Le Progressiste            1 euro                  mercredi 13 avril 2011 - N° 2172       “La chance de la Martinique     ...
EDITO                         MERCI, MONSIEUR LETCHIMY                                     Cet enfant à lʼavenir pris en  ...
EDITO (SUITE)Consciencieux à lʼextrême et re-fusant de courir après tout, il dé-cline poliment la pression deslégislatives...
REGION       « LA REGION MARTINIQUE : UN VRAI SOUFFLE »12 mois après lʼavènement du          fixation est devenue patholo-...
ÉDUCATIONLe Progressiste - Page 5 - mercredi 13 avril 2011   suite p11
POUR CESAIRE                                         TémoignageLe 17 avril 2008 sʼéteignait son souffle volcanique, « pélé...
POUR CESAIRE                                                           POLEMIQUE       QUAND L’OMBRE DE CESAIRE ENTRE AU P...
POUR CESAIRE : POÈME                               ET LA BOUCHE S’EST TUECe texte a été écrit en 2008, après le décès dʼAi...
POUR CESAIRE                                                                   tour ». Voici donc venu le temps           ...
ÉDUCATION                        FERMETURES DE CLASSES ET SUPPRESSIONS DE POSTES                              FEU SUR LES ...
ÉDUCATIONLe Progressiste - Page 11 - mercredi 13 avril 2011
HISTOIRE                    L’INSURRECTION DE MARTINIQUE                                         Bètafé au Théâtre Mun...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Le progressiste n° 2172

640 vues

Publié le

Publié dans : Actualités & Politique
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
640
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
6
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Le progressiste n° 2172

  1. 1. Le Progressiste 1 euro mercredi 13 avril 2011 - N° 2172 “La chance de la Martinique c’est le travail des Martiniquais” Hebdomadaire du PPM - Fondateur : Aimé Césaire - Aimé CESAIRE Césaire au frontispice du Théâtre MunicipalPOUR CESAIRE (P.6,7,8) Césaire au Panthéon (in Actustar.com) « Le Progressiste » est disponible en librairies, grandes surfaces et stations-service. Réclamez-le. Sur Radio EKLA, 102 FM tous les dimanches à midi, Serge LETCHIMY AU SOMMAIRE - MERCI, M. LETCHIMY (PP.2 et 3) - FRANCE : FEU SUR LES ENSEIGNANTS (P.10)« LES MEILLEURS SPÉCIALISTES DES AFFAIRES MARTINIQUAISES SONT LESMARTINIQUAIS EUX-MÊMES » (DR ALIKER)
  2. 2. EDITO MERCI, MONSIEUR LETCHIMY Cet enfant à lʼavenir pris en « marré rein ou » que Césaire mains dans ces quartiers pétris lui avait lancé comme un défi, ce de la main généreuse du poète soir de 2001 au Grand Carbet. sait ce quʼest la survie, épouse au quotidien les mêmes pro- Le Parti quant à lui, doit survivre. blèmes mais jamais ne sʼage- Pour toiser les coups de « Jar- nouille devant eux. Une solution nac  », les traitres, les chapar- Catherine CONCONNE merveilleuse sort toujours de lʼair deurs, le patron lui réclame avec rigoureusement sérieux qui une émotion non feinte…. dʼas- u vu de sa grande timi- émane de ce visage au calme sumer la Maison de Trénelle.A dité, il ne suppose certai- nement pas en juin 2000quand il est désigné candidat à qui serait selon lui hérité de ses ascendances indiennes. Impossible de dire non à Mon- sieur Césaire et il ne résistera pas longtemps à son éloquentla succession dʼAimé Césaire La victoire une fois obtenue au « je suis désormais sur votrequʼun tel parcours lʼattend. bout de cette année dʼefforts, de compte  » tellement plein de mornes et de « fonds » ne chan- sens et dʼinterpellations.La tâche semble insurmontable gera, ni nʼémoussera nulle-à ce moment là. Il sʼagit dʼamor- ment cette inoxydable Au Réservoir, rien ne se faitcer lʼarrivée dʼune nouvelle gé- volonté. Le quotidien de la ville sans douleur, sans déceptionsnération qui ne prétend pas devient un vrai bouillonnement mais le sens du devoir lʼemporte.comme il se plaira à répéter, dʼactions et dʼidées. Pas un jour Il le vaut bien ce «  Parti Patri-«  remplacer Aimé Césaire  » qui ne passe sans quʼon ne moine ». Lʼexigence y est égale-mais humblement lui succé- lʼaperçoive, limite courant au- ment de mise  : il faut faireder. près dʼun chantier, dans une réu- renaître lʼenthousiasme des mi- nion, les enchainant avec litants, repartir au combat etLes «  pʼtits jeunes  » que nous passion et détermination. donner encore plus pour rendreétions à lʼépoque qui lʼaccompa- Remplir la mission, lʼassumer de l  émotion à ce majestueuxgnent dans cette campagne fièrement et ne jamais baisser héritage. Les adhésions grim-électorale déjà maculée des af- les bras telle est sa devise. On pent, les manifestations sʼen-freux dégâts du populisme devinera sa fatigue à certains chainent avec une montée ensʼaccrochent à son rythme. Et moments, sa faim, sa soif après puissance en audaces et en ini-quel rythme ! Un rythme fait de 10 réunions et 50 audiences tiatives.rigueur et dʼexigence envers soi- en 16 heures de présence me-même, envers les autres et pour nées tambour battant mais… ja- Le « Parti » retrouve plus queles autres. Rien nʼest laissé au mais une plainte, jamais une jamais son rôle de gardien duhasard et à lʼà peu-près. Les complainte sur son sort à lui. temple, celui du peuple et de laqualificatifs de «  parfait  » et «  Fort-de-France est notre démocratie et ne laisse désor-dʼ »extraordinaire » doivent être force, notre bastion, notre na- mais rien au hasard. Loi de laau rendez-vous de tous les quo- vire-amiral, travaillez !!!! » ré- honte vantant la colonisation,tidiens dʼune campagne. pète-t-il à qui lʼentendra… aventure fumeuse du 74…Une campagne remplie de mil- forcément. NON… !!! sʼinsurge t-il « pas tantliers de contacts humains et que nous sommes là ». Il exigedʼinitiatives toutes aussi auda- Les projets sortent à des la réaction de tous, monte aucieuses les unes que les autres. rythmes effrénés et même créneau face à lʼinfamie, à la dé-Il y laissera quelques kilos, quand lʼargent manque… il faut magogie, souvent seul, lâchéses chaussures mais jamais affronter cette misère financière, par une «  certaine gauche  »,cette inépuisable énergie qui in- ces «  purges  », faire preuve mais lʼenfant de Trénelle a af-terpelle et qui fait dire à tous dʼimagination et toujours se rap- fronté la misère des années« comment il fait ? » peler symboliquement ce 60, alors…… Le Progressiste - Page 2 - mercredi 13 avril 2011
  3. 3. EDITO (SUITE)Consciencieux à lʼextrême et re-fusant de courir après tout, il dé-cline poliment la pression deslégislatives de 2002 et préfèrese consacrer exclusivement àcette ville et cette Cacem enverslesquelles il à pris des engage-ments. « Nʼinsistez pas » dira t-ilpour décourager plus dʼun quivoyait déjà en lui un destin quisuccéderait au Palais Bourbon àlʼami Camille.Car il sʼagit de tenir chaque pasgagné et ces pas ont un prix  :humilité, sacrifice, vigilance… Le président sur le pontEt les pas sont là, indélébiles,…les combats sont honorables. nière plait, le dialogue nait, renait 10 années dʼune impénétrableRefuser le populisme, lʼaffronter et « lʼoxygène naissant » semble pureté au service dʼune cause,en 2010 au bout de semaines de parcourir projets, idées, objec- dʼun peuple.questionnements où seule une tifs, et organisation. 10 années pour lesquelles onsalle surchauffée, un soir de fé- a tout simplement envie de luivrier à la Ferme Perrine eut Dans le silence de ses regards dire un simple mot qui ne doitraison dans la douleur du di- épurés, la démarche séduit au- pas être réservé aux épi-lemme de sa fidélité à lʼœuvre delà de tout fossé et les forte- taphes.Capitale. resses réputées imprenables ne Merci MONSIEUR Let- résisteront pas à ces armes mi- chimy !!!! 10 années de plus,Toujours ouvert à lʼautre, le ras- raculeuses au service dʼune se- 10 années encore… on estsemblement nait petit à petit, reine mission dʼélévation des consciences. preneurs !!!!désormais … mais pas autourde sa personne. Il déteste leMOI. Son moi, à lui, cʼest ce 10 années dʼun combat loinpays, ce peuple quʼil a décidé de des moi haïssables, loin des moi Catherine Conconneservir au mieux, coûte que je, loin des rancunes, loin des Avril 2011coûte, vaille que vaille. Nouveau coups bas, loin des lèche-défi, nouvelles audaces… la ma- chèques et des égos surélevés. A venir • 12/04 – installation du CCEE • 13/04 – le Président enregistre 1 émission à Zouk TV sur le thème de lʼEurope • 14/04 – installation du CESR • 14/04 - conférence de presse sur le premier bilan du Plan de Relance • 14/04 – Visite de courtoisie du Président du TGI de Fort-de-France au Président de Région Serge LETCHIMY • 15/04 – Visite de courtoisie de Monsieur lʼAmbassadeur de lʼInde en France au Président de Région Le Progressiste - Page 3 - mercredi 13 avril 2011
  4. 4. REGION « LA REGION MARTINIQUE : UN VRAI SOUFFLE »12 mois après lʼavènement du fixation est devenue patholo- propriée aux étudiants  ; pourgroupe « Ensemble pour une gique, nʼentamera pas la volonté une continuité territoriale repen-Martinique nouvelle  », cʼest de celles et ceux qui font souffler sée dans le, cadre dʼun partena-bien un réel et vrai souffle socio- un vent dʼespérance sur le pays. riat avec LADOM (Loi suréconomique qui est impulsé à Car ces emplois sont dans les lʼOutre-mer) ; pour lʼélaborationlʼinstitution qui ronronnait, activités que nous favorisons et dʼun schéma prévisionnel desjusquʼalors, managée par un au- les initiatives que nous prenons formations initiales des lycées ettocrate dont on peut dire quʼil nʼa par la «  nouvelle organisation collèges…point été visité durant ces 12 ans de la collectivité » en mettant lespar lʼaudace et la vision dʼun hommes et les femmes au cœurquelconque développement. Au- du développement de la Marti- Alors, nous voulons dire quejourdʼhui, le peuple souverain a nique en sʼappuyant sur une dé- lʼEmploi avec un grand E ne semis un terme à cet intermède et, marche participative  ; par la comptabilise pas forcément encomme le dit si bien Daniel mise en œuvre dʼun Plan de Re- faisant des comptes dʼapothi-ROBIN «  nos premiers mois à lance caractérisé par un mara- caire, tant il est visible, palpable,la tête de la Région se caractéri- thon des communes, pour une évident, que cʼest lʼemploi quisent tout à la fois par un chan- action collaborative de 350 mil- porte la philosophie de notre po-gement de méthode, mais lions dʼeuros ; par la Plan Am- litique. Soulignons encore quʼunsurtout un abandon de la pos- bition Jeunes qui crée les an de retard a été rattrapé pourture au profit dʼune dynamique conditions pour encourager ces le versement de la prime de viedʼactions. La mise en œuvre du jeunes à être les acteurs de leur chère : 28.724 bénéficiaires pourPlan de Relance, dès le mois de avenir  ; par la création dʼune un volume financier deseptembre [2010] a été à cet Agence Régionale de Déve- 5.778.587 €. Pour la secondeégard exemplaire. Elle a permis loppement Culturel  ; par la phase de référence, 4.381 bé-dʼidentifier et de mettre en pro- transformation de lʼIRAVM en néficiaires ont été payés pour ungrammation avec lʼensemble Etablissement Public de Coopé- montant de 1.056.983 €.des communes, EPCI, bailleurs ration Culturelle ; par le dévelop-et autres opérateurs sociaux pement de projets dʼintérêt régional des secteurs privés tels Rappelons le maintien de lʼaideprès de 300 projets pour les- le Grand Saint-Pierre, le Leyritz de la Région à hauteur de 16,9quels les cofinancements vont et les zones dʼactivités. Par la re- M€ pour la reconstruction duentraîner une meilleure irrigation lance du chantier du haut débit plateau technique de La May-de lʼéconomie martiniquaise par après un an et dix mois de retard nard et lʼaccompagnement àla commande publique ». pris par la précédente gouver- titre exceptionnel du CHUEt Daniel MARIE-SAINTE aura nance ; par la création dʼun grou- (achat de médicaments et debeau agiter le « boulier », cʼest pement de commande pour une matériels, ravalement des fa-une nouvelle réalité qui sʼimpose plus grande efficacité du chan- çades, voiries et espaces verts,à sa vue incrédule : oui, la roue tier de Transport Collectif en Site amélioration des conditions dea tourné et le pays sʼest résolu- Propre (TCSP). Par le transfert travail dans les écoles paramé-ment engagé, avec la volontéscellée et partagée de tous les du Parc Régional  ; par le vote dicales).Martiniquais, dans une œuvre dʼune motion pour ne pas laisserde réalisations et de construc- la politique énergétique au seul En 12 mois, nous ne pouvonstion. secteur privé. certes pas « désenkayer » une institution que 12 ans dʼinertie Et puis : pour faire de lʼagricul- ont paralysée. Mais ça bouge !Oh, certes ! Ce ne sera pas fa- ture un atout pour le développe- Le nouveau souffle se fait sentir.cile ! Ils en sont bien conscients. ment en y injectant 5 millions €Et brandir le hochet des 5.000 qui viennent sʼajouter au budget Scipionemplois promis, sur lesquels sa régional 2011 ; pour une aide ap- Le Progressiste - Page 4 - mercredi 13 avril 2011
  5. 5. ÉDUCATIONLe Progressiste - Page 5 - mercredi 13 avril 2011 suite p11
  6. 6. POUR CESAIRE TémoignageLe 17 avril 2008 sʼéteignait son souffle volcanique, « péléen » dirait Christian Lapoussinière, présidentdu Centre césairien.CESAIRE AU PANTHEON hommage, je décrochais et ma hommes lynchés, torturés en qui il pensée partait à la rencontre de se sentait lui-même assassiné, hu- notre désir dʼune meilleure consi- milié- dération pour la pensée de AIME CESAIRE EST UN HOMME lʼhomme, une soif de reconnais- FIDELE sance y compris chez nous, de la Fidèle à lʼhomme – Fidèle à dʼau- valeur de lʼhomme.  tres conceptions de lʼhomme Ses discours qui – à lʼépoque - fai- Lʼhomme, un être qui a des droits… saient de lui un pestiféré, dʼabord à la vie, à lʼêtre… au bien- un « mové sijé » a laissé place à un être. bâtisseur, à un homme riche, ha- bité par lʼamour de son pays, par Que dire de cette foule rassemblée lʼamour de lʼHOMME. en vainqueur, sans bien savoir de Ce nʼest plus discutable, Césaire quelle victoire, mais rassemblée en était visionnaire et porteur dʼes- signe de reconnaissance  ? Ceux poir, non seulement pour nous, qui mʼont dit à la sortie : « fout sa Légende photo: La rotonde du Panthéon, pour son peuple, mais aussi le 6 avril bèl, mwen kontan bay. Enfin yo ka pour tous les « Juifs errants du palé di misyé tala !PANTHEON  : Temple que les monde. »GRECS et les ROMAINS, consa- Alors je me suis demandé si lescraient à tous leurs DIEUX Entendre parler de ce géant par unPANTHEON  : Ensemble de per- président qui lui est de droite, mʼa propos de certains de chez nous nesonnes qui se sont illustrées dans une fois de plus remis en présence faisaient pas plus de tort que ceuxun domaine. de notre député-maire- écrivain- dʼun président de la république à poète, rencontrant les gens de mon qui a été remis le Discours sur leA dire vrai, je suis allé parce que les quartier, prêtant une écoute sans Colonialisme.contacts me laissaient entendre hypocrisie, et recherchant des solu-que je devais dire tes textes de CE- tions pour aider et améliorer le sort Et si lʼentrée de la pensée de CE-SAIRE, enfin bref … glissons ! de nos concitoyens rencontrant des SAIRE au PANTHEON pouvaitDès lors comment apprécier lʼévé- difficultés. ouvrir lʼesprit de nos losersnement sans interrogation, sans Malgré lui, il a été obligé de re- aigris et sʼy installer, ce serait àchercher à donner du sens à cette connaître que lʼhomme noir est mon sens un pas important versaction du PRESIDENT DE LA RE- dans lʼhistoire et ne la subit pas, une meilleure connaissance dePUBLIQUE FRANCAISE. quʼil rayonne de par le monde et cet homme par les plus jeunesJe nʼai plus 20 ans et mes nom- que sa pensée universelle contri- dʼentre nous, ou encore à nosbreuses années de présence sur bue à une construction pacifique frères et sœurs que diverses rai-terre et dans la lutte mʼont aidé à et égalitaire de celui-ci. sons ont poussé à partir, et à semieux appréhender les faits, en tout Belle revanche et belle victoire couper de leur base culturelle.cas à définir des objectifs et à éva- si lʼon fait le parallèle avec le dis-luer les démarches entreprises. cours de Dakar !... Alors on dirait à ces jeunes commeComme dirait CESAIRE lui- le fait si bien STEPHANE HES-même : «…A recueillir le sang du Une reconstitution de lʼhistoire du SEL :son ». parcours de lʼhomme, une recons- «  Regardez autour de vous, vous yQue lʼhomme soit mis en terre dans truction de notre relation à la Répu- trouverez les thèmes qui justifientson pays MARTINIQUE est très im- blique Française, le débat nʼest votre indignation- le traitement faitportant. Que son nom soit inscrit certes pas clos, mais nous avons aux émigrés, aux sans papiers, auxdans ce monument au côté de bien au Panthéon vécu un moment dʼin- roms. Vous trouverez des situationsdʼautres qui ont mené bataille, cʼest tense émotion. Demain, rien ne concrètes qui vous amènent à don-aussi bien. nous empêche de poursuivre nos ner cours à une action citoyenneJe me dis quʼil y a un temps pour combats, si sa pensée est dévoyée, forte. Cherchez et vous trouverez ».tout et que les combats justes ne usurpée.sont jamais vains. Peu importent les raisons de ceux La vie bien que généreuse, sur-Jʼy étais et bien content dʼy être ; qui étaient présents, sûrement il y prend toujours les rêveurs insatia-cela mʼa rappelé aux bons souve- en avait qui se sentaient obligés : blesnirs où nous étions regroupés dans sa sé pwoblem yo ! Yo té ka tanʼn De bout en bout, de part en part, dela cour de la Mairie sous les gaz la- yo pas soud. Ce dont je suis cer- long en large, de jour et de nuitcrymogènes dénonçant et haran- tain, cʼest la présence sincère des Elle aveugle les arrogants qui seguant un président qui nʼétait pas témoins de la valeur de lʼhomme vantent de tenir le bon boutvenu… le MAIRE était il un diable ? Je me suis demandé ce qui pourrait Ceux qui disent de chacun de leurLui faisait-il peur ? empêcher de comprendre que leAlors le diable a rejoint les combat du Nègre Fondamental est pas souvent mal assurés, une ré-DIEUX !!! dans le prolongement du cri de son volution.De temps en temps, durant cet peuple, de la souffrance des JC DUVERGER (NDLR : Les passages surlignés le sont par nous) Le Progressiste - Page 6 - mercredi 13 avril 2011
  7. 7. POUR CESAIRE POLEMIQUE QUAND L’OMBRE DE CESAIRE ENTRE AU PANTHEON ! culation de ce quʼil y a de pour elles à tout bout de champ. meilleur dans le mes- Où est le respect de Césaire dans sage césairien. Quoi ! cela ? Lʼévocation de la vie et Où est-il dans lʼobstination à ne pas de la pensée de Césaire faire une réforme aussi banale que ne serait quʼun jeu sans la « reconnaissance pleine et en- conséquences sur les tière du fait syndical propre aux valeurs professées par terres coloniales» ? ceux qui font mine de le Où est-il dans le refus de procéder donner en exemple? Ce à lʼélection démocratique dʼassem- serait un simple lot de blées constituantes par lesquelles consolation quʼon ferait ces peuples diraient les institutions miroiter sous le regard qui leur conviennent au lieu être l faut sans doute souligner pourI les nouvelles générations le re- tournement que constitue pour laFrance officielle la décision de faire de peuples à qui on continue de re- fuser le droit à lʼinitiative historique ? Un simple hochet quand on nʼa rien dʼautre à offrir ? suspendus aux décisions unilaté- rales dʼun gouvernement-parlement français?entrer au Panthéon le nom dʼAimé Il y a du chemin à faire avant queCésaire; elles nʼimaginent certaine- Il est bien évident quʼon ne saurait Césaire entre vraiment dans leurment pas à quel point les Césaire, attendre dʼun gouvernement fran- Panthéon ! Il pourrait alors sansles Damas, les Cartayée, les Glis- çais quel quʼil soit de résoudre les doute croiser le fer avec le rétablis-sant et plus encore les Frantz problèmes qui relèvent de notre seur en chef de lʼesclavage, Napo-Fanon ont été considérés comme propre initiative. Mais comment léon, et même avec le grand Hugolʼanti-France ! Des ingrats, des pes- pourrait-on supporter lʼhypocrisie à qui il dirait lʼhorreur que lui avaittiférés, des ennemis quʼil fallait bien de lʼhommage à Césaire lorsquʼici, provoqué la lecture dʼun fameuxtolérer au Parlement, pour Césaire maintenant, dans la pratique, on fait discours non dénué de pur racismeet Cartayée, mais dont il nʼétait pas injure de façon si évidente à ce à colonial sur lʼAfrique à aller conqué-question de citer une phrase, un quoi il croyait le plus fort ? rir parce quʼelle nʼest à personne!propos, voire dʼen faire étudier la . Mais laissons le passé .La révo-moindre parcelle des œuvres dans La première décence ne serait-elle lution culturelle que la France doitles structures scolaires ou universi- pas de reconnaître le point de dé- opérer pour se mettre à la hauteurtaires. part obstiné de sa pensée à savoir du dialogue avec Césaire ne lʼexistence dʼun peuple appelé le concerne pas hélas que la droite.Ne serait-ce que pour cela, enten- peuple martiniquais ? Or quʼont-ils Cʼest la gauche aussi et jʼose diredre résonner dans le temple des fait les gouvernements dʼabord qui doit décoloniser sa pen-temples de la grandeur française français  dans le silence coupable sée pour ne pas faire de Césaire undes fragments mécréants du de leurs oppositions ? Ils ont sup- chantre de «lʼunité nationale» fran-«grand cri nègre» avait une saveur primé dans leur constitution toute çaise comme lʼa laissé échapperréjouissante qui nʼexcluait pas référence aux « peuples» dont la François Hollande !lʼémotion pure née de la poésie France «a la charge» et quʼelle de-elle-même. vait «conduire à sʼadministrer eux- Il est vrai que quand on entend une mêmes» pour remplacer ces Ségolène Royal incapable de rete-Mais fondamentalement cette « re- notions par celle de «populations» nir par cœur cette phrase tant répé-connaissance» tardive, commen- (par politesse on ne dit plus «peu- tée «ma bouche sera la bouche descée il est vrai cela fait quelques plades») pour désigner les peuples malheurs qui nʼont point deannées, est après tout une affaire de Martinique, Guadeloupe, bouche» on se dit que la vraie lec-franco-française dont il nous faut, Guyane,...»Mal nommer les ture ne fait que commencer de lʼau-en tant que Martiniquais-e-s, mesu- choses, disait Camus, ajoute à la tre côté de lʼocéan.rer la portée réelle. Et à regarder la misère du monde». Mal nommer Il faut un début à tout.question sans esprit critique, les les peuples des dernières colonies,yeux embués par les paroles su- cʼest refuser de les considérer Philippe Pierre-Charlescrées à lʼédulcorant dʼun Sarkozy, comme des entités avec lesquelleson risquerait de contribuer à lʼémas- on doit discuter au lieu de décider Le Progressiste - Page 7 - mercredi 13 avril 2011
  8. 8. POUR CESAIRE : POÈME ET LA BOUCHE S’EST TUECe texte a été écrit en 2008, après le décès dʼAimé Césaire ; son auteure le conservait jusquʼàlʼheure précieusement.Au bout du petit matin, l’homme, ayant eu son compte de vie,Son plein de vie, son poids de vie,L’homme, ayant partagé avec tous, tout ce qu’il avait reçu,L’homme, ayant donné tout ce qu’il pensait et savait devoir donner,L’homme qui avait bâti la ville, qui avait agrandi la villeEn organisant les mornes avoisinants,En assainissant la valleuse et ses alentours,L’homme diversel, l’aimé des humbles et des autres,Le père des généalogies tronquées,L’homme qui s’était engouffré dans la bataille pour les sans-voix,Pour les sans-bouches,Le sauvage qui emmerdait ceux qui le méprisaient,L’homme, nègre-fondamental, épouseur des continents,L’homme-poète, l’homme-maire, l’homme-visionnaire,Le nègre-laminaire, l’inconsolé,L’homme quitta son pays natal, au bout de ce petit matin d’avrilOù l’heure de lui-même avait sonné.Oh ! Je n’ai pas été béni-oui-ouiPendant ces longues décennies.Oh ! Non, je n’ai pas lu tous ces livres ni tous ces écrits,Hé oui ! J’ai écouté certains de ses discours,Et il m’est arrivé d’avoir peur, parfois,De l’ambiance exaltée, que dis-je ?De l’ambiance démesurément passionnéeDe ses campagnes électorales.Cependant, je sais que son passage dans cette ville-échouée,Dans ce pays échoué, dans ce monde échoué,Je sais que son passageLaissera une empreinte large, profonde, bien appuyée,Ouverte à tous, offerte à tous.Et je sais aussi que plus d’un y posera ses pasQuand l’heure de lui-même sonneraEt qu’il aura cessé« D’être le jouet sombre au carnaval des autres »Et « dans les champs d’autrui l’épouvantail désuet ».L’arbre est tombé certes, mais regardez…Ne les voyez-vous pasCes rejetons multiples qui, déjà, poussentTout le long de son tronc étendu ? Suzy LAGUERRE MASSAL Le Progressiste - Page 8 - mercredi 13 avril 2011
  9. 9. POUR CESAIRE tour ». Voici donc venu le temps de lʼhommage de la Nation Fran- çaise à Aimé CESAIRE. Il y eut le film dʼEuzhan PALCY, une toile grandiose tentant de rendre lʼépure dʼune vie à travers une œuvre qui, est comme celle de tout homme : inachevée. Il y eut la flûte des mornes de Dédé SAINT-PRIX, mélopée lanci- nante, « berceuse « ourlée lan- cée à lʼâme en déshérence dʼun peuple orphelin. Il y eut les «  trouvères  », les «  trouba- dours », les « bardes », les « dé- clameurs sans voix », les, griots enroués, qui parlèrent, déclamè- rent, célébrèrent lʼinstant et le moment, gravèrent lʼévènement dans le marbre froid de lʼab- surde. Et puis il y eut le silence ; ce si- lence assourdissant que seul troublait lʼécho du tremblement des hommages conventionnels et autres discours aseptisés, quand « lʼélu », allongé sur la vérité de lʼéternité, peut se re- mémorer ses mots prophé- tiques : « Je tiens maintenant le sens de lʼordalie ; mon pays est la lance de nuit de mes ancêtres bambaras. Elle se ratatine et sa pointe fuit désespérément vers le manche. Si cʼest du sang deHOMMAGE A CESAIRE Je vous demande sans tarder, poulet quʼon lʼarrose, elle dit queAU PANTHEON par la voix du tambour sans re-dʼest du sang dʼhomme, quʼil faut tenue, dʼaccueillir le griot incan- à son tempérament de laOyez, oyez, gens de toutes descent, de le descendre graisse, du cœur dʼhomme, nonraces confondues, nègres ac- délicatement de lʼolympe de du sang de poulet ».courus des mornes sans halte ni notre conscience, où les dieux etrépit, jaillis des cannaies assas- les loas lʼavaient placé, pour le Lʼhomme CESAIRE, jamaissines sans regrets, émergés des poser en ce jour dans la crypte apaisé, de convulsions saisi, vi-plaines buboniques aux plaies du temple où le temps figé sou- tupérant toujours « Jʼai remontéimpatientes, tombés des cales dain se prépare à émerveiller dans mon cœur lʼantique silex, leétouffantes et suffocantes, allon- lʼéternité dʼun nouvel « élu ». vieil amadou déposé pargés dans les plis des talwegs ac- «  Il y a un temps pour lʼhom- lʼAfrique au fond de moi-cueillants, nègres de tous temps, mage que lʼon rend à autrui, même ».hommes de lʼuniverselle soif… comme il est un temps pour lʼhommage que lʼon reçoit en re- Serge SOUFFLEUR Le Progressiste - Page 9 - mercredi 13 avril 2011
  10. 10. ÉDUCATION FERMETURES DE CLASSES ET SUPPRESSIONS DE POSTES FEU SUR LES ENSEIGNANTS par Gilles Balbastre qui déposaient à la veille de lété nal de mutations qui leur garan- 2010 leurs « fiches de recrute- tissait depuis des décennies une ment » sur Internet nétonnent indépendance daction par rap- guère. Plus inhabituelle, cepen- port à leur direction administra- dant, est la catégorie profes- tive. sionnelle à laquelle ils sadressent : les enseignants. Un bouleversement ? Pas vrai- Autre mesure essentielle du dis- ment. positif : « Un préfet des études est désigné pour chaque niveau. Depuis une petite dizaine dan- Elément central de la cohérence nées, différents ministres se sont des pratiques, du respect des rè- évertués à accommoder le ser- gles communes et de limplica- vice public de lEducation natio- tion des familles, il exerce une nale aux principes du responsabilité sur le plan péda- management « moderne ». Avec gogique et éducatif.» Avec la la volonté dimiter le modèle de relations sociales du secteur création de ces « préfets », sorte privé, en transformant chaque de contremaîtres, une hiérarchieDepuis quont été dévoilés, intermédiaire voit ainsi le jour établissement en petite entre-département par département, prise autonome. dans le corps des enseignants,les arbitrages sur la carte sco- jusquà présent relativementlaire pour la rentrée de sep- Annoncé à bas bruit par le mi- égalitaire.tembre 2011, parents délèves nistre de léducation, M.Luc Cha-et enseignants multiplient les tel, au cours des Etats généraux Derrière le prétexte dunemanifestations, occupations de la sécurité à lécole, en avril,décoles et pétitions. Ferme- consensuelle lutte contre la vio- le programme Clair (Collèges ettures de classes et suppres- lence scolaire, « les choses sont lycées pour lambition, linnova-sions de postes soulèvent tion et la réussite) constitue le claires, si je peux me permettrelincompréhension et parfois dernier avatar de cette « révolu- ce jeu de mots,* grimace M.la colère face à *« une logique tion ». Willy Leroux, professeur de tech-purement comptable »*. Une Encore expérimental et restreint nologie depuis seize ans àlogique qui rejoint la stratégie à une centaine détablissements Grande-Synthe, près de Dun-« managériale » que déve- « concentrant le plus de difficul- kerque. Cette réforme est làloppe depuis une dizaine dan- tés pour remettre en cause notrenées le gouvernement pour en matière de climat scolaire ettenter daffaiblir le statut des statut » un statut hérité des an- de violence », ce dispositifenseignants, un corps tradi- nées 1950 (...) donne la possibilité aux chefstionnellement revendicatif. détablissement de « recruter les Lire la suite de cet article de Gilles Balbastre, professeurs sur profil ». En dau-« Dynamique et réactif », « dis- tres termes, les enseignants, y publié dans *Le Monde diplomatique* doctobre 2010 : http://www.monde-diploma-ponible », « grand sens de lau- compris les détenteurs du certifi-torité naturelle, alliant fermeté et cat daptitude au professorat de tique.fr/2010/10/BALBASTRE/19740souplesse », « ouverture desprit lenseignement du second degré», « capacité à mener des pro- (Capes) ou de lagrégation, se- Gilles Balbastrejets », « capacité à innover ». ront désormais nommés sansLes exigences des employeurs passer par le mouvement natio- Le Progressiste - Page 10 - mercredi 13 avril 2011
  11. 11. ÉDUCATIONLe Progressiste - Page 11 - mercredi 13 avril 2011
  12. 12. HISTOIRE L’INSURRECTION DE MARTINIQUE Bètafé au Théâtre MunicipalVous souhaitez adhérer au Parti Progressiste Martiniquais ?1. Téléchargez le bulletin d’adhésion :http://www.ppm-martinique.fr/wp-content/uploads/2009/09/Bulletin-dadhésion-2006.pdf2. Complétez-le3. Renvoyez-le à : PPM – Ancien réservoir de Trénelle – 97200 Fort-de-Franceou par Mail à contact@ppm-martinique.frVisitez le site du PPM :http://www.ppm-martinique.frCOMITÉ DE RÉDACTION : Appel du « Progressiste » aux Militants, aux sympathisants, à tous les Démocrates qui lui ont toujours fait confiance. Daniel COMPERE imprimé par nos soins « Le Progressiste », organe du Parti Progressiste Martiniquais, a besoin de l’aide matérielle, Jeannie DARSIERES intellectuelle de tous les militants, démocrates et sympathisants. Nous les remercions d’envoyer leurs dons (à l’ordre du PPM), leurs articles et leurs suggestions au siège du PPM : Didier LAGUERRE - Ancien Réservoir de Trénelle - Fort-de-France. Directeur de la Publication : Daniel COMPERE Laurence LEBEAU d.compere@only.fr Serge SOUFFLEUR Téléphone du siège du PPM : 0596 71 88 01 Site Internet : www.ppm-martinique.fr Victor TISSERAND N° de CPPAP : 0511 P 11495 Le Progressiste - Page 12 - mercredi 13 avril 2011

×