Nous sommes si différemment identiques

154 vues

Publié le

Il faut des chocs (des crises profondes) pour voir évoluer une société.
L'année 2015 aura été hors normes.
Une nouvelle ère prend forme.

Le maître-mot (la clé) est celui de "confiance".

A confiance, j'associerais la liberté, la sécurité, la foi, l'assurance, la valeur morale, le positif !

La valeur confiance a perdu de sa superbe en 2015, tout particulièrement envers les Politiques et autres instances représentatives (dirigeantes) du citoyen et/ou du salarié.

Perte d'audibilité, une communication peu lisible en faveur de réelles propositions d'avenir, un manque de "convictions humanistes et d'éthique" (cf. Jean-Pierre Raffarin), une "envie d'y croire, de projets communs" (cf. Fabien Marcot / Sylvie Aebisher) dépassant les clivages d'idées, de conquérir les coeurs et consciences (cf. Fabien Marcot / Sylvie Aebisher), lâcher le conformisme, le millefeuille hiérarchique vertical au profit d'une pensée collaborative, horizontale (cf. Jean Peyrelevade), etc.

Parmi les causes, l'attrait pour le cout-terme, à l'action visible au détriment de la "Pensée".

Une pensée transcrite par les "philosophes d'aujourd'hui" (quelles que soient leurs "orientations") qui ne suscite que peu d'engouement, d'écoute.

Serait-elle trop éloignée de la réalité, du quotidien ou l'être humain ne saurait-il plus être croyant envers des idées nécessitant de profonds changements ?

Un changement bâti sur le passé, tenant compte du présent mais surtout ouvert au futur !
Comment provoquer un changement positif ?
Comment recouvrer une confiance dépassant toutes les peurs, les haines, le rejet ?

Citoyens du monde, unissons-nous pour imaginer, pour décider d'une société socialement et humainement responsable !

Publié dans : Actualités & Politique
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
154
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Nous sommes si différemment identiques

  1. 1. 28 u Libération Lundi 14 Décembre 2015 Front de gauche: merci pour ces élections! Pour la gauche de la gauche, les régionales sont un échec cuisant. Au gré des reculs électoraux, les appareils du Front de gauche ne défendent plus, dans ces fusions, que leur propre survie: comment incarner alors une alternative? E videmment, les résultats des élec- tions régionales sont durs à avaler. Dans un océan d’abstention, la poussée du Front national est au centre du débat. Mais qui ne s’attendait pas à cette débâcle programmée? Bien sûr, cet échec est d’abord celui de la politique libérale du gouvernement socialiste. Mais soyons honnêtes: cet échec, c’est aussi celui de la gauche de la gauche. Alors que les alter- nances se suivent et se ressemblent, alors que le Parti socialiste comme l’UMP appli- quent, tour à tour, les mêmes politiques d’austérité, alors que le chômage et la pré- carité continuent d’augmenter, alors que les crises financières s’enchaînent, alors que le dérèglement climatique s’aggrave, alors que, plus que jamais, il y a besoin d’une alternative, le Front de gauche n’a pas su l’incarner. Pourquoi en six ans n’a- t-il pas réussi son pari initial: passer en tête de la gauche et devenir majoritaire? «On arrête tout et on réfléchit». C’était le mot d’ordre de l’An 01 en 1970. Finis- sons-en avec le Front de gauche, et tra- vaillons enfin à autre chose! Cartel électoral sans cohérence politique forte, le Front de gauche n’a sans doute jamais réussi à se positionner clairement dans l’espace politique. Quand certains se rêvent aux portes du pouvoir, d’autres se satisfont très bien de n’être que «la vita- mine de la gauche», ceux que l’on choisit au premier tour pour «envoyer un message». Les critiques les plus radicales des renonce- ments du gouvernement Hollande n’empê- chent pas, en effet, l’appel systématique et illisible à se rassembler autour du PS au se- cond tour. Certes, la pureté idéologique n’a pas suffi pour faire de Lutte ouvrière ou du NPA des partis de masse, mais le position- nement en dehors de l’échiquier politique classique est nettement un ressort fort de la dynamique du FN. Au gré des reculs électo- raux, les appareils du Front de gauche ne défendent plus, dans ces fusions, que leur propre survie: comment incarner alors une vraie alternative, une «force qui va»? A Bobigny: 73% d’abstention. Les classes populaires ne sont majoritairement pas allées voter dimanche 6 décembre. Cette abstention est logique, la gauche ne les re- présente plus. La sociologie des organisa- tions du Front de gauche s’est, comme celle du PS, dangereusement éloignée de leur base populaire. Conscient de ce décalage, le Front de gauche a eu recours, comme tous les autres partis, à la vieille ficelle du ci- toyennisme. On affiche quelques «citoyens» (les guillemets sont nécessaires) comme on affiche quelques représentants des «mino- rités». Plus profondément, le Front de gau- che n’arrive pas à clarifier à qui il s’adresse. Il a hérité de la gauche des années 80 ce tra- vers du misérabilisme: à ne plus penser la société en terme de lutte des classes, il se cantonne à défendre «les opprimés», «les pauvres», «les exclus». Il aurait pourtant eu vocation à mettre les classes populaires, majoritaires dans le pays, au centre de son projet. A partir de là, il aurait pu rassembler Par SYLVIE AEBISHER et FABIEN MARCOT Anciens militants du Front de gauche Manifestation à l’appel du Front de gauche pour dénoncer l’austérité et la finance et appeler à un changement de république, à Paris, le 5 mai 2013.
  2. 2. Libération Lundi 14 Décembre 2015 u 29 une majorité sociale, en défendant tous ceux à qui le système actuel ne promet que déclassement, des classes populaires aux professions intermédiaires voire aux clas- ses moyennes supérieures. Il en est loin. Mais devenir majoritaire électoralement, c’est d’abord conquérir les cœurs et les consciences. Ce sont des dizaines d’an- nées de bataille culturelle pour mettre en avant des thèmes sécuritaires et la peur des étrangers, relayés par les médias et une grande partie de la classe politique, qui fait aujourd’hui la force du FN. Ce sont les dizaines d’années de bataille idéolo- gique menée par les partisans du néolibé- ralisme, martelant le TINA («There is No Alternative!»), la répétition des défaites sociales qui pèsent sur les consciences et créent la résignation. Etre une vraie force politique, c’est d’abord convaincre qu’il existe une alternative, c’est s’extraire des thèmes que nos adversaires nous im- posent. Mais depuis les années 80, la gau- che ne veut plus changer la vie. Elle ne propose plus que de «résister à l’austérité», autant dire simplement ralentir la catas- trophe. Même le Programme commun avec Mitterrand allait plus loin que «L’hu- main d’abord»! Qui croit que des forces politiques dont le programme tient en un drapeau, quelques slogans de manif («Non à la loi Macron!», «La retraite à 60 ans!») et une série de mesures parasyn- dicales peut raisonnablement incarner une alternative? Les mots, les slogans, jamais remis en cause et répétés en boucle entre convaincus, ne parlent plus à per- sonne. Qui espère vraiment convaincre en tendant un tract «Contre la marchandisa- tion!», «Non à l’austérité!»? C’est avec l’envie qu’il faudrait renouer. L’envie d’y croire. L’envie de construire un projet ensemble. L’envie de s’impliquer. L’envie d’aller voter. L’envie s’ancre dans un projet positif, partant des préoccupa- tions concrètes quotidiennes pour cons- truire un tout cohérent. Un projet qui se- rait radical parce qu’il s’attaque à la racine des problèmes et non parce qu’il est contre tout. A quand un mouvement dont les pro- positions seraient plus fortes que ce qu’il conteste? Remisons enfin nos mots de militants qui glissent sur les consciences sans jamais toucher ceux à qui ils s’adres- sent. Osons ne pas asséner nos symboles comme un préalable. Parlons pour être entendus. Dans ce domaine, Podemos aura au moins eu le mérite de lancer des pistes. Il faut prendre conscience de com- bien se joue sur ce que l’on incarne: plus qu’un programme très détaillé, ce sont ces quelques adjectifs qui nous sont accolés qui nous identifient. Nous avons besoin de fraîcheur! Du fond à la forme, tout doit concorder pour incarner une force posi- tive, nouvelle et radicale. Pour y arriver, il nous faudra oser un jour de nouveaux outils et de nouvelles têtes, vraiment représentatives et incarnant l’avenir. Le Front de gauche est mort. Il aura permis à la gauche éparpillée de relever la tête mais il ne suffit plus. Le score d’Europe Ecologie- les Verts (EE-LV), même allié au Front de gauche, montre que ce n’est pas d’un re- groupement de toute l’opposition de gau- che que viendra l’alternative. C’est d’une vraie recomposition dont nous avons be- soin, qui fasse bouger les lignes et se passe par-delà les appareils politiques actuels, s’ancrant profondément dans la société. 2017 est déjà dans toutes les têtes, inutile pourtant d’espérer avoir réussi cette recom- position d’ici là. Une telle recomposition prendra du temps: prenons-le, osons-le, vraiment.•
  3. 3. 0123JEUDI 17 DÉCEMBRE 2015 «Courir derrièreleFN estunefuite» PourJean-PierreRaffarin,ladroite doitabandonnerlesdérivespopulistes ENTRETIEN J ean­Pierre Raffarin, séna­ teur de la Vienne et ancien premier ministre, incarne le courant humaniste au sein du parti Les Républicains (LR). Il tire les enseignements du scrutin des régionales. Comment interprétez-vous l’éviction de Nathalie Koscius- ko-Morizet de son poste de numéro deux des Républicains et son remplacement par Laurent Wauquiez? Ce n’est pas un bon signal. L’éviction est une mauvaise solu­ tion.L’apaisementestlepréalable au rassemblement. Est-il encore possible d’avoir un avis divergent chez LR? Chacun peut et doit assumer sa liberté d’opinion. Je ne vois pas de manquements à l’éthique de la di- versité chez NKM. Votre refus de rester président du conseil national du parti a-t-il un lien avec votre désaccord avec Nicolas Sarkozy sur le «ni-ni»? Quand Nicolas Sarkozy a an- noncé l’organisation d’un conseil national en février 2016, j’ai dit que je ne le présiderai pas. Dans la période qui s’ouvre, je souhaite rester libre, sans occuper une fonction qui puisse me priver de mes libertés d’expression et m’empêcherdem’engagerdansla campagne de la primaire. C’est une force que d’être désintéressé. La poussée du FN aux élections régionales doit-elle aboutir à une recomposition politique? Oui. Il faut avoir conscience du contexte d’extrême gravité dans lequel nous sommes. Nous vi- vons trois crises simultanées. N’oublions pas, d’abord, que nous sommes dans une situation de guerre. Les menaces terroristes restent fortes contre notre pays. Ensuite, la crise économique et sociale est, elle aussi, profonde. La situation de l’emploi est particu- lièrement préoccupante car il n’y a pas de perspectives d’éclaircie. Enfin, nous sommes confrontés à une crise politique, avec un FN haut et en position de se qualifier au second tour en 2017, ce qui doit nous interpeller durablement. Il nous faut combattre l’impuis- sance politique. Pour cela, le PS devrait rompre d’abord avec le Front de gauche puis avec ses frondeurs pour devenir un vrai parti social-démocrate. De notre côté, nous devrions regagner la confiance des électeurs en aban- donnant les promesses intena- bles et les dérives populistes. Rien n’est gagné pour 2017. Pourquoi souhaitez-vous que la droite «travaille avec le gouvernement»? Il ne s’agit pas de faire un gou- vernement d’union nationale, LR et le PS sont définitivement ri- vaux. Mais si l’on veut éviter que le FN soit la clé de l’élection de 2017, il faut engager de manière prioritaire une action contre le chômage, première source du vote FN. L’opposition devrait soutenir le gouvernement sur un projet am- bitieux. Pour cela, Manuel Valls devrait associer l’opposition à l’élaboration des mesures desti- néesàfairereculerlechômage.Ce sujet doit réunir l’ensemble de la classe politique pour que l’on metteenœuvre«unplanrépubli- cainpourl’emploi»dèslemoisde janvier 2016, avec un développe- ment de l’apprentissage, des faci- lités pour les investissements dans les entreprises, un vrai allé- gement des complexités… Beaucoup d’élus LR y sont opposés… Labataillepoliticiennesurcesu- jet est irresponsable car elle nour- rit le FN. Parier sur l’échec des so- cialistes en matière d’emploi se- rait pour l’opposition une erreur car la carte du vote FN et celle du chômage sont quasiment super- posables. Le sursaut politique ré- publicain observé dans les urnes peut être prolongé par un sursaut économique républicain. C’est une réponse de fond et d’action à la montée de l’extrême droite. Pourquoi vous êtes-vous opposé à la ligne du «ni-ni» portée par Nicolas Sarkozy? Il fallait montrer que nous vou- lions absolument éviter qu’une région de France tombe dans les mains du FN. Nous aurions pu af- ficher clairement cette priorité. Ilnousfautuneéthiquerépubli- caine: les socialistes sont nos ad- versaires mais notre attitude ne peut pas être la même à l’égard d’un républicain et d’un extré- miste. La ligne droitière de Nicolas Sarkozy peut-elle mener votre camp à la victoire en 2017? En tant que représentant de l’ex- UDF, avec des convictions libéra- les et humanistes, j’ai évidem- ment des différences politiques avec Nicolas Sarkozy. Je reconnais sa puissance et sa capacité d’auto- rité.Salignepolitiqueestunepar- tie forte de notre mouvement mais ne peut pas représenter tout le mouvement. A-t-il raison de reprendre des thèmes du FN pour séduire ses électeurs? Courir derrière le FN est une fuite et une stratégie fragile. On doit formuler des propositions suffisamment fortes, crédibles et incarnéespourfairevenirlesélec- teurs sur nos idées, au lieu d’aller vers ce que propose le FN. On ne doit pas aller chercher les élec- teurs frontistes en disant «votre colère est légitime» mais en dé- montrant que nous avons les bonnes réponses pour eux. Y a-t-il un risque d’implosion de LR, entre les «droitiers» et les «modérés»? Lerassemblementestnécessaire car il faut qualifier notre candidat pourlesecondtourdelaprésiden- tielle. Or, ce n’est plus acquis par le fait nouveau que le FN s’est mis en position probable d’atteindre le second tour en 2017. En 2002, la création de l’UMP permettait de qualifiernotrecandidat.Depuis,la culture centriste-libérale a été en partie dissoute dans l’ensemble. C’est une faiblesse. La culture du volontarisme et celle de la tempé- rance doivent cohabiter et coexis- ter.Sicelanedevaitpasêtrelecasà l’avenir, la qualification de notre candidat au second tour de la pré- sidentielle deviendrait incertaine. «Manuel Valls devrait associer l’opposition à l’élaboration d’un “plan républicain pour l’emploi”» Jugez-vous François Hollande renforcé après les attentats, la COP21 et les régionales? Le président fait preuve d’une habiletéredoutable.Ilestplusfort en politique qu’en économie. Il a parfaitementgérélaCOP21,aétéà la hauteur lors du drame national il y a un mois et a réalisé un coup de maître politique, en retirant ses candidats aux régionales en PACA et dans le Nord. Cet acte d’apparence désintéressée, c’est cequedemandentlesFrançaisàla politique. Je mesure les arrière- pensées et la part de malice de François Hollande, dont il ne faut pas sous-estimer l’habileté pour 2017. Réussir à sortir le chômage des radars de l’opinion publique fut très efficace. Vigilance. p propos recueillis par matthieu goar et alexandre lemarié
  4. 4. Mercredi 16 décembre 2015 Les Echos Laverticaleduconformisme Depuisdessiècles,lasociétéfran- çaise est organisée en grands appareils verticaux, ce qui la rend difficile à réformer. Tel est le cas dans l’ordre institution- neloù,depuis1962,l‘électionausuffrage universelduprésidentdelaRépublique vientcouronnerunelonguetraditionde pouvoir centralisé. Le chef de l’exécutif incarnelasouverainetépopulaire,privi- lège qu’il partage avec le législateur. Qu’est-cequel’intérêtgénéral ?L’expres- sion de la volonté du peuple répondait Rousseau, depuis lequel le concept n’a pasétémodifié.L’Etatensonsommetest doncleseulgardiendel’intérêtgénéral. De façon plus générale, notre sys- tème politique est verticalisé par l’orga- nisation même des partis, qui sont reconnusparlaConstitution.Leurshié- rarchies internes, toutes similaires, sont ajustées sur la trajectoire idéale d’une carrière visant à conduire leurs meilleurs éléments aux plus hautes fonctions : militant de base, responsa- bled’unesectionlocale,secrétaired’une fédération départementale, membre d’un conseil national, puis d’un bureau politique, enfin, chef de parti. A ce niveauondevient,commesoutiendans la majorité, comme adversaire dans l’opposition, un interlocuteur du gou- vernement et un invité des médias. Les appareils syndicaux sont bâtis à l’identique. Un chef syndical doit sui- vre, dans l’ordre économique et social, un parcours similaire à celui de son homologue en politique. A l’intérieur de chaque centrale syndicale, les pro- motionssefontdansdesconditionsqui ne sont pas très différentes de celles en vigueur dans les partis. Et l’élection à intervalles réguliers des représentants du personnel dans les entreprises donne aux responsables élus une aura de légitimité qui s’apparente à celle dont se prévalent les politiques. Pouvoir politique et contre-pouvoir social, issus de deux matrices similai- res, discutent donc et, le cas échéant, s’affrontent, chacun au nom de l’inté- rêt général, du haut de leurs pyrami- des respectives. Le dialogue social se déroule entre grands dirigeants, au sommet de la montagne. Cela, d’autant que le monde de l’entreprise lui-même a accepté d’entrer dans ce modèle. De manière paritaire, les par- tenaires sociaux ont divisé le système productif en sept cents branches, cha- cune ayant vocation à écrire sa con- vention collective, comme si les struc- turesdel’économieétaientintangibles et les frontières entre activités figées pour l’éternité. Dans ce superbe jardin à la française, les normes descendent du ciel vers la terre : d’abord la loi (l’Etat), puis l’accord interprofession- nel (niveau du patron du Medef et des leaders des confédérations syndica- les), puis les accords de branche (fédé- rations), puis d’entreprise (sections). Cetteverticalitégénéraliséeaunetri- ple conséquence. Tout d’abord, l’entre- priseconstituéeetlesalariatysontpar- faitement représentés, jusqu’au plus hautniveau.Maislesprofessionsquine relèvent ni de l’une, ni de l’autre et n’ont pas suorganiserleurreprésentationen pyramides de même hauteur sont structurellement déclassées. Tel est le casdesprofessionslibérales,desméde- cins,desavocats,desartisans,desentre- preneurs individuels : lorsqu’ils apos- trophent l’Etat, d’en dessous si je puis dire, ils donnent l’impression de défen- dre des intérêts particuliers, contre l’intérêt général. Donc ils sont suspects avantmêmedeparler.Quantàceuxqui n’ont pas de représentation propre (les chômeurs), ils n’existent pas. Deuxième conséquence, comme les structuresproductivessontimmuables etquelessalariésleursontattachésàvie (ou vus comme tels), notre système de protection sociale est fondé sur l’entre- prise ou la branche, jamais sur l’indi- vidu. Formation professionnelle, santé, prévoyance, retraites complémentai- res,l’employeurdoittoutnaturellement financer l’entretien d’une force de tra- vail qui ne dépend que de lui et n’a pas d’autredestinée.JeanJaurèsvoyaitdéjà lesalariatcommeuneformeaméliorée du servage. Donc, que le patron paye ! Dernière conséquence, sans doute la plus grave, ces pyramides sont des machinesàfaireremonterlesdivergen- cesaunomdeconceptionsopposéesde l’intérêtgénéral,jamaisoupresqueàles résoudre de manière transverse, aux niveauxlesplusdécentralisés.Chacune est porteuse d’une idéologie propre, à caractère bien établi et stable dans le temps. Pour y faire carrière et monter les échelons, il faut donc en épouser les principes : les promus sont les plus zélés au service de l’organisation et des idées qui l’animent. Le « politiquement correct » est localement dominateur, les pensées nouvelles partout suspec- tes.Ainsilesappareilsverticauxsont-ils par nature conformistes, peu capables d’imaginationetdoncvouésparnature au conservatisme et à la sclérose. Or ce modèle est inadapté au monde d’aujourd’hui.Lasouverainetéhexago- nale de l’Etat est sans effet au-delà des frontières, dans une économie mon- dialisée où seule la compétitivité de l’offre a quelque vertu. Dans l’ordre interne, l’innovation digitale et la numérisation de l’économie boulever- sent l’organisation de la production et cassent les séparations de plus en plus artificielles entrebranches.Lesystème français va devoir épouser ces nouvel- les données, sous peine d’une véritable régression collective, dont la tentation est malheureusement visible. La verti- calitédenosstructuresrendlaréforme improbable. Elle est cependant inéluc- table. Il va falloir, d’une manière ou de l’autre, remettre de la transversalité dans nos fonctionnements par une vraie décentralisation du dialogue entre les intérêts concernés et asseoir notresystèmedeprotectionsocialesur l’individu tout au long de ses divers emplois, plus que sur des branches et des métiers dont la pérennité n’est pas assurée.Commentmettredelamoder- nité là où règne aujourd’hui le confor- misme ? La réponse n’est pas simple… Jean Peyrelevade est président de la banque Degroof Petercam France. Notre modèle produit des divergences au nom de conceptions opposées de l’intérêt général. Aujourd’hui, les problèmes doivent être abordés de façon transverse, décentralisée. LA CHRONIQUE de Jean Peyrelevade L’organisation verticale de notre appareil politique et social produit des normes descendant du ciel vers la terre. Chaque idée nouvelle y est suspecte au sein de corps hiérarchisés. Un modèle inadapté au monde moderne.

×