Serge JAEGGY candidat aux élections législatives dans la 2ème circonscriptionCheminot, syndicaliste, conseiller prud’homma...
celui de la sécurité sociale est la cause directe de plusieurs centaines de milliers de chômeurssupplémentaires.Les servic...
La productivité des salariés français est une des plus importantes du monde mais cela fait dénormesdégâts. Beaucoup vont a...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Serge jaeggy pourquoi je suis candidat

418 vues

Publié le

Publié dans : Actualités & Politique
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
418
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Serge jaeggy pourquoi je suis candidat

  1. 1. Serge JAEGGY candidat aux élections législatives dans la 2ème circonscriptionCheminot, syndicaliste, conseiller prud’hommalDominique MORICONI, suppléanteCantons de Guebwiller- Rouffach- Wintzenheim- Munster- Kaysersberg-Lapoutroie- Ribeauvillé- Ste Marie aux Mines. Pourquoi je suis candidat pour le Front de Gauche ? En qualité de militant syndical cheminot, juge prudhomale et représentant de parents délèves dans le lycée de mon fils je constate tous les jours quil nous faut une prolongation politique à nos engagements, tout en gardant lindépendance de lun part rapport à lautre. Sil ny a pas de perspective politique, ça sert à quoi de se battre ? On a pu le constater lors des débats sur les retraites qui ont donné lieu fin 2010 à des manifestations de masse à lappel de tous les syndicats. Malgré une mobilisation exceptionnelle le gouvernement Sarkozy/Fillon nest pas revenu sur ses décisions de nous faire travailler plus longtemps alors que de nombreux jeunes nont pas de travail ou se retrouvent dans la précarité. Il est nécessaire et vital de donner des prolongations politiques à laction syndicale pour que le monde du travail soit écouté et entendu. Je constate tous les jours que lattente du mouvement social est énorme pour quune autre politique se mette en place. Une politique où lhumain doit passer avant le fric, une politique où lintérêt général prime sur celui des affaires. Il faut augmenter les salaires pour créer de lemploi : Peut-on vivre avec un SMIC qui dépasse à peine les 1000 € par mois à temps plein ? Comment font ceux qui travaillent à temps partiel, avec un SMIC partiel ? Comment font ceux qui se retrouvent seul, avec un enfant à charge et qui ont des loyers exorbitants ? Le slogan de Sarkozy travailler plus pour gagner plus a engendré dun coté un chômage de masse et de lautre une détérioration des conditions de vie et de travail. La défiscalisation des heures supplémentaires qui coûtent très cher au budget de lEtat mais aussi à
  2. 2. celui de la sécurité sociale est la cause directe de plusieurs centaines de milliers de chômeurssupplémentaires.Les services publics souffrent :Les besoins les plus élémentaires de la population sont énormes.Transports :On nous parle du grenelle de lenvironnement mais les plans Fret de la SNCF jettent des centainesde milliers de camions supplémentaires sur la route.En 5 ans 860 emplois dans le Fret SNCF ont disparu sur notre région.On est très loin de lobjectif affiché où Gayssot était le ministre des transports du gouvernementJospin et qui prévoyait de doubler le FRET SNCF.Le TGV train qui pourrait rapprocher les gens nest pas accessible à tout le monde.Education :Non assistance aux élèves en difficulté.Léducation souffre de suppression de 66 000 enseignants depuis larrivé de Sarkozy. Pas un seulvillage de notre territoire nest épargné et un vent de révolte se lève. La vallée de Munster a su semobiliser contre les suppressions de classe. Plusieurs centaines de personnes nont pas hésité àbraver le froid et à manifester dans les rues de Munster, pourtant les gens ont pour linstantmajoritairement voté à droite.Les RASED qui sadressent aux enfants en difficultés sont les 1 er touchés par ces choix.Et les fonds sociaux des collèges et lycées qui permettaient aux parents denvoyer leur gamin à lacantine ou en classe verte ne sont plus approvisionnés depuis la rentrée.Ce sont toujours les mêmes qui en font les frais, pourtant largent coule à flot dans le monde desaffaires.La santé :On nous dit quil manque du personnel soignant mais les départs en retraite ne sont pas remplacés.La décision dogmatique des élus UMP et Modem de ne remplacer quun fonctionnaire sur deux quipart à la retraite fait également des ravages à lhôpital.Ma fille qui a fini ses études dinfirmières a passé par 2 contrats CDD avant de passer stagiaire de lafonction publique hospitalière.Les salariés du secteur privé sont-ils épargnés par cette politique ?Je constate tous les jours quils sont les 1ères victimes dun pouvoir qui réduit leur droit au sein delentreprise.Alors quun salarié nest pas au même pied dégalité que son patron puisquil vend sa force detravail.
  3. 3. La productivité des salariés français est une des plus importantes du monde mais cela fait dénormesdégâts. Beaucoup vont au travail avec la boule au ventre, les liens sociaux se disloquent, les salairessont à la traine.Mon engagement au conseil des prud’hommes :Depuis 2007 les conseils de Guebwiller et Sélestat ont été supprimés. La justice séloigne de plus enplus des citoyens et il devient de plus en plus difficile de se défendre.Et depuis janvier 2012 il faut payer un timbre fiscal de 35 € pour aller aux prudhommes même sicest pour récupérer une attestation pour le Pôle emploi alors que souvent faute de cette attestationle salarié ne perçoit pas dallocation chômage.Et si on va en appel cest 135 € supplémentaire quil faut débourser.Au conseil des prudhommes je vois les ravages que subissent les salariés. Convention collectivesnon appliquées, flexibilité à outrance, précarité puis un jour un licenciement abusif.Avec le Front de Gauche, faisons le choix de la résistance et de lavenir.Tous ensemble construisons dautres perspectives où lhumain sera la priorité.

×