1328-­‐1453	  Le	  temps	  de	  la	  guerre	  de	  cent	  ans	  
Preface	  •  Un	  âge	  de	  plomb,	  temps	  pervers,	  ciel	  d’airain”	  Eustache	  Deschamps,	  1394.	  •  C’est	  un	...
Introduc.on	  •  La	   guerre	   de	   cent	   ans	   commença	   lorsque	   le	   roi	   d’Angleterre,	   Edouard	   III,...
La	  France	  en	  1328:	  un	  equilibre	  fragile	  •  Le	  règne	  de	  Philippe	  VI	  de	  Valois	  (1328-­‐1350)	  e...
La	  France	  en	  1328:	  un	  équilibre	  fragile	  •  Les	  acquêts	  récents	  sont	  encore	  considères	  par	  les	...
La	  France	  en	  1328:	  un	  équilibre	  fragile	  •  Beaucoup	   d’hommes:	   l’état	   des	   feux	   recense	   2.46...
La	  France	  en	  1328:	  un	  équilibre	  fragile	  •  Une	  économie	  d’échanges:	  la	  France	  du	  XIVème	  siècle...
La	  France	  en	  1328:	  un	  équilibre	  fragile	  •  La	   gène	   dans	   les	   campagnes:	   les	   tentaLves	   du...
L’état	  de	  guerre:	  la	  crise	  extérieure	  (1337-­‐1360)	  •  Philippe	  de	  Valois	  a	  hérite	  d’un	  grand	  ...
L’état	  de	  guerre:	  la	  crise	  extérieure	  (1337-­‐1360)	  •  Quand	   la	   souveraineté	   pointe	   sous	   la	 ...
L’état	  de	  guerre:	  la	  crise	  extérieure	  (1337-­‐1360)	  •  La	  rupture	  dynasLque	  de	  1328:	  Depuis	  Hugu...
L’état	  de	  guerre:	  la	  crise	  extérieure	  (1337-­‐1360)	  •  Les	   chevauchées	   victorieuses	   d’Edouard	   II...
•  Les	  armées	  du	  début	  de	  la	  guerre	  de	  cent	  ans:	  Les	  armées	  du	  roi	  d’Angleterre	  et	  du	  ro...
La	  capture	  de	  Jean	  le	  Bon	  a	  la	  bataille	  de	  Poi3ers	  •  La	  défaite	  des	  armées	  féodales,	  la	 ...
L’état	  de	  guerre:	  la	  crise	  extérieure	  (1337-­‐1360)	  •  Efficacité	   de	   la	   guerre	   offensive:	   La	   ...
Guerre	  et	  fiscalité:	  la	  crise	  intérieure	  (1355-­‐1369)	  •  Le	  durcissement	  des	  souverainetés	  royales	 ...
Guerre	  et	  fiscalité:	  la	  crise	  intérieure	  (1355-­‐1369)	  •  Sur	   le	   plan	   idéologique,	   Nicolas	   Ore...
Guerre	  et	  fiscalité:	  la	  crise	  intérieure	  (1355-­‐1369)	  •  Echec	  des	  Etats	  généraux	  (1358):	  L’admini...
Une	  pression	  fiscale	  dans	  un	  climat	  délétère	  •  Dans	   ceQe	   guerre	   chevaleresque	   qui	   se	   faisa...
Guerre	  et	  fiscalité:	  la	  crise	  intérieure	  (1355-­‐1369)	  •  L’impôt	  permanent	  (1360):	  Le	  Dauphin	  sorL...
Guerre	  et	  fiscalité:	  la	  crise	  intérieure	  (1355-­‐1369)	  •  La	   paix	   sans	   la	   sécurité	   (1358-­‐136...
Guerre	  et	  fiscalité:	  la	  crise	  intérieure	  (1355-­‐1369)	  •  La	  paix	  de	  Calais	  était	  a	  l’évidence	  ...
L’opinion	  et	  la	  reforme	  du	  royaume	  •  La	  formaLon	  d’une	  opinion	  publique:	  la	  société	  poliLque,	 ...
L’opinion	  et	  la	  reforme	  du	  royaume	  •  La	  révolte	  et	  la	  grevé	  de	  l’impôt	  sont	  des	  dangers	  s...
L’opinion	  et	  la	  reforme	  du	  royaume	  •  L’aspiraLon	  du	  pays	  a	  l’Etat	  de	  droit:	  La	  société	  poli...
Gilles	  de	  Rais	  «	  Pour	  mon	  plaisir	  et	  ma	  délecta3on	  charnelle	  »	  •  L’horreur	   du	   crime	   prin...
La	  victoire	  de	  l’impôt	  et	  la	  revanche:	  1369-­‐1400	  •  Pour	   prendre	   sa	   revanche	   militaire,	   C...
Portrait	  de	  Charles	  V	  •  Le	  jeune	  roi	  était	  ne	  vieux.	  Il	  avait	  de	  bonne	  heure,	  beaucoup	  vu...
La	  victoire	  de	  l’impôt	  et	  la	  revanche:	  1369-­‐1400	  •  Une	  guerre	  nouvelle	  (1369-­‐1380):	  Charles	 ...
La	  victoire	  de	  l’impôt	  et	  la	  revanche:	  1369-­‐1400	  •  Le	  légendaire	  de	  la	  royauté	  française:	   ...
La	  victoire	  de	  l’impôt	  et	  la	  revanche:	  1369-­‐1400	  •  Les	  impôts	  extraordinaires	  survivent	  a	  l’a...
L’âge	  d’or	  curial	  de	  la	  fin	  du	  XIVème	  siècle	  •  Louis	   d’Anjou	   avait	   hérite	   en	   1382	   de	 ...
L’âge	  d’or	  curial	  de	  la	  fin	  du	  XIVème	  siècle	  •  Le	  trésor	  royal,	  ciment	  de	  la	  cour:	  L’aQrac...
L’âge	  d’or	  curial	  de	  la	  fin	  du	  XIVème	  siècle	  •  Le	   roi	   ordonnateur	   des	   normes	   poliLques:	 ...
L’âge	  d’or	  curial	  de	  la	  fin	  du	  XIVème	  siècle	  •  Le	   rayonnement	   de	   la	   cour:	   Le	   renouveau...
L’âge	  d’or	  curial	  de	  la	  fin	  du	  XIVème	  siècle	  •  Le	  développement	  du	  marche	  de	  l’art:	  Jamais	 ...
L’âge	  d’or	  curial	  de	  la	  fin	  du	  XIVème	  siècle	  •  La	  définiLon	  d’une	  culture	  d’élite:	  La	  cour	  ...
La	  guerre	  des	  princes	  (1407-­‐1435)	  •  La	  guerre	  franco-­‐anglaise	  reprit	  en	  1415.	  Le	  roi	  d’Angl...
La	  guerre	  des	  princes	  (1407-­‐1435)	  •  Philippe	   le	   Hardi	   était	   a	   la	   tète	   d’une	   vaste	  p...
La	  guerre	  des	  princes	  (1407-­‐1435)	  •  La	  schizophrénie	  dont	  était	  aQeint	  Charles	  VI	  se	   caracté...
L’étrange	  folie	  de	  Charles	  VI	  •  Un	  peuple	  de	  noblesse	  avait	  surgi	  avec	  un	  chaos	  de	   douteux...
Un	  roi	  fini	  d’a	  peine	  20ans!	  •  Les	   nouveaux	   gens	   du	   roi,	   ces	   marmousets,	  comme	  on	  les	...
L’étrange	  folie	  de	  Charles	  VI	  •  Charles	   fait	   une	   merveilleuse	   rencontre	   lors	  d’une	  chasse	  ...
La	  guerre	  des	  princes	  (1407-­‐1435)	  •  La	  rivalité	  des	  ducs:	  Louis	  d’Orléans	  ne	  visait	  pas	  la	...
La	  rivalité	  des	  deux	  maisons	  Orléans	  et	  Bourgogne	  •  Portugal,	   Bourgogne,	   Bretagne,	   Navarre,	   L...
La	  guerre	  des	  princes	  (1407-­‐1435)	  •  La	   luQe	   entre	   Armagnacs	   et	   Bourguignons:	   L’assassinat	 ...
La	  guerre	  des	  princes	  (1407-­‐1435)	  •  Jean	  sans	  peur	  entreLent	  en	  parLculier	  la	  sympathie	  des	 ...
Armagnacs	  et	  Bourguignons	  •  Tout	   semblait	   rassurant,	   en	   entrant	   dans	   la	   ville	   de	   Paris	 ...
La	  guerre	  des	  princes	  (1407-­‐1435)	  •  La	  guerre	  civile	  profite	  aux	  Anglais:	  Elle	  a	  aiguise	  leu...
La	  guerre	  des	  princes	  (1407-­‐1435)	  •  La	   voie	   était	   libre	   pour	   la	   conquête,	   qui	   commenç...
La	  guerre	  des	  princes	  (1407-­‐1435)	  •  Les	  Trois	  France	  (1420-­‐1435):	  Henri	  V	  dominait	  la	  Guyen...
La	  guerre	  des	  princes	  (1407-­‐1435)	  •  Le	  prince	  et	  sa	  noblesse:	  Charles	  VII	  est	  un	  souverain	...
4. le temps de la guerre de cent ans
4. le temps de la guerre de cent ans
4. le temps de la guerre de cent ans
4. le temps de la guerre de cent ans
4. le temps de la guerre de cent ans
4. le temps de la guerre de cent ans
4. le temps de la guerre de cent ans
4. le temps de la guerre de cent ans
4. le temps de la guerre de cent ans
4. le temps de la guerre de cent ans
4. le temps de la guerre de cent ans
4. le temps de la guerre de cent ans
4. le temps de la guerre de cent ans
4. le temps de la guerre de cent ans
4. le temps de la guerre de cent ans
4. le temps de la guerre de cent ans
4. le temps de la guerre de cent ans
4. le temps de la guerre de cent ans
4. le temps de la guerre de cent ans
4. le temps de la guerre de cent ans
4. le temps de la guerre de cent ans
4. le temps de la guerre de cent ans
4. le temps de la guerre de cent ans
4. le temps de la guerre de cent ans
4. le temps de la guerre de cent ans
4. le temps de la guerre de cent ans
4. le temps de la guerre de cent ans
4. le temps de la guerre de cent ans
4. le temps de la guerre de cent ans
4. le temps de la guerre de cent ans
4. le temps de la guerre de cent ans
4. le temps de la guerre de cent ans
4. le temps de la guerre de cent ans
4. le temps de la guerre de cent ans
4. le temps de la guerre de cent ans
4. le temps de la guerre de cent ans
4. le temps de la guerre de cent ans
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

4. le temps de la guerre de cent ans

1 554 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 554
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
19
Actions
Partages
0
Téléchargements
20
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

4. le temps de la guerre de cent ans

  1. 1. 1328-­‐1453  Le  temps  de  la  guerre  de  cent  ans  
  2. 2. Preface  •  Un  âge  de  plomb,  temps  pervers,  ciel  d’airain”  Eustache  Deschamps,  1394.  •  C’est  un  automne  du  Moyen  Age  ou  se  conjuguent  désastres,  violences  privées  et  publiques,  ébranlement  psychologiques,  les  aberraLons  de  la  foi,  les  divisions  haineuses  des  princes  du  sang  de  France,  le  bucher  de  Jeanne  d’Arc  et  l’appariLon  dans  l’art  du  personnage  sinistre  de  la  Mort.  •  Cependant  de  grands  changements  ont  lieu:  l’insLtuLon  curiale  focalise  l’art  et  la  liQérature  et  elle  définît  les  modes  –  elle  annexe  a  la  royauté  l’idéal  et  la  culture  chevaleresque.  De  plus,  avec   Charles   VII,   on   assiste   a   la   créaLon   d’une   monarchie   nouvelle   dont   une   des   forces  nouvelles   est   d’intégrer   la   frange   supérieure   des   oligarchies   citadines   en   l’agrégeant   pour  une   bonne   part   a   l’aristocraLe.   Enfin,   il   semble   que   le   concentraLon   des   biens   et   des  fortunes,   consécuLves   a   la   dépopulaLon   et   au   développement   des   clientèles   princières,  permeQent  l’essor  du  commerce  de  lux,  et  meme  celui  des  denrées  pondéreuses,  tandis  que  l’indigence  recule  et  que,  pour  la  plupart,  les  habitants  du  royaume  ont  la  possibilité  de  se  bien  nourrir  et  de  faire  face,  après  la  Peste  Noire,  au  sur  prélèvement  représente  par  l’impôt  monarchique.    
  3. 3. Introduc.on  •  La   guerre   de   cent   ans   commença   lorsque   le   roi   d’Angleterre,   Edouard   III,   Lra   parL   de  l’absence  d’hériLer  male  du  dernier  CapéLen  direct  en  1328  pour  contester  la  légiLmité  de  Philippe  VI  de  Valois  qui  était  issu  d’une  branche  cadeQe.  •  Charles   V   parvint   a   reconquérir   les   territoires   perdus.   Le   conflit   fut   cependant   relance   en  1415  par  la  guerre  civile  qui  régnait  en  France  entre  Armagnacs  et  Bourguignons  depuis  que  le  roi  Charles  VI  est  aQeint  de  folie.  Allie  au  duc  de  Bourgogne,  le  roi  d’Angleterre  Henri  V  parvint  a  contrôler  toute  la  moiLe  nord  du  royaume.    •  La  neutralité  du  duc  de  Bourgogne  acquise  par  Charles  VII  a  la  paix  d’Arras  en  1435,  ainsi  que  les  reformes  financières  et  militaires  des  années  1440,  permirent  au  roi  de  France  de  chasser  définiLvement  les  Anglais  du  royaume  entre  1449  et  1453.    •  La  fin  du  Moyen  Age  est  marquée  par  3  phénomènes  majeurs,  d’ampleur  européenne  et  qui  s’inscrivent  dans  le  temps  long:  une  phase  de  forte  croissance  de  l’Etat  au  XIIIème  et  XIVème  siècles,   une   crise   économique   d’origine   agraire   après   3   siècles   de   croissance   et   une   crise  démographique,  avec  la  réappariLon  de  la  peste  en  Occident  après  7  siècles  d’absence.    •  L’incompaLbilité  des  souverainetés  au  du  vieux  système  féodal  engendre  la  guerre,  le  guerre  l’impôt,  l’impôt  la  révolte  des  contribuables.    
  4. 4. La  France  en  1328:  un  equilibre  fragile  •  Le  règne  de  Philippe  VI  de  Valois  (1328-­‐1350)  est  celui  de  l’apogée  et  de  l’effondrement  de  la  prospérité  du  royaume  le  plus  riche  d’Europe:  une  serie  de  défaites  mémorables  installe  le  pays  dans  la  guerre.    •  Un  royaume  des  pays:  le  souverain  ne  s’inLtule  plus  «  roi  des  Français  »  mais  «  roi  de  France  ».  Le  royaume  est  donc  une   réalité   affecLve   et   administraLve.   Depuis   la   croisade  albigeoise  en  1293,  Montpellier  est  vassale  direct  du  roi.    Il  y  a  en  plus  trois  sénéchaussées  de  Carcassonne,  Toulouse  et  Beaucaire  de  pays  de  langue  d’Oc.    •  Le  domaine  et  la  mouvance:  on  fait  une  disLncLon  neQe  entre   le   domaine   et   la   mouvance.   Sur   le   premier   le   roi  exerce  directement  son  autorité,  tandis  que  sur  la  seconde,  il   doit   tenir   compte   de   celle   des   barons.   Le   roi   n’est  totalement   souverain   que   dans   son   domaine   et   les  habitants  de  sa  mouvance  sont  d’abord  sous  l’autorité  de  leur  seigneur  local.    •  La  Flandre  consLtue  une  principauté  très  riche  que  depuis  Philippe  Auguste  les  rois  de  France  ont  a  cœur  de  dominer.  Les   riches   marchands   drapiers   sont   francophiles,   les  modestes   arLsans   Lsserands   anglophiles,   les   comtes   de  Flandre  hésitants  entre  les  deux  obédiences.    
  5. 5. La  France  en  1328:  un  équilibre  fragile  •  Les  acquêts  récents  sont  encore  considères  par  les  rois  comme  leur  patrimoine  personnel,  et  de  ce  fait  aliénables.  Ils  s’en  défont  pour  doter  leur  filles  et  désintéresser  leur  fils  cadets  de  la  succession  en  leur  donnant  des  provinces  en  apanage  (c’est-­‐a-­‐dire  ad  panem,  liQéralement  pour  les  nourrir).    •  L’état   des   feux   de   1328   étant   le   premier   recensement   général   de   la   populaLon   depuis   la  dispariLon   de   l’empire   romain,   il   donne   une   idée   du   développement   administraLf   de   la  monarchie  du  XIVème  siècle.    Une   administraLon   performante:   La   guerre   est   un   moLf  légiLme  pour  lever  l’impôt  (c’est  d’ailleurs  l’objet  de  l’état  des  feux  de  1328)  et  un  moyen  pour  la  monarchie  de  jusLfier  la  mise  en  place  d’une  fiscalité  publique  qui  lui  fait  défaut,  mais  ceQe  dernière  est  très  impopulaire  et  de  ce  fait,  a  ses  débuts,  limitée  dans  le  temps.    
  6. 6. La  France  en  1328:  un  équilibre  fragile  •  Beaucoup   d’hommes:   l’état   des   feux   recense   2.469.987   foyers,   soit   environ   12   millions  d’habitants.  La  France  de  Philippe  VI  de  Valois  est  une  fourmilière  bruissant  d’acLvités.  La  crue   des   hommes   a   emporte   depuis   le   début   du   XIIIème   siècle   l’essenLel   des   forets,  grignotées,  percées  de  clairières.    •  Un  paysage  humanise:  on  praLque  la  rotaLon  triennale  dans  les  villages  franciliens,  alors  que  dans  une  grande  parLe  du  midi  on  suit  encore  la  jachéré  biennale.    Extrait  de  Grandes  chroniques  de  France  par  Jean  Fouquet.  Grange  aux  dimes  de  Vaulerent  A  Villeron  (Oise)  
  7. 7. La  France  en  1328:  un  équilibre  fragile  •  Une  économie  d’échanges:  la  France  du  XIVème  siècle  est  profondément  rurale,  avec  10  a  15%  seulement  de  citadins.  Il  y  a  une  mulLplicité,  partout,  de  peLtes  villes  et  de  bourgs  qui  permet  aux  campagnes  de  prospérer  en  les  insérant  dans  une  économie  d’échange.    •  Le   vin   de   Gascogne   est   exporte   par   dizaine   de   milliers   de   tonneaux   en   Angleterre,   et   le  paysan  anglais  élève  des  moutons  dont  la  laine  est  filée  dans  les  campagnes  flamandes  et  florenLnes,  Lssée  en  ville  et  exportée  jusqu’en  Orient.    •  Une  économie  monétaire:  en  1328,  c’est  la  monnaie  royale  d’argent  (la  livre  tournois)  qui  domine  dans  le  royaume,  grâce  a  une  frappe  abondante  depuis  Philippe  Auguste.    •  La  monéLsaLon  de  l’économie,  le  développement  des  echanges,  la  modesLe  de  plupart  des  acteurs   économiques   et   la   vieille   habitude   de   ne   jamais   payer   comptant   ont   favorise   les  progrès  du  crédit.    •  CeQe   société,   qui   prospère   dans   une   économie   fortement   monéLsée   et   en   croissance  constante  depuis  des  siècles,  vit  donc  largement  a  crédit.    •  Les  limites  de  la  croissance  et  l’équilibre  du  début  du  XIVème  siècle:  la  croissance  médiévale  est  fondée  sur  l’extension  des  limites  du  finage,  plus  que  sur  des  gains  de  producLvité  dans  l’agriculture.  Mais  le  salut  du  peLt  paysan  passe  par  la  culture  intensive  de  son  jardin,  et,  selon  les  lieux  et  la  fortune,  l’élevage  de  quelques  poules,  un  porc,  une  vache,  des  moutons  ou  des  chèvres,  qui  sont  l’objet  de  tous  ses  soins.    
  8. 8. La  France  en  1328:  un  équilibre  fragile  •  La   gène   dans   les   campagnes:   les   tentaLves   du   seigneur   pour   enclore   sa   foret   afin   de   la  préserver  des  troupeaux  et  des  paysans.  Les  garennes  seigneuriales  se  mulLplient.    •  Un   monde   urbain   domine   par   une   élite   bourgeoise:   les   écarts   de   fortune   au   profit   des  marchands  et  au  détriment  des  arLsans.  Le  commerce  est  en  effet  une  acLvité  plus  lucraLve  que  la  producLon.    •  La  fortune  donne  aux  marchands  très  largement  libres  de  leur  temps,  les  clefs  du  pouvoir  municipal  et  leur  confère  une  familiarité  certaine  avec  les  princes  qu’ils  fournissent  et  dont  ils  sont  parfois  les  officiers.    •  L’éLrement  de  la  hiérarchie  sociale:  une  infime  minorité  de  nobles  (1  a  3%  selon  les  régions)  concentre  entre  ses  mains  richesse  foncière  et  pouvoir  poliLque  sous  la  tutelle  du  roi  et  des  princes.    •  Parmi  les  paysans,  il  y  a  de  moins  en  moins  d’inégalité  juridique,  car  beaucoup  de  serfs  ont  acheté  (en  argent!)  leur  liberté  au  cours  du  XIIIème  siècle.    •  En  fait,  l’état  des  feux  en  13298  révèle  un  grand  royaume,  peuple,  riche  et  bien  administre.    
  9. 9. L’état  de  guerre:  la  crise  extérieure  (1337-­‐1360)  •  Philippe  de  Valois  a  hérite  d’un  grand  royaume,  mais  il  n’aurait  pas  du  être  roi.  Edouard  III  est  le  peLt  fils  de  Philippe  le  Bel,  tandis  que  Philippe  VI  n’était  que  son  neveu.    
  10. 10. L’état  de  guerre:  la  crise  extérieure  (1337-­‐1360)  •  Quand   la   souveraineté   pointe   sous   la   suzeraineté:   les   rois,   celui   du   royaume   de   France  comme  les  autres,  se  définissent  par  leur  posiLon  poliLque  éminente  par  rapport  aux  autres:  ils   ne   dépendent   de   personne,   mais   tous   dépendent   d’eux.   Par   conséquent   ils   n’ont   de  compte  a  rendre  qu’a  leur  conscience,  c’est-­‐a-­‐dire  a  Dieu.  Il  est  donc  logique  de  considérer  que  les  rois  Lrent  leur  pouvoir  et  leur  légiLmité  du  Christ,  ce  qui  se  traduit  dans  certains  royaumes,   comme   celui   de   France,   par   un   sacre.   La   noLon   de   souveraineté   au   XIIème   et  XIIIème  siècles  permet  au  roi  de  prétendre  se  faire  obéir  de  tous.    •  L’excepLonnelle  longévité  de  la  dynasLe  capéLenne:  de  987  a  1328  s’explique  par  le  fait  que  les  rois  ont  toujours  eu  un  fil  ou  un  frère  pour  leur  succéder.    •  Le  roi  d’Angleterre  et  la  quesLon  de  la  Guyenne:  la  quesLon  de  la  Guyenne  empoisonnait  les  rapports  entre  CapéLens  et  Plantagenets  depuis  le  XIIème  siècle.  Le  sud-­‐ouest  a  toujours  été  un  angle  mort  dans  le  rayonnement  capéLen  et  les  ducs  d’Aquitaine,  puis  les  Plantagenets  y  représentaient  l’autorité  souveraine,  bien  plus  que  les  rois  de  France.    •  Le  royaume  d’Angleterre  était  a  un  stade  de  développement  administraLf  supérieur  a  celui  du  royaume  de  France.    •  Le  roi  de  France  pouvait  en  théorie  exiger  du  duc  de  Guyenne,  qui  n’est  autre  que  le  roi  d’Angleterre,  qu’il  parLcipe  a  ses  expédiLons  militaires  contre  les  Flamands  ou  lui  interdire  de  s’allier  avec  ses  ennemis.    
  11. 11. L’état  de  guerre:  la  crise  extérieure  (1337-­‐1360)  •  La  rupture  dynasLque  de  1328:  Depuis  Hugues  Capet,  les  rois  de  France  ont  eu  la  chance  d’avoir  toujours  un  fils  pour  leur  succéder.  Le  principe  d’une  succession  dynasLque  de  père  en  fils  avait  donc  fini  par  s’imposer  dans  la  tradiLon.    •  Lorsque   Louis   X   décéda   en   1326,   le   roi   n’avait,   pour   la   première   fois   depuis   trois   siècles,  qu’une  fille,  Jeanne.  Le  frère  de  Louis  X,  Philippe  V  en  profita  pour  se  faire  nommer  roi  par  le  conseil  –  «  femme  ne  succède  pas  au  royaume  de  France  ».    •  En   1328,   s’imposa   donc   en   France,   sous   l’effet   des   circonstances,   une   nouvelle   règle  successorale  qui  interdisait  la  couronne  aux  descendants  males  en  ligne  féminine,  au  profit  d’une  filiaLon  masculine  intégrale.    •  La  guerre  par  procuraLon  (1328-­‐1343):  Le  déficit  de  légiLmité  de  Philippe  VI  meQait  Edouard  III  en  posiLon  de  force  dans  le  conflit  qui  l’opposait  a  son  suzerain  français,  dans  la  mesure  ou   il   lui   permeQait   de   déclarer   une   guerre   juste,   puisqu’il   pouvait   se   considérer   comme  spolie   de   ses   droits   sur   le   trône   de   France.   Philippe   VI   profitait   du   problème   écossais,  Edouard  III  ranima  donc  l’agitaLon  endémique  qui  régnait  en  France.    Edouard  III  rend  hommage,  au  @tre  de  duc  de  Guyenne,  a  son  suzerain  Philippe  VI.  
  12. 12. L’état  de  guerre:  la  crise  extérieure  (1337-­‐1360)  •  Les   chevauchées   victorieuses   d’Edouard   III   (1345-­‐1360):   L’Ecluse,   Crécy,   Azincourt…   C’est  souvent   en   revenant   de   chevauchées   que   l’armée   anglaise   fut   obligée   de   livrer   bataille.  Jamais  celle-­‐ci  ne  fut  un  objecLf  de  ses  expédiLons.  Le  but  d’Edouard  III  était  de  ravager  les  grasses  campagnes  françaises  pour  saper  l’autorité  de  Philippe  VI  en  montrant  son  incapacité  a  défendre  son  peuple.    •  La  capture  de  Jean  le  Bon  par  le  prince  Noir  provoqua  un  séisme  poliLque  en  France.    Bataille  de  Crécy,  les  archers  anglais  contre  les  arbalétriers  français.  Portrait  de  Jean  le  Bon  Tombeau  du  Prince  Noir  a  la  Cathédrale  de  Canterbury  
  13. 13. •  Les  armées  du  début  de  la  guerre  de  cent  ans:  Les  armées  du  roi  d’Angleterre  et  du  roi  de  France   ont   beaucoup   en   commun,   en   parLculier   la   typologie   de   leurs   combaQants,   leur  structure  tacLque,  leur  caractère  non  féodal,  et  enfin  leurs  effecLfs  temporaires.  Les  gens  d’armes,  c’est  la  cavalerie  lourde  –  il  y  a  ensuite  les  gens  de  pied.  Les  cavaliers  lourds  sont  en  général  plus  nombreux  que  les  fantassins  dans  les  armées  françaises.  •  L’armée   médiévale   a   donc   une   structure   a   gros   grains   dont   l’unité   la   plus   solide   est   la  montre,  unie  derrière  un  site  avec  sa  bannière  et  son  cri  de  ralliement,  mais  de  taille  très  variable   puisqu’elle   varie   d’1   a   80   hommes!   Le   principe   tacLque   qui   commande   les  affrontements  militaires  médiévaux  c’est  de  tenter  de  briser  l’arroi  adverse,  c’est  a  dire  la  cohérence  de  son  disposiLf,  en  y  perçant  des  brèches  qui  abouLssent  a  sa  dispersion,  ou  désarroi.    Capture  de  Jean  le  Bon  a  la  bataille  de  Poi@ers  L’état  de  guerre:  la  crise  extérieure  (1337-­‐1360)  
  14. 14. La  capture  de  Jean  le  Bon  a  la  bataille  de  Poi3ers  •  La  défaite  des  armées  féodales,  la  grande  leçon  de  Crécy,   qui   devrait   lui   faire   comprendre   qu’un  autre  monde  a  commence,  ne  sert  qu’à  lui  faire  regreQer   la   chevalerie.   Les   archers   anglais   ne  l’instruisent  pas.  La  chevalerie  française  n’entend  point  le  génie  moderne  qui  l’a  foudroyée  à  Crécy  par   l’arLllerie   d’Edouard.   La   noblesse,  commençant   a   vivre   loin   de   ses   châteaux,  séjournant   a   grands   frais   près   du   roi,   devenait  chaque  jour  plus  avide.  Elle  ne  voulait  plus  servir  graLs.   Il   fallait   la   payer   pour   combaQre,   pour  défendre  ses  terres  des  ravages  de  l’Anglais.  Ces  fiers  barons  descendaient  de  bonne  grâce  à  l’état  de   mercenaires.   Les   nobles   contribuèrent   ainsi,  indirectement   et   à   leur   insu,   à   donner   une  importance   toute   nouvelle   aux   Etats,   surtout   au  Tiers-­‐Etat,  a  l’Etat  qui  payait.    •  Voter  et  recevoir    l’impôt,  c’est  régner.  Personne  alors  ne  senLt  toute  la  portée  de  ceQe  demande  hardie   des   Etats,   pas   meme   probablement  ELenne  Marcel,  le  fameux  prévôt  des  marchands.    
  15. 15. L’état  de  guerre:  la  crise  extérieure  (1337-­‐1360)  •  Efficacité   de   la   guerre   offensive:   La   durée   pendant   laquelle   le   roi   d’Angleterre   solde   ses  troupes  est  limitée  a  quelques  mois  et  il  peut  espérer  financer  son  expédiLon  au  détriment  de  son  adversaire  en  pillant  méthodiquement  villes  et  campagnes.    •  Chevaliers   et   ribauds   insulaires   n’étaient   pas   plus   disciplines,   moins   cupides,   ni   moins  orgueilleux  que  leurs  homologues  du  conLnent,  mais  étaient  pour  la  plupart  volontaires  et  tenus  par  un  engagement  bilatéral  direct  avec  leur  roi.    •  Le   développement   de   l’Etat   conduit   a   la   guerre,   car   la   définiLon   de   la   souveraineté   et   la  capacité   administraLve   a   la   meQre   en   œuvre   clarifient   les   limites   territoriales     dans  lesquelles  Chevauchees  anglaises  pendant  la  guerre  de  cent  ans.  elles  s’exercent,  tandis  que  le  système  poliLque    hérite  de  la  féodalité  était  au  contraire  fonde  sur  la  dominaLon  souple  d’un  centre  sur  ses  périphéries.  
  16. 16. Guerre  et  fiscalité:  la  crise  intérieure  (1355-­‐1369)  •  Le  durcissement  des  souverainetés  royales  mène  a  la  guerre  et  la  guerre  conduit  a  la  fiscalité.  La  faiblesse  de  l’Etat  dont  héritent  les  Valois,  c’est  la  contrainte  financière  qui  interdit  de  subvenLonner  une  armée  importante.    •  La  nécessite  de  l’impôt  extraordinaire:  effectuer  une  mutaLon  monétaire  consiste  a  modifier  la   valeur   de   la   monnaie,   par   changement   du   poids   ou   de   la   quanLté   du   métal   précieux  contenu  dans  la  pièce  (Ltre  ou  aloi).  La  dévaluaLon  pénalise  ceux  qui  perçoivent  des  revenus  fixes   en   monnaie   (seigneurs,   renLers,   salaries)   mais   avantage   ceux   qui   les   paient.  Normalement  le  pied  de  la  monnaie,  qui  mesure  son  rapport  entre  son  poids,  son  cours  et  son  aloi,  oscillait  entre  24  et  60,  mais  les  dévaluaLons  successives  de  la  période  1337-­‐1360  le  firent  monter  jusqu’à  500!  •  TentaLve  de  contrôle  de  la  royauté  par  les  états  (1343-­‐1357):  la  résistance  a  l’impôt  rendait  nécessaire  le  dialogue  entre  les  sujets  et  le  souverain.  Philippe  VI  convoqua  donc  de  grandes  assemblées  des  trois  états  (nobles,  clercs,  bourgeois)  pour  les  persuader  de  la  nécessite  de  parLciper  a  l’effort  de  guerre  dans  l’intérêt  général.  L’intrusion  des  états  dans  la  décision  poliLque  vint  de  la  nécessite  dans  laquelle  était  le  roi  d’élargir  sa  base  poliLque,  mais  aussi  de  la  méfiance  croissante  des  élites  vis-­‐à-­‐vis  d’un  gouvernement  incapable  de  protéger  le  royaume.  
  17. 17. Guerre  et  fiscalité:  la  crise  intérieure  (1355-­‐1369)  •  Sur   le   plan   idéologique,   Nicolas   Oresme,   maitre   en   théologie   et   recteur   du   collège   de  Navarre,  déclare,  en  s’appuyant  sur  Aristote,  que  la  monnaie  apparLent  a  tous  et  que  le  roi  doit  être  garant  de  sa  stabilité.      •  La  discussion  abouLt  a  la  tutelle  des  finances  extraordinaires  par  les  états.  En  échange,  dans  chaque  diocèse,  les  gens  des  états  choisiraient  des  élus  charges  d’établir  l’assieQe  de  l’impôt  et   de   superviser   sa   levée;   ils   seraient   surveilles   au   niveau   naLonal   par   neuf   généraux   ou  superintendants.    •  La  capture  de  Jean  II  (Jean  le  Bon)  a  la  bataille  de  PoiLers  brisa  neQe  ceQe  évoluLon.  Il  fut  force  a  accepter  la  paix  et  négocia  a  Londres  (en  1358-­‐1359)  sa  rançon  avec  la  resLtuLon  a  Edouard  III  de  l’ancien  empire  Plantagenet  en  pleine  souveraineté…  Mais  il  n’était  plus  obéi,  car  ses  sujets  le  soupçonnaient,  non  sans  raison,  d’agir  dans  son  intérêt  personnel  plus  que  dans  celui  du  royaume:  ni  les  états,  ni  le  dauphin  ne  donnèrent  suite  a  ses  injoncLons.    Nicolas  Oresme,  economiste,  mathema@cien,  physicien  –  mort  en  1325  a  Lisieux.    
  18. 18. Guerre  et  fiscalité:  la  crise  intérieure  (1355-­‐1369)  •  Echec  des  Etats  généraux  (1358):  L’administraLon  royale  délègue  la  percepLon  de  l’impôt  a  des  fermiers:  ceux-­‐ci  avancent  au  roi  le  montant  escompte  de  l’impôt  en  se  remboursant  en  le  levant.  Ils  sont  d’autant  plus  après  dans  la  levée  qu’ils  doivent  percevoir  plus  que  l’achat  de  la  ferme  pour  Lrer  profit  de  l’opéraLon.    •  ELenne  Marcel  et  les  bourgeois  se  rallièrent  a  Charles  de  Navarre  parce  qu’il  avait  l’auréole  de  martyr  de  l’arbitraire  royal,  mais  s’aperçurent  trop  tard  qu’ils  étaient  manipules  par  un  intrigant.   Quand   le   prévôt   des   marchands   mit   en   défense   sa   ville   en   ordonnant   la  construcLon  d’une  nouvelle  enceinte  pour  protéger  les  faubourgs  des  chevauchées  anglaises  et   des   pillards,   il   agissait   en   chef   de   la   municipalité   et   trouva   un   large   souLen   parmi   les  bourgeois  de  Paris,  peLts  et  grands.    •  ELenne  Marcel  nomma  Charles  de  Navarre  capitaine  de  Paris.  Il  méditait  alors  de  le  faire  roi  de  France  a  la  place  du  Dauphin…  mais  le  prévôt  des  marchands  tomba  sous  les  coups  des  siens  le  31  juillet  1358,  alors  qu’il  s’apprêtait  probablement  a  ouvrir  les  portes  de  la  ville  au  roi  de  Navarre.    L’assassinat  d’E@enne  Marcel  en  1358  
  19. 19. Une  pression  fiscale  dans  un  climat  délétère  •  Dans   ceQe   guerre   chevaleresque   qui   se   faisaient   a   armes   courtoises   entre   les   nobles   de  France  et  d’Angleterre,  il  n’y  avait  au  fond  qu’un  ennemi,  une  vicLme  des  maux  de  la  guerre  :  c’était   le   paysan.   Les   prisonniers   français   relâches   sur   parole,   vinrent   sur   leurs   terres  ramasser  vitement  les  sommes  monstrueuses  qu’ils  avaient  promises  sans  marchander  sur  le  champ  de  bataille.    •  Le  mécontentement  inhérent  à  la  crise  et  l’exemple  des  cités  flamandes,  italiennes  ou  de  la  Hanse  donnent    a  E@enne  Marcel  l’occasion  d’essayer  de  montrer  que  les  villes  seraient  plus  à  même  de  gérer  la  société  et  de  répondre  aux  nouveaux  impéra@fs  économiques  de  plus  en  plus   centrés   sur   le   commerce   et   moins   sur   la   propriété   foncière.   Le   grand   patriciat  commerçant  possède  des  ressources  financières  très  abondantes  qu’il  prête  aux  princes  et  aux  ecclésias@ques  :  il  devient  un  acteur  incontournable.  À  l’époque,  plutôt  que  d’entretenir  une  coûteuse  administra@on,  les  souverains  ont  pris  l’habitude  de  faire  prélever  les  taxes  par  de  riches  par@culiers  qui  leur  cèdent  le  montant  souhaité  et  se  remboursent  en  percevant  les  impôts  pour  leur  compte,  ce  qui  assure  de  confortables  bénéfices.    
  20. 20. Guerre  et  fiscalité:  la  crise  intérieure  (1355-­‐1369)  •  L’impôt  permanent  (1360):  Le  Dauphin  sorLt  grandi  de  la  crise  parisienne,  mas  la  menace  navarraise  n’était  pas  éloignée,  il  était  incapable  de  financer  le  moindre  effort  militaire  et  on  était  dans  une  période  de  grande  instabilité  monétaire.    •  Le  Dauphin  obLent  alors  par  le  traite  de  Calais  (1360)  le  rétablissement  intérieur  au  prix  de  la  reconnaissance   de   la   défaite   extérieure.   En   échange,   le   roi   d’Angleterre   abandonna   ses  prétenLons  sur  la  couronne  de  France.    •  Paradoxalement,  ce  n’est  pas  la  guerre  qui  a  fait  accepter  l’impôt  permanent  aux  sujets  du  roi  de  France,  mais  le  poids  énorme  de  la  rançon.      Franc  Or  de  Jean  II  
  21. 21. Guerre  et  fiscalité:  la  crise  intérieure  (1355-­‐1369)  •  La   paix   sans   la   sécurité   (1358-­‐1369):   Le   principal   problème   des   années   1360   venait   de  l’insécurité   entretenue   a   travers   la   France   par   des   bandes   de   rouLers.   Leurs   capitaines  étaient  issus  pour  la  plupart  de  la  peLte  noblesse  languedocienne,  bretonne  ou  anglaise  et  avaient  du  mal  a  se  résoudre  a  retourner  a  la  médiocrité  qui  était  la  leur  avant  que  la  guerre  ne  leur  offre  la  possibilité  d’accumuler  richesses  et  gloire.     CeQe   économie   de   prédaLon   était  fondamentalement   parasitaire,   car   elle   ne  construisait   rien:   lorsque   se   profilait   une  menace,  ou  au  contraire  de  meilleurs  profits,  les  gens  des  compagnies  n’hésitaient  pas  a  changer  de  région,  contribuant  ainsi  a  répandre  le  fléau  dans  tout  le  royaume.    Les   impôts   étaient   absorbes   par   la   rançon,  beaucoup  de  princes  étaient  retenus  prisonniers  et   ne   pouvaient   assurer   l’ordre   dans   leurs  seigneuries,  tandis  que  la  noblesse,  épuisée  par  les  défaites  et  les  rançons,  se  terrait  chez  elle.  Pillage  des  villes  du  centre  et  du  sud  de  la  France  par  les  rou@ers  
  22. 22. Guerre  et  fiscalité:  la  crise  intérieure  (1355-­‐1369)  •  La  paix  de  Calais  était  a  l’évidence  nécessaire  aux  Valois  pour  reprendre  leur  souffle  après  la  crise   de   1356-­‐1358,   tout   en   méditant   leur   revanche.   Il   est   clair,   cependant,   que   la  réouverture  des  hosLlités  fut  accélérée  par  le  phénomène  des  grandes  compagnies,  car  le  seul   moyen   de   les   empêcher   de   nuire   a   la   communauté   était   de   les   employer   contre   les  Anglais.      Pillage  des  villes  du  centre  et  du  sud  de  la  France  par  les  rou@ers  
  23. 23. L’opinion  et  la  reforme  du  royaume  •  La  formaLon  d’une  opinion  publique:  la  société  poliLque,  entendue  comme  l’ensemble  des  personnes  d’autorité  avec  lesquelles  le  roi  doit  compter,  s’ouvre  a  parLr  du  XIIIème  siècle  aux  bourgeois  sous  l’effet  de  l’essor  urbain.  Les  villes  sont  en  effet  des  auxiliaires  précieux  pour   l’Etat.   Ce   sont   des   centres   qui   parLcipent   au   maillage   poliLque   du   territoire;   leur  richesse  en  fait  des  centres  de  financement  précoces  pour  la  monarchie,  tandis  que  leurs  habitants  au  niveau  culturel  élevé  consLtuent  un  vivier  naturel  pour  l’administraLon  royale.    •  Les  rois  commencent  commencent  a  compter  sur  l’appui  de  leurs  «  bonnes  villes  »  a  parLr  de  saint  Louis  et  plus  encore  de  Philippe  le  Bel.      Paris  au  XIVème  siècle.  
  24. 24. L’opinion  et  la  reforme  du  royaume  •  La  révolte  et  la  grevé  de  l’impôt  sont  des  dangers  sérieux  pour  la  monarchie  qui  se  doit  de  prendre  en  compte  les  exigences  du  pays.  L’Etat  moderne  se  définît  par  sa  capacité  a  susciter  l’adhésion  du  pays  a  la  poliLque  des  gouvernants.    •  La  généralisaLon  de  l’impôt  public  est  la  grande  nouveauté  poliLque  des  le  XIVème  siècle,  mais  elle  ne  se  fait  pas  sans  difficulté.  Elle  contribue  a  l’élargissement  de  la  société  poliLque,  tout  en  nourrissant  un  fort  courant  de  contestaLon  dans  l’opinion.    •  Les   origines   de   la   reforme:   la   reforme   du   royaume   de   France   est   pris   en   charge   dans   un  premier  temps  par  le  souverain  lui-­‐même:  saint  Louis,  morLfie  par  l’échec  de  la  croisade,  conçoit  sa  grande  ordonnance  de  de  reforme  de  1254  comme  un  élément  d’un  ensemble  de  mesures  qui  visent  a  meQre  le  roi,  son  administraLon  et  ses  sujets  en  conformité  avec  l’idéal  chréLen.   Pour   cela,   il   fait   procéder   dans   le   royaume   a   des   enquêtes   sur   les  dysfoncLonnements  de  l’administraLon,    puis  il  promulgue  une  grande  ordonnance  visant  a  la  moraliser  et  a  mieux  contrôler  ses  officiers  locaux:  c’est  ainsi  que  les  baillis  deviennent  des  officiers  nommes,  salaries  et  révocables.      
  25. 25. L’opinion  et  la  reforme  du  royaume  •  L’aspiraLon  du  pays  a  l’Etat  de  droit:  La  société  poliLque  et  la  société  civile  aQendent  du  souverain  le  respect  des  coutumes  et  des  privilèges,  c’est  a  dire  du  droit.  L’exercice  de  la  bonne  jusLce  est,  en  effet,  dans  la  culture  médiévale,  le  principal  fondement  de  la  légiLmité  du   pouvoir   dans   la   mesure   ou   la   jusLficaLon   de   l’existence   des   rois,   c’est   la   nécessite   de  corriger  des  hommes  qui  sont  mauvais  par  nature.      L’exécu@on  d’Olivier  de  Clisson.  En  fait,  la  plaie  de  l’Etat  royal  de  la  fin  du  Moyen  Age,  c’est  moins  le  favori  du  prince  que  le  peLt  prévôt   fermier   qui   rackeQe   ses   administres   au  quoLdien.    La   mort   d’ELenne   Marcel   et   la   défaite   de  Charles  de  Navarre  accélèrent  la  désagrégaLon  des  parLs  réformateurs.    Cependant,  la  crise  impose  la  réconciliaLon  de  la   monarchie   et   de   l’opinion   comme   un  préalable  au  redressement  du  royaume,  or  elle  ne  peut  passer  que  l’introducLon  d’une  dose  de  reforme  dans  le  gouvernement  du  royaume,  ce  que  Charles  V  réussît  durant  son  règne.  
  26. 26. Gilles  de  Rais  «  Pour  mon  plaisir  et  ma  délecta3on  charnelle  »  •  L’horreur   du   crime   princier:   Gilles   de   Rais   monte   au   supplice   le   26  octobre  1440.  En  ce  peLt  maLn  ouate,  Gilles  de  Rais  s’avance  superbe,  raide,   campe   dans   son   ignominie,   au   milieu   de   la   foule   immense   et  fervente  qui  l’accompagne,  en  chantant  à  travers  les  rues  de  Nantes.    •  Terrible  race  que  celle  des  Craon.  Toujours  prêt  a  verser  son  sang.  Ces  Craon   forment   une   troupe   de   loups   en   maraude   aux   marches   de   la  Bretagne,   du   Poitou   et   de   l’Anjou.   La   cour   est   devenue   un   repaire   de  brigands.   Les   desLnées   vont   et   viennent   au   gré   des   courLsans   d’un  monarque  que  chacun  pense  falot.  C’est  alors  que  paraît  à  Chinon,  le  6  mars  1429,  une  jeune  fille  qui  se  dit  mandatée  par  Dieu  pour  chasser  les  Anglais  hors  de  France  et  conduire  le  roi  Charles  a  Reims  pour  qu’il  s’y  fasse  couronner.    •  Gilles  se  pousse  dans  le  sillage  de  Jeanne.  Il  aime  la  guerre  mais  il  désire  encore   plus   intensément   briller   aux   yeux   de   la   Pucelle.   Il   a   croise   son  regard  pur,  emprunt  des  choses  qui  lui  sont  inconnues.  Il  est  conquis.  •  Ce   n’est   plus   le   gibier   que   Gilles   traque,   il   veut   sa   vengeance   contre  l’injusLce,  contre  le  monde  enLer  qui  l’a  fait  comme  il  est.  Au  maLn,  il  visite  sa  chapelle  et  fait  chanter  sa  chorale  de  jeunes  enfants.  Il  a  une  prédilecLon   pour   ces   voix   d’anges   qui   viennent   aQénuer   les   cris   qui  montent  des  cachots  et  des  hautes  galeries  de  Machecoul,  de  Tiffauges,  de  Champtoce.  Gilles  est  aussi  ostentatoire  dans  sa  religion  que  dans  son  luxe.  Ses  messes  sont  un  spectacle.    •  Bientôt  Gilles  quiQe  sa  vie  de  courLsan.  Le  monde  féodal  dans  lequel  il  a  vécu  se  dérobe.  Ses  nombreux  châteaux,  ses  maisons  de  ville  transpirent  le   pourrissement.   Il   n’y   trouve   que   magnificence   funèbre.   Il   s’enferme  dans  la  solitude  du  crime,  de  l’homosexualité,  du  tombeau.    •  Il   collecLonne   les   tètes   de   jeunes   martyrs   et   demande   a   ses   valets  lesquelles  sont  les  plus  belles.  C’est  un  délicat  de  l’horreur.          Gilles  de  Rais  
  27. 27. La  victoire  de  l’impôt  et  la  revanche:  1369-­‐1400  •  Pour   prendre   sa   revanche   militaire,   Charles   V   dut   se   concilier   l’opinion,   préalable  indispensable  a  la  levée  d’un  impôt  régulier  suscepLble  de  financer  l’effort  de  guerre,  et  pour  se  concilier  l’opinion,  il  dut  prendre  en  compte  un  certain  nombre  de  ses  aspiraLons.    •  Une  tentaLve  de  reforme  par  le  haut:  Charles  V  a  Lre  les  leçons  de  la  crise  qui  a  secoue  le  règne  de  son  père  et  a  choisi  l’état  de  droit,  ainsi  que  le  respect  de  l’opinion,  plutôt  que  l’arbitraire  de  l’absoluLsme.    •  Apres   l’arrestaLon   en   1378   de   deux   serviteurs   de   Charles   de   Navarre   avec   des   leQres  compromeQantes   révélant   l’alliance   de   ce   dernier   avec   les   Anglais   et   son   projet  d’empoisonner  le  roi,  Charles  V  ordonna  une  enquête  et  un  procès  régulier.    Charles  V  La   poliLque   réformiste   de   Charles   V   passait   par   la   stabilité   de   la  monnaie,  rendue  possible  par  la  régularité  de  l’impôt  pour  la  rançon  de  son  père.    
  28. 28. Portrait  de  Charles  V  •  Le  jeune  roi  était  ne  vieux.  Il  avait  de  bonne  heure,  beaucoup  vu,  beaucoup  souffert.  De  sa  personne,  il  était  faible  et  malade.  Tel  royaume,    tel  roi.  Voila  le  premier  roi  moderne,  un  roi  assis,  comme  l’effigie  royale  sur  les  sceaux.  Ce  médecin  malade  du  royaume  avait  a  le  guérir  de  trois  maux,  dont  le  moindre  semblait  mortel:  l’Anglais,  le  Navarrais,  les  compagnies.  Il  se  débarrassa  du  premier,  en  le  soulant  d’or.  Le  Navarrais  fut  baQu,  puis  paye,  éloigne,  on  lui  fit  espérer  Montpellier.  Les  compagnies  s’écoulèrent  vers  l’Espagne.  Le  roi  s’aQacha  un  brave  breton  de  Dinan,  le  sire  Bertrand  Du  Guesclin.  Il  lui  donna  une  récompense  telle  que  jamais  un  roi  n’en  avait  donne:  un  établissement  de  prince,  le  comte  meme  de  Longueville,  héritage  du  frère  du  roi  de  Navarre.    •  La  plus  grande  misère  de  la  France  c’était  bien  le  brigandage  des  compagnies:  licenciées  par  les  Anglais,  repoussées  en  Ile-­‐de-­‐France,  elles  refluaient  sur  le  Centre.    •  Les  Anglais  étaient  comme  on  est  dans  le  malheur,  de  plus  en  plus  malhabiles  et  malheureux.  Cependant,  les  imaginaLons  des  Français  étaient  frappées  depuis  Crécy  et  PoiLers.  Chose  bizarre,   les   Français   qui   avec   Du   Guesclin   forcèrent   les   Anglais   dans   plusieurs   places,  hésitaient  à  rencontrer  dans  la  plaine  ceux  qu’  lis  ne  craignaient  pas  de  donner  assaut.  Et  l’Angleterre  qui  n’avait  pu  conquérir  la  France,  entreprenait  de  plus  en  plus  la  conquête  de  l’Espagne.  Le  résultât  de  ceQe  nouvelle  imprudence  fut  de  donner  une  floQe  aux  Français:  le  roi  de  CasLlle  envoya  une  armée  navale  a  Charles  V.      
  29. 29. La  victoire  de  l’impôt  et  la  revanche:  1369-­‐1400  •  Une  guerre  nouvelle  (1369-­‐1380):  Charles  V  ayant  prévu  une  guerre  longue,  il  adapta  son  armée  et  ses  finances.  Il  fit  le  choix  de  peLts  effecLfs  (3400  hommes),  soldes  en  permanence,  composes   surtout   de   cavaliers   (3400   hommes   d’armes   et   600   arbalétriers   montes)  suscepLbles  de  répondre  sans  délai  aux  urgences  militaires.    •  La  reconquête  de  la  Guyenne  doit  beaucoup  a  ceQe  armée  rénovée.  Quant  aux  Anglais,  en  s’épuisant   a   organiser   des   chevauchées   au   lieu   de   meQre   en   défense   leur   château   de  Guyenne,  ils  ont  grandement  facilite  la  tache  de  la  peLte  armée  de  Charles  V.    •  Le  principal  fait  d’armes  de  Du  Guesclin  a  été  de  vaincre  de  Charles  de  Navarre  a  la  bataille  de  Cocherel  et  d’avoir  ainsi  sauve  le  trône  de  Charles  V,  mais  sa  bravoure  proverbiale  a  coute  très  cher  en  rançons  payées  par  son  royal  protecteur.    •  ConsolidaLon  insLtuLonnelle  et  idéologique:  Charles  V  inscrivit  pour  la  première  fois  dans  le  droit   l’exclusion   des   femmes   et   de   leur   descendance   a   la   succession   du   trône.   Charles   V  travailla  également  au  rayonnement  idéologique  de  la  monarchie.  Il  mulLplia  les  portraits  réalistes,   qui   sont   a   l’époque   rare   et   sont   réserves   aux   rois,   qu’il   plaça   sur   nombre   de  bâLments  qu’il  avait  rénoves  et  construits.      Statue  équestre  de  Bertrand  du  Guesclin  
  30. 30. La  victoire  de  l’impôt  et  la  revanche:  1369-­‐1400  •  Le  légendaire  de  la  royauté  française:    A  sa  sorLe  de  la  cathédrale,  lors  de  son  sacre,  le  roi  touche   des   écrouelles.   Sa   foncLon   lui   permet,   avec   l’aide   de   Dieu,   de   soigner  miraculeusement   ces   ganglions   d’origine   tuberculeuse   (mais   non   contagieux!)   en   les  touchant.    Bertrand  du  Guesclin  recevant  son  épée  de  Connétable  Raoul  de  Presle  présente  sa  traduc@on  au  roi  
  31. 31. La  victoire  de  l’impôt  et  la  revanche:  1369-­‐1400  •  Les  impôts  extraordinaires  survivent  a  l’accalmie  (1380-­‐1388):    Charles  V  abolit  les  fouages,  l’impôt  annuel  par  feu.    •  Les  Marmousets  (1388-­‐1392):  L’Etat  que  les  Marmousets  voulaient  centralise,  exemplaire  et  accepte  par  la  société.  La  principale  œuvre  des  Marmousets  a  consiste  a  doter  les  officiers  royaux  d’un  statut  qui  les  disLnguait  des  civils  et  les  protégeait  de  leurs  administres:  l’officier  en   exercice   était   désormais   le   représentant   du   roi,   donc   une   personne   publique,  reconnaissable  a  son  costume,  sous  la  protecLon  spéciale  du  roi  et  non  responsable  devant  les  sujets  des  décisions  de  son  souverain.  Ce  statut  leur  survivra.    •  Le   spectre   de   la   monarchie   élecLve,   apparu   en   1328,   était   écarté:   l’opposiLon   intérieure  était  désamorcée  par  une  poliLque  en  parLe  réformatrice,  tandis  que  l’Etat  royal  poursuivait  son  développement  en  s’étoffant  dans  deux  domaines  qui  lui  faisaient  défaut,  les  finances  et  la  guerre.    Charles  V  
  32. 32. L’âge  d’or  curial  de  la  fin  du  XIVème  siècle  •  Louis   d’Anjou   avait   hérite   en   1382   de   la   Provence,  qui   échappait   désormais   a   l’influence   impériale:   il  disputait   aussi   la   couronne   de   Naples   a   un  concurrent  hongrois.    •  Les  contours  de  la  cour:  La  cour  avait  pour  foncLon  de  prendre  en  charge  les  besoins  du  roi,  tant  sur  le  plan  prive  que  public.  La  montée  des  effecLfs  de  la  cour   était   une   tendance   lourde   depuis   le   XIIIème  siècle.  On  ne  connaît  pas  ceux  de  la  cour  de  Philippe  Auguste,   mais   il   y   a   fort   a   parier   qu’ils   étaient  modestes,   a   une   époque   ou   la   royauté   est   encore  sparLate  et  champêtre.  On  esLme  que  la  populaLon  des   Hôtels   princiers   rassemblaient   en   1400,   5   a  10.000   personnes   qui   résidaient   le   plus   souvent   a  Paris,  formant  peut-­‐être  10%  de  la  populaLon  de  la  ville.  La  populaLon  curiale  était  donc  nombreuse  et  structurée  en  réseaux  enchâsses.    •  Un   microcosme   original:   Le   propre   de   la   cour   est  d’entasser   dans   un   espace   réduit   une   foule  d’hommes   qu’une   distance   sociale   et   maximale  sépare.  La  cour  était  donc  un  organisme  qui  tendait  a  se   singulariser   et   a   s’isoler   du   reste   de   la   société  médiévale   par   son   mode   de   vie   et   les   habitudes  qu’on  y  acquérait.      
  33. 33. L’âge  d’or  curial  de  la  fin  du  XIVème  siècle  •  Le  trésor  royal,  ciment  de  la  cour:  L’aQracLvité  de  la  cour  reflété  la  puissance  du  roi,  car  c’est  la   qu’il   redistribue   le   pouvoir   et   les   richesses,   concentrées   entre   ses   mains,   alors   que  l’exercice  de  l’autorité  reste  fortement  personnalise.    •  Richesse  et  étalagé  de  richesse  parLcipaient  a  la  légiLmité  du  pouvoir.    •  La  puissance  du  souverain  reposait  largement  au  Moyen  Age  sur  une  économie  du  don  et  du  contre-­‐don   dont   la   cour   était   le   cadre   principal.   Le   trésor   royal   n’a   donc   pas   de   foncLon  patrimoniale,  mais  joue  le  rôle  d’une  pompe  a  finance  qui  irrigue  toute  la  société  curiale,  et  au-­‐delà  une  bonne  parLe  de  la  société  poliLque.  A  la  fin  du  XIVème  siècle,  le  roi  s’affirmait  comme   le   grand   ordonnateur   des   richesses   du   pays,   qu’il   concentrait   pour   mieux   les  redistribuer.      Paris  sous  Charles  V  Le  Golden  Russl  (cheval  d’or)  offert  par  Charles  V  
  34. 34. L’âge  d’or  curial  de  la  fin  du  XIVème  siècle  •  Le   roi   ordonnateur   des   normes   poliLques:   La   poliLque   de   Charles   V   d’acquisiLon,   de  traducLon   et   de   rédacLon   d’ouvrages   intéressant   l’exercice   du   pouvoir   consacre   une  évoluLon  commencée  sous  le  règne  de  Philippe  le  Bel,  évoluLon  qui  tendait  a  déplacer  la  réflexion   poliLque   de   l’université   vers   la   cour,   et   des   philosophes   ou   théologiens   vers   les  juristes.    •  Les  débuts  de  l’éLqueQe:  La  cour  ne  servait  pas  seulement  a  souder  des  élites  derrière  le  roi  par  la  circulaLon  des  richesses,  elle  était  aussi  un  écrin  pour  la  majesté  royale.  Jusque-­‐la,  les  palais   princiers   se   divisaient,   selon   l’usage   hérite   des   Carolingiens,   en   aula   (grande   salle  publique),   capella   (espace   religieux),   et   camera   (résidence).   Philippe   le   Bel   innova   en  subdivisant   ceQe   dernière   parLe   entre   chambre   de   parement,   ou   le   roi   tenait   conseil,  chambre  de  retrait  ou  ne  pénétraient  que  ses  hôtes  de  marque,  et  chambre  a  coucher  ou  il  restait  seul,  quiQant  ainsi  par  paliers  son  rôle  public  pour  redevenir  une  personne  privée.      Palais  de  la  Cite  
  35. 35. L’âge  d’or  curial  de  la  fin  du  XIVème  siècle  •  Le   rayonnement   de   la   cour:   Le   renouveau   curial   a   la   fin   du  Moyen   Age   manqua   une   étape   importante   dans  l’apprenLssage  de  la  maitrise  de  soi,  que  la  nouvelle  éLqueQe  imposée  par  le  souverain  rendait  nécessaire.    •  Lancelot,   c’est   le   héros   courtois   et   indémodable.   Il   est  l’archétype   du   chevalier   courtois:   il   est   beau,   bon,   généreux,  courageux,  preux,  et  aime  la  reine  Guenièvre  d’un  amour  aussi  impossible  qu’exclusif.        Les  tres  riches  heures  du  duc  de  Berry  
  36. 36. L’âge  d’or  curial  de  la  fin  du  XIVème  siècle  •  Le  développement  du  marche  de  l’art:  Jamais  on  n’a  produit  autant  d’objets  d’orfèvrerie,  de  tapisseries   ou   de   livres   a   peintures   que   lorsque   la   cour   est   devenue   le   moteur   de   la  consommaLon   de   luxe,   meme   si   une   grande   parLe   des   objets   de   luxe   produits   a   ceQe  époque  ont  une  dimension  modeste.    •  L’essor   de   la   vie   de   cour   ne   fut   certes   pas   l’unique   facteur   de   celui   de   la   consommaLon  arLsLque:  la  concentraLon  des  patrimoines,  sous  l’effet  de  la  dépression  démographique,  ainsi  que  la  piète  théâtrale  de  la  fin  du  Moyen  Age,  qui  poussa  les  fideles  a  acquérir  des  livres  d’heures  ou  des  images  pieuses,  eurent  leur  importance  dans  ce  développement.    Hospice  de  Beaune  
  37. 37. L’âge  d’or  curial  de  la  fin  du  XIVème  siècle  •  La  définiLon  d’une  culture  d’élite:  La  cour  est  laboratoire  de  culture  d’élite.  C’est  en  effet  le  lieu   ou   se   concentre   et   se   hiérarchise   la  meilleure   part   de   la   société   poliLque:   il   est  donc   logique   que   chacun   tente   de   s’y  disLnguer.    •  L’idéologie   courtoise   apparut   au   XIIème   siècle  dans  les  cours  princières  et  visait  a  civiliser  une  cour   peuplée   de   guerriers.   L’homme   courtois  devait   être   honnête,   loyal,   poli,   mesure,   mais  aussi  joyeux  et  généreux  (ce  qui  nourrissait  une  largesse  désinvolte).  •  InsLtuLon   de   la   cour   amoureuse   a   l’iniLaLve  de  Philippe  le  Hardi  le  jour  de  la  saint  ValenLn  illustre   bien   ce   glissement.   CeQe   société  liQéraire,   créé   pour   s’occuper   gracieusement  pendant  qu’une  épidémie  de  peste  ravageait  le  pays,   se   donnait   pour   but   d’honorer   et   servir  les  dames  et  les  demoiselles.    L’offrande  du  cœur  de  l’amant  a  sa  dame  
  38. 38. La  guerre  des  princes  (1407-­‐1435)  •  La  guerre  franco-­‐anglaise  reprit  en  1415.  Le  roi  d’Angleterre  conLnua  a  revendiquer  le  Ltre  de  roi  de  France  jusqu’en  1801.  L’envie  de  faire  la  guerre  est  revenue  aux  Anglais  après  avoir  constate  l’état  de  faiblesse  dans  lequel  la  luQe  des  princes  autour  d’un  roi  fou  avait  plonge  le  royaume  de  France.    •  La   seconde   phase   de   la   guerre   de   cent   ans   fut   avant   tout   le   fruit   de   la   concurrence   des  princes   pour   le   contrôle   de   l’Etat   qui   dégénéra   en   guerre   civile   et   relança   la   guerre  extérieure.  •  Les   rapports   ambigus   du   roi   et   des   princes:   Incapable   d’exercer   l’autorité   dans   tout   le  royaume  avant  de  se  doter  d’une  administraLon,  les  rois  en  déléguèrent  une  parLe  a  leurs  parents  ou  allies  qui  l’exerçaient  en  leur  nom  sur  leurs  terres.  La  gesLon  du  royaume  était  confiée  a  une  communauté  de  princes  unis  par  le  sang  et  des  intérêts  convergents.  •  Les   rapports   que   les   princes   entreLennent   avec   le   roi   oscillent   depuis   toujours   entre  soumission  et  émancipaLon,  selon  que  le  roi  est  fort  ou  qu’il  est  faible.  Or  Charles  VI  sombra  a  parLr  de  1392  dans  une  folie  de  30  ans.  En  ce  cas,  2  stratégies  s’offraient  aux  princes  les  plus  ambiLeux:  s’éloigner  du  centre  ou  au  contraire  tenter  de  le  dominer.      
  39. 39. La  guerre  des  princes  (1407-­‐1435)  •  Philippe   le   Hardi   était   a   la   tète   d’une   vaste  principauté.   Mais   celle-­‐ce   était   écartelée   entre  Flandre   et   Bourgogne,   France   et   Empire,   sans  cohérence  territoriale.  Il  en  était  de  meme  pour  celle  de  Louis  II,  duc  d’Anjou,  comte  de  Provence  et  roi  virtuel  de  Naples.     Philippe  le  Hardi,  duc  de  Bourgogne  Louis  II,  duc  d’Anjou  
  40. 40. La  guerre  des  princes  (1407-­‐1435)  •  La  schizophrénie  dont  était  aQeint  Charles  VI  se   caractérisait   par   une   alternance   de   crises  de   démence,   durant   lesquelles   il   devenait  furieux,   ne   reconnaissait   plus   personne,  frappait   tout   le   monde,   prétendait   s’appeler  Georges   et   avoir   pour   armes   un   lion  transperce   d’une   épée,   et   des   phases   de  rémission  qu’il  tentait  de  meQre  a  profit  pour  reprendre  le  pouvoir  en  main.      Charles  VI  
  41. 41. L’étrange  folie  de  Charles  VI  •  Un  peuple  de  noblesse  avait  surgi  avec  un  chaos  de   douteux   blasons.   Simples   autrefois   comme  emblèmes   de   fiefs,   mais   devenus   alors   les  insignes   des   familles,   ces   blasons   allaient  s’embrouillant   de   mariages,   d’héritages,   de  généalogies   vraies   ou   fausses.   Nos   morts   du  XIIème  siècle  n’auraient  pas  vu  sans  humiliaLon  sans   horreur   leurs   successeurs   du   XIVème.   Les  femmes   portaient   des   cornes   a   la   tète,   les  hommes   aux   pieds   ;   leurs   becs   de   souliers   se  tordaient   en   cornes,   en   griffes   en   queues   de  scorpion.   Costumes   échangés   entre   hommes   et  femmes.  CeQe  Babel  de  costumes  et  de  blasons  e x p r i m a i t   t r o p   f a i b l e m e n t   e n c o r e  l’embrouillement  des  idées.    •  La  discorde  intellectuelle  et    morale  se  traduisait  en   guerre   civile   :   en   France   se   préparent   les  guerres   d’Orléans   et   de   Bourgogne,   en  Angleterre  celles  de  Lancaster  et  d’  York.      
  42. 42. Un  roi  fini  d’a  peine  20ans!  •  Les   nouveaux   gens   du   roi,   ces   marmousets,  comme  on  les  appelait,  rendirent  à  la  ville  de  Paris   ses   échevins   et   son   prévôt   des  marchands.  Le  gouvernement  était  plus  sage,  mais  le  roi  était  plus  fol.  A  défaut  de  batailles,  il   lui   fallait   des   fêtes.   Combien   fallait-­‐il   de  tournois   pour   le   dédommager   des   combats  réels,   combien   de   fêtes,   de   bals,   de   vives   et  rapides   amours,   pour   lui   faire   oublier   la   vie  dramaLque   de   la   guerre,   ses   joies,   ses  hasards  !  A  la  fête  organisée  dans  l’abbaye  de  Saint   Denis,   le   lait   et   le   vin   coulaient   des  fontaines   ;   des   musiciens   jouaient   à   chaque  porte  que  passait  la  reine.  A  vingt-­‐deux  ans,  le  roi   était   fini   ;   il   avait   use   deux   vies,   une   de  guerre,  une  de  plaisirs.  La  tète  était  morte,  le  cœur  vide  ;  les  sens  commençaient  a  défaillir.  
  43. 43. L’étrange  folie  de  Charles  VI  •  Charles   fait   une   merveilleuse   rencontre   lors  d’une  chasse  :  il  vit  un  cerf  qui  portait  un  beau  collier   de   cuivre   dore,   ou   on   lisait   ces   mots  laLns   :   «   Cesar   hoc   mihi   donavit   ».   La   faible  imaginaLon   de   l’enfant,   déjà   gâtée   par   les  romans   de   chevalerie,   fut   frappe   de   ceQe  aventure.  Des  lors,  il  plaça  su  son  écusson  le  cerf   merveilleux   et   donna   pour   support   aux  armes  de  France  la  malencontreuse  figure  du  cornu  et  fugiLf  animal.  Jamais  plus  faible  roi,  mais   jamais   la   France   n’avait   été   si   forte.  Pendant   tout   le   XIIIème   et   XIVème   siècles   a  travers   les   succès   et   les   désastres,   elle   avait  constamment   gagne.   Apres   la   défaite   de  Courtrai,   elle   gagna   la   Champagne   et   la  Navarre   ;   après   la   défaite   de   Crécy,   le  Dauphine   et   Montpellier   ;   après   celle   de  PoiLers,  la  Guyenne,  les  deux  Bourgognes,  la  Flandre.   Etrange   puissance,   qui   réussissait  toujours  malgré  ses  fautes,  par  ses  fautes.      
  44. 44. La  guerre  des  princes  (1407-­‐1435)  •  La  rivalité  des  ducs:  Louis  d’Orléans  ne  visait  pas  la  sécession  comme  le  duc  de  Bretagne,  mais  plutôt  la  tutelle   de   son   frère   et   du   royaume   en   aQendant   que   ses   neveux   soient   en   âge   de   gouverner.   Chaque  dossier  évoque  au  conseil  l’oppose  a  son  oncle,  le  duc  de  Bourgogne.  Dans  la  paralysie  de  la  monarchie  entrainée  par  la  rivalité  des  ducs,  la  reine,  les  ducs  de  Berry  et  de  Bourbon  ainsi  que  d’autres  membres  influents   du   conseil   tentèrent,   avec   le   souLen   du   roi   dans   ses   moments   de   lucidité,   d’organiser   un  gouvernement  qui  pourrait  s’imposer  aux  ducs  rivaux.    •  A  la  mort  de  Philippe  le  Hardi  en  1404,  le  rapport  de  force  entre  les  princes  s’inversa  brusquement  et  radicalisa  la  luQe  entre  les  deux  parLs:  le  nouveau  duc  de  Bourgogne,  Jean  sans  peur,  n’était  plus  qu’un  cousin  du  roi,  de  la  meme  généraLon  que  Louis  d’Orléans.  La  situaLon  de  Jean  sans  peur  au  conseil  du  roi  ne  s’améliorant  pas,  il  n’eut  d’autre  choix  que  de  renoncer  a  toute  ambiLon  ou  d’éliminer  son  rival.  Il  fit  assassiner  Louis  d’Orléans  a  Paris  en  1407.  Jean  sans  peur  Assassinat  du  duc  d’Orléans  
  45. 45. La  rivalité  des  deux  maisons  Orléans  et  Bourgogne  •  Portugal,   Bourgogne,   Bretagne,   Navarre,   Lancaster,   toutes  les  branches  cadeQes  se  trouvaient  liées  entre  elles.  Contre  ceQe  conjuraLon  de  la  poliLque,  le  duc  d’Orléans  se  porta  pour  champion  du  vieux  droit.  Le  duc  de  Bourgogne  n’avait  pas  besoin  d’une  bataille  pour  perdre  son  neveu,  il  n’y  avait  qu’a  le  laisser  faire  :  il  avait  pris  un  rôle  impopulaire  qui  le  menait   a   sa   ruine.   Le   duc   d’Orléans   voulait   la   guerre,  demandait  de  l’argent  au  peuple,  au  clergé  meme.  Le  duc  de  Bourgogne  voulait  la  paix  (le  commerce  flamand  y  avait  intérêt)   ;   riche   d’ailleurs,   il   se   popularisait   par   un   moyen  facile,  il  défendait  de  payer  les  taxes.    •  Le   duc   d’Orléans,   maitre   de   la   reine   Isabeau   semblait  vouloir   l’être   du   royaume.   Il   profita   d’une   rechute   de   son  frère   pour   se   faire   donner   par   lui   le   gouvernement   de   la  Normandie.  Le  duc  de  Bourgogne  arrêta  le  duc  d’Orléans  et  la  reine  dans  leur  fuite  pour  Melun.  L’exaspéraLon  de  Paris  contre   les   taxes,   la   jalousie   des   princes   contre   le   duc  d’Orléans,  rendirent  un  moment  Jean-­‐sans-­‐Peur  maitre  de  tout.  Le  duc  de  Bourgogne  comptait  sur  Paris.  Les  bourgeois  avaient  été  autorisés  à  se  meQre  en  défense,  à  refaire  les  chaines  de  fer  qui  barraient  les  rues  ;  on  en  forgea  plus  de  600  en  8  jours.    La  reine  Isabeau  de  Bavière    
  46. 46. La  guerre  des  princes  (1407-­‐1435)  •  La   luQe   entre   Armagnacs   et   Bourguignons:   L’assassinat   du   duc   d’Orléans   transforma   une  rivalité  poliLque  en  une  guerre  civile  pour  28  ans…  C’est  l’obsLnaLon  de  Jean  sans  peur  a  refuser  les  voies  tradiLonnelles  de  la  réconciliaLon  qui  rendait  la  famille  d’Orléans  d’autant  plus  intransigeante.    •  La  guerre  civile  sans  les  Anglais:  Louis  d’Orléans  s’inscrivait  dans  la  conLnuité  poliLque  des  Marmousets,  allait  jusqu’au  bout  de  la  logique  réformatrice  qui  prônait  une  amélioraLon  de  l’Etat.   Cela   passait   par   l’affirmaLon   de   la   souveraineté   royale,   en   parLculier   contre  l’Angleterre  ou  le  pape.  En  face,  le  duc  de  Bourgogne  défendait  la  paix  par  la  diplomaLe  pour  résoudre   le   schisme   et   le   conflit   avec   l’Angleterre.   Sa   reforme   poliLque   s’entendait   plus  généralement   dans   un   perspecLve   réacLonnaire   de   retour   au   bon   temps   de   saint   Louis,  perçu  comme  un  âge  d’or  mythique  ou  la  monarchie  était  a  l’écouté  de  ses  sujets,  le  poids  de  l’Etat  royal  léger  et  l’impôt  inexistant.    
  47. 47. La  guerre  des  princes  (1407-­‐1435)  •  Jean  sans  peur  entreLent  en  parLculier  la  sympathie  des  bouchers  parisiens,  riches  mais  mal  considères,  qui  s’opposaient  volonLers  a  l’establishment  de  financiers  qui  tenait  et  soutenait  le  parL  adverse.  L’agitaLon  soutenue  par  les  bouchers  bourguignons,  commença  a  gagner  la  populaLon   de   la   capitale   et   conduisit   l’écorcheur   Simon   Caboche   a   prendre   la   tète   d’une  insurrecLon  d’arLsans,  a  la  première  rumeur  de  menace  armagnaque.    Révolte  cabochienne  L’arrivée   de   Charles   d’Orléans   a   la   fin   du   mois  donna   le   signal   d’une   épuraLon   anL  bourguignonne.      Simon  Caboche  
  48. 48. Armagnacs  et  Bourguignons  •  Tout   semblait   rassurant,   en   entrant   dans   la   ville   de   Paris   ou   l’acte   avait   été   commis,   il   ne   pouvait  s’empêcher  de  trembler.  Le  duc  de  Bourgogne  alla  droit  a  son  hôtel,  fit  camper  toutes  se  troupes  autour.  Le  peuple,  comme  les  femmes,  aime  les  forts  :  Ferrum  est  quod  amant.  On  donna  au  duc  de  Bourgogne  le  surnom  de  Jean-­‐sans-­‐Peur  :  sans  peur  des  hommes  et  sans  peur  de  Dieu.    Tous  voulurent  être  du  cote  d’un  homme  qui  frappait  si  fort  ;  la  mort  du  duc  d’Orléans,  celle  de  Montaigu,  le  massacre  de  Liège,  c’étaient  trois   grands   coups.   Il   prenait   les   finances   en   main,   desLtuant   au   nom   du   roi   et   des   princes   tous   les  trésoriers,  en  meQant  à  leur  place  des  bourgeois  de  Paris,  des  gens  riches,  Lmides  et  dépendants.  •  Tel  était  Paris,  mais  hors  de  Paris  se  formait  un  grand  orage.  Le  duc  d’Orléans  n’était  qu’un  enfant,  un  nom  :  mais  autour  de  ce  nom  se  serraient  naturellement  tous  ceux  qui  haïssaient  le  duc  de  Bourgogne  et  le  roi  de  Navarre.    •  Les  Armagnacs,  ces  chasseurs  de  Pyrénées  et  des  Landes,  ces  lestes  piétons  du  Midi,  valaient  mieux  pour  la  peLte  guerre  que  pour  commander  les  grandes  armées.  Nos  rois  crurent  s’aQacher  ces  Armagnacs  en  les  mariant  a  des  princesses  de  sang.  Des  que  le  duc  d’Orléans  fut  assassine,  le  comte  d’Armagnac  se  porta  pour  son  ami,  pour  son  vengeur.  Ce  qui  rendit  ces  Armagnacs  exécrables,  ce  fut,  outre  leur  férocité,  la  légèreté  impie  avec  laquelle  ils  traitaient  les  prêtres,  les  églises,  la  religion.  On  aurait  dit  une  vengeance  d’Albigeois,  ou  l’avant  gout  des  guerres  protestantes.  Les  choses  en  étaient  venues  à  ce  point  que  les  Anglais  étaient  moins  odieux  aux  Français  du  Nord  que  les  Français  du  Midi.  Les  deux  moiLes  de  la  France  se   sont   rapprochées,   il   est   vrai,   pour   se   haïr   ;   le   Midi   est   venu   visiter   le   Nord,   comme   au   temps   des  Albigeois  le  Nord  visita  le  Midi.    
  49. 49. La  guerre  des  princes  (1407-­‐1435)  •  La  guerre  civile  profite  aux  Anglais:  Elle  a  aiguise  leur  appéLt.  Jean  sans  peur  fut  le  premier  a  faire   appel   a   l’aide   anglaise   en   septembre   1411   pour   obtenir   un   conLngent   militaire  suscepLble  de  débloquer  Paris  que  Charles  d’Orléans  tentait  de  prendre.  •  Henri  V  rêvait  de  fédérer  la  noblesse  anglaise  dans  une  grande  aventure  guerrière.  Il  reprit  donc   a   son   compte   les   revendicaLons   de   son   grand   père,   Edouard   III,   a   la   couronne   de  France.  La  retraite  d’Henri  V  fut  arrêtée  a  Azincourt  le  25  octobre  1415  par  une  armée  royale  sous  le  commandement  du  connétable  armagnac  Charles  d’Albret,  qui  n’avait  pas  juge  bon  de  convoquer  Jean  sans  peur.  Ce  jour  la,  15.000  Français,  vicLmes  de  la  pluie,  de  la  boue  et  surtout  de  la  mauvaise  disposiLon  stratégique  qui  les  empêcha  de  se  déployer  en  ligne  et  en  fit  une  proie  facile  pour  l’archerie  anglaise,  furent  défaits  par  7000  Anglais,  faLgues  et  sur  le  départ.    Henri  V  
  50. 50. La  guerre  des  princes  (1407-­‐1435)  •  La   voie   était   libre   pour   la   conquête,   qui   commença   en   1417.   le   gouvernement   armagnac  s’avéra   incapable   d’enrayer   la   progression   des   Anglais.   Faute   de   pouvoir   lever   les   impôts  pour   poursuivre   la   guerre,   il   renoua   avec   la   praLque   des   mutaLons   monétaires,   qui  poussèrent  a  son  comble  son  impopularité.    •  La   rencontre   de   Montereau   fut   conçue   comme   un   véritable   guet-­‐apens:   sur   un   signe   du  Dauphin:  les  ultras  du  parL  armagnac  présents  dans  la  peLte  escorte  de  Charles  se  jetèrent  sur  Jean  sans  peur  pour  le  frapper  a  mort.    Assassinat  de  Montereau  
  51. 51. La  guerre  des  princes  (1407-­‐1435)  •  Les  Trois  France  (1420-­‐1435):  Henri  V  dominait  la  Guyenne  et  la  Normandie  depuis  1420,  l’Ile-­‐de-­‐France  après  1423,  le  Maine  après  1425,  ainsi  que  le  pays  chartrain,  la  Champagne  et  la  Brie:  il  reçut  aussi  l’hommage  de  la  Bretagne  et  de  la  Bourgogne  française.    •  La  France  anglaise  n’était  pas  une,  mais  quadruple:  on  y  trouvait  le  vieux  duché  de  Gascogne  avec  sa  tradiLon  autonomiste,  les  conquêtes  récentes  de  Lancastre  en  Normandie  tenues  sous   tutelle   étroite,   une   principauté   de   Bourgogne   sur   la   réserve   et   une   Bretagne  franchement  neutre.    •  Les  Armagnacs  conservaient  des  forteresses  en  plein  pays  ennemi,  dont  le  plus  célèbre  était  le  Mont  Saint-­‐Michel.  
  52. 52. La  guerre  des  princes  (1407-­‐1435)  •  Le  prince  et  sa  noblesse:  Charles  VII  est  un  souverain  pauvre,  aussi  la  vie  curiale  a  désormais  fui  PoiLers  ou  Paris  pour  se  recréer  au  profit  des  princes  dans  leurs  capitales  provinciales.  La  cour  la  plus  brillante  du  temps  était  assurément  celle  de  Philippe  le  Bon  (Philippe  de  Bourgogne).  •  Il   organisa   le   banquet   du   Faisan   en   1454   pour   relancer   la   croisade.   Les   cérémonies   bourguignonnes  poursuivaient  avec  éclat  le  processus  de  théâtralisaLon  et  de  ritualisaLon  de  la  vie  poliLque  entame  au  XIVème   siècle.   Le   resserrement   des   liens   entre   les   princes   passait   aussi   par   la   fondaLon   d’ordres   de  chevalerie  –  l’ordre  de  la  Toison  d’or  créé  par  Philippe  le  Bon  en  1429.  Banquet  du  Faisan  

×