SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  8
Télécharger pour lire hors ligne
AGENCEQUALITÉCONSTRUCTION - Qualité de l’air intérieur - Bonnes pratiques dès la programmation - 2019
QUALITÉ DE L’AIR INTÉRIEUR
BONNES PRATIQUES DÈS
LA PROGRAMMATION
©ChrisBarbalis
Prévenir les désordres,
améliorer la qualité
de la construction
PÔLE
PRÉVENTION
CONSTRUCTION
Professionnels
AGENCEQUALITÉCONSTRUCTION - Qualité de l’air intérieur - Bonnes pratiques dès la programmation - 2019
PRÉSENTATION
Ce document est destiné aux acteurs professionnels de la construction :
maîtres d’ouvrage professionnels, équipes de maîtrise d’œuvre, constructeurs,
entrepreneurs et artisans, contrôleurs techniques, coordonnateurs SPS etc.
Il a pour objet d’accompagner les professionnels pour une meilleure prise en
compte de la qualité de l’air intérieur des bâtiments (QAI).
Certains polluants faisant l’objet de réglementations
spécifiques (amiante, plomb…) ne sont pas traités dans
ce document.
LA QUALITÉ DE L’AIR INTÉRIEUR (QAI),
UN ENJEU MAJEUR
La QAI représente un enjeu sanitaire majeur. Le temps moyen passé à l’intérieur des
bâtiments est supérieur à 80%.
Les facteurs et les sources de polluants pouvant dégrader la QAI sont multiples. Les
mesures sur site ont montré des concentrations de polluants souvent plus élevées à
l’intérieur des bâtiments que dans l’air extérieur.
Dans le contexte actuel de renforcement de l’étanchéité à l’air de l’enveloppe des
constructions, le bon fonctionnement du système de ventilation est primordial pour
garantir une bonne QAI. Or, on observe par exemple que plus d’un tiers d’installations
de ventilation mécanique présente des débits d’extraction insuffisants en résidentiel.
De plus, une augmentation du développement fongique a été observée dans des
bâtiments performants, dès la phase chantier.
©AHFotobox
AGENCEQUALITÉCONSTRUCTION - Qualité de l’air intérieur - Bonnes pratiques dès la programmation - 2019
Produit de construction
et de décoration
Combustion
Produits
d’entretien
Comportement
des usagers
Air extérieur
Ventilation
Sol
Eau
La pollution de l’air intérieur :
une origine multifactorielle
Des multiples facteurs influencent la qualité de l’air intérieur :
ΔΔ sources de pollution externes au bâtiment (air, eau
et sol) ;
ΔΔ sources de pollution internes au bâtiment (produits de
construction et de décoration, combustion, produits
d’entretien, comportement de l’usager…) ;
ΔΔ renouvellement de l’air (aération, ventilation) ;
ΔΔ conditions d’ambiance (température et humidité
relative).
Nature des polluants :
chimique (composés organiques volatiles
(COV), semi-volatiles (COSV)...) ;
physique (fibres, particules) ;
biologique (micro-organismes tels que les
moisissures…).
Les effets sanitaires
En fonction de leur nature, de leur concentration, de leurs interactions et de la sensibilité des individus, certains polluants
peuvent avoir divers effets nocifs sur la santé : de l’irritation des muqueuses aux réactions allergiques, jusqu’au dévelop-
pement de cancers. Pour les polluants de l’air intérieur, l’inhalation est la voie d’exposition majeure et les pathologies du
système respiratoire (rhinite, bronchite, asthme…) sont souvent rapportées dans les études sanitaires.
COMMENT GARANTIR UNE
BONNE QUALITÉ DE L’AIR ?
Pour garantir une bonne QAI, il
existe deux principaux leviers :
ΔΔ la réduction des polluants à la source (choix de
produits peu émissifs) ;
ΔΔ la dilution et l’évacuation des polluants présents
dans l’air par un renouvellement adéquat de l’air
(aération, ventilation).
Dès la programmation
La prise en compte de la QAI relève souvent
de gestes simples qui peuvent demander une
évolution des pratiques habituelles ; elle doit
être intégrée dès la programmation du projet
et à toutes les phases de celui-ci.
AGENCEQUALITÉCONSTRUCTION - Qualité de l’air intérieur - Bonnes pratiques dès la programmation - 2019
4 actions pour réduire les
émissions de polluants
ΔΔ Identifier les sources extérieures de polluants (air et
sol) et s’en prémunir dès la conception de l’ouvrage.
ΔΔ Préférer des produits de construction et de finition:
∆ faiblement émissifs en COV ;
∆ faiblement émissifs en fibres et particules.
ΔΔ Stocker les produits de construction à l’abri des
sources de polluants chimiques et de fibres et
particules.
ΔΔ Aérer lors de la mise en œuvre.
RÉDUIRE LES ÉMISSIONS DES
POLLUANTS PHYSIQUES ET
CHIMIQUES
L’environnementextérieurdubâtiment,lesproduitsdeconstructionetleséquipementsdecombustion, peuvent
constituerdessourcesdepolluants.
Exemples de polluants Exemples de sources associées
Fibres et particules
Environnement extérieur
Produits de construction, manipulation de ceux-ci (découpe, ponçage, souf-
flage…)
Combustion
COV
Plusieurs centaines de
COV existent, parmi
lesquels : Formaldé-
hyde, Benzène, CO*
Liants à base de formol, peintures en phase solvant, dérivés du bois, produits
d’entretien, fumées de combustion
Carburants (parkings et stationnements, trafic routier…)
Fumées de combustion
Étiquetage règlementaire
Les produits de construction et de décoration sont
soumis depuis le 1er septembre 2013 à un étiquetage
relatif aux émissions de COV. Il comporte 4 classes,
A+, A, B et C, la classe C étant la plus émissive.
Le radon et les sols pollués
Le radon est un gaz radioactif d’origine naturelle présent partout à la surface terrestre, et plus particulièrement
dans les sols granitiques et volcaniques. Par ailleurs, sur certains sites, les activités humaines passées peuvent avoir
généré des pollutions volatiles dans les sols (stockage, emploi et distribution de produits chimiques et pétroliers…).
Tant pour le radon que pour ces polluants volatils anthropiques, la présence dans l’air intérieur est induite par leur
infiltration à l’interface entre le bâtiment et le sol (fissures, défauts d’étanchéités, canalisations…).
Leur concentration peut être élevée, en particulier dans des espaces confinés, et présenter à long terme des risques
pour la santé.
Pour limiter les expositions et les risques sur la santé des futurs occupants des bâtiments, des
actions spécifiques sont à prévoir visant à :
ΔΔ limiter les transferts (étanchéités spécifiques, espace tampon ventilé…) ;
ΔΔ assurer un renouvellement d’air adapté à la dilution de ces pollutions.
* Monoxyde de carbone
AGENCEQUALITÉCONSTRUCTION - Qualité de l’air intérieur - Bonnes pratiques dès la programmation - 2019
Respecter les temps de séchage et les dispositions
de réception selon les règles de l’art
ΔΔ Fixer des délais d’exécution en adéquation avec la filière retenue et la saison de mise
en œuvre.
ΔΔ Intégrer les délais dédiés au séchage des ouvrages dans la planification du chantier.
ΔΔ Respecter les dispositions relatives à la réception des ouvrages des règles de l’art : véri-
fier le taux d’humidité résiduelle d’un support au moment de la pose d’un revêtement.
PRÉVENIR LE DÉVELOPPEMENT
FONGIQUE MICROSCOPIQUE
Les moisissures sont des champignons microscopiques qui se reproduisent et se propagent par des
spores. Des études de terrain sur les bâtiments performants ont montré que près d’un bâtiment sur
deux pourrait présenter un développement fongique actif non visible.
3 conditions favorisent le
développement fongique :
présence de nutriments (cellulose, matériaux
biosourcés, carton de la plaque de
plâtre, kraft des isolants…) ;
taux d’humidité de l’air élevé pouvant entrai-
ner des condensations de surface ou dans les
matériaux ;
températures douces (entre 5 et 25°C).
4 actions pour éviter
le développement de
moisissures
ΔΔ Stocker les produits de construction à l’abri des
intempéries et de l’humidité.
ΔΔ Soigner la conception et la mise en œuvre de
la paroi en termes de migration de vapeur d’eau
et de continuité des plans d’étanchéité à l’air et
d’isolation.
ΔΔ Soigner le dimensionnement et la mise en
œuvre du système de ventilation du bâtiment.
ΔΔ Mettre en œuvre une aération ou ventilation
mécanique provisoire pendant la phase chantier.
Les sources d’humidité à
l’intérieur des bâtiments sont
nombreuses :
ΔΔ produits de construction avec ajout d’eau lors de la
fabrication ou sur le chantier ;
ΔΔ absence de protection des produits de construction
lors du transport, stockage et mise en œuvre ;
ΔΔ infiltrations accidentelles d’eau ;
ΔΔ condensations d’eau dans les parois : mauvaise
prise en compte de la migration de vapeur d’eau,
présence de ponts thermiques ou discontinuités du
plan d’étanchéité à l’air.
En plus d’affecter la durabilité d’un ouvrage, les moi-
sissures peuvent présenter aussi des effets sur la santé
respiratoire, notamment pour les populations sensibles
(enfants, personnes âgées, malades)...
À défaut, votre
responsabilité
pourra être
engagée lors de
l’apparition de
désordres.
©PhotoAQC
AGENCEQUALITÉCONSTRUCTION - Qualité de l’air intérieur - Bonnes pratiques dès la programmation - 2019
3 étapes clés pour un bon
renouvellement de l’air
Lors de la conception : soigner l’accessibilité des diffé-
rents composants du système de ventilation mécanique et son
dimensionnement, tenir compte des pollutions extérieures et de
la fonction du bâtiment…
Lors de la mise en œuvre : veiller au bon emplacement
des bouches, soigner l’étanchéité du réseau aéraulique, éviter
les points bas et les écrasements, vérifier les débits extraits ou la
pression aux bouches…
Lors de la phase exploitation : faire l’entretien et la mainte-
nance du système de ventilation mécanique et de ses composants.
GARANTIR UN BON
RENOUVELLEMENT
DE L’AIR
Le renouvellement de l’air a pour mission d’évacuer les polluants pour contribuer au confort de l’occupant et
réguler l’hygrométrie intérieure afin de préserver le bâti.
La ventilation, un lot d’interfaces
Les différents composants du système de ventilation sont régulièrement sous la responsabilité de différents corps d’état :
pose des entrées d’air, réalisation des transferts d’air entre locaux (détalonnage de portes, grilles de transfert), pose de
trappes d’accès et de visite ou mise en œuvre des conduits aérauliques et
des moteurs VMC. La coordination et le contrôle des différents ouvrages
sont donc indispensables pour garantir le bon renouvellement de l’air.
Connaître le contexte règlementaire et les règles de l’art
Il peut exister des interactions entre les équipements, notamment entre
le système de ventilation mécanique et les équipements à combustion
(chauffage…). Afin de s’assurer du bon fonctionnement de ces deux équi-
pements et écarter le risque d’intoxication par refoulement des fumées de
combustion, privilégiez :
ΔΔ les appareils de combustion étanches ;
ΔΔ une alimentation par prise d’air directe depuis l’extérieur.
Surveillance QAI
Deux décrets visant la surveillance de la qualité de l’air intérieur sont applicables aux bâtiments recevant la petite
enfance dès le 1er janvier 2018. Ils concernent la surveillance régulière de la QAI par les maîtres d’ouvrage avec :
ΔΔ l’évaluation des moyens d’aération ;
ΔΔ la mesure de 3 substances (benzène, formaldéhyde et CO2
) tous les 7 ans ou la mise en place d’un programme
d’actions de prévention favorisant la QAI.
Domaine règlementaire
Tertiaire
Codedutravail
Règlementsanitairedépartementaltype
Résidentiel
Arrêté du 24 mars 82, modifié par
l’arrêté du 28 octobre 83 relatif à
l’aération des logements. Règlement
sanitaire départemental type
Règles de l’art
Résidentiel
NF DTU 68.3
Avis Techniques
AGENCEQUALITÉCONSTRUCTION - Qualité de l’air intérieur - Bonnes pratiques dès la programmation - 2019
LE CAS PARTICULIER
DE LA RÉNOVATION
En complément des actions présentées, des précautions spécifiques à la rénovation sont nécessaires.
La vérification du bon fonctionnement du système de
ventilation, à réception, est un point indispensable.
Il faut aussi remettre au maître d’ouvrage des propositions
de contrat d’entretien et maintenance des systèmes de
ventilation et de chauffage à combustion, garantissant leur
bon fonctionnement dans le temps.
La QAI peut être évaluée à réception, au moyen de mesures
spécifiques. Le cas échéant, afin de garantir des résultats
satisfaisants, ces mesures doivent être prévues dès la
programmation de l’ouvrage.
Ces mesures devront suivre un protocole prédéfini et
peuvent demander l’immobilisation du bâtiment pendant
plusieurs jours.
5 actions pour réussir sa rénovation
tout en maîtrisant la QAI
ΔΔ Faire réaliser des diagnostics préalables (présence d’amiante, de plomb, d’humidité dans les
parois, de ponts thermiques, système de ventilation mécanique…) afin d’adopter une approche
systémique.
ΔΔ Traiter les pathologies liées à l’humidité présente dans les parois existantes et tenir compte de la
migration de vapeur d’eau lors de leur rénovation.
ΔΔ Vérifier l’existence de moyens efficaces d’aération ou de ventilation et les adapter si besoin.
À défaut, un système de ventilation mécanique doit être installé en tenant compte des transferts
d’air (détalonnage des portes, grille de transfert).
ΔΔ Recommander le remplacement des appareils de combustion à foyer ouvert par des équipements
étanches et installer des prises d’air directes depuis l’extérieur.
ΔΔ Identifier et traiter les potentielles voies d’infiltration du radon et de pollutions anthropiques du
sol à l’interface bâtiment-sol (fissures, traversées de canalisation et autres défauts d’étanchéité).
ΔΔ Lors de la rénovation des espaces intérieurs, préférer des produits de construction et de finition
faiblement émissifs en COV (classe A+).
LA RÉCEPTION
DE L’OUVRAGE
©PhotoAQC
POUR EN SAVOIR PLUS
Textes de référence
ΔΔ Code de la Santé Publique
ΔΔ Décret n° 2011-321 du 23 mars 2011 et arrêté du 19 avril 2011 relatifs à l’étiquetage des produits
de construction ou de revêtement de mur ou de sol et des peintures et vernis sur leurs émissions
de polluants volatils
ΔΔ Décrets n° 2015-1000 du 17 août 2015 et n° 2015-1926 du 30 décembre 2015, relatifs aux
modalités de surveillance de la qualité de l’air intérieur et à l’évaluation des moyens d’aération et
de mesure des polluants dans certains ERP
ΔΔ Loi n° 2014-336 du 24 mars 2014 pour l’accès au logement et un urbanisme rénové
ΔΔ Arrêté du 24 mars 1982 relatif à l’aération des logements, modifié par l’arrêté du 28 octobre 1983
ΔΔ Code du Travail
ΔΔ Règlements sanitaires départementaux
Ressources AQC
ΔΔ Livrables du projet ICHAQAI :
• Penser qualité de l’air intérieur en phase chantier - Guide méthodologique
• Penser qualité de l’air intérieur lors de la phase chantier
• Outil d’aide à la décision ICHAQAI
ΔΔ Rénovation performante par étapes
ΔΔ Maitriser la migration de vapeur d‘eau dans les parois
ΔΔ Prévention et remédiation du risque radon : 12 enseignements à connaître.
ΔΔ Attestations d’essai de fonctionnement
Autres ouvrages
ΔΔ Guide DHUP Construire sain
ΔΔ Guide ADEME Grand Air
ΔΔ Fiches de données de sécurité (FDS)
ΔΔ Fiches de déclaration environnementale et sanitaire (FDES)
>>> Retrouvez ce document en version numérique et l’ensemble des ressources de l’AQC sur www.qualiteconstruction.com
©AQCmars2019-Conception:Lesclésdelacomm’
ImprimésurpapierqualitéPEFC
CodeISBN:978-2-35443-602-59782354436025
L’ESSENTIEL À RETENIR
ΔΔ Privilégier des matériaux faiblement émissifs
ΔΔ Protéger les produits de construction en phase chantier
ΔΔ Éviter les sources d’humidité
ΔΔ Garantir un bon renouvellement de l’air
Prévenir les désordres,
améliorer la qualité
de la construction
29, rue de Miromesnil, 75008 Paris | T 01 44 51 03 51 | www.qualiteconstruction.com

Contenu connexe

Similaire à Pt qualite-air-interieur-bonnes-pratiques-programmation

Guide pratique : un air sain chez soi - Ademe
Guide pratique : un air sain chez soi - AdemeGuide pratique : un air sain chez soi - Ademe
Guide pratique : un air sain chez soi - AdemeBuild Green
 
Mutation dans le bâtiment 3
Mutation  dans le bâtiment 3Mutation  dans le bâtiment 3
Mutation dans le bâtiment 3bboudey
 
Prise en compte de l’environnement
Prise en compte  de l’environnement Prise en compte  de l’environnement
Prise en compte de l’environnement GENICIMO
 
Analyse physico-chimique des rejets atmosphériques industriels
Analyse physico-chimique des rejets atmosphériques industrielsAnalyse physico-chimique des rejets atmosphériques industriels
Analyse physico-chimique des rejets atmosphériques industrielssoufianeaitbrahim
 
01_Memento_Etancheite_COB version française pour les pratiquants.pdf
01_Memento_Etancheite_COB version française pour les pratiquants.pdf01_Memento_Etancheite_COB version française pour les pratiquants.pdf
01_Memento_Etancheite_COB version française pour les pratiquants.pdfchargedaffairempm
 
Atelier ASTech - décembre 2013 - EcoMundo
Atelier ASTech - décembre 2013 - EcoMundoAtelier ASTech - décembre 2013 - EcoMundo
Atelier ASTech - décembre 2013 - EcoMundoBrice Kosinski
 
04 12 INSA Spectrométrie, chromatographie, écotoxicologie au service des écot...
04 12 INSA Spectrométrie, chromatographie, écotoxicologie au service des écot...04 12 INSA Spectrométrie, chromatographie, écotoxicologie au service des écot...
04 12 INSA Spectrométrie, chromatographie, écotoxicologie au service des écot...Yvon Gervaise
 
COURS_DE_PROCÉDÉS_INDUSTRIELS_ET_ENVIRONNEMENT-1.pptx
COURS_DE_PROCÉDÉS_INDUSTRIELS_ET_ENVIRONNEMENT-1.pptxCOURS_DE_PROCÉDÉS_INDUSTRIELS_ET_ENVIRONNEMENT-1.pptx
COURS_DE_PROCÉDÉS_INDUSTRIELS_ET_ENVIRONNEMENT-1.pptxmazuyabernard83
 
Qualité de l’air intérieur
Qualité de l’air intérieurQualité de l’air intérieur
Qualité de l’air intérieurGreenFacts
 
170505 mesqualair defis_batiments_sante
170505 mesqualair defis_batiments_sante170505 mesqualair defis_batiments_sante
170505 mesqualair defis_batiments_santeVincent PERRET
 
Qui est l'Agence Qualité Construction ?
Qui est l'Agence Qualité Construction ?Qui est l'Agence Qualité Construction ?
Qui est l'Agence Qualité Construction ?Novabuild
 
eco_materiaux_ppt.ppt
eco_materiaux_ppt.ppteco_materiaux_ppt.ppt
eco_materiaux_ppt.pptdBld1
 
Ecotechnologies : caracterisation analyses et evaluation des ecomateriaux et ...
Ecotechnologies : caracterisation analyses et evaluation des ecomateriaux et ...Ecotechnologies : caracterisation analyses et evaluation des ecomateriaux et ...
Ecotechnologies : caracterisation analyses et evaluation des ecomateriaux et ...Yvon Gervaise
 
Presentation-Vesson-ACV-enerJMeeting.pptx
Presentation-Vesson-ACV-enerJMeeting.pptxPresentation-Vesson-ACV-enerJMeeting.pptx
Presentation-Vesson-ACV-enerJMeeting.pptxeasylife13
 
Implanter un jardin sur son toit
Implanter un jardin sur son toitImplanter un jardin sur son toit
Implanter un jardin sur son toitBuild Green
 
Impact des rejets industriels sur la pollution de l'environnement
Impact des rejets industriels sur la pollution de l'environnementImpact des rejets industriels sur la pollution de l'environnement
Impact des rejets industriels sur la pollution de l'environnementhamzatarhouni
 
Formation aux enjeux Energie & Carbone_v29/01/19
Formation aux enjeux Energie & Carbone_v29/01/19Formation aux enjeux Energie & Carbone_v29/01/19
Formation aux enjeux Energie & Carbone_v29/01/19Olivier STEPHAN
 
Qualité de l'air intérieur et confort thermique - Claude-Alain Roulet
Qualité de l'air intérieur et confort thermique - Claude-Alain RouletQualité de l'air intérieur et confort thermique - Claude-Alain Roulet
Qualité de l'air intérieur et confort thermique - Claude-Alain Rouletminergie-romande
 
Catalogue 2017 du Centre de Formations en Développement durable et en Environ...
Catalogue 2017 du Centre de Formations en Développement durable et en Environ...Catalogue 2017 du Centre de Formations en Développement durable et en Environ...
Catalogue 2017 du Centre de Formations en Développement durable et en Environ...CCI France
 

Similaire à Pt qualite-air-interieur-bonnes-pratiques-programmation (20)

Guide pratique : un air sain chez soi - Ademe
Guide pratique : un air sain chez soi - AdemeGuide pratique : un air sain chez soi - Ademe
Guide pratique : un air sain chez soi - Ademe
 
Mutation dans le bâtiment 3
Mutation  dans le bâtiment 3Mutation  dans le bâtiment 3
Mutation dans le bâtiment 3
 
Prise en compte de l’environnement
Prise en compte  de l’environnement Prise en compte  de l’environnement
Prise en compte de l’environnement
 
Analyse physico-chimique des rejets atmosphériques industriels
Analyse physico-chimique des rejets atmosphériques industrielsAnalyse physico-chimique des rejets atmosphériques industriels
Analyse physico-chimique des rejets atmosphériques industriels
 
01_Memento_Etancheite_COB version française pour les pratiquants.pdf
01_Memento_Etancheite_COB version française pour les pratiquants.pdf01_Memento_Etancheite_COB version française pour les pratiquants.pdf
01_Memento_Etancheite_COB version française pour les pratiquants.pdf
 
Atelier ASTech - décembre 2013 - EcoMundo
Atelier ASTech - décembre 2013 - EcoMundoAtelier ASTech - décembre 2013 - EcoMundo
Atelier ASTech - décembre 2013 - EcoMundo
 
04 12 INSA Spectrométrie, chromatographie, écotoxicologie au service des écot...
04 12 INSA Spectrométrie, chromatographie, écotoxicologie au service des écot...04 12 INSA Spectrométrie, chromatographie, écotoxicologie au service des écot...
04 12 INSA Spectrométrie, chromatographie, écotoxicologie au service des écot...
 
COURS_DE_PROCÉDÉS_INDUSTRIELS_ET_ENVIRONNEMENT-1.pptx
COURS_DE_PROCÉDÉS_INDUSTRIELS_ET_ENVIRONNEMENT-1.pptxCOURS_DE_PROCÉDÉS_INDUSTRIELS_ET_ENVIRONNEMENT-1.pptx
COURS_DE_PROCÉDÉS_INDUSTRIELS_ET_ENVIRONNEMENT-1.pptx
 
Qualité de l’air intérieur
Qualité de l’air intérieurQualité de l’air intérieur
Qualité de l’air intérieur
 
170505 mesqualair defis_batiments_sante
170505 mesqualair defis_batiments_sante170505 mesqualair defis_batiments_sante
170505 mesqualair defis_batiments_sante
 
Qui est l'Agence Qualité Construction ?
Qui est l'Agence Qualité Construction ?Qui est l'Agence Qualité Construction ?
Qui est l'Agence Qualité Construction ?
 
eco_materiaux_ppt.ppt
eco_materiaux_ppt.ppteco_materiaux_ppt.ppt
eco_materiaux_ppt.ppt
 
Ecotechnologies : caracterisation analyses et evaluation des ecomateriaux et ...
Ecotechnologies : caracterisation analyses et evaluation des ecomateriaux et ...Ecotechnologies : caracterisation analyses et evaluation des ecomateriaux et ...
Ecotechnologies : caracterisation analyses et evaluation des ecomateriaux et ...
 
Presentation-Vesson-ACV-enerJMeeting.pptx
Presentation-Vesson-ACV-enerJMeeting.pptxPresentation-Vesson-ACV-enerJMeeting.pptx
Presentation-Vesson-ACV-enerJMeeting.pptx
 
Ecodesign et l'économie circulaire - Bart Soenen (Midi DD 16/09/2014)
Ecodesign et l'économie circulaire - Bart Soenen (Midi DD 16/09/2014)Ecodesign et l'économie circulaire - Bart Soenen (Midi DD 16/09/2014)
Ecodesign et l'économie circulaire - Bart Soenen (Midi DD 16/09/2014)
 
Implanter un jardin sur son toit
Implanter un jardin sur son toitImplanter un jardin sur son toit
Implanter un jardin sur son toit
 
Impact des rejets industriels sur la pollution de l'environnement
Impact des rejets industriels sur la pollution de l'environnementImpact des rejets industriels sur la pollution de l'environnement
Impact des rejets industriels sur la pollution de l'environnement
 
Formation aux enjeux Energie & Carbone_v29/01/19
Formation aux enjeux Energie & Carbone_v29/01/19Formation aux enjeux Energie & Carbone_v29/01/19
Formation aux enjeux Energie & Carbone_v29/01/19
 
Qualité de l'air intérieur et confort thermique - Claude-Alain Roulet
Qualité de l'air intérieur et confort thermique - Claude-Alain RouletQualité de l'air intérieur et confort thermique - Claude-Alain Roulet
Qualité de l'air intérieur et confort thermique - Claude-Alain Roulet
 
Catalogue 2017 du Centre de Formations en Développement durable et en Environ...
Catalogue 2017 du Centre de Formations en Développement durable et en Environ...Catalogue 2017 du Centre de Formations en Développement durable et en Environ...
Catalogue 2017 du Centre de Formations en Développement durable et en Environ...
 

Plus de Gabriel Julé

Les grands principes de la RE2020
Les grands principes de la RE2020Les grands principes de la RE2020
Les grands principes de la RE2020Gabriel Julé
 
afpac-fiche-acoustique-n3
afpac-fiche-acoustique-n3afpac-fiche-acoustique-n3
afpac-fiche-acoustique-n3Gabriel Julé
 
Qu'est-ce-que le label E+C- ?
Qu'est-ce-que le label E+C- ?Qu'est-ce-que le label E+C- ?
Qu'est-ce-que le label E+C- ?Gabriel Julé
 
Qu'est-ce-qui nous empêche d'agir pour le climat ?
Qu'est-ce-qui nous empêche d'agir pour le climat ?Qu'est-ce-qui nous empêche d'agir pour le climat ?
Qu'est-ce-qui nous empêche d'agir pour le climat ?Gabriel Julé
 
Transition énergétique, Grand Annecy, Ou en est-on ?
Transition énergétique, Grand Annecy, Ou en est-on ?Transition énergétique, Grand Annecy, Ou en est-on ?
Transition énergétique, Grand Annecy, Ou en est-on ?Gabriel Julé
 
R rex-installations-chauffage-eau-chaude-sanitaire
R rex-installations-chauffage-eau-chaude-sanitaireR rex-installations-chauffage-eau-chaude-sanitaire
R rex-installations-chauffage-eau-chaude-sanitaireGabriel Julé
 
Esole thermicien_les déperditions par la ventilation
Esole thermicien_les déperditions par la ventilationEsole thermicien_les déperditions par la ventilation
Esole thermicien_les déperditions par la ventilationGabriel Julé
 
Esole la rénovation énergétique partie 3_la condensation
Esole la rénovation énergétique partie 3_la condensationEsole la rénovation énergétique partie 3_la condensation
Esole la rénovation énergétique partie 3_la condensationGabriel Julé
 
Le rôle du thermicien
Le rôle du thermicienLe rôle du thermicien
Le rôle du thermicienGabriel Julé
 
Présentation esole 2017
Présentation esole 2017Présentation esole 2017
Présentation esole 2017Gabriel Julé
 

Plus de Gabriel Julé (11)

Les grands principes de la RE2020
Les grands principes de la RE2020Les grands principes de la RE2020
Les grands principes de la RE2020
 
Intégration 3d
Intégration 3dIntégration 3d
Intégration 3d
 
afpac-fiche-acoustique-n3
afpac-fiche-acoustique-n3afpac-fiche-acoustique-n3
afpac-fiche-acoustique-n3
 
Qu'est-ce-que le label E+C- ?
Qu'est-ce-que le label E+C- ?Qu'est-ce-que le label E+C- ?
Qu'est-ce-que le label E+C- ?
 
Qu'est-ce-qui nous empêche d'agir pour le climat ?
Qu'est-ce-qui nous empêche d'agir pour le climat ?Qu'est-ce-qui nous empêche d'agir pour le climat ?
Qu'est-ce-qui nous empêche d'agir pour le climat ?
 
Transition énergétique, Grand Annecy, Ou en est-on ?
Transition énergétique, Grand Annecy, Ou en est-on ?Transition énergétique, Grand Annecy, Ou en est-on ?
Transition énergétique, Grand Annecy, Ou en est-on ?
 
R rex-installations-chauffage-eau-chaude-sanitaire
R rex-installations-chauffage-eau-chaude-sanitaireR rex-installations-chauffage-eau-chaude-sanitaire
R rex-installations-chauffage-eau-chaude-sanitaire
 
Esole thermicien_les déperditions par la ventilation
Esole thermicien_les déperditions par la ventilationEsole thermicien_les déperditions par la ventilation
Esole thermicien_les déperditions par la ventilation
 
Esole la rénovation énergétique partie 3_la condensation
Esole la rénovation énergétique partie 3_la condensationEsole la rénovation énergétique partie 3_la condensation
Esole la rénovation énergétique partie 3_la condensation
 
Le rôle du thermicien
Le rôle du thermicienLe rôle du thermicien
Le rôle du thermicien
 
Présentation esole 2017
Présentation esole 2017Présentation esole 2017
Présentation esole 2017
 

Pt qualite-air-interieur-bonnes-pratiques-programmation

  • 1. AGENCEQUALITÉCONSTRUCTION - Qualité de l’air intérieur - Bonnes pratiques dès la programmation - 2019 QUALITÉ DE L’AIR INTÉRIEUR BONNES PRATIQUES DÈS LA PROGRAMMATION ©ChrisBarbalis Prévenir les désordres, améliorer la qualité de la construction PÔLE PRÉVENTION CONSTRUCTION Professionnels
  • 2. AGENCEQUALITÉCONSTRUCTION - Qualité de l’air intérieur - Bonnes pratiques dès la programmation - 2019 PRÉSENTATION Ce document est destiné aux acteurs professionnels de la construction : maîtres d’ouvrage professionnels, équipes de maîtrise d’œuvre, constructeurs, entrepreneurs et artisans, contrôleurs techniques, coordonnateurs SPS etc. Il a pour objet d’accompagner les professionnels pour une meilleure prise en compte de la qualité de l’air intérieur des bâtiments (QAI). Certains polluants faisant l’objet de réglementations spécifiques (amiante, plomb…) ne sont pas traités dans ce document. LA QUALITÉ DE L’AIR INTÉRIEUR (QAI), UN ENJEU MAJEUR La QAI représente un enjeu sanitaire majeur. Le temps moyen passé à l’intérieur des bâtiments est supérieur à 80%. Les facteurs et les sources de polluants pouvant dégrader la QAI sont multiples. Les mesures sur site ont montré des concentrations de polluants souvent plus élevées à l’intérieur des bâtiments que dans l’air extérieur. Dans le contexte actuel de renforcement de l’étanchéité à l’air de l’enveloppe des constructions, le bon fonctionnement du système de ventilation est primordial pour garantir une bonne QAI. Or, on observe par exemple que plus d’un tiers d’installations de ventilation mécanique présente des débits d’extraction insuffisants en résidentiel. De plus, une augmentation du développement fongique a été observée dans des bâtiments performants, dès la phase chantier. ©AHFotobox
  • 3. AGENCEQUALITÉCONSTRUCTION - Qualité de l’air intérieur - Bonnes pratiques dès la programmation - 2019 Produit de construction et de décoration Combustion Produits d’entretien Comportement des usagers Air extérieur Ventilation Sol Eau La pollution de l’air intérieur : une origine multifactorielle Des multiples facteurs influencent la qualité de l’air intérieur : ΔΔ sources de pollution externes au bâtiment (air, eau et sol) ; ΔΔ sources de pollution internes au bâtiment (produits de construction et de décoration, combustion, produits d’entretien, comportement de l’usager…) ; ΔΔ renouvellement de l’air (aération, ventilation) ; ΔΔ conditions d’ambiance (température et humidité relative). Nature des polluants : chimique (composés organiques volatiles (COV), semi-volatiles (COSV)...) ; physique (fibres, particules) ; biologique (micro-organismes tels que les moisissures…). Les effets sanitaires En fonction de leur nature, de leur concentration, de leurs interactions et de la sensibilité des individus, certains polluants peuvent avoir divers effets nocifs sur la santé : de l’irritation des muqueuses aux réactions allergiques, jusqu’au dévelop- pement de cancers. Pour les polluants de l’air intérieur, l’inhalation est la voie d’exposition majeure et les pathologies du système respiratoire (rhinite, bronchite, asthme…) sont souvent rapportées dans les études sanitaires. COMMENT GARANTIR UNE BONNE QUALITÉ DE L’AIR ? Pour garantir une bonne QAI, il existe deux principaux leviers : ΔΔ la réduction des polluants à la source (choix de produits peu émissifs) ; ΔΔ la dilution et l’évacuation des polluants présents dans l’air par un renouvellement adéquat de l’air (aération, ventilation). Dès la programmation La prise en compte de la QAI relève souvent de gestes simples qui peuvent demander une évolution des pratiques habituelles ; elle doit être intégrée dès la programmation du projet et à toutes les phases de celui-ci.
  • 4. AGENCEQUALITÉCONSTRUCTION - Qualité de l’air intérieur - Bonnes pratiques dès la programmation - 2019 4 actions pour réduire les émissions de polluants ΔΔ Identifier les sources extérieures de polluants (air et sol) et s’en prémunir dès la conception de l’ouvrage. ΔΔ Préférer des produits de construction et de finition: ∆ faiblement émissifs en COV ; ∆ faiblement émissifs en fibres et particules. ΔΔ Stocker les produits de construction à l’abri des sources de polluants chimiques et de fibres et particules. ΔΔ Aérer lors de la mise en œuvre. RÉDUIRE LES ÉMISSIONS DES POLLUANTS PHYSIQUES ET CHIMIQUES L’environnementextérieurdubâtiment,lesproduitsdeconstructionetleséquipementsdecombustion, peuvent constituerdessourcesdepolluants. Exemples de polluants Exemples de sources associées Fibres et particules Environnement extérieur Produits de construction, manipulation de ceux-ci (découpe, ponçage, souf- flage…) Combustion COV Plusieurs centaines de COV existent, parmi lesquels : Formaldé- hyde, Benzène, CO* Liants à base de formol, peintures en phase solvant, dérivés du bois, produits d’entretien, fumées de combustion Carburants (parkings et stationnements, trafic routier…) Fumées de combustion Étiquetage règlementaire Les produits de construction et de décoration sont soumis depuis le 1er septembre 2013 à un étiquetage relatif aux émissions de COV. Il comporte 4 classes, A+, A, B et C, la classe C étant la plus émissive. Le radon et les sols pollués Le radon est un gaz radioactif d’origine naturelle présent partout à la surface terrestre, et plus particulièrement dans les sols granitiques et volcaniques. Par ailleurs, sur certains sites, les activités humaines passées peuvent avoir généré des pollutions volatiles dans les sols (stockage, emploi et distribution de produits chimiques et pétroliers…). Tant pour le radon que pour ces polluants volatils anthropiques, la présence dans l’air intérieur est induite par leur infiltration à l’interface entre le bâtiment et le sol (fissures, défauts d’étanchéités, canalisations…). Leur concentration peut être élevée, en particulier dans des espaces confinés, et présenter à long terme des risques pour la santé. Pour limiter les expositions et les risques sur la santé des futurs occupants des bâtiments, des actions spécifiques sont à prévoir visant à : ΔΔ limiter les transferts (étanchéités spécifiques, espace tampon ventilé…) ; ΔΔ assurer un renouvellement d’air adapté à la dilution de ces pollutions. * Monoxyde de carbone
  • 5. AGENCEQUALITÉCONSTRUCTION - Qualité de l’air intérieur - Bonnes pratiques dès la programmation - 2019 Respecter les temps de séchage et les dispositions de réception selon les règles de l’art ΔΔ Fixer des délais d’exécution en adéquation avec la filière retenue et la saison de mise en œuvre. ΔΔ Intégrer les délais dédiés au séchage des ouvrages dans la planification du chantier. ΔΔ Respecter les dispositions relatives à la réception des ouvrages des règles de l’art : véri- fier le taux d’humidité résiduelle d’un support au moment de la pose d’un revêtement. PRÉVENIR LE DÉVELOPPEMENT FONGIQUE MICROSCOPIQUE Les moisissures sont des champignons microscopiques qui se reproduisent et se propagent par des spores. Des études de terrain sur les bâtiments performants ont montré que près d’un bâtiment sur deux pourrait présenter un développement fongique actif non visible. 3 conditions favorisent le développement fongique : présence de nutriments (cellulose, matériaux biosourcés, carton de la plaque de plâtre, kraft des isolants…) ; taux d’humidité de l’air élevé pouvant entrai- ner des condensations de surface ou dans les matériaux ; températures douces (entre 5 et 25°C). 4 actions pour éviter le développement de moisissures ΔΔ Stocker les produits de construction à l’abri des intempéries et de l’humidité. ΔΔ Soigner la conception et la mise en œuvre de la paroi en termes de migration de vapeur d’eau et de continuité des plans d’étanchéité à l’air et d’isolation. ΔΔ Soigner le dimensionnement et la mise en œuvre du système de ventilation du bâtiment. ΔΔ Mettre en œuvre une aération ou ventilation mécanique provisoire pendant la phase chantier. Les sources d’humidité à l’intérieur des bâtiments sont nombreuses : ΔΔ produits de construction avec ajout d’eau lors de la fabrication ou sur le chantier ; ΔΔ absence de protection des produits de construction lors du transport, stockage et mise en œuvre ; ΔΔ infiltrations accidentelles d’eau ; ΔΔ condensations d’eau dans les parois : mauvaise prise en compte de la migration de vapeur d’eau, présence de ponts thermiques ou discontinuités du plan d’étanchéité à l’air. En plus d’affecter la durabilité d’un ouvrage, les moi- sissures peuvent présenter aussi des effets sur la santé respiratoire, notamment pour les populations sensibles (enfants, personnes âgées, malades)... À défaut, votre responsabilité pourra être engagée lors de l’apparition de désordres. ©PhotoAQC
  • 6. AGENCEQUALITÉCONSTRUCTION - Qualité de l’air intérieur - Bonnes pratiques dès la programmation - 2019 3 étapes clés pour un bon renouvellement de l’air Lors de la conception : soigner l’accessibilité des diffé- rents composants du système de ventilation mécanique et son dimensionnement, tenir compte des pollutions extérieures et de la fonction du bâtiment… Lors de la mise en œuvre : veiller au bon emplacement des bouches, soigner l’étanchéité du réseau aéraulique, éviter les points bas et les écrasements, vérifier les débits extraits ou la pression aux bouches… Lors de la phase exploitation : faire l’entretien et la mainte- nance du système de ventilation mécanique et de ses composants. GARANTIR UN BON RENOUVELLEMENT DE L’AIR Le renouvellement de l’air a pour mission d’évacuer les polluants pour contribuer au confort de l’occupant et réguler l’hygrométrie intérieure afin de préserver le bâti. La ventilation, un lot d’interfaces Les différents composants du système de ventilation sont régulièrement sous la responsabilité de différents corps d’état : pose des entrées d’air, réalisation des transferts d’air entre locaux (détalonnage de portes, grilles de transfert), pose de trappes d’accès et de visite ou mise en œuvre des conduits aérauliques et des moteurs VMC. La coordination et le contrôle des différents ouvrages sont donc indispensables pour garantir le bon renouvellement de l’air. Connaître le contexte règlementaire et les règles de l’art Il peut exister des interactions entre les équipements, notamment entre le système de ventilation mécanique et les équipements à combustion (chauffage…). Afin de s’assurer du bon fonctionnement de ces deux équi- pements et écarter le risque d’intoxication par refoulement des fumées de combustion, privilégiez : ΔΔ les appareils de combustion étanches ; ΔΔ une alimentation par prise d’air directe depuis l’extérieur. Surveillance QAI Deux décrets visant la surveillance de la qualité de l’air intérieur sont applicables aux bâtiments recevant la petite enfance dès le 1er janvier 2018. Ils concernent la surveillance régulière de la QAI par les maîtres d’ouvrage avec : ΔΔ l’évaluation des moyens d’aération ; ΔΔ la mesure de 3 substances (benzène, formaldéhyde et CO2 ) tous les 7 ans ou la mise en place d’un programme d’actions de prévention favorisant la QAI. Domaine règlementaire Tertiaire Codedutravail Règlementsanitairedépartementaltype Résidentiel Arrêté du 24 mars 82, modifié par l’arrêté du 28 octobre 83 relatif à l’aération des logements. Règlement sanitaire départemental type Règles de l’art Résidentiel NF DTU 68.3 Avis Techniques
  • 7. AGENCEQUALITÉCONSTRUCTION - Qualité de l’air intérieur - Bonnes pratiques dès la programmation - 2019 LE CAS PARTICULIER DE LA RÉNOVATION En complément des actions présentées, des précautions spécifiques à la rénovation sont nécessaires. La vérification du bon fonctionnement du système de ventilation, à réception, est un point indispensable. Il faut aussi remettre au maître d’ouvrage des propositions de contrat d’entretien et maintenance des systèmes de ventilation et de chauffage à combustion, garantissant leur bon fonctionnement dans le temps. La QAI peut être évaluée à réception, au moyen de mesures spécifiques. Le cas échéant, afin de garantir des résultats satisfaisants, ces mesures doivent être prévues dès la programmation de l’ouvrage. Ces mesures devront suivre un protocole prédéfini et peuvent demander l’immobilisation du bâtiment pendant plusieurs jours. 5 actions pour réussir sa rénovation tout en maîtrisant la QAI ΔΔ Faire réaliser des diagnostics préalables (présence d’amiante, de plomb, d’humidité dans les parois, de ponts thermiques, système de ventilation mécanique…) afin d’adopter une approche systémique. ΔΔ Traiter les pathologies liées à l’humidité présente dans les parois existantes et tenir compte de la migration de vapeur d’eau lors de leur rénovation. ΔΔ Vérifier l’existence de moyens efficaces d’aération ou de ventilation et les adapter si besoin. À défaut, un système de ventilation mécanique doit être installé en tenant compte des transferts d’air (détalonnage des portes, grille de transfert). ΔΔ Recommander le remplacement des appareils de combustion à foyer ouvert par des équipements étanches et installer des prises d’air directes depuis l’extérieur. ΔΔ Identifier et traiter les potentielles voies d’infiltration du radon et de pollutions anthropiques du sol à l’interface bâtiment-sol (fissures, traversées de canalisation et autres défauts d’étanchéité). ΔΔ Lors de la rénovation des espaces intérieurs, préférer des produits de construction et de finition faiblement émissifs en COV (classe A+). LA RÉCEPTION DE L’OUVRAGE ©PhotoAQC
  • 8. POUR EN SAVOIR PLUS Textes de référence ΔΔ Code de la Santé Publique ΔΔ Décret n° 2011-321 du 23 mars 2011 et arrêté du 19 avril 2011 relatifs à l’étiquetage des produits de construction ou de revêtement de mur ou de sol et des peintures et vernis sur leurs émissions de polluants volatils ΔΔ Décrets n° 2015-1000 du 17 août 2015 et n° 2015-1926 du 30 décembre 2015, relatifs aux modalités de surveillance de la qualité de l’air intérieur et à l’évaluation des moyens d’aération et de mesure des polluants dans certains ERP ΔΔ Loi n° 2014-336 du 24 mars 2014 pour l’accès au logement et un urbanisme rénové ΔΔ Arrêté du 24 mars 1982 relatif à l’aération des logements, modifié par l’arrêté du 28 octobre 1983 ΔΔ Code du Travail ΔΔ Règlements sanitaires départementaux Ressources AQC ΔΔ Livrables du projet ICHAQAI : • Penser qualité de l’air intérieur en phase chantier - Guide méthodologique • Penser qualité de l’air intérieur lors de la phase chantier • Outil d’aide à la décision ICHAQAI ΔΔ Rénovation performante par étapes ΔΔ Maitriser la migration de vapeur d‘eau dans les parois ΔΔ Prévention et remédiation du risque radon : 12 enseignements à connaître. ΔΔ Attestations d’essai de fonctionnement Autres ouvrages ΔΔ Guide DHUP Construire sain ΔΔ Guide ADEME Grand Air ΔΔ Fiches de données de sécurité (FDS) ΔΔ Fiches de déclaration environnementale et sanitaire (FDES) >>> Retrouvez ce document en version numérique et l’ensemble des ressources de l’AQC sur www.qualiteconstruction.com ©AQCmars2019-Conception:Lesclésdelacomm’ ImprimésurpapierqualitéPEFC CodeISBN:978-2-35443-602-59782354436025 L’ESSENTIEL À RETENIR ΔΔ Privilégier des matériaux faiblement émissifs ΔΔ Protéger les produits de construction en phase chantier ΔΔ Éviter les sources d’humidité ΔΔ Garantir un bon renouvellement de l’air Prévenir les désordres, améliorer la qualité de la construction 29, rue de Miromesnil, 75008 Paris | T 01 44 51 03 51 | www.qualiteconstruction.com