mercredi 19 septembre 2012 - N° 22351€        EN PRÉPARANT L’ANNÉE CÉSAIRE                                                ...
EDUCATION             CONCERTATION LOCALE «REFONDONS LÉCOLE DE LA RÉPUBLIQUE»      Discours de Serge Letchimy Président du...
EDUCATION  séquences qui sʼimposent en termes            aller au-delà de ce quʼon sait actuel-      lʼécole aux pressions...
EN AVANT-PREMIERE DE L’ANNEE CESAIRE                                 CULTURE                  Salon international du livre...
EN AVANT-PREMIERE DE L’ANNEE CESAIRE                                                                                  de l...
EN AVANT-PREMIERE DE L’ANNEE CESAIRE                         1913- 2013,        le centenaire de la naissance d’Aimé CESAI...
EN AVANT-PREMIERE DE L’ANNEE CESAIREsorti un timbre symboliquement prestigieux…Et le Comité de pilotage ne veut pas se pri...
EN AVANT-PREMIERE DE L’ANNEE CESAIRE ➢ Des films documentaires sur Aimé Césaire ➢ Un rallye Patrimoine autour de la vie et...
EMPLOIS D’AVENIR            Intervention de Serge Letchimy à lassemblée nationale mardi 11 septembre                   «Ma...
CONTRIBUTION DE BALISIER                         FONDS D’INVESTISSEMENT : PLIS FOS MATINIK                                ...
CULTURE                                          LE SERMAC,                                            UN BIJOU MUNICIPAL ...
CULTURE– Guitare-Basse avec Claude Banys – Harmonie Solfège avec Parrick Varsovie – Percussion afro-cubaine avecDaniel Dan...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Progressiste 2235

1 366 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 366
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
20
Actions
Partages
0
Téléchargements
5
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Progressiste 2235

  1. 1. mercredi 19 septembre 2012 - N° 22351€ EN PRÉPARANT L’ANNÉE CÉSAIRE (PAGES CENTRALES) Le centenaire (1913-2013) AU SOMMAIRE - KOUTT ZEPON P.3 S. LETCHIMY ET LES EMPLOIS D’AVENIR (P.10) - LA BANQUE ALIMEN- TAIRE P.3 Le député LETCHIMY TOUS LES SAMEDIS A PARTIR DE 11H30, LES ELUS REGIONAUX VOUS DONNENT RENDEZ-VOUS POUR UNE DEMI-HEURE DACTUALITE DE LA REGION SUR RADIO SUD-EST (89.3 Mhz). « Les meilleurs spécialistes des affaires martiniquaises sont les Martiniquais eux-mêmes » (Dr ALIKER)
  2. 2. EDUCATION CONCERTATION LOCALE «REFONDONS LÉCOLE DE LA RÉPUBLIQUE» Discours de Serge Letchimy Président du Conseil régional de MartiniqueCe lundi 17 septembre se tenait au Lycée de Bellevue à Fort-de-France une large concertation entre professionnels et usagers delEcole sur la refonte du système prônée par le ministre Vincent PEILLON. La restitution de ce brain storming a été faite le mardi 18en présence de Mme George PAU-LANGEVIN, ministre de la Réussite Educative".Le Président de la République a fixé cole est un pilier de la libération des es- vantes et intégratrices dans le tissuune mission : refonder lʼÉcole de la Ré- prits après celle des corps. Les Martini- économique du territoire en mêmepublique, mais aussi refonder la quais lʼavaient bien compris en leur temps que lʼaccès pour les plus mé-République par lʼÉcole. temps quand des hommes, comme ritants aux formations dʼexcellence Marius Hurrard, instituait une école générales, technologiques et profes-Lors de son discours de politique républicaine, 10 ans avant la France, sionnelles.générale, le Premier ministre, a rappelé gratuite, obligatoire et laïque dans toutequʼil ne sʼagissait pas là dʼun engage- la Martinique. De nombreux instituteurs Nous sommes tout autant condamnésment de circonstances, voire dʼun arti- et institutrices, ces hussards de la à concevoir, ici et maintenant, unefice rhétorique, mais bien dʼune priorité République, ont formé des générations école ancrée dans sa culture, son en-pour tout le quinquennat. de martiniquais et martiniquaises vironnement géographique et ouverte depuis la fin du XIXe siècle à lʼélévation au monde. Comment penser la forma-Si la refondation de lʼécole est néces- de leur condition dʼhomme parce quʼils tion de nos jeunes sʼils nʼont passaire, cʼest que sa réforme, conduite in- croyaient en leur mission et à la fonc- conscience de ce quʼils sont, martini-variablement depuis une trentaine tion émancipatrice de lʼécole laïque quais et caribéens, français et faisantdʼannées, a échoué. Il nʼest que trop dans cette société post-esclavagiste. aussi partie dʼun ensemble plus vaste,vrai que lʼécole « a été maltraitée européen ?dans lʼintelligence même de ses mis- Cʼest que lʼécolesions ». Le constat dʼéchec est était au fondement Comment en faire des citoyens libresdésastreux, mais il ne décrit en rien dʼune promesse de et aptes au jugement critique si nousune école républicaine, car il dresse liberté et dʼascen- ne posons pas les fondements de celʼétat des lieux de lʼécole des réfor- seur social. Les qui nous constitue comme la languemateurs, du rapport Legrand des an- familles martini- créole, lʼhistoire dʼune communauté denées 1980 au rapport quaises ont investi destin, les richesses de notre biodiver-Apparu-Descoings des années 2000, et continuent de le sité, les éléments positifs de notre pos-en passant par le rapport Attali des faire dans lʼéduca- sible développement harmonieux etannées 90, pour ne citer que tion et la formation riche dʼexpériences humaines qui nousquelques jalons. de leurs enfants. rassemble. George PAU-LANGEVIN, Cʼest pour nous une ministre de la réussiteCette école réformée repose sur éducative priorité : former Cet apparent écartèlement peut être unlʼidée selon laquelle lʼécole serait notre jeunesse dans facteur de division si lʼécole de la Ré-faite pour la société, quʼelle aurait pour les meilleures conditions de la réussite publique nʼen fait pas un formidablemission principale lʼadaptation sociale. et de lʼintégration sociale. levier de la réussite personnelle et in-On peut résumer cette position de tégrateur de lʼadaptation au monde.manière critique par la formule suivante Or nous sommes confrontés à de nom- Lʼécole de la République doit être ce: lʼécole y est sans cesse renvoyée à breux défis à relever : lieu de la fécondation et de lʼélévationson extérieur. Cette école assaillie de des esprits en Martinique, du dépasse-toutes parts et sommée de devenir - le taux dʼélèves qui sortent sans ment des traumatismes et de lʼapaise-autre quʼelle-même ne cesse dʼexhiber diplômes, ment des relations par lʼaccès auxsa défaillance depuis des décennies. - le taux dʼillettrisme, (En France savoirs qui réconcilie avec soi-même hexagonale 4,3 % des participants dʼabord et permet lʼéchange avec lesCette référence constante à « la so- de la Journée Défense et Citoyen- autres ensuite.ciété » me semble inquiétante. Il nʼest neté (JDC) rencontrent de sévères Enfin, lʼécole est le lieu de la formationpas rare et il est arrivé assez souvent difficultés de lecture et peuvent être de lʼesprit à la confrontation avec ladans lʼhistoire que des principes con- considérés en situation dʼillettrisme. science et la conscience et de lʼé-traires à la liberté soient invoqués au Dans les Outre-mer, cette proportion panouissement des corps dans lenom de « la société ». En offrant aux de jeunes illettrés est a minimaélèves un dépaysement libérateur, une presque 4 fois supérieure : 16 % en cadre dʼune éducation éthique, morale,école républicaine devrait plutôt se dé- Martinique, 17 % à La Réunion, 19 % spirituelle et physique.tourner dʼun modèle imposé par « la à la Guadeloupe, 26 % en Guyane, Les différents ateliers proposés lors desociété » et par les exigences du 48 % à Mayotte). ces journées permettront dʼaborder,marché et des faits de société. - Lʼampleur de lʼabandon scolaire qui jʼen suis sûr, ces différentes probléma- singularise la Martinique dans tiques de lʼéducation notre jeunesseLes projets dʼétablissement, lʼouverture lʼensemble français. Les décrocheurs sur notre territoire.systématique à lʼenvironnement, la cri- représentaient 41% des 12 470 je- - la priorité au primaire,tique de lʼencyclopédisme, le discrédit unes suivis par les missions locales - la reconnaissance effective dans lesjeté sur la notion de discipline scolaire de Martinique en 2009. Les jeunes programmes de notre culture, de(aux deux sens du terme, lesquels sont de 20 à 24 ans non scolarisés qui notre histoire et de notreétroitement liés), le harcèlement des nʼont pas obtenu de diplôme du sec- environnement, caribéen et plus large-professeurs par lʼencouragement du ond cycle de lʼenseignement sec- ment américain,mépris des savoirs, la disqualification ondaire sont estimés à 22% de cette - la scolarité et la parentalité,de leur parole par des autorités classe dʼâge en Martinique contre - le socle commun des connaissancesétrangères à leur mission dʼinstruction, 13.7% pour lʼensemble de la France. et des compétences,les passages de classe quasi-automa- - le chômage massif des jeunes. En - les élèves en difficulté,tiques, les pressions en faveur de 2011, en France hexagonale, le taux - des personnels formés et reconnus,lʼabolition des examens, lʼimposition de chômage des jeunes âgés de 15 qui trouvent leur place dans notre so-dʼune pédagogie comportementale par à 29 ans est égal à 17 %. Le taux de ciété martiniquaiseprojets, objectifs et « compétences » chômage des jeunes dans les out- - les conditions de scolarisation desau détriment dʼune pédagogie sur pro- remers est bien supérieur : il est en élèves (santé, rythmes scolaires,grammes centrée sur les connais- moyenne supérieur ou égal à 25 %. bâtis…)sances : tout cela, sous des (27 % Nouvelle-Calédonie, 25 % - lʼégalité des chances et la lutte contreapparences libérales et même souvent Polynésie française, 36 % en toutes les formes de discriminationsen accord avec le néo-libéralisme, est Guyane, 40 % en Guadeloupe, 44 %, Je conclurai en formulant quelquescontraire à la liberté. Réunion, 48 %, Martinique). souhaits de portée générale :Dans notre contexte martiniquais, lʼé- - la domiciliation de formations inno- • Rendre à lʼécole la mission dʼinstruire et en faire une priorité, avec les con- Le Progressiste - Page 2 - mercredi 19 septembre 2012
  3. 3. EDUCATION séquences qui sʼimposent en termes aller au-delà de ce quʼon sait actuel- lʼécole aux pressions, aux in- de recrutement, de programmes et lement. terventions indiscrètes, et dʼexamens. • Recruter les maîtres après une très dʼoffrir à chaque élève le luxe• Cette double libération, cet accès solide formation disciplinaire et les dʼune double vie : lʼécole à lʼabri des aussi bien à la liberté dʼindépen- laisser libres de leurs méthodes péd- parents et de lʼenvironnement quoti- dance quʼà la liberté ontologique fon- agogiques, encadrées par des inter- dien ; la maison à lʼabri du maître... damentale – lʼindépendance vis-à-vis dits clairs. La formation • Développer les activités péri-et post- dʼautrui et des pressions environne- professionnelle doit se fonder sur la scolaires strictement laïques afin de mentales, la maîtrise de ses propres didactique des disciplines et sʼéver- donner à tous les enfants la possibil- pensées et de ses propres actes -est tuer à mettre les futurs maîtres « de- ité dʼéchapper à un environnement accessible dès lʼécole élémentaire. bout » en développant leur confiance qui peut les défavoriser ou auquel ils Dʼabord quʼon réfléchisse aux com- en eux. peuvent souhaiter se soustraire en mencements et quʼon détermine ce La confiance des maîtres en eux- dehors des horaires dʼécole. qui est indispensable à chacun, mêmes dépend de la solidité de leur quʼon réfléchisse non pas en termes savoir et de la reconnaissance Je vous souhaite de fructueux travaux de « socle commun » mais en termes publique de leur tâche par lʼautorité pour lʼavenir de nos enfants et de notre de savoirs élémentaires, ce qui est qui les institue : celle-ci doit les jeunesse, pour le souci de votre exem- différent. Un « socle commun » peut soutenir sans défaillance dans les sit- plarité dans la perspective de rétablir le sʼaccommoder dʼinformations et uations difficiles. succès de lʼécole. même de conformations, il peut se Le succès de lʼécole est la clé de la régler sur des demandes • Préserver lʼactivité scolaire du tour- réussite de chacun parce que sans in- éphémères. Un savoir élémentaire billon social, donner à lʼécole la struction, sans rapport sérieux au savoir, un être humain est mutilé et nʼa est un dispositif tel quʼen sʼappropri- sérénité et le calme contemplatif pas une pleine connaissance de sa ant ses premières étapes ou propo- sans lesquels aucune instruction propre liberté. sitions, on sʼapproprie ce qui est nʼest possible, sans lesquels per- nécessaire pour analyser la complex- sonne ne peut se saisir de sa propre Fort de France le 17 septembre 2012 ité des choses et des idées et pour puissance. Il sʼagit de soustraire SOCIETE BANQUE ALIMENTAIRE DE MARTINIQUE : UN PREMIER PAS ET NON DES MOINDRES EST FRANCHI Dès la prise de Mais par ailleurs, un avis défavorable fonction de la de la commission de sécurité menace La Région a donc accepté lors de sa nouvelle majo- à tout moment dʼexpulsion lʼassocia- commission permanente du 4 sep- rité en avril tion. Le président du Conseil Régional, tembre de voter une subvention 2010, le Prési- accompagné de ses collaborateurs et 128  117 euros à lʼassociation afin dent de la dʼélus régionaux se rend dans les lo- quʼelle puisse faire lʼacquisition de cette banque alimen- caux de la banque alimentaire  et peut parcelle de terre et envisager sereine- taire, M. LE- donc constater les conditions difficiles ment la reconstruction de son siège, de COMTE avait dans lesquelles les bénévoles et le per- ses entrepôts de stockage et poursui- sollicité une au- sonnel œuvrent pour les nombreuses vre sereinement ses activités. Cette dience au Prési- familles martiniquaises en détresse. subvention couvre lʼintégralité du prix dent du Conseil dʼacquisition du terrain. Manuela MONDESIR régional, Serge Une solution de relogement pour cette LETCHIMY, afin association est envisagée et des négo- Parallèlement, lors de cette séance,de lui exposer les grandes difficultés ciations sʼengagent avec la Mairie du une subvention supplémentaire deque traverse la Banque Alimentaire de Lamentin qui pourrait proposer un ter- 25 000 euros a également été oc-Martinique depuis plusieurs années. rain sur lequel la construction dʼun bâ- troyée afin que les moyens de timent serait rendue possible, stockage des aliments congelés soitDans lʼattente de plan dʼaccompagne- permettant ainsi de reloger la Banque améliorés en respectant au mieux lament durable à mettre en place, une Alimentaire de Martinique. chaine du froidsubvention dʼurgence de 35 000 eurosest dès lors attribuée à lʻassociation ca- Au final, une parcelle de 1000 m2 si- Manuella MONDESIRritative. tuée à Acajou est proposée à la vente Conseillère régionale à lʼassociation.KOUTT ZEPON***KOUTT ZEPON***KOUTT ZEPON***KOUTT ZEPON***KOUTTNON MONSIEUR OCCOLIER, VOS respectez cette charge que vous avez LISE, SA OU TE KA FE LA ?PROPOS SONT INACCEPTABLES choisie dʼassumer dans une Répu- Très curieuse présence de lʼancien ad-A lʼheure où le débat sʼouvre sur le ma- blique qui vante la Liberté, lʼEgalité et joint au maire, ancien Président duriage homosexuel en France, on dé- la Fraternité et retenez- vous une fois Conseil général, ancien sénateurcouvre un étrange maire à la pour toutes de mettre en scène vos Claude Lise à une grande réunion surMartinique. Si on peut accepter que opinions religieuses. Acceptez le débat le transport !!! Que faisait-il là ? Encoredes avis divergent sur ce sujet de so- en toute sérénité, sans passions dé- un épisode de la saga des pompiersciété hautement sensible, on ne pour- vastatrices, émettez vos opinions pyromanes ? Près de 20 ans de pré-rait par contre tolérer ce qui a été dit un certes mais dans le respect de valeurs sence dans la collectivité idoine poursoir en plein journal télévisé par Ray- qui ne sauraient être remises en cause. parler transport, pas un acte fonda-mond Occolier, lʼactuel maire du Vau- Evitez dans vos démonstrations sca- mental conduit sous sa houlette dansclin. Ce dernier, non content dʼinvoquer breuses, démagogiques et clientélistes ce domaine et …ouppps, une fois an-Dieu dans une République qui sʼest de remettre au goût du jour ces mé- cien, ancien… de tout bagay…metant battue pour affirmer sa laïcité, se thodes qui ont jeté tellement dʼombres voilà, plus vindicatif que jamais du côtépermet un discours dans lequel les sur lʼhumanité. Respect, Monsieur Oc- des plaignants !! Sacré dé bagay !!! Onchiens, les cochons et les homo- colier, respect, pour votre fonction et aura tout vu !!!sexuels font lʼobjet dʼun curieux mé- pour les fervents adeptes de la démo-lange. Non, Monsieur Occolier, cratie républicaine que nous sommes. Fonmi wouj Le Progressiste - Page 3 - mercredi 19 septembre 2012
  4. 4. EN AVANT-PREMIERE DE L’ANNEE CESAIRE CULTURE Salon international du livre à Panama 21- 26 / août / 2012 HOMMAGE À AIMÉ CÉSAIRE Fort de France, Ville- Capitale, invitée. 2°) Cʼétait aussi, - 1 pour Israël pour lʼAlliance française, lʼocca- - 3 pour la Colombie, pour ne sion de mettre à citer que celles-là. lʼhonneur Aimé Césaire et dʼinvi- Les œuvres de très nombreux écri- ter la Ville de Fort vains furent présentées au public : de France à cette Gide, Claudel, Saint-Exupéry, Sar- manifestation de tre, Le Clezio …, sans oublier les grande envergure. caricaturistes de la presse interna- tionale, comme Michel Bridenne Il revint à (Le Point), également présents sur Georges COP- le salon. PET, élu de la ma- jorité municipale, Les activités proposées : dʼassurer en terre panaméenne la Outre les expositions, de nom- présence de Fort breuses activités et des ateliers ont Lambassadeur de France à Panama avec Georges Coppet meublé les cinq jours du salon : de France Ville- Capitale et deSALON INTERNATIONAL DU coordonner son action avec les in- - Danses et musiques tradition-LIVRE À PANAMA (la feria inter- terventions de Monsieur Joseph nellesnational del libro) JOS. Ce dernier, ancien attaché - Conférences, dont celle consa- culturel à Panama et au Brésil, pro- crée, en espagnol, à Aimé Césaire fesseur dʼuniversité, proviseur ho- par Joseph Jos. noraire de lycée, écrivain, étant - Reportages radio et télévisionIl est parfois, dans la vie dʼun pays, inscrit au programme du salon pourdes moments où la culture sʼaffirme une conférence sur Aimé Césaire le Récital de musique baroque fran-avec une telle force et une telle di- vendredi 24 août à 16 heures. çaise par le groupe Paisaxe avec lemension que nous en sommes tou- ténor Fernando Bustos.jours émerveillés. Démonstrations culinaires et dé-A nʼen point douter, le VIIIème Le salon du livre en chif- gustations animées par des chefsSalon International du Livre à Pa- fres : français : Stéphane Dias, Patricianama laissera dans les mémoires Miranda et Mathilde Grand. Cʼest dans le vaste centrele souvenir dʼun événement dʼune des congrès dʼAtlapa que se tint latrès grande portée culturelle. Le dimanche 26 août, date plus importante manifestation au- de la clôture du salon, 135 auteurs tour du livre et des écrivains. Plus et artistes du livre (écrivains, pein-Moment important pour les pana- de 60.000 visiteurs y participèrent,méens et les pays participants, tres, illustrateurs, caricaturistes…) 60 stands offrirent lʼespace pour auront, par leur présence et leur im-mais aussi pour la communauté lʼexposition des œuvres et lesfrancophone de la Caraïbe. plication, participé au plein succès séances de signatures des écri- dʼune manifestation qui deviendra, vains présents. au fil des ans, un moment fort de laEn effet la programmation propo-sée, cette année, par les organisa- culture en Caraïbe. Des expositions internatio-teurs et notamment par lʼAlliance nales occupèrent également lesFrançaise à Panama, ne pouvait stands :laisser indifférents, non seulement De nombreux visiteursles antillais de Panama, mais éga- - 10 pour la Francelement ceux de nos îles, Guade- Une manifestation de lʼen-loupe et Martinique et ceci pour - 6 pour lʼEspagne vergure dʼun tel salon ne pouvait sedeux raisons : concevoir sans la volonté de tou- - 2 pour le Nicaragua cher un très large public et dans cet1°) Après lʼArgentine, le Chili, le objectif, les organisateurs ont large-Pérou, la République Dominicaine, - 1 pour Costa Rica ment atteint leur but.lʼEspagne, lʼUruguay, la France - 2 pour le Mexiqueétait le pays invité cette année. En effet, les longues files Le Progressiste - Page 4 - mercredi 19 septembre 2012
  5. 5. EN AVANT-PREMIERE DE L’ANNEE CESAIRE de lire, en français, quelques beaux extraits, pour le plus grand plaisir de lʼassistance. Puis vint la conférence pro- prement dite au cours de laquelle, avec une maîtrise parfaite de la langue espagnole, Joseph Jos, pendant plus dʼune heure, captiva lʼattention dʼun auditoire à qui il fit découvrir, pour certains, la vie et lʼœuvre immense de Césaire dans leurs aspects les plus remarqua- bles. Les antillais de Panama Joseph JOS et Georges COPPET en bonne compagnie Ce huitième salon interna- tional du livre fut, pour les antillaisdʼattente à lʼentrée, la présence La discipline de Panama, lʼoccasion de se dépla-permanente à lʼintérieur dʼune foulecompacte, témoignent de lʼintérêt Quʼun tel événement se soit cer, en nombre, parfois depuisdes Panaméens pour ce grand mo- déroulé sur cinq longues journées, Colon, pour venir avec fierté hono-ment dédié au livre et à la culture. de 9h à 20h, sans le moindre inci- rer de leur présence cette belle ma- dent, en présence de milliers de vi- nifestation dédiée à Aimé Césaire. Mieux encore, chaque jour, siteurs, tient dʼune organisationune noria de bus scolaires de cou- sans faille et dʼun sens remarqua- Lʼhommage à Césaire et laleur jaune vif a déversé des milliers ble de la discipline. présence de la Ville de Fort dedʼélèves, de la maternelle à lʼuniver- France ont ravivé, chez les Antillaissité, en passant par les écoles de Césaire au pavillon de Franceformation, comme celle des forces de « La Fraternité », une légitimearmées dans leur uniforme impec- Repéré de loin par une fierté et un profond sentiment dʼap-cable. La couleur des bus, les uni- haute tour Eiffel stylisée, en tubu- partenance à notre grande commu- lures métalliques, le stand de la nauté. Pour beaucoup dʼentre eux,formes variés et colorés des élèves France attirait le regard de tousajoutaient encore à lʼatmosphère de ceux qui arrivaient sur le site. « La Fraternité » nʼest pas seule-fête régnant à lʼintérieur et autour ment la société de secours mutueldu site. Cʼest devant une foule nom- fondée par les Antillais dont le tra- breuse dʼécrivains, dʼintellectuels, vail et les sacrifices furent néces- Il faut remarquer, ici, que le dʼétudiants et dʼélèves que dès lecalendrier scolaire de Panama saires au percement du Canal. premier jour du salon furent dé-sʼétend de février à novembre et ployés les kakémonos et posters Cette association est aussi et sur-que les grandes vacances se si- géants représentant notre grand tout le lien fort qui réunit ceux quituent en décembre et janvier, ce qui poète. peuvent encore témoigner dʼunexplique la présence de ces milliers passé douloureux et dont les des-dʼélèves encadrés par leurs profes- Photos et textes de Césaire, cendants se battent aujourdʼhuiseurs. Cʼest aussi cela lʼadaptation installés en bonnes places, sur lesdʼun pays à ses propres réalités… pour maintenir avec leur terre dʼori- cimaises du pavillon français, furent lʼobjet des questions dʼun public gine des liens quʼil faut absolument De nombreuses personna- avide de mieux connaître le père de préserver. Leur accueil chaleureuxlités panaméennes ont honoré de la Négritude. et la sympathique réception quʼilsleur présence cette grande fête de ont organisée ont convaincu, plusla littérature : Concernant la présence de que jamais, de leur attachement Césaire au salon, le point fort fut - son excellence lʼambassadeur sans nul doute la conférence don- profond à la terre des ancêtres…de France à Panama, M. Hugues née, le vendredi 25, à 16h, par leGoibault professeur Jos. En introduction, le Compte-rendu établi par Directeur de lʼAlliance française, fin - Mme le Ministre de lʼEducation connaisseur dʼAimé Césaire, fit un excellent exposé sur la poésie cé- - M. le Directeur de lʼAlliance de sairienne. Richement documentée, Georges COPPETFrançaise, Edilberto Gonzalez Tre- son intervention donna lʼoccasionjos   Le Progressiste - Page 5 - mercredi 19 septembre 2012
  6. 6. EN AVANT-PREMIERE DE L’ANNEE CESAIRE 1913- 2013, le centenaire de la naissance d’Aimé CESAIRE Jeannie DARSIERES Nous devons,nous nous devons de célébrer le centenaire d’Aimé CESAIRE, le Père de la Nation Martini-quaise, qui a donné tout à cette Nation, pendant plus de 60 ans ; mais qui a aussi donnébeaucoup, beaucoup, à la Pensée Universelle, aux Pays d’Afrique et d’Amérique, à l’huma-nisme profond, qui voudrait que l’Homme ne soit plus la proie du Colonialisme, du Racisme,et de l’exploitation de l’homme par l’homme. Aimé CESAIRE est un grand Penseur, qui fait partie de l’Histoire Martiniquaise et Mon-diale.Il faut donc le commémorer pour son Action, son Œuvre et sa Pensée : Cet Hommage DÛest la moindre des choses… Mais il faut plus que jamais aussi réfléchir à la portée de cette Action, de cette Œuvre etde cette Pensée, pour les faire connaître, les expliquer, les prolonger, susciter les cher-cheurs qui veulent faire perdurer cet ENGAGEMENT profond de CESAIRE.Ainsi, peut-être, Nous Martiniquais, qui avons eu la chance de côtoyer ce Grand Homme,nous pouvons avancer dans la connaissance de nous-mêmes, et mieux éclairer les pro-blèmes propres à notre Communauté de Destin : c’est notre boussole et notre lumière. LE COMITE DE PILOTAGEPour célébrer le centenaire de la naissance d’Aimé Césaire, un Comité de pilotage, présidépar le Maire de la Ville de Fort-de-France, R. Saint-Louis Augustin, a été mis en place. Ilcomprend la Ville de FF, le Conseil Régional, le Conseil Général, les Associations, déjà enplace pour mieux faire connaître Aimé Césaire (comme l’institut Aimé Césaire, ou le CentreCésairien…), des personnalités qualifiées, et la Famille d’Aimé Césaire, représentée parson fils Jacques. Il est à noter que notre camarade Elisabeth LANDI, conseillère municipale chargée dela Mission Césaire, anime avec compétence et foi toutes ces actions. LE RÔLE DU COMITE DE PILOTAGE Sans avoir la prétention de tout cerner, ce Comité de pilotage veut recueillir toutes lesinitiatives en provenance de tous les horizons (collectivités publiques et milieu associa-tif…)Faire connaître les différentes manifestations, susciter des initiatives, communiquer, met-tre en relation : c’est ce rôle de liaison et de synergie que veut ce comité.Tous sont concernés : La Ville, le SERMAC, les Conseils Régional et Général, les Archivesdépartementales, la Bibliothèque Schœlcher, les Musées régionaux… , mais aussi les par-tenaires institutionnels comme le Rectorat, l’Université des Antilles et de la Guyane, la Di-rection des Affaires Culturelles, les journaux, radios et télés, et même la Poste, qui avait Le Progressiste - Page 6 - mercredi 19 septembre 2012
  7. 7. EN AVANT-PREMIERE DE L’ANNEE CESAIREsorti un timbre symboliquement prestigieux…Et le Comité de pilotage ne veut pas se priverde la contribution d’acteurs importants, comme la téléphonie mobile, Mozaïk et ses busvecteurs de propagande, l’aéroport ou les compagnies aériennes.Toutes ces actions concernent la Martinique, mais le Monde, au-delà des frontières, seraaussi sollicité…Durant toute l’année 2013, l’essentiel est de se souvenir, comprendre, partager la connais-sance et le message du Grand Homme, en dehors de tout sectarisme et de toute appro-priation imbécile, qui ternirait l’œuvre humaniste d’Aimé CESAIRE. LES ORIENTATIONS PRECONISEES• 1- Une action d’analyse : Tout ce qui peut contribuer à mieux faire connaître la vie, la pensée, l’œuvre littéraire et ses fortes implications politiques, au sens large du terme, sera bienvenu ; sans omettre son inoubliable action publique en tant que Maire de Fort- de-France pendant 50 ans. N’oublions surtout pas que se Souvenir, c’est un pas en avant pour mieux avancer !• 2- Une action pédagogique : Enseigner les œuvres d’Aimé Césaire dans les écoles, les collèges, les lycées, c’est le but recherché, car pour Césaire, la Culture est facteur d’in- tégration sociale et de développement économique ; et nous manquerions à nous- mêmes si nous ne faisions cet effort de donner à la jeunesse Martiniquaise des repères pour l’avenir.• 3- Une réflexion pour se projeter vers le Progrès humain, dans notre société. Nous vi- vons une période difficile où la perte de nos repères d’antan nous guette ; Il faut donc comprendre que ces « Armes Miraculeuses » que Césaire nous a proposées dans son œuvre et par son action, nous permettent de nous « armer » contre toutes les formes d’aliénation et de déshumanisation que le mondialisme nous offre. Et, pour mieux com- prendre que la conquête de certaines libertés et de responsabilités nouvelles est une étape vers ce Progrès ; et, au-delà, la Défense des Droits Humains, la prise de conscience de notre Dignité de Nègre, comme nous l’a enseigné Césaire, doivent être nos objectifs féconds. LES GRANDS PROJETS DE CETTE CELEBRATIONLes principes :• D’abord et avant tout, faire de cette célébration une Commémoration Nationale Marti- niquaise• Ne pas oublier l’Afrique, la France et le monde, dans une démarche d’ouverture.• Des manifestations tout au long de l’année pour mettre l’accent sur l’héritage Césaire, en associant jeunes, anciens, écrivains, artistes, acteurs du monde économique, afin de rechercher une communion d’esprit, favorable à l’éclosion d’un monde nouveau, cette « utopie refondatrice » qu’il appelait de ses vœux. QUELQUES PISTES D’EVENEMENTS DEJA PRESENTES ➢ Nous les citerons pêle-mêle, sans que cela soit signe ni de priorité, ni de marquage dans le temps… ➢ Une grande statue figurative en hommage à CESAIRE, qui se situera sur la Savane, au cœur de la Ville ➢ L’aménagement muséographique du Bureau d’Aimé Césaire, à l’Hôtel de ville, rue Vic- tor Sévère ➢ Une journée académique, sur les écoles, collèges et lycées, à FF et dans les com- munes, en collaboration avec le Rectorat ➢ Un banc d’un symbole fort, dédié à Césaire, de la Fondation Toni MORRISSON, dans les jardins de l’Hôtel de ville : acte puissant et grandiose, rare dans le Monde, et unique dans la Caraïbe… Le Progressiste - Page 7 - mercredi 19 septembre 2012
  8. 8. EN AVANT-PREMIERE DE L’ANNEE CESAIRE ➢ Des films documentaires sur Aimé Césaire ➢ Un rallye Patrimoine autour de la vie et de la Pensée d’Aimé Césaire, à travers notre île ➢ Un colloque international, qui aura lieu à Dakar en Mars 2013 ➢ Une exposition « Mémoires » à Gorée au Sénégal ➢ Dans la Ville Capitale, un important Colloque, du 24 au 28 juin, sur l’héritage de Cé- saire, avec des expos et des concours d’élèves et d’étudiants. ➢ Une exposition à l’Assemblée Nationale et au Sénat, avec la collaboration du Théâtre Lari ➢ Un Randotour de juillet à Août 2013 ➢ Un film en collaboration avec « Adage » et Martinique 1ère….Sans compter la participation du «  Campus des Arts », des Offices du Tourisme, de la Villede Basse-Pointe, Anses d’Arlet etc., et du Parti Progressiste Martiniquais, bien entendu…Cette liste, loin d’être exhaustive, n’est là que pour montrer l’ampleur des implications des uns et des autres. Toutes les propositions nouvelles peuvent être adressées au Comité de Pilotage (Contact du Chargé de Mission pour ce centenaire : Jacques Philémont-Montout, 0596 59 42 35) L’année 2013 doit être un temps fort pour ce Centenaire, mais Aimé  CESAIRE, année après année, sera toujours dans nos cœurs… (Information préparée par Jeannie DARSIERES, à partir du dossier du Comité de Pilotage) « Je suis sur votre compte » PREPARATION DU XIXe CONGRES DU PARTICamarade, - Des lundis du parti à thèmes continuions à réfléchir sur différents - De nombreuses séances de problèmes et quʼil soit utile de pour-19ème congrès des 19,20 et 21 octobre travail autour des 3 thèmes retenu suivre et dʼapprofondir lʼétude dʼautres2012. par le Comité National questions dʼactualité. Nous devons Dans le prolongement de ces séances être non seulement convaincus, mais de travail préparatoires au congrès et convaincants. Au cours de lʼannée 2011, le Secré- suite aux élections législatives, nous Pour cela, le comité dʼorganisation dutaire Général a adressé un courrier nous sommes retrouvés lors dʼun sé-aux présidents de balisiers pour leur minaire de réflexion les 29 et 30 juin congrès est à la disposition de tous lesdemander de faire remonter au Comité 2012. balisiers qui souhaitent se faire accom-National les thèmes quʼils souhaitaient Nombre dʼentre nous sommes venus pagner afin de faciliter leur tâche etaborder lors du prochain congrès. porter notre réflexions autour des dʼaborder avec méthode ce 19ièmeSuite aux remontées des travaux des deux thèmes proposés : congrès.balisiers, le Comité National a proposé - Analyse des élections législa- Cette dynamique implique lʼadhésiondʼouvrir ces travaux aux 3 ateliers sui- tives, du plus grand nombre ; nous devonsvants : - Stratégie et organisation. être forts, soudés et cohérents pour af-- Atelier Politique fronter des lendemains qui sʼannon-- Atelier Projet de Société Toutefois, étant donné que le succès cent aussi passionnants que difficiles.- Atelier Fonctionnement dépend, non point du vote massif et Au travail donc pour la réussite de ce aveugle des camarades, mais deDepuis plus dʼun an, la direction du lʼadhésion éclairée et consciente de 19ième congrès.parti et le groupe qui anime les bali- lʼensemble des militants aux thèmessiers ont entrepris une campagne dʼin- qui leur sont proposés, il nʼest pas inu- Saluts progressistes.formation à ce sujet. tile de poursuivre lʼétude de ces ques-- Nombreuses visites dans les tions. Alfred TOUSSAINTbalisiers Cʼest pourquoi je propose que nous Comité de préparation du Congrès Le Progressiste - Page 8 - mercredi 19 septembre 2012
  9. 9. EMPLOIS D’AVENIR Intervention de Serge Letchimy à lassemblée nationale mardi 11 septembre «Madame la prési- ation et renoncer à tout volontarisme, dʼun ministère et de lʼinfluence, a dit quʼil dente, messieurs les sʼen remettre au fonctionnement des voterait ce texte, et jʼinvite ceux qui le ministres, madame, marchés sans en corriger les carences. souhaitent à lʼamender. Jʼai dʼailleurs monsieur les rappor- Cela nʼest pas une doctrine écono- entendu des propositions en ce sens. teurs, à situation ex- mique, cʼest du dogmatisme ! ceptionnelle, Sans doute faut-il corriger les effets mesures exception- Nous essayons, à ce niveau, de cor- dʼaubaine, faire attention à un excès de nelles. riger les choses. Oui à la stabilité discrimination positive, notamment par budgétaire, à la réduction de la dette et rapport aux jeunes diplômés, et à la co-Vous avez évoqué, monsieur le min- du déficit. Oui, aussi, à une croissance hérence territoriale : quel doit être le rôleistre, un double échec des politiques partagée et inclusive. de la région ? Il faut aussi sʼinterrogerpassées – à cet égard, M. Robinet au- sur les conséquences financières etrait dû faire preuve de plus de mesure Je salue la stabilité du dispositif sur trois budgétaires – car 75 %, ce nʼest paset dʼindulgence. À lʼéchec économique, ans, la volonté de professionnaliser et 100 % – et songer à un accompagne-à lʼéchec éducatif, jʼajouterai lʼéchec de former, de donner aux jeunes une ment technique, notamment en matièremoral et, au-delà, lʼéchec sociétal. chance en les aidant à exprimer leur de gestion. Enfin, il faut réfléchir au pleine humanité, de tenter dʼéliminer la statut des associations qui joueront unLa stratégie que vous avez mise en pauvreté et la précarité de la jeunesse, rôle dʼemployeur et, naturellement,œuvre au travers des emplois dʼavenir notamment outre-mer. à la pérennisation de ces contrats. Cenʼest pas inerte, mais active. Elle nʼest sont autant de points qui peuvent êtrepas précipitée, mais réaliste. Elle est Je salue le fait que vous ayez traité la améliorés, mais on ne refuse pas uncommandée par la gravité de la situa- question de lʼoutre-mer de façon glo- projet aussi essentiel pour des détailstion et par lʼurgence des réponses à ap- bale, sans la rejeter en annexe. Vous techniques ou des questions de miseporter. Elle est fondée, fait nouveau, sur savez que la situation y est difficile. en place.des principes de justice, dʼéquité, de lu-cidité économique et sociale. Lʼinitiative que vous avez prise en ma- Ce texte réglera-t-il le problème du chô- tière dʼemplois dʼavenir professeur per- mage des jeunes ? Bien sûr que non !Les chiffres ont été donnés : 470 000 met de réduire les conséquences dʼune Constitue-t-il un investissement pourjeunes se trouvent sans emploi et sans ségrégation sociale, tout en apportant lʼavenir ? Certainement ! Mais cʼest sur-formation. En outremer, cʼest pire : 64 des réponses en matière de besoins tout, mesdames et messieurs les dépu-% des moins de 30 ans sont inactifs, 22 dʼenseignement. tés, une chance donnée à lʼhomme,% sont chômeurs et 41 % des deman- une parcelle de dignité restaurée, unedeurs dʼemploi dans cette tranche Ce projet nécessite-t-il des modifica- invitation au progrès partagé : cʼest biendʼâge nʼont aucune qualification. tions ? Bien entendu ! Jʼai entendu des le minimum que nous devons à ces en- propositions très intéressantes. M. fants enfermés dans la spirale de laOn ne peut à la fois déplorer cette situ- Jégo, qui a lʼexpérience de la gestion précarité.» EXAMEN DU PROJET DE LOI EMPLOIS D’AVENIRLe projet de loi portant sur la création des emplois dʼavenir a été adopté par lʼAssemblée nationale dans la nuit de mercredià jeudi. Serge LETCHIMY a activement participé aux débats relatifs à ce dispositif en insistant sur la nécessité dʼagir demanière volontaire en direction de la fraction la plus fragile de la jeunesse, confrontée à un niveau de chômage intolérable.Ce dispositif est particulièrement important pour les départements et régions dʼoutre-mer où les niveaux de chômage sontparticulièrement forts. Cʼest pourquoi Serge LETCHIMY se réjouit que de tels dispositifs viennent appuyer les efforts de re-lance initiés localement par les institutions régionales. Il note par ailleurs avec satisfaction lʼadoption par lʼAssemblée dedeux des amendements quʼil avait proposé en vue dʼaméliorer lʼefficacité des « emplois dʼavenir ».Le premier dʼentre eux avait pour objet dʼassurer la prise en compte des spécificités économiques des départements et ré-gions dʼoutre-mer dans la manière dont sera appliqué le dispositif.Le second permettait de sʼassurer que chaque jeune recruté dans le cadre du contrat dʼavenir bénéficie du tutorat, élémentdʼaccompagnement essentiel au dispositif.Enfin, Serge LETCHIMY sʼest élevé avec force contre les propositions du Député de lʼextrême droite visant à restreindreexclusivement le dispositif aux personnes de nationalité française en rappelant que la non-discrimination doit demeurer aucentre du système républicain. SOCOPMA: SOUTIEN RENOUVELÉ À LA FILIÈRE AGRICOLE "La Socopma est un outil très important en tant que coopérative dans lorganisation et la promotion de la filière agricole martiniquaise. Bien entendu chacun peut y aller dans sa démagogie. Cependant plusieurs centaines de petits agriculteurs sont en situation difficile du fait de la situation actuelle de la Socopma. Dans le cadre de la procédure engagée, seul le Tribunal de Grande Instance à la responsabilité de statuer. La Région Martinique na à ce stade aucun choix à faire étant entendu que cette même collectivité dans le cadre de sa politique agri- cole, a le devoir dappréciation tant sur la pérennisation dun outil viable, que sur le maintien des emplois mais également la garantie du paiements des agriculteurs." Cest ce que Serge Letchimy, Président de la Région Martinique a réaffirmé en recevant les parties prenantes dans cette affaire. Quelque soit la structure retenue par le tribunal, la Région soutiendra les acteurs après une analyse de la fiabilité de leur projet; en tenant compte de la rigueur de gestion de loutil et de la capacité de la structure à assurer la promotion de lagri- culture martiniquaise. Le Progressiste - Page 9 - mercredi 19 septembre 2012
  10. 10. CONTRIBUTION DE BALISIER FONDS D’INVESTISSEMENT : PLIS FOS MATINIK commune, comme dans lequel nous fonctionnons depuis celle de nous en sortir la départementalisation. Aucun pays ne en mobilisant nos fonctionne sans argent, nous en avons, propres forces. malheureusement pour nous, la totale liberté dʼutilisation des capitaux collec- Qui est concerné en tés sur notre sol par les banques nous tant que Possédants, met de fait en situation dʼévasion finan- les békés, sûrement, cière constante. mais pas quʼeux, les chinois, les syriens, Aider le boulanger à rénover et trans- les metros,les mulâ- tres, les nègres, mettre son outil de travail, le commer- tout ceux qui ont çant à stabiliser son fond de roulement, réussi dans ce pays lʼagriculteur à acquérir ce petit motocul- durant les quarante teur dont il a tant besoin et reprendre dernières années. avec un peu de fond lʼexploitation dePour donner une chance à notre pays Quarante années dominées par le son oncle déjà bien âgé. Des chosesMartinique, il faudrait nous doter dʼun débat institutionnel, aujourdʼhui nous simples mais qui nous permettront defond dʼinvestissement local destiné à savons que la donne a définitivement stabiliser notre pays tout en avançantsoutenir lʼéconomie martiniquaise, sur- changé, nous devons nous prendre en dans le 21ème siècle sans renier pro-tout les TPE et TPI ,les artisans et les mains, nous devons serrer les rangs, fondément notre culture.commerçants. être imaginatifs, créatifs, ambitieux pour nous mêmes et notre pays. Le jeune Nous devons tous nous demander, ceOrigine des fonds : les possédants Mar- assis au pied de sa cité, comment peut que nous pouvons faire pour la Marti-tiniquais et lʼépargne très conséquente ʻil croire dans un pays ou les possé- nique, les possédants à qui elle a tantdes martiniquais détenue par les dants ne veulent prendre aucun donné, mais aussi le jeune assis aubanques de la place. risque ? pied de sa cité car en levant les yeux, il Mobiliser 20% de notre épargne, une doit voir, non plus, de simples possé-Si les 150 premiers possédants mettentchacun 200. 000 euros, cela représente obligation. Envisager une loi, exigeant dants, mais des décideurs engagés30 000 millions dʼeuros. des banques quʼelles maintiennent pour leur pays. 20% de lʼépargne qui leur est confiéeDisposer de 20% de lʼépargne martini- dans un territoire dʼoutre mer, sur place, Car cʼest à la lumière du passé que lʼonquaise cʼest plusieurs dizaines de mil- semble indispensable. peut comprendre le présent pour éclai-lions dʼeuros à disposition de rer lʼavenir.lʼéconomie locale. Nous sommes devant lʼexigence dʼêtre innovant, pour assurer le financement Gabriel BURLETLe meilleur moyen de faire peuple ne de notre économie, nous constatons Balisier Rivière Pilote.serait ʻil pas de partager une ambition tous les jours les limites du système 0696 26 70 71 TRANSPORT DEMANDE DE MORATOIRE Le Progressiste - Page 10 - mercredi 19 septembre 2012
  11. 11. CULTURE LE SERMAC, UN BIJOU MUNICIPAL à PRESERVER… Depuis des décennies, le service municipal d’action culturelle (SERMAC), créé par Aimé CESAIRE, suivi régulièrement par Lui, Aliker et Darsières, durant des Lydie BETIS, directrice du SERMAC années, a abattu un travail considérable ; Sa mission est importante : • Donner ses lettres de noblesse à la Culture populaire (au sens profond du terme, la Culture de la Nation Martiniquaise) • La faire comprendre, connaître et lui permettre de s’exprimer • Susciter l’intérêt de la jeunesse martiniquaise, dans les quartiers de Fort-de France, comme Trénelle, Volga, Ste-Thérèse etc., et dans les classes populaires en général, pour faire en sorte que cette culture soit partie prenante de leur formation et de leur Fierté d’être Martiniquais.Ce travail du Sermac, malgré les contraintes budgétaires et les idées reçues fallacieuses sur les bienfaits de l’ex-pression culturelle, s’est poursuivi sans relâche, de façon têtue, et de plus en plus organisée.Mis à part le Festival Culturel, temps fort magnifique et incontournable de son Action, des ATELIERS CULTU-RELS ont été créés partout, relayés parfois par des Maisons de quartier, que fréquentent les citoyens, surtout lesjeunes : Là étaient organisées, avec des responsables culturels et beaucoup de bénévoles, des activités très priséeset très fécondes, contre la délinquance, la violence ou l’ennui… Et puis l’acquisition du Parc Floral (payé fort cher à l’Armée !), devenu le Parc Culturel Aimé Césaire, l’ac-quisition de l’ancien Palais de Justice, devenu l’Espace Camille Darsières, ont permis l’implantation d’ateliers,véritables cellules d’apprentissage, de formation et d’épanouissement culturels. Aujourd’hui, période de rentrée culturelle du SERMAC pour la saison 2012-2013, nous assistons à un véritableENGOUEMENT pour ces ateliers, qui signe cette soif de culture et d’échanges, ce besoin d’apprendre et d’êtreguidé.A peu près 3000 stagiaires fréquentent le Sermac toute l’année, de septembre à juin, véritable ruche bourdonnantedu Savoir et du Savoir-faire !La Ville Capitale, malgré ces temps durs, y consacre environ 5 millions d’euros dans son budget annuel. Il est bon de connaitre l’intitulé des 33 ateliers mis en place cette année, ainsi que le nom des animateurs quine ménagent ni leur temps ni leur savoir : Arts scéniques : Danses contemporaines, avec Christiane Emmanuel - Danses indiennes, avec Suzy Maniry - Danses tradi-tionnelles, avec K’zo Jean-Baptiste – Hip-Hop, avec Fabrice Vaillant – Modern Jazz avec Livia Gercé et MichèleBriant-Monplaisir- Dance Hall avec Livia Gercé – Eveil Corporel avec Livia Gercé, Théâtre avec Elie Pennont. Arts musicaux Batterie avec Jacky Alpha – Chant avec Emmanuelle Gabelus-Héloïse – Clarinette avec Charles Gashette –Eveil musical avec Gabelus Héloïse – Flûte avec Charles Gashette – Guitare avec Félix Clarion et Frantz Tuernal Le Progressiste - Page 11 - mercredi 19 septembre 2012
  12. 12. CULTURE– Guitare-Basse avec Claude Banys – Harmonie Solfège avec Parrick Varsovie – Percussion afro-cubaine avecDaniel Dantin – Piano avec Gilles Rosine pour les adultes et Gabelus-Héloïse pour les enfants – Saxophoneavec Charles Gashette – Solfège avec Jean-Michel Calmo – Steel-Pan avec Guy Louiset, Percussions Bèlè avecK’zo Jean-Baptiste Arts visuelsCéramique-Poterie avec Albert Louis-Albert – Dessin-Peinture avec Joëlle Pierre Paul – Gravure sur calebasseavec Alex Luccin – photographie avec Marie-Claire Delbé-Cilla – Sculpture sur bois avec Joël Gordon – Sculp-ture sur ponce avec Alex Luccin – Vannerie avec Myrtha Ancarno. Langues et civilisations Anglais avec Anna Saint-Elie – Créoles avec Daniel Dobat ( Mandibèlè)) Bien-être Gym dynamique/ Barre au sol avec Michèle Briant-Monplaisir – Yoga avec Suzy Maniry. Les tarifs dépassent toute concurrence, mais c’est la volonté de l’Edilité Progressiste : frais d’inscription ; 15euros, et cotisations : 50 ou 60 euros pour l’année… Jeannie DARSIERES La queue à lEspace Camille Darsières Vous souhaitez adhérer au Parti Progressiste Martiniquais ? 1. Téléchargez le bulletin d’adhésion : http://www.ppm-martinique.fr/wp-content/uploads/2009/09/Bulletin-dadhésion-2006.pdf 2. Complétez-le 3. Renvoyez-le à : PPM – Ancien réservoir de Trénelle – 97200 Fort-de-France ou par Mail à contact@ppm-martinique.fr Visitez le site du PPM :http://www.ppm-martinique.fr imprimerie TONIPRINT 0596 57 37 37COMITÉ DE RÉDACTION : Appel du « Progressiste » aux Militants, aux sympathisants, à tous les Démocrates qui lui ont toujours fait confiance. Daniel COMPERE « Le Progressiste », organe du Parti Progressiste Martiniquais, a besoin de l’aide matérielle, Jeannie DARSIERES intellectuelle de tous les militants, démocrates et sympathisants. Nous les remercions d’envoyer leurs Didier LAGUERRE dons (à l’ordre du PPM), leurs articles et leurs suggestions au siège du PPM : - Ancien Réservoir de Trénelle - Fort-de-France. Laurence LEBEAU Directeur de la Publication : Daniel COMPERE Serge SOUFFLEUR d.compere@only.fr Victor TISSERAND Téléphone du siège du PPM : 0596 71 88 01 Site Internet : www.ppm-martinique.fr Danièle VERAYIE N° de CPPAP : 0511 P 11495 Le Progressiste - Page 12 - mercredi 19 septembre 2012

×