SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  33
THÈME 1 – LE RAPPORT DES SOCIÉTÉS À LEUR PASSÉ
 HIS 4 – L’HISTORIEN ET LES MEMOIRES DE
     LA SECONDE GUERRE MONDIALE




                         Dans le livre :
       HIS 4 – Les mémoires de la Seconde Guerre mondiale
       HIS 5 – Les mémoires de la Guerre d’Algérie
Texte de Pierre Nora intitulé « Tout oppose mémoire et histoire »,
                            extrait des Lieux de mémoires, page 79


          La mémoire selon Pierre Nora                            L’histoire selon Pierre Nora

           portée par des groupes vivants              construction toujours problématique et incomplète
                évolution permanente                                  représentation du passé
 souvenir/amnésie, inconsciente de ses déformations             opération intellectuelle et laïcisante
           vulnérables aux manipulations                     elle appelle analyse et discours critique
               latences/revitalisations                       l’histoire débusque le sacré, prosaïse
                 phénomène actuel                     appartient à tous et à personne, vocation à l’universel

La mémoire est SUBJECTIVE, sacralise une version              L’histoire est recherche de VÉRITÉ



Histoire = reconstitution savante du passé (respectant des méthodes)

Mémoire = affective, sensible, souvent douloureuse


La mémoire ne retient que ce qui la conforte (oubli, déni, refoulement ou au contraire
victimisation) tandis que l’histoire nécessite neutralité et décentrement. Elle ne s’interesse
pas seulement au récit mais aux causalités.
Deux missions de l’histoire vis-à-vis de la mémoire :
    - démythifier les mémoires
    - construire un savoir qui servira de cadre de référence



Les historiens contribuent donc à « bousculer » les mémoires même si celles-ci ont leur
propre rythme → Cycles mémoriels (avec ses oublis et ses phases de vitalité)




      Comment les mémoires de la Seconde Guerre mondiale
        ont-elles évolué en France et quel rôle ont tenu les
                 historiens dans cette évolution ?
I – Une mémoire officielle et très sélective
               (de 1945 aux années 1970)
  Comment les Français ont-ils refoulé certains aspects de la Seconde
                        Guerre mondiale ?

A – Le mythe resistancialiste au service de l’unité nationale
Discours du général de Gaulle du 14 octobre 1944

Enfin, nous devons nous unir. Assurément, nous autres, Français, sommes
divers à tous égards. Nous le sommes par nos idées, nos professions, nos
régions. Nous le sommes par notre nature qui nous a fait essentiellement
critiques et individualistes. Nous le sommes aussi, hélas! en conséquence
des malheurs que nous venons de traverser et qui nous ont blessés et
opposés les uns aux autres.
Mais, à part une poignée de misérables et d'indignes, dont l'État fait et
fera justice, l'immense majorité d'entre nous furent et sont des Français
de bonne foi. Il est vrai que beaucoup ont pu se tromper à tel moment ou
à tel autre, depuis qu'en 1914 commença cette guerre de trente ans. Je
me demande même qui n'a jamais commis d'erreur? Il est vrai que
certains ont pu céder à l'illusion ou au découragement quand le désastre
et le mensonge avaient submergé notre pays. Il est vrai même que parmi
ceux qui s'opposèrent vaillamment à l'ennemi il y a eu des degrés divers
dans le mérite et la nation doit savoir reconnaître les meilleurs de ses
enfants pour en faire ses guides et ses exemples. Mais quoi ? La France
est formée de tous les Français. Elle a besoin, sous peine de périr, des
cœurs, des esprits, des bras, de tous ses fils et de toutes ses filles. Elle a
besoin de leur union, non point de celle que l'on proclame dans des
programmes ou des discours pour la compromettre en même temps par
querelles, outrages et surenchères, mais de leur union réelle, sincère,
fraternelle.
Résistancialisme = terme forgé par l’historien Henry Rousso, qui désigne un
mythe faisant de la Résistance un objet de mémoire, tout en l’assimilant à
l’ensemble de la nation, minimisant ainsi le soutien accordé par la société
française au régime de Vichy : les Français auraient été majoritairement et
naturellement résistants.
Le chant des partisans
                     (Chant de la Libération)


Ami, entends-tu le vol noir des corbeaux sur nos plaines ?
Ami, entends-tu les cris sourds du pays qu’on enchaîne ?
Ohé, partisans, ouvriers et paysans, c’est l’alarme.
Ce soir l’ennemi connaîtra le prix du sang et les larmes.

Montez de la mine, descendez des collines, camarades !
Sortez de la paille les fusils, la mitraille, les grenades.
Ohé, les tueurs à la balle et au couteau, tuez vite !
Ohé, saboteur, attention à ton fardeau : dynamite...

C’est nous qui brisons les barreaux des prisons pour nos frères.
La haine à nos trousses et la faim qui nous pousse, la misère.
Il y a des pays où les gens au creux des lits font des rêves.
Ici, nous, vois-tu, nous on marche et nous on tue, nous on
crève...

Ici chacun sait ce qu’il veut, ce qu’il fait quand il passe.
Ami, si tu tombes un ami sort de l’ombre à ta place.
Demain du sang noir sèchera au grand soleil sur les routes.
Chantez, compagnons, dans la nuit la Liberté nous écoute...

Ami, entends-tu ces cris sourds du pays qu’on enchaîne ?
Ami, entends-tu le vol noir des corbeaux sur nos plaines ?
Deux mouvements politiques propagent le mythe
Le Mont-Valérien : un lieu de mémoire de la Seconde
                 Guerre mondiale

                                                      Photographie extraite d’une série réalisée lors
                                                      d’une exécution au Mont-Valérien en février
                                                      1944, prises clandestinement par le sous-
                                                      officier Clemens Ruther. Ce sont sans doute
                                                      les seules photographies qui existent d’une
                                                      fusillade au Mont-Valérien.




En 1960, le général de Gaulle inaugure le Mémorial
de la France combattante au Mont-Valérien où plus
d’un milliers de résistants et d’otages ont été
exécutés.
La crypte abrite les dépouilles de 16 combattants
 français qui reflètent la diversité de la résistance aux
            Allemands (soldats, résistants).

     Seize sculptures en bas relief de seize sculpteurs
différents représentent des événements de la Libération
                       de la France.
B – Une mémoire très sélective qui oublie les victimes et les
vaincus
II – Le réveil des mémoire
                (dans les années 1970 et 1980)

Comment la période de la guerre est-elle revisitée par la société française
                     à partir des années 1970 ?

A – La prise de conscience de la collaboration
B – L’essor de la mémoire du Génocide des Juifs
III – Des mémoires éclatées ou une mémoire apaisée ?
              (depuis les années 1990)

  Comment les conflits mémoriels liés au souvenir de Vichy ont-ils été
                          surmontés?

A – Des mémoires complexes voire conflictuelles
François Mitterrand (fonctionnaire de Vichy) est décoré de
l’ordre de la Francisque par le Maréchal Pétain en 1943. Il
 est alors déjà en contact avec des réseaux de résistance.
Le magazine homosexuel Têtu rend compte de la Journée nationale du Souvenir de la
               Déportation dans les différentes villes de France en 2002

Lyon, 28 avril 2002, 11h30. « C'est une honte, un scandale, c'est lamentable! » Hervé Morel,
président de l'association Aris, est rouge de colère. « Nous allons demander des explications au
préfet ». A Lyon, les associations homosexuelles sont indignées, elles ont été tout simplement
exclues de la cérémonie officielle organisée place Bellecour à l'occasion de la journée nationale
de la Déportation. Tout avait pourtant bien commencé. (...)                Les porte-drapeaux des
associations d'anciens combattants, résistants et déportés sont émus à la lecture des noms des
sinistres camps de concentration. Pour conclure, vers midi, les personnalités civiles et militaires
déposent leurs gerbes à la mémoire des déportés devant le Veilleur de Pierre. Avant que la
cérémonie ne prenne fin, les associations homosexuelles, restées derrière les barrières avec le
public, tentent de s'avancer vers le monument. Mais les forces de l'ordre font barrage. Les
militants gay et lesbiens, plus d'une centaine, triangle rose sur la poitrine, devront attendre que
les officiels aient quitté les lieux, que la foule soit partie et que le drapeau tricolore soit retiré
avant de pouvoir déposer leurs deux gerbes à la mémoire des déportés homosexuels. Après
une minute de silence , Hervé Morel prend la parole pour dénoncer cette mise à l'écart
honteuse. (...)

A Strasbourg, la commémoration officielle terminée, l'Alsacien Pierre Seel a enfin pu
s'approcher du monument aux morts, ce dimanche matin. Accompagné et soutenu par une
soixantaine de personnes, c'est non sans émotion que le septuagénaire, victime du nazisme
alors qu'il n'avait que 17 ans, s'est recueilli devant la gerbe déposée après la cérémonie par le
collectif des associations homosexuelles de Strasbourg. (...)

A Toulouse, les gays et lesbiennes ne déposent plus de gerbe depuis qu'ils ont obtenu, il y a
quelques années, que le discours des associations d'anciens déportés ne citent pas une
communauté en particulier, ou sinon toutes. Ce discours neutre satisfait toutes les parties en
présence (...)
                                                                            Source : tetu.com
Déportation pour motif d’homosexualité
         et Journée nationale du Souvenir de la Déportation :
           10 ans d’une reconnaissance toujours plus forte.

Ce dimanche 29 avril, l'entre-deux tours de l’élection présidentielle, sera
également marqué sur tout le territoire par les cérémonies d'hommage aux
Victimes et Héros de la Déportation.

Seule association reconnue par les pouvoirs publics et les institutions, Les
«Oublié-e-s» de la Mémoire représenteront cette année encore la composante
homosexuelle de la Déportation lors des cérémonies nationales à Paris, ainsi
qu’en province (...)

En 2001, Lionel Jospin, alors premier ministre, mentionnait pour la première fois
les homosexuels parmi les minorités persécutées durant l’Occupation. (...)

Depuis la création de notre association en 2003, nous avons toujours prôné
l’égalité de traitement en appelant les associations LGBT (Lesbiennes, Gay, Bi et
Trans) à se reconnaître dans la gerbe unitaire déposée par les fédérations de
déportés. Le dépôt ce jour-là de gerbes mentionnant la seule déportation des
homosexuels, n’avait de sens qu’à l’époque où la déportation homosexuelle se
heurtait encore au refus des autorités et associations organisant les cérémonies.
Ce n’est plus le cas aujourd’hui, malgré quelques difficultés persistant çà et là.

Ainsi, 2012 conclut une décennie qui, grâce à notre engagement sur le
terrain, a vu les homosexuels déportés sortir de l’oubli et du déni de
mémoire.

Nous rappelons enfin que la reconnaissance de cette déportation passe aussi
par la solidarité de mémoire envers toutes les catégories de déportés, ainsi que
par le combat contre toutes les discriminations.

Il est d’autant plus actuel en ces temps de crise où le peuple français est
tenté de céder aux sirènes de l’intolérance, celles-là même qui, en un autre
temps, avaient permis l’accession au pouvoir d’une idéologie et d’un
régime qui conduisirent à la déportation de millions de personnes.

                         Communiqué publié sur le site de l’association
                                                devoiretmemoire.org
Déportation d'homosexuels : les propos de M. Vanneste contredits par plusieurs études

Christian Vanneste, député UMP du Nord, a suscité la polémique (en évoquant) "la fameuse
légende de la déportation des homosexuels" qui ont fait réagir plusieurs associations
homosexuelles (...). Dans cette vidéo, le député affirme qu'"en Allemagne, il y a eu une répression
des homosexuels et la déportation qui a conduit à peu près à 30 000 déportés. Et il n'y en a pas
eu ailleurs. (...) Il n'y a pas eu de déportation homosexuelle en France".
Des chiffres et des affirmations qui vont à l'encontre de toutes les études faites sur le sujet. Selon
les chiffres officiels (de) la Fondation pour la mémoire de la déportation (FMD), soixante-trois
Français ont été arrêtés pour motif d'homosexualité. Un chiffre repris par Mickaël Bertrand, dans
son ouvrage paru en 2011, La déportation pour motif d'homosexualité en France. (...)

Pour le reste, les homosexuels ont bien souvent été déportés pour des raisons multiples, leur
homosexualité étant invoquée au même titre que leurs opinions politiques ou leur judaïté.
Quant au chiffre de "30 000 déportés" allemands, là encore, Christian Vanneste ne tombe pas
juste, puisque selon les études de la FMD, il s'agirait plutôt de 60 000 homosexuels arrêtés en
Allemagne, dont 15 000 internés, soit en camp de concentration, soit en prison.
"C'est une vérité reconnue par les historiens, par la Fondation pour la mémoire de la déportation,
et par l'Etat. Plusieurs présidents et premiers ministres ont fait des déclarations à ce sujet, comme
Jacques Chirac en 2005", déclare Philippe Couillet, président de l'association civile homosexuelle
du devoir de mémoire, "Oublié(e)s de la mémoire". "C'est un véritable coup de communication de
la part de M. Vanneste." (...) en plein débat sur le mariage homosexuel (...)
Le député UMP n'a pas hésité à réaffirmer ses propos, en pointant du doigt un "lobby gay" dont
la majorité présidentielle essaierait de s'attirer les faveurs à tout prix. (...)
                                                     Delphine Roucaute, Le Monde, 15 fevrier 2012
B – Le temps de la reconnaissance officielle et du « devoir de
mémoire »
Journées de commémorations relatives à la Seconde Guerre mondiale


27 janvier : Journée de la mémoire des Génocides et de la prévention des crimes contre
l'humanité (Conseil de l’Europe, 2002) ; Journée internationale de commémoration en mémoire
des victimes de l’Holocauste (Nations Unies créée en 2005)

24 avril : Journée nationale du Souvenir de la Déportation (créée en 1954)

8 mai : Fête de la Victoire 1945 (1946, férié de 1953 à 1959 puis depuis 1982)

18 juin : Journée nationale commémorative de l'appel historique du général de Gaulle à refuser
la défaite et à poursuivre le combat contre l'ennemi (appel du 18 Juin en 1940) (créée en 2006)

16 juillet : Journée nationale à la mémoire des victimes des crimes racistes et antisémites de
l'État français et d'hommage aux « Justes » de France (rafle du Vélodrome d'Hiver en 1942)
(créée en 2000 en remplacement de la Journée nationale à la mémoire des victimes des
persécutions racistes et antisémites commises sous l'autorité de fait dite « gouvernement de
l'État français » (1940-1944) créée en 1993)

                       Autres commémorations de moindre importance :
hommage à Jean Moulin le 17 juin, débarquement de Normandie le 6 juin, de Provence le 15 août, libérations de
                                        villes (ex. Paris le 25 août)
Des enseignants contre la journée "Guy Môquet"
Une centaine d'universitaires, de professeurs de lycées et de chercheurs, réunis dans le Comité
de vigilance face aux usages publics de l'histoire (CVUH), mènent bataille contre la journée de
commémoration de la mort de Guy Môquet. Celle-ci, prévue le 22 octobre, sera organisée dans
tous les lycées avec la lecture de la lettre du jeune résistant communiste, rédigée avant qu'il soit
fusillé par l'armée allemande, le 22 octobre 1941.
Pour les enseignants et chercheurs du CVUH, il est impossible "cautionner d'une façon ou d'une
autre" cette journée.
"Chaque acteur de l'espace scolaire jugera de l'attitude qui lui paraît la plus juste mais il ne nous
apparaît pas possible, en tant qu'enseignants comme en tant que chercheurs, de cautionner d'une
façon ou d'une autre une telle contrefaçon mémorielle", écrit sur son site internet le comité.

"Mythe patriote"

Il dénonce l'"instrumentalisation" du "passé" à travers cette opération.
"Toutes les complexités de la Résistance disparaissent derrière l'écran blanc d'une dernière lettre
sortie de son contexte", critique le comité.
"Tout est fait pour que l'Ecole fabrique un mythe patriote en lieu et place d'une interrogation
critique" sur "la mémoire nationale", affirme-t-il, dénonçant une "véritable cérémonie de monument
aux morts (...) inventée pour l'occasion" dans une circulaire du ministère de l'Education nationale
parue le 30 août.
"Entre usage rugbystique (la lettre avait été lue aux joueurs de l'équipe de France de rugby le 7
septembre avant le match France-Argentine, ndlr) et cérémonie scolaire, tout se passe comme s'il
s'agissait de mettre en place des bataillons de la mémoire dont les enseignants seraient les
nouveaux 'hussards noirs', au service d'une mémoire aussi étroitement nationale que largement
amnésique", estime le comité.

                                                                   Le Nouvel Obs, 10 octobre 2007
DIAPO Mémoires 2° GM

Contenu connexe

Tendances

La Seconde Guerre mondiale, une guerre d'anéantissement (1939 - 1945)
La Seconde Guerre mondiale, une guerre d'anéantissement (1939 - 1945)La Seconde Guerre mondiale, une guerre d'anéantissement (1939 - 1945)
La Seconde Guerre mondiale, une guerre d'anéantissement (1939 - 1945)
mlaugel
 
La france dans la deuxième guerre mondiale
La france dans la deuxième guerre mondialeLa france dans la deuxième guerre mondiale
La france dans la deuxième guerre mondiale
ProFees
 
Le sauvetage-des-juifs-a-paris-1940-1944
Le sauvetage-des-juifs-a-paris-1940-1944Le sauvetage-des-juifs-a-paris-1940-1944
Le sauvetage-des-juifs-a-paris-1940-1944
dida91
 

Tendances (20)

Femmes dans la résistance
Femmes dans la résistanceFemmes dans la résistance
Femmes dans la résistance
 
cours
courscours
cours
 
Images rares
Images raresImages rares
Images rares
 
La seconde guerre mondiale
La seconde guerre mondialeLa seconde guerre mondiale
La seconde guerre mondiale
 
DCNV. — 03. La résistance civile non-armée en Tchécoslovaquie du 21 au 28 aoû...
DCNV. — 03. La résistance civile non-armée en Tchécoslovaquie du 21 au 28 aoû...DCNV. — 03. La résistance civile non-armée en Tchécoslovaquie du 21 au 28 aoû...
DCNV. — 03. La résistance civile non-armée en Tchécoslovaquie du 21 au 28 aoû...
 
COURS
COURSCOURS
COURS
 
La Seconde Guerre mondiale, une guerre d'anéantissement (1939 - 1945)
La Seconde Guerre mondiale, une guerre d'anéantissement (1939 - 1945)La Seconde Guerre mondiale, une guerre d'anéantissement (1939 - 1945)
La Seconde Guerre mondiale, une guerre d'anéantissement (1939 - 1945)
 
cours
courscours
cours
 
cours
courscours
cours
 
cours
courscours
cours
 
La Deuxième Guerre mondiale
La Deuxième Guerre mondialeLa Deuxième Guerre mondiale
La Deuxième Guerre mondiale
 
24 AOÛT 1944 Les Républicains espagnols de la “Nueve” entrent dans Paris
24 AOÛT 1944 Les Républicains espagnols de la “Nueve” entrent dans Paris24 AOÛT 1944 Les Républicains espagnols de la “Nueve” entrent dans Paris
24 AOÛT 1944 Les Républicains espagnols de la “Nueve” entrent dans Paris
 
DCNV. — 02. La résistance civile en Europe pendant la seconde guerre mondiale
DCNV. — 02. La résistance civile en Europe pendant la seconde guerre mondialeDCNV. — 02. La résistance civile en Europe pendant la seconde guerre mondiale
DCNV. — 02. La résistance civile en Europe pendant la seconde guerre mondiale
 
La france dans la deuxième guerre mondiale
La france dans la deuxième guerre mondialeLa france dans la deuxième guerre mondiale
La france dans la deuxième guerre mondiale
 
Le sauvetage-des-juifs-a-paris-1940-1944
Le sauvetage-des-juifs-a-paris-1940-1944Le sauvetage-des-juifs-a-paris-1940-1944
Le sauvetage-des-juifs-a-paris-1940-1944
 
COURS
COURSCOURS
COURS
 
La seconde guerre mondiale
La seconde guerre mondialeLa seconde guerre mondiale
La seconde guerre mondiale
 
cours
courscours
cours
 
Sujet antisémitisme nazi IEP Paris
Sujet antisémitisme nazi IEP ParisSujet antisémitisme nazi IEP Paris
Sujet antisémitisme nazi IEP Paris
 
2 gm
2 gm2 gm
2 gm
 

Similaire à DIAPO Mémoires 2° GM

Diapo mémoires 2 gm version 2014
Diapo mémoires 2 gm version 2014Diapo mémoires 2 gm version 2014
Diapo mémoires 2 gm version 2014
Parchemin
 
MONUMENTS AUX MORTS DE LA GRANDE GUERRE : MÉMOIRE DE LA REPUBLIQUE OU CULTE R...
MONUMENTS AUX MORTS DE LA GRANDE GUERRE : MÉMOIRE DE LA REPUBLIQUE OU CULTE R...MONUMENTS AUX MORTS DE LA GRANDE GUERRE : MÉMOIRE DE LA REPUBLIQUE OU CULTE R...
MONUMENTS AUX MORTS DE LA GRANDE GUERRE : MÉMOIRE DE LA REPUBLIQUE OU CULTE R...
icm13
 
Structure articles presse
Structure articles presseStructure articles presse
Structure articles presse
chusinha
 
217 juin 2004
217 juin 2004217 juin 2004
217 juin 2004
Tikoun38
 
GuéRillerosn°115 R
GuéRillerosn°115 RGuéRillerosn°115 R
GuéRillerosn°115 R
guest01822d
 

Similaire à DIAPO Mémoires 2° GM (20)

Diapo mémoires 2 gm version 2014
Diapo mémoires 2 gm version 2014Diapo mémoires 2 gm version 2014
Diapo mémoires 2 gm version 2014
 
Guerrilleros 129
Guerrilleros 129Guerrilleros 129
Guerrilleros 129
 
Guerrilleros 137
Guerrilleros 137Guerrilleros 137
Guerrilleros 137
 
MONUMENTS AUX MORTS DE LA GRANDE GUERRE : MÉMOIRE DE LA REPUBLIQUE OU CULTE R...
MONUMENTS AUX MORTS DE LA GRANDE GUERRE : MÉMOIRE DE LA REPUBLIQUE OU CULTE R...MONUMENTS AUX MORTS DE LA GRANDE GUERRE : MÉMOIRE DE LA REPUBLIQUE OU CULTE R...
MONUMENTS AUX MORTS DE LA GRANDE GUERRE : MÉMOIRE DE LA REPUBLIQUE OU CULTE R...
 
Mythe de la fleur au fusil Patrick Mougenet
Mythe de la fleur au fusil   Patrick MougenetMythe de la fleur au fusil   Patrick Mougenet
Mythe de la fleur au fusil Patrick Mougenet
 
Structure articles presse
Structure articles presseStructure articles presse
Structure articles presse
 
Ghetto au maquis Allos
Ghetto au maquis Allos Ghetto au maquis Allos
Ghetto au maquis Allos
 
La Presse Nouvelle Magazine 217 juin 2004
La Presse Nouvelle Magazine 217 juin 2004La Presse Nouvelle Magazine 217 juin 2004
La Presse Nouvelle Magazine 217 juin 2004
 
La Presse Nouvelle Magazine 217 juin 2004
La Presse Nouvelle Magazine 217 juin 2004La Presse Nouvelle Magazine 217 juin 2004
La Presse Nouvelle Magazine 217 juin 2004
 
217 juin 2004
217 juin 2004217 juin 2004
217 juin 2004
 
Guerrilleros n° 135
Guerrilleros n° 135Guerrilleros n° 135
Guerrilleros n° 135
 
Histoire et figures de la non-violence. — 10. Les Justes
Histoire et figures de la non-violence. — 10. Les JustesHistoire et figures de la non-violence. — 10. Les Justes
Histoire et figures de la non-violence. — 10. Les Justes
 
GuéRillerosn°115 R
GuéRillerosn°115 RGuéRillerosn°115 R
GuéRillerosn°115 R
 
Des idéologies d'exclusion aux génocides : les étapes d’un processus
Des idéologies d'exclusion aux génocides : les étapes d’un processusDes idéologies d'exclusion aux génocides : les étapes d’un processus
Des idéologies d'exclusion aux génocides : les étapes d’un processus
 
Route 1 De Carole FréChette
Route  1  De  Carole FréChetteRoute  1  De  Carole FréChette
Route 1 De Carole FréChette
 
La Guerre au Pays de Fouesnant - t-xt6s
La Guerre au Pays de Fouesnant -  t-xt6sLa Guerre au Pays de Fouesnant -  t-xt6s
La Guerre au Pays de Fouesnant - t-xt6s
 
Guerrilleros n° 133
Guerrilleros n° 133Guerrilleros n° 133
Guerrilleros n° 133
 
Lh charlie optimise (1)
Lh charlie optimise (1)Lh charlie optimise (1)
Lh charlie optimise (1)
 
Célèbre-t-on les rebelles ? L'exemple des Commémorations nationales
Célèbre-t-on les rebelles ? L'exemple des Commémorations nationalesCélèbre-t-on les rebelles ? L'exemple des Commémorations nationales
Célèbre-t-on les rebelles ? L'exemple des Commémorations nationales
 
Histoire et figures de la non-violence. — 09. Les Justes
Histoire et figures de la non-violence. — 09. Les JustesHistoire et figures de la non-violence. — 09. Les Justes
Histoire et figures de la non-violence. — 09. Les Justes
 

Plus de Parchemin (20)

Diapo séance 3
Diapo séance 3Diapo séance 3
Diapo séance 3
 
Diapo séance 8
Diapo séance 8Diapo séance 8
Diapo séance 8
 
Diapo séance 7
Diapo séance 7Diapo séance 7
Diapo séance 7
 
Diapo séance 6
Diapo séance 6Diapo séance 6
Diapo séance 6
 
Diapo séance 4 économie
Diapo séance 4 économieDiapo séance 4 économie
Diapo séance 4 économie
 
Diapo séance 3
Diapo séance 3Diapo séance 3
Diapo séance 3
 
Diapo séance 2
Diapo séance 2Diapo séance 2
Diapo séance 2
 
Diapo séance 1
Diapo séance 1Diapo séance 1
Diapo séance 1
 
Diapo citoyenneté antique
Diapo citoyenneté antiqueDiapo citoyenneté antique
Diapo citoyenneté antique
 
Diapo cartes TS
Diapo cartes TSDiapo cartes TS
Diapo cartes TS
 
Diapo territoires dans la mondialisation t les
Diapo territoires dans la mondialisation t lesDiapo territoires dans la mondialisation t les
Diapo territoires dans la mondialisation t les
 
Diapo la france en république
Diapo la france en républiqueDiapo la france en république
Diapo la france en république
 
Diapo europe depuis 1945
Diapo europe depuis 1945Diapo europe depuis 1945
Diapo europe depuis 1945
 
Diapo cartes 2014
Diapo cartes 2014Diapo cartes 2014
Diapo cartes 2014
 
Diapo 1 gm revu 2013
Diapo 1 gm revu 2013Diapo 1 gm revu 2013
Diapo 1 gm revu 2013
 
Diapo croissance 2013
Diapo croissance 2013Diapo croissance 2013
Diapo croissance 2013
 
Diapo course à l'espace
Diapo course à l'espaceDiapo course à l'espace
Diapo course à l'espace
 
Diapo géo amérique
Diapo géo amériqueDiapo géo amérique
Diapo géo amérique
 
Diapo chine
Diapo   chineDiapo   chine
Diapo chine
 
Diapo chemin de la puissance usa
Diapo chemin de la puissance usaDiapo chemin de la puissance usa
Diapo chemin de la puissance usa
 

DIAPO Mémoires 2° GM

  • 1. THÈME 1 – LE RAPPORT DES SOCIÉTÉS À LEUR PASSÉ HIS 4 – L’HISTORIEN ET LES MEMOIRES DE LA SECONDE GUERRE MONDIALE Dans le livre : HIS 4 – Les mémoires de la Seconde Guerre mondiale HIS 5 – Les mémoires de la Guerre d’Algérie
  • 2. Texte de Pierre Nora intitulé « Tout oppose mémoire et histoire », extrait des Lieux de mémoires, page 79 La mémoire selon Pierre Nora L’histoire selon Pierre Nora portée par des groupes vivants construction toujours problématique et incomplète évolution permanente représentation du passé souvenir/amnésie, inconsciente de ses déformations opération intellectuelle et laïcisante vulnérables aux manipulations elle appelle analyse et discours critique latences/revitalisations l’histoire débusque le sacré, prosaïse phénomène actuel appartient à tous et à personne, vocation à l’universel La mémoire est SUBJECTIVE, sacralise une version L’histoire est recherche de VÉRITÉ Histoire = reconstitution savante du passé (respectant des méthodes) Mémoire = affective, sensible, souvent douloureuse La mémoire ne retient que ce qui la conforte (oubli, déni, refoulement ou au contraire victimisation) tandis que l’histoire nécessite neutralité et décentrement. Elle ne s’interesse pas seulement au récit mais aux causalités.
  • 3. Deux missions de l’histoire vis-à-vis de la mémoire : - démythifier les mémoires - construire un savoir qui servira de cadre de référence Les historiens contribuent donc à « bousculer » les mémoires même si celles-ci ont leur propre rythme → Cycles mémoriels (avec ses oublis et ses phases de vitalité) Comment les mémoires de la Seconde Guerre mondiale ont-elles évolué en France et quel rôle ont tenu les historiens dans cette évolution ?
  • 4. I – Une mémoire officielle et très sélective (de 1945 aux années 1970) Comment les Français ont-ils refoulé certains aspects de la Seconde Guerre mondiale ? A – Le mythe resistancialiste au service de l’unité nationale
  • 5. Discours du général de Gaulle du 14 octobre 1944 Enfin, nous devons nous unir. Assurément, nous autres, Français, sommes divers à tous égards. Nous le sommes par nos idées, nos professions, nos régions. Nous le sommes par notre nature qui nous a fait essentiellement critiques et individualistes. Nous le sommes aussi, hélas! en conséquence des malheurs que nous venons de traverser et qui nous ont blessés et opposés les uns aux autres. Mais, à part une poignée de misérables et d'indignes, dont l'État fait et fera justice, l'immense majorité d'entre nous furent et sont des Français de bonne foi. Il est vrai que beaucoup ont pu se tromper à tel moment ou à tel autre, depuis qu'en 1914 commença cette guerre de trente ans. Je me demande même qui n'a jamais commis d'erreur? Il est vrai que certains ont pu céder à l'illusion ou au découragement quand le désastre et le mensonge avaient submergé notre pays. Il est vrai même que parmi ceux qui s'opposèrent vaillamment à l'ennemi il y a eu des degrés divers dans le mérite et la nation doit savoir reconnaître les meilleurs de ses enfants pour en faire ses guides et ses exemples. Mais quoi ? La France est formée de tous les Français. Elle a besoin, sous peine de périr, des cœurs, des esprits, des bras, de tous ses fils et de toutes ses filles. Elle a besoin de leur union, non point de celle que l'on proclame dans des programmes ou des discours pour la compromettre en même temps par querelles, outrages et surenchères, mais de leur union réelle, sincère, fraternelle.
  • 6. Résistancialisme = terme forgé par l’historien Henry Rousso, qui désigne un mythe faisant de la Résistance un objet de mémoire, tout en l’assimilant à l’ensemble de la nation, minimisant ainsi le soutien accordé par la société française au régime de Vichy : les Français auraient été majoritairement et naturellement résistants.
  • 7. Le chant des partisans (Chant de la Libération) Ami, entends-tu le vol noir des corbeaux sur nos plaines ? Ami, entends-tu les cris sourds du pays qu’on enchaîne ? Ohé, partisans, ouvriers et paysans, c’est l’alarme. Ce soir l’ennemi connaîtra le prix du sang et les larmes. Montez de la mine, descendez des collines, camarades ! Sortez de la paille les fusils, la mitraille, les grenades. Ohé, les tueurs à la balle et au couteau, tuez vite ! Ohé, saboteur, attention à ton fardeau : dynamite... C’est nous qui brisons les barreaux des prisons pour nos frères. La haine à nos trousses et la faim qui nous pousse, la misère. Il y a des pays où les gens au creux des lits font des rêves. Ici, nous, vois-tu, nous on marche et nous on tue, nous on crève... Ici chacun sait ce qu’il veut, ce qu’il fait quand il passe. Ami, si tu tombes un ami sort de l’ombre à ta place. Demain du sang noir sèchera au grand soleil sur les routes. Chantez, compagnons, dans la nuit la Liberté nous écoute... Ami, entends-tu ces cris sourds du pays qu’on enchaîne ? Ami, entends-tu le vol noir des corbeaux sur nos plaines ?
  • 8. Deux mouvements politiques propagent le mythe
  • 9.
  • 10.
  • 11. Le Mont-Valérien : un lieu de mémoire de la Seconde Guerre mondiale Photographie extraite d’une série réalisée lors d’une exécution au Mont-Valérien en février 1944, prises clandestinement par le sous- officier Clemens Ruther. Ce sont sans doute les seules photographies qui existent d’une fusillade au Mont-Valérien. En 1960, le général de Gaulle inaugure le Mémorial de la France combattante au Mont-Valérien où plus d’un milliers de résistants et d’otages ont été exécutés.
  • 12. La crypte abrite les dépouilles de 16 combattants français qui reflètent la diversité de la résistance aux Allemands (soldats, résistants). Seize sculptures en bas relief de seize sculpteurs différents représentent des événements de la Libération de la France.
  • 13. B – Une mémoire très sélective qui oublie les victimes et les vaincus
  • 14.
  • 15.
  • 16.
  • 17.
  • 18. II – Le réveil des mémoire (dans les années 1970 et 1980) Comment la période de la guerre est-elle revisitée par la société française à partir des années 1970 ? A – La prise de conscience de la collaboration
  • 19. B – L’essor de la mémoire du Génocide des Juifs
  • 20. III – Des mémoires éclatées ou une mémoire apaisée ? (depuis les années 1990) Comment les conflits mémoriels liés au souvenir de Vichy ont-ils été surmontés? A – Des mémoires complexes voire conflictuelles
  • 21.
  • 22. François Mitterrand (fonctionnaire de Vichy) est décoré de l’ordre de la Francisque par le Maréchal Pétain en 1943. Il est alors déjà en contact avec des réseaux de résistance.
  • 23.
  • 24. Le magazine homosexuel Têtu rend compte de la Journée nationale du Souvenir de la Déportation dans les différentes villes de France en 2002 Lyon, 28 avril 2002, 11h30. « C'est une honte, un scandale, c'est lamentable! » Hervé Morel, président de l'association Aris, est rouge de colère. « Nous allons demander des explications au préfet ». A Lyon, les associations homosexuelles sont indignées, elles ont été tout simplement exclues de la cérémonie officielle organisée place Bellecour à l'occasion de la journée nationale de la Déportation. Tout avait pourtant bien commencé. (...) Les porte-drapeaux des associations d'anciens combattants, résistants et déportés sont émus à la lecture des noms des sinistres camps de concentration. Pour conclure, vers midi, les personnalités civiles et militaires déposent leurs gerbes à la mémoire des déportés devant le Veilleur de Pierre. Avant que la cérémonie ne prenne fin, les associations homosexuelles, restées derrière les barrières avec le public, tentent de s'avancer vers le monument. Mais les forces de l'ordre font barrage. Les militants gay et lesbiens, plus d'une centaine, triangle rose sur la poitrine, devront attendre que les officiels aient quitté les lieux, que la foule soit partie et que le drapeau tricolore soit retiré avant de pouvoir déposer leurs deux gerbes à la mémoire des déportés homosexuels. Après une minute de silence , Hervé Morel prend la parole pour dénoncer cette mise à l'écart honteuse. (...) A Strasbourg, la commémoration officielle terminée, l'Alsacien Pierre Seel a enfin pu s'approcher du monument aux morts, ce dimanche matin. Accompagné et soutenu par une soixantaine de personnes, c'est non sans émotion que le septuagénaire, victime du nazisme alors qu'il n'avait que 17 ans, s'est recueilli devant la gerbe déposée après la cérémonie par le collectif des associations homosexuelles de Strasbourg. (...) A Toulouse, les gays et lesbiennes ne déposent plus de gerbe depuis qu'ils ont obtenu, il y a quelques années, que le discours des associations d'anciens déportés ne citent pas une communauté en particulier, ou sinon toutes. Ce discours neutre satisfait toutes les parties en présence (...) Source : tetu.com
  • 25. Déportation pour motif d’homosexualité et Journée nationale du Souvenir de la Déportation : 10 ans d’une reconnaissance toujours plus forte. Ce dimanche 29 avril, l'entre-deux tours de l’élection présidentielle, sera également marqué sur tout le territoire par les cérémonies d'hommage aux Victimes et Héros de la Déportation. Seule association reconnue par les pouvoirs publics et les institutions, Les «Oublié-e-s» de la Mémoire représenteront cette année encore la composante homosexuelle de la Déportation lors des cérémonies nationales à Paris, ainsi qu’en province (...) En 2001, Lionel Jospin, alors premier ministre, mentionnait pour la première fois les homosexuels parmi les minorités persécutées durant l’Occupation. (...) Depuis la création de notre association en 2003, nous avons toujours prôné l’égalité de traitement en appelant les associations LGBT (Lesbiennes, Gay, Bi et Trans) à se reconnaître dans la gerbe unitaire déposée par les fédérations de déportés. Le dépôt ce jour-là de gerbes mentionnant la seule déportation des homosexuels, n’avait de sens qu’à l’époque où la déportation homosexuelle se heurtait encore au refus des autorités et associations organisant les cérémonies. Ce n’est plus le cas aujourd’hui, malgré quelques difficultés persistant çà et là. Ainsi, 2012 conclut une décennie qui, grâce à notre engagement sur le terrain, a vu les homosexuels déportés sortir de l’oubli et du déni de mémoire. Nous rappelons enfin que la reconnaissance de cette déportation passe aussi par la solidarité de mémoire envers toutes les catégories de déportés, ainsi que par le combat contre toutes les discriminations. Il est d’autant plus actuel en ces temps de crise où le peuple français est tenté de céder aux sirènes de l’intolérance, celles-là même qui, en un autre temps, avaient permis l’accession au pouvoir d’une idéologie et d’un régime qui conduisirent à la déportation de millions de personnes. Communiqué publié sur le site de l’association devoiretmemoire.org
  • 26. Déportation d'homosexuels : les propos de M. Vanneste contredits par plusieurs études Christian Vanneste, député UMP du Nord, a suscité la polémique (en évoquant) "la fameuse légende de la déportation des homosexuels" qui ont fait réagir plusieurs associations homosexuelles (...). Dans cette vidéo, le député affirme qu'"en Allemagne, il y a eu une répression des homosexuels et la déportation qui a conduit à peu près à 30 000 déportés. Et il n'y en a pas eu ailleurs. (...) Il n'y a pas eu de déportation homosexuelle en France". Des chiffres et des affirmations qui vont à l'encontre de toutes les études faites sur le sujet. Selon les chiffres officiels (de) la Fondation pour la mémoire de la déportation (FMD), soixante-trois Français ont été arrêtés pour motif d'homosexualité. Un chiffre repris par Mickaël Bertrand, dans son ouvrage paru en 2011, La déportation pour motif d'homosexualité en France. (...) Pour le reste, les homosexuels ont bien souvent été déportés pour des raisons multiples, leur homosexualité étant invoquée au même titre que leurs opinions politiques ou leur judaïté. Quant au chiffre de "30 000 déportés" allemands, là encore, Christian Vanneste ne tombe pas juste, puisque selon les études de la FMD, il s'agirait plutôt de 60 000 homosexuels arrêtés en Allemagne, dont 15 000 internés, soit en camp de concentration, soit en prison. "C'est une vérité reconnue par les historiens, par la Fondation pour la mémoire de la déportation, et par l'Etat. Plusieurs présidents et premiers ministres ont fait des déclarations à ce sujet, comme Jacques Chirac en 2005", déclare Philippe Couillet, président de l'association civile homosexuelle du devoir de mémoire, "Oublié(e)s de la mémoire". "C'est un véritable coup de communication de la part de M. Vanneste." (...) en plein débat sur le mariage homosexuel (...) Le député UMP n'a pas hésité à réaffirmer ses propos, en pointant du doigt un "lobby gay" dont la majorité présidentielle essaierait de s'attirer les faveurs à tout prix. (...) Delphine Roucaute, Le Monde, 15 fevrier 2012
  • 27. B – Le temps de la reconnaissance officielle et du « devoir de mémoire »
  • 28.
  • 29. Journées de commémorations relatives à la Seconde Guerre mondiale 27 janvier : Journée de la mémoire des Génocides et de la prévention des crimes contre l'humanité (Conseil de l’Europe, 2002) ; Journée internationale de commémoration en mémoire des victimes de l’Holocauste (Nations Unies créée en 2005) 24 avril : Journée nationale du Souvenir de la Déportation (créée en 1954) 8 mai : Fête de la Victoire 1945 (1946, férié de 1953 à 1959 puis depuis 1982) 18 juin : Journée nationale commémorative de l'appel historique du général de Gaulle à refuser la défaite et à poursuivre le combat contre l'ennemi (appel du 18 Juin en 1940) (créée en 2006) 16 juillet : Journée nationale à la mémoire des victimes des crimes racistes et antisémites de l'État français et d'hommage aux « Justes » de France (rafle du Vélodrome d'Hiver en 1942) (créée en 2000 en remplacement de la Journée nationale à la mémoire des victimes des persécutions racistes et antisémites commises sous l'autorité de fait dite « gouvernement de l'État français » (1940-1944) créée en 1993) Autres commémorations de moindre importance : hommage à Jean Moulin le 17 juin, débarquement de Normandie le 6 juin, de Provence le 15 août, libérations de villes (ex. Paris le 25 août)
  • 30.
  • 31.
  • 32. Des enseignants contre la journée "Guy Môquet" Une centaine d'universitaires, de professeurs de lycées et de chercheurs, réunis dans le Comité de vigilance face aux usages publics de l'histoire (CVUH), mènent bataille contre la journée de commémoration de la mort de Guy Môquet. Celle-ci, prévue le 22 octobre, sera organisée dans tous les lycées avec la lecture de la lettre du jeune résistant communiste, rédigée avant qu'il soit fusillé par l'armée allemande, le 22 octobre 1941. Pour les enseignants et chercheurs du CVUH, il est impossible "cautionner d'une façon ou d'une autre" cette journée. "Chaque acteur de l'espace scolaire jugera de l'attitude qui lui paraît la plus juste mais il ne nous apparaît pas possible, en tant qu'enseignants comme en tant que chercheurs, de cautionner d'une façon ou d'une autre une telle contrefaçon mémorielle", écrit sur son site internet le comité. "Mythe patriote" Il dénonce l'"instrumentalisation" du "passé" à travers cette opération. "Toutes les complexités de la Résistance disparaissent derrière l'écran blanc d'une dernière lettre sortie de son contexte", critique le comité. "Tout est fait pour que l'Ecole fabrique un mythe patriote en lieu et place d'une interrogation critique" sur "la mémoire nationale", affirme-t-il, dénonçant une "véritable cérémonie de monument aux morts (...) inventée pour l'occasion" dans une circulaire du ministère de l'Education nationale parue le 30 août. "Entre usage rugbystique (la lettre avait été lue aux joueurs de l'équipe de France de rugby le 7 septembre avant le match France-Argentine, ndlr) et cérémonie scolaire, tout se passe comme s'il s'agissait de mettre en place des bataillons de la mémoire dont les enseignants seraient les nouveaux 'hussards noirs', au service d'une mémoire aussi étroitement nationale que largement amnésique", estime le comité. Le Nouvel Obs, 10 octobre 2007