MANAGEMENT DE L'ENVIRONNEMENT ET DÉVELOPPEMENT DURABLE EN AFFAIRES. OPPORTUNITÉS ET DÉFIS 2015
1
Centre de Recherches et d...
MANAGEMENT DE L'ENVIRONNEMENT ET DÉVELOPPEMENT DURABLE EN AFFAIRES. OPPORTUNITÉS ET DÉFIS 2015
2
Problème
Le modèle de cro...
MANAGEMENT DE L'ENVIRONNEMENT ET DÉVELOPPEMENT DURABLE EN AFFAIRES. OPPORTUNITÉS ET DÉFIS 2015
3
1995).Les entreprises man...
MANAGEMENT DE L'ENVIRONNEMENT ET DÉVELOPPEMENT DURABLE EN AFFAIRES. OPPORTUNITÉS ET DÉFIS 2015
4
Le but de cette étude est...
MANAGEMENT DE L'ENVIRONNEMENT ET DÉVELOPPEMENT DURABLE EN AFFAIRES. OPPORTUNITÉS ET DÉFIS 2015
5
Environ 1400 millions de ...
MANAGEMENT DE L'ENVIRONNEMENT ET DÉVELOPPEMENT DURABLE EN AFFAIRES. OPPORTUNITÉS ET DÉFIS 2015
6
La société a longtemps ét...
MANAGEMENT DE L'ENVIRONNEMENT ET DÉVELOPPEMENT DURABLE EN AFFAIRES. OPPORTUNITÉS ET DÉFIS 2015
7
La gestion environnementa...
MANAGEMENT DE L'ENVIRONNEMENT ET DÉVELOPPEMENT DURABLE EN AFFAIRES. OPPORTUNITÉS ET DÉFIS 2015
8
Le rôle des gouvernements...
MANAGEMENT DE L'ENVIRONNEMENT ET DÉVELOPPEMENT DURABLE EN AFFAIRES. OPPORTUNITÉS ET DÉFIS 2015
9
Comme nous pouvons le voi...
MANAGEMENT DE L'ENVIRONNEMENT ET DÉVELOPPEMENT DURABLE EN AFFAIRES. OPPORTUNITÉS ET DÉFIS 2015
10
Les technologies intégré...
MANAGEMENT DE L'ENVIRONNEMENT ET DÉVELOPPEMENT DURABLE EN AFFAIRES. OPPORTUNITÉS ET DÉFIS 2015
11
2013) dit que le territo...
MANAGEMENT DE L'ENVIRONNEMENT ET DÉVELOPPEMENT DURABLE EN AFFAIRES. OPPORTUNITÉS ET DÉFIS 2015
12
projets humanitaires qui...
MANAGEMENT DE L'ENVIRONNEMENT ET DÉVELOPPEMENT DURABLE EN AFFAIRES. OPPORTUNITÉS ET DÉFIS 2015
13
les étapes où vous pouve...
MANAGEMENT DE L'ENVIRONNEMENT ET DÉVELOPPEMENT DURABLE EN AFFAIRES. OPPORTUNITÉS ET DÉFIS 2015
14
Fig 1. Déterminantes de ...
MANAGEMENT DE L'ENVIRONNEMENT ET DÉVELOPPEMENT DURABLE EN AFFAIRES. OPPORTUNITÉS ET DÉFIS 2015
15
renouvelables, nettoyer ...
MANAGEMENT DE L'ENVIRONNEMENT ET DÉVELOPPEMENT DURABLE EN AFFAIRES. OPPORTUNITÉS ET DÉFIS 2015
16
SOCIETE
STRATEGIQUE
TACT...
MANAGEMENT DE L'ENVIRONNEMENT ET DÉVELOPPEMENT DURABLE EN AFFAIRES. OPPORTUNITÉS ET DÉFIS 2015
17
Le Modèle 1.1 représente...
MANAGEMENT DE L'ENVIRONNEMENT ET DÉVELOPPEMENT DURABLE EN AFFAIRES. OPPORTUNITÉS ET DÉFIS 2015
18
Les entreprises qui ont ...
MANAGEMENT DE L'ENVIRONNEMENT ET DÉVELOPPEMENT DURABLE EN AFFAIRES. OPPORTUNITÉS ET DÉFIS 2015
19
Fig 2. La comptabilité d...
MANAGEMENT DE L'ENVIRONNEMENT ET DÉVELOPPEMENT DURABLE EN AFFAIRES. OPPORTUNITÉS ET DÉFIS 2015
20
Environnementale
ISO 140...
MANAGEMENT DE L'ENVIRONNEMENT ET DÉVELOPPEMENT DURABLE EN AFFAIRES. OPPORTUNITÉS ET DÉFIS 2015
21
Le Modèle 1.2 représente...
MANAGEMENT DE L'ENVIRONNEMENT ET DÉVELOPPEMENT DURABLE EN AFFAIRES. OPPORTUNITÉS ET DÉFIS 2015
22
ENTREPRENEURS ET TECHNIC...
MANAGEMENT DE L'ENVIRONNEMENT ET DÉVELOPPEMENT DURABLE EN AFFAIRES. OPPORTUNITÉS ET DÉFIS 2015
23
STRATEGIQUE
TACTIQUE
OPE...
MANAGEMENT DE L'ENVIRONNEMENT ET DÉVELOPPEMENT DURABLE EN AFFAIRES. OPPORTUNITÉS ET DÉFIS 2015
24
Recommandation pour les ...
MANAGEMENT DE L'ENVIRONNEMENT ET DÉVELOPPEMENT DURABLE EN AFFAIRES. OPPORTUNITÉS ET DÉFIS 2015
25
L'analyse du cycle de vi...
MANAGEMENT DE L'ENVIRONNEMENT ET DÉVELOPPEMENT DURABLE EN AFFAIRES. OPPORTUNITÉS ET DÉFIS 2015
26
Delmas, M. (2001). Stake...
MANAGEMENT DE L'ENVIRONNEMENT ET DÉVELOPPEMENT DURABLE EN AFFAIRES. OPPORTUNITÉS ET DÉFIS 2015
27
Labuschagne, C., & Brent...
MANAGEMENT DE L'ENVIRONNEMENT ET DÉVELOPPEMENT DURABLE EN AFFAIRES. OPPORTUNITÉS ET DÉFIS 2015
28
Reyes, T., & Millet, D. ...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Management de l'environnement et développement durable en affaires. opportunités et défis

857 vues

Publié le

Les modèles d'affaires qui ne valorisent pas la gestion de l'environnement posent plusieurs reprises un obstacle au développement et à la compétitivité. Le gouvernement, les entreprises et les consommateurs sont les trois piliers de la société civile. Les changements qui se produisent dans les modèles d'affaires ont des conséquences économiques, environnementales et sociales. La gestion de l'environnement au sein de la structure des entreprises est une occasion claire pour parvenir à des améliorations environnementales et les innovations qui donnent un avantage concurrentiel. Même les PME dans les pays émergents dont les lois n‘ont toujours pas la priorité à la protection de l'environnement peuvent en bénéficier.

Publié dans : Environnement
0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
857
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
13
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Management de l'environnement et développement durable en affaires. opportunités et défis

  1. 1. MANAGEMENT DE L'ENVIRONNEMENT ET DÉVELOPPEMENT DURABLE EN AFFAIRES. OPPORTUNITÉS ET DÉFIS 2015 1 Centre de Recherches et d´Etudes Interdisciplinaires sur le Développement durable. « Université de Technologie de Troyes.UTT » Troyes (France) M. José Emilio Fernández Contero. Ingénieur Industriel. École d‘Ingénieurs Industriels de Valladolid (Espagne). MANAGEMENT DE L'ENVIRONNEMENT ET DÉVELOPPEMENT DURABLE EN AFFAIRES. OPPORTUNITÉS ET DÉFIS. Résumé: Les modèles d'affaires qui ne valorisent pas la gestion de l'environnement posent plusieurs reprises un obstacle au développement et à la compétitivité. Le gouvernement, les entreprises et les consommateurs sont les trois piliers de la société civile. Les changements qui se produisent dans les modèles d'affaires ont des conséquences économiques, environnementales et sociales. La gestion de l'environnement au sein de la structure des entreprises est une occasion claire pour parvenir à des améliorations environnementales et les innovations qui donnent un avantage concurrentiel. Même les PME dans les pays émergents dont les lois n‘ont toujours pas la priorité à la protection de l'environnement peuvent en bénéficier. Mots-clés: gestion de l'environnement, l'avantage concurrentiel, l'innovation environnementale, des modèles environnementaux, commerciaux durables, le progrès, les stratégies environnementales et tactiques, ISO 14001, Eco-conception. ENVIRONMENTAL MANAGEMENT AND SUSTAINABLE DEVELOPEMENT IN COMPANIES. OPORTUNITIES AND CHALLENGES. Abstract: Business models that do not consider environmental management become a brake to development and competitiveness. The government, companies and consumers are the three pillars of civil society. Any change done in business models will have economic, environmental and social consequences. Environmental management in the company‘s structure is a clear opportunity to achieve improvements and reach environmental innovations that grant a competitive advantage. Even small and medium- sized enterprises from emerging countries whose legislations do not consider environmental protection as a priority, could profit from it. Key-words: Environmental management, competitive advantage, environmental innovation, environmental models, sustainable business, progress, strategies and environmental tactics, ISO 14001 and eco-conception.
  2. 2. MANAGEMENT DE L'ENVIRONNEMENT ET DÉVELOPPEMENT DURABLE EN AFFAIRES. OPPORTUNITÉS ET DÉFIS 2015 2 Problème Le modèle de croyance dans un monde aux sources illimitées, la mentalité statique qui ne valorise pas les futures conséquences environnementales et la toute-puissance de l'homme dans son environnement (Buclet, 2011), sont des paradigmes dans le XXI siècle qui sont incompatibles avec la notion de progrès de l'humanité. D'autre part, le modèle économique a conduit à l‘actualisation constante des produits qui sont potentiellement nocif pour l'environnement en termes de déchets, de consommation des ressources et de pollution créée. Malgré cette utilisation intensive de l'énergie et des matériaux, les niveaux de pollution ont diminué dans les pays développés au cours des dernières années. Trois facteurs peuvent expliquer ce paradoxe apparent: la réglementation environnementale plus stricte, l'écologisation de l'industrie et la relocalisation des activités les plus polluantes dans les pays en développement et les pays émergents. Par conséquent, dans une certaine mesure l'écologisation du monde s‘est développé au détriment de l'environnement dans les pays émergents, (Hart, 1997) (Asie, Amérique du Sud et en Afrique) tout en profitant de la faiblesse des lois sur l'environnement dans ces pays. Cette croissance dans les marchés émergents va générer de nouveaux besoins de transport en commun dans les prochaines décennies. Le problème est aggravé quand on sait que certains pays en développement emploient encore des méthodes de gaspillage des ressources (Porter et Van der Linde, 1995) et n‘ont pas les moyens de contrer les effets négatifs sur l'environnement. Selon (Porter et Van der Linde, 1995) ces pays ne seront pas compétitifs et seront condamnés à la pauvreté. Le problème de la pollution s‘étend dans le monde et n‘a pas de fins scientifiques qui marginaliseraient les zones de pollution ou pays. Les propriétaires de petites entreprises doivent souvent choisir entre la satisfaction à court terme des besoins ou la mise en œuvre de mesures visant à préserver les ressources naturelles. (Sánchez, Díaz, Bautista et Toledo, 2013) C‘est ainsi que la rareté des ressources financières est un élément qui limite le développement de l'environnement des PME (Noci et Verganti, 1999). Les entreprises qui fournissent des produits ou des procédés qui ne sont pas utilisés conformément aux normes de la réglementation environnementale posent des risques pour la santé humaine. Ces entreprises ont vu leurs ventes en baisse (Thieme, 2007).sur les marchés nationaux et internationaux. On suppose que dans plusieurs cas, les administrateurs et les gestionnaires des grandes entreprises ont été formés dans le passé, où la réglementation de l'environnement était utilisée comme synonyme de conflits et de problèmes (Porter et Van der Linde, 1995). Le sous-investissement dans la formation et la culture de l'environnement (Sanchez, Díaz, Bautista et Toledo, 2013) est un autre obstacle majeur qui accompagne le manque de capacité économique pour la pratique de gestion de l'environnement (Mohan-Neill,
  3. 3. MANAGEMENT DE L'ENVIRONNEMENT ET DÉVELOPPEMENT DURABLE EN AFFAIRES. OPPORTUNITÉS ET DÉFIS 2015 3 1995).Les entreprises manquent souvent de connaissances des normes et sont impactés sur l'environnement, elles sont désorganisées (Sanchez, Díaz, Bautista et Toledo, 2013). Certains modèles d'affaires ne fonctionnent pas de la même manière que dans les marchés occidentaux (London et Hart, 2004). Il y a un manque important d‘information pertinente concernant les petites entreprises dans la gestion de l'environnement (Sanchez, Díaz, Bautista et Toledo, 2013), si on considère le volume qu'elles représentent. Même avec l'intégration de l'environnement dans les organisations, elles ne peuvent pas s‘attendre à produire instantanément. Le changement nécessite non seulement du temps, mais aussi de l'intérêt pour le chef d‘entreprise afin d‘acquérir des compétences (rene1). L'environnement occupe le troisième rang parmi les priorités des entreprises; la première priorité étant la vente, la productivité et les profits. La deuxième priorité pour une entreprise est la qualité et la sécurité avant l‘environnement (González, 2007). Certains auteurs ont conçu des outils qui évaluent le niveau d'intégration de la durabilité dans les entreprises (Allais, Reyes et Lionel, 2013). Il existe de nombreuses classifications de stratégies environnementales, qui vont généralement de la plus réactive, ne cherchant qu'à se conformer à la législation, à la protection de l'environnement plus proactive perçue plus comme une source d'opportunités (del Brío et Cimadevilla, 2002). Des stratégies ont été proposées pour intégrer l'éco-conception dans le processus de conception appelé stratégie de cheval de Troie (ETHS) (Reyes et Millet, 2013). La plupart des entreprises, notamment les PME, aimeraient protéger l'environnement, mais les outils et méthodes de conception écologique ont au moins l'une des faiblesses suivantes: consommer trop de temps et de ressources (Reyes et Millet, 2013). D‘autres auteurs disposant d'outils et de méthodes d'éco-conception ont conclu que la plupart d'entre eux ne sont pas pratique à utiliser et ne sont pas adaptés dans de nombreux contextes industriels (Reyes et Millet, 2013). Il y a également de nombreux obstacles qui entravent l'intégration de la gestion de l'environnement au niveau externe (de faibles pressions sociales, le manque de renseignements sur les prestations, le manque d'implication des fournisseurs et transporteurs) et au niveau interne (le manque d'organisation interne, les contraintes économiques, le manque d'engagement de la société, les problèmes des outils associés). En définitive, le manque de ressources financières et humaines (del Brío et Cimadevilla, 2002) et le faible niveau des approches environnementales (Remmen, 2001) sont les problèmes les plus courants au sein des PME. La structure organisationnelle est généralement présentée comme un facteur représentatif de l'évolution de l'environnement des entreprises (del Brío et Cimadevilla, 2002). (DeeHoo, 1993) note l'opacité organisationnelle perpétuelle et la difficulté de définir de bonnes initiatives qui mobilisent les services de l'entreprise.
  4. 4. MANAGEMENT DE L'ENVIRONNEMENT ET DÉVELOPPEMENT DURABLE EN AFFAIRES. OPPORTUNITÉS ET DÉFIS 2015 4 Le but de cette étude est de proposer un modèle de gestion de l'environnement qui puisse englober tous ces obstacles en développant des politiques environnementales au sein des entreprises, tout en assurant la compétitivité économique. L'intention est de concevoir un modèle d‘entreprises compréhensibles, pratiques et de proximité qui puisse aider les entreprises à améliorer leurs performances environnementales et à se conformer aux objectifs et aux gestionnaires des stratégies de gestion. Des questions comme: quand et comment intégrer cette approche, qui devrait participer, produits et procédés qui devraient faire partie de l'étude, sont des questions qui seront abordées dans le but de faciliter le travail des entreprises engagées à cette fin. Raison pour résoudre le problème Le concept de développement durable est apparu dans la WCED, (Commission mondiale sur l'environnement et le développement) et a été définie comme « la satisfaction des besoins de base de l'ensemble de la population sans compromettre la capacité des générations futures » (Rapport Brundtland, 1987). Le CMDS (Sommet Mondial sur le Développement Durable) en 2002 a montré la reconnaissance croissante du concept par les gouvernements et les entreprises au niveau mondial. Lors du Sommet de Rio en 1992 dirigée par l'ONU, les 178 gouvernements participant ont approuvé plusieurs documents qui comprennent: « La Déclaration de Rio sur l'environnement et le développement », contenant 27 principes. Nous pouvons distinguer quatre principes intéressants pour notre sujet (Rizo et Navarro, 2002). • Principe 3 : Le droit au développement doit être exercé d'une manière qui assure l'avenir des générations présentes et futures. • Principe 4 : Pour parvenir au développement durable, protection de l'environnement constitue une partie importante du programme. • Principe 15 : L'absence de certitude scientifique absolue ne doit pas servir de prétexte pour remettre à plus tard l'adoption de mesures effectives visant à prévenir la dégradation de l'environnement. • Principe 16 : Envisager l'approche que le pollueur devrait, en principe, assumer le coût de la pollution. D'autre part, le degré de conformité avec le Protocole de Kyoto 1997 par les pays signataires est assez variable. L'effort principal a été fait de la part de l'Union européenne, qui en 2012 a réduit ses émissions de 14,2% par rapport à 8% demandées. Le pire est que certains pays en en développement ont été exclus, comme la Chine (le plus grand émetteur mondial de CO2) et l'Inde. Les Etats-Unis (36% des émissions en 1990) ont quant à eux refusés le protocole, ce qui implique aujourd‘hui un taux d‘émissions mondiales 40% supérieur qu'en 1990, avec la circonstance aggravante que la détérioration du climat est plus rapide que prévu.
  5. 5. MANAGEMENT DE L'ENVIRONNEMENT ET DÉVELOPPEMENT DURABLE EN AFFAIRES. OPPORTUNITÉS ET DÉFIS 2015 5 Environ 1400 millions de personnes vivent dans les zones rurales et les trois quarts d'entre eux dépendent de l'agriculture et des activités connectées pour répondre à leurs besoins de base. Ces personnes souffrent directement des conséquences du changement climatique. Les écosystèmes et la biodiversité qui les soutiennent sont de plus en plus dégradés (Rapport FIDA 2012). Voilà quelques années que le PIB en tant qu'indicateur de développement est remis en question. L'économiste lauréat du prix Nobel (Kuznets, 1934), l‘un des développeurs du concept) affirme que le PIB ne tenait pas compte de l'état de l'environnement et de la qualité de vie du pays analysé. L'indicateur composite IPR reflète le «degré de bien-être durable». Il a été développé dans les années 1990 et la Finlande fut la nation pionnière dans ce concept qui a été calculé pour la première fois en 2008. Il couvre les domaines sociaux, environnementaux et économiques tels que les coûts de la pollution de l'eau, la qualité de l'air et la couverture forestière. L‘EPI (Indice de Performance Environnemental, Environmental Performance Index) développé par les universités de Yale et Columbia, mesure la performance environnementale des politiques d‘un pays. Cela classe l'Espagne en 7ème place sur 178 pays. A priori cette position ne semble pas tout à fait crédible, surtout quand des pays comme la Finlande, le Danemark, la Norvège, la Suède et le Royaume-Uni apparaissent moins bien classés. L'explication est que l‘EPI évalue les tendances sur une période de 10 ans. Par exemple, l'Espagne à doublé ses émissions de CO2 dans l'atmosphère par rapport à la France (depuis le 27 á 178), ainsi l'indicateur nuit au pays en passant de 58 à 71, tandis qu'en Espagne, il était de 413 á 192.Les États-Unis se classent à la 33ème place tandis que la Chine occupe la position alarmante 118. D'autre part le Mexique occupe une position intermédiaire de 65 sur 178. « De notre point de vue, le EPI est un outil très utile pour évaluer le poids relatif des actions individuelles qui composent les politiques environnementales de l'indicateur des pays, mais ce n‘est rien de plus que quelque chose de purement indicative » (Rodríguez, 2014). En France et en Espagne les PME représentent 99,8% des entreprises. De l‘autre côté du monde, le Mexique possède 95% des entreprises. Il semble donc évident que les PME (petites et moyennes entreprises) sont le principal maintien à l‘économie mondiale. Si l'on ajoute l'intérêt de nombreuses administrations publiques, en particulier ceux de l'Union européenne, pour résoudre le problème de l'environnement causée par les PME, il semble essentiel de les aider à surmonter tous les obstacles (del Brío, González et Cimadevilla, 2002).
  6. 6. MANAGEMENT DE L'ENVIRONNEMENT ET DÉVELOPPEMENT DURABLE EN AFFAIRES. OPPORTUNITÉS ET DÉFIS 2015 6 La société a longtemps été considérée comme un modèle linéaire dans un système fermé comprenant elle-même et leurs fournisseurs. Mais aujourd'hui est représenté comme une cellule active ayant des relations avec leur environnement et divers agents (Kazazian, 2003). Des recherches antérieures ont grandement contribué à la compréhension des facteurs et l'environnement ambiant où les entreprises exercent leur activité économique. Ces modèles théoriques représentant l'interaction des entreprises avec leur environnement peuvent être compliquées lors de leur mise en œuvre. En outre, ces modèles peuvent varier considérablement en fonction de la taille et de la capacité des PME. Dans d'autres cas non pris en compte, l'impact indirect présentait des fournisseurs offrant des services et des produits à des entreprises. Compte tenu de l'important volume qu'ils représentent et l'examen des affaires comme la force la plus puissante pour traiter des questions environnementales qui préoccupent la société (Porter et Kramer, 2011), il semble essentiel de remettre en cause le modèle qui définit le mieux la situation. Les entreprises sont l'un des trois piliers de la société; les deux autres sont le gouvernement et la société civile (Wartick, Wood et Czinkota, 1998). Alors les changements qui se produisent dans les modèles d'affaires auront des conséquences économiques, environnementales et sociales (Labuschagne et Brent, 2005). Théorie Afin d'aider les entreprises, en 1990, l‘IISD (Institut International du Développement Durable) a suggéré la définition suivante: «Pour l'entreprise commerciale, le développement durable signifie l'adoption de stratégies et activités qui répondent aux besoins de l'entreprise et ses parties prenantes, tout en protégeant l'environnement et les ressources naturelles qui seront nécessaires à l'avenir » (Verry et Nicolas, 2005). Les modèles d'affaires durables sont des modèles qui sont largement en mesure de créer un avantage concurrentiel grâce à la valeur client et éventuellement contribuer au développement durable de l‘entreprise et de la société (Lüdeke-Freund, 2010). (Barney, 1991) soutient que l'avantage concurrentiel est possible si les ressources, les connaissances et l‘expérience acquises au fil du temps dans une entreprise sont précieuses, non remplaçables. Si des fonctionnalités telles que des compétences en gestion, les processus organisationnels sont conservés dans le temps, l'avantage concurrentiel est soutenable, et donc les ressources humaines durables tels que les connaissances et l'apprentissage, doivent être gérés correctement. Donc, les organisations devraient identifier, développer et protéger ces ressources et avoir la capacité d‘assurer la réalisation de l'avantage concurrentiel durable. (Ventura ,1996:83).
  7. 7. MANAGEMENT DE L'ENVIRONNEMENT ET DÉVELOPPEMENT DURABLE EN AFFAIRES. OPPORTUNITÉS ET DÉFIS 2015 7 La gestion environnementale est définie comme «les méthodes et les procédés utilisés dans les mécanismes de production, la conception des produits et de la distribution qui économisent l'énergie et des ressources naturelles, réduire les problèmes environnementaux causés par les activités humaines et la protection de l'environnement naturel» (Shrivastava, 1995). (Gherra, 2010) propose une classification des stratégies environnementales de la plus réactive, jusqu‘à la plus proactive. Les deux premiers sont fondés sur le respect ou non- conformité aux lois et règlements. Le troisième et quatrième niveau est construit sur les occasions d'affaires de la durabilité. Le dernier niveau de maturité se réfère seulement à quelques entreprises qui tiennent compte de la durabilité comme sa mission (Allais, Reyes et Lionel, 2013). • Stratégies Résistantes: La société est en conflit avec les lois relatives au développement durable. • Stratégie Conformiste: La société est en conformité avec les lois et règlements concernant l'environnement. • Stratégie Opportuniste: La société identifie les opportunités pour réduire les coûts par un examen sélectif des questions de durabilité. • Stratégies Intégrées: La société a intégré la durabilité dans son modèle d'affaires comme un avantage concurrentiel, compte tenu de la gestion de l'environnement: la logistique, les produits, la formation ... • Stratégies Novatrices: La société créé de la valeur pour toutes ses parties prenantes, innovations systémiques (écosystèmes industriels, remplacer des biens de la nature, la préparation des bilans, l'analyse du cycle de vie, les indicateurs environnementaux). La définition d'une structure organisationnelle implique des tâches de conception, la répartition des responsabilités et des canaux de communication, devenant ainsi un des moyens pour atteindre les objectifs (Barrio, Correa et Reche, 1998). Une bonne organisation des fonctions environnementales de la société doit s‘assurer des bonnes initiatives et surtout que le retour de l'expérience soient prises (North, 1992:104). Pour augmenter les performances des questions de durabilité, certaines littératures (Labuschagne et Brent 2005) notent que l‘aspect durable devrait être intégré dans tous les niveaux de sociétés (Chakravarthy, 1982), des décisions stratégiques prises par la haute direction jusqu'à l'ingénierie et la production (Hallstedt, 2008);(Reyes, Millet et Joan, 2007). La mesure de la performance d'un système industriel provient principalement de la question de coût, qualité et délai. Ce système de mesure est largement hors de propos pour gérer la stratégie environnementale (Reyes et Millet, 2013). Une bonne mesure de la performance globale devrait tenir compte de la quantité de résultats économiques, sociaux et environnementaux (Baret, 2006).
  8. 8. MANAGEMENT DE L'ENVIRONNEMENT ET DÉVELOPPEMENT DURABLE EN AFFAIRES. OPPORTUNITÉS ET DÉFIS 2015 8 Le rôle des gouvernements a un impact important. Les lois environnementales bien planifiées par les gouvernements peuvent déclencher l'innovation au sein des entreprises afin de réduire le coût total d'un produit ou d'augmenter sa valeur (Porter et Van der Linde 1995). Les exigences environnementales stimulent la créativité et peuvent conduire à de nouveaux matériaux, de nouvelles technologies, de nouveaux usages ... (Kazazian 2003). Dans de nombreux cas sans réglementations environnementales, ces innovations ne se produisent jamais (Porter et Van der Linde 1995). Connu est le cas en Finlande où le ministère de l'Environnement suit une stratégie de l'augmentation de la responsabilité environnementale dans la société. Les règles et limites qui dans de nombreux cas, sont plus strictes que celles appliquées dans l'UE sont fixés. Avec un PIB par habitant parmi les plus élevés dans le monde, la Finlande offre un niveau de vie élevé. La répartition des revenus est plus équitable avec un taux de chômage de seulement 8% en 2014. Mais les mesures gouvernementales mises à part, ce sont les habitants les grands prophètes du respect de la nature du pays, parce qu'ils considèrent l'environnement comme source de capitaux disponibles au niveau national. L'Institut de l'Environnement de la Finlande produit et recueille des données sur l'environnement, et offre une formation et des conseils aux entreprises et au public. (Porter et Van der Linde, 1995) insiste sur le fait que le respect des règles de protection de l'environnement améliore la performance environnementale et économique en mettant l'accent sur la performance de l'innovation environnementale. Le premier à voir la possibilité et à adopter des solutions innovantes sera celui qui obtiendra des avantages concurrentiels importants, sera en mesure de fournir un niveau plus élevé de compétitivité (Sánchez, Díaz, Bautista et Toledo, 2013). (Porter et Van der Linde, 1995) ajoute que la pollution est souvent associée à l'utilisation abusive des ressources, avec une faible efficacité des facteurs de production ou des pertes d'énergie. On peut comparer cela avec un développement récent dans le marché des voitures hybrides. La société Toyota continue depuis des décennies une politique d'innovation technologique par l'amélioration continue de ses produits, de la qualité en mettant l'accent, sur la technologie et le respect de l'environnement. Le modèle de voiture Toyota Prius (Prius en langue latine pour Pioneer) est le leader du marché dans les voitures hybrides et les ventes doublent chaque année. Si nous analysons le cas de Toyota, la société applique non seulement l'innovation pour leurs produits, mais a été en mesure d'apporter de l'innovation dans le système productif. La clé du succès est de trouver et supprimer, à tous les niveaux, toutes les formes de déchets, les surcharges et les irrégularités dans le processus de production. Elle couvre également le domaine des ressources humaines, qui vise à maximiser les compétences du personnel.
  9. 9. MANAGEMENT DE L'ENVIRONNEMENT ET DÉVELOPPEMENT DURABLE EN AFFAIRES. OPPORTUNITÉS ET DÉFIS 2015 9 Comme nous pouvons le voir, la différence en matière d'innovation par rapport à d'autres constructeurs automobiles est assez grande. Ainsi, la société créé et apporte de la valeur. En 1976, la société IBM a publié sa première politique environnementale. C‘était la première entreprise dans la technologie de l'information à créer un Centre de recherche d'économie d'énergie et obtenir la certification ISO 14001 industrie dans le monde entier. IBM a montré que la bonne gestion de l'environnement est aussi une opportunité qui contribue à améliorer la productivité et la compétitivité par rapport à d'autres fabricants d'ordinateurs. D. Emilio González consultant en environnement IBM affirme que dans les cinq dernières années, toutes les mesures qui ont été prises dans les économies d'énergie ont conduit à des économies de 260 millions de dollars. À première vue, une innovation n‘est rien de plus qu'une idée nouvelle qui réussit et offre des avantages concurrentiels qui, souvent involontairement modifie la volonté d'achat des clients. Cependant, une faiblesse de la définition de l'innovation de l'OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques) est qu´il ne distingue pas l‘innovation, de l´innovation environnemental (Rennings, 2000). Selon le Manuel d‘Oslo (2005) il existe trois types d'innovation: • Les innovations de procédé qui se réalisent lorsque la quantité donnée de la production (biens, services) peut être produite avec moins d'intrants. • Les innovations de produit exigent des améliorations de biens et de développement de nouveaux produits. • Les innovations organisationnelles y compris les nouvelles formes de gestion. Celles-ci, bien ciblées pourraient contribuer à l'amélioration des conditions environnementales. (Noci et Verganti, 1999) suggèrent qu‘une PME avec une forte capacité d'innovation pourrait développer une stratégie environnementale avancée avec succès, bien que les limitations technologiques soient souvent prises comme une excuse à première vue afin de limiter l'impact environnemental. Il est important de faire la distinction entre les «technologies additives» et «technologies intégrées» (Reverdy, 2005). Les technologies additives sont ajoutées aux technologies existantes sans modifier le fonctionnement (traitement des déchets, ce qui réduit les pertes d'énergie). Ces technologies présentent l'inconvénient que les coûts d'investissement doivent être ajoutés aux coûts de traitement des déchets et de promotion de transfert de la contamination.
  10. 10. MANAGEMENT DE L'ENVIRONNEMENT ET DÉVELOPPEMENT DURABLE EN AFFAIRES. OPPORTUNITÉS ET DÉFIS 2015 10 Les technologies intégrées internalisent les exigences environnementales dès le début, les déchets et la consommation d'énergie que les technologies traditionnelles impliquent. L'environnement s‘intègre ainsi dans une dynamique constante de l'innovation industrielle. Après tous ces articles, il est clair que l'innovation est un facteur clé à considérer au sein des entreprises. L'innovation doit être la pierre angulaire d'une entreprise durable. D'autre part les innovations impliquent souvent le développement de nouvelles collaborations qui s‘étendent au-delà du réseau de l'entreprise traditionnelle (Short, Bocken, Barlow et Cherto, 2014). La théorie de valeur partagée développée par (Porter et Kramer, 2011) est intéressante lors de la formation des partenariats entre les entreprises. Cette théorie implique la création de valeur d'une manière qui crée aussi de la valeur pour la société en s‘attaquant à ses besoins et défis. Elle repose notamment sur la conception des politiques et des pratiques opérationnelles qui améliorent la compétitivité de l'entreprise tout en contribuant à améliorer les conditions économiques et sociales dans les communautés où elle opère. Vous aurez besoin a priori d‘identifier les besoins et les maux de la société qui sont ou peuvent être associés avec les produits de l'entreprise (Porter et Kramer, 2011). Un exemple illustratif est la société Nesspreso dont la plupart des fournisseurs sont les agriculteurs dans les zones rurales pauvres d'Afrique et d'Amérique latine qui sont piégés dans un cycle de faible productivité, la mauvaise qualité et la dégradation environnementale. Nestlé a travaillé intensément avec les agriculteurs, fournissant des conseils sur les pratiques agricoles, la garantie de prêts bancaires et les intrants tels que les plantes, les pesticides et les engrais assureront. Le résultat a été d‘une plus grande qualité et la production par hectare, et les revenus plus élevés des agriculteurs et l'impact environnemental des exploitations agricoles a été réduit. Dans cet exemple, la collaboration entre les multinationales et les PME dans les pays en développement ont été appréciée. Des pratiques telles que le recyclage et la cogénération créent également une valeur partagée. Une entreprise avec une centrale de cogénération pourrait produire toute l'énergie thermique défenseuse alors que toute l‘électricité excédentaire est exportée vers la grille. Dans cet exemple, les avantages suivants pour l'entreprise sont identifiés: accroître la sécurité de l'approvisionnement, la réduction de la puissance de réserve et une utilisation plus efficace des moyens de production. En outre, l'État est bénéficiaire avec les économies d'énergie primaire, la réduction de la pollution et l‘économie de l'argent. La montée de délocalisation du territoire d‘affaires est un fait fréquent. On a accepté le mythe de l'emplacement n‘est pas de grande importance, en raison du faible coût de la logistique au niveau économique (Porter et Kramer, 2011). (Allais, Reyes et Lionel
  11. 11. MANAGEMENT DE L'ENVIRONNEMENT ET DÉVELOPPEMENT DURABLE EN AFFAIRES. OPPORTUNITÉS ET DÉFIS 2015 11 2013) dit que le territoire est un champ prometteur pour l'intégration des ressources terrestres dans les activités de la société et promotion des valeurs économiques. Cependant, l'information circule rapidement et aujourd'hui, les marchés sont mondiaux. (Porter et Kramer, 2011). Une collaboration avec des entreprises dans d'autres parties du monde peut être productive à condition que cela se fasse de façon responsable. Il s‘agit de se préoccuper des communautés où l'entreprise opère indépendamment de leur emplacement. Il faudra donc sensibiliser, et promouvoir les avantages de la collaboration avec d'autres membres de la chaîne de valeur (del Brío et Cimadevilla, 2002). Il manquerait encore d'évaluer quels seraient les moyens les plus durables de transport qui soutiendront le marché mondial. Dans le cas des petites entreprises, le changement de l'environnement doit correspondre au fait de faire de petits changements dans leurs processus internes pour atteindre une plus grande efficacité. Il n‘est pas exigé de faire des gros investissements ce qui leur permet d'être plus compétitif au lieu l'introduire des changements dans la conception des produits, la récupération et la certification des matériaux environnementale, pour contribuer à améliorer à la performance environnementale (Martínez et Matute, 2011). Certains auteurs considèrent la société comme une partie d'un écosystème où, plusieurs acteurs définissent leur rythme naturel. L'efficacité de cet écosystème réside dans la santé de leur métabolisme (Kazazian, 49:2003). La société devrait participer et contribuer au développement de ce système. Si nous jetons un œil à l'environnement de la nature le concept de « déchets » n‘existe pas vraiment, parce que tous les déchets sont transformés en matières premières pour répondre à une autre fonction vitale. En regardant l'exemple de certaines industries agroalimentaires, il s‘avère que le concept de «déchets» est éliminé par la conversion des flux de déchets existants en produits utiles et précieux à d'autres facteurs de production (Short, Bocken, Barlow et Cherto, 2014). L'échange de matériaux fournira un outil utile pour créer de la valeur à partir de déchets (Lambert, 2002); (Gibbs et Deutz, 2007). Dans le langage de l'économie on peut le traduire par: internaliser les externalités environnementales. Un autre aspect important est l'éducation sur les questions de pollution et de l'environnement. Alerter et sensibiliser les entreprises au sujet de la possible inefficacité dans l'utilisation des ressources et les domaines potentiels d'amélioration technologiques seront essentiels pour faire avancer (Porter et Van der Linde, 1995). Dans un projet du FIDA (Fonds international de développement agricole) développé dans la province de Guangxi (Chine) les installations de biogaz ont été construites pour canaliser les déchets agricoles et d'élevage pour le compostage et le convertir en gaz, en remplacement des poêles à bois traditionnels. Ce simple changement a contribué à réduire la pauvreté, à améliorer la santé des travailleurs et de réduire les émissions de méthane dans l'atmosphère (Rapport FIDA, 2012).. Il est évident qu‘il manque de l‘éducation et de la formation et que ces populations sont encore dépendantes des
  12. 12. MANAGEMENT DE L'ENVIRONNEMENT ET DÉVELOPPEMENT DURABLE EN AFFAIRES. OPPORTUNITÉS ET DÉFIS 2015 12 projets humanitaires qui investissent en fonction de leurs fonds. La résolution des problèmes sociaux a été transférée aux gouvernements et aux ONG (Porter et Kramer, 2011). Une formation de base des gouvernements et des institutions compétentes sur les questions d'environnement et de développement industriel pourrait être suffisante pour que ces petites entreprises p développent des méthodes alternatives par eux-mêmes et soient capables de lutter contre la pollution et les déchets économiques associés à elles. Des études récentes sur la base de la « théorie des skate-holders » montrent que la communauté est un agent réglementé informel (Sánchez, Cruz et Díaz, 2104) même pour les économies émergentes, en influençant dans l‘adoption les mesures environnementales. (Nishitani, 2009); (Donaldson et Preston, 1995) indiquent qu'il y a six types de parties prenantes dans les modèles durables: la société, les investisseurs et les actionnaires, les employés, les fournisseurs et les partenaires. Un article récent de l'Union pour l‘Biomarche Étique appelé Baromètre de la biodiversité 2012 a déclaré: «Les consommateurs approuvent les efforts de développement durable des entreprises» Cet article indique que les consommateurs qui ont une plus grande sensibilité à l'environnement sont prêts à payer plus pour des produits propres (Alfranca, 2009). Ensuite, l'entreprise doit gérer des actifs incorporels afin de sortir ainsi des avantages économiques. En bref, la série de normes ISO 14000 est un ensemble de procédures qui prévoient des règles et des lignes directrices pour développer un système de gestion de l'environnement (Bansal et Bogner, 2002) qui peut être traduit demain en avantages tangibles pour l‘environnement. Les normes ISO offrent aussi des avantages en termes de l'organisation de la société, (une meilleure communication entre les ministères, les incitations fiscales, etc. ) et surtout montre un signal aux skate-holders externes que l'entreprise mène un système de gestion de l'environnement, ce qui renforce l‘image de marque. (Bansal et Bogner, 2002). En fait, il a été observé que la norme ISO 14001 est progressivement devenue une condition pour faire des affaires (Chin et Pun, 1999), devenant une exigence des clients pour de nombreux fournisseurs européens (Schaarsmith, 2000). Certaines entreprises deviennent favorisées par une baisse du coût de financement des banques (Delmas, 2001). (Boiral, 2001), avertit du danger que la certification ISO 14001 est employé par les entreprises comme un simple outil de marketing ou simplement pour répondre aux pressions institutionnelles. Les normes ISO 14000 ne fournissent aux entreprises que les outils nécessaires pour systématiser et intégrer l‘environnement. Les outils d'évaluation environnementale représentent un point de passage obligatoire pour les entreprises pour réduire l'impact environnemental. Un des outils les plus prometteurs est l'analyse du cycle de vie (ISO 14040). Il a l'avantage d'aider à identifier
  13. 13. MANAGEMENT DE L'ENVIRONNEMENT ET DÉVELOPPEMENT DURABLE EN AFFAIRES. OPPORTUNITÉS ET DÉFIS 2015 13 les étapes où vous pouvez réduire l'énergie et l'utilisation des matériaux (Tibor et Feldman, 1996). La définition de la conception écologique inclut le principe de «penser en termes de cycle de vie ». Idéalement, il a été pris en charge par tous les acteurs du cycle de vie produit (Reyes et Millet, 2013). Le lancement d'une telle stratégie appelée stratégie de cheval de Troie pour l'environnement (ETHS) a servi à étendre la sensibilisation de l'environnement dans le processus de conception, de satisfaire l'environnement tout au long du cycle de vie (Reyes et Millet, 2013). Le concept de marketing a été défini par (Kotler, 1992) comme «une gestion de processus social pour répondre aux besoins et désirs des individus par le biais de l'échange de produits générateurs de valeur." Alors le marketing est d'abord un moyen de répondre aux besoins des consommateurs. Il y a quelques années, le marketing environnemental ou green marketing a évolué d‘une activité qui visait à répondre aux besoins spécifiques des marchés de niche, à être considérée comme une « philosophie de management » (Peattie, 2001). Ce changement est dû en partie à la réorientation de l'environnement des systèmes de production et commercial. Mais l'adoption de positionnement de l'environnement nécessite la mise en œuvre des changements tangibles dans les produits et les processus (Martínez et Matute, 2011). Pour (Ducker, 1995) il y a seulement deux fonctions de base « le marketing et l'innovation ». Modèle de recherche Pour proposer notre modèle de recherche, nous pouvons envisager d'autres exemples de recherches passées, afin de mieux comprendre la situation. Le Figure 1 est un modèle de l'influence des acteurs autour de l'éco-innovation: la technologie, la réglementation et le marché. En accord avec (Porter et van der Linde,1995) la politique environnementale est un facteur qui encourage l'innovation et les changements environnementaux au sein des entreprises. En outre, un soutien financier à des projets pilotes dans la phase de diffusion peut aider à améliorer les performances des éco-innovations (Rennings, 2000). L'innovation technologique est également entraînée par le développement technologique ou par des facteurs de demande du marché (Rennings, 2000).
  14. 14. MANAGEMENT DE L'ENVIRONNEMENT ET DÉVELOPPEMENT DURABLE EN AFFAIRES. OPPORTUNITÉS ET DÉFIS 2015 14 Fig 1. Déterminantes de l‘Eco-innovation (Rennings, 2000). La société en mutation sera attirée et verra nécessaire l'adoption de produits écologiques qui respectent l'environnement. Le Modèle 1 représente un système d'interaction globale qui prend en compte quatre agents: Gouvernement, Petites et moyennes entreprises, micro et petites entreprises et de la société. Dans le modèle, on trouve les zones dites d‘intersections, impliquant des liens où les acteurs peuvent entreprendre des missions conjointes qui collaborent de manière bien ciblée au développement durable. Il représente deux types de sociétés, qui opèrent sous deux pressions environnementales différentes. D'un côté, nous avons les grandes multinationales exposées à la pression et l'orientation de l'opinion publique internationale. De l'autre côté, nous avons les PME qui opèrent dans les pays oú les normes environnementales sont plus souples. Le Gouvernement et les Grandes Entreprises avec des ressources financières suffisantes, doivent travailler ensemble pour concevoir des lois sur l'environnement, et marcher vers la réalisation de l'innovation environnementale (Porter et van der Linde, 1995). Les lois environnementales ont déclenchées le célèbre marché des crédits de carbone. Elles génèrent des taxes imposées qui sont proportionnelles au niveau de pollution que chaque entreprise génère. Cet argent devrait être utilisé pour promouvoir les énergies
  15. 15. MANAGEMENT DE L'ENVIRONNEMENT ET DÉVELOPPEMENT DURABLE EN AFFAIRES. OPPORTUNITÉS ET DÉFIS 2015 15 renouvelables, nettoyer les espaces qui ont été contaminés et subventionner les petites entreprises pour améliorer leur performance environnementale. Le Gouvernement et les PME dans les pays en développement ont une double obligation: exiger des normes environnementales responsables de plus long terme et, fournir une formation qui sert à maintenir la compétitivité et réduire l'impact environnemental de l'activité économique de leurs entreprises. Les Grandes Entreprises et les PME peuvent conduire à une symbiose industrielle, ce qui peut grandement bénéficier pour l'échange de connaissances, les brevets, l'expérience, et d'autres ressources intangibles. Elles peuvent également bénéficier d‘une aide financière. Entreprise et société sont deux agents qui sont en contact continu et se nourrissent mutuellement. Identifier les besoins de la société, être capable de répondre à leurs demandes et de savoir comment créer de nouvelles demandes seront clés pour trouver un avantage concurrentiel durable. D'autre part, les petites entreprises peuvent renforcer l‘image corporative en attirant les parties prenantes.
  16. 16. MANAGEMENT DE L'ENVIRONNEMENT ET DÉVELOPPEMENT DURABLE EN AFFAIRES. OPPORTUNITÉS ET DÉFIS 2015 16 SOCIETE STRATEGIQUE TACTIQUE OPERATIONNEL ENTREPRENEURS ET TECHNICIENS TRAVAILLEURS GOUVERNEMENT GOUVERNEMENT SKATE- HOLDERS SOCIEDAD OPPORTUNITE POUR CREER DE LA VALEUR PARTAGEE NORMES ENVIRONNEMENTALES BIEN CONÇUES, QUI STIMULENT L’INNOVATION DETECTER LES SOUHAITS ENVIRONNEMENTAUX ET ENGAGER LA SOCIETE Exigence Environnemental LEGISLATION ENGAGEE AVEC L’ENVIRONNEMENT, ET FORMATION DE METHODES ENVIRONNEMENTALES AVANTAGE CONCURRENTIEL VALEUR POUR LA SOCIETE DROIT DE L’ENVIRONNEMENT INNOVATION DROIT DE L’ENVIRONNEMENT MÓDELE 1 SYSTÉME GLOBAL Moyennes et Grandes Entreprises Micro Entreprises et Petites Entreprises ATTIRER LES PARTIES PRENANTES
  17. 17. MANAGEMENT DE L'ENVIRONNEMENT ET DÉVELOPPEMENT DURABLE EN AFFAIRES. OPPORTUNITÉS ET DÉFIS 2015 17 Le Modèle 1.1 représente les niveaux (stratégique, tactique et opérationnel) à travers lesquels les grandes et moyennes entreprises sont en mesure de planifier, d'organiser, de diriger et de contrôler la gestion environnementale. A l‘extérieur de l'entreprise, le gouvernement a mis en place les lois environnementales régissant l'activité économique des entreprises. Ces lois influenceront les stratégies à prendre à l'avenir et auront une grande importance sur l'organisation de l‘entreprise. Le Haut Commandement est responsable de choisir la stratégie pour guider l'entreprise à atteindre ses objectifs à long terme. Il doit être capable d'analyser la situation de l'organisation, et d'organiser la coordination de l'ensemble de la structure organisationnelle. On doit exiger qu‘aujourd'hui ces stratégies répondent à des critères opportunistes, intégrés, ou des stratégies novatrices, en évoluant avec le temps et en atteignant un bon niveau de compétitivité (Porter et van der Linde, 1995). Le cas des audits externes serait une bonne méthode d'évaluation pour évaluer le niveau de maturité (Allais, Reyes et Lionel, 2013) des entreprises. Le choix ou non d'un département de l'Environnement, dépend en grande partie de la situation de chaque entreprise. Par ailleurs, il peut être dangereux de se concentrer sur l'environnement comme unique mission de ce département. Au Niveau Tactique, tous les efforts visant à améliorer les performances environnementales sont collectées. Ceux-ci devraient être compatibles avec le plan stratégique et contribuer à son accomplissement. Dans la plupart des cas, le niveau intermédiaire sera responsable de mener les gens à la réalisation des actions convenues et de vérifier la conformité avec le plan. Il s‘agit de modéliser le comportement des ressources humaines pour s‘aligner avec les objectifs de l'organisation. Tout d‘abord, il sera nécessaire d'avoir une bonne gestion du retour de la connaissance qui peut être manipulé dans l'entreprise afin de réaliser une bonne performance et que cette expérience ne soit pas perdue avec le passage du temps et créer un avantage concurrentiel (Barney, 1991). Au sein de l'entreprise, on identifie les aires où l‘on peut réduire l'impact environnemental de l'activité économique de l'entreprise, de l'énergie consommée dans les bureaux, de la bonne utilisation des terres, et de la mobilité des ouvriers. Les aires ne sont pas directement lié aux produits proposés par l'entreprise, mais elles réduisent la pollution et, ceci est une étape préliminaire qui aide à comprendre la philosophie de l'entreprise. Les normes ISO de l'environnement peuvent aider lorsqu‘il faut développer un système de gestion de l'environnement (Bansal et Bogner, 2002) et fournir les outils nécessaires à une gestion systématique de l'environnement. Il ne devrait pas être une question commerciale de les réaliser, mais elles fournissent certainement un signal aux skate- holders dont elles renforcent l'image de l'entreprise et peuvent devenir une exigence des clients afin d'accéder aux marchés (Schaarsmith, 2000).
  18. 18. MANAGEMENT DE L'ENVIRONNEMENT ET DÉVELOPPEMENT DURABLE EN AFFAIRES. OPPORTUNITÉS ET DÉFIS 2015 18 Les entreprises qui ont un département de R&D devraient concentrer une partie de leurs efforts à trouver des alternatives environnementales. Sur la base de la proposition, (Jaffe et Palmer, 1997) nous pouvons calculer le ratio des dépenses totales de R & D et les coûts de réduction de l'impact environnemental. On peut également ajouter aux dépenses pour la R&D, les tâches de marketing associées, et les activités à des fins environnementales. On peut ainsi voir dans quelle mesure une entreprise rentabilise les investissements réalisés pour réduire l'impact environnemental. Cet indicateur sera appelé : Eco-rentabilité. Le résultat est un coefficient qui indique la quantité de kg de CO2 évitée par euro investi. Eco-rent = Il est bien connu que les consommateurs exigent de plus en plus de produits qui ont été produit dans le cadre de projets environnementaux. L'entreprise doit être en mesure d'intégrer la variable environnementale avec les variables classiques de prix, produit, promotion et distribution. Les tâches de marketing devraient détecter des segments de verts de marché en pensant au degré de différenciation que peut obtenir l´entreprise. Ainsi, les lois des gouvernements forceront le changement d'habitudes nocives pour l'environnement. On peut ainsi développer efficacement le moyen de parvenir à des innovations environnementales qui ajoutent de la valeur à la société. Le Niveau Opérationnel est considéré comme le niveau où sont effectuées et vérifie les actions en-cours conformément à un plan. L'expérience sera un atout de la société qui doit être partagé pour augmenter les performances (Nord, 1992:104). Ce dernier niveau est en contact permanent avec les produits fournis par la société, et c‘est là où nous pouvons vraiment détecter les inefficacités ou gaspillages de ressources. Des outils tels que l'analyse du cycle de vie évaluent l'impact environnemental de la production d'un bien ou un service. Ce seront, les employés eux-mêmes qui proposeront des améliorations de la productivité par l'intégration de la durabilité à tous les niveaux. Les efforts des entreprises dépendent en partie de la société pour être utile. La société modifie en dernier lieu la performance environnementale des actifs acquis selon l'utilisation qui leur ait donné. La société participe également à une démocratie dans laquelle elle équilibre les besoins collectifs à travers les gouvernements, qui sont responsables de légiférer des lois environnementales. Comme indiqué ci-dessus, une bonne mesure de la performance globale d'une entreprise durable doit tenir compte de la quantité des résultats économiques, sociaux et environnementaux (Baret, 2006). Pour évaluer avec efficacité ce système, on propose un modèle de « comptabilité durable » expliqué dans la Figure 2, qui tient compte de la comptabilité environnementale, économique et sociale. Pour calculer la comptabilité
  19. 19. MANAGEMENT DE L'ENVIRONNEMENT ET DÉVELOPPEMENT DURABLE EN AFFAIRES. OPPORTUNITÉS ET DÉFIS 2015 19 Fig 2. La comptabilité durable et ses composants (Riot, 2013). environnementale totale, nous localisons avec succès les aires où un impact environnemental (boîtes rouges) se produit. D'abord on observe une charge environnementale associée à la performance environnementale liée à l'activité économique de l'entreprise (l'énergie, la terre, transport personnel..). Ensuite il faudra évaluer l'impact environnemental associé aux produits ou services offerts par la société. L'un des outils les plus présents d‘entreprises pour effectuer cette tâche est l'analyse du cycle de vie (ISO 14040). Cet outil est désigné pour l'utilisation volontaire et l'avantage est qu`il évalue les impacts tout au long du cycle de vie complet d'un produit à partir des ressources consommées et des émissions CO2 équivalents. Enfin, l'impact environnemental total dépend sur une petite partie de la société modifiant la charge environnementale en dernière recours. L'évaluation de la performance économique consiste à évaluer les avantages, les coûts et la productivité des facteurs. Enfin, une bonne approche de la performance sociale serait donnée par l'image de l‘entreprise et le bien-être social. Ainsi l'impact environnemental et les coûts seront réduits, en atteignant une meilleure production, qui à son tour constituerait un avantage concurrentiel et la valeur client.
  20. 20. MANAGEMENT DE L'ENVIRONNEMENT ET DÉVELOPPEMENT DURABLE EN AFFAIRES. OPPORTUNITÉS ET DÉFIS 2015 20 Environnementale ISO 14020 L’étiquetage environnemental ISO 14001 Le système de management environnemental ISO 14040 L’analyse du cycle de vie ISO 14069 La quantification des gaz à effet de serre ISO 14063 La communication environnementale IDENTIFIER LES AIRES DE L’ENTREPRISE OÚ ON PEUT REDUIRE L’IMPACT ENVIRONNEMENTAL ASSOCIE Á L’ACTIVITE ÉCONOMIQUE : ENERGIE ,TERRAIN ,DECHETS, TRANSPORT . INNOVATION ENVIRONNEMENTALE Design de produits Diseño de MARKETING Prix , Produit ,Promotion et Distribution PRODUITS ET SERVICES SOCIETE DROIT DE L’ENVIRONNEMENT STRATEGIE Résistante Conformiste Opportuniste Intégrée Innovatrice DETECTER DES INEFFICACITES ET PROPOSER DES AMELIORATIONS RETOUR DE L’EXPERIENCE FORMATION ET RETOUR DE LA CONNAISSANCE R&D Technologie AUDIT MODÉLE 1.1 Moyennes et Grandes Entreprises REDUCTION DE L´IMPACT ENVIRONNEMENTALE Économique η Social RESSOURCES INTANGIBLES ET VALEUR POUR LA SOCIÉTÉ REDUCTION DE COUTS ET PRODUCTIVITE MAJEURE
  21. 21. MANAGEMENT DE L'ENVIRONNEMENT ET DÉVELOPPEMENT DURABLE EN AFFAIRES. OPPORTUNITÉS ET DÉFIS 2015 21 Le Modèle 1.2 représente une approximation de la structure actuelle des micros et petites entreprises. Dans un premier temps, ces organisations commercialisent un seul produit et elles ont une seule ligne de production, elles ont donc besoin d'une structure simple (Chandler, 1962). Ces entreprises ont également tendance à opérer dans le secteur primaire. En fait, la législation environnementale établit certaines limites qui tendent à être assez insuffisantes et où la conscience sociale est plutôt faible. L'Etat devrait changer de cap et sera responsable de la collecte de données environnementales, et de conseiller les entreprises à atteindre une meilleure performance. Vous pouvez également offrir des incitations fiscales et des subventions aux entreprises qui seront en mesure de maintenir la collaboration avec l'environnement. Les entrepreneurs et les techniciens apprécient chaque occasion pour réduire l'impact environnemental, et organiser les tâches qui en aident l‘amélioration. L'introduction de changements dans la conception des produits, l'utilisation de systèmes de recyclage et de récupération des matériaux, et la certification environnementale sont des changements qui ne nécessitent pas de gros investissements et qui peuvent aider à améliorer la performance environnementale (Martinez et Matute, 2011). Les groupes d'intérêts (la société, les investisseurs et partenaires) (Donaldson et Preston, 1995) seront attirés, en arrivant a être un agent plus régulateur (Sanchez, Cruz et Diaz, 2104). Aujourd'hui, les clients veulent s‘assurer que vos achats sont conformes aux normes de qualité environnementale. Ainsi les entreprises évitent les inconvénients tangibles tels que des amendes ou des sanctions administratives, et obtiennent des avantages intangibles comme l'amélioration de la perception de leur environnement par les clients.
  22. 22. MANAGEMENT DE L'ENVIRONNEMENT ET DÉVELOPPEMENT DURABLE EN AFFAIRES. OPPORTUNITÉS ET DÉFIS 2015 22 ENTREPRENEURS ET TECHNICIENS TRAVAILLEURS DROIT DE L’ENVIRONNEMENT EVALUER ET SOUTENIR LES OPPORTUNITES QUI REDUISENT L´IMPACT ENVIRONNEMENTALE SUBVENTIONS ET INCITATIONS FISCALES POUR REDUIRE LA POLLUTION COLLECTER DE DONNEES ET CONSEILLER POUR DES MÉTHODES ENVIRONNEMENTALES DETECTER DES INEFFICACITES ET PROPOSER DES AMELIORATIONS DANS LES PRODUITS ET PROCESSUS PRISE DE CONSCIENCE DES NORMES ORGANISER LES TACHES DESIGN DE PRODUITS, RECUPERATION DES MATERIAUX, CONTROLE DES EMISSIONS MODÉLE 1.2 Micro Entreprises Et Petites Entreprises Skate-Holders Consommateurs, Actionnaires, Partenaires.
  23. 23. MANAGEMENT DE L'ENVIRONNEMENT ET DÉVELOPPEMENT DURABLE EN AFFAIRES. OPPORTUNITÉS ET DÉFIS 2015 23 STRATEGIQUE TACTIQUE OPERATIONNEL ENTREPRENEURS ET TECHNICIENS TRAVAILLEURS pullpull La Théorie de la valeur partagée, développée par (Porter et Kramer, 2011) est utile lorsqu´il faut englober les liens entre une entreprise et ses entreprises connexes de même secteur. Les réunions peuvent permettre de former éventuellement un système ecoindustriel (Kazazian 2003) qui améliore sensiblement l'environnement et la protection sociale. Dans le Modèle 1.3 on propose un schéma pour marquer les lignes directrices de la collaboration entre les organisations. Tout d´abord, les grandes entreprises multinationales opérant dans plusieurs pays simultanément peuvent investir dans l'identification des besoins et des maux de ses fournisseurs. Il est supposé que les grandes entreprises disposent de ressources financières suffisantes leur permettant de réaliser des investissements à des fins sociales. Les petites entreprises qui n‘ont pas d'autofinancement peuvent être opérationnellement conseillées pour d'autres entreprises afin de réaliser des méthodes de développement durable qui permettent la réalisation de la compétitivité adéquate. Les mêmes entreprises peuvent créer un écosystème industriel avec d'autres entreprises, en échangeant non seulement des biens tangibles (Short, Bocken, Barlow et Cherto, 2014), mais également un large éventail de connaissances et brevets qui collaborent à l‘apprentissage. En Espagne, sont connus, par exemple, les avantages fiscaux accordés par les entreprises d'Etat qui partagent les brevets. L'échange de matériaux comme les déchets et autres immobilisations corporelles peuvent être une symbiose industrielle en fermant un cycle qui permet de minimiser les déchets. C‘est ce qu'on appelle : internaliser les externalités environnementales. Échange des actifs tangibles ou intangibles L’identification des besoins et des maux Productivité Qualité Image Internaliser les externalités environnementales Fournisseurs et petites entreprises Skate-Holders Skate-Holders Conseils des politiques et pratiques opérationnelles Moyennes et Grandes Entreprises Moyennes et Grandes Entreprises Revenus MODÉLE 1.3 Interaction entre Entreprises
  24. 24. MANAGEMENT DE L'ENVIRONNEMENT ET DÉVELOPPEMENT DURABLE EN AFFAIRES. OPPORTUNITÉS ET DÉFIS 2015 24 Recommandation pour les chercheurs Dans des recherches futures un certain nombre de facteurs qui peuvent être utiles seront collectées. Dans tous les modèles, l'Etat apparaît comme un facteur clé. Les gouvernements devraient être les moteurs de l'action, et être en mesure de changer la mentalité de la frénésie de la société. Après quelques recherches, ils devraient se concentrer sur la façon dont les gouvernements élaborent des politiques environnementales et ce qui les conduit à les faire. Les projets ou les plans qui seront proposés aux entrepreneurs doivent être attractifs et clairs en évitant la possibilité qu'ils soient considérés comme des synonymes de complications ou de perte de compétitivité. Il est commode de pouvoir identifier les domaines où la gestion de l'environnement peut avoir plus d'effet. L'exemple japonais de l'industrie automobile qui favorise l'amélioration continue et la production sans déchets (Lean manufacturing), ou les politiques environnementales de l'Allemagne, de la Finlande sont de bons exemples de développement durable. Il serait intéressant de trouver des liens possibles entre les multinationales, les PME et les fournisseurs afin de permettre une collaboration conjointe dans l'amélioration de la performance environnementale. Le cas de micros entreprises qui opèrent dans les pays ayant de faibles législations environnementales et des méthodes et outils inconnus, requièrent une attention particulière des gouvernements et des entreprises qui partagent les affaires. Il sera essentiel de soutenir une gestion de l'environnement autonome et responsable dans ces pays. Conclusions Les pressions internationales qui insistent sur la réduction de l'impact environnemental de l'activité économique, sont le cadre idéal pour un changement de cap dans la stratégie de l'entreprise. Le processus ne peut espérer être instantané, mais des changements importants dans la façon de mener à bien les activités marquent la philosophie de l'entreprise, en attirant actionnaires, partenaires et consommateurs. Les entreprises doivent être en mesure d'identifier les domaines où elles peuvent contribuer à réduire l'impact environnemental, en utilisant des outils impliqués à tous les niveaux. Les ingénieurs de produits et de procédés sont responsables des produits de l'avenir, en utilisant l‘innovation pour atteindre les buts environnementaux. Il n‘est pas facile de trouver un modèle global applicable à toutes les entreprises. Chaque société a une structure et une taille différente. Il faut une approche qui permet de connaître leur modus operandi pour créer un système de gestion de l'environnement climatisé aux circonstances.
  25. 25. MANAGEMENT DE L'ENVIRONNEMENT ET DÉVELOPPEMENT DURABLE EN AFFAIRES. OPPORTUNITÉS ET DÉFIS 2015 25 L'analyse du cycle de vie peut devenir dans un futur proche une autre demande européenne des produits vendus, comme cela a été fait pour la certification de la performance énergétique des bâtiments. De cette façon, les consommateurs pourraient connaître les effets environnementaux négatifs associés aux produits et de choisir les plus adaptés à leurs souhaits. Exiger des fournisseurs des produits écologiques, recyclables et durables créé une nouvelle demande dont l'offre finira par arriver. Il semble logique qu´au fur et à mesure de la croissance démographique, on doit continuer à innover pour rester en ligne avec l'environnement et assurer la satisfaction du monde entier et des générations futures. De cette crise, peut générer la nouvelle organisation du XXI siècle. Références Alfranca, O. (2009). Regulación ambiental e innovación. Revista económica de Castilla-La Mancha, (15), 9-31. Allais, R., Tatiana, R., & Lionel, R. (2013). Exploratory study of the inclusion of territorial resources in design process.Proceedings of the 19th International Conference on Engineering Design (ICED13), Design for Harmonies, 21(1) 19-22. Bansal, P., &Bogner, W. C. (2002). Deciding on ISO 14001:economics, institutions, and context. Long Range Planning, 35(3), 269-290. Barney, J. (1991). Firm resources and sustained competitive advantage. Journal of management, 17(1), 99-120. Barrio, M. E. S., Correa, J. A. A., &Reche, F. M. (1998). Estrategia, estructura organizativa y desempeño ambiental: repercusiones del ajuste. Investigaciones europeas de dirección y economía de la empresa. 4(3), 41-56. Boiral, O. (2001) ISO 14001: d‘une exigence commerciale aux paradoxes de l‘intégration. Actes de la Xème Conférence de l’AIMS, Québec. 4-5 http://www.strategie-aims.com/Normandie04/sessions/Boiral%20_1_.pdf . Buclet, N. (2011). Écologie industrielle et territoriale: stratégies locales pour un développement durable. Presses Univ. Septentrion. (1) 13-12. Carlos Rodríguez (2014).EPI. http://www.emberizamedioambiente.es/blog/noticia/20#.VM4_pdKG_5M Chakravarthy, B. S. (1982). Adaptation: A promising metaphor for strategic management. Academy of Management Review, 7(1), 35-44. del Brío González, J. A., & Cimadevilla, B. J. (2002). Gestión medioambiental en la PYME: Consideraciones para las políticas públicas.(1,) 93-10.
  26. 26. MANAGEMENT DE L'ENVIRONNEMENT ET DÉVELOPPEMENT DURABLE EN AFFAIRES. OPPORTUNITÉS ET DÉFIS 2015 26 Delmas, M. (2001). Stakeholders and competitive advantage: the case of ISO 14001. Production and Operations Management, 10(3), 343-358. Dieleman H., De HooS (1993)., ―Toward Pollution Prevention and Cleaner Production‖, in Fischer . 8-9. Donaldson, T., & Preston, L. E. (1995). The stakeholder theory of the corporation: Concepts, evidence, and implications. Academy of management Review, 20(1), 65- 91. Drucker, P. F. (1995). People and performance: The best of Peter Drucker on management. Routledge. 10-11. Fraj, E., Martínez, E., & Matute, J. (2011). Green marketing strategy and the firm's performance: the moderating role of environmental culture. Journal of Strategic Marketing, 19(4), 339-355. Gherra, S., 2010, Stratégies de développement durable, Combiner les parties prenantes et les ressources et compétences de l'entreprise, Revue française de gestion, (204), 141-153. Gibbs, D., & Deutz, P. (2007). Reflections on implementing industrial ecology through eco-industrial park development. Journal of Cleaner Production, 15(17), 1683-1695. González, A. G. (2007). Estructura organizativa de la empresa española ante el reto medioambiental. El comportamiento de la empresa ante entornos dinámicos: XIX Congreso anual y XV Congreso Hispano Francés de AEDEM 1(1) 31. González, Emilio. Consultor en Medio Ambiente IBM http://rua.ua.es/dspace/bitstream/10045/19846/22/pr%C3%A1cticatema2.pdf Hallstedt, S. (2008) A Foundation for Sustainable Product Development. Blekinge Institut of Technology, ISBN 978-91-7295-136-5. 110-111. Hart, S. L. (1997). Beyond greening: strategies for a sustainable world. Harvard business review, 75(1), 66-77. Fondo Internacional de Desarrollo Agrícola (FIDA) (2012). Gestión del medio ambiente y los recursos naturales. http://www.ifad.org/climate/policy/enrm_s.pdf Informe Brundtland (1987). TheWorldSummitonSustainableDevelopment.SustainableDevelopmentRetrievedon6 - nesburgsummit.org/html/whats_new/featurestory39.htm Kotler, P. (1992). Marketing's new paradigms: What's really happening out there. Planning Review, 20(5), 50-52. Kuznets, S. (1934).In Gross Capital Formation, NBER 1919-1933 (1-20).
  27. 27. MANAGEMENT DE L'ENVIRONNEMENT ET DÉVELOPPEMENT DURABLE EN AFFAIRES. OPPORTUNITÉS ET DÉFIS 2015 27 Labuschagne, C., & Brent, A. C. (2005). Sustainable project life cycle management: the need to integrate life cycles in the manufacturing sector. International Journal of Project Management, 23(2), 159-168. Lambert, Y. (2002). Religion: l'Europe à un tournant. Futuribles, (277), 129-159. London, T & Hart, S. L. (2004). Reinventing strategies for emerging markets: beyond the transnational model. Journal of international business studies,35(5), 350-370. Lüdeke-Freund, F. (2010, October). Towards a conceptual framework of business models for sustainability. In Proceedings of the Knowledge Collaboration & Learning for Sustainable Innovation, Conference, Delft, October. Harvard Business ReviewPress.5(3) 25-29. Mohan-Neill, S. I. (1995). The influence of firm's age and size on its environmental scanning activities. Journal of Small Business Management, 33(4), 10. Nishitani, K. (2009). An empirical study of the initial adoption of ISO 14001 in Japanese manufacturing firms. Ecological Economics, 68(3), 669-679. Noci, G., & Verganti, R. (1999). Managing ‗green‘ product innovation in small firms. R&d Management, 29(1), 3-15. North, K. (1992): Environmental business management: An introduction, Intemational Labour Organisation, Ginebra.50-51. Patricia Soledad Sánchez Medina, Maricela Cruz Bautista, & René Díaz Pichardo (2104). Stakeholder influence on the implementation of environmental management practices in the tourism service industry. Presented in the 5th International Research Meeting In Business and Management Nice, France, 7 – 8. Peattie, K. (2001). Towards sustainability: the third age of green marketing. The Marketing Review, 2(2), 129-146. Porter, M. E., & Van der Linde, C. (1995b). Green and competitive: Ending the stalemate. Harvard Business Review, September– October, 120–134. Porter, M., & Kramer, M. (2011). La creación de valor compartido. Harvard Business Review, 89(1), 32-49. Pun, K. F., Chin, K. S., & Lau, H. (1999). A self-assessed quality management system based on integration of MBNQA/ISO 9000/ISO 14000. International Journal of Quality & Reliability Management, 16(6), 606-629. Remmen, A. (2001). Greening of Danish industry-Changes in concepts and policies. Technology Analysis & Strategic Management, 13(1), 53-69. Rennings, K. (2000). Redefining innovation—eco-innovation research and the contribution from ecological economics. Ecological economics, 32(2), 319-332. Reverdy Thomas (2005) Management environnemental et dynamique d'apprentissage. Revue française de gestion. 158(5) 187-205.
  28. 28. MANAGEMENT DE L'ENVIRONNEMENT ET DÉVELOPPEMENT DURABLE EN AFFAIRES. OPPORTUNITÉS ET DÉFIS 2015 28 Reyes, T., & Millet, D. (2013). An exploratory study for the long–term integration of ecodesign in SMEs: the environmental Trojan horse strategy. Progress in Industrial Ecology, an International Journal, 8(1), 67-91. Reyes, T., Millet, D. and Joan, M. (2007) . Development of ecodesign integration trajectories: two surveys and LCA case of study with a power distribution product‘, 13th International. Conference on Engineering Design .(7), 28–31. Riot, J. (2013). Le management de l'environnement à travers ses instruments: De la diffusion d'outils à la construction de dynamiques d'action collective pour l'innovation environnementale (Doctoral dissertation, Ecole Nationale Supérieure des Mines de Paris (85) 37-38. https://pastel.archives-ouvertes.fr/pastel-01022741 Rizo, S. C., & Navarro, T. G. (2002).Eco-diseño: ingeniería del ciclo de vida para el desarrollo de productos sostenibles. Ed. Univ. Politéc. Valencia (1). 25-26. Sánchez-Medina, P. S., Díaz-Pichardo, R., Bautista-Cruz, A., & Toledo-López, A. (2013). Environmental Compliance and Economic and Environmental Performance: Evidence from Handicrafts Small Businesses in Mexico. Journal of Business Ethics, 1-13. Schaarsmith,J. (2000): ISO 14001 Lowers Environmental Risks, Business Insurance (34), 12. Short, S. W., Bocken, N. M., Barlow, C. Y., & Chertow, M. R. (2014). From Refining Sugar to Growing Tomatoes. Journal of Industrial Ecology, 18(5), 603- 618. Shrivastava, P. (1995). Industrial environmental crises and corporate social responsibility. The Journal of Socio-Economics, 24(1), 211-227. Thieme, M. (2007). Changes in the style, production and distribution of pottery in Santa Maria Atzompa, Oaxaca, Mexico during the 1990s. Museum Anthropology, 30(2), 125–140. Thierry Kazazian (2003).Il y aura l'âge des choses légères. Design et développement durable. Victoire Editions (65).20-28. Tibor, T., & Feldman, I. (1996). ISO 14000: a guide to the new environmental management standards. Irwin Professional Publication.(1) 3-4. Ventura, J. (1996): Análisis dinámico de la estrategia empresarial: Un ensayo Interdisciplinar, Universidad de Oviedo.(1) 12-3. Verry, D., & Nicolas, J. P. (2005). Indicateurs de mobilité durable: de l'état de l'art à la définition des indicateurs dans le projet Simbad. Rapport intermédiaire 2. Wartick, S. L., Wood, D. J., & Czinkota, M. R. (1998). International business and society. Blackwell Business.13-17. Zhang, F., Rio, M., Allais, R., Zwolinski, P., Carrillo, T. R., Roucoules, L.& Buclet, N. (2013). Toward an systemic navigation framework to integrate sustainable development in to the company. Journal of cleaner production, 54, 199-214.

×