Jeunes diplômés : 
un job malgré la crise 
Lors de la crise, les jeunes 
diplômés ont été les actifs 
les plus touchés par...
LUNDI 20 SEPTEMBRE 2010 plus 
20 www.metrofrance.com 
Sachez bien utiliser 
les réseaux sociaux 
Facebook, Viadéo… les jeu...
LUNDI 20 SEPTEMBRE 2010 plus 
“L’Angleterre 
offre plus 
de chances” 
“C’est avec Erasmus au pays 
de Galles que j’ai eu l...
!" plus www.metrofrance.com 
!"#$% &' ()*+),-.) &'/' 
“PENDANT L’ENTRETIEN, 
RESTEZ SPONTANÉ !” 
Savoir mettre en valeur s...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Dossier jeunes diplômés metro paris

305 vues

Publié le

e

Publié dans : Ingénierie
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
305
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
10
Actions
Partages
0
Téléchargements
4
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Dossier jeunes diplômés metro paris

  1. 1. Jeunes diplômés : un job malgré la crise Lors de la crise, les jeunes diplômés ont été les actifs les plus touchés par le chô-mage en France. Mais depuis la fin de l’année 2009, une tendance se con-firme : le chômage des 15- 24 ans recule (- 0,8 points). Une amélioration qui cependant reste fragile. “Malgré tout, je suis moins pessimiste pour l’em-ploi jeune qu’à la même date l’an dernier, indique Christian Darantière, direc-teur délégué de l’Afi. Il y a des signes très timides de reprise de l’embauche, ce qui permet de freiner la chute.” Pour Mathieu Plane, économiste à l’OCDE (Organisation de coopéra-tion et de développement économiques), si le taux de chômage a légèrement baissé, c’est à cause de la reprise des emplois intéri-maires et des petits bou-lots : “Les jeunes sont cinq fois plus représentés dans les emplois précaires. Les entreprises restent frileuses et préfèrent embaucher des intérimaires.” Autre phéno-mène : les 15-24 ans sont souvent prêts à accepter des postes en dessous de leurs compétences. “Prendre un emploi non qualifié entraîne un risque de déclassement. C’est ensuite beaucoup plus dur de remonter au niveau de son diplôme. Il faut faire atten-tion à ne pas rester trop longtemps dans son petit boulot”, conseille Christian Darantière. Mais ne pas accepter un “petit boulot” peut entraîner des soucis financiers. En dessous de 25 ans, très peu de jeunes diplômés ont en effet accès au RSA (revenu de solidarité active), car il faut avoir tra-vaillé En France Le taux de chômage, par tranche d’âge… deux ans à temps 50 % plein dans les trois der-nières années, ce qui est rarement le cas des jeunes sortant des études. LES DOSSIERS de Population la plus fragile face au chômage, les jeunes diplômés sont aussi les premiers touchés par la crise Avec la légère reprise de ces derniers mois, leur avenir pourrait s’éclaircir Qu’en est-il vraiment ? N. DEBOT!DUCLOYER WWW.METROFRANCE.COM CORBIS Depuis la fin 2009, le chômage des 15-24 ans recule. metrofrance.com supplément LUNDI "# SEPTEMBRE "#$# “Faire du bénévolat quand on est jeune diplômé et sans emploi permet d’élargir son réseau relationnel et professionnel.” CHRISTIAN DARANTIÈRE, DIRECTEUR DE L’AFIJ 0 23,3 8,4 6,1 !"#$% &'( !"#$% &'( ") &'( *+ + !e SEMESTRE !"#" $ L’INSEE. Retrouvez l’intégralité du dossier sur notre site metrofrance.com/ jeunesdiplomes
  2. 2. LUNDI 20 SEPTEMBRE 2010 plus 20 www.metrofrance.com Sachez bien utiliser les réseaux sociaux Facebook, Viadéo… les jeunes diplômés ont tout intérêt à les exploiter pour leur recherche d’emploi Mais attention, il y a des règles à respecter • FACEBOOK, COPAINS D’AVANT… Etudiants, jeunes diplô-més… La majorité des 15- 24 ans a un profil Facebook. Entre photos de soirée et réelle motivation d’em-bauche, mieux vaut faire at-tention à ne pas raconter toute sa vie sur son “wall”. “ Je conseille d’avoir deux profils : un professionnel et un pour les amis”, préco-nise Frédéric Canevet, res-ponsable de conseil-marketing. fr. S’il est vrai que Facebook regroupe 20 millions de Français, ce n’est pas pour autant plus facile de trouver la bonne personne à contacter pour un emploi. “Le mieux est de combiner les réseaux so-ciaux en utilisant aussi Co-pains d’avant, par exemple, pour recréer un réseau”, continue Frédéric Canevet. Les anciens camarades d’école peuvent alors deve-nir des professionnels inté-ressants. Un jeune diplômé croit souvent ne pas avoir de réseaux. C’est faux. Sur les réseaux sociaux, il re-trouvera toujours quelqu’un qu’il connaît. • LES RÉSEAUX SOCIAUX PROS Pour une recherche d’em-ploi dans les règles, mieux vaut opter pour des réseaux sociaux professionnels. “Au-jourd’hui, c’est devenu une étape incontournable. Les jeunes diplômés doivent constituer et animer un ré-seau Internet sur du long terme”, conseille Nicholas Vieuxloup, porte-parole de viadeo.fr. Dès sa première année d’études, il ne faut pas hésiter à créer son pro-fil avec une photo, son cur-sus scolaire, sa participation à des projets… Tous les moyens sont bons pour se présenter. “Un profil pauvre et jamais renouvelé a peu de chances d’être contacté”, constate Nicholas Vieuxloup. Plus international, le ré-seau professionnel Linkedln regroupe des employeurs du monde entier. Pour ceux qui souhaitent trouver du travail à l’étranger et plus spécialement aux Etats- Unis, ce réseau est très effi-cace. Autre site : Xing.fr, plateforme d’origine alle-mande qui permet égale-ment de rentrer en contact avec les recruteurs d’outre- Rhin. Que ce soit pour pos-tuler en France ou ailleurs, participer à un réseau social implique des codes à respec-ter : “Il faut appliquer les mêmes règles de politesse que dans la vraie vie, insiste Nicholas Vieuxloup, on dit bonjour, s’il vous plaît, au revoir.” Les réseaux sociaux peuvent faciliter la recherche d’emploi. CORBIS CV VIDÉO OU CV CLASSIQUE QUEL EST LE PLUS EFFICACE ? Le CV vidéo n’est pas tou-jours un exercice facile à réaliser. Mieux vaut parfois privilégier le bon vieux CV écrit. Jacques Froissant, fon-dateur du cabinet de recru-tement Altaïde, donne ses conseils. • LE CV VERSION “ÉCRITE” Pour qui ? Pour tous. Des jeunes di-plômés aux seniors. Comment l’envoyer ? Par mail. Il est beaucoup plus facile de les transférer dans les services de l’entre-prise sous cette forme. Les CV “écrits” sont-ils gardés ? Beaucoup d’entreprises ont des bases de données où les CV sont stockés. Combien de temps le recru-teur prend-il pour le lire ? Il le lit en à peine une mi-nute. Si c’est un CV bien écrit, il voit ce qui l’inté-resse tout de suite. • LE CV VIDÉO Pour qui ? Principalement, pour les métiers de l’informatique mais, attention, il faut être très bon en graphisme et à l’aise avec le maniement de la vidéo. Quels sont les risques du CV vidéo ? C’est le risque d’être très mauvais. Seulement cinq ou six candidats se démar-quent par an. Combien de temps le recru-teur prend-il pour le lire ? Il faut au moins trois mi-nutes pour lire un CV vi-déo. C’est plus long que de lire un CV normal. Faut-il se lancer dans le CV vidéo ? Le CV dit “classique” fonc-tionne encore bien. Le CV vidéo n’intéresse pas spé-cialement les recruteurs. RECUEILLIS PAR N.D.!D A vos blogs ! FILON. Pour se faire connaître, un blog est une bonne vitrine. Poster ses travaux réalisés pen-dant ses études, ses pro-jets, son CV sur son blog permet à un employeur de mieux connaître son éventuel futur employé. “Il faut savoir se faire dé-sirer en tant que produit et utiliser tous les canaux virtuels qui existent”, insiste Frédéric Canevet, responsable de conseil-marketing. fr. Et souvent ça marche, comme Elisa qui s’est vu proposer un entretien d’embauche à la suite de l’ouverture de son blog. “Le réseau virtuel est un moyen de nouer des relations effica-cement”, commente-t-elle. Et pour les jeunes diplômés, utiliser Inter-net est rarement un pro-blème. Alors, à vos blogs ! RECUEILLIS PAR N.D.!D Zoom DR N. DEBOT!DUCLOYER WWW.METROFRANCE.COM Et Twitter ? A la première approche Twitter ne paraît pas très simple d’utilisation. Une fois le langage assimilé – beaucoup d’informations en très peu de mots –, il peut s’utiliser pour faire part de son actualité professionnelle en temps réel. Beaucoup d’offres d’emploi dans le domaine de l’informatique et de l’Internet sont d’abord postées sur Twitter puis sur les sites d’offres d’emploi. Il suffit juste de suivre (“follow” en langage Twitter) les bonnes personnes. 5 % Sur 200 000 personnes inscrites à viadeo.fr, 5 % d’entre elles sont des jeunes diplômés. Un cadre sur deux parisien est inscrit sur viadeo.fr. Linkedln compte 70 millions de membres. “Je conseille d’avoir deux profils : un pro et un pour les amis.” FRÉDÉRIC CANEVET, RESPONSABLE DE CONSEILMARKETING.FR “Si un CV est bien écrit, l’employeur voit ce qui l’intéresse tout de suite.” JACQUES FROISSANT DR
  3. 3. LUNDI 20 SEPTEMBRE 2010 plus “L’Angleterre offre plus de chances” “C’est avec Erasmus au pays de Galles que j’ai eu le coup de coeur pour la Grande-Bre-tagne. Je suis quand même rentrée en France pour faire un master de traduction à Lille mais ça ne me plaisait pas vraiment et je suis re-partie tenter ma chance dans une université an-glaise l’année d’après”, pré-cise Lucie. “J’ai obtenu mon master de traduction et d’interprétariat en 2007 à l’université de Bath. En-suite, pendant dix mois j’ai travaillé comme serveuse avant de trouver le job de mes rêves ! Je suis désor-mais traductrice chez Sony. L’Angleterre donne plus de chances aux jeunes diplô-més et c’est pour ça que je suis restée. J'ai vu les oppor-tunités qui se présentaient à la sortie de mon master et je me suis dit : ‘Jamais je trouverais ça en France, sur-tout à la sortie de la fac.’ Ici, quand tu as un di-plôme anglais et que ta DR langue maternelle est le français, tu as forcément un job à la clé. Et puis, les sa-laires sont bien plus élevés et les possibilités d’évolu-tion aussi. Si je décidais de rentrer travailler en France, il faudrait d'abord que je consacre plusieurs mois à ma réintégration à la cul-ture française !” N.D!D 22 www.metrofrance.com Partir à l’étranger, la bonne pioche ? Pascal, !" ans, est parti travailler au Canada avant de revenir en France Lucie, !# ans, travaille depuis deux ans en Grande-Bretagne Parcours croisés de jeunes diplômés qui ont choisi de s’expatrier Ces secteurs qui recrutent Le recrutement des jeunes diplômés redémarre timide-ment mais pas pour tous les métiers. Metro a demandé à Laurence Bricteux, direc-trice marketing du site de recherche d’emploi en ligne Monster, quels sont les sec-teurs qui embauchent le plus en ce moment. • LE SECTEUR DE L’ÉNERGIE L’énergie est un gros pour-voyeur d’emplois mais il existe peu de diplômes dans le domaine. Les entreprises de l’énergie embauchent souvent des jeunes qui ont un diplôme d’ingénieur et qui ont fait une spécialisa-tion dans l’énergie. • LES SECTEURS EN RECHERCHE DE “JEUNES PROFILS” On n’y pense peu mais le commerce en ligne recrute beaucoup de candidats. Pas besoin d’avoir énormé-ment d’expérience pour ces types de postes, les di-plômes demandés sont gé-néralement moins élevés que dans le secteur du com-merce “classique”. La santé et le tourisme embauchent également beaucoup de jeunes diplô-més. Selon les études sui-vies (du BEP au master), les embauchés ont souvent moins de 25 ans. • LES SECTEURS DITS “CLASSIQUES” Les métiers de la finance, de la banque et aussi de la communication n’hésitent pas à embaucher des jeunes diplômés. Avant d’être défi-nitivement installés dans l’entreprise, ils ont souvent effectué un stage et un ou plusieurs CDD. “Une entrée classique dans ces secteurs”, selon Laurence Bricteux. Les collectivités territo-riales bénéficient égale-ment d’un grand vivier de jeunes tout juste sortis de leur formation. Ces derniers ont souvent été stagiaires au sein de la collectivité avant d’être embauchés. Du côté des grandes en-treprises, le recrutement des jeunes diplômés re-prend. S’ils ont peu d’expé-rience, ce n’est pas forcément un problème car les entreprises les intègrent souvent dans des processus de recrutement afin de les former. N.D!D “Le Canada m’a rendu plus mobile” “En mai 2009, je suis parti de Marseille pour aller à Montréal. J’avais obtenu mon diplôme de master en économie des entreprises depuis deux ans et demi et je travaillais comme con-seiller de clientèle dans une agence bancaire. J’ai dé-marré dans la vie active tout de suite après l’université et j’ai ressenti le besoin de vi-vre une expérience à l’étran-ger pour découvrir autre chose”, explique Pascal. “Le déclic est venu d’un ami d’enfance qui était parti au Canada avec un visa permis vacances travail (PVT). Ce visa autorise un Français à travailler un an partout au Canada. Là-bas j’ai fait quelques petits bou-lots via des agences d’inté-rim. Vivre à Montréal m’a permis de partager une co-location avec des Québé-cois, des Mexicains et des Français. J’ai passé des mois inoubliables. Je n’étais pas parti dans l’esprit d’immi-grer mais plutôt pour faire une pause. S’il est vrai qu’au Canada, les salaires sont plus élevés à un niveau d’études équivalent, il faut décrocher ses diplômes dans le pays d’accueil pour pouvoir prétendre à des postes à responsabilité, et les universités coûtent très cher. Je suis rentré en France en décembre 2009 et j’ai trouvé du travail rapide-ment dans une compagnie d’assurances à Lyon. Travail-ler au Canada m’a rendu plus mobile et je suis proba-blement plus adaptable maintenant.” N.D!D “Il faut décrocher ses diplômes dans le pays d’accueil pour pouvoir prétendre à des postes à responsabilité.” PASCAL DR “Ici, si tu as un diplôme anglais et que tu parles français, tu trouves forcément un job.” LUCIE En chiffres Ils embauchent les jeunes diplômés. 19 6 3 1 "#$%&'#" !"#$%&'!( )O&(++('!( ,-"%&'$,&!-" ./'!,$+&$'( 71 Pascal, 27 ans, jeune diplomé, a travaillé au Canada pour acquérir de l’expérience. Lucié, 27 ans. !""# $ INSEE En pourcentage
  4. 4. !" plus www.metrofrance.com !"#$% &' ()*+),-.) &'/' “PENDANT L’ENTRETIEN, RESTEZ SPONTANÉ !” Savoir mettre en valeur son CV, bien négocier son premier salaire... Amélie Fray, responsable des res-sources humaines pour Leroy Merlin, nous conseille pour passer avec succès l’étape de l’entretien d’embauche Comment préparer son pre# mier entretien d$embauche ? Il est crucial que le jeune diplômé se renseigne sur l’entreprise. Il doit faire le point sur les métiers et les postes proposés, et mettre en relation son parcours et son expérience profession-nelle par rapport au poste auquel il postule. Recherchez-vous des candidats via les réseaux sociaux ? Nous comptons en fait beaucoup sur les réseaux sociaux traditionnels. Notre sourcing reste avant tout les sites d’emploi et de recrutement. La cooptation est également un moyen de recruter. Comment le jeune diplômé peut-il mettre son peu d’expérience en valeur aux yeux du recruteur ? Dans un CV, il ne faut jamais oublier la partie “centres d’intérêt”. Au cours de l’entretien d’em-bauche, si le jeune n’a pas d’expérience profession-nelle, il pourra néanmoins partager ses expériences sportives ou associatives. Il témoignera ainsi de qualités comme l’esprit d’initiative, d’ouverture, d’adaptabilité et de sou-plesse, ce qui facilitera, pour le recruteur, la mise en perspective sur le poste. Avoir eu des expériences professionnelles aupara-vant est bien sûr toujours un plus sur une candida-ture, même si ce sont des jobs d’été. Comment un jeune diplômé doit#il se comporter en entretien d$embauche ? Mieux vaut rester simple, sincère et spon-tané. Un jeune trop sûr de lui, alors qu’il n’a que peu d’expérience, ne sera pas forcément bien perçu par le recruteur. Si lors d$un entretien un candidat panique, quels conseils lui donneriez#vous ? Le tout premier entretien peut être parfois anxiogène. Le candidat doit continuer de montrer son intérêt pour le poste, rester concentré, à l’écoute, et reformuler les questions s’il ne com-prend pas. Combien de temps dure un entretien au sein de votre entreprise ? Tout dépend des régions et du poste, mais cela va généralement de 45 minutes à une heure. Comment bien négocier son premier salaire ? Ce n’est surtout pas une question à aborder de prime abord avec le recru-teur ! C’est mieux pour le candidat d’aborder la ques-tion à la fin de l’entretien et, si possible, d’attendre que le recruteur la pose. A compétences égales, qu$est#ce qui fait, pour vous, la différence entre deux candidats ? L’esprit d’entreprise, le goût de l’autonomie et le sens des responsabilités feront la différence. Une ouverture d’esprit et la volonté de grandir au sein de l’entreprise sont aussi très importantes. La mobilité géographique est#elle un atout chez un jeune diplômé ? La mobilité ouvre un champ des possibles important. Je conseille d’avoir une vraie réflexion sur la mobilité, elle permet d’évoluer plus facilement au sein d’une entreprise. “Mieux vaut aborder la question de la rémunération en fin d’entretien.” AMÉLIE FRAY “Un jeune trop sûr de lui, alors qu’il n’a que peu d’expérience, ne sera pas forcément bien vu par le recruteur.” AMÉLIE FRAY N. DEBOT!DUCLOYER WWW.METROFRANCE.COM NICOLAS RICHOFFER/METRO Amélie Fray, responsable des ressources humaines. Salaires de débutants, quelques exemples Faire son stage aux... Nations unies ASSOCIATION. Pour un jeune sans relations, ni vraies ressources finan-cières, partir à l’étranger pour effectuer un stage dans une organisation internationale, comme l’ONU, reste un rêve inaccessible. Créée en 2010, l’association ARIEtta souhaite faire bouger les choses. Elle se donne pour but d’aider les jeunes à découvrir l’univers de ces grandes structures prestigieuses. ARIEtta, imaginée par la Mission des fonction-naires internationaux, souhaite, à terme, deve-nir un vivier pour facili-ter la relève des Français servant dans les organisa-tions internationales. Fin 2010, ARIEtta espère être en mesure d’offrir une di-zaine de bourses à des jeunes, en master II, ayant candidaté et étant retenus par une organisa-tion pour y faire un stage de quatre à six mois. N.D.!D Plus d’infos www.arietta.fr et www.diplomatie.gouv.fr/mfi En bref CORBIS • Secrétariat de direction Rémunération globale brute : 23 430 euros par an. Niveau de diplôme : BTS, licence ou maîtrise. La connaissance d’une ou de plusieurs langues étran-gères est importante. • Assistant marketing Rémunération globale brute : 24 280 euros par an. Niveau de diplôme : master dans une école de commerce ou une école d’ingénieurs. • Ingénieur technico-commercial Rémunération globale brute : 32 890 euros par an. Niveau de diplôme : BTS ou DUT. • Assistant achat Rémunération globale brute : 21 000 euros par an. Niveau de diplôme : BTS, licence ou master dans une école de com-merce ou d’ingénieur. C’est une fonction très accessible aux jeunes diplômés. • Assistant export Rémunération globale brute : 20 540 euros par an. Niveau de diplôme : licence ou master dans une école de commerce ou d’ingénieurs. • Assistant RH Rémunération globale brute : 21 620 euros par an. Niveau de diplôme : mas-ter 1 ou 2 dans une école de commerce, à l’univer-sité ou dans un IEP (insti-tut d’études politiques) • Juriste d’entreprise Rémunération globale brute : 30 150 euros par an. Niveau de diplôme : master 1 ou master 2 avec une spécialisation dans le domaine d’activité de l’en-treprise. N.D.!D Infos sur www.guide-des-salaires. com. Les nouveaux chiffres de l’Apec sur les jeunes diplômés pour "##$ paraîtront le "$ septembre. BANQUE ET ASSURANCE COMMERCE RESSOURCES HUMAINES JURIDIQUE

×