Chapitre 28
LE DÉFAIRE DE LA
PEUR
II. Renverser effet et
cause (1)
Sans une cause, il ne peut y avoir
d’effets; et pourtan...
Chapitre 28
LE DÉFAIRE DE LA
PEUR
II. Renverser effet et
cause (2)
La paternité est création. L’amour doit être
étendu. La...
Chapitre 28
LE DÉFAIRE DE LA
PEUR
II. Renverser effet et
cause (3)
Toujours, dans la maladie, le Fils de
Dieu essaie de fa...
Chapitre 28
LE DÉFAIRE DE LA
PEUR
II. Renverser effet et
cause (4)
Rien du tout n’est arrivé, sauf que
tu t’es toi-même en...
Chapitre 28
LE DÉFAIRE DE LA
PEUR
II. Renverser effet et
cause (5)
Une réserve vide, avec une porte ouverte,
contient tous...
Chapitre 28
LE DÉFAIRE DE LA
PEUR
II. Renverser effet et
cause (6)
Ce monde est sans cause, comme
chaque rêve que quiconqu...
Chapitre 28
LE DÉFAIRE DE LA
PEUR
II. Renverser effet et
cause (7)
Le miracle établit que tu fais un rêve, et que
son cont...
Chapitre 28
LE DÉFAIRE DE LA
PEUR
II. Renverser effet et
cause (8)
La séparation a commencé par le rêve que
le Père était ...
Chapitre 28
LE DÉFAIRE DE LA
PEUR
II. Renverser effet et
cause (9)
C’est l’étape finale de la séparation,
par laquelle le ...
Chapitre 28
LE DÉFAIRE DE LA
PEUR
II. Renverser effet et
cause (10)
Comme chaque leçon que le Saint-Esprit
demande que tu ...
Chapitre 28
LE DÉFAIRE DE LA
PEUR
II. Renverser effet et
cause (11)
Le miracle te retourne la cause de la peur,
à toi qui ...
Chapitre 28
LE DÉFAIRE DE LA
PEUR
II. Renverser effet et
cause (12)
Ce monde est plein de miracles. Ils se
tiennent en un ...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

II. Renverser effet et cause

181 vues

Publié le

Un Cours en Miracles - Le Texte
UCEM
Chapitre 28 - LE DÉFAIRE DE LA PEUR

Publié dans : Spirituel
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
181
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

II. Renverser effet et cause

  1. 1. Chapitre 28 LE DÉFAIRE DE LA PEUR II. Renverser effet et cause (1) Sans une cause, il ne peut y avoir d’effets; et pourtant, sans effets, il n’y a pas de cause. La cause est faite cause par ses effets : le Père est un Père par Son Fils. Les effets ne créent pas leur cause, mais ils en établissent la causation. Ainsi, le Fils donne Paternité à son Créateur, et reçoit le don qu’il Lui a fait. C’est parce qu’il est le Fils de Dieu qu’il doit aussi être un père, qui crée comme Dieu l’a créé. Le cercle de la création n’a pas de fin. Son commencement et sa fin sont les mêmes. Mais il tient en lui-même l’univers de toute création, sans commencement et sans une fin.
  2. 2. Chapitre 28 LE DÉFAIRE DE LA PEUR II. Renverser effet et cause (2) La paternité est création. L’amour doit être étendu. La pureté n’est pas confinée. C’est la nature de l’innocent d’être à jamais incontenu, sans barrière ni limitation. Ainsi la pureté n’est pas du corps. Pas plus qu’elle ne peut se trouver là où est une limitation. Le corps peut être guéri par ses effets, qui sont illimités comme elle l’est elle-même. Or toute guérison doit venir du fait que l’esprit est reconnu comme n’étant pas au-dedans du corps; et son innocence est tout à fait à part de lui, là où est toute guérison. Où, donc, est la guérison? Seulement là où ses effets à sa cause sont donnés. Car la maladie est une tentative in-signifiante pour donner des effets au sans-cause, et faire qu’il soit une cause.
  3. 3. Chapitre 28 LE DÉFAIRE DE LA PEUR II. Renverser effet et cause (3) Toujours, dans la maladie, le Fils de Dieu essaie de faire de lui-même sa cause, et ne se permet pas d’être le Fils de son Père. Pour ce désir impossible, il ne croit pas qu’il est l’Effet de l’Amour, et croit qu’il doit être une cause à cause de ce qu’il est. La cause de la guérison est la seule Cause de tout. Elle n’a qu’un Effet. Et dans cette re-connaissance, aucun effet n’est donné au sans-cause et aucun n’est vu. Un esprit au-dedans d’un corps et un monde d’autres corps, chacun ayant un esprit séparé, sont tes «créations», à toi l’«autre» esprit, créant avec des effets différents de toi-même. Et étant leur «père», tu dois être comme eux.
  4. 4. Chapitre 28 LE DÉFAIRE DE LA PEUR II. Renverser effet et cause (4) Rien du tout n’est arrivé, sauf que tu t’es toi-même endormi et que tu as fait un rêve dans lequel tu étais étranger à toi-même et n’étais qu’une partie du rêve de quelqu’un d’autre. Le miracle ne te réveille pas mais il te montre simplement qui est le rêveur. Il t’enseigne qu’il existe un choix de rêves tant que tu dors encore, selon le but que tu donnes à rêver. Souhaites-tu des rêves de guérison, ou des rêves de mort? Un rêve est comme un souvenir en ceci qu’il représente ce que tu voulais qu’il te soit montré.
  5. 5. Chapitre 28 LE DÉFAIRE DE LA PEUR II. Renverser effet et cause (5) Une réserve vide, avec une porte ouverte, contient tous tes lambeaux de souvenirs et de rêves. Or si tu es le rêveur, tu perçois au moins ceci : que tu as causé le rêve, et peux aussi bien en accepter un autre. Mais pour ce changement dans le contenu du rêve, il faut se rendre compte que c’est toi qui as rêvé le rêve que tu n’aimes pas. Ce n’est qu’un effet que tu as causé, et tu ne voudrais pas être la cause de cet effet. Dans les rêves de meurtre et d’attaque, tu es la victime dans un corps mis à mort. Mais dans les rêves de pardon, il n’est demandé à personne d’être la victime et celui qui souffre. Ce sont les rêves heureux que le miracle échange contre les tiens. Il ne te demande pas d’en faire un autre; seulement de voir que c’est toi qui as fait celui que tu échangerais contre cela.
  6. 6. Chapitre 28 LE DÉFAIRE DE LA PEUR II. Renverser effet et cause (6) Ce monde est sans cause, comme chaque rêve que quiconque a fait dans le monde. Il n’y a pas de plans possibles et il n’existe pas de dessein qui puisse être trouvé et compris. À quoi d’autre pourrait-on s’attendre d’une chose qui n’a pas de cause? Or si elle n’a pas de cause, elle n’a pas de but. Tu peux causer un rêve, mais jamais tu ne lui donneras d’effets réels. Car cela en changerait la cause, et c’est cela que tu ne peux pas faire. Le rêveur d’un rêve n’est pas éveillé, mais il ne sait pas qu’il dort. Il voit des illusions de lui-même étant malades ou bien portantes, déprimées ou heureuses, mais sans une cause stable avec des effets garantis.
  7. 7. Chapitre 28 LE DÉFAIRE DE LA PEUR II. Renverser effet et cause (7) Le miracle établit que tu fais un rêve, et que son contenu n’est pas vrai. C’est une étape cruciale dans l’approche des illusions. Nul n’en a peur quand il perçoit qu’il les a inventées. La peur était maintenue en place parce qu’il ne voyait pas qu’il était l’auteur du rêve, et non une figure dans le rêve. Il se donne à lui- même les conséquences qu’il rêve avoir donné à son frère. Et c’est seulement cela que le rêve a rassemblé et lui a offert, pour lui montrer que ses souhaits ont été accomplis. Ainsi il craint sa propre attaque, mais il la voit dans les mains d’un autre. En tant que victime, il souffre de ses effets, mais non de leur cause. Il n’est pas l’auteur de sa propre attaque, et il est innocent de ce qu’il a causé. Le miracle ne fait rien que lui montrer qu’il n’a rien fait. Ce qu’il craint est cause sans les conséquences qui en feraient une cause. Ainsi cela n’a jamais été.
  8. 8. Chapitre 28 LE DÉFAIRE DE LA PEUR II. Renverser effet et cause (8) La séparation a commencé par le rêve que le Père était privé de Ses Effets, et impuissant à les garder puisqu’il n’était plus leur Créateur. Dans le rêve, le rêveur s’est fait lui-même. Mais ce qu’il a fait s’est retourné contre lui, prenant le rôle de son créateur, comme le rêveur l’avait fait. Et de même qu’il haïssait son Créateur, de même les figures du rêve l’ont haï. Son corps est leur esclave, qu’ils maltraitent parce qu’ils ont fait leurs les motifs qu’il lui a donnés. Et ils le haïssent pour la vengeance qu’il voudrait leur offrir. C’est leur vengeance sur le corps qui semble prouver que le rêveur ne pouvait pas être le faiseur du rêve. Effet et cause sont d’abord coupés l’un de l’autre, puis renversés, de sorte que l’effet devient une cause; et la cause, l’effet.
  9. 9. Chapitre 28 LE DÉFAIRE DE LA PEUR II. Renverser effet et cause (9) C’est l’étape finale de la séparation, par laquelle le salut, qui va dans l’autre sens, commence. Cette étape finale est un effet de ce qui s’est passé auparavant, apparaissant comme une cause. Le miracle est la première étape pour redonner à la cause la fonction de causation, et non d’effet. Car cette confusion a produit le rêve et tant qu’elle durera le réveil sera craint. Et l’appel au réveil ne sera pas entendu non plus, parce qu’il semble être l’appel à la peur.
  10. 10. Chapitre 28 LE DÉFAIRE DE LA PEUR II. Renverser effet et cause (10) Comme chaque leçon que le Saint-Esprit demande que tu apprennes, le miracle est clair. Il démontre ce qu’il voudrait que tu apprennes et te montre que ses effets sont ce que tu veux. Dans Ses rêves de pardon, les effets des tiens sont défaits, et les ennemis haïs perçus comme des amis aux intentions miséricordieuses. Leur inimitié est maintenant vue comme étant sans cause, parce qu’ils ne l’ont pas faite. Et tu peux accepter le rôle de faiseur de leur haine, parce que tu vois qu’elle n’a pas d’effets. Maintenant tu es libéré de cette partie-là du rêve ; le monde est neutre et les corps qui semblent encore se mouvoir comme des choses séparées n’ont plus besoin d’être craints. Ainsi ils ne sont pas malades.
  11. 11. Chapitre 28 LE DÉFAIRE DE LA PEUR II. Renverser effet et cause (11) Le miracle te retourne la cause de la peur, à toi qui l’as faite. Mais il te montre aussi que, n’ayant pas d’effet, ce n’est pas une cause, parce que la fonction de la causation est d’avoir des effets. Là où les effets ont disparu, il n’y a pas de cause. Ainsi le corps est guéri par les miracles parce qu’ils montrent que l’esprit a fait la maladie et a employé le corps pour être victime, ou effet, de ce qu’il a fait. Or la moitié de la leçon n’enseigne pas le tout. Le miracle est inutile si tu apprends seulement que le corps peut être guéri, car ce n’est pas cette leçon qu’il est venu enseigner. La leçon, c’est que l’esprit était malade qui a pensé que le corps pouvait être malade; de projeter sa culpabilité n’a rien causé, et n’a pas eu d’effets.
  12. 12. Chapitre 28 LE DÉFAIRE DE LA PEUR II. Renverser effet et cause (12) Ce monde est plein de miracles. Ils se tiennent en un radieux silence à côté de chaque rêve de douleur et de souffrance, de péché et de culpabilité. Ils sont l’alternative du rêve, le choix d’être le rêveur plutôt que de nier le rôle actif dans l’invention du rêve. Ils sont les joyeux effets d’avoir ramené la conséquence de la maladie à sa cause. Le corps est délivré parce que l’esprit reconnaît que «cela ne m’est pas fait, mais c’est moi qui le fais». Et l’esprit est ainsi libre de faire un autre choix à la place. En commençant ici, le salut changera le cours de chaque pas dans la descente vers la séparation, jusqu’à ce qu’il soit revenu sur chaque pas, que l’échelle ait disparu et que tout le rêve du monde soit défait.

×