SlideShare une entreprise Scribd logo
Rêves
Je te vois t’accrochant aux rêves.
Triste et dur sera ton réveil,
car poursuivant de faux soleils,
en eux se dessèchera ta sève.
En toi tu sais vivre par cœur
à force d’imagination.
Tristes et dures seront les heures
te ramenant à la raison.
Tu vas, t’inventant des images,
inversant les réalités.
Triste et dur sera le voyage
qui vient parfois te réveiller.
Eh bien, qu’il me soit triste et dur!
Encor j’en veux payer le prix,
et que mes rêves ne soient finis!
Par-delà mes réveils, qu’ils durent!
Esther Granek – Portraits et chansons sans retouches1976
Les fenêtres
Celui qui regarde du dehors à travers une fenêtre ouverte,
ne voit jamais autant de choses que celui qui regarde une
fenêtre fermée. Il n'est pas d'objet plus profond, plus
mystérieux, plus fécond, plus ténébreux, plus éblouissant
qu'une fenêtre éclairée d'une chandelle. Ce qu'on peut voir
au soleil est toujours moins intéressant que ce qui se passe
derrière une vitre. Dans ce trou noir ou lumineux vit la vie,
rêve la vie, souffre la vie.
Par-delà des vagues de toits, j'aperçois une femme mûre,
ridée déjà, pauvre, toujours penchée sur quelque chose, et
qui ne sort jamais. Avec son visage, avec son vêtement,
avec son geste, avec presque rien, j'ai refait l'histoire de
cette femme, ou plutôt sa légende, et quelquefois je me la
raconte à moi-même en pleurant.
Si c'eût été un pauvre vieux homme, j'aurais refait la
sienne tout aussi aisément.
Et je me couche, fier d'avoir vécu et souffert dans d'autres
que moi-même.
Peut-être me direz-vous: "Es-tu sûr que cette légende soit
la vraie?" Qu'importe ce que peut être la réalité placée hors
de moi, si elle m'a aidé à vivre, à sentir que je suis et ce que
je suis?
Charles Baudelaire – Le spleen de Paris 1869
Et un sourire
La nuit n'est jamais complète.
Il y a toujours, puisque je le dis,
Puisque je l'affirme,
Au bout du chagrin
Une fenêtre ouverte,
Une fenêtre éclairée,
Il y a toujours un rêve qui veille,
Désir à combler, faim à satisfaire,
Un cœur généreux,
Une main tendue, une main ouverte,
Des yeux attentifs,
Une vie, la vie à se partager.
Paul Eluard - Le Phénix 1951
Ici-bas
Ici-bas tous les lilas meurent,
Tous les chants des oiseaux sont courts ;
Je rêve aux étés qui demeurent
Toujours...
Ici-bas les lèvres effleurent
Sans rien laisser de leur velours ;
Je rêve aux baisers qui demeurent
Toujours...
Ici-bas tous les hommes pleurent
Leurs amitiés ou leurs amours ;
Je rêve aux couples qui demeurent
Toujours...
René-François Sully Prudhomme - Stances et poèmes 1865
Phantasma.
J'ai rêvé l'archipel parfumé, montagneux,
Perdu dans une mer inconnue et profonde
Où le naufrage nous a jetés tous les deux
Oubliés loin des lois qui régissent le monde.
Sur le sable étendue en l'or de tes cheveux,
Des cheveux qui te font comme une tombe blonde,
Je te ranime au son nouveau de mes aveux
Que ne répéteront ni la plage ni l'onde.
C'est un rêve. Ton âme est un oiseau qui fuit
Vers les horizons clairs de rubis, d'émeraudes,
Et mon âme abattue est un oiseau de nuit.
Pour te soumettre, proie exquise, à mon ennui
Et pour te dompter, blanche, en mes étreintes chaudes,
Tous les pays sont trop habités aujourd'hui.
Charles Cros – Le collier de griffes 1908
Songeant la nuit, bien souvent je pense être
Songeant la nuit, bien souvent je pense être
Auprès de toi couché certainement,
Et les beautés qu'en toi le ciel fit naître
Tâter, baiser, embrasser nuëment.
Comme un plaisir acquis en un moment
Passe, léger, et se voit disparaître,
Mon songe ainsi s'enfuit soudainement,
Me laissant seul et non toutefois maître,
Car à l'instant les regrets, les ennuis,
Hôtes fâcheux, m'assistent jours et nuits,
Et dans mon cœur reprennent tous leurs places.
Mais pour cet heur rendre perpétuel,
Il te faudrait, en amour mutuel,
Me faire part, loyale, de tes grâces.
François Scalion de Virbluneau -
Les loyalles et pudiques amours XVIème siècle
Sonnet à mon ami R.
J'avais toujours rêvé le bonheur en ménage,
Comme un port où le cœur, trop longtemps agité,
Vient trouver, à la fin d'un long pèlerinage,
Un dernier jour de calme et de sérénité.
Une femme modeste, à peu près de mon âge
Et deux petits enfants jouant à son côté ;
Un cercle peu nombreux d'amis du voisinage,
Et de joyeux propos dans les beaux soirs d'été.
J'abandonnais l'amour à la jeunesse ardente
Je voulais une amie, une âme confidente,
Où cacher mes chagrins, qu'elle seule aurait lus ;
Le ciel m'a donné plus que je n'osais prétendre ;
L'amitié, par le temps, a pris un nom plus tendre,
Et l'amour arriva qu'on ne l'attendait plus.
Felix Arvers – Mes heures perdues 1833
Le rêve d'un curieux
Connais-tu, comme moi, la douleur savoureuse,
Et de toi fais-tu dire : " Oh ! l'homme singulier ! "
- J'allais mourir. C'était dans mon âme amoureuse,
Désir mêlé d'horreur, un mal particulier ;
Angoisse et vif espoir, sans humeur factieuse.
Plus allait se vidant le fatal sablier,
Plus ma torture était âpre et délicieuse ;
Tout mon coeur s'arrachait au monde familier.
J'étais comme l'enfant avide du spectacle,
Haïssant le rideau comme on hait un obstacle...
Enfin la vérité froide se révéla :
J'étais mort sans surprise, et la terrible aurore
M'enveloppait. - Eh quoi ! n'est-ce donc que cela ?
La toile était levée et j'attendais encore.
Charles Baudelaire – Les fleurs du mal 1857
Terreur
Ce soir-là j’avais lu fort longtemps quelque auteur.
Il était bien minuit, et tout à coup j’eus peur.
Peur de quoi ? je ne sais, mais une peur horrible.
Je compris, haletant et frissonnant d’effroi,
Qu’il allait se passer une chose terrible…
Alors il me sembla sentir derrière moi
Quelqu’un qui se tenait debout, dont la figure
Riait d’un rire atroce, immobile et nerveux :
Et je n’entendais rien, cependant. O torture !
Sentir qu’il se baissait à toucher mes cheveux,
Et qu’il allait poser sa main sur mon épaule,
Et que j’allais mourir au bruit de sa parole !…
Il se penchait toujours vers moi, toujours plus près ;
Et moi, pour mon salut éternel, je n’aurais
Ni fait un mouvement ni détourné la tête…
Ainsi que des oiseaux battus par la tempête,
Mes pensers tournoyaient comme affolés d’horreur.
Une sueur de mort me glaçait chaque membre,
Et je n’entendais pas d’autre bruit dans ma chambre
Que celui de mes dents qui claquaient de terreur.
Un craquement se fit soudain ; fou d’épouvante,
Ayant poussé le plus terrible hurlement
Qui soit jamais sorti de poitrine vivante,
Je tombai sur le dos, roide et sans mouvement.
Guy de Maupassant – Des vers 1880
La vie est un songe
Tout n'est plein ici bas que de vaine apparence,
Ce qu'on donne à sagesse est conduit par le sort,
L'on monte et l'on descend avec pareil effort,
Sans jamais rencontrer l'état de consistance.
Que veiller et dormir ont peu de différence,
Grand maître en l'art d'aimer, tu te trompes bien fort
En nommant le sommeil l'image de la mort,
La vie et le sommeil ont plus de ressemblance.
Comme on rêve en son lit, rêver en la maison,
Espérer sans succès, et craindre sans raison,
Passer et repasser d'une à une autre envie,
Travailler avec peine et travailler sans fruit,
Le dirai-je, mortels, qu'est-ce que cette vie ?
C'est un songe qui dure un peu plus qu'une nuit.
Jacques Vallée Des Barreaux - XVIIème siècle
Anthologie reves
Anthologie reves
Anthologie reves

Contenu connexe

Tendances

Ce que dit l'hiver
Ce que dit l'hiverCe que dit l'hiver
Ce que dit l'hiver
EPSILIM
 
L'Insolent Ciel
L'Insolent CielL'Insolent Ciel
L'Insolent Ciel
MariusDionn
 
Pierre ST Vincent Tumuc humac Dan El poete et philosophe mystique...
Pierre ST Vincent Tumuc humac Dan El poete et philosophe mystique...Pierre ST Vincent Tumuc humac Dan El poete et philosophe mystique...
Pierre ST Vincent Tumuc humac Dan El poete et philosophe mystique...
Pierre ST Vincent
 
Le papillon de 3 nuits par stan
Le papillon de 3 nuits par stanLe papillon de 3 nuits par stan
Le papillon de 3 nuits par stan
lfiduras
 
Anderson, poul tranche de nuit (2011)
Anderson, poul   tranche de nuit (2011)Anderson, poul   tranche de nuit (2011)
Anderson, poul tranche de nuit (2011)
med boubaani
 
Cartographie littéraire i-voix 2013 2014
Cartographie littéraire i-voix 2013 2014Cartographie littéraire i-voix 2013 2014
Cartographie littéraire i-voix 2013 2014
i-voix
 
Le voilier qui provenait des étoiles (manuscrit)
Le voilier qui provenait des étoiles (manuscrit)Le voilier qui provenait des étoiles (manuscrit)
Le voilier qui provenait des étoiles (manuscrit)
auto-editeur
 
Win#25 mots maux
Win#25 mots mauxWin#25 mots maux
Win#25 mots maux
Olivier Marechal
 
Recueil de poésies 1 Pierre ST Vincent, corrects
Recueil de poésies 1 Pierre ST Vincent, correctsRecueil de poésies 1 Pierre ST Vincent, corrects
Recueil de poésies 1 Pierre ST Vincent, corrects
Pierre ST Vincent
 
Exposé français yves,thomas,aurélien
Exposé français yves,thomas,aurélienExposé français yves,thomas,aurélien
Exposé français yves,thomas,aurélien
Françoise Cahen
 
Devoir maison manuel scolaire [tsanta] Tableaux parisiens
Devoir maison manuel scolaire [tsanta] Tableaux parisiensDevoir maison manuel scolaire [tsanta] Tableaux parisiens
Devoir maison manuel scolaire [tsanta] Tableaux parisiens
Françoise Cahen
 
Extraits du livre « L'Aube De Ma Jeunesse » sous PowerPoint
Extraits du livre « L'Aube De Ma Jeunesse » sous PowerPointExtraits du livre « L'Aube De Ma Jeunesse » sous PowerPoint
Extraits du livre « L'Aube De Ma Jeunesse » sous PowerPoint
Stéphane Grare
 
Chansons pour elle
Chansons pour elleChansons pour elle
Chansons pour elle
Jean-Luc Garneau
 
Lyrics
Lyrics Lyrics
Proust 01-090624123556-phpapp01
Proust 01-090624123556-phpapp01Proust 01-090624123556-phpapp01
Proust 01-090624123556-phpapp01
Janina Anghel
 
Idée Olivier Hoen
Idée  Olivier Hoen Idée  Olivier Hoen
Idée Olivier Hoen
Olivier Hoen
 

Tendances (20)

Ce que dit l'hiver
Ce que dit l'hiverCe que dit l'hiver
Ce que dit l'hiver
 
L'Insolent Ciel
L'Insolent CielL'Insolent Ciel
L'Insolent Ciel
 
Paroles de sages
Paroles de sagesParoles de sages
Paroles de sages
 
Pierre ST Vincent Tumuc humac Dan El poete et philosophe mystique...
Pierre ST Vincent Tumuc humac Dan El poete et philosophe mystique...Pierre ST Vincent Tumuc humac Dan El poete et philosophe mystique...
Pierre ST Vincent Tumuc humac Dan El poete et philosophe mystique...
 
Le papillon de 3 nuits par stan
Le papillon de 3 nuits par stanLe papillon de 3 nuits par stan
Le papillon de 3 nuits par stan
 
Anderson, poul tranche de nuit (2011)
Anderson, poul   tranche de nuit (2011)Anderson, poul   tranche de nuit (2011)
Anderson, poul tranche de nuit (2011)
 
Cahiers de Poésie 18
Cahiers de Poésie 18Cahiers de Poésie 18
Cahiers de Poésie 18
 
Cartographie littéraire i-voix 2013 2014
Cartographie littéraire i-voix 2013 2014Cartographie littéraire i-voix 2013 2014
Cartographie littéraire i-voix 2013 2014
 
Le voilier qui provenait des étoiles (manuscrit)
Le voilier qui provenait des étoiles (manuscrit)Le voilier qui provenait des étoiles (manuscrit)
Le voilier qui provenait des étoiles (manuscrit)
 
Win#25 mots maux
Win#25 mots mauxWin#25 mots maux
Win#25 mots maux
 
Recueil de poésies 1 Pierre ST Vincent, corrects
Recueil de poésies 1 Pierre ST Vincent, correctsRecueil de poésies 1 Pierre ST Vincent, corrects
Recueil de poésies 1 Pierre ST Vincent, corrects
 
Poesie Incertain Regard
Poesie Incertain RegardPoesie Incertain Regard
Poesie Incertain Regard
 
Exposé français yves,thomas,aurélien
Exposé français yves,thomas,aurélienExposé français yves,thomas,aurélien
Exposé français yves,thomas,aurélien
 
Devoir maison manuel scolaire [tsanta] Tableaux parisiens
Devoir maison manuel scolaire [tsanta] Tableaux parisiensDevoir maison manuel scolaire [tsanta] Tableaux parisiens
Devoir maison manuel scolaire [tsanta] Tableaux parisiens
 
Extraits du livre « L'Aube De Ma Jeunesse » sous PowerPoint
Extraits du livre « L'Aube De Ma Jeunesse » sous PowerPointExtraits du livre « L'Aube De Ma Jeunesse » sous PowerPoint
Extraits du livre « L'Aube De Ma Jeunesse » sous PowerPoint
 
Chansons pour elle
Chansons pour elleChansons pour elle
Chansons pour elle
 
Lyrics
Lyrics Lyrics
Lyrics
 
Catalogue tribal
Catalogue tribalCatalogue tribal
Catalogue tribal
 
Proust 01-090624123556-phpapp01
Proust 01-090624123556-phpapp01Proust 01-090624123556-phpapp01
Proust 01-090624123556-phpapp01
 
Idée Olivier Hoen
Idée  Olivier Hoen Idée  Olivier Hoen
Idée Olivier Hoen
 

Similaire à Anthologie reves

Recueil de poésies Pierre st Vincent Pour mes amis présents et passés.
Recueil de poésies Pierre st Vincent Pour mes amis présents et passés.Recueil de poésies Pierre st Vincent Pour mes amis présents et passés.
Recueil de poésies Pierre st Vincent Pour mes amis présents et passés.
Pierre ST Vincent
 
Textes bac 2011 sans dom juan
Textes bac 2011   sans dom juanTextes bac 2011   sans dom juan
Textes bac 2011 sans dom juan
Caroline REYS, Lycée virtuel
 
Un coeur terrestre avec images-impression novembre 2019
Un coeur terrestre  avec images-impression novembre 2019Un coeur terrestre  avec images-impression novembre 2019
Un coeur terrestre avec images-impression novembre 2019
auto-editeur
 
Mes envols (2)
Mes envols (2)Mes envols (2)
Mes envols (2)
Gabriela Scurtu
 
Mes derniers textes brefs de poésie et de prose
Mes derniers textes brefs de poésie et de prose Mes derniers textes brefs de poésie et de prose
Mes derniers textes brefs de poésie et de prose
abdelmalek aghzaf
 
CONTRASTES - Mémoires du Nigéria
CONTRASTES - Mémoires du NigériaCONTRASTES - Mémoires du Nigéria
CONTRASTES - Mémoires du Nigéria
TAGUWA
 
Sonnets
SonnetsSonnets
Sonnets
i-voix
 
Joe dassin
Joe dassinJoe dassin
Joe dassin
Droow
 
Concours des mots pour voir 2nd6_textes_LGR
Concours des mots pour voir 2nd6_textes_LGRConcours des mots pour voir 2nd6_textes_LGR
Concours des mots pour voir 2nd6_textes_LGR
Irène Kuessan
 
Baudelaire
BaudelaireBaudelaire
Baudelaire
agm007
 
Rapelle Toi
Rapelle ToiRapelle Toi
Rapelle Toi
aliga
 
Aux galops-de-l-inconnu
Aux galops-de-l-inconnu Aux galops-de-l-inconnu
Aux galops-de-l-inconnu
auto-editeur
 
Aux galops-de-l-inconnu
Aux galops-de-l-inconnuAux galops-de-l-inconnu
Aux galops-de-l-inconnu
auto-editeur
 
Nayela 6b - dans mes reves
Nayela   6b - dans mes revesNayela   6b - dans mes reves
Nayela 6b - dans mes reves
rcmuziek9
 

Similaire à Anthologie reves (20)

Verlaine selección de poemas
Verlaine selección de poemasVerlaine selección de poemas
Verlaine selección de poemas
 
Recueil de poésies Pierre st Vincent Pour mes amis présents et passés.
Recueil de poésies Pierre st Vincent Pour mes amis présents et passés.Recueil de poésies Pierre st Vincent Pour mes amis présents et passés.
Recueil de poésies Pierre st Vincent Pour mes amis présents et passés.
 
Textes bac 2011 sans dom juan
Textes bac 2011   sans dom juanTextes bac 2011   sans dom juan
Textes bac 2011 sans dom juan
 
Un coeur terrestre avec images-impression novembre 2019
Un coeur terrestre  avec images-impression novembre 2019Un coeur terrestre  avec images-impression novembre 2019
Un coeur terrestre avec images-impression novembre 2019
 
La littérature
La littératureLa littérature
La littérature
 
Mes envols (2)
Mes envols (2)Mes envols (2)
Mes envols (2)
 
Calle Del Barco13
Calle Del Barco13Calle Del Barco13
Calle Del Barco13
 
Mes derniers textes brefs de poésie et de prose
Mes derniers textes brefs de poésie et de prose Mes derniers textes brefs de poésie et de prose
Mes derniers textes brefs de poésie et de prose
 
If You Knew Robert Desnos
If You Knew Robert DesnosIf You Knew Robert Desnos
If You Knew Robert Desnos
 
CONTRASTES - Mémoires du Nigéria
CONTRASTES - Mémoires du NigériaCONTRASTES - Mémoires du Nigéria
CONTRASTES - Mémoires du Nigéria
 
Sonnets
SonnetsSonnets
Sonnets
 
Joe dassin
Joe dassinJoe dassin
Joe dassin
 
Compositioncesaire$
Compositioncesaire$Compositioncesaire$
Compositioncesaire$
 
Concours des mots pour voir 2nd6_textes_LGR
Concours des mots pour voir 2nd6_textes_LGRConcours des mots pour voir 2nd6_textes_LGR
Concours des mots pour voir 2nd6_textes_LGR
 
Baudelaire
BaudelaireBaudelaire
Baudelaire
 
Rapelle Toi
Rapelle ToiRapelle Toi
Rapelle Toi
 
Aux galops-de-l-inconnu
Aux galops-de-l-inconnu Aux galops-de-l-inconnu
Aux galops-de-l-inconnu
 
Aux galops-de-l-inconnu
Aux galops-de-l-inconnuAux galops-de-l-inconnu
Aux galops-de-l-inconnu
 
Nayela 6b - dans mes reves
Nayela   6b - dans mes revesNayela   6b - dans mes reves
Nayela 6b - dans mes reves
 
De l'Amour Partie I
De l'Amour Partie IDe l'Amour Partie I
De l'Amour Partie I
 

Anthologie reves

  • 1. Rêves Je te vois t’accrochant aux rêves. Triste et dur sera ton réveil, car poursuivant de faux soleils, en eux se dessèchera ta sève. En toi tu sais vivre par cœur à force d’imagination. Tristes et dures seront les heures te ramenant à la raison. Tu vas, t’inventant des images, inversant les réalités. Triste et dur sera le voyage qui vient parfois te réveiller. Eh bien, qu’il me soit triste et dur! Encor j’en veux payer le prix, et que mes rêves ne soient finis! Par-delà mes réveils, qu’ils durent! Esther Granek – Portraits et chansons sans retouches1976 Les fenêtres Celui qui regarde du dehors à travers une fenêtre ouverte, ne voit jamais autant de choses que celui qui regarde une fenêtre fermée. Il n'est pas d'objet plus profond, plus mystérieux, plus fécond, plus ténébreux, plus éblouissant qu'une fenêtre éclairée d'une chandelle. Ce qu'on peut voir au soleil est toujours moins intéressant que ce qui se passe derrière une vitre. Dans ce trou noir ou lumineux vit la vie, rêve la vie, souffre la vie. Par-delà des vagues de toits, j'aperçois une femme mûre, ridée déjà, pauvre, toujours penchée sur quelque chose, et qui ne sort jamais. Avec son visage, avec son vêtement, avec son geste, avec presque rien, j'ai refait l'histoire de cette femme, ou plutôt sa légende, et quelquefois je me la raconte à moi-même en pleurant. Si c'eût été un pauvre vieux homme, j'aurais refait la sienne tout aussi aisément. Et je me couche, fier d'avoir vécu et souffert dans d'autres que moi-même. Peut-être me direz-vous: "Es-tu sûr que cette légende soit la vraie?" Qu'importe ce que peut être la réalité placée hors de moi, si elle m'a aidé à vivre, à sentir que je suis et ce que je suis? Charles Baudelaire – Le spleen de Paris 1869
  • 2. Et un sourire La nuit n'est jamais complète. Il y a toujours, puisque je le dis, Puisque je l'affirme, Au bout du chagrin Une fenêtre ouverte, Une fenêtre éclairée, Il y a toujours un rêve qui veille, Désir à combler, faim à satisfaire, Un cœur généreux, Une main tendue, une main ouverte, Des yeux attentifs, Une vie, la vie à se partager. Paul Eluard - Le Phénix 1951 Ici-bas Ici-bas tous les lilas meurent, Tous les chants des oiseaux sont courts ; Je rêve aux étés qui demeurent Toujours... Ici-bas les lèvres effleurent Sans rien laisser de leur velours ; Je rêve aux baisers qui demeurent Toujours... Ici-bas tous les hommes pleurent Leurs amitiés ou leurs amours ; Je rêve aux couples qui demeurent Toujours... René-François Sully Prudhomme - Stances et poèmes 1865
  • 3. Phantasma. J'ai rêvé l'archipel parfumé, montagneux, Perdu dans une mer inconnue et profonde Où le naufrage nous a jetés tous les deux Oubliés loin des lois qui régissent le monde. Sur le sable étendue en l'or de tes cheveux, Des cheveux qui te font comme une tombe blonde, Je te ranime au son nouveau de mes aveux Que ne répéteront ni la plage ni l'onde. C'est un rêve. Ton âme est un oiseau qui fuit Vers les horizons clairs de rubis, d'émeraudes, Et mon âme abattue est un oiseau de nuit. Pour te soumettre, proie exquise, à mon ennui Et pour te dompter, blanche, en mes étreintes chaudes, Tous les pays sont trop habités aujourd'hui. Charles Cros – Le collier de griffes 1908 Songeant la nuit, bien souvent je pense être Songeant la nuit, bien souvent je pense être Auprès de toi couché certainement, Et les beautés qu'en toi le ciel fit naître Tâter, baiser, embrasser nuëment. Comme un plaisir acquis en un moment Passe, léger, et se voit disparaître, Mon songe ainsi s'enfuit soudainement, Me laissant seul et non toutefois maître, Car à l'instant les regrets, les ennuis, Hôtes fâcheux, m'assistent jours et nuits, Et dans mon cœur reprennent tous leurs places. Mais pour cet heur rendre perpétuel, Il te faudrait, en amour mutuel, Me faire part, loyale, de tes grâces. François Scalion de Virbluneau - Les loyalles et pudiques amours XVIème siècle
  • 4. Sonnet à mon ami R. J'avais toujours rêvé le bonheur en ménage, Comme un port où le cœur, trop longtemps agité, Vient trouver, à la fin d'un long pèlerinage, Un dernier jour de calme et de sérénité. Une femme modeste, à peu près de mon âge Et deux petits enfants jouant à son côté ; Un cercle peu nombreux d'amis du voisinage, Et de joyeux propos dans les beaux soirs d'été. J'abandonnais l'amour à la jeunesse ardente Je voulais une amie, une âme confidente, Où cacher mes chagrins, qu'elle seule aurait lus ; Le ciel m'a donné plus que je n'osais prétendre ; L'amitié, par le temps, a pris un nom plus tendre, Et l'amour arriva qu'on ne l'attendait plus. Felix Arvers – Mes heures perdues 1833 Le rêve d'un curieux Connais-tu, comme moi, la douleur savoureuse, Et de toi fais-tu dire : " Oh ! l'homme singulier ! " - J'allais mourir. C'était dans mon âme amoureuse, Désir mêlé d'horreur, un mal particulier ; Angoisse et vif espoir, sans humeur factieuse. Plus allait se vidant le fatal sablier, Plus ma torture était âpre et délicieuse ; Tout mon coeur s'arrachait au monde familier. J'étais comme l'enfant avide du spectacle, Haïssant le rideau comme on hait un obstacle... Enfin la vérité froide se révéla : J'étais mort sans surprise, et la terrible aurore M'enveloppait. - Eh quoi ! n'est-ce donc que cela ? La toile était levée et j'attendais encore. Charles Baudelaire – Les fleurs du mal 1857
  • 5. Terreur Ce soir-là j’avais lu fort longtemps quelque auteur. Il était bien minuit, et tout à coup j’eus peur. Peur de quoi ? je ne sais, mais une peur horrible. Je compris, haletant et frissonnant d’effroi, Qu’il allait se passer une chose terrible… Alors il me sembla sentir derrière moi Quelqu’un qui se tenait debout, dont la figure Riait d’un rire atroce, immobile et nerveux : Et je n’entendais rien, cependant. O torture ! Sentir qu’il se baissait à toucher mes cheveux, Et qu’il allait poser sa main sur mon épaule, Et que j’allais mourir au bruit de sa parole !… Il se penchait toujours vers moi, toujours plus près ; Et moi, pour mon salut éternel, je n’aurais Ni fait un mouvement ni détourné la tête… Ainsi que des oiseaux battus par la tempête, Mes pensers tournoyaient comme affolés d’horreur. Une sueur de mort me glaçait chaque membre, Et je n’entendais pas d’autre bruit dans ma chambre Que celui de mes dents qui claquaient de terreur. Un craquement se fit soudain ; fou d’épouvante, Ayant poussé le plus terrible hurlement Qui soit jamais sorti de poitrine vivante, Je tombai sur le dos, roide et sans mouvement. Guy de Maupassant – Des vers 1880 La vie est un songe Tout n'est plein ici bas que de vaine apparence, Ce qu'on donne à sagesse est conduit par le sort, L'on monte et l'on descend avec pareil effort, Sans jamais rencontrer l'état de consistance. Que veiller et dormir ont peu de différence, Grand maître en l'art d'aimer, tu te trompes bien fort En nommant le sommeil l'image de la mort, La vie et le sommeil ont plus de ressemblance. Comme on rêve en son lit, rêver en la maison, Espérer sans succès, et craindre sans raison, Passer et repasser d'une à une autre envie, Travailler avec peine et travailler sans fruit, Le dirai-je, mortels, qu'est-ce que cette vie ? C'est un songe qui dure un peu plus qu'une nuit. Jacques Vallée Des Barreaux - XVIIème siècle