Le Prophète Muhammad (paix et bénédiction sur lui)
a-t-il plagié le « Pater Noster » ?
Collectif al-Hanifiyyah
Création : ...
I. L’allégation
Alors qu’est-ce que le Pater Noster ? Pour ceux qui ne le savent pas, il s’agit de la célèbre prière
que J...
II. Les sources de l’allégation
A/ Abou Dâwoud (m. 275 H.), Sounan, tradition n°3892



Tradition n° 3892

Chaine de tran...
B/ Ahmad b. Hanbal (m. 241 H.), Mousnad, tradition n°23957



Tradition n°23957

Chaine de transmission :
Aboû al-Yamân -...
C/ At-Tabarânî (m. 360 H.), Al-Mou’jam al-Awsat, tradition n°8636



Tradition n° 8636

Chaine de transmission :
Mouttali...
D/ Al-Hâkim an-Nîsâbourî (m. 405 H.), Al-Moustadrak ‘ala as-Sahîhayne, tradition
n°1272 et 7512



Tradition n°1272

Chai...
nous nos fautes et nos péchés car Tu es le Seigneur des vertueux. Fais donc descendre
une de Tes Miséricordes et un de Tes...
E/ An-Nasâ’î (m. 303 H.), as-Sounan al-Koubrâ, traditions n°10807 à 10810



Tradition n°10807

Chaine de transmission :
...
Texte :
Un homme est venu voir le Prophète (paix et bénédiction sur lui) alors qu’il avait un
problème d’urine. Le Prophèt...
Texte :
Deux hommes parmi les gens d’Irak sont venus et, ces derniers, cherchaient de quoi guérir
leur père qui avait des ...
Commentaire de l’imâm al-Bazzâr :
Quant à cette tradition, elle fut rapportée de l’Envoyé de Dieu (paix et bénédiction sur...
III. Critique des transmetteurs de la tradition
En analysant les chaînes de transmission de la tradition dans les sources ...
Notice 1490 : Ziyâd b. Muhammad - selon Muhammad b. Ka'b al-Qouradhî selon Fadâlah b. 'Oubayd selon
Abou ad-Dardâ. Al-Layt...
Notice 2083 : Ziyâdah b. Muhammad al-Ansârî [...] al-Boukhârî, et an-Nasâ'î et Abou Hâtim ont dit : Il est
réprouvé dans l...
Le traditionniste Ibn Hajar al-‘Asqalânî (m. 852 H.), auteur du célèbre commentaire de
l’Authentique de l’imâm al-Boukhârî...
bénédiction sur lui) lui ordonna alors de dire : « Notre Seigneur Dieu qui es dans le ciel, Ton Nom s’est
glorifié … ». [1...
IV. L’authentification de la tradition par certains savants
Après avoir vu les chaines de transmission de la dite traditio...
V. Remarques sur le fond
Après avoir critiqué les chaînes de transmission de la dite tradition, intéressons-nous
maintenan...
1. Éloge de Dieu
2. Demande à Dieu de manifester Son Pouvoir
3. Demande de subsistance à Dieu (absent dans la pseudo-tradi...
VI. Conclusion
Pour conclure sur cette allégation, nous dirons ceci :
a) Concernant la critique extrinsèque (la critique d...
VII. Bonus Game
Les apologètes chrétiens qui crient au plagiat devraient faire plus attention car la même
remarque pourrai...
Références
[1] ABOU DAWOUD AS-SIJISTANI, Sounan, éditions « Bayt al-Afqâr ad-Dawliyyah lil Nashr wal Tawzî’ », Riyâd, Arab...
[20] AL-BAZZAR, al-Bahr az-Zakhkhâr (Mousnad al-Bazzâr), vérifié par ‘Âdil b. Sa’d, éditions « Maktabah al-‘Ouloum
wal Hik...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Le prophète muhammad a t-il plagié le pater noster

436 vues

Publié le

Publié dans : Spirituel
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
436
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
97
Actions
Partages
0
Téléchargements
12
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Le prophète muhammad a t-il plagié le pater noster

  1. 1. Le Prophète Muhammad (paix et bénédiction sur lui) a-t-il plagié le « Pater Noster » ? Collectif al-Hanifiyyah Création : 15/12/2013 Au Nom de Dieu, Clément et Miséricordieux Introduction La question du plagiat a toujours été l’un des thèmes de prédilection favoris des détracteurs de l’islâm – ou même des critiques honnêtes – et le sujet ouvre la porte à divers questionnements. Ainsi, certains ne voient dans l’islâm qu’un condensé de copier-coller du judaïsme et/ou du christianisme. S’il plait à Dieu, nous aurons l’occasion dans divers articles de revenir sur cette problématique. Cet article traite uniquement de l’allégation qui consiste à dire que le Prophète Muhammad (paix et bénédiction sur lui) a littéralement plagié le célèbre Pater Noster ou le « Notre Père » des chrétiens. L’allégation est particulièrement intéressante car, d’une part, elle nous donne indirectement des indications très pertinentes concernant nos sources et comment elles se sont constituées et, d’autre part, elle nous renseigne sur la (mauvaise) méthodologie des détracteurs du Prophète (paix et bénédiction sur lui). Nous reviendrons sur ce dernier point en fin d’article après avoir exposé clairement les choses. Puisse Dieu le Très-Haut nous faciliter cette œuvre. Amîne. Collectif al-Hanifiyyah | Le Prophète Muhammad (paix et bénédiction sur lui) a-t-il plagié le « Pater Noster » ? 1
  2. 2. I. L’allégation Alors qu’est-ce que le Pater Noster ? Pour ceux qui ne le savent pas, il s’agit de la célèbre prière que Jésus (paix et bénédiction sur lui) a enseignée à ses disciples comme nous le lisons dans les Évangiles. Nous la retrouvons plus précisément dans l’évangile de Matthieu dans son chapitre 6, 9-13 : Français Arabe Grec Traduction Van Dyke Οὕτως οὖν προσεύχεσθε ὑμεῖς· Πάτερ ἡμῶν ὁ ἐν τοῖς οὐρανοῖς· ἁγιασθήτω τὸ ὄνομά σου, ἐλθέτω ἡ βασιλεία σου, γενηθήτω τὸ θέλημά σου, ὡς ἐν οὐρανῷ καὶ ἐπὶ γῆς· τὸν ἄρτον ἡμῶν τὸν ἐπιούσιον δὸς ἡμῖν σήμερον· καὶ ἄφες ἡμῖν τὰ ὀφειλήματα ἡμῶν, ὡς καὶ ἡμεῖς ἀφήκαμεν τοῖς ὀφειλέταις ἡμῶν· καὶ μὴ εἰσενέγκῃς ἡμᾶς εἰς πειρασμόν, ἀλλὰ ῥῦσαι ἡμᾶς ἀπὸ τοῦ πονηροῦ. SBL Greek New Testamento « Vous donc, priez ainsi : Notre Père qui es dans les cieux, que ton nom soit sanctifié ; que ton règne vienne ; que ta volonté soit faite, comme dans le ciel, aussi sur la terre. Donne-nous aujourd’hui le pain qu’il nous faut ; et remets-nous nos dettes, comme nous aussi nous remettons à nos débiteurs ; et ne nous induis pas en tentation, mais délivre-nous du mal. Car c'est à toi qu'appartiennent, dans tous les siècles, le règne, la puissance et la gloire. Amen! » Traduction Louis Segond (1910) Cette très belle invocation enseignée par Jésus le fils de Marie (paix et bénédiction sur lui et sa mère) aurait été plagiée par le Prophète Muhammad (paix et bénédiction sur lui). Pour cela, les partisans du plagiat invoquent une tradition citée par le traditionniste Abou Dâwoud dans ses Sounan (trad. : Traditions) dans laquelle le Prophète (paix et bénédiction sur lui) aurait demandé que nous invoquions Dieu de la manière suivante : « Notre Seigneur Dieu qui es dans le ciel, Ton Nom s’est glorifié, Ton Autorité est au ciel et sur terre. Tout comme Ta Miséricorde est au ciel, fais qu’elle soit sur terre. Pardonne-nous nos fautes et nos péchés, Toi, le Seigneur des vertueux, fais descendre une de Tes Miséricordes et un de Tes Remèdes sur ce mal pour qu’il guérisse. » Est-ce qu’il y a eu plagiat comme l’affirment les détracteurs ? Qu’en est-il de la tradition qu’ils citent ? Fait-elle autorité ou non ? Nous allons examiner ces questions dans les parties qui suivent. Citons maintenant, de manière exhaustive, toutes les sources de la tradition. Collectif al-Hanifiyyah | Le Prophète Muhammad (paix et bénédiction sur lui) a-t-il plagié le « Pater Noster » ? 2
  3. 3. II. Les sources de l’allégation A/ Abou Dâwoud (m. 275 H.), Sounan, tradition n°3892  Tradition n° 3892 Chaine de transmission : Yazîd b. Khâlid b. Mawhab b. ar-Ramlî -> Al-Layth -> Ziyâdah b. Muhammad -> Muhammad b. Ka’b al-Qouradhî -> Fadâlah b. ‘Oubayd -> Abou ad-Dardâ Texte : J’ai entendu l’Envoyé de Dieu (paix et bénédiction sur lui) dire : « Celui d’entre vous qui souffre de quelque chose ou que son frère souffre de même qu’il dise : « Notre Seigneur Dieu qui es dans le ciel, Ton Nom s’est glorifié, Ton Commandement Suprême est au ciel et sur terre. Tout comme Ta Miséricorde est au ciel, fais qu’elle soit sur terre. Pardonne-nous nos fautes et nos péchés, Toi, le Seigneur des vertueux, fais descendre une de Tes Miséricordes et un de Tes Remèdes sur ce mal pour qu’il guérisse. » » [1] Collectif al-Hanifiyyah | Le Prophète Muhammad (paix et bénédiction sur lui) a-t-il plagié le « Pater Noster » ? 3
  4. 4. B/ Ahmad b. Hanbal (m. 241 H.), Mousnad, tradition n°23957  Tradition n°23957 Chaine de transmission : Aboû al-Yamân -> Abou Bakr (c'est-à-dire Ibn Abî Maryam) -> les cheikhs -> Fadâlah b. 'Oubayd al-Ansârî Texte : Le Prophète de Dieu (paix et bénédictions sur lui) m’a appris une prière exorcisante et il m’a ordonné de la réciter pour quiconque se manifesterait à moi [en se plaignant d’un mal]. Il me dit : « Dis : Notre Seigneur Dieu qui es dans le ciel, Ton Nom s’est glorifié, Ton Autorité est au ciel et sur terre. Seigneur Dieu, tout comme Ton Commandement Suprême est au ciel, fais que Ta Miséricorde soit sur nous sur terre. Seigneur Dieu, Seigneur des vertueux, pardonne-nous nos fautes, nos erreurs et nos péchés. Et fais descendre une de Tes Miséricordes et un de Tes Remèdes afin de guérir untel de ses souffrances. » Il ajouta : « Dis ceci trois fois, puis demande la protection [de Dieu] en récitant les deux protectrices (c-à-d les Sourates 113 & 114) trois fois. » [2] Collectif al-Hanifiyyah | Le Prophète Muhammad (paix et bénédiction sur lui) a-t-il plagié le « Pater Noster » ? 4
  5. 5. C/ At-Tabarânî (m. 360 H.), Al-Mou’jam al-Awsat, tradition n°8636  Tradition n° 8636 Chaine de transmission : Mouttalib b. Shou’ayb -> ‘Abd Allâh b. Sâlih -> al-Layth -> Ziyâdah b. Muhammad alAnsârî -> Muhammad b. Ka’b al-Qouradhî -> Fadâlah b. ‘Oubayd -> Abou ad-Dardâ Texte : [Abou ad-Dardâ rapporte] qu’un homme est venu le voir et l’informa. Ce dernier lui mentionna qu’il n’arrivait plus à uriner car il fut atteint de la lithiase urinaire [1]. Il lui apprit alors une prière exorcisante qu’il avait entendue du Prophète (paix et bénédiction sur lui) : « Notre Seigneur Dieu qui es dans le ciel, Ton Nom s’est glorifié, Ton Commandement Suprême est au ciel et sur terre. Tout comme Ta Miséricorde se trouve au ciel, fais qu’elle soit sur terre. Pardonne-nous nos fautes et nos péchés, Toi, le Seigneur des vertueux, fais descendre un de Tes Soins et une de Tes Miséricordes sur ce mal pour qu’il guérisse. » Et il lui ordonna de l’exorciser avec, ce qu’il fit et il guérit. [3] Commentaire de l’imâm at-Tabarânî : Ces deux traditions [celle-ci ainsi qu’une autre que l’auteur a précédemment citée et qui sort du cadre de cette étude] n’ont été rapportées d’Abou ad-Dardâ que par cette chaîne de transmission. Al-Layth b. Sa’d s’est singularisé en les rapportant. [1] « La lithiase urinaire ou urolithiase (parfois lithiase rénale ou néphrolithiase) est une maladie caractérisée par la formation de calculs (du latin : calculus, caillou), accrétions (cristallines) solides de minéraux dissous (de la whewellite) dans l'urine et qui se forment dans les reins ou les uretères. » (Source : Wikipédia, article sur la Lithiase urinaire, daté du 03/11/2013 : http://fr.wikipedia.org/wiki/Lithiase_urinaire). Collectif al-Hanifiyyah | Le Prophète Muhammad (paix et bénédiction sur lui) a-t-il plagié le « Pater Noster » ? 5
  6. 6. D/ Al-Hâkim an-Nîsâbourî (m. 405 H.), Al-Moustadrak ‘ala as-Sahîhayne, tradition n°1272 et 7512  Tradition n°1272 Chaine de transmission : Aboû Bakr b. Ishâq le juriste -> Ahmad b. Ibrâhîm b. Milhâne -> Yahyâ b. Boukayr -> AlLayth b. Sa’d -> Ziyâdah b. Muhammad al-Ansârî -> Muhammad b. Ka’b al-Qouradhî -> Fadâlah b. ‘Oubayd Texte : Deux hommes cherchaient à guérir d’un problème d’urine, il partit avec eux [c-à-d Fadâlah le rapporteur de la tradition] chez Abou ad-Dardâ. Il lui mentionna leurs sciatiques [2]. Il dit alors : J’ai entendu l’Envoyé de Dieu dire : « Celui d’entre vous qui souffre de quelque chose ou que son frère souffre de même qu’il dise : Notre Seigneur Dieu qui es dans le ciel, Ton Nom s’est glorifié, Ton Commandement Suprême est au ciel et sur terre. Tout comme Ta Miséricorde est au ciel, fais qu’elle soit sur terre. Pardonne[2] « La sciatique (ou lombo sciatique) est une douleur suivant le territoire du nerf spinal S1 ou L5 atteint au niveau de la colonne vertébrale (rachis lombaire) ou à sa proximité immédiate. » (Source : Wikipédia, article sur la sciatique, daté du 02/11/2013 : http://fr.wikipedia.org/wiki/Sciatique). Collectif al-Hanifiyyah | Le Prophète Muhammad (paix et bénédiction sur lui) a-t-il plagié le « Pater Noster » ? 6
  7. 7. nous nos fautes et nos péchés car Tu es le Seigneur des vertueux. Fais donc descendre une de Tes Miséricordes et un de Tes Soins sur ce mal pour qu’il guérisse, si Dieu le Très Haut le veut. » » [4] Commentaire de l’imâm al-Hâkim an-Nîsâbourî : Les deux cheikhs (c’est-à-dire Boukhârî et Mouslim) ont tiré argument de tous les rapporteurs de ce hadîth excepté de Ziyâdah b. Muhammad. C’est un cheikh faisant partie des gens d’Egypte qui a rapporté peu de traditions.  Tradition n°7512 Chaine de transmission : Tâhir b. Muhammad b. al-Housayne al-Bayhaqî -> son oncle Al-Fadl b. Muhammad b. alMousayyib -> Sa’îd b. Abî Maryam -> Al-Layth b. Sa’d -> Ziyâd b. Muhammad al-Ansârî -> Muhammad b. Ka’b al-Qouradhî -> Fadâlah b. ‘Oubayd Texte : Deux hommes parmi les gens d’Irak sont venus chercher de quoi guérir leur père qui avait des problèmes pour uriner. Les gens leur ont conseillé d’aller voir Fadâlah. Les deux hommes sont allés le voir en lui mentionnant l’objet de leur visite. Celui-ci leur répondit : J’ai entendu l’Envoyé de Dieu (paix et bénédiction sur lui) dire : « Celui d’entre vous qui souffre de quelque chose ou que son frère souffre de même qu’il dise : Notre Seigneur qui es dans le ciel, Ton Nom s’est glorifié, Ton Commandement Suprême est au ciel et sur terre tout comme Ta Miséricorde est au ciel et sur terre. Pardonnenous nos fautes et nos péchés, Ô Seigneur des vertueux, fais descendre un de Tes Soins et une de Tes Miséricordes et sur ce mal pour qu’il guérisse. » [5] Commentaire de l’imâm al-Hâkim an-Nîsâbourî : C’est une tradition dont la chaîne de transmission est authentique et qu’ils n’ont pas rapportée (c-à-d Boukhârî et Mouslim). Collectif al-Hanifiyyah | Le Prophète Muhammad (paix et bénédiction sur lui) a-t-il plagié le « Pater Noster » ? 7
  8. 8. E/ An-Nasâ’î (m. 303 H.), as-Sounan al-Koubrâ, traditions n°10807 à 10810  Tradition n°10807 Chaine de transmission : ‘Abd al-Hamîd b. Muhammad -> Makhlad -> Soufyâne -> Mansour -> Talq -> Son père Texte : [Le père de Talq rapporte] qu’il avait un problème d’urine, alors il partit pour Médine et le Châm pour trouver qui pourrait le guérir. Il trouva un homme qui lui dit : Ne t’apprendrais-je pas quelques paroles que j’ai apprises de l’Envoyé de Dieu (paix et bénédiction sur lui) ? [Il lui rapporta ensuite les propos suivants :] « Notre Seigneur Dieu qui es dans le ciel, Ton Nom s’est glorifié, Ton Commandement Suprême est au ciel et sur terre. Tout comme Ta Miséricorde est au ciel, fais qu’elle soit sur terre. Pardonnenous nos fautes et nos péchés, Toi, le Seigneur des vertueux, fais descendre une de Tes Miséricordes et un de Tes Soins sur ce mal pour qu’il guérisse. » [6]  Tradition n° 10808 Chaine de transmission : Mahmoud b. Ghaylâne -> Abou Dâwoud -> Shou’bah -> Younous b. Khabbâb -> Talq b. Habîb -> un homme du Châm -> son père Collectif al-Hanifiyyah | Le Prophète Muhammad (paix et bénédiction sur lui) a-t-il plagié le « Pater Noster » ? 8
  9. 9. Texte : Un homme est venu voir le Prophète (paix et bénédiction sur lui) alors qu’il avait un problème d’urine. Le Prophète (paix et bénédiction sur lui) lui ordonna alors de dire : « Notre Seigneur Dieu Celui dont Le Nom s’est glorifié, Son Nom … » puis il relata la tradition. [7] Tradition n° 10809 Chaine de transmission : Younous b. ‘Abd al-A’lâ -> Ibn Wahb -> Al-Layth (et il mentionna quelqu’un d’autre avant) -> Ziyâdah b. Muhammad al-Ansârî -> Muhammad b. Ka’b al-Qouradhî -> Abou ad-Dardâ Texte : Un homme est venu le voir [c-à-d Abou ad-Darda] et il mentionna son père qui n’arrivait plus à uriner car il fut atteint de la lithiase urinaire. Il lui apprit alors une prière exorcisante qu’il avait entendu de l’Envoyé de Dieu (paix et bénédiction sur lui) : « Notre Seigneur qui es dans le ciel, Ton Nom s’est glorifié, Ton Commandement Suprême est au ciel et sur terre. Tout comme Ta Miséricorde est au ciel, fais qu’elle soit sur terre. Pardonne-nous nos fautes et nos péchés, Toi, le Seigneur des vertueux, fais descendre une de Tes Miséricordes et un de Tes Soins sur ce mal pour qu’il guérisse. » Et il lui ordonna de l’exorciser avec, ce qu’il fit et il guérit. [8]  Tradition n° 10810 Chaine de transmission : Ahmad b. Sa’d b. Al-Hakam b. Abî Maryam -> son oncle paternel -> Al-Layth -> Ziyâdah b. Muhammad al-Ansârî -> Muhammad b. Ka’b al-Qouradhî -> Fadâlah Collectif al-Hanifiyyah | Le Prophète Muhammad (paix et bénédiction sur lui) a-t-il plagié le « Pater Noster » ? 9
  10. 10. Texte : Deux hommes parmi les gens d’Irak sont venus et, ces derniers, cherchaient de quoi guérir leur père qui avait des problèmes d’urine. Les gens leur ont conseillé d’aller voir Abou adDardâ. Les deux hommes sont venus le voir et avec eux se trouvait Fadâlah. Ils lui mentionnèrent leur situation et Abou Dardâ dit : J’ai entendu l’Envoyé de Dieu dire : « Celui d’entre vous qui souffre de quelque chose ou que son frère souffre de même qu’il dise … » Et il mentionna à peu près la même chose. [9] F/ Al-Bazzâr (m. 292 H.), Al-Bahr az-Zakhkhâr, tradition n°4080 Chaine de transmission : Ibrâhîm -> Yahyâ b. ‘Abd Allâh -> Al-Layth -> Ziyâdah b. Muhammad -> Muhammad b. Ka’b -> Fadâlah b. ‘Oubayd Texte : Deux hommes cherchaient à guérir d’un problème d’urine, [Fadâlah] partit avec eux voir Abou ad-Dardâ qui leur dit : J’ai entendu l’Envoyé de Dieu (paix et bénédiction sur lui) dire : « Notre Seigneur qui es dans le ciel, Ton Nom s’est glorifié, Ton Autorité est au ciel et sur terre. Tout comme Ta Miséricorde est au ciel, fais qu’elle soit sur terre. Pardonnenous nos fautes et nos péchés, Toi, le Seigneur des vertueux, fais descendre une de Tes Miséricordes sur ce mal. » Ce qu’ils firent et ils guérirent. [10] Collectif al-Hanifiyyah | Le Prophète Muhammad (paix et bénédiction sur lui) a-t-il plagié le « Pater Noster » ? 10
  11. 11. Commentaire de l’imâm al-Bazzâr : Quant à cette tradition, elle fut rapportée de l’Envoyé de Dieu (paix et bénédiction sur lui) en ces termes que via cette voie. Quant à Ziyâdah b. Muhammad nous l’avons déjà mentionné précédemment. En ce qui concerne Fadâlah b. ‘Oubayd, il a rapporté ces deux traditions [nous n’avons pas mentionné l’autre tradition car H.S.] et nous les avons mentionnées en raison des défauts qui s’y trouvent car nous ne les avons appris selon l’Envoyé de Dieu (paix et bénédiction sur lui) que selon cette voie. G/ Résumé sur les chaines de transmission Le tableau suivant récapitule les chaînes de transmission de la dite tradition, de la source jusqu’au transmetteur final de la tradition : Source 1 Abou Dâwoud (m. 275 H.), Sounan n°3892 Ahmad (m. 241 H.), Mousnad n°23957 At-Tabarânî (m. 360 H.), Mou’jam alAwsat n°8636 Al-Hâkim anNîsâbourî (m. 405 H.), Moustadrak n°1272 Al-Hâkim anNîsâbourî (m. 405 H.), Moustadrak n°7512 An-Nasâ’î (m. 303 H.), Sounan al-Koubrâ n°10807 An-Nasâ’î (m. 303 H.), Sounan al-Koubrâ n°10808 An-Nasâ’î (m. 303 H.), Sounan al-Koubrâ n°10809 An-Nasâ’î (m. 303 H.), Sounan al-Koubrâ n°10810 Al-Bazzar (m. 292 H.), Mousnad n°4080 Yazîd b. Khâlid b. Mawhab b. ar-Ramlî 2 3 Al-Layth Ziyâdah b. Muhammad Aboû alYamân Abou Bakr b. Abî Maryam les cheikhs Mouttalib b. Shou’ayb ‘Abd Allâh b. Sâlih al-Layth Aboû Bakr b. Ishâq le juriste Ahmad b. Ibrâhîm b. Milhâne Tâhir b. Muhammad b. al-Housayne al-Bayhaqî 4 5 6 Fadâlah b. ‘Oubayd Abou adDardâ Ziyâdah b. Muhammad al-Ansârî Muhammad b. Ka’b alQouradhî Fadâlah b. ‘Oubayd Abou adDardâ Yahyâ b. Boukayr Al-Layth b. Sa’d Ziyâdah b. Muhammad al-Ansârî Muhammad b. Ka’b alQouradhî Fadâlah b. ‘Oubayd Al-Fadl b. Muhammad b. alMousayyib Sa’îd b. Abî Maryam Al-Layth b. Sa’d Ziyâd b. Muhammad al-Ansârî Muhammad b. Ka’b alQouradhî Fadâlah b. ‘Oubayd ‘Abd al-Hamîd b. Muhammad Makhlad Soufyâne Mansour Talq Son père Mahmoud b. Ghaylâne Abou Dâwoud Shou’bah Younous b. Khabbâb Talq b. Habîb un homme du Châm Son père Younous b. ‘Abd al-A’lâ Ibn Wahb X Al-Layth Ziyâdah b. Muhammad al-Ansârî Muhammad b. Ka’b alQouradhî Abou adDardâ Ahmad b. Sa’d b. Al-Hakam b. Abî Maryam son oncle paternel Al-Layth Ziyâdah b. Muhammad al-Ansârî Muhammad b. Ka’b alQouradhî Fadâlah Abou adDardâ Ibrâhîm Yahyâ b. ‘Abd Allâh Al-Layth Ziyâdah b. Muhammad Muhammad b. Ka’b Fadâlah b. ‘Oubayd Abou adDardâ Muhammad b. Ka’b alQouradhî Fadâlah b. 'Oubayd alAnsârî 7 8 Abou adDardâ En rouge, nous avons indiqué les transmetteurs qui posent problème. La partie suivante détaillera cet aspect. Collectif al-Hanifiyyah | Le Prophète Muhammad (paix et bénédiction sur lui) a-t-il plagié le « Pater Noster » ? 11
  12. 12. III. Critique des transmetteurs de la tradition En analysant les chaînes de transmission de la tradition dans les sources que nous avons répertoriées, nous nous rendons compte qu’elles posent toutes des problèmes en raison de la présence de certains transmetteurs qui ne sont pas jugés comme étant dignes de confiance par les traditionnistes. Cette appréciation sur certains transmetteurs n’est pas gratuite, L=loin de là. Nous la retrouvons mentionnée dans les livres spécialisés dans la science de la critique des transmetteurs et de leur agrément qu’on appelle en arabe ‘ilm al-Jarh wat-Ta’dîl. Quand nous analysons minutieusement la tradition, nous nous rendons compte qu’elle n’est au final rapportée que par deux personnes : Al-Layth b. Sa’d et Talq b. Habîb. Et nous pouvons dire qu’il n’y a réellement que deux versions. Quant à la tradition citée par l’imâm Ahmad b. Hanbal dans son Mousnad, la chaîne de transmission est raccourcie et il est indiqué que la tradition est rapportée par des cheikhs selon Fadâlah b. ‘Oubayd al-Ansârî. Bien qu’une telle chaîne de transmission soit sans valeur en raison du manque d’information sur ces cheikhs (qui sont-ils ? sont-ils honnêtes ? probes ?), nous pouvons néanmoins deviner qu’il s’agisse à peu de choses près des mêmes personnes qui sont citées dans les autres sources. Quoi qu’il en soit, la première version de la tradition rapportée par Al-Layth b. Sa’d pose problème parce que cet imâm rapporte cette tradition selon un certain Ziyâdah b. Muhammad al-Ansârî qui est considéré comme « réprouvé » dans la transmission des traditions prophétiques. Quant à la deuxième version de la tradition, elle est rapportée par Talq b. Habîb al-‘Anazî selon son père. Or, les spécialistes de la tradition n’ont pas d’information concernant son père. Est-il probe ? Est-il intègre ? Est-il honnête ? Le manque d’information sur un transmetteur rend la tradition par la même occasion douteuse et faible. Il n’est pas utile dans cet article de critiquer les autres transmetteurs de la tradition tels qu’Abou Bakr b. Abî Maryam, Younous b. Khabbâb, Yahyâ b. ‘Abd Allâh car si une seule personne est considérée comme faible dans la chaîne de transmission, c’est toute la tradition qui le devient. Nous ne nous attarderons pas à une critique exhaustive de tous les rapporteurs. Vérifions maintenant ce qui a été dit par les spécialistes autour de Ziyâdah b. Muhammad alAnsârî et du père de Talq b. Habîb al-‘Anazî. A/ Ziyâdah b. Muhammad al-Ansârî Le premier qui le critiqua, et non l’un des moindres, est l’imâm al-Boukhârî (m. 256 H.) dans son ouvrage at-Târîkh al-Kabîr (La Grande Histoire). Collectif al-Hanifiyyah | Le Prophète Muhammad (paix et bénédiction sur lui) a-t-il plagié le « Pater Noster » ? 12
  13. 13. Notice 1490 : Ziyâd b. Muhammad - selon Muhammad b. Ka'b al-Qouradhî selon Fadâlah b. 'Oubayd selon Abou ad-Dardâ. Al-Layth a également rapporté de lui. Il est réprouvé dans le hadîth. [11] Il est intéressant de souligner que l’imâm al-Boukhârî cite exactement une des chaînes de transmission que nous traitons dans cet article. Il ajoute que Ziyâd b. Muhammad (ou Ziyâdah, c’est la même chose) est réprouvé (ar : mounkar) dans la transmission des traditions prophétiques. C’est-à-dire que les traditions qu’ils rapportent sont tout simplement rejetées. Un autre traditionniste le critiqua, il s’agit de l’imâm an-Nasâ’î (m. 303 H.) dans son ouvrage ad-Dou’afâ wal-Matroukîne (les transmetteurs faibles et réprouvés dans la transmission des traditions prophétiques). Notice 233 - Ziyâdah b. Muhammad : il est réprouvé dans le hadîth. Al-Layth b. Sa’d a rapporté de lui. [12] Il est intéressant de souligner que l’imâm an-Nasâ’î, qui rapporta également la tradition que nous traitons dans cet article, considère le transmetteur Ziyâdah b. Muhammad comme étant « réprouvé » dans la transmission des traditions prophétiques. Citons maintenant l’imâm al-Mizzî (m. 654-742 H.), l’un des spécialistes les plus reconnus dans la science des transmetteurs des traditions prophétiques, dans son ouvrage Tahzîb al-Kamâl fî Asmâ ar-Rijâl (Synthèse parfaite sur les noms des transmetteurs), il affirme : Collectif al-Hanifiyyah | Le Prophète Muhammad (paix et bénédiction sur lui) a-t-il plagié le « Pater Noster » ? 13
  14. 14. Notice 2083 : Ziyâdah b. Muhammad al-Ansârî [...] al-Boukhârî, et an-Nasâ'î et Abou Hâtim ont dit : Il est réprouvé dans le hadîth. [13] Et pour finir, nous citerons l’imâm Ibn ‘Adî (m. 365 H.) dans son ouvrage Al-Kâmil fî Dou'afâ ar-Rijâl (Le complet sur les transmetteurs faibles) affirme quant à lui ceci : Le cheikh a dit [c’est-à-dire Ibn ‘Adî] : Quant à Ziyâd b. Muhammad, je ne connais de lui que deux ou trois traditions prophétiques. Et al-Layth et Ibn Lahî’ah ont rapporté de lui. Et il ne doit pas être suivi dans ce qu’il a rapporté. [14] Dans son ouvrage, l’imâm Ibn ‘Adî rapporte les transmetteurs faibles et donne ensuite les traditions jugées faibles et rapportées par le transmetteur en question et qui prouvent son point de vue. Ce qu’il faut noter ici, c’est que l’imâm donne comme exemple la tradition que nous traitons dans cet article. Elle est donc considérée comme étant faible par ce dernier. Ainsi, sur les dix sources de la dite tradition que nous avons mentionnée, sept sont réprouvées, c’est-à-dire que ces sources sont inauthentiques ! Il nous reste maintenant à traiter le cas de Habîb al-‘Anazî, le père de Talq. B/ Habîb al-‘Anazî Il n’y a en réalité aucune information concrète sur Habîb al-‘Anazî, le père de Talq. Il n’y a ni critique du transmetteur, ni agrément. Dans la science des traditions prophétiques, une telle tradition est tout simplement considérée comme faible. Collectif al-Hanifiyyah | Le Prophète Muhammad (paix et bénédiction sur lui) a-t-il plagié le « Pater Noster » ? 14
  15. 15. Le traditionniste Ibn Hajar al-‘Asqalânî (m. 852 H.), auteur du célèbre commentaire de l’Authentique de l’imâm al-Boukhârî, déclare dans son ouvrage Taqrîb at-Tahdhîb (Approche de la synthèse) : 1114 – Habîb al-‘Anazî […] C’est le père de Talq : il est inconnu. Il fait partie de la 3ème génération [c’està-dire, suivant la nomenclature de l’auteur, de la génération intermédiaire des Suivants.] [15] En d’autres termes, il y a un inconnu dans la chaîne de transmission. De fait, la tradition n°10807 rapporté par l’imâm an-Nasâ’î dans ses Sounan al-Koubrâ est faible. Cependant, il y a certainement eu une erreur lors de la transcription de la tradition par un copiste, car Talq ne l’a pas rapporté selon son père, mais selon un inconnu vivant au Châm selon le père de ce dernier… En effet, Ibn al-Athîr (m. 630 H.) rapporte dans son ouvrage Asad al-Ghâbah fî Ma’rifah asSahâbah (Le lion de la jungle dans la connaissance des Compagnons [3]) : 1062 – Habîb al-‘Anazî Il s’agit du père de Talq b. Habîb. ‘Abdâne l’a mentionné et a prétendu qu’il y a divergence dans la tradition qu’il a rapportée. Et ce qui est juste c’est plutôt ce qui a été rapporté par Ghoundar selon Shou’bah selon Younous b. Khabbâb selon Talq selon un homme du Châm selon son père qui est venu voir le Prophète (paix et bénédiction sur lui) alors qu’il avait un problème d’urine. Le Prophète (paix et [3] Les titres des ouvrages en arabe sont assez difficiles à traduire. Les auteurs musulmans ont pris l’habitude de faire rimer les titres de leurs ouvrages. Ici, Ibn al-Athîr a choisi l’image du lion car c’est le roi de la jungle. Par conséquent, il est celui qui gouverne le monde animal. En reprenant cette image, il a voulu donner à son livre le même rôle mais sur le thème des Compagnons du Prophète (paix et bénédiction sur lui). Collectif al-Hanifiyyah | Le Prophète Muhammad (paix et bénédiction sur lui) a-t-il plagié le « Pater Noster » ? 15
  16. 16. bénédiction sur lui) lui ordonna alors de dire : « Notre Seigneur Dieu qui es dans le ciel, Ton Nom s’est glorifié … ». [16] Ce qu’essaie d’expliquer ici Ibn al-Athîr, c’est que la tradition « Notre Seigneur qui es dans le ciel […] » rapportée selon Habîb al-‘Anazî lui fut attribuée par erreur. En réalité Talq ne l’a pas rapportée selon son père mais selon un homme du Châm, qui lui, la tenait de son père … Ceci sera repris mot pour mot par Ibn Hajar al-‘Asqalânî son ouvrage Al-Isâbah fî Tamyîz asSahâbah (La distinction correcte des Compagnons) [17]. Donc non seulement une des versions de la tradition fut attribuée à Habib al-‘Anazî, qui est inconnu au passage, mais elle le fut par erreur. Ainsi, correctement notée, la tradition remonterait à Talq via un inconnu du Châm qui rapporte la tradition à travers son père… C/ Résumé sur les transmetteurs problématiques Pour clore cette partie nous dirons que la tradition tourne essentiellement autour de deux transmetteurs problématiques : Ziyâdah b. Muhammad al-Ansârî et Habîb al-‘Anazî, le père de Talq. Le premier est réprouvé par les spécialistes, donc ses traditions ne sont pas acceptées. Et quant au deuxième, il est inconnu, mais en plus la tradition lui fut attribuée par erreur. Donc nous pouvons dire qu’aucune chaîne de transmission n’est authentique. Mais qu’en est-il des savants de la tradition islamique ? Comment ont-ils considéré cette tradition ? Collectif al-Hanifiyyah | Le Prophète Muhammad (paix et bénédiction sur lui) a-t-il plagié le « Pater Noster » ? 16
  17. 17. IV. L’authentification de la tradition par certains savants Après avoir vu les chaines de transmission de la dite tradition et en avoir mentionné ses faiblesses, tournons-nous maintenant vers les différents avis des savants musulmans. Il faut tout d’abord savoir que ceux qui ont rapporté la tradition dans leurs ouvrages respectifs n’entendaient pas nécessairement par là l’authentifier. En réalité, très peu de savants l’ont déclarée authentique. Parmi ceux qui l’ont authentifiée de manière catégorique, nous pouvons citer : - Al-Hâkim an-Nisâbourî qui déclare explicitement dans son Moustradrak que la chaine de transmission de la tradition est authentique et que Boukhârî et Mouslim n’ont pas rapporté [18]. - Shams ad-Dîne adh-Dhahabî (m. 748 H.) confirme Al-Hâkim dans son jugement [19]. Et puis c’est tout. Quant à ceux qui l’ont explicitement affaiblie ou indiqué la singularité de la tradition, nous pouvons citer : - Al-Bazzâr affirme dans son Mousnad que la tradition comporte des défauts et qu’elle est singulière (c’està-dire qu’elle est connue de lui que selon une voie) [20]. - At-Tabarânî affirme que la tradition est singulière et qu’il n’y a qu’al-Layth qui la rapporte [21]. - Le vérificateur du Mousnad de l’imâm al-Bazzâr, ‘Âdil b. Sa’d, confirme également la faiblesse de la tradition en mentionnant la faiblesse de deux transmetteurs (Ziyâdah b. Muhammad & Yahya b. ‘Abd Allâh) [22]. - Adh-Dhahabî affirme, en correction de ce qu’al-Hâkim avait affirmé dans son Moustadrak, que la tradition contient un rapporteur réprouvé [23]. Etant donné que la tradition est mentionnée deux fois dans le Moustadrak, il apparait que lors de la vérification de l’ouvrage par adh-Dhahabî que ce dernier se soit contredit sur la question … - Ibn ‘Adî a mentionné la tradition dans son Kâmil confirmant ainsi sa faiblesse [24]. - Al-Albânî, dans son authentification de la tradition rapportée dans les Sounan d’Abou Dâwoud, affirme que la tradition est faible [25]. - Shou’ayb al-Arnâ’out & Muhammad Kâmil Qourrah Bilalî affirment dans leur authentification des Sounan d’Abou Dâwoud que la chaine de transmission de la tradition est faible [26]. - Shou’ayb al-Arnâ’out & ‘Âdil Mourshid affirment dans leur authentification du Mousnad de l’imâm Ahmad b. Hanbal que la chaîne de transmission de la tradition est faible [27]. - Hamzah Ahmad az-Zayne, dans sa vérification du Mousnad de l’imâm Ahmad b. Hanbal, affirme la même chose [28]. Collectif al-Hanifiyyah | Le Prophète Muhammad (paix et bénédiction sur lui) a-t-il plagié le « Pater Noster » ? 17
  18. 18. V. Remarques sur le fond Après avoir critiqué les chaînes de transmission de la dite tradition, intéressons-nous maintenant au fond. Il est vrai que cette “invocation” (et non “prière” au passage, car en Islâm les termes “salât“ et “dou’a” ne sont pas synonymes) ressemble étrangement à celle que l’on retrouve dans la Bible. Avant de parler de plagiat, il serait bon de comprendre ce que l’on raconte. Les mots ont leur sens et tout leur poids. Nous lisons par exemple dans le dictionnaire en ligne Larousse : Plagiat (nom masculin) :  Acte de quelqu'un qui, dans le domaine artistique ou littéraire, donne pour sien ce qu'il a pris à l'œuvre d'un autre.  Ce qui est emprunté, copié, démarqué. [29] Ainsi, par définition, un plagiat est un copier/coller d’une source que l’on fait passer pour sienne. Est-ce que cela s’applique vraiment à la tradition qui nous intéresse ? Remettons les deux invocations dans un tableau et regardons les différences : Le Pater Noster La pseudo-tradition prophétique Notre Père qui es dans les cieux, que ton nom soit sanctifié ; que ton règne vienne ; que ta volonté soit faite, comme dans le ciel, aussi sur la terre. Donne-nous aujourd’hui le pain qu’il nous faut ; et remets-nous nos dettes, comme nous aussi nous remettons à nos débiteurs ; et ne nous induis pas en tentation, mais délivre-nous du mal. Car c'est à toi qu'appartiennent dans tous les siècles, le règne, la puissance et la gloire. Amen! Notre Seigneur Dieu qui es dans le ciel, Ton Nom s’est glorifié, Ton Commandement Suprême est dans le ciel et sur la terre. Tout comme Ta Miséricorde est au ciel, fais qu’elle soit sur terre. Pardonne-nous nos fautes et nos péchés, Toi, le Seigneur des vertueux, fais descendre une de Tes Miséricordes et un de Tes Soins sur ce mal pour qu’il guérisse. Il y a plusieurs remarques à faire. Premièrement, les termes sont tout de même complètement différents. Le mot “Père” est changé par “Seigneur Dieu”. Les termes “miséricorde”, “fautes” et les “péchés” n’apparaissent pas dans la version biblique, de même que les termes “pain”, “dettes”, “tentation” et le célèbre “Amen” n’apparaissent pas dans la pseudo-tradition prophétique. Sans compter que les conclusions sont complètement différentes, la dernière doxologie [4] est absente de la pseudotradition prophétique... Deuxièmement, la différence des termes employés conduit dans notre cas à une divergence de sens. Par exemple, dans le Pater Noster, il nous est demandé de remettre nos dettes parce que nous remettons celle des autres. Dans la pseudo-tradition prophétique, ce sens n’est pas repris. Quand nous analysons le plan du Pater Noster, nous pouvons dire qu’il suit le schéma suivant : [4] « La doxologie est une formule de louanges, le plus souvent employée dans la liturgie des différentes religions. Elle est en général exécutée en tant que finale de prières. » (Source : Wikipédia, article sur la doxologie, daté du 22/10/2013 : http://fr.wikipedia.org/wiki/Doxologie ) Collectif al-Hanifiyyah | Le Prophète Muhammad (paix et bénédiction sur lui) a-t-il plagié le « Pater Noster » ? 18
  19. 19. 1. Éloge de Dieu 2. Demande à Dieu de manifester Son Pouvoir 3. Demande de subsistance à Dieu (absent dans la pseudo-tradition prophétique) 4. Remise de nos dettes car nous remettons celle des autres (ce n’est pas le cas dans la pseudo-tradition prophétique) 5. Demande de ne pas être induit en tentation (absent de la pseudo-tradition prophétique) Or, comme nous le voyons, le plan n’est pas identique. Mais bien plus, la raison de l’institution de la prière également. Dans l’évangile de Luc, c’est suite à une demande des disciples que Jésus (paix sur lui) leur enseigne le Pater Noster. « Jésus priait un jour en un certain lieu. Lorsqu'il eut achevé, un de ses disciples lui dit: Seigneur, enseigne-nous à prier, comme Jean l'a enseigné à ses disciples. » (Luc 11 ,1) Ainsi, cette prière d’invocation a été instituée suite à une demande des disciples du Christ, car ceux-ci voulaient une prière similaire à celle des disciples de Jean-Baptiste (paix sur lui). Le Pater Noster pouvait ainsi être récité en toute circonstance. Dans la pseudo-tradition prophétique, ce n’est absolument pas le cas, les paroles doivent être récitées uniquement si quelqu’un souffre de quelque chose et ceci n’est pas à caractère obligatoire. On veut pour preuve que les musulmans, de manière générale, ne connaissent pas cette invocation. Il est bien évident que nous ne sommes pas ici en présence d’un plagiat. Certes, une ressemblance existe entre les deux, mais on ne peut, par définition, appeler cela un plagiat. Si vraiment le Prophète Muhammad (paix et bénédiction sur lui) avait plagié le Pater Noster quelque part, nous l’aurions certes retrouvé dans le Coran, source indiscutable, or ce n’est absolument pas le cas. Troisièmement, et comme nous l’avons mentionné en introduction, l’accusation de plagiat est intéressante parce qu’elle permet de mettre en évidence le manque d’objectivité et de méthodologie flagrant des détracteurs. L’allégation est d’autant plus intéressante qu’elle met en évidence l’influence des sources chrétiennes dans les sources musulmanes. Cela peut facilement s’expliquer par l’histoire. En effet, parmi les premiers convertis, il y avait de très nombreux chrétiens, et il n’est pas à exclure que lors de leur entrée en islâm, ces derniers aient gardé une partie de leur héritage passé. Le schéma suivant est très plausible : un de ces convertis a invoqué Dieu avec une prière proche de ce qu’il connaissait lorsqu’il était chrétien, mais il l’a légèrement modifiée afin qu’elle respecte le monothéisme très strict prôné par l’islâm. Puis, au fur et à mesure du temps, certains transmetteurs se sont trompés et ont attribué cette invocation remaniée du Pater Noster au Prophète (paix et bénédiction sur lui) et c’est pour cela que nous la retrouvons dans nos sources ! De fait, des traditions sont mises par erreur sur son compte et on crie aujourd’hui au plagiat ! Collectif al-Hanifiyyah | Le Prophète Muhammad (paix et bénédiction sur lui) a-t-il plagié le « Pater Noster » ? 19
  20. 20. VI. Conclusion Pour conclure sur cette allégation, nous dirons ceci : a) Concernant la critique extrinsèque (la critique des chaines de transmission), toutes les voies de transmission de la dite tradition sont faibles. Deux transmetteurs sont particulièrement mis en cause : Ziyâdah b. Muhammad al-Ansârî (réprouvé/mounkar) et Habîb al-‘Anazî (inconnu/majhoul). b) Quelques savants ont authentifié la dite-tradition. Ils ont malheureusement fait une erreur de jugement, mais l’étude minutieuse nous a montré que l’avis majoritaire penchait pour sa faiblesse. Mais bien plus, il est tout simplement impossible d’authentifier la tradition et de l’imputer au Prophète (paix et bénédiction sur lui). c) Concernant la critique intrinsèque (la critique du contenu/fond), on ne peut parler de plagiat. Les termes de la pseudo-tradition ne peuvent en aucun cas nous amener à conclure à un plagiat. Cependant, il est envisageable de parler d’influence chrétienne. Au final, il est inutile d’accuser le Prophète (paix et bénédiction sur lui) d’avoir plagié le Pater Noster des chrétiens, parce qu’il est tout simplement innocent de ce qu’on lui a imputé. Cette tradition a très certainement été amenée dans nos sources à travers les chrétiens convertis à l’islâm et qui avaient gardé leur ancien héritage. Voilà notre dernier mot sur la question ! Allâhou A’lam - Et Dieu Sait Mieux ce qu’il en est ! Tous les bienfaits proviennent de Dieu, seules les erreurs nous incombent ! Collectif al-Hanifiyyah | Le Prophète Muhammad (paix et bénédiction sur lui) a-t-il plagié le « Pater Noster » ? 20
  21. 21. VII. Bonus Game Les apologètes chrétiens qui crient au plagiat devraient faire plus attention car la même remarque pourrait leur être faite. Est-ce que le Kaddich a influencé le Pater Noster ? Qu’est-ce que le Kaddich ? Nous lisons sur Wikipédia : Le kaddich (transcription française commune) ou qaddich ou kaddish (hébreu : ‫ קדיש‬qaddich, « sanctification ») est l'une des pièces centrales de la liturgie juive et a également influencé plusieurs prières chrétiennes, dont le Notre Père. [30] Voici maintenant le texte du Kaddich [31] : # Traduction française 1 Magnifié et sanctifié soit le Grand Nom. Transcription Yitgaddal rabba vèyitqaddash sh'meh 2 dans le monde qu'il a créé selon sa volonté Bè'alma di vèrah khir'outeh vèyamlikh malkhouteh 3 et puisse-t-il établir son royaume puisse sa salvation fleurir et qu'il rapproche veytzmakh meshi'heh pourqaneh 4 son oint. 5 de votre vivant et de vos jours ‫בעלְמָא דִ י בְרא כִרעּותֵּה‬ ְ ָ ָ ְ ‫וי ַמְ לִיְך מלְכּותֵּה‬ ַ ְ viqarev be'hayekhon ouv'yomekhon 6 et [des jours] de toute la Maison d'Israël Araméen / Hébreu .‫י ִתְ גַדַ ל וי ִתְ קַדַ ׁש שמֵּה רבָא‬ ַ ְ ְ ouv'hayei dekhol bet Israël promptement et dans un temps proche ; et bè'agala ouvizman qariv ve'imrou amen 7 dites Amen. ‫ויַצְמַ ח פֻרקנֵּה וִיקָרב משיחֵּה‬ ִ ְ ֵ ָ ְ ְ ‫בחי ֵיכֹון ּובְיֹומֵיכֹון‬ ַ ְ ‫ּובחי ֵי דְ כָל בֵית יִשְראֵל‬ ָ ַ ְ ‫בעגָלָא ּובזְמַן קָריב. ואמרּו ָאמֵן‬ ְ ִ ְ ִ ִ ֲ ַ Les deux lignes suivantes sont répondues par l'assemblée des fidèles, avant d'être reprises par l'officiant : 8 Puisse son grand nom être béni yèhè sh'meh rabba mevarakh ‫יְהֵא שְ מֵּה רבָא מבָרְך‬ ַ ְ ַ 9 à jamais et dans tous les temps des mondes. le'alam oulèal'mè 'almayya ‫לעלַם ּולעלמי עלמי ָא‬ ַ ְ ָ ֵ ְ ָ ְ ָ ְ ְ ‫ויִשְתַ בַח‬ ְ ‫י ִתְ בָרְך‬ ַ Yitbarakh vèyishtabba'h vèyitpa'ar ‫וי ִתְ פַָאר‬ 10 Béni et loué et glorifié et exalté, vèyitromam ‫וי ִתְ רֹומַם‬ ְ ַ ְ ‫וי ִתְ הַדָ ר‬ ְ ‫וי ִתְ נַשֵא‬ ְ vèyitnassè vèyithaddar vèyit'alè ‫וי ִתְ עלֶה‬ 11 et élevé et vénéré et élevé et loué vèyit'hallal ‫וי ִתְ הלָל‬ ַ ְ soit le nom du Saint (transcendant), béni .‫שְ מֵּה דְ קֻדְ שָא בְריְך הּוא‬ ִ sh'meh dèQoudsha, berikh hou. 12 soit-il. ‫לעלָא (ּולעלָא מכָל) מִן כָל‬ ִ ֵ ְ ֵ ְ ‫בִרכָתָ א‬ ְ vèshirata tushbe'hata vènèkhèmata ‫וְשִ ירתָ א תֻ שבחָתָ א ונֶחמָתָא‬ ֱ ְ ְ ָ au-dessus (et au-dessus) de toutes les l'eëlla (ouleëlla mikol) min kol birkhata 13 bénédictions 14 et cantiques, et louanges et consolations qui sont dites dans le monde ; et dites 15 Amen. da'amiran bèal'ma ve'imrou amen ‫דַ אֲ מִ ירן בעלמָא. ואמרּו ָאמֵן‬ ְ ִ ְ ְ ָ ְ ָ Force est de constater que cette prière a des airs de ressemblance avec le Pater Noster. Va-t-on accuser Jésus (paix et bénédiction sur lui) d’avoir « plagié » ou de s’être inspiré cette prière juive ? Nous laissons le soin aux lecteurs de se faire leur propre opinion sur la question. Collectif al-Hanifiyyah | Le Prophète Muhammad (paix et bénédiction sur lui) a-t-il plagié le « Pater Noster » ? 21
  22. 22. Références [1] ABOU DAWOUD AS-SIJISTANI, Sounan, éditions « Bayt al-Afqâr ad-Dawliyyah lil Nashr wal Tawzî’ », Riyâd, Arabie Saoudite, p. 427, tradition n°3892 [2] AHMAD B. HANBAL, Mousnad, vérifié par Shou’ayb al-Arnâ’out & ‘Âdil Mourshid, éditions « Mou’assassate arRisâlâh », 1ère édition, 1995, tome 39, p. 379, tradition n°23957 [3] AT-TABARANI, Al-Mou’jam al-Awsat, éditions « Dar al-Haramayne », tome 8, p. 280, tradition n°8636 [4] AL-HAKIM AN-NISABOURI, al-Moustadrak ‘ala as-Sahihayne, vérifié par Moustafâ ‘Abd al-Qâdir ‘Atâ, éditions « Dâr al-Koutoub al-‘Ilmiyyâh », Beyrouth, Liban, tome 1, p. 494, tradition n°1272 [5] AL-HAKIM AN-NISABOURI, al-Moustadrak ‘ala as-Sahihayne, vérifié par Moustafâ ‘Abd al-Qâdir ‘Atâ, éditions « Dâr al-Koutoub al-‘Ilmiyyâh », Beyrouth, Liban, tome 4, p. 243, tradition n°7512 [6] AN-NASA’I, as-Sounan al-Koubrâ, éditions « Moua’ssasate ar-Risâlah », vérifié par Hasan ‘Abd al-Moun’im Salbî, 1ère édition, 2001, Beyrouth, Liban, tome 9, p. 380, tradition n°10807 [7] AN-NASA’I, as-Sounan al-Koubrâ, éditions « Moua’ssasate ar-Risâlah », vérifié par Hasan ‘Abd al-Moun’im Salbî, 1ère édition, 2001, Beyrouth, Liban, tome 9, p. 380, tradition n°10808 [8] AN-NASA’I, as-Sounan al-Koubrâ, éditions « Moua’ssasate ar-Risâlah », vérifié par Hasan ‘Abd al-Moun’im Salbî, 1ère édition, 2001, Beyrouth, Liban, tome 9, p. 380-381, tradition n°10809 [9] AN-NASA’I, as-Sounan al-Koubrâ, éditions « Moua’ssasate ar-Risâlah », vérifié par Hasan ‘Abd al-Moun’im Salbî, 1ère édition, 2001, Beyrouth, Liban, tome 9, p. 380, tradition n°10810 [10] AL-BAZZAR, al-Bahr az-Zakhkhâr (Mousnad al-Bazzâr), vérifié par ‘Âdil b. Sa’d, éditions « Maktabah al-‘Ouloum wal Hikam », 1ère édition, 1988, Médine, tome 10, p. 18-19, tradition n°4080 [11] AL-BOUKHARI, at-Târîkh al-Kabîr, tome 3, p.446, notice n°1490 [12] AN-NASA’I, ad-Dou’afâ wal-Matroukîne, p.113, notice n°233 [13] AL-MIZZI, al-Kamâl fî Asmâ ar-Rijâl, tome 9, p.533-534, notice 2083 [14] IBN ‘ADI, Al-Kâmil fî Dou'afâ ar-Rijâl, éditions « Dâr al-Koutoub al-‘Ilmiyyâh », Beyrouth, Liban, tome 4, p.145146, notice 698 [15] IBN HAJAR AL-‘ASQALANI, Taqrîb at-Tahdhîb, vérifié par Hassân ‘Abd al-Mannân, éditions « Bayt al-Afkâr adDoualiyyâh », Jordanie, p. 132, notice n°1114 [16] IBN AL-ATHIR, Asad al-Ghâbah fî Ma’rifah as-Sahâbah, « Dar al-Koutoub al-‘Ilmiyyâh », Beyrouth, Liban, tome 1, p. 679, notice n°1062 [17] IBN HAJAR AL-‘ASQALANI, Al-Isâbah fî Tamyîz as-Sahâbah, vérifié par ‘Abd Allâh b. ‘Abd al-Mouhsin at-Turkî, Le Caire, 2008, tome 2, p.467-468, notice n°1615 & tome 3, p. 90-91, notice n°2073 [18] AL-HAKIM AN-NISABOURI, al-Moustadrak ‘ala as-Sahihayne, vérifié par Moustafâ ‘Abd al-Qâdir ‘Atâ, éditions « Dâr al-Koutoub al-‘Ilmiyyâh », Beyrouth, Liban, tome 4, p. 243, tradition n°7512 [19] Ibid. Collectif al-Hanifiyyah | Le Prophète Muhammad (paix et bénédiction sur lui) a-t-il plagié le « Pater Noster » ? 22
  23. 23. [20] AL-BAZZAR, al-Bahr az-Zakhkhâr (Mousnad al-Bazzâr), vérifié par ‘Âdil b. Sa’d, éditions « Maktabah al-‘Ouloum wal Hikam », 1ère édition, 1988, Médine, tome 10, p. 19, tradition n°4080 [21] AT-TABARANI, Al-Mou’jam al-Awsat, éditions « Dar al-Haramayne », tome 8, p. 280, tradition n°8636 [22] Ibid. [23] AL-HAKIM AN-NISABOURI, al-Moustadrak ‘ala as-Sahihayne, vérifié par Moustafâ ‘Abd al-Qâdir ‘Atâ, éditions « Dâr al-Koutoub al-‘Ilmiyyâh », Beyrouth, Liban, tome 1, p. 494, tradition n°1272 [24] IBN ‘ADI, Al-Kâmil fî Dou'afâ ar-Rijâl, éditions « Dâr al-Koutoub al-‘Ilmiyyâh », Beyrouth, Liban, tome 4, p.145146, notice 698 [25] ABOU DAWOUD AS-SIJISTANI, Sounan, éditions « Bayt al-Afqâr ad-Dawliyyah lil Nashr wal Tawzî’ », Riyâd, Arabie Saoudite, p. 427, tradition n°3892 [26] ABOU DÂWOUD AS-SIJISTANI, Sounan, vérifié par Shou’ayb al-Arnâ’out & Muhammad Kâmil Qourrah Bilalî, éditions « Dâr ar-Risâlah al-‘Âlamiyyah », 1ère édition, 2009, tome 6, p. 39-40, traditions n°3892 [27] AHMAD B. HANBAL, Mousnad, vérifié par Shou’ayb al-Arnâ’out & ‘Âdil Mourshid, éditions « Mou’assassate arRisâlâh », 1ère édition, 1995, tome 39, p. 379-381, tradition n°23957 [28] AHMAD B. HANBAL, Mousnad, vérifié par Hamzah Ahmad az-Zayne, éditions « Dâr al-Hadîth », le Caire, tome 17, p.183, tradition n°22839 [29] Dictionnaire en ligne, Larousse : http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/plagiat/61301?q=plagiat#60896 [30] Source : Wikipédia, article sur le Kaddish, daté du 14/12/2013 : http://fr.wikipedia.org/wiki/Kaddish [31] Ibid. Collectif al-Hanifiyyah | Le Prophète Muhammad (paix et bénédiction sur lui) a-t-il plagié le « Pater Noster » ? 23

×