Guia de Utilização de Material Absorvente

388 vues

Publié le

uma fase de limpeza inicial para cima, para recuperar a maior parte do óleo encalhado, no sentido de remover a parte mais móvel e acessível da mancha. O objetivo é minimizar o impacto do óleo no litoral e evitar a sua propagação ao longo da costa

Publié dans : Environnement
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
388
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
4
Actions
Partages
0
Téléchargements
3
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Guia de Utilização de Material Absorvente

  1. 1. guide opérationnel appliqués aux pollutions accidentelles appliquée aux pollutions accidentelles Utilisation des produits absorbants Utilisation des produits absorbants
  2. 2. Photo de couverture : Feuilles et boudin absorbants dans une jalle Source Cedre Uti des pro absor
  3. 3. guide opérationnel 3 Ce guide a été réalisé avec le soutien financier de la Direction des Affaires Maritimes, de Total et de la Marine nationale. Il remplace le guide publié sur ce thème par le Cedre en 1991. Rédacteurs : François Xavier Merlin & Pascale Le Guerroué Utilisation des produits absorbants appliquée aux pollutions accidentelles Les informations contenues dans ce guide sont issues d’un tra- vail de synthèse et de l’expérience du Cedre. Celui-ci ne pourra être tenu responsable des conséquences de leur utilisation. édition : avril 2009 Dépôt légal à parution Achevé d'imprimer sur les presses de Cloître Imprimeurs, 29800 Saint Thonan ilisation roduits rbants
  4. 4. Utilisation des produits absorbants Guide opérationnel 4 Objet et structure du guide La diffusion sous forme de guides opérationnels de résultats d’études, de travaux expérimentaux et de retours d’expérience d’accidents constitue une composante importante des activités du Cedre, soulignée par son comité stratégique. Cette publication dédiée aux absorbants est une mise à jour du guide « Manuel pratique d’utilisation des produits absorbants flot- tants » de 1991. Il a paru nécessaire à nos spécialistes comme à nos partenaires opé- rationnels de le réactualiser à la lumière de l’évolution des pratiques et des connaissances, en structurant l’information dans une démar- che opérationnelle (voir schéma ci-dessous). Ce guide s’adresse aux personnes qui peuvent être amenées à utiliser des produits absorbants dans le cadre d’opérations de lutte contre les pollutions accidentelles par hydrocarbures ou produits chimiques. Le contenu de ce guide reste très pratique. Il ren- seigne sur les types, les spécifications, les parti- cularités, les réglementations, les techniques de mise en œuvre et d’élimination des absorbants ainsi que les précautions d’usage. Préparation Plan d’intervention A Évaluation de la situation B InterventionsC Retours d’expériences D Schéma opérationnel
  5. 5. Utilisation des produits absorbants Guide opérationnel 5 Sommaire A B C D Objet et structure du guide 4 A PRÉPARATION - PLAN D’INTERVENTION 6 A.1 - Pourquoi utilise-t-on les absorbants ? 7 A.2 - Comment agissent les absorbants ? 8 A.3 - Quels sont les types d’absorbants ? 10 A.4 - Réglementation 15 A.5 - Dimensionnement et gestion des stocks 18 B éVALUATION DE LA SITUATION 19 B.1 - Quand et où peut-on utiliser les absorbants ? 20 B.2 - Critères de sélection 21 C INTERVENTIONS 25 C.1 - Choix de l’absorbant pour pollution sur terre ferme 26 C.2 - Choix de l’absorbant pour pollution flottante sur l’eau 27 C.3 - Comment mettre en œuvre les absorbants en vrac (type A) ? 28 C.4 - Comment mettre en œuvre les absorbants en feuilles et rouleaux (types B et C) ? 31 C.5 - Comment mettre en œuvre les absorbants en coussins et barrages (types D et E) ? 32 C.6 - Comment mettre en œuvre les absorbants en écheveaux (type F) ? 33 C.7 - Exemples de mise en œuvre 34 C.8 - Comment mettre en œuvre les absorbants de fortune ? 36 C.9 - Quelles quantités d’absorbants employer ? 38 C.10 - Quelles précautions d’emploi respecter? 39 C.11 - Que faire des absorbants souillés ? 40 D RETOURs D’EXPÉRIENCEs 42 D.1 - Pollution de l’Erika 43 D.2 - Pollution du Prestige 44 D.3 - Pollution du Rokia Delmas 45 D.4 - Pollution d’Ambès 46 E Complément d’information 47 E.1 - Glossaire 48 E.2 - Adresses Internet utiles 50 E.3 - Bibliographie 51 Annexe : autres réglementations et normes à l’étranger 52 E
  6. 6. Utilisation des produits absorbants Guide opérationnel 6 A Préparation Plan d’intervention  Pourquoi utilise-t-on les absorbants ? A1  Comment agissent les absorbants ? A2  Quels sont les types d’absorbants ? A3  Réglementation A4  Dimensionnement et gestion des stocks A5
  7. 7. Utilisation des produits absorbants Guide opérationnel 7 A1 Pourquoi utilise-t-on les absorbants ? Les absorbants sont utilisés pour : limiter l’expansion d’un déversement de pol-• luant ; fixer un polluant par imprégnation pour facili-• ter sa récupération sur des pollutions de faible ampleur ; récupérer le polluant dans les effluents issus• d’opération de nettoyage ; filtrer le polluant contenu dans une masse• d’eau que l’on ne peut pas récupérer (canaux, rivières, prises d’eau et effluents de lavage). Les absorbants sont des produits solides capables de piéger des polluants liquides. En terme de gestion de déchets : il est plus difficile d’éliminer un mélange d’absorbants souillés que du polluant pur. Voir C11. Feuilles et barrages absorbants utilisés pour limiter l’expansion et récupérer le polluant ©Cedre
  8. 8. Utilisation des produits absorbants Guide opérationnel 8 A2 Comment agissent les absorbants ? La fixation du polluant sur l’absorbant se fait selon deux processus : l’adsorption : rétention du polluant à la sur-• face de l’absorbant ; l’absorption : rétention du polluant dans• l’absorbant lui-même. Par ailleurs, étant donné qu’il constitue un obsta- cle à l’écoulement du polluant, il représente un moyen de confinement supplémentaire. Ce guide n’évoque simplement que l’absorption sans différencier ces 2 processus. Mis en contact avec le polluant, l’absorbant s’en imprègne comme une éponge. Par la suite, le mélange « absorbant + polluant » est récupéré. Si l’absorbant est loin d’être saturé en pol- luant, le polluant a toutes les chances d’être fixé de façon définitive. Si l’absorbant est saturé en polluant (ou prêt de l’être), le polluant risque de ne pas être fixé dans sa totalité. Une partie peut être relarguée sous l’effet d’une contrainte : pression, torsion, ruissellement d’eau... Si le polluant est un produit fluide (ex. : gazole raffiné léger), l’imprégnation est rapide (quel- ques secondes à quelques minutes) mais la rétention du polluant est moindre (risque de relargage). Si le polluant est un produit visqueux (ex. : fioul lourd), le polluant ne se fixe qu’en surface par effet de collage et non par effet d’imprégnation. Ce phénomène a pour conséquence de limiter très largement la capacité de rétention des dif- férents types d’absorbants. À titre d’exemple, les barrages absorbants ne seront saturés qu’en surface et utilisés alors essentiellement comme moyen de confinement. À l’inverse, les produits en vrac auront un rendement supérieur du fait de leur surface de contact importante avec le polluant. Une agitation faible ou un brassage de l’absorbant avec le polluant améliorent le contact, ce qui peut être particulièrement inté- ressant en présence d’un polluant visqueux. Rouleaux absorbants déployés sur la plage ©Cedre
  9. 9. Utilisation des produits absorbants Guide opérationnel 9 Principe de l’absorption Hydrocarbure déposé sur un support : imprégna- tion, puis récupération à l’aide d’un racloir Hydrocarbure flottant sur l’eau : imprégnation, puis récupération à l’aide d’un filet Photos©Cedre 1 - Répartition de l’absorbant sur le polluant 2 - Imprégnation 3 - Récupération 1 - Répartition de l’absorbant sur le polluant 2 - Imprégnation 3 - Récupération
  10. 10. Utilisation des produits absorbants Guide opérationnel 10 A3 Quels sont les types d’absorbants ? Selon leur matière constitutive Trois classes de produits se distinguent : les produits d’• origine minérale (ex. : perlite expansée, laine de verre...) ; les produits d’• origines animale ou végétale éventuellement fossilisés (ex. : tourbe, cellu- lose...) ; les produits• synthétiques et les polymères organiques (ex. : polypropylène, polyurétha- ne...). Selon leur sélectivité (hydrophobie - hydrophilie) Dans le domaine des pollutions à terre et sur eau, il existe principalement deux types de pro- duits absorbants applicables aux polluants liqui- des : les• absorbants hydrophobes flottants (dits encore flottants) sont destinés à la récupé- ration de polluants apolaires (non miscibles à l’eau, notamment les hydrocarbures). Ces absorbants sont légers et flottants. Ils peuvent être employés sur plans d’eau ou bien sur le sol. Ces absorbants peuvent être hydrophobes par nature (ex. : polypropylène) ou avoir reçu un traitement pour l’être. Ne jamais associer un absorbant hydrophobe avec un agent tensioactif (dispersant, déter- gent...) sous peine de lui voir perdre son hydrophobie, c’est-à-dire d’absorber égale- ment l’eau ou tout liquide polaire. ©Cedre Récupération sur l’eau d’absorbants flottants en vrac (type A) souillés d’hydrocarbures ©Cedre ©Cedre©Cedre
  11. 11. Utilisation des produits absorbants Guide opérationnel 11 les produits• absorbants tous liquides sont destinés à la récupération des produits polai- res (eau, produits solubles dans l’eau) et apo- laires (non miscibles à l’eau). Ces absorbants s’imprègnent d’eau et ne flottent pas néces- sairement (densité variable). Ils ne s’emploient que sur le sol (surface dure). ©Cedre Récupération de polluant sur le sol à l’aide d’un coussin absorbant (type D) ©Cedre Absorbant tous liquides d’origine végétale - bois ignifugé - ©Cedre Absorbant tous liquides d’origine végétale fossilisée - carbonate de calcium et de magnésium -
  12. 12. Utilisation des produits absorbants Guide opérationnel 12 Vrac (type A) Produits sans forme propre composés de particules sans lien entre elles. Il s’agit de poudres ou de fibres courtes, d’origine minérale (matériaux traités : perlite expan- sée, vermiculite...), végétale (matériaux traités ou non : sciure de bois, tourbe...) ou synthétique (polymères : polyuréthane, polypropylène, polystyrène, époxy...). Feuilles (type B) Produits souples de faible épaisseur (infé- rieure ou égale à 3 cm) dont les longueurs et largeurs, bien qu’inférieures au mètre, sont très supérieures à l’épaisseur (rapport d’au moins 10 entre la largeur et l’épais- seur et entre la longueur et l’épaisseur) et qui sont suffisamment résistants pour être manipulés tels quels (ex. : feutres, feuilles de polypropylène). Rouleaux (type C) Produits qui peuvent atteindre plusieurs dizaines de mètres de longueur. Ils sont le plus souvent constitués de fibres non tis- sées (feutrées). Particularité : ils peuvent être renforcées par une corde (filin). Selon leur forme Photos © Cedre
  13. 13. Utilisation des produits absorbants Guide opérationnel 13 Coussins - Chaussettes (type D) Produits souples où le matériau absorbant est conte- nu dans une enveloppe perméable suffisamment résistante pour être manipulée telle quelle. La lon- gueur et la largeur de cette enveloppe sont très supé- rieures à l’épaisseur et ne dépassent pas le mètre. Barrages - Boudins (type E) Produits en vrac dont le matériau absorbant est contenu dans un sac très perméable aux hydrocar- bures. Leur longueur est très supérieure aux autres dimensions et dépasse un mètre. Particularité : certains modèles, destinés à être utilisés sur plan d’eau, sont dotés d’une « jupe », bande sou- ple lestée, qui améliore leurs performances à contenir un polluant flottant. Ces produits allient ainsi les pro- priétés des barrages « physiques » (confinement) et des barrages absorbants (piégeage, absorption). Écheveaux - Pelotes (type F) Ce sont des assemblages de matériaux filiformes, for- mant une structure légère et très ouverte, adaptée au piégeage des hydrocarbures visqueux. Ex. pom pom. Produits spéciaux (type G) Produit n’appartenant pas aux catégories A à F énumérées ci-dessus. Ex. : bloc de produit absor- bant à mettre sous des machines pour récupérer les égouttures… Photos © Cedre
  14. 14. Utilisation des produits absorbants Guide opérationnel 14 Autres types Absorbants coulants Il existe des absorbants de densité supérieure à celle de l’eau. Utilisés sur plan d’eau pour traiter des pollutions flottantes, ces absorbants agis- sent comme des produits ou agents coulants en fixant le polluant avant de couler. Cette techni- que n’est pas recommandée car elle revient sim- plement à transférer la pollution de la surface au fond de l’eau. D’une façon générale, il est préfé- rable d’éviter l’utilisation des produits absorbants lourds sur des pollutions flottantes. À l’inverse, sur des pollutions à terre, ces pro- duits peuvent être utilisés comme les absorbants flottants et absorbants tous liquides. Absorbants à usage routier Ces types de produits sont prévus pour être utili- sés dans le cadre du nettoyage des voies routiè- res souillées lors d’un accident. Ces produits sont d’abord sélectionnés sur des critères de sécurité et notamment choisis pour permettre aux véhicules de conserver une adhé- rence satisfaisante lorsqu’ils roulent sur les surfa- ces traitées. Ces produits sont souvent des absor- bants de densité élevée comme les absorbants coulants cités plus haut (ex. : poudre minérale). Absorbants biodégradants Certains produits sont présentés par leurs fabri- cants comme capables de piéger le polluant et d’en assurer (ou d’en accélérer) la biodégrada- tion. Ces produits agissent en augmentant la biodisponibilité du polluant (ex. : augmentation de la surface), et/ou en apportant des éléments nutritifs (ex. : azote, phosphore...) et/ou des groupements bactériens. L’efficacité de ces produits en tant que biodégra- dant n’est pas démontrée et mérite d’être testée avant usage. Films d’hivernage Les films d’hivernage en polypropylène qui, à l’origine servent à protéger les plantations du froid, peuvent être utilisés comme absorbants. De faibles grammages (de l’ordre de 30 g/m2 ) et de grandes dimensions (jusqu’à 100 m), ils sont appropriés pour retenir, sur de grandes surfaces, les effluents de lavages chargés en particules d’hydrocarbures. Géotextiles Certains géotextiles en polypropylène de gram- mages variables (ex. : de 90 à 375 g/m2 ), dont l’une des particularités est de laisser passer l’eau, peuvent être également utilisés en tant qu’absor- bant sur sols humides (ex. : vasières) ou en aide à la récupération des effluents sur les chantiers de nettoyage. Moins onéreux que les absorbants en rouleaux (type C), ils peuvent être utilisés sur de grandes surfaces (protection d’enrochement, création de fosses de rétention, cheminement de protection...). Filets à civelle Initialement destinés à la pêche à la civelle, ces filets en polyéthylène (plastique), vendus par lon- gueur de 100 m, se placent sur l’estran par sec- tions de 5 à 10 mètres afin de piéger, au gré des marées, les hydrocarbures présents dans l’eau de mer. Absorbants de fortune Les absorbants de fortune sont le résultat d’un assemblage réalisé avec les moyens disponi- bles sur place dans le but de piéger/absorber un polluant. Ces dispositifs sont généralement constitués de végétaux fibreux disponibles loca- lement. Le conditionnement s’effectue à l’aide d’une chaussette de fortune (ex. : grillage, sac à patates, filet) pour constituer un barrage absor- bant ou un dispositif filtrant. L’utilisation peut également se faire en vrac comme aide à la récu- pération (voir C8).
  15. 15. Utilisation des produits absorbants Guide opérationnel 15 Réglementation A4Classification et étiquetage NF T90-362 - Produits de lutte contre la pollution des eaux et des sols - Classification des produits absorbants - Août 1998. Les absorbants se répartissent en deux caté- gories (hydrophobes ou tous liquides) et en sept classes de formes différentes (voir A3), en conformité avec les normes américaines ASTM. En situation réelle de dépollution sur site, cet éti- quetage est la seule indication qui permet de dif- férencier les absorbants flottants des absorbants tous liquides. NF T90-363 - Produits de lutte contre la pollution des eaux et des sols - Étiquetage des produits absorbants - Août 1998. Cette norme définit les caractéristiques et les mentions qui doivent être portées sur les éti- quettes d’emballage des produits absorbants commercialisés.  Le Cedre diffuse sur son site Internet, www.cedre.fr, rubrique « Lutte/Produits de lutte », des listes de produits qu’il a testés et qui présentent certaines performances en matière d’absorption et, pour les absorbants flottants, également en matière d’hydrophobie et de rétention. Sur ces listes figurent également quelques informations supplémentaires : indication du fournisseur du produit, nature et aspect de la matière constitutive du produit. En France, 4 normes techniques ont été éditées par l’Afnor. Elles constituent la référence dans les domaines de classification, d’étiquetage et de mesures de performances des absorbants. Étiquetage des absorbants tous liquides ©Cedre ©Cedre Étiquetage des absorbants flottants
  16. 16. Utilisation des produits absorbants Guide opérationnel 16 Test d’absorption pour les absorbants hydrophobes NF T90-360 Cette procédure de test permet de mesurer la capacité de rétention à saturation (Cr sat.) d’un produit absorbant hydrophobe sur des hydrocar- bures de faible viscosité (10 ou 50 cSt). ©Cedre Test d’absorption pour les absorbants tous liquides NF T90-361 Cette procédure de test permet de mesurer les capacités d’absorption en hydrocarbures (10 ou 50 cSt) et en eau d’un absorbant tous liquides. ©Cedre Performances d’absorption Les mesures de performance d’absorption per- mettent de mesurer les capacités de rétention, de comparer les produits et de réaliser une sélec- tion des plus performants. NF T90-360 - Essais des eaux - Détermination du pouvoir absorbant - Capacité de rétention en huile - Septembre 1997. Détermination des propriétés de rétention à saturation, vis-à-vis des hydrocarbures, des pro- duits absorbants exclusivement flottants. NF T90-361 - Essais des eaux - Détermination du pouvoir absorbant tous liquides - Septembre 1997. Détermination des propriétés de rétention à saturation, vis-à-vis de l’eau et des hydrocarbu- res, des produits absorbants tous liquides et/ou des absorbants utilisables sur le sol.
  17. 17. Utilisation des produits absorbants Guide opérationnel 17 Absorbants à usage routier Les absorbants à usage routier font l’objet de réglementations et de méthodes d’évaluation particulières [NF P98-190 - Matériels et produits d’entretien routier - Produits absorbants destinés à un usage routier - Spécifications, Février 2002] dans lesquelles l’aspect sécurité, notamment l’adhérence des véhicules, prime sur les aspects de performances d’absorption. Cette norme spécifie le référentiel à prendre en compte pour ces produits : pouvoir absorbant sur l’eau (exigen-• ce > 66 %) ; pouvoir absorbant sur les hydrocarbures (exi-• gence 100 %) ; taux d’émission de poussières (exigen-• ce < 10 %) ; adhérence du revêtement après traitement• (exigence ≥ 90 % de la valeur initiale avant dépollution) ; signature chimique des absorbants (obliga-• toire) ; étiquetage scientifique (obligatoire).• Le label NF Environnement L’Afnor a étendu le Label NF Environnement aux « Absorbants tous liquides utilisables sur sols » (NF 336 – Décembre 2001). Cependant, dans le cadre des pollutions acci- dentelles en milieu naturel ouvert, ce label n’est pas pertinent car il ne cible pas les produits les plus adaptés à ce type de situation. En effet, le label NF Environnement est décerné sur des critères environnementaux tels que la nature du produit, qui doit être naturelle, recy- clable et ne pas générer de déchets et ce, sans prendre en compte des contraintes sévères pour les performances et la vitesse d’absorption de ces produits. Dans un contexte de pollution accidentelle en milieu ouvert, ce sont ces derniers critères de performance qui doivent primer, car il s’agit avant tout de piéger une majorité de polluant le plus vite possible avant qu’il ne se diffuse, s’étale et pénètre dans le sol... ©Cedre Utilisation d’absorbant routier
  18. 18. Utilisation des produits absorbants Guide opérationnel 18 A5 Dimensionnement et gestion des stocks Les absorbants sont des produits a priori stables qui n’ont généralement pas de date de péremp- tion. Toutefois, il convient de les conserver à l’abri d’une humidité excessive pour éviter qu’ils ne se chargent en eau et de ce fait, deviennent moins efficaces pour absorber le polluant lors de leur emploi. Cette précaution est d’autant plus importante si le produit concerné n’est pas ou peu hydrophobe. Pour pouvoir répondre aux situations d’ur- gence, il est nécessaire de constituer à l’avan- ce des stocks. Ceux-ci doivent être définis en fonction des types d’accidents auxquels il faut s’apprêter à faire face (études de scénarios). Les types de produits à choisir, les quantités à approvisionner, leur conditionnement, leur loca- lisation, dépendent du type de polluant consi- déré, de l’importance et de la fréquence des interventions, des moyens de mise en œuvre disponibles (application, mise en place, récupé- ration...) et des filières d’élimination possibles des produits souillés après usage. En outre, l’expérience du Cedre montre que les absorbants utilisés à plusieurs reprises pour des exercices antipollution perdent une partie de leur efficacité (veiller à ne pas utiliser tout le stock lors d’exercices). Enfin, une attention particulière doit être portée sur la protection contre les dégradations par les rongeurs. ©Cedre Conditionnement d’absorbants du stock Polmar du Havre
  19. 19. Utilisation des produits absorbants Guide opérationnel 19 Évaluation de la situation  Quand et où peut-on utiliser les absorbants ? B1  Critères de sélection B2 B En situation accidentelle, les absorbants peuvent être utilisés sur des déversements de polluant de faible à moyenne ampleur sur le sol, sur des plans d’eau, sur des cours d’eau ou en zone côtière. Ils sont également souvent utilisés en appoint sur des chantiers de nettoyage pour récupérer les effluents de lavage.
  20. 20. Utilisation des produits absorbants Guide opérationnel 20 B1 Quand et où peut-on utiliser les absorbants ? Les absorbants sont utilisés comme produits d’aide à la récupération, dans le cas de pollu- tions d’ampleur limitée sur l’eau ou sur terre, ou comme matériaux filtrants. Principaux usages des absorbants : confinement et récupération statiques et• dynamiques par déploiement rapide en zones littorale, portuaire, estuarienne et fluviale ; confinement d’une nappe en association avec• un barrage classique (pour amélioration de l’étanchéité) ; protection de toutes zones difficiles à nettoyer• (enrochement, roselière, mangrove…) ; fixation ou récupération d’un polluant flottant• sur un étang ou en eaux stagnantes ; application rapide sur une pollution à la sur-• face du sol afin d’empêcher, ou du moins limi- ter, la pénétration du polluant ; fixation de fuites en aval d’un chantier de• récupération ; fixation d’effluents issus d’un chantier de net-• toyage de rochers, structures, berges ; fixation par filtration des polluants en sus-• pension dans la colonne d’eau (prises d’eau, rivière) ; nettoyage ou décontamination des personnels• et des équipements des chantiers de nettoya- ge ; matérialisation et protection des zones de cir-• culation. Chacun de ces usages nécessitera l’utilisation d’un ou de plusieurs types d’absorbants (voir C1 et C2). ©Cedre Écheveaux utilisés pour fixer les hydrocarbures conte- nus dans les effluents d’un chantier de nettoyage Barrages absorbants ©Cedre
  21. 21. Utilisation des produits absorbants Guide opérationnel 21 B2 Critères de sélection Capacité de rétention en poids C’est la quantité de polluant que peut fixer une quantité donnée d’absorbant. Cette valeur doit être déterminée de manière rigoureuse, à l’aide d’une méthode de labora- toire, en conditions contrôlées et sur un hydro- carbure référencé (Normes NTF T90-360 et NTF T90-361 utilisées en France) (voir A4). Prix théorique du litre de polluant traité Pour chaque produit, il est possible de détermi- ner le prix théorique du litre de polluant traité (critère d’efficacité pour comparer les absorbants entre eux) en combinant la capacité de rétention en poids avec le prix de l’absorbant : Capacité de rétention en volume Pour chaque produit, il est recommandé de convertir en volume la capacité de rétention en poids en tenant compte de la densité apparente de l’absorbant. Cette capacité de rétention en volume peut se calculer en combinant la capacité de rétention en poids avec les masses volumiques (densités) de l’absorbant et de l’hydrocarbure : Compte tenu de l’imprécision qui réside sur la densité apparente, cette valeur n’est pas rigou- reuse, mais elle permet d’estimer le volume d’absorbant qu’il faut manipuler pour traiter une quantité donnée de polluant et ainsi prévoir les implications logistiques liées à l’utilisation d’un absorbant donné. Par exemple : si pour récupérer 1 m3 d’hydro- carbure, 3 m3 d’absorbants sont nécessaires, il faudra adapter la logistique d’intervention pour épandre, récupérer et stocker les 3 m3 d’absor- bant projetés. Cette évaluation doit être faite en prenant en compte la densité apparente de l’absorbant dans son conditionnement (ex. : en sac). Un bon produit doit présenter une capacité mini- mum d’absorption en poids (polluant/absorbant) de 5 concernant les types A, B et C et de 10 s’agissant des types D et E. Convertie en volume, la rétention est d’au moins 0,5 (généralement entre 0,5 et 1). Certains absorbants comprimés, du fait de leur conditionnement, peuvent pré- senter des valeurs supérieures à 1. Hydrophobie des absorbants flottants Les absorbants flottants (hydrophobes) sont uti- lisables sur les polluants apolaires (non miscibles à l’eau, notamment les hydrocarbures). Ils doi- vent être hydrophobes pour être utilisés en pré- sence d’eau (ex. : traitement de nappes d’huile sur plan d’eau) et pour pouvoir être stockés en ambiance humide. L’absorption d’eau diminue, voire supprime les capacités de rétention d’un absorbant hydrophobe vis-à-vis d’un polluant hui- leux. Afin d’éviter cela, ces produits doivent être, soit hydrophobes par nature (ex. : fibre en poly- propylène), soit traités pour l’être (traitement de surface par paraffines, silicones...). Prix absorbant (€/kg) x masse volumique polluant * (kg/l) Capacité de rétention en poids de l’absorbant (kg/kg) * Prendre 0,9 comme valeur moyenne Capacité de rétention en poids de l’absorbant (kg/kg) x masse volumique absorbant (kg/l) masse volumique polluant * (kg/l)
  22. 22. Utilisation des produits absorbants Guide opérationnel 22 Les produits non hydrophobes (absorbants « tous liquides ») ne peuvent être utilisés qu’à terre (ex. : pour piéger l’hydrocarbure sous un appareillage ou bloquer le ruissellement d’un polluant polaire ou apolaire). Granulométrie des absorbants en vrac Pour les absorbants en vrac (type A), la texture et la granulométrie peuvent être des critères importants quant à leur mise en œuvre aussi bien pour appliquer le produit que pour le récu- pérer après imprégnation. Un produit trop fin peut produire des poussières pouvant entraîner une gêne respiratoire pour les opérateurs et obliger le port de masque respira- toire de protection (masque coque/groin, mas- que antipoussière) (voir C10). De plus, la granu- lométrie doit être en rapport avec le maillage ou la géométrie des moyens de récupération (épui- settes, aspirateurs…) que l’on prévoit d’utiliser pour récupérer le produit après imprégnation. Un produit en vrac fibreux, dont les fibres s’ac- crochent facilement les unes aux autres pour former des mottes, peut s’avérer difficile à pro- jeter ou à étaler sur le polluant et, à l’inverse, se révéler plus facile à récupérer qu’un produit présentant un comportement « fluide ». Résistance et dimensionnement des absorbants conditionnés Pour les absorbants conditionnés (types B, C, D, E), la résistance du produit sec, ou imprégné de polluant, doit être suffisante pour pouvoir récu- pérer le produit sans qu’il ne se déchire. Les dimensions et la résistance des produits doi- vent être compatibles avec l’utilisation que l’on prévoit : la taille des feuilles et des petits coussins doit• permettre une récupération facile selon le mode choisi, leur résistance doit également être suffisante (ex. : pour pouvoir être récupé- rés après imprégnation) ; la longueur et la résistance d’un rouleau• absorbant sont importantes pour une utilisa- tion en travers d’un cours d’eau. Dans ce cas, la présence d’une corde (filin, ralingue) le long du rouleau pour le renforcer et le fixer à cha- que extrémité peut être très utile. Absorbant en vrac ©Cedre Rouleau absorbant équipé d’un filin (ou ralingue) ©Cedre Coussin absorbant ©Cedre
  23. 23. Utilisation des produits absorbants Guide opérationnel 23 Nature de l’absorbant La nature du produit doit être compatible avec l’usage envisagé. Un minimum d’informations est à recueillir : estimer, en cas d’utilisation sur pollution chimi-• que, la compatibilité entre l’absorbant et le(s) polluant(s) envisagé(s) ; prévoir les possibilités d’• élimination du pro- duit et leurs conséquences (ex. : en cas d’in- cinération, se préoccuper du type de fumées résultant de la combustion du produit absor- bant lui-même). Emballage Le conditionnement, l’empaquetage, l’emballa- ge (volume, résistance, durabilité...) doivent être appropriés à l’usage présumé de l’absorbant et aux conditions de stockage. Cas des produits en vrac (type A) Pour les produits livrés en sac, il est important de considérer : la dimension et la résistance des emballages• pour faciliter les opérations de manutention lors de l’utilisation ; le type d’emballage : pour éviter tout tasse-• ment et écrasement des produits sous forme de mousse qui engendreraient une diminution des performances d’absorption du produit (emballages rigides exigés). ©Cedre Barrage absorbant, absorbant en rouleau, feuilles, vrac et barrage à jupe lestée Projection d’absorbant en vrac sur plan d’eau (Dimensionnement des volumes d’absorbant) ©Cedre
  24. 24. Utilisation des produits absorbants Guide opérationnel 24 Opérateurs confinant du fioul à l’aide de barrages absorbants vers le récupérateur ©Cedre
  25. 25. Utilisation des produits absorbants Guide opérationnel 25 Interventions  Choix de l’absorbant pour pollution sur terre ferme C1  Choix de l’absorbant pour pollution flottante sur l’eau C2  Comment mettre en œuvre les absorbants en vrac (type A) ? C3  Comment mettre en œuvre les absorbants en feuilles et rouleaux (types B et C) ? C4  Comment mettre en œuvre les absorbants en coussins et barrages (types D et E) ? C5  Comment mettre en œuvre les absorbants en écheveaux (type F) ? C6  Exemples de mise en œuvre C7  Comment mettre en œuvre les absorbants de fortune ? C8  Quelles quantités d’absorbants employer ? C9  Quelles précautions d’emploi respecter? C10  Que faire des absorbants souillés ? C11 C
  26. 26. Utilisation des produits absorbants Guide opérationnel 26 C1 Choix de l’absorbant pour pollution sur terre ferme En l’absence d’eau, il n’est pas nécessaire que les produits soient hydrophobes ou flottants. Les absorbants tous liquides peuvent être utilisés. Polluant fluide (produit raffiné léger, pétrole brut léger, produit chimique...) Polluant visqueux (fioul lourd froid, brut émulsionné vieilli...) 1 Fuite sur un appareil Disposer sous la fuite des coussins (D) ou des feuilles (B), éventuellement des rouleaux (C) ou un barrage (E) autour de l’appareil. Utiliser du vrac (A) ou des feuilles (B), voire des rouleaux (C). 2 Ruissellement sur le sol Selon la largeur, barrer le ruissellement avec des barrages (E) ou des coussins (D). Épandre du vrac (A) ou des feuilles (B) en amont pour réduire l’imprégnation dans le sol. Selon la largeur, barrer le ruissellement avec des barrages (E) ou des coussins (D). Épandre du vrac (A) ou des écheveaux (F) en amont du barrage (malaxer pour favoriser l’im- prégnation). 3 Flaque Épandre du vrac (A) sur la flaque et racler après imprégnation, ou appliquer des feuilles (B) ou rouleaux (C). Épandre du vrac (A) sur la flaque, malaxer et racler ou essuyer à l’aide d’écheveaux (F). 4 Accumulations dans des anfractuosités Éponger le polluant à l’aide de feuilles (B) ou de coussins (D). Récupérer le polluant à l’aide d’écheveaux (F).
  27. 27. Utilisation des produits absorbants Guide opérationnel 27 C2 Choix de l’absorbant pour pollution flottante sur l’eau Hydrocarbure fluide (produit raffiné léger, pétrole brut léger...) Hydrocarbure visqueux (fioul lourd froid, brut émulsionné vieilli...) 1 En eau libre sans courant Protection / confinement : - Barrage absorbant flottant classique ou bar- rage absorbant (E)*, à défaut rouleaux absor- bants (C) renforcés par une corde. Récupération : - Feuilles (B), coussins (D) et vrac (A). Protection / confinement : - Barrage absorbant flottant classique ou bar rage absorbant (E)*. Récupération : - Écheveaux (F), vrac (A). 2 En eau libre avec courant Protection : - Rivage à surface régulière : Barrage absorbant (E)*, Feuilles (B) ou cous- sins (D). - Rive à surface irrégulière : Barrage absorbant (E)* ou rouleau (C). Confinement / déviation / récupération : - Courant faible (< 0,2 m/s) et quantités de polluant limitées : rouleaux absorbants (C) renforcés par une corde tendue en travers du courant. - Au-delà, sur plan d’eau large : barrage flot- tant classique ou barrage absorbant (E)*, ou à défaut, rouleaux absorbants (C) renforcés par une corde. Travailler en déviation vers un site abrité ou se laisser porter par le courant pour procéder à la récupération comme en 1 (ci-dessus). Protection : - Barrage absorbant (E)* ou rouleau (C), voire écheveaux (F) si courant faible. Confinement / déviation / récupération : - Barrage flottant classique ou barrage absorbant (E)* ou, à défaut, écheveaux (F) fixés sur corde. Travailler en déviation vers un site abrité ou se laisser porter par le courant pour procéder à la récupération comme en 1 (ci-dessus). Dans ce cas, il s’agit de polluants apolaires non miscibles avec l’eau, le plus souvent d’hydrocar- bures. * équipé d’une jupe lestée
  28. 28. Utilisation des produits absorbants Guide opérationnel 28 Comment mettre en œuvre les absorbants en vrac (type A) ? C3 d > 30 mm - produit très grossier Projection difficile, voire impossible, avec les systèmes existants• Récupération possible avec des filets (ex. : chalut) impossible avec les moyens de pompage• usuels hormis, éventuellement, la tonne à vide 10 mm < d < 30 mm - produit grossier Projection possible avec un projecteur à air (sous réserve d’une densité < 0,4)• Récupération possible avec des filets (ex. : chalut) et avec les systèmes de pompage à vide• de dimensions moyennes 5 mm < d < 10 mm - produit moyen Projection possible avec les matériels usuels (sous réserve d’une densité < 0,4)• Récupération possible avec les filets (ex. : chalut) et compatible avec la plupart des maté-• riels de pompage ne comportant pas de clapet 1 mm < d < 5 mm - produit fin Projection possible avec les matériels usuels• Récupération impossible avec les filets de grande taille (ex. : chalut) mais possible à l’aide• d’épuisettes de maillage plus fin ou des moyens de pompage usuels d < 1 mm - poussières Projection délicate, surtout en cas de vent• Récupération uniquement par pompage• Mise en œuvre des absorbants type A (vrac) selon leur finesse (granulométrie) d étant la dimension moyenne des particules du matériau absorbant Ces produits peuvent être utilisés dans une gran- de diversité de situations, sur terre et sur plan d’eau. Grâce à leur forme divisée, ces absorbants ont l’avantage de présenter une grande surface de contact avec le polluant, ce qui favorise leur imprégnation même lorsque le polluant se pré- sente en couche mince ou sous forme de nappes éparses, éventuellement peu accessibles. Ne pas oublier, qu’après usage, il faut le récupérer. Lorsque le polluant absorbé est visqueux, les absorbants en vrac ont souvent tendance à for- mer des agglomérats après imprégnation. Ces agglomérats de particules imprégnées sont tou- tefois peu résistants et se brisent facilement s’ils sont soumis à quelques sollicitations (effort, agi- tation, brassage...). Dans le cas de ces produits absorbants flottants utilisés sur un plan d’eau libre (mer, lac...), les particules (ou agglomérats) imprégnées ont ten- dance à se disséminer et ce d’autant plus vite que le plan d’eau est agité. Cet éparpillement peut rendre leur récupération délicate. Il peut être souhaitable d’associer la mise en œuvre de dispositif(s) de confinement (barrages flottants) et d’éviter l’épandage en présence de vents trop forts.
  29. 29. Utilisation des produits absorbants Guide opérationnel 29 Comment appliquer les absorbants en vrac ? À la main Si la pollution est très limitée, cette méthode ne permet généralement pas une bonne répartition de l’absorbant et s’avère peu adaptée dès lors que la pollution à traiter est quelque peu éten- due. À l’aide de projecteurs à air Ce sont des ventilateurs centrifuges qui aspirent le produit et le projettent sur la pollution. Ces systèmes présentent l’avantage de bien homo- généiser l’absorbant (émiettage d’éventuelles mottes ou amas), quelquefois d’en augmenter le volume (foisonnement) et surtout ils permettent de bien répartir l’absorbant sur la pollution. Ce mode d’application ne convient pas aux absor- bants de densité apparente élevée (notamment les produits absorbants minéraux) ou aux pro- duits fins produisant beaucoup de poussière. Avec les produits de faible densité, l’épandage doit se faire dans le sens du vent. Beaucoup d’absorbants en vrac sont de natu- re pulvérulente et produisent des poussières et particules volantes lors de leur manipula- tion. Prévoir des masques antipoussières et des paires de lunettes pour équiper les opé- rateurs (protection des voies respiratoires et des yeux voir C10). À l’aide d’hydroéjecteurs Dans le cas d’absorbants flottants hydrophobes, des systèmes venturi souvent empruntés aux matériels de lutte incendie (ex. : lances à incen- die à mousse modifiée) sont utilisés pour proje- ter le produit dans un jet d’eau sous pression. Ces systèmes ont l’avantage d’éviter les poussiè- res, de s’affranchir partiellement des difficultés dues au vent, et de créer, par le poids même de l’eau qui tombe, une agitation parfois favora- ble au contact absorbant/polluant. En revanche l’absorbant, en contact avec l’eau, a tendance à se mouiller (même lorsqu’il est hydrophobe), ce qui peut réduire de façon importante sa capacité d’absorption. À l’aide d’un filet Dans certains cas, sur plan d’eau, les absorbants en vrac peuvent être utilisés pour garnir un filet utilisé pour piéger le polluant au fil de l’eau. Application d’absorbant à l’aide d’un projecteur à air ©Cedre Petit navire récupérateur avec son filet garni d’absor- bant ©Cedre Application d’absorbant à l’aide d’un hydroéjecteur ©Cedre
  30. 30. Utilisation des produits absorbants Guide opérationnel 30 Comment récupérer les absorbants en vrac ? Après imprégnation, leur récupération peut se faire : À terre en raclant à l’aide d’une pelle ou autres outils• manuels ; en aspirant à l’aide d’un aspirateur ou dispo-• sitif à vide. Sur l’eau à l’aide de filets, allant de l’épuisette aux filets• de grande taille (ex. : chalut de surface). Pour garantir une bonne rétention de l’absor- bant dans le filet, il est souhaitable que la gra- nulométrie de l’absorbant soit supérieure au maillage du filet ; en écrémant à l’aide de têtes d’aspiration flot-• tantes ou à l’aide de récupérateurs de type à bande ou à seuil, en veillant à ce que la pompe associée au récupérateur tolère des solides de la taille des absorbants souillés : pompes péris- taltiques, à vide ou à lobes. Épuisette ©Cedre Aspirateurs ©Cedre Il s’agit ici de règles générales. Il convient de vérifier la compatibilité de l’absorbant avec les moyens de récupération disponibles. ©Cedre Chalut de surface ©Cedre Récupérateur à seuil
  31. 31. Utilisation des produits absorbants Guide opérationnel 31 C4 Comment mettre en œuvre les absorbants en feuilles et rouleaux (types B et C) ? Sur terre ferme Mettre l’absorbant directement en contact avec le polluant. Agir aussi rapidement que possible pour prévenir l’infiltration dans le sol. En eau libre ou dans un bassin, sans dérive Le produit est déposé sur le polluant puis récu- péré après imprégnation soit à la main, soit à l’aide de fourches, râteaux ou autres ustensiles. Si l’imprégnation est insuffisante, une agitation peut être réalisée pour forcer le polluant à bien rentrer en contact avec l’absorbant. Dans certains cas, il peut être utile d’y associer un barrage flottant pour confiner le polluant, améliorer le contact absorbant/polluant et facili- ter la récupération de l’absorbant. En eau libre avec courant En l’absence de dispositif de confinement per- mettant de maintenir la pollution à un endroit donné, il est préférable d’utiliser des rouleaux absorbants (type C) qui, tendus en travers d’un courant faible (< 0,2 m/s), permettent de piéger de petites fuites de polluant flottant en surface. Pour ce faire, privilégier les rouleaux absorbants renforcés par une corde (filin). En opération de nettoyage de rochers et de surfaces polluées L’absorbant est placé en cours de nettoyage, au pied de l’ouvrage pour fixer les traces de pol- luant présentes dans l’effluent de lavage ou à la surface de l’eau qui est canalisée dans une tran- chée spécialement mise en place pour collecter les effluents. Absorbants en feuilles et barrage flottant ©Cedre Absorbants en rouleaux et feuilles ©Cedre
  32. 32. Utilisation des produits absorbants Guide opérationnel 32 C5 Comment mettre en œuvre les absorbants en coussins et barrages (types D et E) ? À petite échelle, les absorbants en coussins et barrages (types D et E) sont d’un emploi plus aisé que les absorbants en vrac (type A) mais d’un coût plus élevé. Compte tenu de leur forme assez compacte, ces produits sont plutôt adap- tés aux polluants fluides (ex. : produits raffinés légers) pour lesquels l’imprégnation peut être rapide et complète. Pour les polluants visqueux, l’imprégnation peut être seulement superficielle surtout si les conditions de contact polluant/ absorbant sont médiocres (faible surface de contact, ou contact rapide). Sur terre ferme Le barrage ou le coussin est à placer en travers du ruissellement. En eau libre ou dans un bassin, sans dérive Il suffit de mettre l’absorbant en contact avec le polluant. Toutefois, lorsque ces produits sont compactés, il devient difficile d’obtenir une imprégnation à cœur. Ces produits absorbants sont très légers, il peut donc être nécessaire de les lester sommairement pour qu’ils présentent un enfoncement suffisant dans l’eau, en particulier pour jouer un rôle de confinement. En eau libre avec courant En présence de courant, les barrages absor- bants ne sont pas toujours très adaptés, surtout lorsqu’ils ne disposent pas d’un lest. Ils peuvent être utilisés en association avec des barrages classiques pour confiner le polluant qui peut alors être piégé par l’absorbant. Pour utiliser plu- sieurs barrages absorbants mis bout à bout, il est nécessaire de les connecter de manière serrée afin d’éviter des interstices entre deux barrages par lesquels le polluant pourrait s’échapper. En opération de nettoyage de rochers et sur- faces polluées L’absorbant est placé en cours de nettoyage au pied de l’ouvrage pour fixer les traces de pol- luant présentes dans les effluents de lavage qui sont canalisés dans une tranchée spécialement mise en place. Barrages absorbants pour piéger le ruissellement ©Cedre ©Cedre Jonctions de barrages absorbants ©Cedre Barrages absorbants, feuilles et écheveaux
  33. 33. Utilisation des produits absorbants Guide opérationnel 33 C6 Comment mettre en œuvre les absorbants en écheveaux (type F) ? les absorbants en écheveau (type F) sont utilisés pour récupérer manuellement de petites quan- tités de polluant visqueux à très visqueux. Pour ces absorbants, le piégeage du polluant n’est pas obtenu par absorption mais par simple engluement des fibres de l’absorbant par le pol- luant visqueux (adsorption). Ces produits sont particulièrement utilisés pour récupérer rapidement l’essentiel des petites plaques de polluant souvent très émulsionnées échouées sur le littoral, de petites accumulations piégées dans les anfractuosités de rochers ou déposées autour d’une flaque. Sur terre ferme Les écheveaux sont appliqués manuellement sur le polluant. Il est recommandé de remuer, malaxer l’écheveau avec le polluant pour favori- ser l’engluage (collage, adsorption). En eau libre ou dans un bassin, sans dérive De la même manière, les écheveaux sont utilisés pour capturer le polluant à la surface de l’eau en complément de barrages absorbants (type E). Dans ce cas, ils sont déposés séparément sur le plan d’eau confiné ou attachés côte à côte sur un cordage en amont ou en aval du barrage de confinement qu’il soit classique ou absor- bant (type E). Ils sont récupérés manuellement ou à l’aide d’une fourche, d’une gaffe ou d’un râteau. Ils sont utilisés en opération de filtration pour piéger les particules d’hydrocarbures contenues dans de grands volumes d’eau. Ils sont alors posés en cascade à différentes étapes du chemin d’écoulement des eaux. ©Cedre Dans certains cas, il est éventuellement pos- sible de réutiliser le même absorbant plusieurs fois en extrayant par essorage le polluant englué entre deux usages. Toutefois cette pratique n’est pas la plus facile et de fait est peu répandue. Écheveaux utilisés en serpillière ©Cedre Écheveaux et barrages absorbants
  34. 34. Utilisation des produits absorbants Guide opérationnel 34 C7 Exemples de mise en œuvre Nettoyage de rochers et surfaces dures Il s’agit de récupérer un polluant (ex. : hydrocar- bures) qui s’écoule dans l’effluent de lavage. La base du rocher (ou de l’ouvrage) est dans l’eau Confiner la zone de chantier à l’aide d’un bar- rage flottant et/ou barrage absorbant (type E). Récupérer le polluant sur l’eau à l’aide de feuilles (type B). La base du rocher (ou de l’ouvrage) à sec Creuser une tranchée (ou réaliser une retenue) pour recevoir l’effluent de lavage (eau + pol- luant) et y récupérer le polluant comme pour les nappes flottantes confinées. S’il n’est pas possible de creuser une tranchée (ou de réaliser une retenue), filtrer l’effluent en le faisant passer sur un absorbant qui va retenir le polluant. Dans ce cas, l’absorbant doit être bien hydrophobe et présenter une grande sur- face de contact. Il est possible d’utiliser des barrages absorbants éventuellement équipés d’un lest (type E), des coussins (type D), de réaliser un andain composé de vrac (tel que des lanières de polypropylène encore appelées spaghettis) ou d’utiliser des écheveaux (type F) sur des produits visqueux. ©Cedre Fosse de rétention des effluents de lavage, protégée par un géotextile ©Cedre Barrages absorbants et feuilles
  35. 35. Utilisation des produits absorbants Guide opérationnel 35 Filtration d’un effluent Les absorbants peuvent être utilisés pour débar- rasser un écoulement de traces d’un polluant non miscible (ex. : un produit pétrolier). Parmi les matériaux filtrants utilisables, les plus adaptés sont les fibres larges (encore appelées spaghettis), les vracs grossiers plus ou moins floconneux ou encore les fibres naturelles (type paille, sisal, kapok, bagasse...) pour la réalisation de barrages de fortune. Une unité de filtration peut être créée pour : la filtration d’eau contaminée provenant de• rejets d’eaux usées dont le débit peut être contrôlé. Cette unité est constituée d’un réci- pient (ex. : une poubelle de 50 ou 100 l) préa- lablement percé en partie basse qui permet l’évacuation de l’eau après son passage à tra- vers l’absorbant ; la filtration d’eau de ruissellement (effluents• de lavage par exemple). La fabrication de parois filtrantes posées à même le sol permet de retenir une grande partie de polluant avant de rejeter ces effluents dans le milieu naturel. Dans ce cas, il est possible d’utiliser directe- ment des produits manufacturés (barrages, coussins, feuilles) ou de fabriquer de manière artisanale des dispositifs composés de maté- riaux filtrants contenus dans une enveloppe ajourée (grillage à poule, sac à patates, filets à civelle, toile d’hivernage...) ; la filtration d’un cours d’eau (étier, canal, riviè-• re, réseau d’eaux pluviales...). La procédure est la même que décrite précédemment. Les dispositifs seront donc conçus sur le même principe, de manière à élever une barrière verticale en travers de l’écoulement. Dans le but de limiter les pertes de charge créées par le dispositif, il est préférable d’installer celui-ci avec un angle non négligeable (45° ou plus) par rapport à l’axe de l’écoulement de la masse d’eau. Ceci a pour conséquence d’aug- menter la surface de l’ouvrage sans réduire la vitesse d’écoulement ; la protection de chenaux, bassins, condui-• tes d’adduction, prises d’eau d’installations aquacoles, ostréicoles ou thermales, canaux de récupération des eaux de ruissellement... Dans ce cas, les dispositifs sont élaborés sur la base des infrastructures existantes (buses en béton, canaux ou rives maçonnés, puits de pompage...) et doivent donc faire l’objet d’une étude visant à intégrer l’ouvrage à cha- que architecture de site. ©Cedre Barrage de fortune filtrant ©Cedre©Cedre Dispositif de filtration sur un rejet industriel
  36. 36. Utilisation des produits absorbants Guide opérationnel 36 Comment mettre en œuvre les absorbants de fortune ? C8 Au-delà des absorbants commercialisés, il est possible d’avoir recours à des absorbants dits de fortune : produits, destinés à d’autres usages mais dont les propriétés absorbantes/filtrantes sont intéressantes à utiliser. Dans la très grande majorité des cas, ces absorbants de fortune sont constitués de végétaux disponibles localement, voire même directement fauchés sur le site d’in- tervention. Parmi les matériaux de fortune les plus courants, on peut citer : la• paille, le genêt, le jonc, la brande, les roseaux et les fougères sèches dans les zones tempérées ; la• bagasse (résidus de canne à sucre), le sisal, le kapok et le bambou dans les zones tropi- cales. Ces végétaux peuvent être utilisés en vrac pour piéger le polluant et former un agglomérat facile à récupérer à l’aide d’épuisettes par exemple. Ils peuvent également être utilisés directement sous la forme conditionnée dans laquelle est faite leur acquisition (botte de paille, balles de sisal), ou être conditionnés à la demande dans une « enveloppe » (grillage, filet, géotextile...) sous la forme souhaitée par l’équipe d’intervention (en cylindre pour un barrage de surface, en cône pour la filtration d’une prise d’eau, en cartouche filtrante pour la filtration d’un ruisseau...). Ces matériaux ayant une hydrophobie limitée finissent par se charger en eau et s’immerger, ce qui nécessite un renouvellement fréquent. Compte tenu du poids de ces dispositifs une fois gorgés d’eau, il est préférable de fabriquer des dispositifs de petite taille qui resteront maniables après absorption d’eau. Ils sont liés les uns aux autres et déliés au moment du repli. Le caractère oléophile de ces produits de fortune étant limité, leur efficacité sera surtout liée à leur capacité à piéger le polluant entre leurs fibres. Si le polluant est fluide (pétrole brut léger, car- burant...) et risque de passer à travers le dispo- sitif, il peut être intéressant d’épandre du vrac en amont afin de constituer un agglomérat plus facilement piégeable que le polluant liquide seul. ©Cedre Installation d’un barrage filtrant de paille, branchages et grillage
  37. 37. Utilisation des produits absorbants Guide opérationnel 37 Barrage de fortune dans un grillage Barrages de roseaux Installation d’un barrage en paille sur une rivière Photos©Cedre Barrage de fortune sur un plan d’eau Construction d’un barrage de fortune : grillage, géotextile, bagasse Dispositif filtrant en paille à la sortie d’un émis- saire
  38. 38. Utilisation des produits absorbants Guide opérationnel 38 Quelles quantités d’absorbants employer ? C9 Dans les conditions optimales de traitement, les absorbants (tout comme les éponges) peu- vent fixer au maximum leur propre volume mais en fixent souvent beaucoup moins. Dans le cas des absorbants en vrac (type A), il convient de prendre le volume foisonné après passage dans la machine à projeter comme réfé- rence. La valeur de rétention en volume peut être cal- culée à partir de la valeur de rétention en poids mesurée en laboratoire (voir B2). Lors d’opérations réelles où les conditions de contact polluant/absorbant ne sont pas aussi favorables et où il faut éviter d’atteindre la satu- ration de l’absorbant pour conserver une réten- tion totale du polluant (éviter les relargages ulté- rieurs), il est nécessaire de doubler voire même quadrupler les quantités d’absorbant utilisées. De ce fait, pour des raisons pratiques, l’utilisa- tion des absorbants s’applique à des pollutions d’ampleur limitée (quelques dizaines de mètres cubes maximum). D’une façon pratique, il faut appliquer suffisam- ment d’absorbants pour que tout le polluant soit absorbé (absence visible de polluant libre). Il est intéressant d’aller un peu au-delà pour être sûr que l’absorbant ne soit pas à saturation (absence de suintement) et ne risque pas de relarguer du polluant lors des manipulations. Par ailleurs, pour les absorbants flottants hydro- phobes employés sur plan d’eau et qui seraient restés longtemps en contact avec l’eau, il convient de vérifier que l’absorbant ne s’est pas imprégné d’eau progressivement. Dans ce cas, il est nécessaire de le changer car ses possibilités d’absorber des liquides apolaires (ex. : hydrocar- bures) sont réduites voire inhibées. ©Cedre Absorbants en feuilles 2 à 4 volumes d’absorbant 1 volume d’hydrocarbure Quantités d’absorbant à employer (voir B2)
  39. 39. Utilisation des produits absorbants Guide opérationnel 39 C10 Quelles précautions d’emploi respecter ? Protection des opérateurs Lors de l’utilisation d’absorbants en vrac (type A), il est recommandé de doter les opérateurs d’équipement de protection individuelle (EPI) : masque antipoussière ;• lunettes ;• combinaison ;• gants.• En effet, ces produits peuvent être pulvérulents et générer des poussières propres à entraîner une gêne pour les opérateurs. Le même problème peut également être rencon- tré sur certains absorbants coussins et barrages (types D et E) dont l’enveloppe laisse passer le matériau pulvérulent dont il est rempli. De la même façon, il convient de vérifier qu’il n’y a pas de risque allergique pour les opérateurs avec le produit absorbant utilisé. Ne jamais associer l’emploi d’un produit absorbant flottant (dit encore flottant hydro- phobe) avec un agent tensioactif (dispersant, détergent..), sous peine de lui voir perdre son hydrophobie, c’est-à-dire d’absorber également l’eau ou tout liquide polaire. Avant d’utiliser un absorbant sur un polluant donné, bien vérifier que la nature chimique de ce dernier est compatible avec celle de l’absorbant (pas de dissolution de l’absorbant par le produit chimique, pas de réaction entre eux…). Après absorption, le mélange produit chimique/ absorbant présente généralement toujours les mêmes dangers que le produit chimique de départ : inflammabilité, toxicité, corrosion. Le déchet est donc à manipuler avec précaution et son mode d’élimination doit être choisi en conséquence : ne pas hésiter à consulter les fabricants ou les organismes techniques spécia- lisés (voir C11). Tous les aspects de dangerosité de l’absorbant imprégné de polluant sont à prendre en consi- dération dans le transport de ces matières dan- gereuses (TMD) qui doit se faire dans le respect des règlements ADR, RID, ADNR et IMDG en vigueur. ©Cedre Épandage de tourbe par des opérateurs équipés d’EPI adaptés ©Cedre Équipement de protection individuelle
  40. 40. Utilisation des produits absorbants Guide opérationnel 40 Que faire des absorbants souillés ? C11 Les voies d’élimination des absorbants après uti- lisation sont variées et dépendent : de la nature du polluant ;• de la nature de l’absorbant ;• de la charge en polluant ;• de la charge en eau ;• de la charge en autres matières minérales• (ex. : sable) ou organiques (ex. : algues) avec lesquelles l’absorbant est éventuellement mélangé ; du volume de déchets à traiter.• Éviter de mélanger l’absorbant souillé avec d’autres déchets divers sous peine d’en compli- quer l’élimination. Incinération L’incinération doit être réalisée dans des instal- lations d’incinération de déchets industriels spé- ciaux et selon la réglementation. Cependant, certains fours de cimenterie peuvent également accepter des déchets fortement char- gés en hydrocarbures. Pour de petites quantités (quelques mètres cubes), il peut être envisagé, avec une déroga- tion des autorités chargées de la gestion des déchets et de l’unité de traitement, d’éliminer les absorbants souillés dans des installations d’incinération d’ordures ménagères. L’absor- bant souillé est alors ajouté en faible quantité aux ordures afin de ne pas perturber le bon fonc- tionnement du four. Dans tous les cas, il est important de bien connaître la nature du déchet et la nature de l’absorbant afin d’informer de façon précise le responsable des installations et ainsi éviter des problèmes (ex. : production de vapeurs toxiques ou corrosives). Mise en décharge après stabilisation Une fois stabilisés, certains absorbants souillés peuvent être mis en décharge (CSDU : Centre de Stockage des Déchets Ultimes) ou éventuel- lement être utilisés comme remblais (selon la réglementation nationale en vigueur). Lorsqu’il s’agit d’hydrocarbures, le mélange absorbant/polluant doit être suffisamment stable pour éviter tout relargage ultérieur d’hy- drocarbures (en particulier absence de polluant libre). La stabilisation du déchet peut être effec- tuée en mélangeant intimement celui-ci avec de la chaux vive et un substrat minéral bien divisé (cendre, scories...). Le pourcentage de chaux doit être au moins égal à celui d’hydrocarbures, et le déchet doit contenir suffisamment d’eau, sinon il faut en ajouter (1 kg de chaux vive néces- site 0,3 kg d’eau pour réagir). La chaux réagit fortement avec l’eau et pro- voque une forte élévation de température qui permet au polluant libre de se fixer (adsorption) sur le substrat minéral. Vérifier que l’absorbant peut supporter cette élévation de tempéra- ture sans générer des émissions de vapeurs ou de jus toxiques, corrosifs... Le mélange entre le déchet et la chaux peut être réalisé en malaxeur (bétonnière, mélangeur à tambour), en fosse à l’aide d’une pelle hydrauli- que, en andain à l’aide d’un rotovator agricole. Le déchet absorbant/hydrocarbure ne doit pas
  41. 41. Utilisation des produits absorbants Guide opérationnel 41 évoluer dans le temps : l’absorbant doit être sta- ble, insoluble et le mélange ne doit pas conte- nir de fraction susceptible de pourrir ou de se décomposer (matière organique). Pour une utilisation en remblais, le déchet absor- bant/hydrocarbure doit avoir une tenue méca- nique suffisante. Lorsqu’il s’agit d’un produit chimique, il convient de prendre conseil auprès d’un orga- nisme expert, les voies d’élimination pouvant être très diverses : incinération, neutralisation, stabilisation...  Les coordonnées des différentes unités de traitement françaises sont disponibles sur le site Internet du SINOE (Système d’Information et d’Observation de l’Environnement), base de données sur les déchets : http://www.sinoe.org Qui consulter en France pour toute question relative à l’élimination ? Localement : la Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du loge-• ment (DREAL), les services de la Direction départementale de l’équipement et de l’agri- culture (DDEA) du département concerné, voire les services techniques des mairies. Plus généralement :• - l’ADEME (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie) Tél : 02 41 20 41 20 - Fax : 02 41 87 23 50 www.ademe.fr / Rubriques L’ADEME en régions / Nos délégations régionales - le Cedre Tél : 02 98 33 10 10 - Fax : 02 98 44 91 38 www.cedre.fr Courriel : contact@cedre.fr ©Cedre Absorbants souillés en benne ©Cedre Barrages absorbants faiblement souillés Il est plus difficile d’éliminer un mélange d’absorbant et de polluant que du polluant pur (récupéré sur l’eau, par exemple). Chaque fois que cela est possible, il est donc préférable d’in- tervenir d’abord sans absorbant directement à l’aide d’un récupérateur, l’utilisation d’absorbant servant plutôt à finir le travail de nettoyage.
  42. 42. Utilisation des produits absorbants Guide opérationnel 42 D Retours d’expériences  Pollution de l’Erika D1  Pollution du Prestige D2  Pollution du Rokia Delmas D3  Pollution d’Ambès D4
  43. 43. Utilisation des produits absorbants Guide opérationnel 43 D1 Pollution de l’Erika Utilisation de barrières filtrantes et autres dispositifs de filtration, pollution de l’Erika Le naufrage de l’Erika en décembre 1999 et la marée noire qui en découle donnent lieu à la mise en place de nombreuses actions pour pro- téger les sites sensibles sur le plan économique et écologique. Un des modes de protection consiste à construi- re des barrières filtrantes pour prévenir des entrées de fioul à l’intérieur de bassins salicoles ou ostréicoles, et assurer une filtration au niveau des prises d’eau pour poursuivre l’alimentation en eau de ces bassins. La protection de sites de production salicole des marais salants de Guérande et du Mes donne lieu à la construction de barrières filtrantes de fortune (remplies de paille, de coquilles d’huîtres ou de pouzzolane) agissant sur toute la colonne d’eau, ainsi que celle de dispositifs plus com- plexes de filtration pour l’alimentation des prises d’eau. Si ces barrages ne permettent pas d’entraver le passage des hydrocarbures sous leur forme dis- soute, ils présentent l’avantage de limiter la dis- sémination de la pollution et de s’épargner des opérations de nettoyage longues et coûteuses. La multiplication des systèmes de rétention ou confinement du polluant, en surface, au fond et à différents niveaux le long du chenal ou de l’étier à protéger, apparaît comme la solution la plus pertinente et efficace. ©Cedre Barrière filtrante en paille ©Cedre Dispositif expérimental de filtration à base de coquilles d’huîtres, paille et pouzzolane à l’entrée d’une vasière
  44. 44. Utilisation des produits absorbants Guide opérationnel 44 Pollution du Prestige D2 Protection des zones conchylicoles contre la pollution du Prestige, Bassin d’Arcachon En novembre 2002, le naufrage du pétrolier Prestige provoque la deuxième marée noire par du fioul lourd dans les eaux françaises en moins de 4 ans. Après avoir souillé les côtes de Galice, celle-ci menace, cette fois, les côtes aquitaines ainsi que des sites sensibles tels que le Bassin d’Arcachon. Les exploitations conchylicoles, situées sur le Bas- sin, sont alimentées en eau de mer par des pri- ses d’eau installées dans des chenaux ou directe- ment sur l’estran et menacées par des arrivages récurrents de boulettes et galettes d’hydrocarbu- res dérivant au gré des courants. Au regard de la sensibilité économique de ce secteur, il apparaît indispensable de protéger chenaux, bassins et conduites d’adduction pour les préserver d’une intrusion de pollution particulaire. Pour ce faire, trois niveaux de protection sont mis en œuvre : un premier niveau à l’entrée des chenaux (dis-• tant d’une dizaine de mètres des prises d’eau) est constitué de filets à grandes mailles (5 cm environ) visant à retenir les macro-déchets flot- tants et assurer une protection mécanique du second dispositif ; derrière ce filet grossier, un ou deux rideaux• de filets plus fins (ex. : filets à civelle) sont éga- lement mis en place, afin de capter les nappes compactes d’hydrocarbures entraînées par le flot ; un dispositif de filtration, disposé au droit des• prises d’eau, constitue un troisième et dernier niveau de protection basé sur le principe d’une filtration par captage des fractions particulai- res d’hydrocarbures présentes dans la colonne d’eau. Ce piégeage de polluant s’effectue sur un filtre constitué d’un matelas de fibres de polypropylène hydrophobes (spaghettis) d’une épaisseur minimale de 10 cm installé dans un caisson placé en entrée de canalisation. Cha- que caisson est constitué de trois faces filtran- tes (deux latérales et une frontale), qui peu- vent accueillir des tiroirs filtrants extractibles par le haut. Fabriqués en tôle perforée, ces tiroirs sont remplis de fibres à chaque alerte de pollution. ©Cedre©Cedre Dispositifs de filtration sur prise d’eau (3e niveau de protection)
  45. 45. Utilisation des produits absorbants Guide opérationnel 45 D3 Pollution du Rokia Delmas Confinement et récupération de polluant Le 24 octobre 2006, le porte-conteneurs Rokia Delmas s’échoue sur les hauts fonds à proximité de la côte sud de l’île de Ré (Charente-Maritime). Les tentatives de déséchouement restent vai- nes et les autorités se résolvent à demander le découpage de l’épave. Durant ces opérations et malgré le pompage des différents fiouls à bord, quelques fuites minimes sont détectées. Le dispositif antipollution, régulièrement mis à jour par la Marine nationale en fonction de l’état d’avancement du chantier, préconise l’uti- lisation d’absorbants dans les zones confinées du navire : cales, zones d’eaux calmes limitées par les bordés, en complément des écrémeurs. Les absorbants en feuilles (type B), en barrages (type E) et en écheveaux (type F) ont permis la récupération des traces d’huile et d’hydrocarbu- res surnageants. ©DR Intérieur du navire découpé où sont déployés des absorbants en complément d’un écrémeur Mise en place d’écheveaux et de barrages absorbants autour du Rokia Delmas ©DR ©DR Barrages absorbants embarqués à bord de l’Abeille Bourbon ©DR
  46. 46. Utilisation des produits absorbants Guide opérationnel 46 Pollution d’Ambès D4 Protection de la Garonne, traitement de nap- pe de polluant et nettoyage des jalles, pollu- tion d’Ambès Le 12 janvier 2007 à 8 h 00, le fond d’un bac de pétrole brut situé sur un dépôt pétrolier se rompt. La totalité du bac, soit 13 500 m3 de pétrole brut, se déverse brutalement, créant un effet de vague qui permet à environ 2 000 m3 de passer par-dessus le merlon de la cuvette de rétention. Une partie du pétrole s’accumule dans les tranchées pluviales puis atteint, par gravité, le décanteur. Une autre partie s’écoule en dehors du dépôt et contamine la Garonne ainsi que près de 2 km de fossés et chenaux marécageux (jal- les). La lutte contre la pollution du milieu aquati- que se traduit notamment par des mesures de protection de la Garonne, de traitement de la nappe de 50 m3 qui y dérive et de nettoyage des jalles. Ces opérations nécessitent l’utilisation de grandes quantités d’absorbants sous différentes formes : vrac (type A) pour fabriquer des barrages fil-• trants dans les jalles et garnir le fond des filets récupérateurs d’un petit navire récupérateur ; barrages (type E) pour limiter l’étalement et• récupérer le pétrole sur la Garonne et dans les jalles ; feuilles (type B) pour récupérer le pétrole dans• les jalles, les aires de décontamination et sur les sols pollués. ©Cedre Barrière filtrante, vrac (type A) et barrage absorbant (type E) ©Cedre Feuilles (type B) utilisées sur les aires de décontami- nation ©Cedre Barrages (type E) pour limiter l’étalement et récupérer le pétrole sur la Garonne
  47. 47. Utilisation des produits absorbants Guide opérationnel 47 Complément d’information  Glossaire E1  Adresses Internet utiles E2  Bibliographie E3 E
  48. 48. Utilisation des produits absorbants Guide opérationnel 48 Glossaire Absorption Propriétés de certaines substances à laisser pénétrer une autre substance en la retenant. Ici, rétention du polluant à la surface de l’absorbant. ADNR Règlement relatif au transport des marchandises dangereuses par voie de navigation sur le Rhin. ADR Accord européen relatif au transport des marchandises dangereuses par route. Adsorption Phénomène physicochimique par lequel une espèce chimique peut s’accumuler à la surface d’un solide (à son interface avec l’air, l’eau) et tout autre fluide gazeux ou liquide. Ici, rétention du polluant dans l’ab- sorbant lui-même. Afnor Association Française de Normalisation. Andain Bande continue de fourrage laissée sur le sol après le passage d’une faucheuse ou d’une andaineuse. Par extension, petit talus longiligne réalisé avec un matériau. Anfractuosité Cavité profonde irrégulière. Apolaire Caractéristique d’un produit non miscible dans l’eau. ASTM (American Society for Testing and Materials) Organisme américain éditant des normes concernant les matériaux, produits, systèmes et services. Bagasse Résidu végétal (ex : tige de canne à sucre). Boudin Barrage absorbant. Brande Végétation des landes, des sous-bois. BS (British Standard Institute) Organisme britannique éditeur de normes. Capacité de rétention à saturation (Cr sat.) La capacité de rétention à saturation (Cr sat.) se traduit par un rapport mesuré en présence d’un excès d’hy- drocarbures entre la masse d’hydrocarbures retenue et la masse d’absorbant. La capacité de rétention à saturation en poids correspond à une quantité maxi- male en kilos d’hydrocarbures que peut retenir 1 kg d’absorbant. Capacité de rétention (Cr) - pouvoir absorbant La capacité de rétention (Cr) se traduit par un rapport entre la masse d’hydrocarbures retenue par l’absorbant et la masse d’absorbant. La capacité de rétention en poids correspond à une quantité en kilos d’hydrocarbu- res que peut retenir 1 kg d’absorbant. CGSB (Canadian General Standards Board) : ONGC (Office des Normes Générales du Canada) Organisme canadien éditeur de normes. Effluents Eaux usées ou déchets liquides rejetés dans l’eau lors d’opérations de nettoyage dans la lutte contre les pollutions. Emulsion Mélange de deux substances non miscibles (qui ne se mélangent normalement pas), comme l’eau et l’huile et dont l’une des deux est en suspension (petites gouttelettes) dans l’autre. Gaffe Perche munie d’un crochet. E1
  49. 49. Utilisation des produits absorbants Guide opérationnel 49 Granulométrie Mesure des dimensions et détermination de la forme des particules et des grains d’un absorbant en vrac. Hydrophile Un composé est dit hydrophile (qui aime l’eau) ou polaire quand il est soluble dans l’eau. Hydrophobe Qui ne présente pas d’affinité ou qui s’associe très difficilement avec l’eau (apolaire). IMDG code (International Maritime Dangerous Goods code) Code international relatif au transport des marchandises dangereuses par voie maritime. Imprégnation Pénétration d’une substance dans une autre. Jalle Étier, chenal de marais. Merlon Construction ou levée de terre éventuellement maintenue par un soutènement pierreux. Oléophile Qui présente une affinité pour les corps gras, qui les absorbe sélectivement. Perlite Constituant microscopique des alliages ferreux (Fe3C). Polaire Produit miscible dans l’eau. Polypropylène Corps obtenu par polymérisation (ce terme décrit la réaction chimique généralement associée à la pro- duction de matière plastique) du propylène. Polyuréthane Résine (matière plastique) obtenue par condensation de polyesters (ou de polyéthers) avec des isocyanates. Pouzzalane Cendre volcanique claire et friable. Ralingue Bordure en filin d’un tapis absorbant, d’une voile ou d’un filet de pêche. RID Règlement relatif au transport international des marchandises dangereuses par voie ferroviaire. Roselière Lieu où poussent des roseaux. Ru Petit ruisseau. Scories Résidus solides provenant de la fusion de minerais métalliques, de l’affinage de certains métaux ainsi que de la combustion à haute température de matières. Vasière Fond vaseux. Viscosité Résistance d’un liquide à l’écoulement uniforme et sans turbulence.
  50. 50. Utilisation des produits absorbants Guide opérationnel 50 Adresses Internet utiles E2 France : ADEME (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie). [en ligne]. Disponible sur : www.ademe.fr (consulté le 01.04.2009) Afnor (Association Française de Normalisation). [en ligne]. Disponible sur : http://www.afnor.org (consulté le 01.04.2009) Cedre (Centre de documentation, de recherche et d’expérimentations sur les pollutions accidentelles des eaux). [en ligne]. Disponible sur : http://www.cedre.fr (consulté le 01.04.2009) DRIRE (Directions Régionales de l’Industrie, de la Recherche et de l’Environnement). [en ligne]. Disponible sur : http://www.drire.gouv.fr (consulté le 01.04.2009) Marque NF : La certification NF. Site officiel de la marque NF. [en ligne]. Disponible sur : http://www.marque-nf.com (consulté le 01.04.2009) SINOE : information, observation, environnement. La base de données sur les déchets. Données nationales. [en ligne]. Disponible sur : http://www.sinoe.org (consulté le 01.04.2009) Autres pays : Canada : Environment Canada. Sorbent Technology Databases. [en ligne]. Disponible sur : http://www.etc-cte.ec.gc.ca/databases/Sorbent (consulté le 01.04.2009) Minerals Management Service. Testing and Evaluation of Sorbents. [en ligne]. Disponible sur : http://www.mms.gov/tarprojects/180.htm (consulté le 01.04.2009) Royaume-Uni : Marine and Fisheries Agency. Oil Spill Treatment Products Approved for Use in the United Kingdom. [en ligne]. Disponible sur : http://www.mfa.gov.uk/environment/documents/Oiltreat.pdf (consulté le 01.04.2009) Etats-Unis : EPA (Environmental Protection Agency). NRT-RRT Factsheet. Application of Sorbents and solidifiers for oil spills. [en ligne]. Disponible sur : http://www.epa.gov/emergencies/docs/oil/ncp/SorbSolidifierFactsheet2007finalV6.pdf (consulté le 01.04.2009)
  51. 51. Utilisation des produits absorbants Guide opérationnel 51 Bibliographie E3 Normes Afnor : Afnor (Association Française de Normalisation). Essais des eaux - Détermination du pouvoir absorbant - Capacité de rétention en huile. Norme NF T90-360. Paris : Afnor, 1997. 12 p. [en ligne]. Disponible sur : http://www.boutique.afnor.org/NEL5DetailNormeEnLigne.aspx?&nivCtx=NELZNELZ1 A10A101A107&ts=2590250&CLE_ART=FA045064 (consulté le 01.04.2009) Afnor (Association Française de Normalisation). Essais des eaux - Détermination du pouvoir absorbant tous liquides. Norme NF T90-361. Paris : Afnor, 1997. 8 p. [en ligne]. Disponible sur : http://www.boutique.afnor.org/NEL5DetailNormeEnLigne.aspx?&nivCtx=NELZNELZ1 A10A101A107&ts=7587229&CLE_ART=FA045065 (consulté le 01.04.2009) Afnor (Association Française de Normalisation). Produits de lutte contre la pollution des eaux et des sols - Classification des produits absorbants. Norme NF T90-362. Paris : Afnor, 1998. 8 p. [en ligne]. Disponible sur : http://www.boutique.afnor.org/NEL5DetailNormeEnLigne.aspx?&nivCtx=NELZNELZ1 A10A101A107&ts=7587409&CLE_ART=FA046451 (consulté le 01.04.2009) Afnor (Association Française de Normalisation). Produits de lutte contre la pollution des eaux et des sols - Étiquetage des produits absorbants. Norme NF T90-363. Paris : Afnor, 1998. 8 p. [en ligne]. Disponible sur : http://www.boutique.afnor.org/NEL5DetailNormeEnLigne.aspx?&nivCtx=NELZNELZ1 A10A101A107&ts=7587409&CLE_ART=FA046452 (consulté le 01.04.2009)
  52. 52. Utilisation des produits absorbants Guide opérationnel 52 D’autres réglementations et normes existent à l’étranger En Europe, l’Allemagne est très avancée sur le sujet. Les produits absorbants font l’objet d’une procédure de sélection définie par le groupe d’experts du GMAG (matériels et moyens de lutte contre les risques menaçant les eaux), le groupe de travail LTwS (stockage et transport de produits risquant de polluer l’eau) et finalisée par le Ministère Fédéral de l’Environnement, de la Protection de la Nature et de la Sécurité des Réacteurs. Publication du Comité consultatif auprès du Ministère fédéral de l’environnement, de la pro- tection de la nature et de la sécurité des réac- teurs, d’août 1998 sous le titre : « Exigences applicables aux absorbants pour hydrocarbu- res » (référence LTwS 27). Les produits absorbants sont classifiés selon les résultats de tests spécifiques en 4 types : type 1 : utilisables sur l’eau ;• type 2 : utilisables sur sol ou sur l’eau pour un• temps de contact court ; type 3 : utilisables exclusivement sur sol ;• type 4• : absorbants conditionnés utilisables aux mêmes conditions que le type 1. De plus, les produits de type 4 se voient adjoin- dre une mention SF lorsqu’il s’agit de tapis ou de coussins. La mention R est réservée aux absor- bants routiers. L’emballage des absorbants répond aussi à des exigences particulières quant à leur couleur (Type 1 : bleu ; Type 2 : rouge ; Type 3 : noir ; Type 4 : vert) et au contenu de l’information technique associée : type et mention, nom du produit, matériaux de base constituant le pro- duit, dosage à employer, date de fabrication et de livraison, règles de sécurité relatives à l’em- ploi du produit, instructions d’usage, adresse du distributeur. Les certificats de test ont une validité de 6 ans. À voir également : les travaux d’• Environnement Canada sur les méthodes de tests applicables aux absorbants (CGSB 25.14, édition 1996) ; les normes• britanniques : BS 7959-3, édition 2007, sur le code couleur applicable à ces pro- duits ; BS 7959-2, édition 2000 sur l’hydropho- bie et la flottabilité des absorbants pour les liquides huileux et BS 7959-1, édition 2000 sur la capacité d’absorption des absorbants ; les normes• américaines, ASTM F 716-82, édi- tion 2001 ; ASTM F 716-07, édition 2007 ; ASTM F 726-06, édition 2006, qui mesurent la capacité d’absorption de ces produits, leur flottabilité, leur résistance... Sont également associés d’autres essais facultatifs (selon d’autres méthodes d’essais) pour contrôler l’état du produit, sa durée de conservation… (Tests de moisissure, de résistance du produit à l’eau et au feu). ANNEXE : AUTRES RÉGLEMENTATIONS ET NORMES À L’ÉTRANGER

×