Le Magazine des internes et de l’ISNIH 
32 
Remplacements 
par les internes en 
médecine 
/·,61,+V·LQVXUJH 
GHYDQWGHVpEDXF...
Le Magazine des internes et de l’ISNIH 
33 
mais ne stipulent aucunement la né-cessité 
d’avoir validé un ratio de deux 
t...
Le Magazine des internes et de l’ISNIH 
34 
Incitation à l’installation en milieu libéral : 
Les remplacements permettent ...
Ž‡Ǧ†‡Ǧ	”ƒ…‡ǡǡ“—‹–ƒ‹‡ǥ 
‡…‘’Ž±‡–†‡”‡˜‡—’‡”‡–±‰ƒŽ‡‡–†‡ϐ‹ƒ…‡”—’”‘Œ‡–†‡”‡…Š‡”…Š‡†ƒ•Ž‡ 
…ƒ†”‡†ǯ—ƒ•–‡”ʹ”‡…Š‡”…Š‡‡...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Remplacements par les internes en médecine.

289 vues

Publié le

L'ISNIH, Inter Syndicat National des Internes des Hôpitaux, organe représentatif national des internes en médecine français de spécialité s'inquiète de la remise en cause des possiblilités de remplacements par les internes en médecine.



Remise en cause des possiblités de remplacements par les internes en médecine.



L'ISNIH, Inter Syndicat National des Internes des Hôpitaux, organe représentatif national des internes en médecine français de spécialité s'inquiète de la remise en cause des possibilités de remplacements par les internes en médecine.

L’avant-projet diffusé par le ministère de la santé en annexe propose d’allonger le nombre de semestres à valider par les internes en médecine pour pouvoir remplacer :

􀁼 5 à 6 pour les DES en 4 ans ;

􀁼 5 à 7 pour les DES en 5 ans ;

􀁼 3 à 4 semestres pour la médecine générale et la gynécologie médicale ;

􀁼 les DES de chirurgie générale et les DESC de type 2 attenants (autres spécialités chirurgicales) ainsi que la gynécologie obstétrique resteraient à 7 semestres.

Les critères de remplacement seraient créés pour 3 spécialités qui n’en disposent pas à ce jour : génétique médicale, gériatrie et réanimation médicale.

Le nombre de semestres de la spécialité à valider necessaire serait augmenté repoussant là aussi les possibilités de remplacement des internes.

Le texte propose un allongement du nombre et une modification des caractéristiques des semestres à valider par les internes en médecine pour pouvoir remplacer.

reseauprosante.fr

Publié dans : Santé & Médecine
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
289
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
8
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Remplacements par les internes en médecine.

  1. 1. Le Magazine des internes et de l’ISNIH 32 Remplacements par les internes en médecine /·,61,+V·LQVXUJH GHYDQWGHVpEDXFKHV GHSURSRVLWLRQVTXL YLVHQWjO·H[WLQFWLRQ GHVUHPSODFHPHQWVj WHUPHVSDUOHVLQWHUQHV 5HPLVHHQFDXVHGHV SRVVLELOLWpVGHUHPSODFHPHQWV SDUOHVLQWHUQHVHQPpGHFLQH /·,61,+,QWHU6QGLFDW1DWLRQDOGHV,QWHUQHVGHV+{SLWDX[RUJDQHUHSUpVHQWDWLIQDWLRQDOGHV LQWHUQHVHQPpGHFLQHIUDQoDLVGHVSpFLDOLWpV·LQTXLqWHGHODUHPLVHHQFDXVHGHVSRVVLELOLWpVGH UHPSODFHPHQWVSDUOHVLQWHUQHVHQPpGHFLQH L’avant-projet diffusé par le ministère de la santé en annexe propose d’allonger le nombre de se-mestres à valider par les internes en médecine pour pouvoir remplacer : | 5 à 6 pour les DES en 4 ans ; | 5 à 7 pour les DES en 5 ans ; | 3 à 4 semestres pour la médecine générale et la gynécologie médicale ; | les DES de chirurgie générale et les DESC de type 2 attenants (autres spécialités chirurgicales) ainsi que la gynécologie obstétrique resteraient à 7 semestres. Les critères de remplacement seraient créés pour 3 spécialités qui n’en dispo-sent pas à ce jour : génétique médicale, gériatrie et réanimation médicale. Le nombre de semestres de la spéciali-té à valider necessaire serait augmen-té repoussant là aussi les possibilités de remplacement des internes. Le texte propose un allongement du ‘„”‡‡–—‡‘†‹ϐ‹…ƒ–‹‘†‡•…ƒ”ƒ…- téristiques des semestres à valider par les internes en médecine pour pouvoir remplacer. ‡’”‘Œ‡–†‡‘†‹ϔ‹…ƒ–‹‘†‡•–‡š–‡•”±- glementaires a déclenché incompréhen-sion et une très vive émotion parmi les internes. —…—‡ Œ—•–‹ϐ‹…ƒ–‹‘ ˜ƒŽƒ„Ž‡ ǯƒ ±–± avancée pour légitimer de telles ‘†‹ϐ‹…ƒ–‹‘•Ǥ ‡• •‡—Ž• ±Ž±‡–• apportés à ce jour sont plutôt minces : | La nécessité de remettre à jour les textes datant de 1994 puisque certaines maquettes ont évolué. Cet argument est recevable pour quelques spécialités seulement. Ceci n’implique pas une révision à titre systématique de l’ensemble des critères de rem-placement. Rappelons également que les maquettes n’ont pas forcément étaient allongées pour des raisons pédagogiques (hyperspécialisation, augmentation des connaissances et compétences à acquérir) mais égale-ment pour augmenter le nombre d’internes présents dans les services représentant une main-d’oeuvre ser-vile et bon marché. | La nécessité d’avoir validé les deux tiers de sa maquette pour rem-placer. Cette allégation ne s’appuie sur aucune législation française ou euro-péenne comme cela a pu être avancé. L’article R.4131-1 et son annexe 41-1 du Code de la Santé Publique détaille les durées de formation indispensables relook AVM.indd 32 06/06/2012 23:16:10
  2. 2. Le Magazine des internes et de l’ISNIH 33 mais ne stipulent aucunement la né-cessité d’avoir validé un ratio de deux tiers de la maquette pour l’ensemble des spécialités. | La comparaison avec le modèle européen. Les systèmes de formation en Europe ne sont pas comparables, cependant les internes en médecine français remplacent à niveau d’études égal. La comparaison n’est donc pas recevable. | L’augmentation du nombre de litiges devant les juridictions par les internes remplaçants. Aucune donnée objective n’a pu être commu-niquée sur ce point par l’Ordre na-tional des médecins. Par ailleurs, les assureurs médicaux n’observent pas d’augmentation des litiges et ceux-ci restent tout à fait exceptionnels. Nous faisons également remarquer que les contrats Responsabilités Civiles Pro-fessionnelles des internes en médecine sont offerts par les assureurs. Nous sommes donc dans la plus grande incompréhension. Pourquoi ˜‘—Ž‘‹” ‘†‹ϐ‹‡” Ž‡• ”°‰Ž‡• ‡ ’”‘- fondeur aujourd’hui ? La possibilité de remplacer pour les internes en médecine est indispens-able au fonctionnement du système de santé actuel. Pourquoi ? 'pPRJUDSKLHPpGLFDOH La pénurie actuelle de médecins rend illusoire une telle mesure ! Les internes qui remplacent pallient le manque de méde-cins dans certaines zones sous-denses. La forte demande des médecins de villes pour trouver des médecins remplaçants le montre bien. De la même façon, comment nos aînés pourront-ils se détacher à l’avenir de leurs activités médicales pour se ˆ‘”‡”ȋ†‹•’‘•‹–‹ˆ†‡±˜‡Ž‘’’‡‡–”‘ˆ‡••‹‘‡Ž‘–‹—Ȍ‘—–‘—–•‹’Ž‡‡–’ƒ”–‹”‡˜ƒ…ƒ…‡•ǫǯ”†”‡†‡•±†‡…‹• souligne lui-même que l’effectif global des médecins remplaçants n’augmente plus depuis quelques années et que le nombre des remplaçants de moins de 40 ans est même en diminution, malgré l’arrivée de promotions de jeunes diplômés plus impor-tantes du fait du relèvement du numerus clausus. Au vu de ces données, il est évident que limiter le temps de remplace-ment des internes en médecine ne pourra aboutir qu’à une baisse du nombre de remplaçants disponibles avec les conséquences qui en découlent. relook AVM.indd 33 06/06/2012 23:16:12
  3. 3. Le Magazine des internes et de l’ISNIH 34 Incitation à l’installation en milieu libéral : Les remplacements permettent de découvrir un nouveau mode d’exercice. Aujourd’hui, il est impossible d’accéder à des stag-es en cabinets de villes pendant l’internat, excepté pour la médecine générale. Ceci correspondra pourtant aux conditions d’exercice de bon nombre de jeunes médecins une fois installés. Les stages en établissements hospitaliers privés commencent seulement à être agréés - et encore timidement - face aux bouleversements idéologiques engendrés. Les remplacements participent largement à une installation en libéral choisie et réussie : moment privilégié où l’interne peut travailler au contact de nombreux médecins différents et choisir en connaissance de cause son futur lieu d’exercice, son futur outil de travail, ses futurs confrères. Assurer la permanence et la continuité des soins : L’interne remplaçant participe activement à l’offre de soins. Il est souvent sollicité pour effectuer des gardes ou des astreintes dans le secteur libéral et est un maillon indispens-able du bon fonctionnement du système de soins. Complément de formation des jeunes médecins : « Des jeunes médecins bien formés, pour des patients bien soignés », tel est le slogan du Livre Blanc de l’ISNIH pour le prochain quinquennat. Le remplacement est une opportunité pour compléter sa formation initiale et comme le soulignait l’Ordre des médecins dans son atlas de la démographie médicale française en 2011, il est « indispensable de faire connaître ce mode d’exercice durant les études » pour acquérir une formation initiale complète. Il permet l’acquisition de compétences qui ne sont pas ou peu enseignées à l’hôpital public : | Acquisition d’une autonomie d’exercice supplémentaire indispensable à l’exercice en responsabilité à terme. | L‹‹–ƒ–‹‘†‡ŽǯŠ›’‡”•’±…‹ƒŽ‹•ƒ–‹‘‡•‡‹‰±‡ƒ—‡–Žǯؒ‹–ƒŽ’—„Ž‹…ǣŽ‡•’”‘ϐ‹Ž•’ƒ–‹‡–•ǡŽ‡•’ƒ–Š‘Ž‘‰‹‡•ǡŽ‡•‘†‡• †‡’”‹•‡‡…Šƒ”‰‡‡–Žǯ‘”‰ƒ‹•ƒ–‹‘†‡Žƒϐ‹Ž‹°”‡†‡•‘‹••‘–‘”‹‰‹ƒ—š‡–†‹ˆˆ±”‡–•†‡…‡—š”‡…‘–”±•Šƒ„‹–—‡ŽŽ‡‡– au cours de cursus de formation des internes et correspondent à ce que sera l’exercice futur de la majorité des jeunes médecins. | Découverte du mode d’exercice libéral et du système de santé privé qui est à terme le mode d’exercice de la majorité des jeunes médecins qui s’installeront. Complément de revenus : Les remplacements permettent d’apporter un complément de revenus aux internes en médecine et d’envisager plus sereine-ment leurs projets professionnels comme personnels. ‡•±‘Ž—‡–••‘–•‘—˜‡–Œ—‰±•‹•—ˆϐ‹•ƒ–•’ƒ”Ž‡•‹–‡”‡•‡±†‡…‹‡…‘’–‡–‡—†—‹˜‡ƒ—†ǯ±–—†‡•‡–†‡•”‡•’‘- sabilités importantes qu’ils engagent dans leur exercice de la médecine. Nous soulignons également que les revalorisations ont été plus que modestes malgré la charge de travail et les responsabilités croissantes demandées aux internes en méde- …‹‡Ǥ‡–‡ŽŽ‡‡•—”‡”‹•“—‡†‡‡––”‡‡†‹ˆϐ‹…—Ž–±•ϐ‹ƒ…‹°”‡•Ž‡•‹–‡”‡•‡±†‡…‹‡“—‹”‡’Žƒ…‡–ƒ…–—‡ŽŽ‡‡–‡– †‡†‹‹—‡”Ž‡—”‹˜‡ƒ—†‡˜‹‡Ǣ’ƒ”–‹…—Ž‹°”‡‡–’‘—”Ž‡••—„†‹˜‹•‹‘•‘•…‘–”ƒ‹–‡ϐ‹ƒ…‹°”‡••‘–Ž‡•’Ž—•±Ž‡˜±‡•ǣ
  4. 4. Ž‡Ǧ†‡Ǧ ”ƒ…‡ǡǡ“—‹–ƒ‹‡ǥ ‡…‘’Ž±‡–†‡”‡˜‡—’‡”‡–±‰ƒŽ‡‡–†‡ϐ‹ƒ…‡”—’”‘Œ‡–†‡”‡…Š‡”…Š‡†ƒ•Ž‡ …ƒ†”‡†ǯ—ƒ•–‡”ʹ”‡…Š‡”…Š‡‡’ƒ”ƒŽŽ°Ž‡†‡•±–—†‡•†‡±†‡…‹‡’—‹•“—‡Ž‡•ϐ‹ƒ…‡- ‡–•ƒŽŽ‘—±•…‡Œ‘—”•‘–‹•—ˆϐ‹•ƒ–•Ǥ relook AVM.indd 34 06/06/2012 23:16:13
  5. 5. Le Magazine des internes et de l’ISNIH 35 /HVUHPSODFHPHQWVFRUUHVSRQGHQWjXQH[HUFLFHPpGLFDOSDUWLFXOLHUUpDOLVpHQFRQQDLV- sance de cause par les internes en médecine. | L’activité des médecins remplaçants est particulière : les internes remplaçants s’intéressent à la pratique courante et non à l’hyper-spécialité et ont déjà validé un nombre important de stages de leur spécialité avant de remplacer. | La majorité des internes en médecine sont amenés à prendre en charge, souvent seuls, les patients dont ils ont la responsabilité pendant leurs stages. Rappelons que la majorité de ces stages sont réalisés en CHU c’est-à-dire en …‡–”‡†‡†‡—š‹°‡˜‘‹”‡†‡–”‘‹•‹°‡”‡…‘—”•ǡŽ²‡‘•’ƒ–‹‡–••‘–Ž‡•’Ž—•Ž‘—”†•‡–Ž‡•’Ž—•†‹ˆϐ‹…‹Ž‡•’”‡†”‡ en charge. Là encore, l’interne est souvent seul à prendre les décisions. | Les internes en médecine remplaçants sont très rarement mis en cause par les juridictions ordinale, pénale ou civile. Ces cas restent anecdotiques à ce jour. L’interne en médecine qui remplace engage sa responsabilité pénale et civile et le fait donc en connaissance de cause. ©/·DPDOJDPHIDLWDYHFODSUREOpPDWLTXHGX UHPSODFHPHQWFRPPHPRGHG·H[HUFLFHª /·DPDOJDPHIDLWDYHFODSUREOpPDWLTXHGXUHPSODFHPHQWFRPPHPRGHG·H[HUFLFH Le nombre de médecins choisissant le remplacement comme mode d’exercice fait débat. Nous soulignons que ces consi-dérations sont totalement déconnectées des possibilités de remplacements par les internes en médecine puisqu’elles ne concernent que la possibilité de remplacer pendant l’internat. Pourquoi une telle réforme alors ? La balle est dans le camp de nos décideurs politiques. Nous sommes convaincus qu’ils sauront faire les bons choix. /·,61,+VHSRVLWLRQQHGHODPDQLqUHVXLYDQWH | ƒ‹–‹‡ †‡ Žƒ ’‘••‹„‹Ž‹–± †‡ ”‡’Žƒ…‡” ’‘—” Ž‡• ‹–‡”‡• ‡ ±†‡…‹‡ •ƒ• ‘†‹ϐ‹…ƒ–‹‘ ±…ƒ‹“—‡ ‡– arbitraire du nombre de semestres à valider. | Evolution des critères de remplacement pour les maquettes qui ont évolué et pour lesquelles les textes sont obsolètes. | Création de critères de remplacements pour les spécialités qui n’en disposent pas actuellement : génétique Jean-Christophe FAIVRE Secrétaire général et Porte parole de l’ISNIH Interne des Hôpitaux de Nancy en oncologie radiothérapie médicale, gériatrie, réanimation médicale. relook AVM.indd 35 06/06/2012 23:16:14

×