Ce diaporama a bien été signalé.
Le téléchargement de votre SlideShare est en cours. ×

Idcc 2247 avenant cppni

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Chargement dans…3
×

Consultez-les par la suite

1 sur 9 Publicité

Idcc 2247 avenant cppni

Télécharger pour lire hors ligne

Avenant relatif à la commission paritaire permanente de négociation et d'interprétation dans la convention collective nationale des entreprises de courtage d'assurances et/ou de réassurances.

Avenant relatif à la commission paritaire permanente de négociation et d'interprétation dans la convention collective nationale des entreprises de courtage d'assurances et/ou de réassurances.

Publicité
Publicité

Plus De Contenu Connexe

Diaporamas pour vous (20)

Similaire à Idcc 2247 avenant cppni (20)

Publicité

Plus par Société Tripalio (20)

Plus récents (20)

Publicité

Idcc 2247 avenant cppni

  1. 1. 1/9 AVENANT A L’ANNEXE 1 A LA CONVENTION COLLECTIVE DES ENTREPRISES DE COURTAGE D’ASSURANCES ET/OU DE REASSURANCES ANNEXE 1 : REGLEMENT INTERIEUR DE LA COMMISSION PARITAIRE PERMANENTE DE NEGOCIATION ET D’INTERPRETATION (C.P.P.N.I.) Préambule Les parties signataires du présent avenant décident de revoir l’annexe 1 à la convention collective pour tenir compte de l’arrêté du 3 octobre 2017 fixant la liste des organisations professionnelles d’employeurs reconnues représentatives dans la convention collective des entreprises de courtage d’assurances et/ou de réassurances. Le présent avenant remplace et rend caduque l’annexe 1 à la convention collective des entreprises de courtage d’assurances et/ou de réassurances portant sur le règlement intérieur de la Commission Paritaire Permanente de Négociation et d’Interprétation (Avenant du 28 avril 2017). Le présent avenant a pour objet de définir la nouvelle composition de la délégation patronale. ARTICLE 1- MISSIONS DE LA COMMISSION La Commission Paritaire Permanente de Négociation et d’Interprétation (C.P.P.N.I.) a pour mission, conformément aux dispositions légales en vigueur, de prendre en charge les questions sociales relevant de la branche professionnelle. A cet effet, elle : - négocie sur les thèmes pour lesquels une négociation de branche est rendue obligatoire par la législation en vigueur et sur tout autre thème sur lequel elle jugerait utile de négocier à l’initiative des partenaires sociaux reconnus représentatifs dans la branche. ; - régule la concurrence entre les entreprises relevant de son champ d'application ; - représente la branche, notamment dans l'appui aux entreprises et vis-à-vis des pouvoirs publics ; - exerce un rôle de veille sur les conditions de travail et l'emploi ; - établit un rapport annuel d'activité qu'elle verse dans la base de données nationale mentionnée à l'article L. 2231-5-1 du Code du travail. Ce rapport comprend un bilan des accords collectifs d'entreprise relatifs à la durée du travail, à la répartition et à l’aménagement des horaires, au repos quotidien, aux jours fériés, aux congés et au compte épargne temps, en particulier de l'impact de ces accords sur les conditions de travail des salariés et sur la concurrence entre les entreprises de la branche, et formule, le cas échéant, des recommandations destinées à répondre aux difficultés identifiées ; - formule un avis sur des difficultés d’interprétation et d’application de la présente convention collective et des accords collectifs de branche.
  2. 2. 2/9 Elle peut à ce titre, rendre un avis à la demande d’une juridiction sur l’interprétation de la présente convention collective ou d’un accord collectif conclu au niveau de la branche. - concilie, autant que faire se peut, les parties en litige sur l’application de ces mêmes textes lorsqu’ils n’auront pas pu être réglés au sein de l’entreprise de courtage d’assurances. ARTICLE 2 - COMPOSITION DE LA COMMISSION Chaque organisation syndicale représentative sur le plan national communique à la délégation des employeurs la liste des personnes habilitées à la représenter au sein de la Commission Paritaire Permanente de Négociation et d’Interprétation ; chaque liste comporte au maximum 8 noms par organisation syndicale. Les organisations syndicales représentatives veillent à ce que les personnes habilitées disposent a minima de compétences professionnelles et/ou d’une expérience professionnelle en lien avec le courtage d’assurances et/ou de réassurances ou le secteur de l’assurance. Les organisations syndicales doivent notifier à la délégation des employeurs tout changement intervenant dans cette liste. Chacune des personnes habilitées à représenter une organisation syndicale au sein de la Commission Paritaire Permanente de Négociation et d’Interprétation, et présente sur la liste établie par chaque organisation syndicale représentative sur le plan national, a la qualité de Membre de la C.P.P.N.I., à compter du jour de la notification à la délégation des employeurs de leur présence sur la liste. Les salariés mandatés informent leur employeur de leur participation à la Commission Paritaire Permanente de Négociation et d’Interprétation dans les conditions d’usage de leur entreprise. La Commission Paritaire Permanente de Négociation et d’Interprétation peut se réunir : - en formation plénière ; - en formation « interprétation et conciliation ». Lorsque la C.P.P.N.I. se réunit en formation plénière, chaque organisation syndicale peut se faire représenter, à chaque réunion de ladite Commission, au maximum par 4 personnes de sa liste . Afin d'assurer une représentation aussi diverse que possible des salariés de la branche, chaque organisation syndicale devra veiller à ce que, dans la mesure du possible, sa délégation ne compte pas plus de 2 salariés d'une même entreprise ou d’un même groupe d’entreprises au sens de l’article L. 2331-1 du Code du travail. Lorsque la C.P.P.N.I. se réunit en formation « interprétation et conciliation », chaque organisation syndicale peut se faire représenter, à chaque réunion de ladite Commission, au maximum par 2 personnes. Afin d'assurer une représentation aussi diverse que possibledes salariés de la branche, chaque organisation syndicale devra veiller à ce que, dans la mesure du possible, ses représentants soient issus d’entreprises différentes ou groupes d’entreprises différents au sens de l’article L. 2331-1 du Code du travail.
  3. 3. 3/9 La délégation patronale est composée de membres représentants des deux organisations professionnelles d’employeurs reconnues représentatives au niveau de la branche professionnelle. Elle se compose de 13 membres maximum de la C.S.C.A. et de 7 membres maximum de PLANETE COURTIER lorsque la C.P.P.N.I se réunit en formation planière. Lorsque la C.P.P.N.I. se réunit en formation « interprétation et conciliation », la délégation patronale se compose de 6 membres maximum de la C.S.C.A. et de 4 membres maximum de PLANETE COURTIER. La répartition des sièges au sein de la délégation patronale s’appuie sur les résultats de l’audience « salariés » et de l’audience « entreprises » obtenus respectivement par la C.S.C.A. et PLANETE COURTIER en 2017. Chacune de ces audiences respectives pèse pour moitié dans la détermination de cette répartition. En tout état de cause, le nombre maximum de représentants des organisations patronales présents aux réunions paritaires ne pourra pas dépasser le maximum de personnes pouvant représenter l’ensemble des organisations syndicales de salariés. La C.P.P.N.I. peut également mandater des groupes de travail paritaires en vue de mener des réflexions sur des thèmes particuliers relevant de ses missions. La composition de ces groupes de travail suit les mêmes règles que celles prévues pour la C.P.P.N.I. en formation « interprétation et conciliation ». Afin d’assurer une représentation aussi diverse que possible, la délégation patronale veillera à ce que, dans la mesure du possible, ses représentants soient issus d’entreprises différentes. ARTICLE 3 - ADMINISTRATION 1° PRÉSIDENCE La présidence de la Commission en formation plénière est assurée par un représentant de la délégation patronale désigné parmi les membres des deux organisations professionnelles d’employeurs reconnues représentatives au niveau de la branche professionnelle. La désignation résulte prioritairement d’un accord entre les deux organisations professionnelles d’employeurs représentatives. A défaut d’accord, la désignation résulte d’un vote à la majorité des membres de la délégation patronale. En tout état de cause, la désignation sera formalisée par écrit. Le mandat du président de la Commission en formation plénière est de deux ans. Dès lors, la désignation d’un nouveau président ou le renouvellement du mandat du président en poste s’effectuera tous les deux ans dans les conditions décrites ci-avant. La présidence de la Commission en formation « interprétation et conciliation » est assurée à tour de rôle, chaque année, par un représentant de la délégation patronale puis par un représentant de la délégation syndicale. Lorsque la présidence revient à la délégation patronale, celle-ci est assurée par le président de la Commission en formation plénière. En cas de pluralité d’organisations du collège « salariés », l’ordre des organisations disposant de la présidence se fera par accord entre les organisations concernées.
  4. 4. 4/9 Toute organisation peut choisir de passer son tour, l’ordre des présidences n’étant alors pas modifié. Le Président a pour rôle de :  représenter la Commission dans ses activités et de l’en tenir informée ;  fixer et d’assurer la tenue de l’ordre du jour des réunions ;  mettre en débat les points mis à l’ordre du jour. 2° RÉUNIONS ET CONVOCATIONS a. Rôle de négociation La Commission se réunit en formation plénière autant de fois qu’elle le jugera nécessaire et selon les dispositions conventionnelles, réglementaires et légales qui fixent une périodicité de négociation obligatoire et au minimum trois fois par année civile. La C.P.P.N.I. se réunit, sur convocation rédigée et adressée par le Président au siège de chaque organisation syndicale représentative au plan national, au minimum 15 jours après la date d’envoi de cette convocation en recommandé avec accusé de réception. Cette convocation comprend la date et l’heure de la réunion ainsi que l’ordre du jour de la séance dont le contenu est arrêté par le Président. Les organisations syndicales, dont les membres siègent en Commission Paritaire Permanente de Négociation et d’Interprétation, communiquent par écrit au Président de ladite Commission, toute suggestion sur l’ordre du jour des futures réunions de la Commission, 20 jours avant la tenue de celles-ci. Le Président devra les inscrire à l’ordre du jour. Il est convenu que tous documents nécessaires à la bonne tenue des débats devront être fournis aux membres de la Commission Paritaire au minimum 8 jours avant la réunion. b. Rôle d’interprétation et de conciliation La saisine de la Commission s’effectue par lettre motivée, envoyée par lettre recommandée avec accusé de réception, et adressée au secrétariat de ladite Commission. Dans le cadre d’une demande de conciliation, la demande de saisine devra mentionner l’objet et l’historique du différend. La C.P.P.N.I. se réunit dans les trois mois qui suivent la réception de la demande dont elle est saisie : - soit directement par un employeur ou un salarié ; - soit à l’initiative d’un quelconque de ses membres ; - soit par une juridiction de l’ordre judiciaire dans le cadre de l'article L. 441-1 du code de l'organisation judiciaire. La convocation sera rédigée et adressée par le Président au siège de chaque organisation signataire ou adhérente à la présente convention par lettre recommandée avec accusé de réception.
  5. 5. 5/9 Cette convocation comprend la date à quinzaine et l’heure de la réunion ainsi que l’ordre du jour de la séance dont le contenu est arrêté par le Président. Il est entendu que si un membre de la Commission est partie prenante à une demande de conciliation, il ne pourra siéger. Dans le cadre d’une demande d’interprétation, après discussion, un procès-verbal sera établi reprenant l’avis de la Commission en cas d’accord entre la délégation des employeurs et celles des salariés ou constatant le désaccord existant au sein de la Commission. Le secrétariat de la Commission devra, dans les 15 jours suivant la réunion de la Commission, transmettre le procès-verbal et, le cas échéant, l’avis prononcé à l’ensemble des organisations syndicales représentatives au niveau national dans le secteur du courtage d’assurances. Dans le cadre d’une demande de conciliation, avant toute délibération, la Commission entendra, le cas échéant, les explications de chaque partie au litige et pourra les interroger. En cas de refus, d’une des parties au litige de participer à la conciliation, la Commission pourra néanmoins statuer. Le quorum minimum afin de délibérer est de 3 représentants pour l’ensemble des organisations patronales et de 3 représentants pour l’ensemble des organisations syndicales. Si au bout de la troisième convocation pour un même litige, le quorum n’est toujours pas atteint, la Commission délibérera cependant. La délibération se fait en l’absence des parties. La communication aux parties de la position de la Commission se fait oralement, à la suite de la délibération. Un document écrit, reprenant l’avis de la Commission en cas d’accord entre la délégation des employeurs et celle des salariés, ou constatant le désaccord existant au sein de la Commission, est établi en trois exemplaires et remis à chacune des parties, le troisième étant destiné au secrétariat de la Commission. 3° SECRÉTARIAT Le secrétariat de la Commission et la rédaction des procès-verbaux sont assurés par la C.S.C.A. ARTICLE 4 - RÉUNIONS PRÉPARATOIRES Une réunion préparatoire est prévue avant chaque réunion de la Commission Paritaire constituée en formation plénière. Au titre de sa participation à la Commission Paritaire en formation plénière, chaque salarié - mandaté par son organisation syndicale représentative au plan national - bénéficie d’une demi-journée de délégation de branche pour participer à la réunion préparatoire et ce, dans la limite de quatre salariés par organisation syndicale et de deux salariés pour une même entreprise de courtage. ARTICLE 5 - INDEMNISATION ET STATUT
  6. 6. 6/9 Le temps passé par les salariés mandatés par leur organisation syndicale en réunion de la Commission Paritaire Permanente de Négociation et d’Interprétation et en réunion préparatoire est assimilé à du temps de travail effectif. Il en est de même du temps passé par les salariés mandatés par leur organisation syndicale en réunion de groupe de travail paritaire. Celui-ci est assimilé à du temps de travail effectif. Les salariés siégeant au sein de la Commission Paritaire Permanente de Négociation et d’Interprétation doivent transmettre à leur employeur ou au représentant de celui-ci copie de leur convocation dans le respect des règles d’usage de leur entreprise. Les salariés membres de la C.P.P.N.I. bénéficient de la protection prévue par les dispositions du livre IV du Code du travail relatif aux salariés protégés. ARTICLE 6 - FRAIS ENGAGES AU TITRE DES REUNIONS DE LA COMMISSION PARITAIRE 1° Les frais de repas Les frais de repas que les Membres de la Commission Paritaire auront engagés le jour de la tenue de chaque réunion de la Commission Paritaire seront pris en charge par leur employeur sur la base du montant réel justifié, dans la limite de 20 € par salarié participant aux réunions. Si le salarié bénéficie au sein de son entreprise de titres restaurant, la valeur patronale de ces derniers se défalque du montant ci-dessus. Cette prise en charge vaut pour 4 personnes maximum par organisation syndicale au titre de leur participation à la réunion de la Commission en formation plénière et pour 2 personnes maximum par organisation syndicale au titre de leur participation à la réunion de la Commission en formation « interprétation et conciliation ». 2° Les frais de transport Les frais de transport que les Membres de la Commission Paritaire auront engagés à l’occasion de la tenue de chaque réunion de la Commission Paritaire, au titre de leur participation à la réunion, seront pris en charge par leur employeur sur présentation de justificatifs (train sur la base du tarif S.N.C.F, 2ème classe). Cette prise en charge vaut pour 4 personnes maximum par organisation syndicale au titre de leur participation à la réunion de la Commission en formation plénière et pour 2 personnes maximum par organisation syndicale au titre de leur participation à la réunion de la Commission en formation « interprétation et conciliation ». 3° Les frais d’hébergement Lorsque la réunion de la Commission paritaire ou la réunion préparatoire qui la précède dans la journée débute avant 9h30, les Membres de la Commission Paritaire dont le temps de trajet domicile-lieu de la réunion dépasse 2 heures pourront arriver la veille et bénéficier du forfait « hébergement ». Les frais d’hébergement engagés par les Membres de la Commission Paritaire, au titre de leur participation à la réunion paritaire, seront pris en charge de la manière suivante :
  7. 7. 7/9 remboursement d’une nuitée comprenant une chambre d’hôtel et un petit déjeuner et/ou un dîner sur la base d’un montant réel justifié, dans la limite de 100 €. Cette prise en charge vaut pour 4 personnes maximum par organisation syndicale au titre de leur participation à la réunion de la Commission en formation plénière et pour 2 personnes maximum par organisation syndicale au titre de leur participation à la réunion de la Commission en formation « interprétation et conciliation ». ARTICLE 7 - FRAIS ENGAGES AU TITRE DES REUNIONS DES GROUPES DE TRAVAIL Les frais de repas et de transport engagés au titre des réunions du groupe de travail sont pris en charge par l’organisation professionnelle auprès de laquelle l’entreprise du salarié concerné adhère et ce, dans les conditions exposées ci-après. Cette prise en charge vaut pour 2 personnes maximum par organisation syndicale au titre de leur participation aux réunions des groupes de travail. Pour que cette prise en charge s’effectue, la réunion du groupe paritaire doit se tenir à une date différente de celles retenues pour les réunions de la C.P.P.N.I. et de la C.P.N.E.F.P. En effet, elle ne saurait se cumuler avec la prise en charge des frais de repas et de transport prévue à l’article 6 du présent accord et à l’annexe 8 à la convention collective. L’organisation professionnelle remboursera les entreprises concernées. 1° Les frais de repas Les frais de repas que les Membres du groupe de travail auront engagés le jour de la tenue de chaque réunion du groupe de travail, au titre de leur participation à la réunion, seront pris en charge par l’organisation professionnelle sur la base du montant réel justifié, dans la limite de 20 € par salarié participant aux réunions. 2° Les frais de transport Les frais de transport que les Membres du groupe de travail auront engagés à l’occasion de la tenue de chaque réunion du groupe de travail, au titre de leur participation à la réunion, seront pris en charge par l’organisation professionnelle sur présentation de justificatifs (train sur la base du tarif S.N.C.F., 2ème classe). Fait à Paris, le 12 avril 2018 Pour la Chambre Syndicale des Courtiers d’Assurances (C.S.C.A.), 10, rue Auber - 75009 Paris,
  8. 8. 8/9 Pour PLANETE COURTIER, 12-14, Rond-Point des Champs-Élysées - 75008 Paris Pour la CFE-CGC, le Syndicat National de l’Encadrement du Courtage et des Agences d’Assurances, 43, rue de Provence - 75009 Paris, Pour la Fédération C.F.D.T. Banque et Assurances, 47, avenue Simon Bolivar - 75950 Paris Cedex 19 Pour le Syndicat National de l’Assurance et de l’Assistance - SN2A - C.F.T.C Bourse du Travail, 21, rue Roque de Fillol - 92800 PUTEAUX
  9. 9. 9/9

×