mémoire BNUE

130 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
130
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
6
Actions
Partages
0
Téléchargements
4
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

mémoire BNUE

  1. 1. GRASSOT Delphine Master 2 Recherche PICICA Arts, TICs et Industries de la culture N°étudiant : 232355 Travaux sous la direction de Mr P.BOUQUILLION Octobre 2007 Mémoire de recherche : Le projet de Bibliothèque Numérique de l’Union Européenne
  2. 2. 2 TABLE DES MATIERES Introduction ........................................................................................................................................... 5 PREMIERE PARTIE: LES STRATEGIES DES ACTEURS................................................. 8 I/ LA MONTEE EN PUISSANCE DE NOUVEAUX ACTEURS DANS LA SPHERE DE L’ECRIT......... 9 A- La naissance de Google...................................................................................................................... 9 1) La naissance de PageRank ......................................................................................................................................................... 9 2) Vers un modèle d'affaire fondé sur la publicité ................................................................................................. 11 Le choix du modèle de la vente d’audience .................................................................................................................................... 12 Les raisons du succès du modèle économique de Google............................................................................................................... 13 3) Vers la diversification des activités de Google........................................................................................................................... 15 B- Le projet Google Book Search ........................................................................................................ 16 1) Un projet à deux volets .............................................................................................................................................................. 16 Google Print for Editors et Google Print for librairies.................................................................................................................. 16 Les premières numérisations.......................................................................................................................................................... 17 2) Un projet en rupture avec les efforts précédents de numérisation .............................................................................................. 19 C- Les réponses des acteurs d’Internet au projet Google Book Search............................................ 20 1) Amazon...................................................................................................................................................................................... 20 2) Open Content Alliance............................................................................................................................................................... 21 3) L’accord entre MSN et la British Library .................................................................................................................................. 22 II/ LA BNUE, UNE STRATEGIE CULTURELLE DU WEB ....................................................... 24 A- L’élaboration d’une réponse européenne au projet de Google.................................................... 24 1) Les premières mesures............................................................................................................................................................... 24 Le débat lancé par Jean-Noël Jeanneney....................................................................................................................................... 24 Le portage européen....................................................................................................................................................................... 25 2) Le rôle de la France dans le projet de BNUE............................................................................................................................. 26 B- L’affirmation d’un rôle patrimonial .............................................................................................. 28 1) La bibliothèque comme garante de la mémoire et de l’identité collective.................................................................................. 28 Un lieu pour l’identité collective................................................................................................................................................... 28 La charte de la BNUE.................................................................................................................................................................... 30 2) La conservation des œuvres numérisées..................................................................................................................................... 31 C- Un grand projet politique à dimension européenne...................................................................... 32 1) Pour une politique culturelle européenne ? ................................................................................................................................ 32 2) Une interface multilingue, garant de la diversité........................................................................................................................ 33 3) Un projet contre l’hégémonisme américain ?............................................................................................................................. 34 SECONDE PARTIE: LA BNUE, UN PROJET MARCHAND POUR LA CREATION D’UN NOUVEAU MODELE ECONOMIQUE DU LIVRE.............................................. 36 I/ RETOUR SUR LE MONDE DE L’EDITION A L’HEURE DU NUMERIQUE ............................... 38 A- Une industrie culturelle en mutation.............................................................................................. 38 1) L’édition dans le champ des industries culturelles .................................................................................................................... 38 2) Les mutations engendrées par le numérique dans la chaîne du livre .......................................................................................... 39 B- Numérique, Internet et nouvelles formes éditoriales ................................................................... 41 1) Internet, une interface commerciale ........................................................................................................................................... 41 2) L’édition numérique................................................................................................................................................................... 42 3) La réussite des éditions spécialisées........................................................................................................................................... 43 4) Les nouveaux supports numériques de lecture .......................................................................................................................... 45 Le e-book........................................................................................................................................................................................ 45 Les innovations futures................................................................................................................................................................... 46
  3. 3. 3 II/ LA BNUE, VERS UN NOUVEAU MODELE ECONOMIQUE DE L’EDITION NUMERIQUE .... 48 A- La question épineuse des droits d’auteur....................................................................................... 48 1) Droits d’auteur et copyright ....................................................................................................................................................... 48 2) La directive n°2OO1/21/CE à l’épreuve de la BNUE ................................................................................................................ 50 B- La BNUE, plateforme mutualisée de gestion rémunérée des contenus sous droits .................... 51 1) Les conditions de l’élaboration d’un modèle économique ......................................................................................................... 51 2) Le modèle économique de la bibliothèque et ses limites............................................................................................................ 53 3) La BNUE, un modèle hybride entre bibliothèque et librairie ..................................................................................................... 56 C- D’une économie de l’offre à une économie de pull ? ..................................................................... 59 1)Le consommateur au cœur d’une nouvelle stratégie de vente ..................................................................................................... 59 2) La bibliothèque numérique, une stratégie d’intermédiation ....................................................................................................... 61 TROISIEME PARTIE : LES LIMITES DU PROJET CULTUREL COMMUNAUTAIRE DE BNUE ......................................................................................... 63 I/ LA MULTIPLICITE DES ACTEURS ...................................................................................... 65 A- Harmoniser les spécificités locales.................................................................................................. 65 1) La disparité des institutions en jeu ............................................................................................................................................. 65 Des politiques de numérisation inégales ........................................................................................................................................ 65 Le repérage.................................................................................................................................................................................... 66 Une numérisation à deux vitesses ?................................................................................................................................................ 67 2) Assurer l’interopérabilité et le transfert des données.................................................................................................................. 68 Trouver un langage commun.......................................................................................................................................................... 68 Le transfert des données................................................................................................................................................................. 69 B- Une bibliothèque à l’épreuve des souverainetés nationales......................................................... 70 1) L’harmonisation communautaire : un service de protection technique des oeuvres ................................................................... 70 2) Des situations nationales évolutives........................................................................................................................................... 72 3) La frilosité européenne............................................................................................................................................................... 74 II/ LES DIFFICULTES D’ORDRE FINANCIER.......................................................................... 77 A- Un plan d’ordre industriel............................................................................................................... 77 1) Le coût et les incidences de la numérisation .............................................................................................................................. 77 Le choix du mode texte/image combiné : le coût de la conversion ................................................................................................. 77 Rentabiliser la numérisation par une tarification appropriée ........................................................................................................ 79 2) L’intégration d’acteurs industriels et techniques au projet ......................................................................................................... 81 Les numériseurs ............................................................................................................................................................................. 81 Agrégateurs de contenus, hébergeurs et diffuseurs : externalisation des fonctions traditionnelles des bibliothèques et mutation des modèles socio-économiques..................................................................................................................................................... 82 B- L’appel au partenariat public/privé............................................................................................... 84 1) Les limites des pouvoirs publics ............................................................................................................................................... 84 La faiblesse des fonds alloués par les Etats.................................................................................................................................... 84 L’appel au mécénat et l’entrée des industriels dans le projet......................................................................................................... 85 2) L’Etat, un acteur parmi d’autres ?.............................................................................................................................................. 86 III/ LOGIQUES DE MARCHES CONTRE LOGIQUE COMMUNAUTAIRE................................... 89 A- Les industries de la culture, de l’information et de la communication au cœur du capitalisme89 1) Concentration et financiarisation................................................................................................................................................ 89 La concentration dans le monde de l’édition.................................................................................................................................. 89 Grands groupes et financiarisation................................................................................................................................................ 90 2) Spéculation et internationalisation ............................................................................................................................................. 92 Les ICIC au cœur de l’économie-monde ........................................................................................................................................ 92 Des positionnements mondiaux dans la presse et l’écrit ................................................................................................................ 93 B- Un projet communautaire pour stimuler le marché interne à l’Union Européenne.................. 94 1) Un discours idéologique............................................................................................................................................................ 94 2) Valoriser les actifs immatériels de l’Europe ?............................................................................................................................ 95
  4. 4. 4 QUATRIEME PARTIE :UNE MODIFICATION PROFONDE DU RAPPORT A L’INFORMATION ET AU SAVOIR................................................................................................ 98 I/ DE NOUVELLES INSTANCES DE LEGITIMATION................................................................ 99 A- Le contrôle de l’accès à l’information : les moteurs de recherche, nouvelles instances de légitimation ?.............................................................................................................................................. 99 1) Organiser le chaos...................................................................................................................................................................... 99 2) Le statut du livre remis en question.......................................................................................................................................... 100 B- Information, savoir et connaissance : la confusion née de l’idéologie communicationnelle .... 101 1) La connaissance rabaissée au statut d’information................................................................................................................... 101 2) L’idéologie du réseau contre toute forme de hiérarchie ........................................................................................................... 102 3) Le sentiment d’un rapport direct à la connaissance.................................................................................................................. 103 C- La relation avec la montée en puissance de la figure de l’individu............................................ 104 1) L’individualisation des pratiques de consommation et d’usage................................................................................................ 104 2) La construction de la figure de l’usager délinquant.................................................................................................................. 105 II/ UNE REDEFINITION DU ROLE DES BIBLIOTHECAIRES ET DOCUMENTALISTES ............ 108 A- La remise en question de leur savoir-faire................................................................................... 108 1) La technicisation croissante de leur fonction............................................................................................................................ 108 2) Nouveaux objets documentaires............................................................................................................................................... 109 B- Des professions en mutation.......................................................................................................... 110 1) Un modèle d’autodidactie ? ..................................................................................................................................................... 110 2) Changement du centre de gravité : se repositionner en amont du cycle documentaire ............................................................. 111 3) Transmettre un savoir-faire : de la médiation à la formation ?................................................................................................. 112 III/ UN NOUVEAU PARADIGME EDUCATIF : ENTRE INDUSTRIALISATION DU SAVOIR ET COOPERATION INTERPROFESSIONNELLE .......................................................................... 114 A- Les perspectives de constitution d’une industrie du savoir........................................................ 114 1) Porosité entre sphère éducative et culturelle ............................................................................................................................ 114 2) Un changement de paradigme.................................................................................................................................................. 115 B- Un changement d’ordre cognitif................................................................................................... 116 1) Les compétences croisées ........................................................................................................................................................ 116 2) Pratiques de lecture et structuration de la pensée ..................................................................................................................... 116 Conclusion.......................................................................................................................................... 118 Bibliographie...................................................................................................................................... 120
  5. 5. 5 INTRODUCTION Le projet de Bibliothèque Numérique de l’Union Européenne est né d’un cri d’alarme. Dès ses prémices, il s’est posé en contre-attaque défensive à l’annonce faite par Google, le 14 décembre 2004, d’un vaste projet de numérisation et de mise en ligne de plus de 15 millions d’ouvrages proposant un accès gratuit à toutes les œuvres libres de droits et un accès partiel aux autres publiées depuis 1930. Dès le début de la polémique, lancée par l’article « Quand Google défie l’Europe » paru dans Le Monde le 24 janvier 2005 et signé Jean-Noël Jeanneney, alors directeur de la Bibliothèque Nationale de France, le projet se posait en contrepoint nécessaire, politique et humaniste, à un plan commercial et prétendument philanthropique. Aujourd’hui encore, c’est une des idées maîtresses de ceux qui soutiennent ce projet : « La Bibliothèque numérique européenne est un projet de numérisation, de mise en ligne et de préservation sur Internet d’un vaste ensemble d’œuvres européennes (livres, journaux provenant des bibliothèques nationales dans un premier temps, collections d'autres bibliothèques, de musées et d'archives par la suite) via un point d’accès unique et multilingue. Ce projet entend apporter une réponse européenne à la hauteur des enjeux de la diffusion du savoir sur Internet et à la nécessité de ne pas laisser cette mission aux seules mains d’entreprises privées et commerciales, souvent marquées par une influence anglo-saxonne dominante, telles Google Recherche de Livres.1 » Le but de ce mémoire n’est pas de se faire l’avocat d’une vision manichéenne qui verrait d’un côté une action américaine, privée, motivée par la seule recherche de profit, portée par Google Book Search, et de l’autre une association d’instances publiques oeuvrant pour la préservation d’un patrimoine culturel et les conditions d’accès à celui-ci. Dans ce qui s’est annoncé dès le départ comme une lutte pour la sauvegarde et la transmission du savoir j’aimerais, à la lumière de ce que les notions de réseaux numériques apportent de changements, de perturbations, de connotations, analyser ce qui se joue réellement dans ce projet. La confrontation des deux projets Google Book Search et BNUE2 n’est-elle pas à remettre dans le contexte plus vaste des bouleversements qu’a engendré ce que certains cercles plus ou moins médiatiques ont convenu d’appeler à tort la révolution numérique, et qui prend ici une dimension d’autant plus symbolique qu’elle touche à un objet pas comme les autres, un objet porteur d’une charge émotionnelle puissante, un objet fétiche, garant de nos mémoires, symbole de notre histoire ? Les acteurs traditionnels de la chaîne du livre se sont longtemps réfugiés derrière cette idée pour 1 Tiré de l’article « La bibliothèque numérique européenne en 17 Questions », consultable sur le site de la BNF. http://www.bnf.fr/pages/europeana/europeana.htm 2 Nous utiliserons pour la suite cette abréviation pour la Bibliothèque Numérique de l’Union Européenne
  6. 6. 6 refuser de voir les changements déjà à l’œuvre, induits non seulement par l’arrivée du numérique, mais aussi par d’autres logiques à replacer dans le contexte plus vaste de la concentration, de la financiarisation et de l’internationalisation du champ des industries culturelles, qui toutes fragilisent et modifient des équilibres délicats. Les modèles culturels et économiques associés aux livres traditionnels sont en passe de changer, certains s’en inquiètent, d’autres se réjouissent des possibilités offertes par l’introduction frontale de nouvelles techniques. Ce projet de BNUE est révélateur de ce qui se joue, en ce début de millénaire, dans la complexification d’un secteur où la place de tout un chacun est amenée a être redéfinie, concurrencée, voire subtilisée. La volonté de certains acteurs européens, aux visages différents malgré la bannière commune du projet de BNUE sous laquelle ils se tiennent, de se repositionner sur la scène politique, symbolique et économique répond à ces multiples inquiétudes. Il faudra d’abord se pencher sur la teneur de ce projet, en décrire minutieusement les tenants et aboutissants, les différents acteurs, les réalisations actuelles. Dans quel contexte ce projet se place-t- il ? Pourquoi est-il nécessaire de souligner que ce projet s’inscrit dans un vaste mouvement qui voit de nouveaux entrants, dont les compétences premières n’ont que peu à faire avec les contenus culturels, s’engager dans une voie où le livre devient un objet digne d’intérêt ? Quelles sont les différentes stratégies des acteurs, à commencer par Google, jeune société qui n’a même pas dix ans, cotée en bourse depuis 2001, pesant plus de cinq milliards de dollars, pionnière dans le domaine de la recherche web et solidement installée sur un financement par la publicité qui lui vaut de pouvoir prétendre parachever par Google Book Search le mythe d’Alexandrie ? Cette entreprise, prise à partie, laisse dans son sillage bien d’autres concurrents qui s’engagent également dans des projets de numérisation : comment face à cette figure emblématique les acteurs européens prenant part au projet de BNUE désirent-ils construire une stratégie culturelle du web, comment, en saisissant l’opportunité du numérique, l’Europe avance-t-elle l’idée que ce projet incarne un grand effort communautaire visant à définir la culture d’un point de vue identitaire? Autant de discours et de stratégies que nous analyserons avant de nous pencher sur les modifications profondes que connaît la chaîne du livre avec l’arrivée du numérique et que met particulièrement en lumière ce projet de BNUE. Il n’a pas fallu attendre celui-ci pour voir les différents acteurs du secteur, notamment les éditeurs, saisir l’opportunité du numérique avec son lot de réussites et d’échecs ; nous y reviendrons en détail. Mais c’est le premier projet qui entend proposer, à grande échelle, la mise en place d’un marché spécifique à la filière du livre numérique. Le discours s’est infléchi : de projet culturel, il tend de plus en plus à devenir projet marchand, projet communautaire visant à faire entrer les acteurs privés dans l’aventure afin de ne pas se laisser évincer par des acteurs étrangers, américains, sur ce nouveau marché au modèle économique en profonde mutation, encore instable, mais qui porte en lui les germes de profits à ne pas manquer.
  7. 7. 7 Le mot est dit, ce n’est encore qu’à l’état de projet. Lancée depuis plus de deux ans, l’idée n’est encore qu’un grand chantier : d’une part parce qu’un projet de cette nature et de cette ampleur a nécessité une vaste concertation entre la multitude des acteurs y ayant pris partie (gouvernements, instances européennes, bibliothèques, corps des différents maillons du secteur de l’édition, experts en tous genres) ; d’autre part, parce qu’une mise en ligne sur le réseau Internet d’un ensemble d’œuvres écrites ou iconographiques nécessite au préalable un vaste effort de numérisation qui demande du temps, de l’argent, un savoir-faire technique, des choix d’ordre pratique pour savoir comment traiter la matière à numériser. La BNUE n’a réellement vu le jour que sous la forme du prototype Europeana, présenté lors du Salon du Livre à Paris le 22 mars 2007, et le projet semble avoir de nombreuses difficultés à prendre sa vitesse de croisière contrairement au projet Google Book Search, porté par l’initiative d’un seul et unique acteur, qui dispose de fonds et d’une marge de manœuvre bien plus larges. Au-delà de ces considérations pour savoir de quelles logiques, financières, politiques ou culturelles l’emporteraient, il semble également important de se pencher sur ce que la prise en charge et la mise en ligne de biens culturels par de nouveaux acteurs, qui court-circuitent les instances traditionnelles de médiation et de légitimation, impliquent de bouleversements dans le rapport à l’information et au savoir. Ces nouvelles formes de médiations sont-elles une des marques de la société dite de l’information, et dans quelle mesure les représentations collectives et les discours participent-ils de ces mutations ? Les pouvoirs publics et les instances traditionnelles en jeu dans la conservation et la transmission du savoir ont-elles encore un rôle éminent à jouer et notamment sur les réseaux numériques? Sommes-nous entrés, comme le soutiennent des auteurs comme Jean Tardif et Noëlle Farchy, dans un monde où la vraie bataille en jeu est celle de la maîtrise du pouvoir symbolique ? La réponse de Jean-Noël Jeanneney, à propos de la Toile en particulier, et de ceux qui soutiennent le projet de BNUE est claire : « C’est un monde de réseaux non hiérarchisés et il faut en tirer avantage. Mais ces réseaux se forment selon des lignes de force que la puissance publique peut, doit contribuer à encourager, à influencer, à moduler.3 » Au-delà des arguments respectifs de chacun, ce sont des frontières de plus en plus perméables entre les termes d’information, de savoir, de connaissance et de leur préhension dont il est éminemment question. Et de notre rapport futur à ce qui nous définit : la culture. 3 Jean-Noël Jeanneney, Quand Google défie l’Europe, plaidoyer pour un sursaut, Editions Mille et Une nuits, Paris, 2006, p.148
  8. 8. 8 PREMIERE PARTIE : LES STRATEGIES DES ACTEURS « Tout a commencé le 14 décembre 2004. Tout ? J’ai tort. Disons plutôt que, dans ce domaine, une information reçue soudain par les agences de presse a brutalement secoué la douce persévérance de nos desseins, de nos actions et de nos imaginations 4 ». Le coup d’envoi du projet initialement intitulé Google Print a bien été donné ce jour là par les co- fondateurs de Google, Sergey Brin et Larry Page, depuis le siège de leur société à Mountain View. En réalité, cette « annonce tonitruante5 » renvoie à une réalité plus vaste qu’au seul cas de Google: celle de l’introduction de nouveaux acteurs dans la chaîne du livre et, en toile de fond, celle du mouvement bien entamé de convergence des industries culturelles avec celle de l’informatique et des réseaux. Comme le souligne François Rouet, « pour le livre, cette perspective est tardive et n’a donc rien à voir avec ce que connaissent la musique et le cinéma ou encore les jeux vidéos et la presse en matière de nouveaux acteurs 6 ». Aussi, pour comprendre comment est né ce projet de BNUE, doit-on analyser dans un premier temps la montée en puissance de ces nouveaux acteurs dans leur rapport au livre, et notamment celle de Google puisque son projet est volontiers considéré comme l’élément déclencheur des différentes initiatives qui ont suivi en la matière. Nous verrons comment les capacités techniques et financières de ces jeunes acteurs leur permettent de développer une stratégie de fourniture de contenus qui, aujourd’hui, inclut le livre numérique. Puis nous verrons comment l’émotion européenne, soulevée, portée par Jean-Noël Jeanneney, alors directeur de la Bibliothèque Nationale de France, a petit à petit catalysé les intérêts de différents acteurs, aussi bien nationaux, publics, que privés, jusqu’à donner naissance à une « stratégie culturelle du web7 », emblématisée par ce projet de BNUE. 4 Jean-Noël Jeanneney, Op.cit., p.7 5 Jean-Noël Jeanneney, Op.cit., p.7 6 François Rouet, Le Livre, mutations d’une industrie culturelle, Etudes de la Documentation Française, Paris, 2007, p.401 7 Selon l’expression choisie par les rédacteurs du Livre Blanc du Comité de pilotage pour la bibliothèque numérique européenne. Voir aussi le Résumé du Livre Blanc du Comité de pilotage pour une Bibliothèque Numérique Européenne par Valérie Tesnière, janvier 2006 : http://www.bnf.fr/pages/dernmin/pdf/bnue.pdf
  9. 9. 9 I/ La montée en puissance de nouveaux acteurs dans la sphère de l’écrit A- La naissance de Google Le livre est loin d’avoir été le premier des objets qui a attiré l’attention de Google. Google Book Search n’est qu’une des initiatives de Google, certes spectaculaire, mais pas moins que d’autres lancées par la même firme dans différents secteurs. Comment, en moins de dix ans, deux étudiants de l’université de Stanford, qui n’avaient pas du tout à l’origine l’intention de créer un moteur de recherche, en sont-ils arrivés à diriger une société qui détient une position de leadership dans ce que certains appellent « l’économie de la recherche8 » ? 1) La naissance de PageRank L’idée à l’origine de la création de PageRank, l’algorithme sur lequel repose la structure du moteur de recherche Google, se voulait subversive. Larry Page, un des fondateurs de Google, souhaitait trouver un moyen de passer outre le système de reconnaissance par les pairs auquel renvoie la nécessité, pour tout universitaire, de publier ses recherches. La publication scientifique est une façon d’évaluer la pertinence des écrits soumis, de confier à des experts en la matière le soin de juger de leur importance académique. Elle tient lieu du rite de passage. Larry Page part du principe que la publication scientifique repose pour une bonne part sur des classements : les articles sont certes jugés par leur originalité, la profondeur de la réflexion sous-jacente, mais aussi par la rigueur des citations auxquels ils renvoient, par la connaissance de la littérature du même domaine qu’ils sous-entendent, par l’importance relative accordée aux différentes théories exposées. La publication scientifique est un système fonctionnel d’évaluation par les pairs, qui reposerait sur la citation et l’annotation, et qui produirait une méthodologie pour évaluer et classer entre eux les articles publiés. Tim Berners-Lee, l’inventeur du World Wide Web, souhaitait déjà répondre à la préoccupation de résoudre les dits inconvénients de ce système en recourant à des technologies réseau et à l’hypertexte9 , en créant la possibilité pour chacun d’annoter un document en y tirant un lien. 8 L’expression est de John Battelle, La Révolution Google, Comment les moteurs de recherche ont réinventé notre économie et notre culture, Eyrolles, Paris, 2006 9 Sur un forum de discussion Usenet, voici comment Tim Berners-Lee annonça la création du WWW dans un article daté de août 1991 : « La philosophie du projet consiste à rendre les résultats de la recherche académique accessible à tous. […] le monde du WWW se compose de documents et de liens. Les indexs sont des documents particuliers, qu’on ne lira pas mais sur lesquels on mènera des recherches. Le résultat d’une telle recherche crée un nouveau type de document (« virtuel ») contenant des liens vers les documents trouvés. Un protocole simple (« http ») permet au navigateur d’effectuer sa requête de mot-clé sur un serveur d’informations distant.»
  10. 10. 10 Or pour l’étudiant Larry Page qui avait choisi de travailler sur la structure des liens du Web naissant, basé pour lui entièrement sur cette idée d’annotation et de citation, l’inconvénient majeur des premières versions de l’hypertexte était que l’on ne pouvait suivre les liens que dans un sens, sans pouvoir montrer les pages qui pointaient vers un quelconque lien. Son idée était de récolter et d’indexer tous les liens pour pouvoir les inverser, et ce à l’échelle de la totalité du World Wide Web : il nomma ce projet BackRub10 . Et pour cela il devait indexer le Web qui comptait à l’époque en 1995 environ 10 millions de pages et pas moins de 100 millions de liens, à l’aide d’un robot. Il postula que la structure du graphe du web révèlerait non seulement les liens existants entre les sites, mais également l’importance de ces derniers, que l’on pourrait évaluer à l’aune des attributs des différents sites d’origine. Autrement dit, que l’on pourrait donner un classement relatif à la requête fournie. Sergey Brin, qui étudiait alors aux côtés de Larry Page à Stanford, l’aida à mettre au point un algorithme, baptisé PageRank -en l’honneur de Page- qui était capable d’intégrer à la fois le nombre de documents menant sur un site donné et le nombre de liens menant vers ces derniers. BackRub fonctionnait déjà comme un moteur de recherche, transformant toute URL en une liste des pages qui y pointent, classées par importance. Il n’était pas le premier. Il existait déjà des moteurs de recherche comme Excite crée en 1994, ou Alta Vista lancé en décembre 1995. Tout moteur de recherche fonctionne plus ou moins de la même façon : il s’agit d’un outil de calcul qui analyse les phrases grâce à des méthodes statistiques et morphosyntaxiques pour repérer des pages Web. Il est composé de trois parties principales : un robot d’indexation (crawler, en anglais), un index et un système de traitement des requêtes reliant ces derniers à l’index. Cette dernière partie se charge aussi des calculs de pertinence et des classements. C’est sur cette dernière partie, le système de traitement des requêtes, c’est-à-dire l’algorithme PageRank appliqué à la recherche sur Internet, que réside l’innovation principale à l’origine du moteur de recherche publié dans sa première version sur le site de Stanford en août 1996 sous le nom de Google. Lary Page et Sergey Brin ont adjoint aux techniques habituelles de recherche d’information une variable supplémentaire : la notoriété. La formule exacte de ce calcul tient du secret commercial et est encore aujourd’hui jalousement gardée : certains s’amusent à dire qu’elle l’est autant que celle du Coca Cola11 , mais force est de constater, au-delà de ce parfum de mystère servant à alimenter spéculations et querelles d’experts, que le caractère mathématique, mécanique, systémique, immanent et donc neutre, dénué de toute considération normative de cette trouvaille est sans cesse revendiqué pour justifier du caractère infaillible et objectif du système de classement12 . Pour le dire simplement, le 10 « renvoi d’ascenseur », en français. 11 La boutade est de Barbara Cassin, dans son petit ouvrage virulent Google-Moi, La deuxième mission de l’Amérique, Albin Michel, Paris, 2007, p.95 12 Le principe du fonctionnement de cet algorithme, tel qu’il est donné par ses inventeurs, est l’objet d’une vulgarisation, accessible aux internautes sur dans l’onglet « à propos » de la page d’accueil de Google :
  11. 11. 11 classement effectué par PageRank repose sur la notoriété, la valeur du site est donc appréciée selon le nombre de liens hypertextuels qui fait référence à une page donnée : la qualité y est donc une propriété émergente de la quantité. Une des grandes difficultés de la recherche sur le Web n’est pas tant le repérage des pages que son classement : en appliquant leurs recherches au Web alors naissant et grossissant de façon exponentielle, Larry Page et Sergey Brin entendaient répondre à cette préoccupation. « Cette idée, combinée avec une simplicité de l’interface, une stricte utilisation de l’opérateur booléen « et » ainsi qu’une indexation plus large des pages, a très vite montré sa pertinence et a conduit au succès original de la firme »13 . 2) Vers un modèle d’affaire fondé sur la publicité L’indexation toujours plus large des pages est une des conditions nécessaires au bon fonctionnement du moteur de recherche. En effet, PageRank analyse les liens, et un plus grand nombre de liens implique un algorithme plus pertinent14 . Google dans sa première version fût un franc succès dans le milieu universitaire de Stanford, mais les deux cofondateurs eurent rapidement besoin d’utiliser plus de matériel et de serveurs que l’université ne pouvait leur en fournir pour assurer le fonctionnement du moteur de recherche et surtout, ils devaient trouver un moyen de les financer. Or à la fin des années 1990, la recherche web n’était pas ce qui préoccupait la plupart des dirigeants d’entreprises qui travaillaient autour d’Internet : l’objectif était à l’époque, pour les portails naissants, de conserver les visiteurs, et non de les en éloigner comme le faisait la recherche web. Après avoir pensé vendre une licence, Larry Page et Sergey Brin firent enregistrer Google Inc. le 7 septembre 1998. Google recevait alors plus de 10 000 requêtes par jour. Fin 1999, Google Inc. comptait trente neuf employés, et malgré vingt millions en banque issus d’investissements privés, avec 500 000 dollars mensuels pour supporter ses coûts de fonctionnement, il lui fallait trouver un modèle économique rentable. « Technologie PageRank : PageRank permet de mesurer objectivement l'importance des pages Web. Ce classement est effectué grâce à la résolution d'une équation de plus de 500 millions de variables et de plus de 2 milliards de termes. Au lieu de compter les liens directs, PageRank interprète chaque lien de la Page A vers la Page B comme un vote pour la Page B par la Page A. PageRank évalue ensuite l'importance des pages en fonction du nombre de votes qu'elles reçoivent. PageRank tient également compte de l'importance de chaque page qui " vote " et attribue une valeur supérieure aux votes émanant de pages considérées comme importantes. Les pages importantes bénéficient d'un meilleur classement PageRank et apparaissent en haut des résultats de recherche. La technologie de Google utilise l'intelligence collective du Web pour déterminer l'importance d'une page. Les résultats ne font l'objet d'aucune intervention humaine ni manipulation, ce qui explique pourquoi les utilisateurs font confiance à Google et considèrent ce moteur de recherche comme une source d'information objective et indépendante ». http://www.google.fr/intl/fr/corporate/tech.html 13 Jean-Michel Saläun, Bibliothèques numériques et Google Print, article pour la revue Regard sur l’actualité, La Documentation française, décembre 2005: http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/docs/00/06/26/68/PDF/sic_00001576.pdf 14 Cette caractéristique de l’algorithme est à l’origine du nom de Google, qui est une référence au mot « gogol », qui désigne le nombre 10 à la puissance 100.
  12. 12. 12 Le choix du modèle de la vente d’audience Le choix de Google d’opter pour un modèle reposant sur l’autofinancement par la publicité a pour l’essentiel deux raisons : La première est une conséquence directe du fonctionnement du moteur. Google a archivé sur les disques durs de ses ordinateurs un nombre considérable de pages, et s’est construit un véritable observatoire du fonctionnement de la toile par la connaissance des contenus croisée avec celle du comportement des internautes au travers de leur requête. En 2001, Google a sorti la première édition de son Zeigeist15 , un outil marketing présentant les requêtes les plus populaires au cours d’un laps de temps donné. Dans son ouvrage sur Google, John Battelle relate, non sans véhémence, ses impressions passées sur les possibilités offertes par la constitution d’une telle base de données, et ce avant même que le service Adwords de Google soit inauguré. Sans s’attacher au vocable du directeur de Weird, célèbre revue américaine, qui met en lumière toute la symbolique de l’imaginaire qui flotte dans la nébuleuse du web, on peut citer ses quelques remarques pertinentes : « Le Zeigeist me révélait que Google prenait le pouls de notre culture tout en étant en prise directe avec son système nerveux. C’était mon premier contact avec ce que j’appellerais la base de données de nos intentions - artefact vivant et puissant. […] Imaginant les millions de requêtes acheminées toutes les heures par ses serveurs, j’avais l’impression que Google régnait sur une mine d’or d’informations. Les souhaites exprimés par cette base permettraient à des maisons d’éditions entières de vivre ; cela n’avait pas échappé à Google, qui avait déjà lancé la version Google News, alors en phase bêta. C’était encore un substrat rêvé pour une société d’études en marketing, capable d’indiquer précisément à ses clients ce qui attirait ou repoussait les consommateurs. Une société d’achats en ligne exploitant ce filon connaîtrait à l’avance les souhaits de ses acheteurs ; une agence de voyages, leurs destinations préférées. L’éventail des possibles me paraissait infini. » Cet effet d’échelle a effectivement offert à Google de nouveaux horizons. La seconde des raisons est à rattacher à l’éclatement de la bulle Internet en 2001. Sans l’éclatement de la bulle, qui vit le cours de DoubleClick16 perdre 90% de sa valeur depuis son taux record de 150 dollars, Google aurait peut-être opté pour l’approche traditionnelle de la publicité sur Internet. Ils se tournèrent alors vers celle de GoTo.com, devenu Overture en septembre 2001, fondée par Bill Gross. Cette société reposait sur la vente aux enchères de mots-clés dans le cadre d’une requête via un moteur de recherche explicitement commercial. L’idée est celle d’un self-service automatique, permettant aux annonceurs d’acheter directement leur publicité par carte de crédit. Adwords17 , le service de Google, 15 Ce premier Zeigeist est disponible à l’adresse suivante : www.google.com/intl/en/press/zeigeist2001.html. 16 réseau spécialisé dans l’implantation de bandeaux graphiques publicitaires avec qui Google faillit passer un accord 17 Pour les informations sur Google par Google aux annonceurs, voir sur le site de la société : Pour Adwords : https://adwords.google.fr/select/Login?sourceid=AWO&subid=FR-ET-ADS&hl=fr Pour Adsense : https://www.google.com/adsense/login/fr/?hl=fr&sourceid=aso&subid=ww-fr-et-ads&medium=link&gsessionid=TqgAdCUXXww
  13. 13. 13 fut une réponse à Overture, mais contrairement à son concurrent, Google ne choisit pas de vendre directement au plus offrant une place dans la page des résultats qu’il affiche. Google met un point d’honneur à séparer les résultats de la recherche des offres des annonceurs : Google vend des mentions marginales, qui sont des mots ; l’annonceur achète un ou plusieurs mots-clés et son annonce, comportant le lien avec son site, apparaît à chaque requête avec le mot-clés. A ses débuts, ce système était dépourvu de toute adaptation des prix en temps réel à la manière des marchés d’échange. En 2002 Google lança une version améliorée de Adwords et intégra la popularité d’une publicité -son taux de clics- à son classement parmi les annonces. Cette application, une fois à nouveau, du principe de classement qui sous-tend l’algorithme PageRank, introduisit dans le modèle du paiement au clic un facteur économique reposant sur la pertinence et les profits réalisés et s’attira les faveurs de la presse et un intérêt croissant des annonceurs. Quelque temps après, en mars 2003, Google créa Adsense pour les éditeurs de sites Web, qui se propose d’être le relais de Google pour des annonces en rapport avec le contenu de leur site. John Batelle met bien en lumière le rapport avec le rachat de Blogger au même moment, démentant l’idée selon laquelle il faudrait voir là la volonté de Google se transformer en portail du type Yahoo ou AOL : « Il ne relevait pas de la pure recherche web : AdSense permet aux éditeurs web tiers, petits ou grands, d’accéder à l’immense réseau d’annonceurs de Google comme à un self-service. Le programme examine alors le contenu du site pour y intégrer des publicités pertinentes, de la même manière qu’opèrent les Adwords pour le propre site de Google. Adsense présente pourtant une différence de taille : les publicités n’apparaissent pas en fonction des intentions fondant des requêtes de consommateurs, mais dépendent du contenu du site visité […] le rachat de Blogger prenait dès lors un sens évident. Pour beaucoup, Adsense était magique : il suffisait d’ajouter quelques lignes de code à son site pour voir, quelques mois plus tard, des chèques émis par Google arriver dans la boîte aux lettres.18 » Les raisons du succès du modèle économique de Google A première vue, ce modèle n’est pas très innovant, il s’agit de la vente d’espaces publicitaires comme le font depuis des décennies les médias classiques que sont les presses, radios ou télévisions commerciales. Cependant, se tourner vers ce modèle d’autofinancement par la publicité a vite été pour Google le moyen d’un essor rapide et constant, qui lui assure un chiffre d’affaire réel : Google a annoncé des revenus de 3.66 Milliards de dollars pour le premier trimestre 2007, soit une augmentation de 66% par rapport au même trimestre de l’année précédente ; les sites appartenant à Google, essentiellement à travers le programme Adwords, génèrent 62% du revenu total, tandis que 18 John Batelle, op.cit., p. 130
  14. 14. 14 les sites affiliés Adsense ont participé à hauteur de 1.35 milliard de dollars, soit 37%, représente là aussi une hausse, de 45%, par rapport au trimestre de l’année précédente19 . En réalité, la spécificité du modèle économique sur lequel repose Google doit beaucoup au fait que la société a su profiter des caractéristiques du web et utiliser au mieux ses compétences premières, le cœur de son métier : moteur de recherche. Jean-Michel Salaün dégage trois raisons pour expliquer le succès de la firme : premièrement, le fait que le médium principal soit le langage écrit, soumis au calcul : « même si l’image devient de plus en plus présente sur le Web, ce dernier est d’abord construit sur la langue écrite. Le contenu des pages et leur indexation reposent sur l’écrit et un moteur analyse le langage au travers de sa manifestation écrite. Ainsi les mots permettent de repérer des pages aussi bien que des requêtes d’internautes. De là à s’en servir comme moyen pour placer des encarts publicitaires aux endroits les plus appropriés pour toucher des internautes intéressés il n’y a qu’un pas, vite franchi par Google »20 . Deuxièmement, le fait que la géographie n’ait plus la même métrique : à condition d’avoir la force commerciale adéquate, la firme peut s’adresser à un marché d’ordre mondial, à des segments de populations précis, jouant ainsi la carte de la personnalisation de masse, sans que les frontières viennent, en théorie, jouer le rôle de barrière. Enfin la possibilité d’agir en « temps réel » : le caractère défini comme interactif du média suppose que l’on peut vérifier l’impact d’un message publicitaire et donc adapter l’offre à ces intentions d’achat. Autant d’atouts qui expliquent la réussite fulgurante de la jeune société, qui a atteint fin 2006 la capitalisation boursière record de 145 milliards de dollars21 . Google est encore loin derrière Microsoft (valorisé à 283 milliards de dollars), mais a dépassé le poids lourd de la branche, IBM, qui est valorisé à 139 milliards de dollars. Google vaut sensiblement plus que le premier fabricant de chips, Intel (125 milliards de dollars), et le numéro deux des ordinateurs, Hewlett-Packard (109 milliards de dollars). Ses principaux concurrents sur Internet, eBay (45 milliards de dollars), Yahoo (33 Milliards de dollars) et Amazon.com (14 milliards de dollars) sont déjà loin derrière. Pour se faire une idée de la valorisation totale des actions Google, on peut se reporter à la valeur en bourse de Daimler Chrysler (54 milliards de dollars), General Motors (20 milliards de dollars) et Ford (15 milliards de dollars). Google vaut ainsi près de 60 milliards de plus que les trois géants de l’automobile additionnés. 19 Le rapport complet est disponible en version PDF à l’adresse suivante : http://investor.google.com/releases/2007Q1.html 20 Jean-Michel Salaün, op.cit. p.3 21 La capitalisation boursière est le nombre d’actions qui constituent le capital d’une société multiplié par le cours de son action. Elle fluctue donc en fonction de la cote. Pour un suivi journalier des fluctuations de la cote, voir le site : http://finance.google.com/finance?q=GOOG
  15. 15. 15 3) Vers la diversification des activités de Google Google a-t-il des faiblesses ? Que les internautes se détournent du moteur de recherche et la société peut perdre sa principale source de revenus. Pour pallier à cette difficulté, la société a très tôt choisi de diversifier son activité, répondant en réalité à la volonté d’acquérir toujours de plus en plus d’informations tout en indexant passivement le Web grâce à ses robots. La firme a ouvert un large éventail de services et d’activités, cette stratégie multiforme ayant commencé en 2001. avec l’achat de DejaNews, suivi en 2003 et 2004 par l’acquisition de Blogger, Picasa (service de partage de photos en ligne) et de Keyhole (société d’imagerie numérique par satellite). Le site de Google a vu apparaître une fonctionnalité d’annuaire téléphonique, un nouvel outil de recherche d’images, et un autre outil d’indexation de la recherche scientifique, Google Scholar. Pendant ce temps là, la société se développait agressivement à l’étranger, se déclinant en plus de quarante langues, et faisait une entrée fracassante sur le marché de la téléphonie mobile grâce à des accords avec Cingulat, AT&T et Handspring. Cette stratégie est cohérente avec la mission que se donne l’entreprise : « organiser l’immense volume d’informations disponibles dans le monde et le rendre universellement accessible et utile. » Selon Jean-Michel Salaün, on peut envisager que cette stratégie multidimensionnelle débouche sur deux types d’orientations, à ce jour plus alternatives que contradictoires : la tentative monopolistique d’un côté, l’émergence d’un nouveau modèle de média de l’autre. « Dans le premier cas, on souligne le savoir faire technique de l’entreprise. Google est d’abord une firme de services informatiques qui a compris mieux que d’autres que la domination du marché passait moins dans l’avenir par la maîtrise de l’ordinateur personnel que par celle du Web. Les différents développements visent en effet à garantir une position dominante, inquiétante par son contrôle, en construisant ce que certains ont appelé une écologie de l’information de façon que l’internaute se sente chez lui parmi les services proposés par Google, comme il l’est ou l’était sous Windows, c’est-à-dire chez Microsoft. Dans la seconde interprétation, on met l’accent sur son modèle d’affaires. L’objectif premier alors est de capter l’attention de l’Internaute en balisant l’ensemble de son cheminement informationnel […] Dans cette perspective, la firme s’intéresse plus à l’accès aux contenus qu’aux outils eux-mêmes22 ». L’initiative de Google Print, en 2004, relève plus de cette seconde stratégie. Il est temps de voir comment ce projet s’est mis en place. 22 Jean-Michel Salaün, op. cit. p. 4
  16. 16. 16 B- Le projet Google Book Search 1) Un projet à deux volets Google Print for Editors et Google Print for librairies Ce projet se présente sous deux volets : l’un pour les éditeurs, l’autre pour les bibliothèques. Nombreux sont ceux, dont Jean-Noël Jeanneney, qui font remonter le début de la polémique au moment de l’annonce à la presse faite par Google le 14 décembre 2004. En réalité, ce projet a un écho légèrement antérieur : en octobre 2004, Google présentait lors de la Foire du livre de Francfort son projet Google Print for Editors. Le principe en est le suivant : les éditeurs sont invités à donner leurs livres pour que Google les numérise, les indexe et en fournisse un accès plus ou moins restreint, c'est- à-dire total pour les ouvrages datant d’avant 1930 et tombés dans le domaine public, ou sous la forme d’extraits, pouvant aller jusqu’à trois pages maximum, pour les ouvrages encore soumis au droit de copyright, et ceci de façon à en assurer la promotion en vue de leur vente via des services de librairies en ligne23 . De nombreux éditeurs anglo-saxons et quelques éditeurs d’autres pays d’Europe signèrent rapidement un accord avec Google : parmi eux, Princeton University Press, McGraw-Hill, Hyperion, the University of Chicago Press, Thomson Delmar and Warner Books, Houghton Mifflin, Perseus, Springer pour les Etats-Unis, Blackwell, Cambridge University Press, Oxford University Press, Pearson, Penguin, Taylor & Francis pour le Royaume-Uni, Grupo Planeta et Grupo Anaya pour l’Espagne, De Boeck pour la Belgique, L’Eclat pour la France et Springer Science&Busisness Media pour les Pays-Bas. Le volet concernant les bibliothèques, lui, a été lancé le 14 décembre 2004, quand Google annonça son projet Google Print for librairies qui devait proposer près de 15 millions de livres numérisés, soit 4.5 milliards de pages issues des collections de cinq bibliothèques anglo-saxonnes avec lesquels un accord venait d’être signé. Parmi elles quatre bibliothèques américaines : celle de Harvard (devant participer à hauteur de 40 000 livres), celle de Stanford (à hauteur de 2 millions de livres) , celle de l’université du Michigan (à hauteur de 7 millions de livres) et de la New York Public Library. La dernière des bibliothèques a avoir signé l’accord est anglaise : c’est celle d’Oxford (mettant à disposition ses ouvrages antérieurs à 1900). Le coût total de l’opération tel qu’il fût présenté par les dirigeants de Google fût estimé entre 150 et 200 millions de dollars (environ 10 dollars par livre), le tout sur une 23 Pour un historique détaillé du projet de Google ainsi que du projet de BNUE, voir l’excellent article sur le site Formats Ouverts, plus complet que ceux du ministère de la culture et de la BNF, et remis à jour le 9 février 2007 : http://www.formats-ouverts.org/blog/2005/09/15/536-dossier-bibliotheque-numerique-europeenne Voir également l’historique du projet fourni par Google après le lancement de Google Book Search : http://books.google.com/googlebooks/newsviews/history.html
  17. 17. 17 durée d’environ 10 ans24 . Au final, chaque bibliothèque disposerait d’une version numérique de leurs ouvrages, tandis que Google mettrait en ligne la seconde. Les premières consultations sur le site Google Print furent disponibles fin mai 2005. Les premières numérisations Google n’a pas donné, que ce soit dans ce communiqué de presse ou quelconque autre de précisions sur la démarche que la compagnie comptait adopter pour numériser et donner à voir ces ouvrages, avant que la controverse ne se lève en Europe comme aux Etats-Unis. Quand la première version de Google Print fût disponible, on pouvait lire : « Si vous êtes déjà un partenaire Google Livres, il vous suffit de nous indiquer les livres à intégrer dans votre compte en les ajoutant à votre liste de livres. Une fois ces livres référencés dans notre système, ils apparaîtront dans votre compte quand nous les aurons numérisés par le biais d’une bibliothèque. Notez que notre Projet Bibliothèque englobe des fonds composés de millions de livres et que l’opération de numérisation devrait donc prendre des années. Nous numérisons les livres en suivant leur ordre de rangement, et nous ne pouvons garantir la date à laquelle nous traiterons un livre en particulier.25 ». Des avis contradictoires furent donnés quant à la qualité des versions numériques mises à disposition. Jean-Michel Salaün vante la qualité des copies fournies: « Par ailleurs, ici comme ailleurs, la firme montre un savoir-faire exceptionnel par sa précision et sa rapidité sur le découpage et le traitement des documents, autorisant des recherches sur le texte intégral d’une simplicité, fluidité et une pertinence inégalées à cette échelle. Quiconque peut s’en convaincre en navigant sur le site de test ouvert en avril 2005. ». A l’inverse Jean-Noël Jeanneney, dans son ouvrage Quand Google défie l’Europe, plaidoyer pour un sursaut publié moins de 5 mois après l’annonce de Google Print, critique à grand renfort d’exemples présentés avec une certaine ironie, la qualité et la teneur des premières publications : « La qualité [des premiers ouvrages] en était souvent très médiocre, souffrant visiblement de la précipitation. L’inévitable auto-centrage américain des choix s’y manifesta avec éclat. A la BNF, nous nous amusâmes à chercher ce que l’on pouvait trouver en tapant les noms de Victor Hugo, de Dante, de Cervantès et de Goethe. Ce fut pour vérifier que n’étaient offertes que des publications en langue anglaise […] Certes cela a été depuis lors rectifié dans la version française du site pilote, notre ironie ayant peut-être précipité un effort de numérisation d’un certain nombre d’ouvrages francophones de référence.26 ». Il faudra attendre le rapport de synthèse et plan d’actions Bibliothèque Numérique Européenne remis par le Comité de pilotage au Ministre de la Culture et de la Communication Renaud Donnedieu de Vabres le 31 janvier 2006 pour avoir une analyse plus rigoureuse et chiffrée des 24 Communiqué de presse disponible, en anglais, à l’adresse suivante : http://www.google.com/press/pressrel/print_library.html 25 http://books.google.com/intl/fr/googlebooks/publisher_library.html 26 Jean-Noël Jeanneney, op.cit., p.22. septembre 2006 pour la présente édition.
  18. 18. 18 premiers travaux effectués par Google pour cet effort de numérisation27 , et dont on peut retenir deux points importants : D’une part, il y a sur la masse totale des ouvrages proposés en ligne une nette surreprésentation des ouvrages récents par rapports aux ouvrages tombés dans le domaine public : ce sont, d’après ce rapport, environ 12000 ouvrages sous droits qui sont consultables fin décembre, pour une moyenne approximative de 200 livres/an entre 1945 et 2005 : à titre indicatif, sur les cinq dernières années, les chiffres donnés sont les suivants : 227 (2005), 116 (2004), 158 (2003), 165 (2002), 192 (2001). En ce qui concerne le programme concernant les bibliothèques, le rapport fait part des difficultés qu’ils ont eu à établir des données statistiques fiables, puisqu’il n’y avait pas d’outil de recherche spécifique comme c’était le cas pour le programme des éditeurs (qui propose une recherche par année d’édition). Néanmoins, ils ont pu fournir lors de la remise de leur rapport les chiffres suivants : pour les ouvrages datant d’avant 1700, il n’y a que quelques unités non significatives par année, pour le XVIIIème siècle, 1703 livres, pour 1800/1860 environ 4500 livres et pour 1860-1930, il semblerait que les ouvrages soient en cours de numérisation, seule la première page apparaissant. D’autre part, sur les 20 000 livres que semble compter le site, treize mois après l’annonce de décembre 2004, 70% proviennent des éditeurs sur la base d’un contenu numérique natif, c’est-à-dire que les éditeurs faisant partie du programme leur ont directement remis une copie numérique de leur livre. En réalité, bien qu’ils soient présentés comme deux volets différents - le programme pour les éditeurs d’un côté et celui pour les bibliothèques de l’autre- ils sont en réalité finement imbriqués et tendent à privilégier pour l’instant le programme des éditeurs. Sur Google Book Search (le projet fut rebaptisé ainsi en novembre 2005 – changement lourd de significations, sur lesquelles nous reviendrons ultérieurement), la recherche de livres est communes aux deux programmes. Or que les éditeurs puissent fournir directement à Google une copie numérique de leur livre accélère nettement leur mise en ligne et donc leur diffusion. La numérisation, nécessairement industrielle à l’échelle à laquelle se propose de la réaliser Google, supporte mal les traitements individuels générateurs de surcoûts, donc il n’y a qu’un programme commun de numérisation aux bibliothèques et aux éditeurs. En sachant que la majorité des ouvrages des bibliothèques sont encore sous droits, même dans les livres numérisés par la suite par Google (numérisation qui ne répond ni à choix d’ordre patrimonial, ni à aucune sorte de classification), l’avantage ira probablement aux livres sous droits, au détriment des œuvres tombées dans le domaine public. 27 Bibliothèque numérique Européenne, rapport rédigé par Alexandre Moatti, Ingénieur en chef des Mines, Valérie Tesnière, Conservateur général des bibliothèques (BNF), et Noémie Lesquins, Conservateur des bibliothèques ( BnF), fruit des travaux du Comité de pilotage « Bibliothèque Numérique Européenne » qui s’est réuni quatre fois entre le 13 juillet 2005 et le 11 janvier 2006. Disponible en format PDF à l’adresse suivante : http://www.ensmp.net/bnue.pdf
  19. 19. 19 2) Un projet en rupture avec les efforts précédents de numérisation Pourquoi ce projet a-t-il suscité tant d’émoi, en quoi est-il si différent des précédents efforts de numérisation qui existaient déjà ? L’idée de mettre en ligne des ouvrages intégraux n’est pas nouvelle. Elle a été initiée par le célèbre projet Gutenberg, lancé par Michael Hart, chercheur à l’université de l’Illinois en 1971 dont l’objectif était de numériser pour 2001 environ 10 000 ouvrages du patrimoine littéraire anglo-saxon28 . Un projet similaire s’est mis en place en France en 1992, lorsqu’un informaticien et un philosophe lillois, passionnés de vieux livres, ont entrepris de diffuser quelques classiques sur le réseau : en avril 1993 est fondée l’ABU, Association des Bibliophiles Universels29 , clin d’œil au Pendule de Foucault d’Umberto Eco. Son but est d’installer peu à peu sur Internet une sélection des grandes œuvres du patrimoine littéraire francophone. Le point commun entre ces deux projets, pris pour exemple parmi d’autres car les plus connus, est de proposer gratuitement et sans autre formalité des livres libres de droits, en mode plein texte, qui propose une recherche à l’intérieur du texte, permettant au livre d’être travaillé, annoté, imprimé. D’autres formes d’éditions de livres numérisés existent, en version marchande cette fois-ci : la société Dial A Book30 proposent des extraits d’ouvrages récents en langue anglaise, encore protégés par le copyright. Le service Download Bookstore permet à un client de télécharger l’intégralité de l’ouvrage une fois qu’il a transmis son numéro de carte bancaire, et des moyens très efficaces de protections techniques ont été mis en place pour dissuader toute forme de piratage. Ce qui apparente ce projet à une rupture avec les projets précédents est avant tout un changement radical d’échelle : « L’ensemble des fonds des bibliothèques concernées représente 15 millions d’ouvrages, soit 4,5 milliards de pages Web. Google, malgré ces chiffres qui ont largement circulés, n’a jamais confirmé ni l’ampleur des investissements réalisés, ni celui des collections touchées. On peut être sceptique sur ces chiffres et reconnaître néanmoins que la firme dispose d’une capacité d’investissement considérable qui rend crédible une opération qui restera spectaculaire, même si son ampleur n’atteint pas les sommets décrits dans la presse31 ». Autre caractéristique assimilable à une rupture, le fait qu’un moteur de recherche s’attaque à un pan très particulier des réseaux consacré à un usage bien spécifique : le Web documentaire, constitué de bases et de documents certifiés par une autorité intellectuelle, qu’il s’agisse d’éditeurs, de bibliothèques, de centres de documentations ou d’archives. Lise Viera, dans son ouvrage sur l’édition électronique, pose la question en les termes suivants : « si on se remémore que parmi les fonctions éditoriales majeure on relève la capacité de réunir de l’information en adéquation avec un besoin ou 28 On trouve aujourd’hui sur ce serveur plus de 400 titres dégagés des droits de copyright : http://www.gutenberg.org/wiki/Main_Page 29 http://abu.cnam.fr 30 http://www.dialabook.net/ 31 Jean-Michel Salaün, op.cit.
  20. 20. 20 une demande, ne peut-on en outre voir dans les moteurs de recherche et dans les agents intelligents de nouveaux objets éditoriaux ? Ou si l’on préfère poser différemment la question, les innovations les plus significatives en terme de spécificité des services proposés assimilent-elles ces outils de recherche à une forme parallèle d’édition ?32 » C- Les réponses des acteurs d’Internet au projet Google Book Search Google a fait figure de pionnier en s’attaquant à un segment du marché sur Internet qui n’avait pas encore été exploité à grande échelle par les moteurs de recherche. Les premières réactions ne furent pas celles des concurrents de Google mais de Jean-Noël Jeanneney, président de la BNF, et des ayants droit, mais il semble important de montrer dès maintenant quelles furent les stratégies lancées par ces concurrents pour suivre la logique de notre propos, qui est de montrer en quoi de nouveaux acteurs, initialement étrangers aux différents maillons de la chaîne du livre, semblent vouloir progressivement endosser le rôle de pourvoyeurs et diffuseurs de livres numérisés. D’après l’enquête de l’European interactive advertising association parue dans Le Monde du 24 juin 2005, les moteurs de recherche se sont imposés comme le point de passage obligé pour localiser l’information sur le web : pour la France 18,8 millions d'internautes, soit 9 sur 10, ont consulté au premier trimestre 2005 un moteur de recherche Google, Voilà, MSN ou Yahoo! Le projet de Google Book Search est une réelle menace pour les grands concurrents de Google dans le sens ou il a un caractère monopolistique, et interdit de fait la création d’index concurrents sur le texte intégral des livres, sauf à réaliser un effort redondant de numérisation. 1) Amazon La première des réponses a été celle d’Amazon. Fondée en 1995 cette société américaine est vite devenue une figure de proue du commerce électronique tout azimut, et avec un chiffre d’affaires de 3,4 milliards de dollars en 1998, elle a bouleversée la vente de livres aux Etats-Unis. La réponse qu’Amazon a apporté à Google fût discrète et ne changea pas radicalement de la stratégie première de la firme, ce pourquoi il n’est pas nécessaire de s’y attarder outre mesure. En août 2005, elle lança sur son site français la fonction « chercher au cœur », qui permet de consulter en ligne quelques extraits 32 Lise Viera, L’édition électronique, de l’imprimé au numérique : évolution et stratégies, Presses Universitaires de Bordeaux, labyrinthes, Pessac, 2004, p.97
  21. 21. 21 des livres proposés à la vente : cette fonction était déjà disponible sur le site anglais de la firme, et ce sont un peu plus de 5000 ouvrages qui sont consultables depuis 2005 sur le site français. 2) Open Content Alliance Le moteur de recherche Yahoo ! et Microsoft s’engagèrent presque au même moment, en octobre 2005 (le communiqué de presse de Yahoo ! date du 3 octobre33 , celui d’Amazon du 25 octobre) dans un projet commun de bibliothèque numérique, intitulé Open Content Alliance, initié par Internet Archive début 2005, juste après l’annonce de Google de son projet Google Print. Elle représente l'effort collaboratif de plusieurs organisations culturelles, technologiques, associatives ou gouvernementales pour construire une archive permanente de textes et de contenus numériques et ce dans le strict respect du copyright. Ce projet diffère d’abord du projet de Google Book Search par sa nature consortiale, fédérant plusieurs partenaires, certains du secteur public (bibliothèques et archives) et d’autre du secteur privé (éditeurs et industriels) : citons Adobe, O'Reilly Media, Hewlett-Packard Labs, des bibliothèques, les universités de Californie et de Toronto, les archives nationales du Royaume Uni, Prelinger Archives, The European Archive, Yahoo ! et Microsoft. Chacun y semble avoir un rôle bien déterminé : Hewlett-Packard contribue au prêt de numériseurs de base dans les bibliothèques qui en sont dépourvues, Adobe traite des formats envisageables pour la numérisation et la consultation des œuvres en fournissant des licences pour ses logiciels Acrobat Reader et Photoshop, Internet Archive organise des centres de numérisation dans certaines bibliothèques et assure l’hébergement et Yahoo ! indexe les contenus. En rejoignant le consortium, Microsoft apporte deux millions de dollars pour la numérisation de 150 000 ouvrages. Ensuite, contrairement au projet Google Book Search, ce projet se développe dans un environnement ouvert, c'est-à-dire que L’Open Content Alliance souhaite mettre à disposition de tous les autres moteurs de recherche les ouvrages qu’il aura numérisé, afin qu'ils puissent eux-mêmes piocher dedans et présenter les résultats d'une requête : «Si nous parvenons à faire les choses correctement, afin que les gens acceptent de participer en masse, nous pourrons avoir une bibliothèque interopérable qui ne sera pas seulement consultable sur Yahoo, mais sur tous les autres moteurs, et téléchargeable sur les appareils mobiles», s'est réjoui Brewster Kahle, fondateur de l'Internet Archive. Pour ce qui est de Yahoo ! et de Microsoft, cette stratégie d’alliance est à replacer dans un contexte plus large visant à s’associer pour soutenir la concurrence sur un marché qui ne se limite pas au 33 Communiqué disponible en anglais à l’adresse suivante : http://docs.yahoo.com/docs/pr/release1269.html
  22. 22. 22 marché des livres numérisés. Le fait qu’ils aient annoncé à trois semaines d’écart leur ralliement à l’Open Content Alliance est en soit symbolique de leur volonté de faire front contre Google. Car déjà, le 12 octobre 2005, les deux sociétés annonçaient lors d’une conférence de presse commune que leurs messageries instantanées respectives, Yahoo !Messenger et MSN Messenger pourraient être intéropérables à partir du premier semestre 200634 . Cette décision révèle leur volonté commune pour s’imposer contre trois concurrents : AOL avec sa messagerie AIM (et ICQ), Apple avec son Ichat et enfin Google, à nouveau sur cet autre front, avec sa messagerie Google Talk lancée en août 2005. 3) L’accord entre MSN et la British Library Faire front de façon commune n’empêche par de se lancer dans des projets parallèles, surtout quand il s’agit de Microsoft, poids lourd mondial, détenteur d’un monopole difficilement disputé sur le marché des systèmes d’exploitation. A peine un mois après son ralliement à l’Open Content Alliance, Microsoft annonçait son accord avec la British Library pour la numérisation et l’indexation de 25 millions de pages (environ 100 000 ouvrages) pour la somme de 2.5 millions de dollars, le tout sur un période de an. Ces contenus seraient accessibles depuis la British Library et depuis le service MSN Book Search (devenu depuis Live Books, et ouverts aux éditeurs35 ). Deux avantages résident dans le fait de lancer cette initiative individuelle pour Microsoft : d’une part, un avantage concurrentiel de timing, car même si le projet comme le projet Open Content Alliance se développe dans un environnement ouvert et donc accessible à tous, les autres moteurs ne peuvent indexer le contenu qu’une fois le service ouvert. D’autre part, le lien de la recherche se développe en liaisons avec les contenus de l’encyclopédie multimédia MSN Encarta, ce qui est une fois de plus l’occasion de faire d’une pierre deux coups et de renouveler la promotion du produit pour rehausser ses ventes. Autant de projets commerciaux, oscillant entre tentatives solitaires -comme Microsoft, qui répond là peut-être davantage à une stratégie globale- et tentatives de regroupement pour donner une réponse crédible face au projet sans commune mesure de Google. A travers leurs différences, tous ces acteurs tiennent pourtant le même discours teinté d’universalisme et de philanthropie : fournir au plus grand nombre un accès égal aux collections qu’ils proposent de mettre en ligne, si ce n’est à toute l’information du monde, voire à la connaissance universelle. La portée idéologique de ces projets de numérisation massive et, en filigrane, de l’utilisation des technologies de l’information et de la 34 Communiqué de presse disponible, en anglais, à l’adresse suivante : http://www.microsoft.com/presspass/press/2005/oct05/10- 12MSNYahooMessengerPR.mspx 35 Voir pour plus de détails, l’article paru sur le site de la British Library (http://www.bl.uk/news/2005/pressrelease20051104.html) ainsi que le site de Live Books (http://publisher.live.com/default.aspx)
  23. 23. 23 communication n’est pas des moindres : ils soulèvent bien des polémiques et véhiculent de nombreuses utopies, dont celle qui ferait de cette technologie un outil inédit d’économie des échanges culturels susceptible de minorer les inégalités devant l’accès à l’information. Armand Mattelart, dans plusieurs de ses travaux, soulevait déjà le débat du numérique favorisant ou non la démocratie à l’échelle mondiale et émettait déjà des réserves, avant même ces projets-ci, quant à l’apparente bonne conscience visant la démocratisation de l’information et le partage des savoirs, qui s’estomperait en réalité derrière des processus de mondialisation marchande : « La techno-utopie se révèle une arme idéologique de premier plan dans les trafics d’influence, en vue de naturaliser la vision libre- échangiste de l’ordre mondial. En dépit des décrets qui scellent périodiquement sa disparition, tout comme celle de l’Histoire et de l’idéologie, l’Etat-Nation, au-delà de sa complicité dans la dépossession de ses fonctions de dérégulation, reste l’ennemi dont il faut saper les prérogatives. Ainsi naît le rêve d’une planète sans intermédiaires36 ». Cette idée selon laquelle les nouvelles technologies de l’information et de la communication permettrait de faire fi de toute forme de médiation politique, selon laquelle le cyberspace serait le nouvel espace public voire le terrain idéal pour voire éclore une démocratie directe, souffre à notre sens soit d’une réelle naïveté, soit d’un profond aveuglement : c’est ignorer que ces discours sont souvent portés par ces mêmes pouvoirs pour justifier de logiques politiques ou marchandes. C’est en partant de réflexions apparentées que Jean-Noël Jeanneney a ouvert en tout premier le débat au sujet du projet de Google Book Search, avant même que les concurrents commerciaux ne répliquent. Et c’est en revenant à ces multiples interrogations que nous allons voir comment est né le projet de Bibliothèque Numérique de l’Union Européenne, et comment s’est construit ce qui s’est appelé une stratégie culturelle du Web. 36 Armand Mattelart, « Les Eldorados du numérique », Le Monde le l’Education, Dossier Multimédia, avril 1997, p. 50
  24. 24. 24 II/ La BNUE, une stratégie culturelle du Web A- L’élaboration d’une réponse européenne au projet de Google 1) Les premières mesures Le débat lancé par Jean-Noël Jeanneney Dans la tribune libre parue dans le Monde le 24 janvier 200537 , Jean-Noël Jeanneney soulignait déjà la nécessité de déployer une action crédible, à la hauteur de l’ambitieux projet de Google – et qui ne pouvait donc se faire qu’à dimension plurielle : « Aucune nation européenne n’est, on le sait, assez forte pour pouvoir assurer seule le sursaut nécessaire. […] Une autre politique s’impose, et elle ne peut se déployer qu’à l’échelle de l’Europe. Une Europe décidée à n’être pas seulement un marché, mais un centre de culture rayonnant et d’influence politique sans pareille autour de la planète. L’heure est donc à un appel solennel. Il revient aux responsables de l’Union, et à ses trois instances majeures, de réagir sans délai. » Il devait réitérer ces propos dans les nombreux débats suivants, et dans le petit livre qu’il publia par la suite, et dont le sous-titre, plaidoyer pour un sursaut38 , est à lui seul significatif du caractère militant, engagé, ouvertement politique que donne l’auteur, président de la BnF mais également ancien ministre, à cette cause : il y tente notamment de mesurer l’impact économique, politique et culturel de la constitution d’un monopole de la recherche sur Internet par Google. Les pouvoirs publics ne tardèrent pas à réagir : c’est ainsi que le 16 mars 2005 le Président Jacques Chirac reçut le ministre de la Culture et de la Communication Renaud Donnedieu de Vabres et le président de la BnF, et officialisa via un communiqué de presse la volonté de soutenir l’idée d’une bibliothèque numérique européenne et de se faire le relais, auprès des instances européennes, de cette idée. Rapidement, ce sont les bibliothèques nationales de dix neuf pays d’Europe qui signèrent une motion pour soutenir le projet, et le 28 avril ce furent six chefs d’Etat et de gouvernements - à savoir, Jacques Chirac, Aleksander Kwazniewski, pour la Pologne, Gerhard Schroeder, chancelier allemand, Silvio Berlusconi pour l’Italie, José Luis Rodriguez Zapatero pour l’Espagne et Ferenc Gyurcsany pour la Hongrie, adressèrent une lettre au Président de l’Union, Jean-Claude Juncker et au Président de la Commission, José Manuel Barosso, appelant à la création d’une bibliothèque européenne définie comme « une action concertée de mise à disposition large et organisée de notre patrimoine culturel et 37 Article disponible en intégralité sur le site de la BNF à l’adresse suivante : http://www.bnf.fr/pages/dernmin/pdf/articles/lemonde_2401.pdf 38 Jean-Noël Jeanneney, op. cit.
  25. 25. 25 scientifique sur les réseaux informatiques mondiaux »39 . Les rencontres européennes de la Culture, qui se tinrent à la Comédie Française la semaine suivante, furent l’occasion pour le Président de l’Union, pour le Président de la Commission ainsi que pour la commissaire à la culture Viviane Reading d’apporter leur soutien à ce projet défendant les valeurs et principes énoncés dans la déclaration en faveur d’une charte européenne de la culture. Le portage européen Trois éléments-clefs sont à prendre en compte pour marquer les premiers efforts au niveau de l’Union européenne, au-delà du simple acquiescement, pour supporter l’idée d’une bibliothèque numérique : Il s’agit d’une part plus largement du projet « i2010- Une société de l’information pour la croissance et l’emploi »40 , proposé par Viviane Reading, qui se donne pour but de favoriser la modernisation et le déploiement de multiples stratégies afin d’encourager le développement de l’économie numérique. Rendre le patrimoine écrit et audiovisuel de l’Europe accessible sur Internet fait partie de ce programme : l’intitulé de la communication du 30 septembre 2005 «i-2010 : bibliothèques numériques » le souligne clairement. Pour les trois domaines d’action annoncés qui nous intéressent (la numérisation, l’accessibilité en ligne et la conservation numérique), la Commission a proposé plusieurs actions majeures : premièrement, la mise en place d’une consultation en ligne sur la numérisation et la conservation, clôturée le 20 janvier 2006 ; deuxièmement, la volonté d’une collaboration entre les institutions culturelles et notamment les bibliothèques nationales ; la mise en place d’un réseau de centres de compétences dans ces domaines d’ici 2007 ; enfin, l’affectation d’un budget de 36 millions d’euros à la recherche sur les « modes d’accès avancés au patrimoine culturel et sur la conservation numérique », auquel s’ajouteront 60 millions d’euros versés entre 2005 et 2008 afin de rendre les collections et les services numériques nationaux inter opérables. Il s’agit d’autre part du communiqué de presse du 2 mars 200641 , où la Commission européenne annonce pour la première fois spécifiquement une feuille de route et de multiples décisions au sujet de la BNUE, « projet phare de la stratégie globale de la Commission pour stimuler l’économie numérique », chargé de mettre en ligne la « mémoire de l’Europe » d’ici fin 2010, autrement dit plus de 6 millions d’ouvrages. L’objectif n’est pas de mettre en forme une base de données unique, mais plutôt de permettre à l’utilisateur de mener ses recherches dans « différentes collections des 39 La lettre est consultable à l’adresse suivante : http://elysee.fr/elysee/francais/interventions/lettres_et_messages/2005/avril/message_a_propos_de_la_creation_d_une_bibliotheque_numeriq ue_europeenne.29633.html 40 http://ec.europa.eu/information_society/eeurope/i2010/what_is_i2010/index_en.htm 41 Communiqué de presse, La Commission européenne intensifie les efforts pour mettre en ligne la «mémoire de l’Europe» via une bibliothèque numérique européenne, le 2 mars 2006, http://www.europa.eu.int/rapid/pressReleasesAction.do?reference=IP/06/253&format=HTML&aged=0&language=FR&guiLanguage=fr
  26. 26. 26 institutions culturelles à partir d'un seul point d'accès multilingue, qui se présentera sous la forme d'un portail internet », ce qui sous-entend que la Commission ne souhaite pas mettre en commun les seules ressources des bibliothèques numériques déjà existantes, mais élargir le champ d’indexation aux bases de données et multiples archives disponibles ou à venir sur la toile européenne. Techniquement, la Commission propose de se baser sur un premier projet mené à terme fin 2004 et rendu opérationnel en janvier 2005, intitulé TEL (The European Library)42 . Portail crée par la CNEL (Conference of National european Librarians), il permettait déjà l’accès aux collections numérisées d’une vingtaine de bibliothèques nationales, et répondait au souhait de montrer qu’il était possible de mettre en place un système paneuropéen susceptible de fournir un accès combiné aux ressources des différentes collections. Lors de ce communiqué, la Commission a adressé un satisfecit à la France, qu’elle remerciait pour « ses efforts concrets que le gouvernement déploie pour faire avancer le projet. ». Le dernier point important est la publication par la Commission, le 24 août 2006, d’une recommandation sur la numérisation et l’accessibilité en ligne du matériel culturel et la conservation numérique, qui a été approuvée unanimement par le Conseil des ministres de la culture et de l’audiovisuel le 13 novembre 2006. Si la recommandation ne fait que pointer des objectifs stratégiques en vue, notamment, de la création d’une BNUE, le Conseil lui constate « la nécessité d’ancrer ce travail de coordination dans le cadre institutionnel de la Communauté »43 - donc de lui donner officiellement un caractère communautaire - et pour ce faire invite d’une part les Etats-membres à renforcer leurs propres stratégies en terme de numérisation, à contribuer à la BNUE et à renforcer la coordination entre eux, et demande d’autre part à la Commission de chapeauter le projet afin de stimuler les diverses initiatives et coordonner les travaux. 2) Le rôle de la France dans le projet de BNUE Il est vrai que le rôle de la France dans la tenue de ce projet fût des plus claires et éminents dès le début. Le projet, au niveau français, s’est mis en place en deux temps. Il a d’abord revêtu un caractère assez officiel, interministériel, de juillet 2005 à janvier 2006. Dès le 12 juillet 2005 paru un décret au journal officiel qui institua un comité de pilotage en vue de la création d’une bibliothèque numérique européenne sous la direction du ministre de la Culture et de la Communication ; il devait fournir au terme de plusieurs rencontres un livre blanc rendant compte de leurs travaux. Outre des représentants des différents ministères de l’industrie, de la recherche, de l’enseignement supérieur, de la culture et de la communication et des affaires européennes, de la BNF 42 http://libraries.theeuropeanlibrary.org/organisation/aboutus_en.html 43 Conclusions du Conseil sur la numérisation et l’accessibilité en ligne du matériel culturel et sur la conservation numérique, paru au Journal Officiel de l’Union Européenne le 7/12/2006.
  27. 27. 27 et de l’Institut National de l’Audiovisuel, six personnalités furent qualifiées pour faire partie du comité, représentatives tant du secteur public (Olivier Cazenave, directeur de La Documentation française ; Olivier Duhamel, professeur à l’institut de Sciences Politiques de Paris ; Jean-Michel Hubert, ancien Président de l’Autorité de Régulation des Télécommunications) que privé (Franck Dangeard, PDG de Thomson ; Serge Eyrolles, PDG des éditions Eyrolles et Président du Syndicat National de l’Edition ; Alain Kouck, président d’Editis). Pendant que ce comité de pilotage se réunissait pour discuter des différentes options, le ministère de la Culture et de la Communication présentait le 5 décembre au Sénat son budget, en annonçant que le comité de pilotage serait doté de 400 000 euros si le budget était voté. Le livre blanc, fruit des quatre réunions du comité de pilotage et rendu le 31 janvier 2006, a été rédigé par Alexandre Moatti, ingénieur en chef des Mines, Valérie Tesnières et Noémie Lesquins, respectivement conservatrices générale et conservatrice adjointe des bibliothèques à la BnF. Il est composé d’un rapport de synthèse et d’un plan d’actions44 : ce sont les premiers documents à paraître, qui donnent les clefs de ce que serait une possible bibliothèque numérique européenne. Suite à ce livre blanc, la conduite opérationnelle du projet a alors été, pour le volet français toujours, remis à la Bibliothèque Nationale de France – officiellement le 2 mai 2006, par une allocution du ministre de la culture et de la communication après avoir proposé un dossier « bibliothèque numérique européenne » devant le Conseil des ministres. Avant de détailler plus en profondeur les différentes directions prises par la BnF, on peut d’ores et déjà dire qu’elle a lancé sans tarder quatre chantiers : une étude sur la réalisation d’un chantier de masse de numérisation, réalisée par IBM en juin-juillet 2006, tandis qu’en interne était préparée la mise en place des filières de traitement ad hoc ; la numérisation en mode texte de la bibliothèque numérique Gallica ; le développement d’un prototype, Europeana, présenté par la suite lors du Salon du Livre en mars 2007 ; des discussions avec le Syndicat National de l’Edition afin de réfléchir à la présence de contenus sous droit dans la BNUE. Au cœur de ces réflexions, une prise de position nette par rapport à ce que peut être le projet de Google Book Search, et que l’on peut résumer par cette phrase de Valérie Tesnière : « Le but n’est pas de faire autant, mais différemment45 ». 44 Ce rapport est téléchargeable en format PDF à l’adresse suivante :http://bibnum.over-blog.com/article-4226019.html 45 Valérie Tesnière, résumé du livre blanc BNUE, fichier téléchargeable en version PDF : http://www.bnf.fr/pages/dernmin/pdf/bnue.pdf
  28. 28. 28 B- L’affirmation d’un rôle patrimonial Un adjectif revient souvent pour qualifier la stratégie de Google : tentaculaire. Non contente de racheter des sociétés de communication en faillite ou des parts dans le secteur wifi de façon à disposer de son propre réseau, la société propose de couvrir Sans Francisco d’un accès libre, gratuit, sans fil, entièrement – publicitaire. Et accumule de plus en plus de contenu. « De ces observations naît l’hypothèse qu’après l’écrasement des autres moteurs de recherche, ayant obtenu que chacun fasse de lui son point de connexion au web, alors Google sera l’internet. Il ne restera ensuite à l’entreprise qu’à créer un nouveau système d’exploitation et provoquer Microsoft pour se distraire […] Comme le souligne maint observateur, ce futur GoogleNet tiendra chacun des usages dans sa nasse (qui se dit aussi net en anglais) afin de le gaver en permanence de conseils personnels et de publicité de proximité, pour n’évoquer rien de pire. Ce ne sera pas Big Brother. Ce sera Enormous Brother. »46 Lucien Polastron n’est pas le premier ni le dernier à s’être inquiété que Google puisse parvenir à une situation de monopole, totalitaire – le mot est-il si fort ? Bien qu’il soit sur certains points extrêmement virulent à l’égard des discours de ceux qui mettent en œuvre le projet Bibliothèque numérique Européenne, leur inquiétude est commune. Certes, la phrase citée plus haut de Valérie Tesnières peut se comprendre de façon tout à fait pragmatique : la France, l’Europe n’ont à ce jour pas les moyens de concurrencer la firme en termes de puissance d’interrogation et de volumes indexés. Mais faire autrement signifie également selon des buts différents. D’un côté, une entreprise extérieure au monde du livre, qui lance un grand plan de numérisation comme elle lance d’autres projets afin de recueillir un maximum de données pour créer un grand tout informatif ; de l’autre, des instances, des institutions publiques, des bibliothèques pour certaines séculaires, qui sont bien plus que des gardes- livres, bien plus que des étagères, bien plus que des bâtiments vétustes où les ouvrages finissent pas se gâter et dont la numérisation garantirait une certaine pérennité. Si les deux projets concernent tous deux la numérisation d’ouvrages, ils répondent à des représentations et à des objectifs profondément différents. 1) La bibliothèque comme garante de la mémoire et de l’identité collective Un lieu pour l’identité collective « Lieu de mémoire nationale, espace de conservation du patrimoine intellectuel, littéraire et artistique, une bibliothèque est aussi le théâtre d’une alchimie complexe où, sous l’effet de la lecture, de l’écriture et de leur interaction, se libèrent des forces, les mouvements de la pensée. Elle est un lieu de 46 Lucien X.Polastron, La Grande numérisation, y’a-t-il une pensée après le papier ? Editions Denoël, Paris 2006
  29. 29. 29 dialogue avec le passé, de création et d’innovation ; et la conservation n’a de sens que comme ferment des savoirs et moteur des connaissances, au service de la collectivité toute entière. […]. Lire dans une bibliothèque, c’est instaurer une dialectique créatrice entre la totalité et ses parties, entre la promesse d’une mémoire universelle, mais excédant le regard de tout individu, et les itinéraires patients, partiels et atypiques déployés par chaque lecteur. C’est tenter de concilier un désir d’universalité et la nécessité du choix, de la sélection, voire de l’oubli comme les conditions même de la lecture et de la pensée. […] La bibliothèque est un lieu, une institution. Elle est le croisement paradoxal d’un projet utopique (faire coexister dans un même espace toutes les traces de la pensée humaine confiées à l’écrit) et des contraintes techniques, ergonomiques, politiques de la conservation, de la sélection, du classement et de la communication des textes, des images et aujourd’hui des sons. Elle est aussi et simultanément, un dessein intellectuel, un projet, un concept immatériel qui donne sens aux pratiques de la lecture, de l’écriture et de l’interprétation.[…] Par son architecture, la définition de son public, les principes qui ordonnent ses collections, par les options technologiques déterminant l’accessibilité et la matérialité des textes comme la visibilité des choix intellectuels qui en organisent le classement, toute bibliothèque dissimule une conception implicite de la culture, du savoir et de la mémoire, ainsi que leur fonction dans la société de son temps. Il est vrai aussi que l’invention de la culture réside pour une large part dans la subversion de ces règles, de ces découpages, de ces limites, et dans l’invention de nouveaux liens, de nouveaux lieux de savoir. »47 Cette citation un peu longue traduit pourtant la fougue avec laquelle peut être défendue ce qui apparaît comme un élément constitutif de l’identité collective. L’histoire des bibliothèques en Occident est indissociable de l’histoire de la culture et de la pensée. La bibliothèque est bien plus que la somme des livres qu’elle contient : c’est un lieu de mémoire, mais aussi espace dialectique où se négocient les limites et fonctions de la tradition, à la frontière du lisible, du dicible, du pensable. Elles sont le lieu de choix. Reflets de nos sociétés, elles sont un miroir où se regarder. Le projet encyclopédique des Lumières, désireux de condenser toutes les connaissances humaines, la culture et la technologie dans un ouvrage qui serait, selon le mot de Diderot, « un sanctuaire […] à l’abri des temps et de la révolution », ne peut-il se comprendre comme une tentative pour conjurer l’angoisse de la perte et de la fin du temps ? Au-delà des logiques commerciales qui sous-tendent leur projet, les dirigeants de Google ne remettent-ils pas à l’ordre du jour ce mythe d’Alexandrie, profondément ancré en nous, en souhaitant concentrer sur leurs serveurs « toute l’information du monde » ? Ou l’utopie de la technologie comme possibilité d’abolir les contraintes de l’espace et du temps. 47 BARATIN Marc et JACOB Christian (sous la direction de), Le Pouvoir des bibliothèques, La mémoire des livres en Occident, Bibliothèque Albin Michel Histoire, Paris ,1996, p.11-12

×