SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  6
Télécharger pour lire hors ligne
1
LA GENÈSE DE LA RICHESSE ET DE LA PAUVRETÉ DES NATIONS
Fernando Alcoforado*
Cet article vise à analyser la genèse de la richesse et de la pauvreté des nations et à proposer des
solutions pour que les nations pauvres se développent. Il existe une idée fausse presque unanime
selon laquelle la richesse individuelle résulte de la capacité de l'individu à atteindre cet objectif et
que les personnes qui ne l'atteignent pas en sont incapables. Cette pensée a aussi un caractère
raciste en attribuant aux blancs une plus grande capacité que les noirs ou métis à s'enrichir. Ceux
qui pensent ainsi ne se rendent pas compte que les personnes de couleur ou métisses font partie
des personnes socialement marginalisées, c'est pourquoi elles n'ont pas les mêmes possibilités
d'avancement social que les Blancs. Cette même pensée s'étend également aux pays et/ou aux
peuples qui se sont plus développés que d'autres. Il est courant d'attribuer aux Blancs d'origine
européenne une plus grande capacité à promouvoir le développement économique de leur pays.
Cette pensée erronée s'explique par le fait que l'Europe a été le berceau de la Renaissance, qui est
née au XIVe siècle en Italie et s'est étendue au reste de l'Europe, étant en vigueur jusqu'au XVIe
siècle, de la Révolution commerciale, qui représente une grande période de transformations qui
ont eu lieu en Europe entre le XVIe et le XVIIIe siècle, de la Révolution scientifique, qui a
commencé au XVIe siècle et a duré jusqu'au XVIIIe siècle, de la Révolution industrielle, qui a
commencé en Angleterre dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, s'est propagée à travers le
monde, provoquant de grandes transformations et assuré l'émergence de l'industrie et consolidé
le processus de formation du capitalisme dans les pays capitalistes centraux. Cette idée erronée
s'explique aussi en attribuant aux peuples blancs d'origine européenne une plus grande capacité à
promouvoir le développement économique de leur pays du fait que certains pays européens suivis
des États-Unis ont atteint un haut niveau de développement économique et social bien supérieur
à celui de la plupart des pays du monde.
Le monde est confronté depuis de nombreuses années à l'existence d'un très petit nombre de pays
riches qui présentent un développement économique et social avancé aux côtés d'une grande
majorité de pays pauvres au développement économique et social précaire (Figure 1). Dans la
Figure 1, les pays en rouge sont des pays riches et les autres des pays pauvres. La véritable
explication de l'existence à l'époque contemporaine de peu de nations riches et de nombreuses
nations pauvres réside dans le fait que, selon le sociologue américain Immanuel Wallerstein,
l'économie mondiale est régie par un système, le système-monde capitaliste composé de une
division entre centre, périphérie et semi-périphérie, qui émerge au XVIe siècle au début du
processus de mondialisation avec les grandes navigations inaugurées avec la découverte de
l'Amérique. Les pays les plus développés du monde forment le centre du système-monde qui
forme le noyau organique de l'économie capitaliste mondiale, c'est-à-dire les pays d'Europe
occidentale (Belgique, Pays-Bas, Luxembourg, Suède, Norvège, Danemark, Finlande, Islande ,
Allemagne, Autriche, Suisse, France, Royaume-Uni et Italie), Amérique du Nord (États-Unis et
Canada), Océanie (Australie et Nouvelle-Zélande) et Japon.Pour Wallerstein, le centre est la zone
de grand développement technologique qui produit des produits complexes; la périphérie est la
zone qui fournit les matières premières, les produits agricoles et la main-d'œuvre bon marché au
centre. L'échange économique entre la périphérie et le centre est inégal : la périphérie doit vendre
ses produits à bas prix tout en achetant cher les produits du centre. Quant à la semi-périphérie,
c'est une région de développement intermédiaire qui fonctionne comme un centre pour la
périphérie et une périphérie pour le centre (WALLERSTEIN, Immanuel. The modern world
system - Vol. 1, 2, 3. Berkeley and Los Angelis: University of California Press, 2011).
La semi-périphérie est caractérisée par Wallerstein comme un élément structurel nécessaire pour
jouer un rôle stabilisateur entre pays riches et pays pauvres dans le système international similaire
à celui de la classe moyenne au sein de la configuration des classes d'un pays. La semi-périphérie
assumerait également un rôle, selon les termes de l'économiste italien Giovanni Arrighi, de «
légitimité systémique », montrant à la Périphérie qu'il existe une possibilité de mobilité au sein
de la division internationale du travail pour ceux qui sont suffisamment « capables » et/ou "bien
comporté". Selon Arrighi, la condition semi-périphérique est décrite comme celle dans laquelle
2
un nombre important d'États nationaux tels que le Brésil restent en permanence coincés entre des
conditions centrales et périphériques, et qui, bien qu'ayant subi des transformations sociales et
économiques profondes, continuent d'être relativement tard dans aspects importants [ARRIGHI,
Giovanni. A ilusão do desenvolvimento (L'illusion du développement). Petrópolis: Vozes, 1997].
Figure 1- Carte de la répartition géographique de la richesse des nations
Source: http://mapage.noos.fr/moulinhg02/1945.2000/trans.eco.et.sociales/inegalites.html
La théorie du système-monde avait pour formulateur Immanuel Wallerstein et pour penseurs
principaux André Gunder Frank, Samir Amin, Giovanni Arrighi et Theotonio dos Santos, des
intellectuels liés à la « théorie de la dépendance », qui prétendent que la « dépendance exprime la
subordination des pays périphériques et semi-périphériques par rapport aux pays capitalistes
centraux dont le retard économique n'a pas été forgé par leur condition agraire-exportateur ou par
leur héritage précapitaliste, considéré par certains économistes, mais par le modèle de
développement capitaliste dépendant du pays et par son insertion subalterne dans le capitalisme
mondial. Dans la compréhension de Wallerstein et d'autres penseurs liés à la « théorie de la
dépendance », le dépassement du sous-développement des pays périphériques et semi-
périphériques devrait résulter de la fin de la dépendance et non de la modernisation et de
l'industrialisation de l'économie comme prôné, par exemple, par la CEPALC (Commission
économique pour l'Amérique latine) dans les années 1950 et par de nombreux économistes
brésiliens. Les faits de la réalité confirment, par exemple, l'erreur selon laquelle le développement
du Brésil a été dépendant des capitaux étrangers et de la technologie étrangère adoptée à partir de
1955 avec le gouvernement de Juscelino Kubitscheck et que cette dépendance s'est approfondie
avec l'adoption du modèle économique néolibéral depuis 1990.
Beaucoup demandent : quelle est l'explication pour que les pays capitalistes centraux aient atteint
un haut niveau de développement économique et social et que les autres pays ne le fassent pas ?
Il y a plusieurs réponses à cette question. L'une d'entre elles est que les pays du noyau capitaliste
ont développé des compétences essentielles pour promouvoir le développement économique,
scientifique et technologique. Mais la principale réponse est que les pays capitalistes centraux ont
accumulé un grand volume de capital pendant le colonialisme du XIVe au XVIIe siècle et
l'impérialisme du XVIIIe au XXe siècle avec le pillage qu'ils ont effectué dans les pays qu'ils
dominaient et aussi dans l'actuel stade de la mondialisation néolibérale. Pendant le colonialisme,
nombre d'entre eux ont exercé une domination politique, économique, culturelle et religieuse sur
les peuples des Amériques, d'Afrique, d'Asie et d'Océanie. Ce domaine était exercé par la force
3
militaire pour explorer, entretenir et étendre son territoire. Cette pratique a eu lieu sans le
consentement des peuples colonisés, qui avec l'exploitation ont perdu une partie de leurs biens
(sol, ressources naturelles, logement), en plus de subir la pratique du génocide des populations
autochtones qui ont résisté à la domination colonialiste. Face à la résistance des peuples
autochtones, de nombreux pays colonialistes des Amériques ont adopté l'esclavage des Africains.
Ainsi, la puissance coloniale parvient à se développer au détriment de l'exploitation des
populations indigènes et africaines asservies et des richesses prélevées sur les colonies exploitées,
qui deviennent de plus en plus partie intégrante de l'empire exploiteur et otages de ses ordres.
L'Angleterre, la France, l'Allemagne, la Belgique, l'Espagne, le Portugal, la Hollande, l'Italie,
entre autres, étaient des pays colonialistes. Le colonialisme était la doctrine politique, économique
et culturelle qui soutenait le contrôle exercé par une métropole colonialiste, par imposition
administrative et militaire, sur une colonie. Le colonialisme européen a démontré sa force en
dominant de nombreux pays d'Amérique, d'Afrique, d'Asie et d'Océanie. Cette domination
signifiait l'expansion du territoire des puissances colonialistes. L'Angleterre a connu une
augmentation de 10 millions de km2 sur son territoire, la France a augmenté de 9 millions de
km2, l'Allemagne a augmenté de 2,5 millions de km2 et la Belgique et l'Italie ont connu une
augmentation de 2 millions de km2 sur leur territoire. Le Portugal, par exemple, avait le Brésil
comme colonie avec 8,5 millions de km2, en plus de territoires en Afrique et en Asie.
Une autre explication de la raison pour laquelle les pays capitalistes centraux ont atteint un niveau
élevé de développement économique et social est l'impérialisme qu'ils ont exercé depuis la 2e
révolution industrielle en 1850 jusqu'en 1990, lorsque la mondialisation néolibérale a été adoptée.
L'impérialisme représentait la continuité du colonialisme avec l'adoption d'une politique
d'expansion et de domination territoriale, culturelle et économique d'une nation dominante sur les
autres. Contrairement au colonialisme, dans lequel le colonisateur exerçait sa domination
directement ou par l'intermédiaire d'agents, dans l'impérialisme, la domination se faisait
économiquement et culturellement pour assurer l'expansion de la capitalisation des nations
impérialistes. Les caractéristiques de l'impérialisme sont les suivantes : 1) Les classes dominantes
des grandes puissances capitalistes utilisent l'État impérialiste en vue de leur expansion,
principalement à partir de la soumission économique des autres nations ; 2) L'État impérialiste
dominant exerce une influence politique, culturelle ou économique sur les nations dominées, que
ce soit de manière formelle ou informelle ; 3) Action basée sur les idées ethnocentriques et le
darwinisme social (supériorité des peuples dominants par rapport aux dominés) ; 4) Processus
d'expansion du capitalisme des grandes puissances ; et, 5) le capital industriel a fusionné avec le
capital financier. Les pays impérialistes cherchaient à obtenir trois ressources des pays dominés :
1) Les sources de matières premières et d'énergie ; 2) Domaine du marché de consommation ; et,
3) Main-d'œuvre bon marché.
Les États-Unis, le Japon, l'Angleterre, la France, l'Allemagne, la Belgique et l'Italie, en plus
d'autres nations comme le Portugal, l'Espagne, la Russie tsariste, etc., ont pratiqué des politiques
impérialistes. L'influence de l'impérialisme sur la planète était telle que des continents comme
l'Afrique, l'Amérique latine et l'Asie récoltent encore les conséquences négatives de ce processus
de domination coloniale et impérialiste. A la fin du XIXe siècle, les pays impérialistes se lancent
dans une course à la conquête de la puissance mondiale qui déchaîne une grande rivalité entre eux
et est la principale cause de la 1ère et de la 2ème guerre mondiale. La Première et la Seconde
Guerre mondiale ont conduit à la fin du colonialisme qui s'est effondré grâce à l'émancipation
politique des anciennes colonies, a donné naissance à l'impérialisme américain et a également
conduit à la fin des impérialismes allemand, italien et japonais.
Enfin, l'autre explication pour laquelle les pays capitalistes du cœur ont atteint un niveau élevé de
développement économique et social est l'adoption de la mondialisation néolibérale depuis 1990.
Les pays capitalistes périphériques et semi-périphériques comme le Brésil sont confrontés à des
problèmes de désindustrialisation, de chômage en hausse, de stagnation économique. et la dette
publique. La mondialisation néolibérale a contribué à accroître la dépendance économique,
financière et technologique des pays périphériques et semi-périphériques du monde. La
4
mondialisation néolibérale a contribué à l'existence du chaos qui domine l'économie mondiale et
qui tend à s'aggraver dans les années à venir. Un fait est évident : la transformation d'un pays
capitaliste périphérique ou semi-périphérique dans un pays développé est assez difficile à réaliser,
non seulement à cause de l'action globale imposée par le capital international qui, même
n'adoptant pas actuellement le colonialisme et l'impérialisme du passé, maintient toujours les
otages de la grande majorité des gouvernements nationaux et des organes politiques et
économiques internationaux à travers lesquels ils contrôlent l'économie mondiale avec
l'imposition de la mondialisation néolibérale.
Une autre difficulté à transformer un pays capitaliste périphérique ou semi-périphérique en un
pays développé a été démontrée par Arrighi dans son ouvrage L'illusion du développement.
Arrighi déclare qu'après la Seconde Guerre mondiale, le Japon et l'Italie étaient les seuls pays qui
sont passés de la condition de pays semi-périphériques de l'économie mondiale à celle de
membres du noyau dur des pays développés, et la Corée du Sud était le seul pays sur le périphérie
de l'économie mondiale système-monde capitaliste qui a évolué vers la condition d'un pays semi-
périphérique [ARRIGHI, Giovanni. A ilusão do desenvolvimento (L'illusion du développement).
Petrópolis: Vozes, 1997]. De la même manière que la Corée du Sud, le Brésil est passé la condition
de pays périphérique à semi-périphérique de 1930 à 1980. La thèse qui prévalait après la Seconde
Guerre mondiale selon laquelle il serait possible pour toutes les nations périphériques et semi-
périphériques de atteindre le stade de haut niveau de développement dont jouissent les pays
capitalistes centraux, en particulier les États-Unis, ne s'est pas réalisé. A partir de la seconde
moitié du XXe siècle, plusieurs tentatives de promotion du développement économique et social
dans plusieurs pays du monde ont échoué, soit celles dans le cadre du capitalisme avec national
développementalisme initiées, par exemple, au Brésil et celles avec le mise en œuvre du
socialisme.
Au vu de ce qui vient d'être exposé, on conclut que la richesse et le développement des pays
capitalistes centraux et la pauvreté et le sous-développement des pays périphériques et semi-
périphériques sont les faces d'une même médaille. Ce sont des processus interdépendants. Les
pays riches, c'est-à-dire les pays capitalistes centraux, ont atteint le statut de pays hautement
développés parce qu'ils ont pillé et continuent de piller les pays pauvres, c'est-à-dire les pays
capitalistes périphériques et semi-périphériques. Le sous-développement des pays périphériques
et semi-périphériques résulte du rapport de dépendance et d'exploitation économique et
technologique auquel ils sont soumis par rapport aux pays capitalistes centraux. Le gain des pays
capitalistes centraux résulte en grande partie des pertes des pays périphériques et semi-
périphériques. Cette relation est similaire à celle qui existe entre la richesse et la pauvreté des
individus. Cela signifie qu'avec le modèle de société capitaliste, il n'y a aucun moyen d'éviter la
relation de dépendance des pays périphériques et semi-périphériques par rapport aux pays
capitalistes centraux. La relation de dépendance des pays périphériques et semi-périphériques ne
prendra fin qu'avec la disparition du système capitaliste mondial et l'adoption à travers le monde
d'un nouveau modèle de société qui assure le progrès économique et social de tous les pays et pas
seulement d'un très peu de pays. Ce nouveau modèle nécessiterait l'existence d'un gouvernement
mondial pour assurer le fonctionnement d'un nouvel ordre mondial qui garantisse l'équité dans le
processus de développement des nations et la mise en place de l'État providence sur le modèle de
celui pratiqué dans les pays scandinaves avec l'adaptation nécessaire aux chaque pays parce que
c'est le système social le plus performant jamais mis en place dans le monde.
Je préconise l'adoption du keynésianisme dans la planification économique qui opérerait, non
seulement au niveau national pour atteindre la stabilité économique et le plein emploi des facteurs
dans chaque pays, mais aussi au niveau mondial pour éliminer le chaos économique mondial qui
prévaut actuellement avec le néolibéralisme. Le keynésianisme devrait également être adopté au
niveau planétaire afin d'assurer la stabilité économique et le plein emploi des facteurs à l'échelle
mondiale. Avec le keynésianisme, il y aurait la coordination des politiques économiques
keynésiennes au niveau planétaire qui ne se réaliserait qu'avec l'existence d'un gouvernement
mondial. Ce serait le moyen de réguler l'économie mondiale pour éliminer le chaos qui caractérise
la mondialisation néolibérale. L'élimination du chaos ou l'atténuation de l'instabilité et de
5
l'incertitude avec ses turbulences et ses risques dans l'économie mondiale ne sera atteinte qu'avec
l'existence d'un gouvernement mondial qui agirait pour assurer la coordination entre les politiques
économiques keynésiennes adoptées dans chaque pays. Pour être efficace, le gouvernement
mondial doit adopter le processus de planification économique keynésien qui aide à éliminer
l'instabilité et l'incertitude avec ses turbulences et ses risques.
En plus de l'adoption d'un gouvernement mondial, chaque pays devrait abandonner le modèle
économique néolibéral et le remplacer par la social-démocratie à la scandinave, car c'est le modèle
de société le plus abouti au monde, caractérisé par la combinaison d'un vaste État-providence avec
des mécanismes rigides de régulation des forces du marché basés sur le keynésianisme avec la
capacité de mettre l'économie sur une trajectoire dynamique. Le modèle nordique ou scandinave
de social-démocratie pourrait être décrit au mieux comme une sorte de terrain d'entente entre le
capitalisme et le socialisme, étant la tentative de fusionner les éléments les plus souhaitables des
deux dans un système "hybride". Le choix de la social-démocratie scandinave comme modèle de
société à adopter est dû au fait que le Rapport sur le bonheur dans le monde 2020 de l'ONU montre
que les nations les plus heureuses du monde sont concentrées en Europe du Nord. Le rôle de l'Etat
est déterminant pour développer les conditions d'accroissement du progrès technique et rendre
viable le processus d'accumulation du capital dans les pays périphériques et semi-périphériques
de l'économie mondiale.
Afin d'atteindre les objectifs de création d'un gouvernement mondial et de mise en place de l'État
providence dans chaque pays, un Forum Mondial pour la Paix et le Progrès de l'Humanité doit
être constitué par les gouvernements des pays périphériques et semi-périphériques et par les
organisations de la Société. Civil de ces pays du monde. Dans ce Forum, seraient débattus et
établis les objectifs et les stratégies d'un mouvement mondial pour la constitution d'un
gouvernement mondial et la mise en place de l'État providence dans chaque pays périphérique et
semi-périphérique, dans le sens de rendre la réalité un monde de paix et de progrès pour toute
l'humanité. En attendant que ces objectifs soient atteints, il est urgent d'adopter le modèle
économique national de développement d'ouverture sélective de l'économie brésilienne qui
permettrait au Brésil d'assumer les directions de son destin, contrairement au modèle néolibéral
qui fait dicter l'avenir du pays par les forces du marché, tous engagés dans le capital international.
Les maux causés par le néolibéralisme dans le monde ne recommandent pas l'élection, au Brésil,
de candidats à la présidence de la République et de parlementaires qui insistent pour maintenir le
modèle économique néolibéral qui a contribué au désastre économique et social dans lequel se
trouve la nation brésilienne. Les candidats aux programmes néolibéraux doivent être repoussés
par les vrais patriotes brésiliens.
* Fernando Alcoforado, 82, condecorado com a Medalha do Mérito da Engenharia do Sistema
CONFEA/CREA, membro da Academia Baiana de Educação, engenheiro e doutor em Planejamento
Territorial e Desenvolvimento Regional pela Universidade de Barcelona, professor universitário e consultor
nas áreas de planejamento estratégico, planejamento empresarial, planejamento regional e planejamento de
sistemas energéticos, é autor dos livros Globalização (Editora Nobel, São Paulo, 1997), De Collor a FHC-
O Brasil e a Nova (Des)ordem Mundial (Editora Nobel, São Paulo, 1998), Um Projeto para o Brasil
(Editora Nobel, São Paulo, 2000), Os condicionantes do desenvolvimento do Estado da Bahia (Tese de
doutorado. Universidade de Barcelona,http://www.tesisenred.net/handle/10803/1944, 2003), Globalização
e Desenvolvimento (Editora Nobel, São Paulo, 2006), Bahia- Desenvolvimento do Século XVI ao Século
XX e Objetivos Estratégicos na Era Contemporânea (EGBA, Salvador, 2008), The Necessary Conditions
of the Economic and Social Development- The Case of the State of Bahia (VDM Verlag Dr. Müller
Aktiengesellschaft & Co. KG, Saarbrücken, Germany, 2010), Aquecimento Global e Catástrofe Planetária
(Viena- Editora e Gráfica, Santa Cruz do Rio Pardo, São Paulo, 2010), Amazônia Sustentável- Para o
progresso do Brasil e combate ao aquecimento global (Viena- Editora e Gráfica, Santa Cruz do Rio Pardo,
São Paulo, 2011), Os Fatores Condicionantes do Desenvolvimento Econômico e Social (Editora CRV,
Curitiba, 2012), Energia no Mundo e no Brasil- Energia e Mudança Climática Catastrófica no Século XXI
(Editora CRV, Curitiba, 2015), As Grandes Revoluções Científicas, Econômicas e Sociais que Mudaram o
Mundo (Editora CRV, Curitiba, 2016), A Invenção de um novo Brasil (Editora CRV, Curitiba,
2017), Esquerda x Direita e a sua convergência (Associação Baiana de Imprensa, Salvador, 2018, em co-
6
autoria), Como inventar o futuro para mudar o mundo (Editora CRV, Curitiba, 2019) e A humanidade
ameaçada e as estratégias para sua sobrevivência (Editora Dialética, São Paulo, 2021).

Contenu connexe

Similaire à LA GENÈSE DE LA RICHESSE ET DE LA PAUVRETÉ DES NATIONS

Capitalisme et christianisme
Capitalisme et christianismeCapitalisme et christianisme
Capitalisme et christianisme
didierlong
 
Capitalisme & christianisme
Capitalisme & christianismeCapitalisme & christianisme
Capitalisme & christianisme
didierlong
 
Ki_CoursESCPExed_LesEntreprisesFaceALaMondialisation_13.10.09
Ki_CoursESCPExed_LesEntreprisesFaceALaMondialisation_13.10.09Ki_CoursESCPExed_LesEntreprisesFaceALaMondialisation_13.10.09
Ki_CoursESCPExed_LesEntreprisesFaceALaMondialisation_13.10.09
Jean-Denis Cuvelier
 

Similaire à LA GENÈSE DE LA RICHESSE ET DE LA PAUVRETÉ DES NATIONS (20)

Capitalisme et christianisme
Capitalisme et christianismeCapitalisme et christianisme
Capitalisme et christianisme
 
Capitalisme & christianisme
Capitalisme & christianismeCapitalisme & christianisme
Capitalisme & christianisme
 
161212 livret outremer_12p_web
161212 livret outremer_12p_web161212 livret outremer_12p_web
161212 livret outremer_12p_web
 
le phénomène de la mondialisation
le phénomène de la mondialisationle phénomène de la mondialisation
le phénomène de la mondialisation
 
Dérive droitière internationale
Dérive droitière internationaleDérive droitière internationale
Dérive droitière internationale
 
PréSentation Hadad Sansfin
PréSentation  Hadad  SansfinPréSentation  Hadad  Sansfin
PréSentation Hadad Sansfin
 
Géographie 9
Géographie 9Géographie 9
Géographie 9
 
Lorsque l
Lorsque lLorsque l
Lorsque l
 
Communication bancaire, avant et après la crise... by toasted
Communication bancaire, avant et après la crise... by toastedCommunication bancaire, avant et après la crise... by toasted
Communication bancaire, avant et après la crise... by toasted
 
Histoire de la pensée économique
Histoire de la pensée économiqueHistoire de la pensée économique
Histoire de la pensée économique
 
Économie du Développement seance 6.pdf
Économie du Développement seance 6.pdfÉconomie du Développement seance 6.pdf
Économie du Développement seance 6.pdf
 
RÉFLEXIONS SUR LES LUMIÈRES DE LA PLANÈTE TERRE ET LEURS SIGNES 2.pdf
RÉFLEXIONS SUR LES LUMIÈRES DE LA PLANÈTE TERRE ET LEURS SIGNES 2.pdfRÉFLEXIONS SUR LES LUMIÈRES DE LA PLANÈTE TERRE ET LEURS SIGNES 2.pdf
RÉFLEXIONS SUR LES LUMIÈRES DE LA PLANÈTE TERRE ET LEURS SIGNES 2.pdf
 
Dialoguer, diffuser et protéger, La diplomatie culturelle au coeur de l’actio...
Dialoguer, diffuser et protéger, La diplomatie culturelle au coeur de l’actio...Dialoguer, diffuser et protéger, La diplomatie culturelle au coeur de l’actio...
Dialoguer, diffuser et protéger, La diplomatie culturelle au coeur de l’actio...
 
Intercultural, globalization in French
Intercultural, globalization in FrenchIntercultural, globalization in French
Intercultural, globalization in French
 
Ki_CoursESCPExed_LesEntreprisesFaceALaMondialisation_13.10.09
Ki_CoursESCPExed_LesEntreprisesFaceALaMondialisation_13.10.09Ki_CoursESCPExed_LesEntreprisesFaceALaMondialisation_13.10.09
Ki_CoursESCPExed_LesEntreprisesFaceALaMondialisation_13.10.09
 
COURS
COURSCOURS
COURS
 
COURS
COURSCOURS
COURS
 
L'ÉVOLUTION DE LA PENSÉE ÉCONOMIQUE ET SES EFFETS SUR L'ÉCONOMIE MONDIALE À T...
L'ÉVOLUTION DE LA PENSÉE ÉCONOMIQUE ET SES EFFETS SUR L'ÉCONOMIE MONDIALE À T...L'ÉVOLUTION DE LA PENSÉE ÉCONOMIQUE ET SES EFFETS SUR L'ÉCONOMIE MONDIALE À T...
L'ÉVOLUTION DE LA PENSÉE ÉCONOMIQUE ET SES EFFETS SUR L'ÉCONOMIE MONDIALE À T...
 
L'Observateur FT - 4 octobre 2012
L'Observateur FT - 4 octobre 2012L'Observateur FT - 4 octobre 2012
L'Observateur FT - 4 octobre 2012
 
cours
courscours
cours
 

Plus de Fernando Alcoforado

LES GRANDES INVENTIONS DU TRANSPORT PAR EAU À TRAVERS L'HISTOIRE ET LEUR ÉVOL...
LES GRANDES INVENTIONS DU TRANSPORT PAR EAU À TRAVERS L'HISTOIRE ET LEUR ÉVOL...LES GRANDES INVENTIONS DU TRANSPORT PAR EAU À TRAVERS L'HISTOIRE ET LEUR ÉVOL...
LES GRANDES INVENTIONS DU TRANSPORT PAR EAU À TRAVERS L'HISTOIRE ET LEUR ÉVOL...
Fernando Alcoforado
 
AS GRANDES INVENÇÕES NO TRANSPORTE HIDROVIÁRIO AO LONGO DA HISTÓRIA E SUA FUT...
AS GRANDES INVENÇÕES NO TRANSPORTE HIDROVIÁRIO AO LONGO DA HISTÓRIA E SUA FUT...AS GRANDES INVENÇÕES NO TRANSPORTE HIDROVIÁRIO AO LONGO DA HISTÓRIA E SUA FUT...
AS GRANDES INVENÇÕES NO TRANSPORTE HIDROVIÁRIO AO LONGO DA HISTÓRIA E SUA FUT...
Fernando Alcoforado
 
LA GUERRE EN UKRAINE ET LA FIN DE LA MONDIALISATION CONTEMPORAINE
LA GUERRE EN UKRAINE ET LA FIN DE LA MONDIALISATION CONTEMPORAINELA GUERRE EN UKRAINE ET LA FIN DE LA MONDIALISATION CONTEMPORAINE
LA GUERRE EN UKRAINE ET LA FIN DE LA MONDIALISATION CONTEMPORAINE
Fernando Alcoforado
 
THE WAR IN UKRAINE AND THE END OF CONTEMPORARY GLOBALIZATION
THE WAR IN UKRAINE AND THE END OF CONTEMPORARY GLOBALIZATIONTHE WAR IN UKRAINE AND THE END OF CONTEMPORARY GLOBALIZATION
THE WAR IN UKRAINE AND THE END OF CONTEMPORARY GLOBALIZATION
Fernando Alcoforado
 
COMO PROMOVER O DESENVOLVIMENTO DO SISTEMA DE EDUCAÇÃO DA BAHIA
COMO PROMOVER O DESENVOLVIMENTO DO SISTEMA DE EDUCAÇÃO DA BAHIA COMO PROMOVER O DESENVOLVIMENTO DO SISTEMA DE EDUCAÇÃO DA BAHIA
COMO PROMOVER O DESENVOLVIMENTO DO SISTEMA DE EDUCAÇÃO DA BAHIA
Fernando Alcoforado
 
COMMENT LA GUERRE EN UKRAINE PEUT TERMINER ET COMMENT METTRE UN TERME DEFINIT...
COMMENT LA GUERRE EN UKRAINE PEUT TERMINER ET COMMENT METTRE UN TERME DEFINIT...COMMENT LA GUERRE EN UKRAINE PEUT TERMINER ET COMMENT METTRE UN TERME DEFINIT...
COMMENT LA GUERRE EN UKRAINE PEUT TERMINER ET COMMENT METTRE UN TERME DEFINIT...
Fernando Alcoforado
 
FOUS ET AVEUGLES CONDUISENT LE MONDE VERS LA NOUVELLE GUERRE MONDIALE
FOUS ET AVEUGLES CONDUISENT LE MONDE VERS LA NOUVELLE GUERRE MONDIALEFOUS ET AVEUGLES CONDUISENT LE MONDE VERS LA NOUVELLE GUERRE MONDIALE
FOUS ET AVEUGLES CONDUISENT LE MONDE VERS LA NOUVELLE GUERRE MONDIALE
Fernando Alcoforado
 
LOUCOS E CEGOS CONDUZEM O MUNDO RUMO A NOVA GUERRA MUNDIAL
LOUCOS E CEGOS CONDUZEM O MUNDO RUMO A NOVA GUERRA MUNDIALLOUCOS E CEGOS CONDUZEM O MUNDO RUMO A NOVA GUERRA MUNDIAL
LOUCOS E CEGOS CONDUZEM O MUNDO RUMO A NOVA GUERRA MUNDIAL
Fernando Alcoforado
 
A GÊNESE DA RIQUEZA E DA POBREZA DAS NAÇÕES
A GÊNESE DA RIQUEZA E DA POBREZA DAS NAÇÕES A GÊNESE DA RIQUEZA E DA POBREZA DAS NAÇÕES
A GÊNESE DA RIQUEZA E DA POBREZA DAS NAÇÕES
Fernando Alcoforado
 
THE GENESIS OF THE WEALTH AND POVERTY OF NATIONS
THE GENESIS OF THE WEALTH AND POVERTY OF NATIONS THE GENESIS OF THE WEALTH AND POVERTY OF NATIONS
THE GENESIS OF THE WEALTH AND POVERTY OF NATIONS
Fernando Alcoforado
 
LA GENÈSE DE LA RICHESSE ET DE LA PAUVRETÉ À L'ÉPOQUE CONTEMPORAINE
LA GENÈSE DE LA RICHESSE ET DE LA PAUVRETÉ À L'ÉPOQUE CONTEMPORAINELA GENÈSE DE LA RICHESSE ET DE LA PAUVRETÉ À L'ÉPOQUE CONTEMPORAINE
LA GENÈSE DE LA RICHESSE ET DE LA PAUVRETÉ À L'ÉPOQUE CONTEMPORAINE
Fernando Alcoforado
 

Plus de Fernando Alcoforado (20)

LES GRANDES INVENTIONS DU TRANSPORT PAR EAU À TRAVERS L'HISTOIRE ET LEUR ÉVOL...
LES GRANDES INVENTIONS DU TRANSPORT PAR EAU À TRAVERS L'HISTOIRE ET LEUR ÉVOL...LES GRANDES INVENTIONS DU TRANSPORT PAR EAU À TRAVERS L'HISTOIRE ET LEUR ÉVOL...
LES GRANDES INVENTIONS DU TRANSPORT PAR EAU À TRAVERS L'HISTOIRE ET LEUR ÉVOL...
 
THE GREAT INVENTIONS IN WATERWAY TRANSPORT THROUGHOUT HISTORY AND THEIR FUTUR...
THE GREAT INVENTIONS IN WATERWAY TRANSPORT THROUGHOUT HISTORY AND THEIR FUTUR...THE GREAT INVENTIONS IN WATERWAY TRANSPORT THROUGHOUT HISTORY AND THEIR FUTUR...
THE GREAT INVENTIONS IN WATERWAY TRANSPORT THROUGHOUT HISTORY AND THEIR FUTUR...
 
AS GRANDES INVENÇÕES NO TRANSPORTE HIDROVIÁRIO AO LONGO DA HISTÓRIA E SUA FUT...
AS GRANDES INVENÇÕES NO TRANSPORTE HIDROVIÁRIO AO LONGO DA HISTÓRIA E SUA FUT...AS GRANDES INVENÇÕES NO TRANSPORTE HIDROVIÁRIO AO LONGO DA HISTÓRIA E SUA FUT...
AS GRANDES INVENÇÕES NO TRANSPORTE HIDROVIÁRIO AO LONGO DA HISTÓRIA E SUA FUT...
 
LA GUERRE EN UKRAINE ET LA FIN DE LA MONDIALISATION CONTEMPORAINE
LA GUERRE EN UKRAINE ET LA FIN DE LA MONDIALISATION CONTEMPORAINELA GUERRE EN UKRAINE ET LA FIN DE LA MONDIALISATION CONTEMPORAINE
LA GUERRE EN UKRAINE ET LA FIN DE LA MONDIALISATION CONTEMPORAINE
 
THE WAR IN UKRAINE AND THE END OF CONTEMPORARY GLOBALIZATION
THE WAR IN UKRAINE AND THE END OF CONTEMPORARY GLOBALIZATIONTHE WAR IN UKRAINE AND THE END OF CONTEMPORARY GLOBALIZATION
THE WAR IN UKRAINE AND THE END OF CONTEMPORARY GLOBALIZATION
 
COMO PROMOVER O DESENVOLVIMENTO DO SISTEMA DE EDUCAÇÃO DA BAHIA
COMO PROMOVER O DESENVOLVIMENTO DO SISTEMA DE EDUCAÇÃO DA BAHIA COMO PROMOVER O DESENVOLVIMENTO DO SISTEMA DE EDUCAÇÃO DA BAHIA
COMO PROMOVER O DESENVOLVIMENTO DO SISTEMA DE EDUCAÇÃO DA BAHIA
 
COMMENT LA GUERRE EN UKRAINE PEUT TERMINER ET COMMENT METTRE UN TERME DEFINIT...
COMMENT LA GUERRE EN UKRAINE PEUT TERMINER ET COMMENT METTRE UN TERME DEFINIT...COMMENT LA GUERRE EN UKRAINE PEUT TERMINER ET COMMENT METTRE UN TERME DEFINIT...
COMMENT LA GUERRE EN UKRAINE PEUT TERMINER ET COMMENT METTRE UN TERME DEFINIT...
 
FOUS ET AVEUGLES CONDUISENT LE MONDE VERS LA NOUVELLE GUERRE MONDIALE
FOUS ET AVEUGLES CONDUISENT LE MONDE VERS LA NOUVELLE GUERRE MONDIALEFOUS ET AVEUGLES CONDUISENT LE MONDE VERS LA NOUVELLE GUERRE MONDIALE
FOUS ET AVEUGLES CONDUISENT LE MONDE VERS LA NOUVELLE GUERRE MONDIALE
 
LOUCOS E CEGOS CONDUZEM O MUNDO RUMO A NOVA GUERRA MUNDIAL
LOUCOS E CEGOS CONDUZEM O MUNDO RUMO A NOVA GUERRA MUNDIALLOUCOS E CEGOS CONDUZEM O MUNDO RUMO A NOVA GUERRA MUNDIAL
LOUCOS E CEGOS CONDUZEM O MUNDO RUMO A NOVA GUERRA MUNDIAL
 
THE REAL CAUSE OF THE WAR IN UKRAINE AND THE CURRENT WARS IN THE WORLD
THE REAL CAUSE OF THE WAR IN UKRAINE AND THE CURRENT WARS IN THE WORLD THE REAL CAUSE OF THE WAR IN UKRAINE AND THE CURRENT WARS IN THE WORLD
THE REAL CAUSE OF THE WAR IN UKRAINE AND THE CURRENT WARS IN THE WORLD
 
CENÁRIOS FUTUROS DA GUERRA ENTRE RÚSSIA E UCRÂNIA
CENÁRIOS FUTUROS DA GUERRA ENTRE RÚSSIA E UCRÂNIACENÁRIOS FUTUROS DA GUERRA ENTRE RÚSSIA E UCRÂNIA
CENÁRIOS FUTUROS DA GUERRA ENTRE RÚSSIA E UCRÂNIA
 
COMMENT FAIRE FACE AUX INONDATIONS AU BRÉSIL
COMMENT FAIRE FACE AUX INONDATIONS AU BRÉSILCOMMENT FAIRE FACE AUX INONDATIONS AU BRÉSIL
COMMENT FAIRE FACE AUX INONDATIONS AU BRÉSIL
 
HOW TO DEAL WITH FLOODS IN BRAZIL
HOW TO DEAL WITH FLOODS IN BRAZIL HOW TO DEAL WITH FLOODS IN BRAZIL
HOW TO DEAL WITH FLOODS IN BRAZIL
 
COMO LIDAR COM AS ENCHENTES NO BRASIL
COMO LIDAR COM AS ENCHENTES NO BRASILCOMO LIDAR COM AS ENCHENTES NO BRASIL
COMO LIDAR COM AS ENCHENTES NO BRASIL
 
A GÊNESE DA RIQUEZA E DA POBREZA DAS NAÇÕES
A GÊNESE DA RIQUEZA E DA POBREZA DAS NAÇÕES A GÊNESE DA RIQUEZA E DA POBREZA DAS NAÇÕES
A GÊNESE DA RIQUEZA E DA POBREZA DAS NAÇÕES
 
THE GENESIS OF THE WEALTH AND POVERTY OF NATIONS
THE GENESIS OF THE WEALTH AND POVERTY OF NATIONS THE GENESIS OF THE WEALTH AND POVERTY OF NATIONS
THE GENESIS OF THE WEALTH AND POVERTY OF NATIONS
 
A GÊNESE DA RIQUEZA E DA POBREZA NA ERA CONTEMPORÂNEA
A GÊNESE DA RIQUEZA E DA POBREZA NA ERA CONTEMPORÂNEAA GÊNESE DA RIQUEZA E DA POBREZA NA ERA CONTEMPORÂNEA
A GÊNESE DA RIQUEZA E DA POBREZA NA ERA CONTEMPORÂNEA
 
THE GENESIS OF WEALTH AND POVERTY IN THE CONTEMPORARY AGE
THE GENESIS OF WEALTH AND POVERTY IN THE CONTEMPORARY AGETHE GENESIS OF WEALTH AND POVERTY IN THE CONTEMPORARY AGE
THE GENESIS OF WEALTH AND POVERTY IN THE CONTEMPORARY AGE
 
LA GENÈSE DE LA RICHESSE ET DE LA PAUVRETÉ À L'ÉPOQUE CONTEMPORAINE
LA GENÈSE DE LA RICHESSE ET DE LA PAUVRETÉ À L'ÉPOQUE CONTEMPORAINELA GENÈSE DE LA RICHESSE ET DE LA PAUVRETÉ À L'ÉPOQUE CONTEMPORAINE
LA GENÈSE DE LA RICHESSE ET DE LA PAUVRETÉ À L'ÉPOQUE CONTEMPORAINE
 
THE GREAT INVENTIONS OF LAND AND PIPELINE TRANSPORT IN HISTORY AND ITS FUTURE...
THE GREAT INVENTIONS OF LAND AND PIPELINE TRANSPORT IN HISTORY AND ITS FUTURE...THE GREAT INVENTIONS OF LAND AND PIPELINE TRANSPORT IN HISTORY AND ITS FUTURE...
THE GREAT INVENTIONS OF LAND AND PIPELINE TRANSPORT IN HISTORY AND ITS FUTURE...
 

LA GENÈSE DE LA RICHESSE ET DE LA PAUVRETÉ DES NATIONS

  • 1. 1 LA GENÈSE DE LA RICHESSE ET DE LA PAUVRETÉ DES NATIONS Fernando Alcoforado* Cet article vise à analyser la genèse de la richesse et de la pauvreté des nations et à proposer des solutions pour que les nations pauvres se développent. Il existe une idée fausse presque unanime selon laquelle la richesse individuelle résulte de la capacité de l'individu à atteindre cet objectif et que les personnes qui ne l'atteignent pas en sont incapables. Cette pensée a aussi un caractère raciste en attribuant aux blancs une plus grande capacité que les noirs ou métis à s'enrichir. Ceux qui pensent ainsi ne se rendent pas compte que les personnes de couleur ou métisses font partie des personnes socialement marginalisées, c'est pourquoi elles n'ont pas les mêmes possibilités d'avancement social que les Blancs. Cette même pensée s'étend également aux pays et/ou aux peuples qui se sont plus développés que d'autres. Il est courant d'attribuer aux Blancs d'origine européenne une plus grande capacité à promouvoir le développement économique de leur pays. Cette pensée erronée s'explique par le fait que l'Europe a été le berceau de la Renaissance, qui est née au XIVe siècle en Italie et s'est étendue au reste de l'Europe, étant en vigueur jusqu'au XVIe siècle, de la Révolution commerciale, qui représente une grande période de transformations qui ont eu lieu en Europe entre le XVIe et le XVIIIe siècle, de la Révolution scientifique, qui a commencé au XVIe siècle et a duré jusqu'au XVIIIe siècle, de la Révolution industrielle, qui a commencé en Angleterre dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, s'est propagée à travers le monde, provoquant de grandes transformations et assuré l'émergence de l'industrie et consolidé le processus de formation du capitalisme dans les pays capitalistes centraux. Cette idée erronée s'explique aussi en attribuant aux peuples blancs d'origine européenne une plus grande capacité à promouvoir le développement économique de leur pays du fait que certains pays européens suivis des États-Unis ont atteint un haut niveau de développement économique et social bien supérieur à celui de la plupart des pays du monde. Le monde est confronté depuis de nombreuses années à l'existence d'un très petit nombre de pays riches qui présentent un développement économique et social avancé aux côtés d'une grande majorité de pays pauvres au développement économique et social précaire (Figure 1). Dans la Figure 1, les pays en rouge sont des pays riches et les autres des pays pauvres. La véritable explication de l'existence à l'époque contemporaine de peu de nations riches et de nombreuses nations pauvres réside dans le fait que, selon le sociologue américain Immanuel Wallerstein, l'économie mondiale est régie par un système, le système-monde capitaliste composé de une division entre centre, périphérie et semi-périphérie, qui émerge au XVIe siècle au début du processus de mondialisation avec les grandes navigations inaugurées avec la découverte de l'Amérique. Les pays les plus développés du monde forment le centre du système-monde qui forme le noyau organique de l'économie capitaliste mondiale, c'est-à-dire les pays d'Europe occidentale (Belgique, Pays-Bas, Luxembourg, Suède, Norvège, Danemark, Finlande, Islande , Allemagne, Autriche, Suisse, France, Royaume-Uni et Italie), Amérique du Nord (États-Unis et Canada), Océanie (Australie et Nouvelle-Zélande) et Japon.Pour Wallerstein, le centre est la zone de grand développement technologique qui produit des produits complexes; la périphérie est la zone qui fournit les matières premières, les produits agricoles et la main-d'œuvre bon marché au centre. L'échange économique entre la périphérie et le centre est inégal : la périphérie doit vendre ses produits à bas prix tout en achetant cher les produits du centre. Quant à la semi-périphérie, c'est une région de développement intermédiaire qui fonctionne comme un centre pour la périphérie et une périphérie pour le centre (WALLERSTEIN, Immanuel. The modern world system - Vol. 1, 2, 3. Berkeley and Los Angelis: University of California Press, 2011). La semi-périphérie est caractérisée par Wallerstein comme un élément structurel nécessaire pour jouer un rôle stabilisateur entre pays riches et pays pauvres dans le système international similaire à celui de la classe moyenne au sein de la configuration des classes d'un pays. La semi-périphérie assumerait également un rôle, selon les termes de l'économiste italien Giovanni Arrighi, de « légitimité systémique », montrant à la Périphérie qu'il existe une possibilité de mobilité au sein de la division internationale du travail pour ceux qui sont suffisamment « capables » et/ou "bien comporté". Selon Arrighi, la condition semi-périphérique est décrite comme celle dans laquelle
  • 2. 2 un nombre important d'États nationaux tels que le Brésil restent en permanence coincés entre des conditions centrales et périphériques, et qui, bien qu'ayant subi des transformations sociales et économiques profondes, continuent d'être relativement tard dans aspects importants [ARRIGHI, Giovanni. A ilusão do desenvolvimento (L'illusion du développement). Petrópolis: Vozes, 1997]. Figure 1- Carte de la répartition géographique de la richesse des nations Source: http://mapage.noos.fr/moulinhg02/1945.2000/trans.eco.et.sociales/inegalites.html La théorie du système-monde avait pour formulateur Immanuel Wallerstein et pour penseurs principaux André Gunder Frank, Samir Amin, Giovanni Arrighi et Theotonio dos Santos, des intellectuels liés à la « théorie de la dépendance », qui prétendent que la « dépendance exprime la subordination des pays périphériques et semi-périphériques par rapport aux pays capitalistes centraux dont le retard économique n'a pas été forgé par leur condition agraire-exportateur ou par leur héritage précapitaliste, considéré par certains économistes, mais par le modèle de développement capitaliste dépendant du pays et par son insertion subalterne dans le capitalisme mondial. Dans la compréhension de Wallerstein et d'autres penseurs liés à la « théorie de la dépendance », le dépassement du sous-développement des pays périphériques et semi- périphériques devrait résulter de la fin de la dépendance et non de la modernisation et de l'industrialisation de l'économie comme prôné, par exemple, par la CEPALC (Commission économique pour l'Amérique latine) dans les années 1950 et par de nombreux économistes brésiliens. Les faits de la réalité confirment, par exemple, l'erreur selon laquelle le développement du Brésil a été dépendant des capitaux étrangers et de la technologie étrangère adoptée à partir de 1955 avec le gouvernement de Juscelino Kubitscheck et que cette dépendance s'est approfondie avec l'adoption du modèle économique néolibéral depuis 1990. Beaucoup demandent : quelle est l'explication pour que les pays capitalistes centraux aient atteint un haut niveau de développement économique et social et que les autres pays ne le fassent pas ? Il y a plusieurs réponses à cette question. L'une d'entre elles est que les pays du noyau capitaliste ont développé des compétences essentielles pour promouvoir le développement économique, scientifique et technologique. Mais la principale réponse est que les pays capitalistes centraux ont accumulé un grand volume de capital pendant le colonialisme du XIVe au XVIIe siècle et l'impérialisme du XVIIIe au XXe siècle avec le pillage qu'ils ont effectué dans les pays qu'ils dominaient et aussi dans l'actuel stade de la mondialisation néolibérale. Pendant le colonialisme, nombre d'entre eux ont exercé une domination politique, économique, culturelle et religieuse sur les peuples des Amériques, d'Afrique, d'Asie et d'Océanie. Ce domaine était exercé par la force
  • 3. 3 militaire pour explorer, entretenir et étendre son territoire. Cette pratique a eu lieu sans le consentement des peuples colonisés, qui avec l'exploitation ont perdu une partie de leurs biens (sol, ressources naturelles, logement), en plus de subir la pratique du génocide des populations autochtones qui ont résisté à la domination colonialiste. Face à la résistance des peuples autochtones, de nombreux pays colonialistes des Amériques ont adopté l'esclavage des Africains. Ainsi, la puissance coloniale parvient à se développer au détriment de l'exploitation des populations indigènes et africaines asservies et des richesses prélevées sur les colonies exploitées, qui deviennent de plus en plus partie intégrante de l'empire exploiteur et otages de ses ordres. L'Angleterre, la France, l'Allemagne, la Belgique, l'Espagne, le Portugal, la Hollande, l'Italie, entre autres, étaient des pays colonialistes. Le colonialisme était la doctrine politique, économique et culturelle qui soutenait le contrôle exercé par une métropole colonialiste, par imposition administrative et militaire, sur une colonie. Le colonialisme européen a démontré sa force en dominant de nombreux pays d'Amérique, d'Afrique, d'Asie et d'Océanie. Cette domination signifiait l'expansion du territoire des puissances colonialistes. L'Angleterre a connu une augmentation de 10 millions de km2 sur son territoire, la France a augmenté de 9 millions de km2, l'Allemagne a augmenté de 2,5 millions de km2 et la Belgique et l'Italie ont connu une augmentation de 2 millions de km2 sur leur territoire. Le Portugal, par exemple, avait le Brésil comme colonie avec 8,5 millions de km2, en plus de territoires en Afrique et en Asie. Une autre explication de la raison pour laquelle les pays capitalistes centraux ont atteint un niveau élevé de développement économique et social est l'impérialisme qu'ils ont exercé depuis la 2e révolution industrielle en 1850 jusqu'en 1990, lorsque la mondialisation néolibérale a été adoptée. L'impérialisme représentait la continuité du colonialisme avec l'adoption d'une politique d'expansion et de domination territoriale, culturelle et économique d'une nation dominante sur les autres. Contrairement au colonialisme, dans lequel le colonisateur exerçait sa domination directement ou par l'intermédiaire d'agents, dans l'impérialisme, la domination se faisait économiquement et culturellement pour assurer l'expansion de la capitalisation des nations impérialistes. Les caractéristiques de l'impérialisme sont les suivantes : 1) Les classes dominantes des grandes puissances capitalistes utilisent l'État impérialiste en vue de leur expansion, principalement à partir de la soumission économique des autres nations ; 2) L'État impérialiste dominant exerce une influence politique, culturelle ou économique sur les nations dominées, que ce soit de manière formelle ou informelle ; 3) Action basée sur les idées ethnocentriques et le darwinisme social (supériorité des peuples dominants par rapport aux dominés) ; 4) Processus d'expansion du capitalisme des grandes puissances ; et, 5) le capital industriel a fusionné avec le capital financier. Les pays impérialistes cherchaient à obtenir trois ressources des pays dominés : 1) Les sources de matières premières et d'énergie ; 2) Domaine du marché de consommation ; et, 3) Main-d'œuvre bon marché. Les États-Unis, le Japon, l'Angleterre, la France, l'Allemagne, la Belgique et l'Italie, en plus d'autres nations comme le Portugal, l'Espagne, la Russie tsariste, etc., ont pratiqué des politiques impérialistes. L'influence de l'impérialisme sur la planète était telle que des continents comme l'Afrique, l'Amérique latine et l'Asie récoltent encore les conséquences négatives de ce processus de domination coloniale et impérialiste. A la fin du XIXe siècle, les pays impérialistes se lancent dans une course à la conquête de la puissance mondiale qui déchaîne une grande rivalité entre eux et est la principale cause de la 1ère et de la 2ème guerre mondiale. La Première et la Seconde Guerre mondiale ont conduit à la fin du colonialisme qui s'est effondré grâce à l'émancipation politique des anciennes colonies, a donné naissance à l'impérialisme américain et a également conduit à la fin des impérialismes allemand, italien et japonais. Enfin, l'autre explication pour laquelle les pays capitalistes du cœur ont atteint un niveau élevé de développement économique et social est l'adoption de la mondialisation néolibérale depuis 1990. Les pays capitalistes périphériques et semi-périphériques comme le Brésil sont confrontés à des problèmes de désindustrialisation, de chômage en hausse, de stagnation économique. et la dette publique. La mondialisation néolibérale a contribué à accroître la dépendance économique, financière et technologique des pays périphériques et semi-périphériques du monde. La
  • 4. 4 mondialisation néolibérale a contribué à l'existence du chaos qui domine l'économie mondiale et qui tend à s'aggraver dans les années à venir. Un fait est évident : la transformation d'un pays capitaliste périphérique ou semi-périphérique dans un pays développé est assez difficile à réaliser, non seulement à cause de l'action globale imposée par le capital international qui, même n'adoptant pas actuellement le colonialisme et l'impérialisme du passé, maintient toujours les otages de la grande majorité des gouvernements nationaux et des organes politiques et économiques internationaux à travers lesquels ils contrôlent l'économie mondiale avec l'imposition de la mondialisation néolibérale. Une autre difficulté à transformer un pays capitaliste périphérique ou semi-périphérique en un pays développé a été démontrée par Arrighi dans son ouvrage L'illusion du développement. Arrighi déclare qu'après la Seconde Guerre mondiale, le Japon et l'Italie étaient les seuls pays qui sont passés de la condition de pays semi-périphériques de l'économie mondiale à celle de membres du noyau dur des pays développés, et la Corée du Sud était le seul pays sur le périphérie de l'économie mondiale système-monde capitaliste qui a évolué vers la condition d'un pays semi- périphérique [ARRIGHI, Giovanni. A ilusão do desenvolvimento (L'illusion du développement). Petrópolis: Vozes, 1997]. De la même manière que la Corée du Sud, le Brésil est passé la condition de pays périphérique à semi-périphérique de 1930 à 1980. La thèse qui prévalait après la Seconde Guerre mondiale selon laquelle il serait possible pour toutes les nations périphériques et semi- périphériques de atteindre le stade de haut niveau de développement dont jouissent les pays capitalistes centraux, en particulier les États-Unis, ne s'est pas réalisé. A partir de la seconde moitié du XXe siècle, plusieurs tentatives de promotion du développement économique et social dans plusieurs pays du monde ont échoué, soit celles dans le cadre du capitalisme avec national développementalisme initiées, par exemple, au Brésil et celles avec le mise en œuvre du socialisme. Au vu de ce qui vient d'être exposé, on conclut que la richesse et le développement des pays capitalistes centraux et la pauvreté et le sous-développement des pays périphériques et semi- périphériques sont les faces d'une même médaille. Ce sont des processus interdépendants. Les pays riches, c'est-à-dire les pays capitalistes centraux, ont atteint le statut de pays hautement développés parce qu'ils ont pillé et continuent de piller les pays pauvres, c'est-à-dire les pays capitalistes périphériques et semi-périphériques. Le sous-développement des pays périphériques et semi-périphériques résulte du rapport de dépendance et d'exploitation économique et technologique auquel ils sont soumis par rapport aux pays capitalistes centraux. Le gain des pays capitalistes centraux résulte en grande partie des pertes des pays périphériques et semi- périphériques. Cette relation est similaire à celle qui existe entre la richesse et la pauvreté des individus. Cela signifie qu'avec le modèle de société capitaliste, il n'y a aucun moyen d'éviter la relation de dépendance des pays périphériques et semi-périphériques par rapport aux pays capitalistes centraux. La relation de dépendance des pays périphériques et semi-périphériques ne prendra fin qu'avec la disparition du système capitaliste mondial et l'adoption à travers le monde d'un nouveau modèle de société qui assure le progrès économique et social de tous les pays et pas seulement d'un très peu de pays. Ce nouveau modèle nécessiterait l'existence d'un gouvernement mondial pour assurer le fonctionnement d'un nouvel ordre mondial qui garantisse l'équité dans le processus de développement des nations et la mise en place de l'État providence sur le modèle de celui pratiqué dans les pays scandinaves avec l'adaptation nécessaire aux chaque pays parce que c'est le système social le plus performant jamais mis en place dans le monde. Je préconise l'adoption du keynésianisme dans la planification économique qui opérerait, non seulement au niveau national pour atteindre la stabilité économique et le plein emploi des facteurs dans chaque pays, mais aussi au niveau mondial pour éliminer le chaos économique mondial qui prévaut actuellement avec le néolibéralisme. Le keynésianisme devrait également être adopté au niveau planétaire afin d'assurer la stabilité économique et le plein emploi des facteurs à l'échelle mondiale. Avec le keynésianisme, il y aurait la coordination des politiques économiques keynésiennes au niveau planétaire qui ne se réaliserait qu'avec l'existence d'un gouvernement mondial. Ce serait le moyen de réguler l'économie mondiale pour éliminer le chaos qui caractérise la mondialisation néolibérale. L'élimination du chaos ou l'atténuation de l'instabilité et de
  • 5. 5 l'incertitude avec ses turbulences et ses risques dans l'économie mondiale ne sera atteinte qu'avec l'existence d'un gouvernement mondial qui agirait pour assurer la coordination entre les politiques économiques keynésiennes adoptées dans chaque pays. Pour être efficace, le gouvernement mondial doit adopter le processus de planification économique keynésien qui aide à éliminer l'instabilité et l'incertitude avec ses turbulences et ses risques. En plus de l'adoption d'un gouvernement mondial, chaque pays devrait abandonner le modèle économique néolibéral et le remplacer par la social-démocratie à la scandinave, car c'est le modèle de société le plus abouti au monde, caractérisé par la combinaison d'un vaste État-providence avec des mécanismes rigides de régulation des forces du marché basés sur le keynésianisme avec la capacité de mettre l'économie sur une trajectoire dynamique. Le modèle nordique ou scandinave de social-démocratie pourrait être décrit au mieux comme une sorte de terrain d'entente entre le capitalisme et le socialisme, étant la tentative de fusionner les éléments les plus souhaitables des deux dans un système "hybride". Le choix de la social-démocratie scandinave comme modèle de société à adopter est dû au fait que le Rapport sur le bonheur dans le monde 2020 de l'ONU montre que les nations les plus heureuses du monde sont concentrées en Europe du Nord. Le rôle de l'Etat est déterminant pour développer les conditions d'accroissement du progrès technique et rendre viable le processus d'accumulation du capital dans les pays périphériques et semi-périphériques de l'économie mondiale. Afin d'atteindre les objectifs de création d'un gouvernement mondial et de mise en place de l'État providence dans chaque pays, un Forum Mondial pour la Paix et le Progrès de l'Humanité doit être constitué par les gouvernements des pays périphériques et semi-périphériques et par les organisations de la Société. Civil de ces pays du monde. Dans ce Forum, seraient débattus et établis les objectifs et les stratégies d'un mouvement mondial pour la constitution d'un gouvernement mondial et la mise en place de l'État providence dans chaque pays périphérique et semi-périphérique, dans le sens de rendre la réalité un monde de paix et de progrès pour toute l'humanité. En attendant que ces objectifs soient atteints, il est urgent d'adopter le modèle économique national de développement d'ouverture sélective de l'économie brésilienne qui permettrait au Brésil d'assumer les directions de son destin, contrairement au modèle néolibéral qui fait dicter l'avenir du pays par les forces du marché, tous engagés dans le capital international. Les maux causés par le néolibéralisme dans le monde ne recommandent pas l'élection, au Brésil, de candidats à la présidence de la République et de parlementaires qui insistent pour maintenir le modèle économique néolibéral qui a contribué au désastre économique et social dans lequel se trouve la nation brésilienne. Les candidats aux programmes néolibéraux doivent être repoussés par les vrais patriotes brésiliens. * Fernando Alcoforado, 82, condecorado com a Medalha do Mérito da Engenharia do Sistema CONFEA/CREA, membro da Academia Baiana de Educação, engenheiro e doutor em Planejamento Territorial e Desenvolvimento Regional pela Universidade de Barcelona, professor universitário e consultor nas áreas de planejamento estratégico, planejamento empresarial, planejamento regional e planejamento de sistemas energéticos, é autor dos livros Globalização (Editora Nobel, São Paulo, 1997), De Collor a FHC- O Brasil e a Nova (Des)ordem Mundial (Editora Nobel, São Paulo, 1998), Um Projeto para o Brasil (Editora Nobel, São Paulo, 2000), Os condicionantes do desenvolvimento do Estado da Bahia (Tese de doutorado. Universidade de Barcelona,http://www.tesisenred.net/handle/10803/1944, 2003), Globalização e Desenvolvimento (Editora Nobel, São Paulo, 2006), Bahia- Desenvolvimento do Século XVI ao Século XX e Objetivos Estratégicos na Era Contemporânea (EGBA, Salvador, 2008), The Necessary Conditions of the Economic and Social Development- The Case of the State of Bahia (VDM Verlag Dr. Müller Aktiengesellschaft & Co. KG, Saarbrücken, Germany, 2010), Aquecimento Global e Catástrofe Planetária (Viena- Editora e Gráfica, Santa Cruz do Rio Pardo, São Paulo, 2010), Amazônia Sustentável- Para o progresso do Brasil e combate ao aquecimento global (Viena- Editora e Gráfica, Santa Cruz do Rio Pardo, São Paulo, 2011), Os Fatores Condicionantes do Desenvolvimento Econômico e Social (Editora CRV, Curitiba, 2012), Energia no Mundo e no Brasil- Energia e Mudança Climática Catastrófica no Século XXI (Editora CRV, Curitiba, 2015), As Grandes Revoluções Científicas, Econômicas e Sociais que Mudaram o Mundo (Editora CRV, Curitiba, 2016), A Invenção de um novo Brasil (Editora CRV, Curitiba, 2017), Esquerda x Direita e a sua convergência (Associação Baiana de Imprensa, Salvador, 2018, em co-
  • 6. 6 autoria), Como inventar o futuro para mudar o mundo (Editora CRV, Curitiba, 2019) e A humanidade ameaçada e as estratégias para sua sobrevivência (Editora Dialética, São Paulo, 2021).