BruxellesNouvelle A.S.B.L «Chezailes »Uniquement réservée aux femmesÊtre capable d’assumer un loyer est un luxe que certai...
Rim Id Miloud, unique employée de Chezailes, répond « Non mais c’est un choix volontaire, nousvoulons être indépendants et...
connaître, elle compte beaucoup sur le bouche-à-oreilles. Alors dès à présent, vous pouvez en parlerautour de vous si l’id...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Projet chezailes

251 vues

Publié le

Article local réalisé dans le cadre d'un cours de méthodologie du journalisme.

0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
251
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
4
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Projet chezailes

  1. 1. BruxellesNouvelle A.S.B.L «Chezailes »Uniquement réservée aux femmesÊtre capable d’assumer un loyer est un luxe que certaines femmes ne peuvent s’offrir. « Chezailes »est la première A.S.B.L -dans la capitale- dédiée au sans-abrisme au féminin. Dans cet endroit,hygiène, dignité et parole sont assurés, et avec le sourire svp!A ujourd’hui, environ 17000 personnes n’ont pas d’endroit où vivre dans la capitale, 1/3 de celles-ci sont des femmes. L’hiver approche, et en plus de l’insécurité, le froid menace les personnes qui se trouvent à la rue. « Chezailes » tient son siège au dernier étage d’une bâtisse qui se situe à la Place Annessens, au centre de Bruxelles. Cette ASBL est la seule àaider exclusivement les femmes en leur offrant un endroit où boire un café, se doucher ou encoretrouver quelques vêtements à enfiler. Toutes les associations de ce genre sont mixtes, etmalheureusement, les femmes se sentent souvent menacées, il n’existe pas de réelle sécurité, ellespréfèreraient se retrouver entre elles, même si la solidarité n’est pas au rendez-vous. Les critères de cescentres d’urgence sont souvent trop stricts : pas d’alcooliques, ni de droguées.L’ambiance est agréable, et réchauffe doucement le cœur et les mains, l’endroit -ouvert depuis à peuprès 3 mois- s’équipe de plus en plus afin de subvenir au besoin des plus démunies. Il y a une salle debain où celles-ci peuvent se laver, une cuisine afin de pouvoir se nourrir, sans parler d’une petite piècemunie d’un lit si quelqu’un désire se reposer. Il y a une seule règle : ce n’est pas un centre de nuit. Lesfemmes peuvent revenir tous les matins, mais ne sont pas autorisées à dormir sur place. Elles peuventégalement bénéficier d’une consigne où mettre leurs affaires personnelles en sécurité, et ce pour lamodique somme de 50 cents par semaine. « J’ai perdu le ticket de ma consigne à la Gare du Nord, onne me l’a pas ouvert, à la rue, on perd toute crédibilité. » déplore Jenny, victime à long terme du sans-abrisme.Des subsides de l’Etat ? Non !Recevez-vous une aide financière de l’Etat, ou un quelconque soutien de sa part ? A cette question,
  2. 2. Rim Id Miloud, unique employée de Chezailes, répond « Non mais c’est un choix volontaire, nousvoulons être indépendants et ne pas devoir se soumettre à tous les critères ». Ne pas se soumettre àtous les critères ? C’est un euphémisme ! Lorsque que Mlle Id Miloud s’est lancée dans ce projet, ilssquattaient illégalement un endroit pendant près d’un an, avant d’être expulsés, et d’ouvrir -grâce ausoutien financier d’un particulier- un lieu conforme à la loi. La situation s’est régulée petit à petit.Seule employée de cet A.S.B.L, la patronne travaillait auparavant pour l’A.S.B.L « Chez nous ». C’esten faisant une enquête dans les rues que l’idée d’ouvrir ce centre pour femmes s’est développée.Aujourd’hui, c’est un réel projet de vie qu’il faut construire avec ces femmes. Il faut leur redonnerconfiance car elles ne peuvent s’empêcher d’être méfiantes au vu de leur passé. Il n’en est pas demême pour leurs enfants, qui eux parviennent encore à avoir des rêves plein la tête ! « Je voudraistravailler avec les chevaux plus tard, je faisais des compétitions quand j’étais petite.. » s’extasieLaetitia, 17 ans et fille de Jenny.Un accueil à bas seuil, voilà ce qui est prôné. Il n’y a pas de restrictions, les femmes de tous genresconfondus sont admises. Les personnes qui vivent en situation précaires peuvent s’y rendre et fairedes lessives par exemple, ce qui semble, par ailleurs, attirer bon nombre d’habitantes du quartier.De l’aide d’ici et d’ailleursSi bénéficier d’une aide financière de l’Etat n’est pas l’objectif de la maison, celle d’une aide plushumaine l’est. Pour mettre une telle organisation en œuvre, sachant qu’elle n’a pas de but lucratif, ilfaut un petit coup de main. Voilà pourquoi nous retrouvons en les personnes qui y travaillentquelques infirmiers de rue, des bénévolats, des gens au cœur sur la main. Ce n’est pas tout, il estpossible pour chacun d’aider, nous pouvons également donner les vêtements que nous ne voulonsplus à cette A.S.B.L qui les mettra, pour presque rien, à la disposition des personnes en difficulté.Pour terminer, une telle infrastructure intervient également dans la réinsertion. Mais ce n’est pas dansle fait de trouver un logement ou un travail qu’elle réside, mais plutôt dans la construction d’un projetde vie. Les personnes y travaillant cherchent avant tout à donner de l’espoir, à rendre un semblant dedignité et de place dans la société actuelle. Et cela, à n’importe quelles femmes, étant donné l’absencede critère, Mlle Id Miloud et son équipe vont même les chercher dehors. « Rim est venue vers moi à laGare du Nord, je l’ai suivie. Il n’y a pas beaucoup d’endroits comme celui-ci. » déclare Jenny.Il y a des bons côtés, mais n’oublions pas les mauvais. Les femmes sans abris ne sont pas solidairescomme nous pourrions le croire. Il y a des tensions entre certaines, et cela les pousse quelque fois à nepas venir, ou à arrêter de fréquenter l’endroit.ChezAiles est peut-être le commencement d’une nouvelle sorte d’aide aux personnes. Pour se faire
  3. 3. connaître, elle compte beaucoup sur le bouche-à-oreilles. Alors dès à présent, vous pouvez en parlerautour de vous si l’idée vous tente ! « Chouette initiative, mais je ne voudrais pas me retrouver juste avec des femmes. » S.

×