anne sarthou - habiter la maison radieuse en 2014

391 vues

Publié le

Anne Sarthou - habiter la maison radieuse en 2014

Publié dans : Design
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
391
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

anne sarthou - habiter la maison radieuse en 2014

  1. 1. Habiter la Maison Radieuse en 2014 Habiter la Maison Radieuse aujourd’hui n’est peut-être qu’une forme de com- promis. Au moment de la livraison en 1955, le confort des logements se pose en progrès avec la cuisine aménagée, la salle de bain, les toilettes, la venti- lation centralisée et le chauffage collectif. En dépit de ces innovations origi- nelles, ces logements répondraient moins aux modes de vie contemporains. La petitesse de la pièce de vie, la faible hauteur sous plafond, l’étroitesse des chambres des enfants1 , la promiscuité soupçonnée, restent pour beaucoup rédhibitoires. Dans une société qui s’est profondément modifiée, la Maison Radieuse semble offrir une capacité insuffisante. Malgré ces aspects, réels, nous avons choisi d’habiter là, dans un duplex montant traversant, type 4, majoritaire dans le bâtiment2 . Avec une évolution des statuts des logements en trois temps forts (partage, rup- ture, équilibre)3 , la Maison Radieuse abrite une population plus hétérogène qu’à ses débuts. Aujourd’hui, 54 % des logements appartiennent au parc locatif social d’Atlantique Habitation et la moitié des logements privés, au plus, est habitée par les propriétaires. Le système d’attribution des logements sociaux génère l’arrivée de fa- mille par non-choix. La « motivation première à être là » produit des contrastes entre les habitants, qu’ils soient propriétaires ou locataires, du parc social ou privé : ceux qui choisissent de venir à la Maison Radieuse, ceux qui la découvrent et décident de rester, ceux qui la subissent et la quittent. Pour les premiers, il me semble que le sentiment d’appartenance à la Maison Radieuse reste fort. Il naît à la fois de la conscience aigüe de l’architecture et de son auteur Le Corbusier, mais aussi de la mémoire collective toujours transmise, forgée à partir du projet de départ : celui d’un habitat coopératif. Aujourd’hui, cette mémoire continue de vivre à travers la recherche d’une vie collective peut-être idéalisée, faite de convivialité, de liberté, d’entraide. Une ambivalence émerge de la coexistence du « bâtiment-habitation », qui vit justement à travers l’engagement et la dynamique de ses habitants, et du « bâtiment-œuvre », qui vit au-delà d’eux, comme emblème architectural, symbolique, culturel… En marge de sa renommée architecturale, la Maison Radieuse a évidemment une existence dans la ville avec une fonction repère qui concurrence le clocher. Mais si la majorité des gens perçoit au loin une barre de béton sombre, imposante et opaque, la connaissance intime du lieu modifie ce point de vue et déconstruit l’image théo- rique que j’avais auparavant. En perception lointaine, le regard d’habitant me conduit à lire les détails et transforme la monumentalité en une somme d’éléments connus et vécus : reconnaître sur le toit l’émergence de l’école, des ascenseurs et des chemi- nées de ventilation, ressentir la transparence des logements traversants, se rappeler le rapport au sol allégé, deviner les couleurs des loggias et entrevoir la notre… Dans l’environnement plus proche, la gradation de l’intime vers l’urbain, qui fonc- tionne bien aujourd’hui, soumet l’habitant, consciemment ou non, à des « étapes » d’usage voulues probablement dès la conception. Dans le logement, espace fondamentalement privé, le rapport au voisin est quasi inexistant. Une première « étape de séparation » se vit à travers le sas d’entrée qui isole la cuisine de la rue intérieure, tandis que la gradation perdure à l’intérieur avec les pièces plus intimes au niveau supérieur. Dans un duplex montant, la double hauteur sous plafond, dans le prolongement de la trémie, produit une respiration nécessaire et diffuse la lumière jusqu’au cœur du logement, la « plateforme », es- pace d’entre-deux, mouvant, transitoire, de rencontre pour la famille4 . Si l’intimité est préservée, le rapport au paysage et à la lumière est valorisé dans chaque pièce et induit un mode de vie qui se cale sur le soleil. Les jours de beau temps ou simple- ment lumineux, ce nomadisme intérieur nous amène à évoluer le matin à l’est et à prolonger la journée à l’ouest. De part et d’autres, les loggias spacieuses, ouvertes
  2. 2. au grand paysage, à l’abri des regards, encouragent cette quête quotidienne de la lumière en été et nourrit l’illusion d’une surface plus grande en hiver. Les rues intérieures, peu éclairées, nous conduisent du seuil du logement, limite de l’espace privé signalée par une applique lumineuse et une couleur, jusqu’au hall par l’intermédiaire des ascenseurs. Je comprends (ou interprète) maintenant le par- tis-pris d’ambiance des rues, composé d’un éclairage peu intense et d’une absence de lumière naturelle hormis l’espace d’attente des circulations verticales. Cette am- biance affiche clairement une nouvelle étape d’usage qui incite le calme, fait baisser instinctivement le son de la voix et permet de préserver les logements des bruits trop intrusifs. Bien que les rues soient des espaces collectifs à partager, leur ambiance n’encourage pas une appropriation forte. Le hall comme entrée unique constitue aussi un espace collectif à partager, mais contrairement à la rue intérieure, la nature de son usage approche celle de l’espace public. Si la « place » revêt tout son sens dans la pratique et l’appropriation avec des fonctions fondées sur l’échange à la fois politique, commercial et ludique5 , alors le hall, à son échelle, est peut-être une forme de « place », avec le marché du mercredi soir, les actions ponctuelles, les rencontres informelles. Passage obligé par tous, le hall est un lieu vivant et investi. Aux abords de la Maison Radieuse, le parc, espace privé ouvert au public, apparaît comme un élément fondamental des concepts urbanistiques de Le Corbusier (soleil, verdure, espace) et devient aujourd’hui un lieu majeur de la vie collective. Son aménagement et sa gestion font l’objet de choix discutés par les habitants intéressés (locataires et propriétaires), développés et validés ensuite par le syndicat de copro- priété, moteur des actions. Ce mode coopératif, où chacun peut donner son avis et soumettre une idée, permet sans doute de rassembler, d’impliquer, d’innover, pour aller vers un objectif commun, l’amélioration pour tous du cadre de vie. En lien avec la vie du centre-bourg, le parc est un lieu ouvert, libre, conforté par les échanges et les déplacements quotidiens, à heures fixes, entre les deux écoles publiques, Le Corbusier (sur le toit) et Plancher (dans le bourg) : liens d’usage avec l’accueil périscolaire et le restaurant scolaire communs, liens pédagogiques avec des actions communes entre les deux écoles. L’école maternelle, située sur la terrasse, accueille les enfants de la Maison Ra- dieuse et des habitations proches. Son statut public au sein d’une copropriété privée soulève parfois des ambiguïtés d’usages et de perceptions. En dehors de l’aspect pratique et ludique (nous allons à l’école en ascenseur), sa présence se révèle être un vecteur de rencontre des parents, mais surtout un symbole qui galvanise et fédère tous les habitants6 . Si le logement, la rue, le hall ou le parc composent le « cadre physique » d’un usage presque programmé, anticipé par Le Corbusier, il manque dans l’énumération l’aspect non palpable d’une vie particulière à la Maison Radieuse. Fondée dès 1955, l’Association des Habitants de la Maison Radieuse (AHMR) est la pièce maîtresse de cette dynamique sociale. Elle construit et portent les actions, se pose en relais des messages par son appartenance à un réseau, veille à son niveau à défendre les idées de Le Corbusier et constitue le garant de ce lien social fort avec la mise en place de nombreuses activités et services : bibliothèque, édition d’un journal (« Ici Corbu »), jardins partagés, pavillon de compostage, marché hebdomadaire dans le hall, atelier de bricolage, tritout, clubs en tous genres (couture, cuisine, langue vivante, sérigraphie, échange de vêtement, etc.). Peu décelable depuis l’extérieur, ce mouvement, dynamique, militant même, reste notre plus belle découverte et forme la spécificité de la Maison Radieuse, favorisée aussi par les concepts architecturaux : une seule entrée pour tous, des rues inté- rieures suffisamment larges (« se croiser et discuter tranquillement » ou « se croiser sans se gêner chacun de son côté »), des partis-pris techniques et d’organisation qui
  3. 3. préservent l’intime dans les logements, l’école dans le ciel… Si notre compromis de départ opposait simplement des contraintes dimensionnelles de logement à un désir d’architecture, il s’efface aujourd’hui devant la force sociale et l’humanité du lieu. Il semblerait que tout le monde ne soit pas en capacité d’accepter d’habiter la Maison Radieuse. Faute de répondre à première vue aux attentes actuelles en termes d’habitat et souffrant des préjugés liés aux barres, ceux qui la choisissent sont-ils au départ uniquement attirés par l’œuvre architecturale et adeptes de Le Corbusier ? Peut-être. Mais la charge esthétique et culturelle apportée par l’architecte n’est finalement pas ce qui fait rester le plus grand nombre. Il s’agirait plutôt, d’après nos voisins et notre courte expérience, d’une spécificité de vie sociale qui ferait toute la différence sans que nous puissions définir clairement si c’est l’architecture qui a fait le premier pas. La forme amène-t-elle l’usage ou bien l’usage se joue-t-il de la forme ? D’un point de vue d’habitant et d’architecte, j’ai un faible pour la première, mais sans fermer la porte à la seconde… Anne Sarthou Habitante de la Maison Radieuse depuis deux ans Architecte-urbaniste Juin 2014 (Article paru dans la lettre d’information n°12, septembre 2014, du CAUE 44 sur le logement social) Maison Radieuse, LE CORBUSIER et André WOGENSCKY, 1955 - © FLC / ADAGP 2014 - Photogra- phies : Anne Sarthou 1 Hauteur sous plafond : l’homme modulor qui lève le bras (2,26 m). Largeur de la chambre des enfants : l’homme modulor allongé (1,83 m). 2 Sur 294 logements : 190 T4 (68 m2), 46 T2 (46 m2), 29 T1 (30 m2 sur un seul niveau), 15 T3 (57 m2), 9 T6 (96 m2), 5 T5 (82 m2). A l’exception des T1 conçus sur un seul niveau, les logements sont des duplex montant ou descendant : les chambres se situent au-dessus ou au-dessous de la pièce de vie. 3 Le partage avec la coopérative de départ ; la rupture initiée par la loi Chalandon ; l’équilibre avec une revente progressive des logements sociaux à des proprié- taires privés. 4 Des études sociologiques existent, élaborées à différentes époques. Elles étudient notamment les différences d’appropriation des logements par les habitants : Famille et habitation, Paul-Henri Chombart (1960) Maison Radieuse, Rezé, évolution et réhabilitation, Daniel Pinson, Philippe Bataille (1990) Habiter Le Corbusier, pratiques sociales et théorie architecturale, Sylvette Denèfle, Sabrina Bresson, Annie Dussuet, Nicole Roux (2006). Du plan au vécu, Analyses sociologiques des expérimentations de Le Corbusier et de Jean Renaudie dans l’habitat social, Sandrine Bresson (thèse 2010) 5 D’après Morphologie urbaine, Rémy Allain. 6 L’école est en sursis depuis plusieurs années. Les actions militantes du collectif de défense arrivent jusqu’ici à la maintenir en vie.

×