II. De nombreuses formes; une seule correction

181 vues

Publié le

Un Cours en Miracles - Le Texte
UCEM
Chapitre 26 - LA TRANSITION

Publié dans : Spirituel
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
181
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

II. De nombreuses formes; une seule correction

  1. 1. Chapitre 26 LA TRANSITION II. De nombreuses formes; une seule correction (1) Il n’est pas difficile de comprendre les raisons pour lesquelles tu ne demandes pas au Saint-Esprit de résoudre tous les problèmes pour toi. Il n’a pas une plus grande difficulté à en résoudre certains que d’autres. Tous les problèmes sont les mêmes pour Lui, parce que chacun est résolu exactement sous le même angle et par la même approche. Les aspects qui ont besoin d’être résolus ne changent pas, quelle que soit la forme que le problème semble prendre. Un problème peut apparaître sous de nombreuses formes, et il le fera tant que le problème durera. Il ne sert à rien de tenter de le résoudre sous une forme particulière. Il reviendra et reviendra encore et encore, jusqu’à ce qu’il ait trouvé réponse pour toujours et ne surgisse plus sous aucune forme. Et alors seulement en es-tu délivré.
  2. 2. Chapitre 26 LA TRANSITION II. De nombreuses formes; une seule correction (2) Le Saint-Esprit t’offre délivrance de chaque problème que tu penses avoir. Ils sont les mêmes pour Lui parce que chacun, peu importe la forme qu’il semble prendre, est une demande que quelqu’un subisse une perte et fasse un sacrifice pour que tu puisses gagner. Et quand la situation est résolue de façon que personne ne perde, le problème disparaît, parce que c’était une erreur de perception qui a maintenant été corrigée. Une erreur n’est pas plus difficile pour Lui à porter à la vérité qu’une autre. Car il y a une seule erreur : toute l’idée que la perte est possible, et qu’il pourrait en résulter un gain pour qui que ce soit. Si cela était vrai, alors Dieu serait inéquitable; le péché serait possible, l’attaque justifiée et la vengeance juste.
  3. 3. Chapitre 26 LA TRANSITION II. De nombreuses formes; une seule correction (3) Cette seule erreur, sous toutes ses formes, a une seule correction. Il n’y a pas de perte; penser qu’il y en a est une erreur. Tu n’as pas de problèmes, bien que tu penses en avoir. Et pourtant tu ne pourrais pas penser ainsi si tu les voyais disparaître un à un, sans égard à la taille, la complexité, le lieu et le temps, ni aucun des attributs que tu perçois et qui font paraître chacun différent des autres. Ne pense pas que les limites que tu imposes à ce que tu vois puissent limiter Dieu en aucune façon.
  4. 4. Chapitre 26 LA TRANSITION II. De nombreuses formes; une seule correction (4) Le miracle de la justice peut corriger toutes les erreurs. Chaque problème est une erreur. C’est une injustice faite au Fils de Dieu, et par conséquent il n’est pas vrai. Le Saint-Esprit n’évalue pas les injustices comme grandes ou petites, ou plus ou moins. Elles n’ont pas de propriétés pour Lui. Ce sont des erreurs dont souffre le Fils de Dieu, mais inutilement. Alors Il retire les épines et les clous. Il ne S’arrête pas pour juger si la blessure est grande ou petite. Il porte un seul jugement : que blesser le Fils de Dieu doit être inéquitable et que par conséquent il n’en est rien.
  5. 5. Chapitre 26 LA TRANSITION II. De nombreuses formes; une seule correction (5) Toi qui crois plus sûr de ne donner que certaines erreurs à corriger tout en gardant les autres pour toi, souviens-toi de ceci : la justice est totale. Une justice partielle, cela n’existe pas. Si le Fils de Dieu est coupable, alors il est condamné et il ne mérite aucune miséricorde du Dieu de justice. Mais ne demande pas à Dieu de le punir parce que tu le trouves coupable et voudrais qu’il meure. Dieu t’offre les moyens de voir son innocence. Serait-il équitable de le punir parce que tu ne veux pas regarder ce qu’il y a à voir? Chaque fois que tu gardes un problème pour le résoudre toi-même, ou juges que c’en est un qui n’a pas de résolution, tu l’as rendu grand et sans espoir de guérison. Tu nies que le miracle de la justice puisse être équitable.
  6. 6. Chapitre 26 LA TRANSITION II. De nombreuses formes; une seule correction (6) Si Dieu est juste, alors il ne peut y avoir de problèmes que la justice ne puisse résoudre. Mais tu crois que certaines injustices sont équitables et bonnes, et nécessaires pour te préserver toi-même. Ce sont ces problèmes dont tu penses qu’ils sont grands et qu’ils ne peuvent être résolus. Car il y a ceux dont tu veux qu’ils subissent une perte, et il n’en est pas un à qui tu souhaites d’être entièrement préservé du sacrifice. Considère encore une fois ta fonction particulière. L’un t’est donné pour que tu voies en lui sa parfaite impeccabilité. Et de lui tu ne demanderas aucun sacrifice parce que tu ne pourrais pas avoir pour volonté qu’il subisse une perte. Le miracle de justice que tu appelles reposera sur toi aussi sûrement que sur lui. Et le Saint- Esprit ne sera pas satisfait non plus jusqu’à ce qu’il ait été reçu par chacun. Car ce que tu Lui donnes est à tous, et par toi le donnant Il peut S’assurer que chacun le reçoit également.
  7. 7. Chapitre 26 LA TRANSITION II. De nombreuses formes; une seule correction (7) Pense, donc, comme ta propre délivrance sera grande quand tu seras désireux de recevoir la correction pour tous tes problèmes. Tu n’en garderas pas un, car de la douleur, sous toutes ses formes, tu ne voudras plus. Et tu verras chaque petite blessure résolue sous le doux regard du Saint-Esprit. Car toutes sont petites à Ses yeux et ne valent pas plus qu’un minuscule soupir avant que de disparaître et d’être à jamais défaites et oubliées. Ce qui auparavant semblait être un problème particulier, une erreur sans remède, ou une affliction incurable, a été transformé en bénédiction universelle. Le sacrifice a disparu. Et à sa place l’Amour de Dieu peut remonter à la mémoire, Qui dissipera tout souvenir de sacrifice et de perte.
  8. 8. Chapitre 26 LA TRANSITION II. De nombreuses formes; une seule correction (8) Le souvenir de Dieu ne peut pas revenir jusqu’à ce que la justice soit aimée au lieu de crainte. Il ne peut être injuste envers qui ou quoi que ce soit, parce qu’il connaît que tout ce qui est Lui appartient, et sera à jamais tel qu’il l’a créé. Tout ce qu’il aime ne peut être que sans péché et au-delà de l’attaque. Ta fonction particulière ouvre grand la porte derrière laquelle la mémoire de Son Amour. est gardée parfaitement intacte et non profanée. Et tout ce que tu as besoin de faire, c’est de souhaiter que le Ciel te soit donné au lieu de l’enfer, et chaque verrou et chaque barrière qui semblaient tenir la porte solidement barrée et verrouillée tomberont et disparaîtront tout simplement. Car ce n’est pas la Volonté de ton Père que tu offres ou reçoives moins qu’il n’a donné, quand Il t’a créé dans l’amour parfait.

×