Chapitre 25
LA JUSTICE DE DIEU
III. Perception et
choix (1)
Dans la mesure où tu estimes la
culpabilité, dans cette mesure...
Chapitre 25
LA JUSTICE DE DIEU
III. Perception et
choix (2)
Les lois de Dieu ne s’appliquent pas
directement à un monde qu...
Chapitre 25
LA JUSTICE DE DIEU
III. Perception et
choix (3)
La perception repose sur le choix; la
connaissance, pas. La co...
Chapitre 25
LA JUSTICE DE DIEU
III. Perception et
choix (4)
Il y a un autre Faiseur du monde, le
Correcteur simultané de l...
Chapitre 25
LA JUSTICE DE DIEU
III. Perception et
choix (5)
Il y a un autre but dans le monde que l’erreur
a fait, parce q...
Chapitre 25
LA JUSTICE DE DIEU
III. Perception et
choix (6)
Chacun ici est entré dans les ténèbres, or nul
n’y est entré s...
Chapitre 25
LA JUSTICE DE DIEU
III. Perception et
choix (7)
Comment une malperception peut-elle
être un péché? Laisse tout...
Chapitre 25
LA JUSTICE DE DIEU
III. Perception et
choix (8)
Le Faiseur du monde de douceur a le parfait
pouvoir de contreb...
Chapitre 25
LA JUSTICE DE DIEU
III. Perception et
choix (9)
Le Fils de Dieu ne pourrait jamais
pécher, mais il peut souhai...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

III. Perception et choix

112 vues

Publié le

Un Cours en Miracles - Le Texte
UCEM
Chapitre 25 - LA JUSTICE DE DIEU

Publié dans : Spirituel
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
112
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

III. Perception et choix

  1. 1. Chapitre 25 LA JUSTICE DE DIEU III. Perception et choix (1) Dans la mesure où tu estimes la culpabilité, dans cette mesure tu percevras un monde dans lequel l’attaque est justifiée. Dans la mesure où tu reconnais que la culpabilité est in-signifiante, dans cette mesure tu percevras que l’attaque ne peut pas être justifiée. Ceci s’accorde avec la loi fondamentale de la perception : tu vois ce que tu crois qu’il y a là, et tu crois que c’est là parce que tu veux que ce le soit. La perception n’a pas d’autre loi que celle-là. Le reste ne fait qu’en découler, pour la maintenir et lui offrir un support. C’est la forme perceptuelle, adaptée à ce monde, de la loi de Dieu plus fondamentale : que l’amour se crée lui- même, et rien que lui-même.
  2. 2. Chapitre 25 LA JUSTICE DE DIEU III. Perception et choix (2) Les lois de Dieu ne s’appliquent pas directement à un monde que la perception gouverne, car un tel monde n’aurait pas pu être créé par l’Esprit pour lequel la perception n’a aucune signification. Or Ses lois sont partout reflétées. Pas que le monde où est ce reflet soit le moindrement réel. Seulement parce que Son Fils croit qu’il l’est, et de la croyance de Son Fils Il ne pouvait pas Se laisser Lui- même être entièrement séparé. Il ne pouvait pas entrer dans l’insanité de Son Fils avec lui, mais Il pouvait S’assurer que Sa Santé d’Esprit irait avec lui, afin qu’il ne puisse pas être perdu à jamais dans la folie de son souhait.
  3. 3. Chapitre 25 LA JUSTICE DE DIEU III. Perception et choix (3) La perception repose sur le choix; la connaissance, pas. La connaissance a une seule loi, parce qu’elle a un seul Créateur. Mais ce monde en a deux qui l’ont fait, et ils ne le voient pas comme le même. Pour chacun il a un but différent, et pour chacun c’est le moyen parfait de servir le but pour lequel il est perçu. Pour la particularité, c’est le cadre parfait pour la faire valoir, le parfait champ de bataille pour livrer ses guerres, le parfait abri pour les illusions qu’elle voudrait rendre réelles. Il n’en est pas une qu’elle ne soutienne dans sa perception; pas une qui ne puisse être pleinement justifiée.
  4. 4. Chapitre 25 LA JUSTICE DE DIEU III. Perception et choix (4) Il y a un autre Faiseur du monde, le Correcteur simultané de la folle croyance voulant que quoi que ce soit puisse être établi et maintenu sans quelque lien qui le garde encore sous les lois de Dieu; non comme la loi elle-même soutient l’univers tel que Dieu l’a créé, mais sous quelque forme adaptée au besoin que le Fils de Dieu croit avoir. Une erreur corrigée est la fin de l’erreur. Ainsi Dieu a toujours protégé Son Fils, même dans l’erreur.
  5. 5. Chapitre 25 LA JUSTICE DE DIEU III. Perception et choix (5) Il y a un autre but dans le monde que l’erreur a fait, parce qu’il a un autre Faiseur Qui peut en réconcilier le but avec celui de Son Créateur. Dans Sa perception du monde, rien n’est vu qui ne justifie le pardon et la vue d’une parfaite impeccabilité. Rien ne surgit qui ne rencontre un pardon instantané et complet. Rien ne reste un instant, pour obscurcir l’impeccabilité qui luit inchangée, au-delà des tentatives pitoyables de la particularité pour la chasser de l’esprit, où elle doit être, et éclairer le corps à sa place. Les lampes du Ciel ne sont pas là pour que l’esprit choisisse de les voir où il veut. S’il choisit de les voir ailleurs qu’en leur demeure, comme si elles éclairaient un lieu où jamais elles ne pourraient être, alors le Faiseur du monde doit corriger ton erreur, pour que tu ne restes pas dans les ténèbres où les lampes ne sont pas.
  6. 6. Chapitre 25 LA JUSTICE DE DIEU III. Perception et choix (6) Chacun ici est entré dans les ténèbres, or nul n’y est entré seul. Pas plus qu’il n’a besoin d’y rester plus qu’un instant. Car il est venu avec l’Aide du Ciel au-dedans de lui, prête à le guider hors des ténèbres dans la lumière à tout moment. Le moment qu’il choisit peut être n’importe quel moment, car l’aide est là qui n’attend que son choix. Et s’il choisit de se servir de ce qui lui est donné, alors il verra chaque situation qu’il considérait auparavant comme un moyen de justifier sa colère, tournée en un événement qui justifie son amour. Il entendra clairement que les appels à la guerre qu’il entendait auparavant sont réellement des appels à la paix. Il percevra que là où il donnait l’attaque n’est qu’un autre autel où il peut, avec autant de facilité et bien plus de bonheur, accorder le pardon. Et il réinterprétera toute tentation comme étant juste une autre chance de lui apporter la joie.
  7. 7. Chapitre 25 LA JUSTICE DE DIEU III. Perception et choix (7) Comment une malperception peut-elle être un péché? Laisse toutes les erreurs de ton frère n’être rien pour toi, sauf une chance de voir comment œuvre l’Aide qui t’est donnée pour voir le monde qu’il a fait au lieu du tien. Qu’est-ce, donc, qui est justifié? Qu’est-ce que tu veux? Car ces deux questions sont les mêmes. Et quand tu les vois comme les mêmes, ton choix est fait. Car c’est de les voir comme une seule qui apporte délivrance de la croyance qu’il y a deux façons de voir. Ce monde a beaucoup à offrir à ta paix, et de nombreuses chances d’étendre ton propre pardon. Tel est son but, pour ceux qui veulent voir la paix et le pardon descendre sur eux, et leur offrir la lumière.
  8. 8. Chapitre 25 LA JUSTICE DE DIEU III. Perception et choix (8) Le Faiseur du monde de douceur a le parfait pouvoir de contrebalancer le monde de violence et de haine qui semble se dresser entre toi et Sa douceur. Il n’est pas là à Ses yeux qui pardonnent. Par conséquent, il n’a pas besoin d’être là aux tiens. Le péché est la fixe croyance que la perception ne peut changer. Ce qui a été damné est damné, et damné à jamais, étant à jamais impardonnable. Si donc cela est pardonné, la perception du péché devait être fausse. Et c’est ainsi que le changement est rendu possible. Le Saint-Esprit aussi voit ce qu’il voit comme étant bien au-delà de toute chance de changement. Mais sur Sa vision le péché ne peut pas empiéter, car le péché a été corrigé par Sa vue. Ainsi, ce devait être une erreur, et non un péché. Car ce qui, proclamait-il, ne serait jamais, a été. Le péché est attaqué par la punition, et ainsi préservé. Mais le pardonner, c’est changer son état d’erreur en vérité.
  9. 9. Chapitre 25 LA JUSTICE DE DIEU III. Perception et choix (9) Le Fils de Dieu ne pourrait jamais pécher, mais il peut souhaiter ce qui le blesserait. Et il a le pouvoir de penser qu’il peut être blessé. Qu’est-ce que cela pourrait être, sinon une malperception de lui-même? Est-ce un péché ou une erreur, pardonnable ou non? A-t-il besoin d’aide ou de condamnation? Est-ce ton but qu’il soit sauvé ou damné? Sans oublier que ce qu’il est pour toi fera de ce choix ton avenir? Car tu le fais maintenant, l’instant où le temps tout entier devient le moyen d’atteindre un but. Fais donc ton choix. Mais reconnais que par ce choix le but du monde que tu vois est choisi, et sera justifié.

×