34ème session de la CEPALC                                              El Salvador - 31 Aout 2012                        ...
Nos pays, la Martinique et la Guadeloupe, terres, des petites Antilles ontvu naître ces visionnaires considérables que fur...
Notre demande dadhésion à la CEPALC et à lOECS constitue uneétape, nous entamons dores et déjà les négociations avec la CA...
énergies renouvelables, la gestion des déchets, la sécurité alimentaire,la protection et la valorisation de notre biodiver...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Discour de Serge LETCHIMY à la CEPALC- San Salvador 31 08 2012

462 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
462
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
4
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Discour de Serge LETCHIMY à la CEPALC- San Salvador 31 08 2012

  1. 1. 34ème session de la CEPALC El Salvador - 31 Aout 2012 Discours de Serge LETCHIMYAu nom de la délégation Française,permettez-moi de saluer les personnalités éminentes et les chefs dedélégations qui, à loccasion de la 34ème session de la CEPALC, setrouvent parmi nous.Votre présence témoigne du rayonnement qua su acquérir cettecommission au cours de ces dernières années, et par là-même, de lareconnaissance du travail extraordinaire qui est mené par sa secrétaireexécutive, Mme Alicia Barcena Ibarra, et bien entendu lensemble de sescollaborateurs.Quils en soient tous infiniment remerciés.Je voudrais aussi remercier le gouvernement de la République duSalvador qui nous accueille si chaleureusement.Jen profite pour féliciter chaleureusement les îles Bermudes et Curaçaoqui, tout comme nous, ont introduit leurs demandes d’adhésion enqualité de membres associés à cette commission. Je ne peux que leursouhaiter bonne chance.Maintenant si vous me le permettez, jaimerais vous parler dune émotionparticulière.Jéprouve à cet instant le sentiment dun voyageur qui a connu bien desespaces du monde, et qui aujourdhui, ici et maintenant, serait revenu àla maison.34ème session de la CEPALC - San Salvador - du 27 au 31 août 2012
  2. 2. Nos pays, la Martinique et la Guadeloupe, terres, des petites Antilles ontvu naître ces visionnaires considérables que furent le poète AiméCésaire, père de la Négritude et Frantz Fanon qui a donné sa vie pour ladignité des peuples du Sud. En cela, ils appartiennent à la mêmegénération de grands écrivains comme: Garcia Marquez, Octavio Paz etDerek Walcott.Ces hommes avaient très vite compris que la construction de lareconnaissance mutuelle des peuples et de leur amitié était la force laplus puissante pour transformer le monde. Cest ici lessence même denotre démarche.Nos histoires, nos luttes ont créé un champ institutionnel et politiquecomplexe de relations. Cest du fait de cette complexité que je peux, ici,aujourdhui, madresser à vous, à la fois au nom de la France, et au nomde cette collectivité régionale que constitue la Martinique.Nous représentons cette unité et cette diversité qui ne sopposent pas,mais qui au contraire donnent lexemple dun partenariat au sein de laRépublique française, fondé sur le respect mutuel, et sur le respect denos identités, donc de nos différences.La France nest pas une Nation enfermée dans sa géographie et lecorset de ses frontières. Elle entretient par ailleurs, des partenariats trèsvariés avec de nombreux peuples de par le monde.Et, la France est plus que jamais soucieuse du développement partagéde lAmérique latine et des pays de la Caraïbe. Elle cultive lidée queléchange, puisse se faire sans encombres. Cest pourquoi, dans sesdernières dispositions législatives, les collectivités dOutre-mer ontobtenu le droit de participer pleinement à des politiques dedéveloppement régionales.La Martinique et la Guadeloupe ouvrent aujourdhui, une ère nouvelle,lère dune diplomatie territorialisée et au-delà, lère dune nouvellediplomatie économique. Cest ce quaffirmait hier Monsieur LaurentFabius, ministre des affaires étrangères lors de la conférences desambassadeurs à Paris.34ème session de la CEPALC - San Salvador - du 27 au 31 août 2012
  3. 3. Notre demande dadhésion à la CEPALC et à lOECS constitue uneétape, nous entamons dores et déjà les négociations avec la CARICOMet lAEC.Nous vivons cela comme un grand moment, un moment historique. Car,bien au-delà des nécessités économiques et sociales, il y a dans notredémarche, une dimension proprement affective.Mais si votre institution accepte notre adhésion, au delà de laffectionpartagée, cest aussi un champ élargi et nouveau, de coopération sud-sud qui souvre à nous.Le moment est venu de comprendre que cette fraternité géographique,surtout culturelle et identitaire, est le meilleur terreau qui soit pouraccompagner linternationalisation indispensable de nos politiques dedéveloppement.Le monde dans lequel nous vivons est un monde dinterdépendances. Latâche de notre génération est dassocier ce qui peut lêtre, de relier cequi sest dissocié, de rallier ce qui sest éloigné, dajouter à la richessecommune tout ce que lon a soustrait !Cette demande dadhésion exprime aussi une grande volonté du peupleMartiniquais et Guadeloupéen, de sinscrire dans une réappropriationcollective de leur propre géographie.Concernant la CEPALC, la France a toujours accordé une attentionparticulière à ses travaux. Sa présence y est constante, elle sera parladhésion de la Martinique et de la Guadeloupe renforcée.La réforme structurelle profonde à laquelle vous nous invitez, unchangement structurel pour légalité, thème central de cette session,participe dune logique de développement où lenvironnement, lasolidarité, légalité, les valeurs humaines, se retrouvent au cœur de laquestion du développement.Nous nous retrouvons parfaitement dans vos propositions et dans vosanalyses : lamplification de la coopération sud-sud, la réduction desinégalités, la lutte contre toutes les précarités et les misères, la questionde la jeunesse et de la formation ambitieuse, la prévention des risquesnaturels, la valorisation de la mer des Caraïbes, la promotion des34ème session de la CEPALC - San Salvador - du 27 au 31 août 2012
  4. 4. énergies renouvelables, la gestion des déchets, la sécurité alimentaire,la protection et la valorisation de notre biodiversité, les enjeux de lamédecine douce et de nos pharmacopées traditionnelles, les mutationsdu climat, lindispensable mobilisation des innovationsbiotechnologiques, des sciences et des techniques nouvelles.Nous rêvons dun commerce international caribéen et dAmérique latine.Jajouterai la question de la culture, de léducation et celle dudésenclavement aérien et maritime notamment dans la caraïbe.Le renforcement de notre insertion régionale sinscrit aussi dans unedynamique souhaitée par lUnion européenne, notamment pour lesrégions ultra périphériques que nous sommes et qui constituent lesfrontières externes éloignées de lEurope. Une nouvelle politique degrand voisinage dans notre zone passe par lharmonisation despolitiques dinvestissement, dans le cadre de lutilisation des fondseuropéens pour la caraïbe et lAmérique latine.Mais,Cette nouvelle ère nest possible que si nos peuples, dans une fraternitéretrouvée, prennent conscience de leur appartenance à un ensembleriche de diversité et didentité, la Caraïbe et lAmérique latine, unpotentiel capable douvrir les perspectives dune nouvelle démocratieéconomique pour lutter contre les précarités humaines qui nous minent.Cest a nous de concevoir et de réussir cette nouvelle espérance.Serge Letchimy34ème session de la CEPALC - San Salvador - du 27 au 31 août 2012

×