Chapitre 17
LE PARDON ET LA
RELATION SAINTE
VIII. Les conditions de
la paix (1)
L’instant saint n’est rien de plus qu’un c...
Chapitre 17
LE PARDON ET LA
RELATION SAINTE
VIII. Les conditions de
la paix (2)
Cette simple courtoisie est tout ce
que le...
Chapitre 17
LE PARDON ET LA
RELATION SAINTE
VIII. Les conditions de
la paix (3)
N’aimerais-tu pas faire un instant saint d...
Chapitre 17
LE PARDON ET LA
RELATION SAINTE
VIII. Les conditions de
la paix (4)
Pour toi qui as reconnu l’Appel de ton
Réd...
Chapitre 17
LE PARDON ET LA
RELATION SAINTE
VIII. Les conditions de
la paix (5)
Telle fut la crucifixion du Fils de Dieu.
...
Chapitre 17
LE PARDON ET LA
RELATION SAINTE
VIII. Les conditions de
la paix (6)
Lorsque tu as accepté la vérité pour but d...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

VIII. Les conditions de la paix

160 vues

Publié le

Un Couirs en Miracles - Le Texte
UCEM
Chapitre 17 - LE PARDON ET LA RELATION SAINTE

Publié dans : Spirituel
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
160
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

VIII. Les conditions de la paix

  1. 1. Chapitre 17 LE PARDON ET LA RELATION SAINTE VIII. Les conditions de la paix (1) L’instant saint n’est rien de plus qu’un cas particulier, ou un exemple extrême de ce que chaque situation est censée être. La signification que lui a donnée le but du Saint-Esprit est aussi donnée à chaque situation. Il appelle la même suspension de l’absence de foi, retenue et laissée inutilisée, afin que la foi puisse répondre à l’appel de la vérité. L’instant saint est l’exemple éclatant, la démonstration claire et sans équivoque de la signification de chaque relation et de chaque situation, vue en son entier. La foi a accepté chaque aspect de la situation et l’absence de foi ne lui a imposé aucune exclusion. C’est une situation de paix parfaite, pour la simple raison que tu l’as laissée être ce qu’elle est.
  2. 2. Chapitre 17 LE PARDON ET LA RELATION SAINTE VIII. Les conditions de la paix (2) Cette simple courtoisie est tout ce que le Saint-Esprit demande de toi. Laisse la vérité être ce qu’elle est. N’y fais pas intrusion, ne l’attaque pas, n’interromps pas sa venue. Laisse-la embrasser chaque situation et t’apporter la paix. Pas même la foi ne t’est demandée, car la vérité ne demande rien. Laisse-la entrer et elle appellera et t’assurera la foi dont tu as besoin pour la paix. Mais ne t’élève pas contre elle, car elle ne peut venir si tu t’y opposes.
  3. 3. Chapitre 17 LE PARDON ET LA RELATION SAINTE VIII. Les conditions de la paix (3) N’aimerais-tu pas faire un instant saint de chaque situation? Car tel est le don de la foi, librement donné partout où l’absence de foi est mise de côté, inutilisée. Et alors le pouvoir du but du Saint-Esprit est libre d’être utilisé à la place. Ce pouvoir transforme instantanément toutes les situations en un seul moyen, sûr et continu, d’établir Son but et d’en démontrer la réalité. Ce qui a été démontré appelait la foi, et la foi lui a été donnée. Maintenant cela devient un fait, auquel il n’est plus possible de retenir la foi. L’effort de refuser la foi à la vérité est énorme, et bien plus grand que tu ne l’imagines. Mais de répondre à la vérité par la foi n’entraîne pas du tout d’effort.
  4. 4. Chapitre 17 LE PARDON ET LA RELATION SAINTE VIII. Les conditions de la paix (4) Pour toi qui as reconnu l’Appel de ton Rédempteur, l’effort de ne pas répondre à Son Appel semble être plus grand qu’avant. Il n’en est rien. Avant, l’effort était là, mais tu l’attribuais à autre chose, croyant que cette «autre chose» le produisait. Cela n’a jamais été vrai. Car ce que cette «autre chose» produisait était le chagrin et la dépression, la maladie et la douleur, les ténèbres et les vagues terreurs de ton imagination, les peurs glacées de tes fantasmes et les rêves brûlants de l’enfer. Et cela n’était que l’effort intolérable de refuser de donner foi à la vérité, et d’en voir l’évidente réalité.
  5. 5. Chapitre 17 LE PARDON ET LA RELATION SAINTE VIII. Les conditions de la paix (5) Telle fut la crucifixion du Fils de Dieu. Son absence de foi lui a fait cela. Réfléchis bien avant de te laisser utiliser ton absence de foi contre lui. Car il est ressuscité, et tu as accepté pour tienne la Cause de son réveil. Tu as assumé ton rôle dans sa rédemption et tu es maintenant pleinement responsable envers lui. Ne le déçois pas maintenant, car il t’a été donné de te rendre compte de ce que ton manque de foi en lui doit signifier pour toi. Son salut est ton seul but. Ne vois que cela en chaque situation et ce sera le moyen de n’apporter que cela.
  6. 6. Chapitre 17 LE PARDON ET LA RELATION SAINTE VIII. Les conditions de la paix (6) Lorsque tu as accepté la vérité pour but de ta relation, tu es devenu un donneur de paix aussi sûrement que ton Père t’a donné la paix. Car le but de paix ne peut pas être accepté indépendamment de ses conditions, et tu as eu foi en lui car nul n’accepte ce qu’il ne croit pas réel. Ton but n’a pas changé, et il ne changera pas, car tu as accepté ce qui ne peut jamais changer. Et maintenant tu ne peux rien lui retenir de ce dont il a besoin pour être à jamais inchangeable. Ta délivrance est certaine. Donne comme tu as reçu. Et démontre que tu t’es élevé bien au-dessus de toute situation qui pourrait te retenir et te garder séparé de Celui Dont tu as répondu à l’Appel.

×