SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  1
Télécharger pour lire hors ligne
La Quête
Il courait sans prendre haleine.
On avait envie d’être son chien,
De le guider le long du chemin.
Le cheveux hirsute, il faisait peine
Son pas soudain se fit plus lourd.
De loin on voyait la vapeur
Dégagée par son corps en sueur.
À nos exhortations, il sembla sourd
Au bout du chemin, démasqué
Enfin, il l’aperçut, dressé, géant,
Comme sorti d’un tombeau béant .
Était-ce un rêve ou réalité
On percevait de lui seulement
Le contour flou, comme nimbé
D’une brume naissante d’été.
L’esquisse d’un corps évanescent
Est-ce celui d’un simple maraud,
D’un quelconque traîne-misère
C’est sûr, il ne peut plus se taire
Cet être, nul doute, est son alter ego
Les visages lentement s’approchent
Des pieds la poussière retombe
Une lassitude d’outre-tombe
Les mains impatientes se cherchent
Las, jamais tu n’auras pu renouer
De cet être nulle pitié à attendre
Aucune espérance de te rendre
Cette âme qu’il t’a dérobée
Juste de tes lèvres tel un vampire
Il vient d’aspirer le dernier, l’ultime,
Le vital fluide qui ta vie anime.
Le souffle dernier que tu expires.

Contenu connexe

Plus de papybrico

Plus de papybrico (20)

Moustache
MoustacheMoustache
Moustache
 
Mon jumeau
Mon jumeauMon jumeau
Mon jumeau
 
Moi aussi
Moi aussiMoi aussi
Moi aussi
 
Mon atelier
Mon atelierMon atelier
Mon atelier
 
Le cirque du blanc
Le cirque du blancLe cirque du blanc
Le cirque du blanc
 
Les ponctuations
Les ponctuationsLes ponctuations
Les ponctuations
 
L'automobiliste
L'automobilisteL'automobiliste
L'automobiliste
 
La vengeance de mort'omard
La vengeance de mort'omardLa vengeance de mort'omard
La vengeance de mort'omard
 
La petite souris
La petite sourisLa petite souris
La petite souris
 
Jardin
JardinJardin
Jardin
 
Jojo
JojoJojo
Jojo
 
J'enrage
J'enrageJ'enrage
J'enrage
 
Je pars
Je parsJe pars
Je pars
 
Ivresse
IvresseIvresse
Ivresse
 
Femme homme
Femme hommeFemme homme
Femme homme
 
Et après !
Et après !Et après !
Et après !
 
Du tac au tac
Du tac au tacDu tac au tac
Du tac au tac
 
Deux
DeuxDeux
Deux
 
Destin brisé
Destin briséDestin brisé
Destin brisé
 
Débarras
DébarrasDébarras
Débarras
 

La quête

  • 1. La Quête Il courait sans prendre haleine. On avait envie d’être son chien, De le guider le long du chemin. Le cheveux hirsute, il faisait peine Son pas soudain se fit plus lourd. De loin on voyait la vapeur Dégagée par son corps en sueur. À nos exhortations, il sembla sourd Au bout du chemin, démasqué Enfin, il l’aperçut, dressé, géant, Comme sorti d’un tombeau béant . Était-ce un rêve ou réalité On percevait de lui seulement Le contour flou, comme nimbé D’une brume naissante d’été. L’esquisse d’un corps évanescent Est-ce celui d’un simple maraud, D’un quelconque traîne-misère C’est sûr, il ne peut plus se taire Cet être, nul doute, est son alter ego Les visages lentement s’approchent Des pieds la poussière retombe Une lassitude d’outre-tombe Les mains impatientes se cherchent Las, jamais tu n’auras pu renouer De cet être nulle pitié à attendre Aucune espérance de te rendre Cette âme qu’il t’a dérobée Juste de tes lèvres tel un vampire Il vient d’aspirer le dernier, l’ultime, Le vital fluide qui ta vie anime. Le souffle dernier que tu expires.