Paris

288 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
288
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
50
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Paris

  1. 1. PARISParis commune la plus peuplée et capitale de la France, chef-lieu de la région Île-de-France et unique commune-département du pays, se situe au centre du Bassinparisien, sur une boucle de la Seine, entre les confluents avec la Marne en amont etavec l’Oise en aval. Ses habitants s’appellent les Parisiens. La ville est divisée en vingtarrondissements. D’après le recensement de l’Insee1, la commune de Paris comptaitau 1er janvier 2010 plus de 2,2 millions dhabitants. Lagglomération de Paris s’estlargement développée au cours du xxe siècle, rassemblant 10,4 millions dhabitants au1er janvier 2009, et son aire urbaine comptait environ 12,2 millions dhabitants au 1erjanvier 2009. Elle est lune des agglomérations européennes les plus peuplées. Danscette ville, son importance économique et politique ne cesse de croître. Ainsi, audébut du xive siècle, Paris est la ville la plus importante de tout le monde chrétien. Auxviie siècle, elle est la capitale de la première puissance politique européenne, auxviiie siècle le centre culturel de l’Europe et au xixe siècle la capitale des arts et desplaisirs.
  2. 2. Le Bassin parisien, constitué il y a 41 millions dannées, forme un grand ensemble decouches sédimentaires successives. Cest un bassin marin épicontinental reposant surdes massifs datant du paléozoïque, les Vosges, le Massif central et le Massifarmoricain. Avec la formation des Alpes, le bassin se referme mais reste ouvert vers laManche et locéan Atlantique, préfigurant les futurs bassins fluviaux de la Loire et de laSeine. À la fin de lOligocène, le Bassin parisien devient continental. En 1911, PaulLemoine montre que le bassin est composé de strates disposées en cuvettesconcentriques puis des études approfondies sur des données sismiques, des forages etdes puits confirment les strates en cuvettes concentriques, mais avec des objetscomplexes comme des failles. Les formations du relief parisien se situent dans lescouches du Mésozoïque et du Paléogène et ont été élaborées par lérosion. Lapremière strate datant de lère tertiaire est constituée dalluvions de la Seine dépoquemoderne. Les plus anciens dépôts sont des sables et des argiles datant de létagesparnacien présent dans le 16e arrondissement dAuteuil au Trocadéro. Mais létage leplus connu est le Lutétien, riche en gypse et en calcaire. Le sous-sol parisien secaractérise par la présence de nombreuses carrières de calcaire, gypse et pierremeulière. Certaines ont été utilisées comme catacombes et forment lossuairemunicipal, dont une partie est ouverte au public. Le calcaire a été exploité jusquauxive siècle sur la rive gauche, de la place dItalie à Vaugirard, et son extraction sestaujourdhui déplacée vers lOise, à Saint-Maximin par exemple. Lexploitation du gypsea été très active à Montmartre et Bagneux.
  3. 3. Outre un réseau dense de lignes de bus et de métro, la ville est desservie par laligne de tramway T3 et plus modestement par la ligne de tramway T2 surtoutimplantée dans les Hauts-de-Seine. Paris est également desservi par le RER,réseau ferroviaire suburbain qui facilite les relations à léchelle delagglomération parisienne. Six grandes gares ferroviaires la relient à sapériphérie grâce à une quinzaine de lignes de chemin de fer de banlieue, àtoutes les villes de France et aux pays proches par le biais du TGV ou de trainsclassiques. Paris est la deuxième ville dEurope en trafic aérien de passagers en2009, et la cinquième au monde en 2008. Les deux aéroports qui accueillentlessentiel du trafic — Orly et surtout Roissy-Charles-de-Gaulle — onttransporté 83 millions de passagers en 2009 et 2,41 millions de tonnes de freten 2007. La circulation routière est très dense et souvent difficile malgré leslarges avenues tracées par Haussmann au xixe siècle qui facilitèrent alorsgrandement un trafic déjà important à cette époque. La ville est entourée par unboulevard périphérique, autoroute urbaine la plus empruntée dEuropes avec270 000 véhicules par jour. Un réseau dautoroutes urbaines en toile daraignéela relie aux banlieues périphériques et au reste du pays.En 2010, une étude place lagglomération parisienne championne dEurope desembouteillages routiers sur 109 agglomérations étudiées. Les automobilistespassent en moyenne soixante-dix heures par an dans le trafic routier. Paris alancé partiellement le 2 octobre 2011 le système de location de voitures en libreservice de courte durée. la Bluecar, voiture totalement électrique à quatre placesde 3,65 mètres de longueur, dotée dun coffre de 350 dm et dune autonomievariant de 150 à 250 kilomètres.
  4. 4. Entre 1870 et 1940, la capitale de la France prend peu à peu un nouveau visage: Paris laisse place au « Grand Paris ». Lorganisation administrative de Parisavait connu sous Napoléon III une adaptation à lévolution démographique. Maisla ville est restée ensuite enfermée dans l’enceinte de Thiers (sa limite en 1860),sans connaître de nouvelle évolution administrative. Paris, surpeuplée, nepouvant loger limportante immigration provinciale, les communespériphériques absorbent le trop-plein de lexpansion démographique liée àlexode rural et à la croissance économique de la ville : la notion contemporainede « banlieue » fait son apparition. Désormais, on parle moins de Paris que de larégion parisienne. Jusqu’alors largement négligés, de nouveaux problèmes,comme celui des transports, apparaissent. En 1961, à la demande du Généralde Gaulle, Paul Delouvrier planifie enfin lévolution urbaine et élabore laconstruction de cinq villes nouvelles et du réseau de RER. Mais cette mutationmajeure ne saccompagne pas de la création dune autorité unique, voyant aucontraire deux des trois départements de la région parisienne en constituer septqui, sils sont plus proches des habitants, dispersent également les ressourcesfiscales et les compétences politiques. Tandis que la population de la ville deParis diminue sensiblement de 1954 à 1982 (- 23,6 %), puis plus lentement à lafin du xxe siècle avant daugmenter légèrement ces dernières années, celle de labanlieue saccroît sans discontinuer depuis la fin du xixe siècle, jusquà totaliserau xxie siècle près de 80 % de la population du grand Paris.
  5. 5. En 1999, 58,1 % des appartements de Paris ne possédaient quune ou deuxpièces, et 55,4 % avaient été construits antérieurement à 1949 contre seulement3,8 % édifiés depuis 1990, sajoutant aux 10,3 % des logements parisiensdéclarés vacants, soit 136 554 sur les 1 322 540 logements de la ville. QuartierBeaugrenelle, dans le 15e arrondissement.Le logement social représente un peu plus de 17 % du parc immobilier urbain,mais ce taux moyen cache de fortes disparités dans sa répartition spatiale : lesdix premiers arrondissements du centre historique ne totalisent que 6 % deslogements sociaux de la ville, pour 23 % du parc total. Les 13e, 19e et 20e encomptaient 96 000 en 1999, soit 47 % du parc social parisien concentré dansseulement trois arrondissements. Si on ajoute les 12e, 14e, 15e et 18earrondissements, on atteint un taux de 81 % concentrés dans un croissantpériphérique du sud au nord-est de la ville. La proportion de logements sociauxcomptabilisés selon la loi SRU en 2006 varie de 1,2 % dans le 7e arrondissementà 34,1 % dans le 19e arrondissement. Entre 2001 et 2006, 23 851 logementsont été agréés dans la ville mais 88 131 Parisiens et 21 266 non-Parisiensétaient demandeurs dun logement social en 2006. La rotation des locataires estfaible en raison du niveau élevé des prix de limmobilier. Ce taux est de 10 %par an en France, 7,5 % en Île-de-France mais de seulement 5 % à Paris intra-muros. De nombreuses associations œuvrent pour trouver des solutions aumal-logement et à la précarité de personnes sans logement, Paris est laneuvième ville la plus chère du monde en ce qui concerne les prix delimmobilier de luxe : 12 600 euros/m2 en 2007. Selon une enquête du siteMeilleursAgents.
  6. 6. Mais si Paris a une image dune « ville de riches » avec une proportion declasses sociales élevées plus importante quailleurs, sa sociologie intra-murosreste en réalité très contrastée. Selon lindice de parité de pouvoir dachat, lesrevenus réels des Parisiens sont très inférieurs à leurs revenus nominaux : lecoût de la vie intra-muros est particulièrement élevé, et certains types dedenrées coûtent plus cher à Paris que dans le reste de la France. De plus, aucontraire du revenu médian, le revenu moyen cache les disparités, quelques trèshauts revenus pouvant éclipser de très bas revenus beaucoup plus nombreux.Dans le cas de Paris, le seuil des 10 % de revenus les plus hauts sélève à 50961 euros annuels, ce qui explique en partie le haut revenu moyen de lacapitale et lécart important entre le revenu moyen et le revenu médian. Lesdifférences sociales sont traditionnellement marquées entre les habitants delouest de Paris et ceux de lest. Ainsi, le revenu moyen déclaré dans le 7earrondissement, le plus élevé, était 31 521 euros par unité de consommation en2001, soit plus du double de celui du 19e arrondissement qui nétait 13 759euros, valeur proche de la médiane des revenus de la Seine-Saint-Denis de 13155 euros. Les 6e, 7e, 8e et 16e arrondissements sont classés au niveau des dixcommunes franciliennes au revenu moyen le plus élevé alors que les 10e, 18e,19e et 20e arrondissements sont au niveau des communes les plus pauvresdÎle-de-France. Certains quartiers se caractérisent par des regroupementscommunautaires : le quartier du Marais a la particularité dattirer uneimportante communauté homosexuelle à proximité de la communauté juiveashkénaze dont limplantation autour de la rue des Rosiers remonte au xiiiesiècle. Le 13e arrondissement concentre quant à lui la plus importantecommunauté asiatique dEurope dans le quartier des Olympiades.
  7. 7. La Renaissance, marquée par le roi et sa cour résidant dans le Val de Loire, nebénéficie donc guère à Paris. Malgré son éloignement, la monarchie s’inquiètede lexpansion désordonnée de la cité. Une première réglementationd’urbanisme est édictée en 1500 à propos du nouveau pont Notre-Dame, bordéde maisons uniformes de brique et de pierre de style Louis XIIc. En 1528,François Ier fixe officiellement sa résidence à Paris. Le rayonnement intellectuelsaccroît : à lenseignement de luniversité sajoute un enseignement modernetourné vers lhumanisme et les sciences exactes voulu par le roi, au Collège deFrance. Sous son règne, Paris atteint 280 000 habitants et reste la plus grandeville du monde chrétiens. Le 24 août 1572, sous Charles IX, est organisé lemassacre de la Saint-Barthélemy. On compte entre deux mille et dix millevictimesf. La Ligue catholique, particulièrement puissante dans la capitale, sedresse contre Henri III durant la Journée des barricades en 1588. Ce derniersenfuit avant dassiéger la villef. Après son assassinat, le siège est maintenu parHenri de Navarre, devenu Henri IV. La ville, pourtant ruinée et affamée, ne luiouvre ses portes quen 1594 après sa conversion. La Journée des barricadesmarque le début de la Fronde qui provoque une importante crise économique etune nouvelle défiance du roi vis-à-vis de sa capitalef. Malgré une mortalitésupérieure aux naissances, la population atteint les 400 000 habitants grâce àlimmigration provinciale. Paris est une ville misérable où règne une forteinsécurité, la légendaire cour des miracles est progressivement vidée à partir de1656 par le lieutenant-général de police Gabriel Nicolas de La Reynie. Louis XIVchoisit Versailles comme résidence en 1677, avant dy déplacer le siège dugouvernement en 1682. Colbert prend en main la gestion parisienne et fait lanavette entre Paris et Versailles.
  8. 8. Pendant la Belle Époque, lexpansion économique de Paris est importante ; en1913 la ville possède cent mille entreprises qui emploient un million douvriers.Entre 1900 et 1913, 175 cinémas sont créés à Paris, de nombreux grandsmagasins voient le jour et contribuent au rayonnement de la ville lumière. Deuxexpositions universelles laissent une large empreinte dans la ville. La tour Eiffelest construite pour lexposition de 1889 qui accueille vingt-huit millions devisiteurs. En 1910, une crue centennale de la Seine provoque lune des plusgraves inondations que la ville ait connue et cause trois milliards de francs dedégâtsc. Lors de la Première Guerre mondiale, Paris, épargnée par lescombats, subit des bombardements et des tirs de canon allemands. Cesbombardements restent sporadiques et ne constituent que des opérations àcaractère psychologiquec. Lentre-deux-guerres se déroule sur fond de crisesociale et économique. Les pouvoirs publics, pour répondre à la crise dulogement, votent la loi Loucheur qui crée les habitations à bon marché érigées àlemplacement de lancienne enceinte de Thiers. Les autres immeubles parisienssont, pour lessentiel, délabrés et constituent des foyers de tuberculose ; ladensité urbaine culmine en 1921, Paris intra-muros comptant 2 906 000habitantss. Parallèlement, des lotissements se développent partout autour de lacité, en « banlieue » où lexpansion se fait de façon anarchique, souvent enpleins champs sans réels aménagements ou équipements publicsc. Àlapproche des troupes alliées, la Résistance intérieure déclenche unsoulèvement armé le 19 août 1944. La Libération de Paris se fait le 25 août aveclentrée dans Paris de la 2e division blindée du général Leclerc, qui commandeau capitaine Raymond Dronne de percer les lignes ennemies avec sa neuvièmecompagnie.
  9. 9. Պատրաստեց Դալլաքյան Հովհաննեսը 9-3 դասարան

×