1.L’introduction du son au cinémaCinéma BAC 203.10.2012http://arba-cinema.blogspot.com/
Singin’ in the rain (Stanley Donen & Gene Kelly, 1952)
Début du cinéma sonore :Le Chanteur de Jazz (Alan Crosland, 1927)Mais :- Expériences et tentatives pour unir l’image ciném...
L’arrivée du sonimplications technologiques et économiques mais aussi stylistiques, auniveau du langage cinématographique...
Alfred Hitchcock (1933) : “I was greatly interested in music and films in thesilent days, and I have always believed that ...
1927-1931 : coexistence de différents procédés“sound-on-film” /“sound-on-disc”
Difficultés techniques des premières années :-micros omnidirectionnels, très sensibles et pas faciles à bouger-emplacement...
L’arrivée du son crée des barrières linguistiques, et rend plus difficilel’exportation internationale des films.Dans un pr...
Bac2 2012 02
Bac2 2012 02
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Bac2 2012 02

1 258 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 258
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
1 023
Actions
Partages
0
Téléchargements
6
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Bac2 2012 02

  1. 1. 1.L’introduction du son au cinémaCinéma BAC 203.10.2012http://arba-cinema.blogspot.com/
  2. 2. Singin’ in the rain (Stanley Donen & Gene Kelly, 1952)
  3. 3. Début du cinéma sonore :Le Chanteur de Jazz (Alan Crosland, 1927)Mais :- Expériences et tentatives pour unir l’image cinématographique à du sonmécaniquement reproduit (phonographes) depuis les débuts du cinéma(voir Dickson & Edison)- ! Le cinéma muet n’était pas un cinéma “sans son”
  4. 4. L’arrivée du sonimplications technologiques et économiques mais aussi stylistiques, auniveau du langage cinématographiqueAu début :- beaucoup de réalisateurs craignaient que les longues séquences dedialogue élimineraient la flexibilité des mouvements de caméra et dumontage du cinéma muet- méfiance de la part de l’avant-garde : cinéma muet comme la forme la pluspure de cinéma
  5. 5. Alfred Hitchcock (1933) : “I was greatly interested in music and films in thesilent days, and I have always believed that the coming of sound openedup a great opportunity. The accompanying music came at last under thecontrol of the people who made the picture”.
  6. 6. 1927-1931 : coexistence de différents procédés“sound-on-film” /“sound-on-disc”
  7. 7. Difficultés techniques des premières années :-micros omnidirectionnels, très sensibles et pas faciles à bouger-emplacement des micros limite l’action (le mouvement des acteurs, maisaussi des caméras)-caméras dans des cabines insonorisées-prise de vue avec multiples caméras-pas de mixage possible-….--> Singin’ in the Rain
  8. 8. L’arrivée du son crée des barrières linguistiques, et rend plus difficilel’exportation internationale des films.Dans un premier temps : impossibilité du doublage (pas possible de séparer lesdifférentes pistes du son) / sous-titres sont rejetés (ils distraient)Solution pendant la période 1927-1931 : multiples versionsA partir de 1931 : les techniques de mixage ont beaucoup évolué et permettentde mixer la bande son originelle avec des nouvelles voix. Le doublage et lesous-titrage deviennent les normes pour la distribution internationale des films(jusqu’à aujourd’hui)Bibliographie :Rick Altman, Silent Film Sound, Columbia University Press, New York, 2004.Michel Chion, Le son au cinéma, Editions de lEtoile/Cahiers du Cinéma, coll."Essais", Paris, 1985.Michel Chion, UN ART SONORE, LE CINÉMA, Cahiers du Cinéma, coll. Essais,Paris, 2003.

×