Comtesse Le magazine pour les femmes dans l’air du temps                                                   Numéro du 6 jui...
Article à la une : histoires defemmes Journaliste : Aujourd’hui, nous accueillons deux de nos plus fidèles lectrices : Mad...
Journaliste : Merci, Cunégonde de ce message qui fera peut êtrejaillir une étincelle de révolte dans le cœur des femmes le...
Merci d’avoirlu !     Line 2nd 1
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Comtesse

823 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
823
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
3
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Comtesse

  1. 1. Comtesse Le magazine pour les femmes dans l’air du temps Numéro du 6 juillet 1759
  2. 2. Article à la une : histoires defemmes Journaliste : Aujourd’hui, nous accueillons deux de nos plus fidèles lectrices : Mademoiselle Cunégonde et une femme voulant rester anonyme. Elles vous parleront de leur conditions, et de leur place dans la société en tant que femmes, à notre époque. Bonjour Cunégonde : racontez nous un peu votre parcours. Cunégonde : Je suis née de bonne famille. Mon père était un puissant Baron de Westphalie, le Baron de Thunder-ten-tronck. J’étais élevée et instruite par le meilleur philosophe de toute la région : Pangloss, et j’avais un doux et bon amant qui répondait au nom de Candide. J’avais tout pour vivre heureuse. Journaliste : Qu’est ce qui a fait basculer votre vie ? Cunégonde : Un jour froid et sombre, les soldats bulgare sont arrivés au château. Il ne leur a pas fallu plus de deux minutes pour gâcher ce qu’il restait de ma vie. Après m’avoir éventrée et violée, ils m’ont capturée, ont fait de moi leur cuisinière, moi, qui était habituée au confort et au luxe de mon château. Ils m’ont ensuite vendue, puis re-vendue, encore et encore. J’ai finalement parvenu à m’échapper de chez un de mes acheteurs. J’ai ensuite dû fuir avec mon amant, retrouvé en route, et une autre servante dans le même cas que moi. Journaliste : Que pensez vous de la façon dont vous avez été traité tout au long de votre vie ? Cunégonde : Je suis a la fois déçue et satisfaite. Bien sûr, je n’aurais jamais du vivre toutes ces horreurs, mais cela m’as fait ouvrir les yeux sur quelque chose : les hommes n’ont pas conscience de notre existence. Ils nous maltraitent, nous prennent pour des objets, nous battent, nous violent, et n’hésitent pas a tuer certaines d’entre nous sans aucun scrupule. Les hommes sont les seuls responsables de ce qui m’est arrivé. C’est pourquoi je m’adresse à vous, lectrices. Rebellons nous ! Prenons notre indépendance ! Nous ne sommes pas plus faibles qu’eux ! Ils faut qu’ils prennent consciences qu’on ne sert pas qu’à assouvir leurs besoins, les
  3. 3. Journaliste : Merci, Cunégonde de ce message qui fera peut êtrejaillir une étincelle de révolte dans le cœur des femmes les plusdésespérée. Nous nous tournons maintenant vers vous, madame.Quelle vie avez-vous vécue jusqu’ici ?Madame : J’ai vécu mes quatorze premières année dans lecomble du confort : j’étais la fille du pape Urbain X et de laprincesse de Palestrine. Je vivais dans un palais plus que luxueux,avec plus de domestiques que la terre ne peut supporter, et les plusbelles robes serties des plus beaux joyaux du monde. J’étais belle,très belle. Sans doute plus belle que toutes les reines de la terre.J’étais fiancée au plus beau et au plus doux des princes.Malheureusement, après une visite chez une vieille femme aigrie, ilest décédé dans de violentes convulsions. Mais ce n’est rien face àce que j’ai vécu plus tard. Embarquées dans une galère avec mamère, nous voilà abordées par des pirates. Ils étaient violents,méchants, et ils ont profité du fait que nous soyons presqueexclusivement des filles pour nous violer et nous découper, une àune. Ils ont tranché la tête de ma mère devant moi. Je n’avais quequinze ans et j’étais déjà détruite.Journaliste : Que s’est-il passé ensuite ?Madame : J’ai erré, j’ai été revendue, deçà, delà. Puis j’ai croisé ledestin de Cunégonde. J’avais à présent un but dans ma vie :prendre soin de cette jeune fille, elle-même déshonorée estanéantie par les hommes.Journaliste : Vous avez donc consacré le reste de votre vie pourcelle de cette jeune fille.Madame : Exact. Et je ne le regrette pas. Ma vie ne vaut plus riende toute manière. C’est ma façon de me venger des hommes, et de
  4. 4. Merci d’avoirlu ! Line 2nd 1

×