L’Art de la Guerre                                Sun TzuAnnoté et mis à propos pour Napoléon Total War                   ...
Le texte en noir est le texte original, en bleu, ce sont mes annotations.
ARTICLE II                                 De l’Engagement    Sun-Tzu dit : ne différez pas de livrer le combat, nattendez...
Je le répète : On ne saurait tenir les troupes longtemps en campagne, sansporter un très grand préjudice à lÉtat et sans d...
vie de vos soldats, vous affermirez votre pays dans ses anciennes possessions,vous lui en procurerez de nouvelles, vous au...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

L'art de la guerre 2

375 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
375
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
8
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

L'art de la guerre 2

  1. 1. L’Art de la Guerre Sun TzuAnnoté et mis à propos pour Napoléon Total War Par le Maréchal Lepic
  2. 2. Le texte en noir est le texte original, en bleu, ce sont mes annotations.
  3. 3. ARTICLE II De l’Engagement Sun-Tzu dit : ne différez pas de livrer le combat, nattendez pas que vosarmes contractent la rouille, ni que le tranchant de vos épées sémousse. Lavictoire est le principal objectif de la guerre. Sil sagit de prendre une ville,hâtez-vous den faire le siège ; ne pensez quà cela, dirigez là toutes vos forces ; ilfaut ici tout brusquer ; si vous y manquez, vos troupes courent le risque de tenirlongtemps la campagne, ce qui sera une source de funestes malheurs. Il ne s’agit pas ici de précipiter ces attaques. Prenez d’abord soin d’appliquer lestechniques du premier article, l’évaluation. Mais des que vous êtes prêt et que vousjugez le moment opportun, attaquez ! Ne laissez pas l’ennemie se retrancher etcombler la brèche qu’il vous avez laissé. Par exemple sur Dresde ou Ligny, n’hésitezpas à faire passer des cavaleries, voir toutes votre armée en début de partie, sil’ennemie s’est éloigné et qu’il offre des cibles faciles. Cette chance de mener labataille ne se représentera peut être pas. Les coffres du prince que vous servez sépuiseront, vos armes perdues parla rouille ne pourront plus vous servir, lardeur de vos soldats se ralentira, leurcourage et leurs forces sévanouiront, les provisions se consumeront, et peut-êtremême vous trouverez-vous réduit aux plus fâcheuses extrémités.Instruits du pitoyable état où vous serez alors, vos ennemis sortiront tout frais,fondront sur vous, et vous tailleront en pièces. Quoique jusquà ce jour vousayez joui dune grande réputation, désormais vous aurez perdu la face. En vaindans dautres occasions aurez-vous donné des marques éclatantes de votrevaleur, toute la gloire que vous aurez acquise sera effacée par ce dernier trait. Pour rester sur Ligny ou Dresde, restez en défense, et vous vous aventurez a unduel d’artillerie perdue, a un flanc qui lâche ou à des adversaires qui seregrouperont pour attaquerez point faible.
  4. 4. Je le répète : On ne saurait tenir les troupes longtemps en campagne, sansporter un très grand préjudice à lÉtat et sans donner une atteinte mortelle à sapropre réputation. Ceux qui possèdent les vrais principes de lart militaire nesy prennent pas à deux fois. Dès la première campagne, tout est fini ; ils neconsomment pas pendant trois années de suite des vivres inutilement. Ils trouventle moyen de faire subsister leurs armées aux dépens de lennemi, et épargnent àÉtat les frais immenses quil est obligé de faire, lorsquil faut transporter bien lointoutes les provisions. Pour conclure ce premier point, l’attaque est primordial, et vous offresouvent la victoire, tout du moins vous n’y serez pas déshonoré. Si larmée ennemie a une mesure de grain dans son camp, ayez-en vingt dansle vôtre ; si votre ennemi a cent vingt livres de fourrage pour ses chevaux,ayez-en deux mille quatre cents pour les vôtres. Ne laissez échapper aucuneoccasion de lincommoder, faites-le périr en détail, trouvez les moyens de lirriterpour le faire tomber dans quelque piège ; diminuez ses forces le plus que vouspourrez, en lui faisant faire des diversions, en lui tuant de temps en tempsquelque parti, en lui enlevant de ses convois, de ses équipages, et dautreschoses qui pourront vous être de quelque utilité. On peut assimiler les vivres avec le nombre d’homme, faites primer la quantitésur la qualité. Ainsi, vous aurez plus de troupes que l’ennemie en tout point.Harcelez votre adversaire, les légers sont l’unités idéale pour ce genre de mission.Placer en un sur son flanc, tirer une salve et retournez dans vos ligne, tirez la ou iln’aura pas la portée sur vous. Faites croire que vous décalez une partie de vosforces, obligera l’adversaire a en décaler tout autant, et souvent plus. Ainsi, surplusieurs front, et agacé par les légers, il fera plus de fautes et tombera dans vospièges. Lorsque vos gens auront pris sur lennemi au-delà de dix chars, commencezpar récompenser libéralement tant ceux qui auront conduit lentreprise que ceuxqui lauront exécutée. Employez ces chars aux mêmes usages que vous employezles vôtres, mais auparavant ôtez-en les marques distinctives qui pourront sytrouver. Ce point s’applique aux gradés qui commanderont leur frère d’armes en bataille.N’hésitez pas à les félicitez pour une action qu’ils auront brillamment mené, ou à lesragaillardir s’ils ont perdu quelques troupes. Surtout, motivez vos hommes ! Si vous faites exactement ce que je viens de vous indiquer, les succèsaccompagneront tous vos pas, partout vous serez vainqueur, vous ménagerez la
  5. 5. vie de vos soldats, vous affermirez votre pays dans ses anciennes possessions,vous lui en procurerez de nouvelles, vous augmenterez la splendeur et la gloire deÉtat, et le prince ainsi que les sujets vous seront redevables de la doucetranquillité dans laquelle ils couleront désormais leurs jours. De telles méthode vous permettront d’affaiblir l’ennemi avant le véritableengagement, avec des pertes physiques et moral pour vos troupes ( pertes moralaussi bien au niveau des troupes que du joueur lui-même, faites le céder audésespoir, en lui tuant son général ou ses batteries )Lessentiel est dans la victoire et non dans les opérations prolongées. Une fois de plus, évitez les trop grandes manœuvres qui vous feront perdre dutemps et de la fraicheur, préférez les actions simples, sur et efficaces.Le général qui sentend dans lart de la guerre est le ministre du destin du peupleet larbitre de la destinée de la victoire.Quels objets peuvent être plus dignes de votre attention et de tous vos efforts !

×