la Finlande pendant l’entre-deux-guerres est l’Allemagne5. Comme plusieurs pays européens, la Finlande prospère dans les années 1920 et succombe à la crise des années 1930. Une courte période d’essor est brutalement interrompue par la Deuxième Guerre mondiale. La République perd 11 % de son territoire à l’URSS et doit payer une indemnité de guerre 21 / 183 1 VIRRANKOSKI P., op. cit., p. 218. 2 PIHKALA E., Suomalaiset maailmantaloudessa keskiajalta EU-Suomeen (Les Finlandais et l’économie mondiale du Moyen-Âge à nos jours), Helsinki, SKS, 2001, p. 98 (Tietolipas ; 181). 3 Ibid., pp. 145-146. 4 DONALDSON R. H. et NOGEE J. L., The Foreign Policy of Russia. Changing Systems, Enduring Interests, New York, Sharpe, 1998, p. 184. 5 PIHKALA E., op. cit., p. 170.
  28. 28. de 300 millions dollars1 (environ 4 milliards aujourd’hui). Alors qu’elle refuse le Plan Marshall pour éviter de froisser le Kremlin, Helsinki parvient à rembourser la totalité de ses dettes de guerre en 1952. Comme la Belgique en 1831, la Finlande naît dans un climat international tendu : la guerre en Europe fait rage depuis trois ans, l’instabilité en Russie et les nombreux soldats russes en Finlande font peur. Helsinki cherche à faire reconnaître son indépendance parmi ses voisins mais elle est déçue : la Norvège et la Suède, neutres, refusent. L’Empire russe s’écroule à grande vitesse. La seule solution envisageable est l’Empire allemand, avec qui les liens historiques remontent au Moyen-Âge. Cependant, Helsinki se distancie de Berlin après la guerre et doit réévaluer sa position internationale2. Alors que la Suède est un des premiers pays à reconnaître l’indépendance finlandaise, les relations finno-suédoises sont très tendues. Le statut des îles Åland dans le golfe de Bothnie divise les deux pays. Stockholm réclame les îles pour deux raisons : leur proximité géographique et sa population, entièrement suédophone, voulant se rattacher à la Suède. Par contre, la Finlande mobilise l’argument historique : les îles étaient cédées à la Russie en 1809 et incorporées dans le Grand-Duché de Finlande. Les Ålandais ont une histoire commune avec la Finlande continentale depuis un peu plus d’un siècle. Les discussions débouchent sur une impasse et le dossier est soumis à la Société des Nations (SDN) en 1920. Celle-ci tranche en faveur de la Finlande en juin 1921 sous certaines conditions : les îles doivent former une entité autonome et unilingue (suédophone) et être démilitarisées. Ces conditions sont acceptées par les gouvernements des deux États3. Helsinki réfléchit également à sa politique extérieure orientale en 1919. Abandonnant son orientation pro-allemande, le gouvernement tente de solidifier ses 22 / 183 1 Moscou avait d’abord exigé 600 millions mais cette somme est réduite de moitié grâce à l’intervention britannique. JUSSILA O., HENTILÄ S. et NEVAKIVI J., op. cit., p. 178. 2 Suomen ja Yhdysvaltain diplomaattisuhteet…, p. 24. 3 JUSSILA O., HENTILÄ S. et NEVAKIVI J., op. cit., p. 137.
  29. 29. liens avec les Alliés en leur offrant un soutien militaire. Le général Gustaf Mannerheim1 propose de libérer Petrograd des Bolchéviques2 pour soutenir les forces loyalistes russes3. Toutefois, celles-ci sont défaites peu de temps après et la consolidation du bolchévisme torpille le projet d’une Grande-Finlande. Pour se concilier avec son voisin, Helsinki signe le traité d’amitié avec Petrograd en octobre 19204. Au cours de la période mouvementée que sont les années 1930, la Finlande craint les visées expansionnistes russes sur son territoire. Malgré la signature en 1932 d’un pacte de non-agression entre d’une part la Pologne, la Finlande, la Lettonie, l’Estonie et la France, et d’autre part l’URSS5, le gouvernement d’Helsinki n’est guère rassuré. Il adopte une politique de neutralité et en 1933 rejoint le groupe d’Oslo6. Lors de la montée des périls dans la seconde moitié des années 1930, les pays membres tentent de rajouter un volet politique à leur association. Ensemble, ils tentent de conserver leur indépendance nationale et d’éviter toute implication dans un conflit éventuel. Lorsque l’Allemagne et l’URSS signent un pacte de non-agression en août 1939, une clause secrète définit le partage de l’Europe orientale ; la Finlande tombe dans le giron russe. Le Kremlin entame des discussions avec Helsinki à partir du 6 octobre sur des « questions politiques concrètes » mais le gouvernement finlandais comprend qu’il s’agit d’un premier pas vers la guerre. L’armée est aussitôt mise en état d’alerte. 23 / 183 1 Carl Gustaf Emil Mannerheim, baron (1867-1951) : Maréchal de Finlande, homme militaire finlandais. Commandant des forces blanches pendant la guerre civile, Régent de Finlande (1918-1919), commandant des forces armées (1939-1944), Président de la République (1944-1946). CLEMENTS J., Mannerheim. President, Soldier, Spy, Londres, Haus, 2009 ; KLINGE M., « Mannerheim, Gustaf (1867-1951) », http://www.kansallisbiografia.fi/kb/artikkeli/625/. 2 La Libre Belgique 29 avril 1919, p. 2 ; 7 juin 1919, p. 3 ; 11 octobre 1919, p. 1. 3 La frontière finno-russe n’étant pas fixée, Mannerheim et les politiciens conservateurs souhaitent annexer certains territoires pour créer une Grande-Finlande. Les modérés veulent la région de Saint- Pétersbourg et une partie de la Carélie. D’autres, plus radicaux, veulent une frontière qui s’étend jusqu’à l’Estonie, toute la Carélie et la péninsule de Kola. TRIFONOVA A., Suur-Suomen aate ja Itä-Karjala (Le concept de la Grande-Finlande et la Carélie de l’Est), Tartu, Université de Tartu, 2005. 4 TARKKA J. et TIITTA A., op. cit., p. 42. 5 DONALDSON R. H. et NOGEE J. L., op. cit., p. 46. 6 Convention signée entre l’UEBL, les Pays-Bas, le Danemark, la Norvège et la Suède en 1930, et la Finlande en 1932 pour réduire les tarifs douaniers. Des dissensions internes se révèlent fatales au groupe suite à l’éclatement de la Deuxième Guerre mondiale. Après la guerre, le groupe d’Oslo n’a plus de raison d’être et ne se réunit plus. VAN ROON G., Small States in Years of Depression. The Oslo Alliance 1930-1940, trad. du néerlandais par l’auteur, Assen, Van Gorcum, 1989.
  30. 30. Les négociations se tiennent à Moscou entre le ministre plénipotentiaire Juho Paasikivi1 et le ministre des Affaires étrangères soviétique Viatcheslav Molotov2. Celui- ci exige des concessions territoriales3 en vue de pouvoir défendre Leningrad en cas d’attaque4. Après trois tours de pourparlers entre le 12 octobre et le 9 novembre, Helsinki refuse de céder un millimètre de son territoire et Molotov ne révise aucune de ses demandes5. Le Kremlin rappelle son corps diplomatique en Finlande et suspend ses relations avec Helsinki après l’incident frontalier de Mainila6. L’URSS attaque le 30 novembre ; c’est le début de la guerre d’hiver7 8. Malgré une résistance héroïque face à l’Armée Rouge (pour chaque soldat finlandais abattu dix conscrits russes tombent - on parle du « miracle de la guerre d’hiver »), la Finlande, isolée9, s’épuise et conclut la paix avec l’URSS le 12 mars 1940. 24 / 183 1 Juho Kusti [Jean Gustave] Paasikivi (1870-1956) : homme politique conservateur finlandais. Premier ministre (1918, 1944-1945) et Président de la République (1946-1956). POLVINEN T., « Paasikivi, Juho Kusti (1870-1956) », http://www.kansallisbiografia.fi/kb/artikkeli/631/. 2 Viatcheslav Mikhaïlovitch Molotov (1890-1986) : homme politique communiste russe. Membre du Politburo (1926), Président du Conseil des commissaires du peuple (1930-1941), ministre des Affaires étrangères (1939-1949 ; 1953-1956). Éjecté du Parti communiste en 1962 par Nikita Khrouchtchev. MCCAULEY M., Who’s Who in Russia Since 1900, Londres, Routledge, 1997, pp. 146-147. 3 La cession d’une partie de l’isthme de Carélie, des îles du golfe de Finlande, une partie de la péninsule de Kalastajasaarento et le droit d’installer une base navale à Hanko (Hangö). 4 Staline voulait décourager tout rapprochement germano-finlandais si jamais Hitler devrait un jour rompre le pacte de non-agression. Occuper la Finlande était donc une mesure défensive pour protéger Leningrad qui se situait à moins de 50 km de la frontière finlandaise. Aujourd’hui ce sont 150 km qui séparent la Finlande de Saint-Pétersbourg. KIRBY D., op. cit., p. 222. 5 JUSSILA O., HENTILÄ S. et NEVAKIVI J., op. cit., p. 178. 6 Le 26 novembre 1939, l’artillerie russe bombarde le village carélien de Mainila en Russie (quatre morts et neuf blessés). Moscou accuse Helsinki d’avoir commis cet acte belliqueux alors que la Finlande n’avait aucune pièce d’artillerie dans la région. IRINCHEEV B., War of the White Death. Finland Against the Soviet Union 1939-40, Barnsley, Pen & Sword, 2011, pp. 2-3. 7 Il existe de nombreux livres sur cette guerre mais la grande majorité d’entre eux manquent d’objectivité. Cette guerre a surtout été traitée par des historiens finlandais ou occidentaux sans - ou très peu - prendre en compte le point de vue soviétique. Ils favorisent nettement David, et non Goliath. Les ouvrages principaux sont DOEPFNER A., REGENSBURGER E. et MEHLEM M., Finnlands Winterkrieg 1939/40, Zürich, Verlag Neue Zürcher Zeitung, 1989 ; IRINCHEEV B., op. cit. (cet ouvrage récent est le plus équilibré, l’auteur ayant dépouillé les sources et les travaux finlandais et russes) ; JAKOBSON M., The Diplomacy of the Winter War: An Account of the Russo-Finnish War, 1939-1940, Cambridge (Mass.), Harvard University Press, 1961 ; NEVAKIVI J., The Appeal that was Never Made: The Allies, Scandinavia, and the Finnish Winter War, 1939-1940, Montreal, McGill-Queen’s University Press, 1976 ; TROTTER W., A Frozen Hell: The Russo-Finnish Winter War of 1939-1940, Chapel Hill (N.C.), Algonquin Books, 1991. 8 Pour distinguer les deux guerres entre la Finlande et l’URSS de 1939-1940 et de 1941-1944 l’historiographie leur donne des appellations différentes : la guerre d’hiver (1939-1940) et la guerre de continuation (1941-1944). 9 La France et le Royaume-Uni condamnent l’invasion mais font très peu pour aider la Finlande.
  31. 31. Elle est contrainte de céder aux propositions soviétiques de l’automne 1939 et perd un peu plus d’un dixième de son territoire. Pendant l’été 1940, Adolf Hitler1 se tourne vers le gouvernement finlandais lorsqu’il songe à attaquer l’URSS. Helsinki consente à se rapprocher de Berlin, l’Allemagne étant le seul pays pouvant offrir de l’assistance à la Finlande. Les états- majors coordonnent leurs plans et les troupes allemandes se placent tout le long de la frontière russo-finlandaise. Lorsque la Wehrmacht lance son attaque le 22 juin 1941, les troupes finlandaises, immobiles, attendent l’initiative soviétique. Justement, les avions russes bombardent les positions allemandes et finlandaises le 25 juin. La Finlande entre en guerre une fois de plus contre l’Union soviétique mais la situation internationale a fort changé depuis la guerre d’hiver. Suite à l’agression allemande, Moscou bascule dans le camp des Alliés. Voulant s’assurer du soutien soviétique contre l’Allemagne, les Alliés condamnent la Finlande et suspendent leurs relations diplomatiques avec Helsinki2. Une fois la reconquête finlandaise réussie et une zone tampon établie sur le territoire soviétique, Mannerheim refuse d’engager ses troupes au-delà du lac Ladoga. Après l’échec allemand à Stalingrad et une puissante offensive soviétique dans l’isthme de Carélie et en Laponie en 1943, le Président finlandais Risto Ryti3 démissionne et Mannerheim est élu à sa place. Mis sous pression par Londres et Moscou, le maréchal de Finlande fait la paix avec le Royaume-Uni et l’URSS en 1944 et déclare la guerre à l’Allemagne. Les derniers soldats allemands quittent la Finlande en avril 1945. La Finlande se retrouve donc dans le camp des Alliés lorsque la guerre se termine. Au traité de Paris de 1947, la Finlande est contrainte de payer une indemnité de guerre équivalente à 7 % de son revenu national. Elle doit revenir à ses frontières de 25 / 183 1 Adolf Hitler (1889-1945) : homme politique fasciste autrichien. Dirigeant du NSDAP et du coup raté en Bavière (1923), chancelier allemand (1933-1934) et président du Reich (1934), Führer (1934-1945). KERSHAW I., Hitler : A Biography, New York, Norton, 2008. 2 POLVINEN T., Between East and West: Finland in International Politics, 1944-1974, trad. du finnois par KIRBY D. et HERRING P., Minneapolis, University of Minnesota Press, 1986, pp. 5-6 (The Nordic Series ; 13). 3 Risto [Christophe] Ryti (1889-1956) : homme politique libéral finlandais. Ministre des Finances (1921), gouverneur de la Banque de Finlande (1925-1939), Premier ministre (1939), Président de la République (1940-1944) . TURTOLA M. « Ryti, Risto (1889-1956) », http://www.kansallisbiografia.fi/kb/artikkeli/ 630/.
  32. 32. mars 1940 en plus de céder une partie de son territoire en Laponie, le Petsamo qui lui donnait accès à la mer de Barent et la location du port de Porkkala (Porkala) pour une durée de 50 ans. Ce sont de lourdes conditions à digérer mais la Finlande accepte car elle maintient son indépendance, ce qui ne fut pas le cas d’autres pays ayant combattu l’URSS. Les relations finno-soviétiques sous les présidences de Juho Paasikivi et Urho Kekkonen1 sont plutôt calmes et parfois mouvementés2. Les deux pays signent l’Accord d’amitié, de coopération et d’assistance mutuelle en 1948, texte qui interdit à la Finlande de s’allier à une organisation considérée comme hostile par l’URSS (l’OECE et plus tard l’OTAN). Lorsque le nouveau système international est consolidée à la fin des années 1940, Washington et Londres poussent Helsinki vers une politique étrangère de stricte neutralité pour ne pas mettre en péril l’équilibre régional3. Helsinki suit cette politique de « finlandisation » tout au long de la guerre froide4. 26 / 183 1 Urho Kaleva [« Brave Kalevi »] Kekkonen (1900-1986) : homme politique conservateur finlandais. Premier ministre (1950-1953) et Président de la République (1956-1981). HÄIKIÖ M., « Kekkonen, Urho (1900-1986) », http://www.kansallisbiografia.fi/kb/artikkeli/632/. 2 La « crise des gels nocturnes » (yöpakkashallitus) en 1958 et les négociations Kekkonen-Khrouchtchev en 1961. JUSSILA O., HENTILÄ S. et NEVAKIVI J., op. cit., p. 279. 3 POLVINEN T., Between East and West…, p. 285. 4 COUTAU-BÉGARIE H., « Finlandisation », in LACOSTE Y. (sous la dir.), Dictionnaire de géopolitique, Paris, Flammarion, 1995, pp. 628-629.
  33. 33. 3. Sortir de la guerre : 1917-1924 De nombreuses questions préoccupent la Belgique en 1919-1920, notamment les compensations financières et territoriales d’après-guerre, la reconstruction du pays et l’instauration du suffrage universel pur et simple. Quant à sa nouvelle politique étrangère, elle choisit l’alliance et signe un accord miliaire avec la France. Sur le plan intérieur, les gouvernements belges doivent s’habituer à une cohabitation des partis désormais nécessaire pour former une majorité parlementaire. En Finlande, la poursuite d’une politique étrangère neutre est entravée simultanément par la question des îles Åland et les territoires convoités à l’Est. Les socialistes et les conservateurs de l’Eduskunta pansent leurs plaies de la guerre civile mais gardent une rancune tenace réciproque qui se maintiendra pendant l’entre-deux- guerres. Le conflit linguistique s’amplifie également au cours de cette période. 3.1. La question finlandaise Vers la fin de l’année 1917, la guerre était devenue insupportable pour les Alliés et la Belgique. « Le travail épuisant, la guerre interminable, le découragement français et britannique et la peur d’une attaque, tout disposait à l’accablement. En décembre 1917, le mois le plus froid en trente ans, on enregistra 1 007 cas de désertion et 718 le mois suivant. »1 C’est en ces temps difficiles que le quotidien belge Le Vingtième Siècle2 signale l’indépendance finlandaise le 10 décembre, proclamée quatre jours plus tôt : « Le nouveau gouvernement bourgeois de Finlande, présidé par M. Svinhufvud, chef du parti populaire suédois, a proclamé l’entière indépendance de la Finlande (…) Cette décision a été prise par la Diète à l’unanimité, les socialistes ayant cessé de faire de l’obstruction. »3 Un mois plus tard, la Direction P du ministère des Affaires étrangères belge lance une note interne sur cette proclamation : quelle attitude la Belgique doit-elle prendre ? 27 / 183 1 DE SCHAEPDRIJVER S., op. cit., p. 204. 2 Nous n’avons pas dépouillé ce journal - il s’agit d’une coupure de presse conservée aux archives du ministère des Affaires étrangères de Belgique, dossier 10.800, Question finlandaise. Reconnaissance. Relations avec divers pays. 1917-1921. 3 Le Vingtième Siècle, 10 décembre 1917, p. 2.
  34. 34. Qu’en pense Londres, puissance garante du royaume occupé1 ? Quel est l’avis de l’Assemblée constituante russe ? La Direction P tente de répondre à sa propre question en comparant la question finlandaise actuelle à la question belge de 1830. Les puissances ont reconnu l’indépendance de la Belgique en 1830 malgré l’obstination de La Haye ; pourquoi devrait-on attendre une décision de Petrograd2 ? Paul Hymans3, ministre des Affaires étrangères de Belgique, répond qu’il faut traiter cette question avec une grande prudence. Si la Belgique reconnaît ce nouvel État, elle doit également reconnaître les autres nations qui surgissent du démantèlement de l’Empire russe (l’Estonie, la Lettonie, la Lituanie, l’Ukraine, la Géorgie, l’Arménie, l’Azerbaïdjan et la République du Caucase du Nord). La situation actuelle est beaucoup trop instable pour se prononcer, dit le ministre Hymans : « L’évolution des événements est si rapide et peut amener tant de surprises, qu’il vaut mieux réserver la décision définitive »4. Concernant les Britanniques, il veut bien se renseigner quant à l’opinion du Foreign Office, mais le gouvernement belge ne devrait pas se laisser guider par celle- ci car elle pourrait changer d’avis à tout moment. La question revient à Paul Hymans en février 1918 lorsqu’une délégation officielle d’Helsinki arrive au Havre. Elle lui demande de transmettre au roi Albert une adresse et des documents officiels sollicitant le gouvernement belge de bien vouloir reconnaître l’indépendance de la Finlande5. Après avoir exprimé ses sympathies pour le pays aux mille lacs, le ministre Hymans informe la délégation que le gouvernement belge examinera la question, prenant en considération « l’état de fait, et les événements, encore si troublés, et [de] s’inspirer de l’attitude que prendront les grands États alliés de la Belgique. »6 Faisant écho à ses propos dans la note interne au ministère du 14 janvier, 28 / 183 1 Paris reconnaît formellement l’indépendance finlandaise le 12 janvier. 2 AMAEB, 10.800, Direction P (note interne), 13 janvier 1918. 3 Paul Hymans (1865-1941) : homme politique libéral belge. Ministre de Belgique à Londres (1915), ministre des Affaires économiques (1917-1918), Président de l’Assemblée de la Société des Nations (1920), ministre des Affaires étrangères (1918-1920, 1924-1925, 1927-1935). FENAUX R., Paul Hymans : un homme, un temps, 1865-1941, Bruxelles, Office de publicité, 1946. 4 AMAEB, 10.800, P. Hymans (note interne), 14 janvier 1918. 5 Ibid., L. Kihlmann à P. Hymans, 11 février 1918. 6 Ibid., P. Hymans au Cabinet, 12 février 1918.
  35. 35. Paul Hymans reste prudent et préfère connaître l’avis de Londres, et éventuellement Washington1, avant de présenter cette question devant le gouvernement belge. Il n’est donc pas aisé pour la Belgique de se prononcer sur cette question au début de l’année 1918. D’un côté, le quai d’Orsay pousse le chef de cabinet2 de Broqueville3 et le gouvernement britannique à reconnaître la Finlande4. De l’autre côté, l’ambassadeur russe5 à Paris demande à la Belgique de ne pas reconnaître la Finlande, ni de recevoir les délégués de l’Eduskunta6. L’éclatement de la guerre civile finlandaise complexifie la situation internationale. Entre janvier et mars, les Finlandais rouges, soutenus par les soldats russes, mènent des offensives victorieuses sur les forces blanches. La Suède, ayant reconnu l’indépendance finlandaise et le gouvernement de Vaasa, tente d’affaiblir les rouges en demandant à Petrograd d’évacuer ses soldats du pays. Stockholm cherche l’appui d’un second pays pour effectuer cette demande et se tourne vers le gouvernement belge. Par contre, celui- ci craint qu’un retrait des forces russes laisserait la Finlande ouverte à une incursion allemande7 et Paul Hymans s’abstient de répondre. Les craintes belges se justifient lorsqu’une quinzaine de navires allemands, répondant à l’appel d’assistance du gouvernement de Vaasa, se dirigent vers les îles Åland au début du mois de mars8. 29 / 183 1 La politique extérieure américaine d’isolationnisme remonte au premier tiers du 19e siècle. Elle témoigne d’un déclin lors de la présidence de Woodrow Wilson et l’entrée en guerre des États-Unis contre l’Allemagne en 1917 (le courant isolationniste subsiste toutefois jusqu’à la Deuxième guerre mondiale). La découverte du « télégramme Zimmermann », selon lequel l’ambassadeur allemand aux États-Unis proposait une alliance avec le Mexique contre les États-Unis, sert de casus belli. BRUNE L., Chronological History of U.S. Foreign Relations, vol. 1, New York, Routledge, 2003, pp. 391-392. 2 Charles de Broqueville et son successeur Gérard Cooreman sont les derniers à porter le titre de « chef de cabinet » en Belgique. Après 1918 on emploie le terme « Premier ministre ». MABILLE X., op. cit., p. 206. 3 Charles de Broqueville, comte (1860-1940) : homme politique catholique belge. Chef de cabinet/ Premier ministre (1911-1918, 1932-1934), ministre de l’Intérieur (1918-1919), de la Défense nationale (1926-1931) et de l’Agriculture (1932). DELZENNE Y.-W. et HOUYOUX J. (sous la dir.), Le nouveau dictionnaire des Belges, vol. 1, Bruxelles, Le Cri, 1998, p. 129. 4 AMAEB, 10.800, E. de Gaiffier d’Hestroy à P. Hymans, 19 janvier 1918. 5 C’est-à-dire l’ambassadeur de la Russie blanche. 6 Ibid., lettre sans nom, 24 janvier 1918. 7 Ibid., Direction P à E. de Gaiffier d’Hestroy et à baron Moncheur, 19 février 1918. 8 Les habitants des îles Åland sollicitent une assistance militaire auprès du roi de Suède en février 1918 pour les protéger des soldats russes. Stockholm envoie une expédition militaire et les Russes s’enfuient. Le royaume neutre justifie son action par l’appel des Ålandais et note que sa mission est purement humanitaire. La Finlande, tant rouge que blanche, l’Allemagne et la Russie soviétique condamnent l’occupation suédoise. Les troupes se retirent des îles à l’arrivée des navires allemands en mars 1918. TARKKA J. et TIITTA A., op. cit., pp.24-26..
  36. 36. La guerre civile se termine en mai 1918 et la Grande Guerre au mois de novembre. Alors que la Conférence de paix à Paris retient l’attention de tous, la Belgique est appelée à se prononcer sur la question finlandaise. Depuis quelque temps, la question s’est simplifiée : les États-Unis et le Royaume-Uni se sont montrés favorables à la Finlande indépendante en début mai 1919. Helsinki lance une nouvelle demande de reconnaissance via son ministre des Affaires étrangères de Finlande, Rudolf Holsti1. Celui-ci, en séjour à Paris, prend contact avec la légation belge et s’adresse au ministre Hymans : « Le Gouvernement finlandais, désirant obtenir le droit d’entrer en relations amicales avec la Belgique, m’a chargé, en ma qualité de Ministre des Affaires Étrangères de Finlande, de demander respectueusement au Gouvernement Royal de vouloir bien, en considération des faits ci-dessus cités2 reconnaître en droit l’indépendance de la Finlande et entrer en relations amicales avec elle. »3 Nous l’avons dit, la question s’est simplifiée, mais il y a toujours un pépin qui empêche Bruxelles d’émettre un avis favorable : il s’agit de la présence des troupes allemandes en Finlande4. La Direction P explique au ministre de Belgique à Paris, le baron Edmond de Gaiffier d’Hestroy5, qu’il est difficile pour la Belgique de reconnaître l’indépendance d’un pays « occupé par l’Allemagne ». Toutefois, les troupes 30 / 183 1 Eino Rudolf Woldemar Holsti (1881-1945) : journaliste et homme politique libéral finlandais. Président de la délégation finlandaise à la Conférence de paix (1919), ministre des Affaires étrangères (1919-1922, 1936-1938), délégué finlandais aux Assemblées de la Société des Nations (1922-1935, 1939). PIETIÄINEN J.-P., « Rudolf Holsti (1881-1945) », in MANSALA A. et SUOMI J. (éd.), Suomalainen diplomaatti. Muotokuvia muistista ja arkistojen kätköistä (Le diplomate finlandais. Des portraits éclosant de la mémoire et des archives), Helsinki, SKS, 2003, pp. 76-91 (Suomalaisen Kirjallisuuden Seuran Toimituksia [Publications de la Société finlandaise de littérature] ; 941). 2 La proclamation de l’indépendance par la Diète finlandaise, les déclarations solennelles des puissances de l’Entente, la « souffrance » du peuple finlandais pendant les 15 dernières années sous le joug russe, la violation des droits finlandais garanties par la Russie en 1809, et enfin les déclarations de reconnaissance de son indépendance par la France, la Suède, la Norvège, le Danemark, la Bulgarie, etc. (notons que M. Holsti s’abstient de mentionner l’Allemagne…), et last but not least par le Royaume- Uni et les États-Unis. 3 AMAEB, 10.800, R. Holsti à P. Hymans, 16 mai 1919. 4 Entre août et décembre 1918, une centaine d’officiers allemands avait reçu la tâche de développer l’armée finlandaise. JUSSILA O., HENTILÄ S. et NEVAKIVI J., op. cit., p. 122. 5 Edmond Ferdinand Félix Euchariste Marie Guillain Gaiffier d’Hestroy, baron (1866-1935) : diplomate belge. Ministre de Belgique en Chine (1904-1906), en Roumanie (1909-1912), directeur des affaires politiques du ministère des Affaires étrangères (1912-1916), ministre de Belgique à Paris et premier ambassadeur après la Grande Guerre (1916-1935). VAN LANGENHOVE F., « Gaiffier d’Hestroy », in Biographie nationale, t. 34, Bruxelles, Académie Royale des sciences, des lettres et des beaux-arts de Belgique, 1968, col. 377-382.
  37. 37. allemandes se retirent du pays1 et le gouvernement « germanophile » de Pehr Svinhufvud tombe simultanément. Les entraves disparaissent et la Direction P donne instruction au baron de Gaiffier d’Hestroy de traiter directement avec le ministre Holsti2 sur la reconnaissance belge de la Finlande indépendante. Deux semaines plus tard, le 10 juin 1919, la Belgique reconnaît officiellement la Finlande indépendante3. Le ministre Hymans informe Rudolf Holsti de cette décision par une lettre de la même date4 et le ministre Holsti lui remercie chaleureusement5. Il envoie également le 2 juillet une circulaire aux agents diplomatiques belges à l’étranger dans laquelle il communique la décision du gouvernement6. 3.2. Les premiers diplomates Il y a, depuis le 19e siècle, des consuls et des vice-consuls honoraires dans les grandes villes finlandaises7 qui y représentent les intérêts de la Belgique8. Maintenant que le pays est désormais indépendant, devrait-on y modifier le paysage diplomatique ? Confierait-on le rôle de représenter la Belgique à un ministre d’un pays voisin ? Enverrait-on un ministre plénipotentiaire ? Un consul de carrière ? Certes la Finlande n’est pas une priorité pour la diplomatie belge en 19209 mais ce sont toutefois des questions qui suscitent l’intérêt de certains hommes politiques et hommes d’affaires belges. 31 / 183 1 La Libre Belgique, 20 novembre 1918, p. 2. L’évacuation de la totalité des troupes allemandes se fait le 1er janvier 1919. Ibid., 19 janvier 1919, p. 2. 2 AMAEB, 10.800, Direction P à baron E. de Gaiffier d’Hestroy, 23 mai 1919. 3 Moniteur belge, 26 juin 1919, p. 2894. 4 AMAEB, 10.800, P. Hymans à R. Holsti, 10 juin 1919. 5 « Le Gouvernement de Finlande, qui a avec la plus profonde gratitude pris connaissance de cet acte, m’a chargé de faire parvenir à Votre Excellence les voeux les plus sincères, qu’il forme pour l’heureux avenir de la Belgique et le développement des liens d’amitié, qui existent déjà entre nos deux pays ainsi que l’expression de la vive sympathie que lui et tout le peuple Finlandais ressentent pour l’héroïque peuple Belge. » AMAEB, 10.800, R. Holsti à P. Hymans, 30 juin 1919. 6 AMAEB, 10.800, circulaire P. Hymans, 2 juillet 1919. 7 Helsinki, Turku, Pori (Bjöneborg), Vaasa, Oulu (Uleåborg) et Viipuri. Annuaire consulaire et diplomatique, 1914-1920. 8 « À l’origine, la Belgique ne dispose que de consuls marchands, c’est-à-dire de personnes, de nationalité belge ou étrangère, choisies pour leurs rapports avec les milieux d’affaires et non rétribuées. » COOLSAET R., DUJARDIN V., ROOSENS C., op. cit., p. 84. 9 Étant donné que la Belgique n’est plus neutre au lendemain de la guerre, elle réorganise sa représentation à l’étranger : le budget du ministère est triplé dans l’entre-deux-guerres, le nombre de postes diplomatiques, 34 en 1920, s’élève à 42 en 1939, ceci sans compter les 30 consuls généraux. Ibid., pp. 163-164.
  38. 38. Dans le monde actuel, comme dans les années 1920 et bien avant, le commerce international est fondamental. Des millions, voire milliards de tonnes de biens sont échangés chaque année entre les États ouverts au commerce mondial. La plupart des États ne pourraient pas subsister sans ce commerce, faute de matières premières et de substances alimentaires suffisantes. Nous verrons prochainement que les entrepreneurs belges chercheront avidement à acquérir des biens en Finlande via les contacts établis par les agents consulaires. Le nouvel État nordique pourra à son tour acquérir auprès de l’étranger du matériel nécessaire pour développer son activité économique. Ainsi, une Finlande plus performante pourra offrir à ses partenaires commerciaux le « surplus de sa production et acquérir les choses nécessaires à l’accroissement du bien-être et à la sécurité d’existence »1 de sa population. Comme la Belgique est sous-représentée en Finlande, les hommes d’affaires belges et les diplomates à Helsinki vont insister auprès du ministère des Affaires étrangères, tout au long de l’entre-deux-guerres, d’augmenter les efforts commerciaux en Finlande. 3.2.1. Paul May à Stockholm et à Helsinki Le 9 juillet 1919, la Belgique et la Finlande établissent officiellement leurs relations diplomatiques2. Dès lors se pose la question de la représentation belge en Finlande. Lors d’une séance du Conseil des ministres en octobre 19193, le gouvernement Delacroix4 indique que le ministre Hymans propose de conférer la mission à Paul May5, nommé ministre de Belgique en Suède. C’était en effet une suggestion du ministre May lui-même. Celui-ci souhaite unir temporairement les postes diplomatiques en Suède et en Finlande, assurant ainsi l’unité de l’action belge vis-à-vis 32 / 183 1 DE LEENER G., Théorie et politique du commerce international, Bruxelles, Lamertin, 1933, p. 7. 2 Cette date nous vient des archives du ministère des Affaires étrangères. Le mémoire de Michel Moreels nous dit par contre que cet événement se produit le 20 décembre 1920, moment où Bruxelles décide d’envoyer un consul de carrière à Helsinki. MOREELS M., op. cit., p. 76 ; AMAEB, P. Ext. 1798, Direction B à Direction G, 13 décembre 1920. 3 Procès-verbaux du Conseil des ministres, 27 octobre 1919, p. 12. 4 Léon Frédéric Gustave Delacroix (1867-1929) : homme politique catholique belge. Avocat, Premier ministre (1918-1920), ministre des Finances (1918-1919), des Affaires étrangères ad interim (1920), nommé ministre d’État en 1921. GOORDEN T., Léon Delacroix (1867-1929) : un grand serviteur du pays, Bruxelles, Catherine Delacroix-Petit, 2006. 5 Paul Hermann May (1872-1934) : diplomate belge. Ministre de Belgique en Suède et en Finlande (1920-1925), ambassadeur au Brésil (1925-1930) et aux États-Unis (1930-1933). AMAEB, P. Ext. 215.

×