Profession Plisseur

358 vues

Publié le

Comme le poinçonneur des lilas faisait des petits trous, Gérard Lognon fait des petits plis. Le plissage, dans le sillage de la haute couture ; un métier d’un autre temps, celui d’un Paris élégant.

Publié dans : Art & Photos
0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
358
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
26
Actions
Partages
0
Téléchargements
3
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Profession Plisseur

  1. 1. 2 savoir-faire COMME LE POINÇONNEUR DES LILAS FAISAIT DES PETITS TROUS, GÉRARD LOGNON FAIT DES PETITS PLIS. LE PLISSAGE, DANS LE SILLAGE DE LA HAUTE COUTURE ; UN MÉTIER D’UN AUTRE TEMPS, CELUI D’UN PARIS ÉLÉGANT. RÉALISATION AURÉLIE DES ROBERT. TEXTE SABINE BOUVET. PHOTOS PHILIPPE GARCIA. profession plisseur
  2. 2. 3 A 8 h 30 comme tous les matins depuis plus de quarante ans Gérard Lognon est sur le pied de guerre. Ses em- ployés plient à tour de doigts, les machines étuvent, les repasseuses lissent. Au 9 de la rue Danielle Casanova, dans le Ier, on s’active. Christian Lacroix vient d’envoyer une com- mande à faire d’urgence pour lundi, on est vendredi. Une robe de cocktail ou plutôt une robe de mariée. Enfin pour Gérard Lognon, c’est du pareil au même. Toutes ces dames sont pressées, “Les pau- vres chéries n’ont rien à se mettre, vous comprenez!”. Les pauvres ché- ries en l’occurrence, clientes de la haute couture ne sont plus que mille contre trente mille clientes en 1967 quand Gérard prend ses fonctions. “J’ai débuté à la même époque que monsieur Saint Lau- rent. Tous les matins avec une livreuse, je faisais la tournée de l’avenue Montaigne”. Aujourd’hui ils sont six employés (contre soixante-dix hier) à exécuter un travail de plissage à quatre mains, savamment Il faut parfois quinze jours pour créer un moule de plissage en carton.
  3. 3. 4 savoir-faire réglé comme du papier à musique. Un doigté d’expert pour un rendu inimitable, hérité de l’arrière-grand-mère Emilie, teintu- rière de la haute société, qui créa l’illustre maison en 1870 cité du Retiro, derrière la rue du Faubourg-Saint-Honoré. Les ate- liers Lognon comptent tous les grands noms de la couture comme fidèles clients: Dior, Chanel, Féraud, Gaultier, Mugler, Léonard, etc. La liste est longue. Gérard a aussi une affection particulière pour “les petits nouveaux” tels Stéphane Saunier ou Franck Sorbier. Et les portes de l’atelier sont grandes ouvertes aux étudiants en mode passionnés de plissage. Mais “Hermès reste notre pain quotidien, on était voisin pendant trois généra- tions”. La maison leur confie près de deux cents foulards par jour à plisser en cent seize plis. Une idée de Georges Lognon, le père de Gérard, en 1979 pour rafraîchir le célèbre carré. Consé- cration magistrale en 1998 lors de l’année de la France au Japon, la robe de Givenchy et son plissé fleurs “partie avec la statue de la Liberté pour représenter la France à Tokyo”! Un morceau du patrimoine français exposé au même titre que la vieille dame, qui souvenez-vous pour l’occasion avait fait le voyage. Les ateliers Lognon, un autre monument historique parisien auquel on sou- haite longue vie. AteliersLognon.9,rueDanielleCasanova,75001.Tél.0142614336. Plis religieuses, soleil, diamant, fleur, automne, Watteau, Tintin, Pic pic, cocottes, etc; depuis 1870 les ateliers Lognon inventent des plis en travaillant main dans la main avec créateurs, théâtres et opéras.

×