SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  4
Télécharger pour lire hors ligne
Votreécoleformenotammentdesspécialistes
de la conception des produits cosmétiques.
Pourquoi les produits de beauté ?
Pour des raisons de santé publique. Les cosmé-
tiques font partie de la vie de tous les jours et
malheureusement, un certain nombre de ces
produitssontdangereuxpourlapeauoul’orga-
nismeentier.Certes,ceproblèmeconcerneaussi
l’EuropeoulesUSAquisontàlapointedansces
domaines et qui souffrent de la contrefaçon ou
de la mauvaise conception de certains produits
de beauté. Mais mon souci c’est l’Afrique : nos
Autorités n’y exercent pas encore un contrôle
suffisant de ces produits et le grand public n’est
pas informé.
De quoi faut-il particulièrement se méfier ?
Tout produit cosmétique qui n’est pas conçu,
transportéetconservésuivantlesrèglesdel’art.
Les produits éclaircissants par exemple.
Commentagissentcesproduitsetenquoisont-
ils dangereux ?
La dépigmentation est une pratique essentielle-
ment féminine en Afrique, mais les hommes la
pratiquentaussidanscertainspays.Lesenfants
peuventêtreaffectéssileurmèreutilisedesder-
mocorticoïdesàfortedosedurantlagrossesse.En
bloquantlaformationdelamélanine,lesproduits
dépigmentants font courir un risque sanitaire
auxpersonnesquilesutilisent.Surtoutquandils
contiennentdescorticoïdes,del’hydroquinone
sur-doséeoudesproduitsàbaseselsdemercure.
Lesrisquessanitairessontconnus :accentuation
Directrice générale et fondatrice de
l’Ecole Supérieure d’Ingénierie de la Santé
et de Management de Projets (ESISMP
)
E N T R E T I E N AV E C
P R . WA FA A FA R H A T- A G O U M I
PUBLI-RÉDACTIONNEL
“Certains cosmétiques sont
dangereux pour la santé”
des dermatoses infectieuses existantes, acnés,
vergetures irréversibles, affaiblissement de la
peau (atrophie cutanée), apparition de poils en
excès,signescutanésrappelantlevitiligo,lésions
définitives, dermatites de contact irritatives ou
allergiques,eczémasdecontact,néphropathies,
cancers épidermoïdes…
Le danger est donc réel ! Comment détecter
ces produits ?
Levraidangerc’estl’ignorance.Ladétectionest
difficile car ce qui est affiché sur l’emballage ne
correspondpastoujoursauvéritablecontenu…Il
fautdescontrôlesmenéspardesspécialistes.Le
rôledespouvoirspublicsestcrucialpourimposer
des normes et contrôler les produits.
Hormislescrèmes,quelsautresproduitsfaut-il
surveiller ?
Tous les types de produits sont concernés. Par
exemple, l’hydroquinone est autorisée dans les
vernis à un dosage de 0,02% après mélange et
pourunusageprofessionnel.Maisilestinterdit
des’enservirdanslacosmétiqueenEurope.Les
conservateursaussienraisondeleureffetcock-
tail,maisilssontprésentsdanstouslesproduits
cosmétiques qu’on utilise…
L’interdiction des produits dangereux serait-
elle efficace ?
Certainement.En2009et2010,laFranceamené
unecampagnedecontrôleportantsur160pro-
duits. Le résultat fait froid dans le dos : environ
1 produit sur 3 en 2009 et 2 produits sur 5 en
2010 ne respectaient pas la réglementation des
produitscosmétiquesetétaientdangereuxpour
la santé. Ils ont été interdits.
La proportion de produits dangereux a
augmenté…
Oui,c’estlapreuvequelescontrôlessontnéces-
sairespourprotégerplusefficacementlasantédes
utilisateurs.Unelistedecesproduitsestconsul-
table sur le site internet de l’agence française de
sécuritédumédicamentetdesproduitsdesanté.
Comment faire pour que les Gabonaises de
tousâgessoientsensibiliséesetbénéficientdes
meilleurs cosmétiques ?
Il faut multiplier la sensibilisation du grand
public, adopter des normes et interdire les pro-
duits dangereux. Par exemple, la République
DémocratiqueduCongoainterditl’utilisationde
l’hydroquinonedepuis2006.Ilfautaussicontrô-
ler efficacement le circuit de distribution, sanc-
tionnerlesfabricantsetdistributeursdeproduits
illicites, et naturellement il est indispensable de
former des personnes qualifiées pour la fabri-
cation, le contrôle et l’évaluation des produits
cosmétiques.
Les Africains peuvent-ils produire leurs
propres cosmétiques ?
Oui !Nosproduitsnaturelspeuventêtrevalorisés
si on a les savoirs et compétences scientifiques,
techniques, réglementaires et marketing. Avec
la volonté et des financements ; la formation est
la clé d’un contrôle sanitaire efficace et d’une
production aux normes internationales.
Au-delà de la formation, la pratique et l’expé-
rience comptent…
L’expérienceesttrèsimportantepourn’importe
quel métier. À l’ESISMP
, nos formations sont
par essence professionnalisantes : à partir de
la licence, la formation est assurée à 50% par
des intervenants professionnels et à 50% par
des intervenants académiques. Hormis le stage
de 2e
année, les stages obligatoires de 3e
année
(2 mois), de 4e
année (5 mois) et de 5e
année (6
mois)permettentànoslauréatsdecomptabiliser
à l’issue de leur formation une expérience de 13
moisauminimum.C’estunplussurleurCVau
moment d’intégrer le monde du travail.
Propos recueillis par Jean-Gilles Oyone
(oyonegige@gmail.com)
P
assionnéeparlesquestionsdesantépublique,leprofesseurWafaaFarhat-
Agoumi a occupé divers postes de responsabilité en recherche & dévelop-
pement dans différents laboratoires pharmaceutiques. Ses domaines de
prédilectionsontlapharmacovigilancepré-marketing,larechercheclinique,
ledatamanagementetlaqualité.AprèsavoircrééleMasterdeGestiondes
donnéescliniquesàl’universitédeMontpellieroùelleestprofesseurassociédepuis17
ans, elle a décidé avec l’équipe pédagogique de l’ingénierie de la santé de l’université
Montpellier1decréerauMarocuneécoleinternationalequiassociel’ingénieriedela
santéetlemanagementdeprojet.Sonécole,l’ESISMP
,formedescadresqualifiéspour
gérer les aspects scientifiques, techniques, réglementaires, humains et économiques
d’unprojetdesanté.Elleaccueilleenformationinitialedesbacheliers,desétudiantsen
admissionparallèleetdesprofessionnelsenactivitédanslesministères(Santé,Agri-
culture,Pêche&Agroalimentaire,MinesetHydrocarbures,Eaux&Forêts,Douanes,
etc.)etdanslesecteurprivé(laboratoires,cliniquesprivées,industrieagroalimentaire,
etc.).En2016,elleprévoitd’ouvrirunbureaudeliaisonàLibreville.
Renseignements et préinscription : +241 02 40 16 73
P
assionnée par les questions de santé publique, le
professeur Wafaa Farhat-Agoumi a occupé divers
postes de responsabilité en recherche & développe-
mentdansdifférentslaboratoirespharmaceutiques.
Sesdomainesdeprédilectionsontlapharmacovigi-
lancepré-marketing,larechercheclinique,ledatamanagement
etlaqualité.AprèsavoircrééleMasterdeGestiondesdonnées
cliniques à l’université de Montpellier où elle est professeur
associé depuis 17 ans, elle a décidé avec l’équipe pédagogique
del’ingénieriedelasantédel’universitéMontpellier1decréer
auMarocuneécoleinternationalequiassociel’ingénieriedela
santéetlemanagementdeprojet.Sonécole,l’ESISMP
,formedes
cadresqualifiéspourgérerlesaspectsscientifiques,techniques,
réglementaires,humainsetéconomiquesd’unprojetdesanté.
Elleaccueilleenformationinitialedesbacheliers,desétudiants
en admission parallèle et des professionnels en activité dans
les ministères (Santé, Agriculture, Pêche & Agroalimentaire,
MinesetHydrocarbures,Eaux&Forêts,Douanes,etc.)etdans
lesecteurprivé(laboratoires,cliniquesprivées,industrieagroa-
limentaire, etc.). En 2016, elle prévoit d’ouvrir un bureau de
liaisonàLibreville.
Votre école forme notamment des spécialistes de la conception des
produits cosmétiques. Pourquoi les produits de beauté ?
Pour des raisons de santé publique. Les cosmétiques font partie de la
vie de tous les jours et malheureusement, un certain nombre de ces
produits sont dangereux pour la peau ou l’organisme entier. Certes,
ce problème concerne aussi l’Europe ou les USA qui sont à la pointe
dans ces domaines et qui souffrent de la contrefaçon ou de la mau-
vaise conception de certains produits de beauté. Mais mon souci c’est
l’Afrique : nos Autorités n’y exercent pas encore un contrôle suffisant
de ces produits et le grand public n’est pas informé.
De quel type de produits faut-il particulièrement se méfier ?
Tout produit cosmétique qui n’est pas conçu, transporté et conservé
suivant les règles de l’art. Les produits éclaircissants par exemple.
Comment agissent ces produits et en quoi sont-ils dangereux ?
LadépigmentationestunepratiqueessentiellementféminineenAfrique,
mais les hommes la pratiquent aussi dans certains pays. Les enfants
peuvent être affectés si leur mère utilise des dermocorticoïdes à forte
dose durant la grossesse. En bloquant la formation de la mélanine, les
produitsdépigmentantsfontcourirunrisquesanitaireauxpersonnes
qui les utilisent. Surtout quand ils contiennent des corticoïdes, de
l’hydroquinone sur-dosée ou des produits à base sels de mercure. Les
risquessanitairessontconnus :accentuationdesdermatosesinfectieuses
existantes, acnés, vergetures irréversibles, affaiblissement de la peau
(atrophie cutanée), apparition de poils en excès, signes cutanés rappe-
lant le vitiligo, lésions définitives, dermatites de contact irritatives ou
allergiques,eczémasdecontact,néphropathies,cancersépidermoïdes…
Le danger est donc réel ! Comment détecter ces produits ?
Le vrai danger c’est l’ignorance. La détection est difficile car ce qui est
affichésurl’emballagenecorrespondpastoujoursauvéritablecontenu…
Il faut des contrôles menés par des spécialistes. Le rôle des pouvoirs
publics est crucial pour imposer des normes et contrôler les produits.
Hormis les crèmes, quels autres produits faut-il surveiller ?
Touslestypesdeproduitssontconcernés.Parexemple,l’hydroquinone
est autorisée dans les vernis à un dosage de 0,02% après mélange et
pour un usage professionnel. Mais il est interdit de s’en servir dans la
cosmétique en Europe. Les conservateurs aussi en raison de leur effet
cocktail, mais ils sont présents dans tous les produits cosmétiques
qu’on utilise…
L’interdiction des produits dangereux serait-elle efficace ?
Certainement. En 2009 et 2010, la France a mené une campagne de
contrôle portant sur 160 produits. Le résultat fait froid dans le dos :
environ1produitsur3en2009et2produitssur5en2010nerespectaient
pas la réglementation des produits cosmétiques et étaient dangereux
pour la santé. Ils ont été interdits.
La proportion de produits dangereux a augmenté…
Oui, c’est la preuve que les contrôles sont nécessaires pour protéger
plus efficacement la santé des utilisateurs. Une liste de ces produits
est consultable sur le site internet de l’agence française de sécurité du
médicament et des produits de santé.
CommentfairepourquelesGabonaisesdetousâgessoientsensibi-
lisées et bénéficient des meilleurs cosmétiques ?
Ilfautmultiplierlasensibilisationdugrandpublic,adopterdesnormes
etinterdirelesproduitsdangereux.Parexemple,laRépubliqueDémo-
cratiqueduCongoainterditl’utilisationdel’hydroquinonedepuis2006.
Ilfautaussicontrôlerefficacementlecircuitdedistribution,sanctionner
lesfabricantsetdistributeursdeproduitsillicites,etnaturellementilest
indispensabledeformerdespersonnesqualifiéespourlafabrication,le
contrôle et l’évaluation des produits cosmétiques.
Les Africains peuvent-ils produire leurs propres cosmétiques ?
Oui ! Nos produits naturels peuvent être valorisés si on a les savoirs et
compétences scientifiques, techniques, réglementaires et marketing.
Aveclavolontéetdesfinancements ;laformationestlacléd’uncontrôle
sanitaire efficace et d’une production aux normes internationales.
Au-delà de la formation, la pratique et l’expérience comptent…
L’expérienceesttrèsimportantepourn’importequelmétier.Àl’ESISMP
,
nos formations sont par essence professionnalisantes : à partir de la
licence,laformationestassuréeà50%pardesintervenantsprofessionnels
età50%pardesintervenantsacadémiques.Hormislestagede2e
année,
lesstagesobligatoiresde3e
année(2mois),de4e
année(5mois)etde5e
année (6 mois) permettent à nos lauréats de comptabiliser à l’issue de
leur formation une expérience de 13 mois au minimum. C’est un plus
sur leur CV au moment d’intégrer le monde du travail.
Propos recueillis par Jean-Gilles Oyone (oyonegige@gmail.com)
Directrice générale et fondatrice de
l’Ecole Supérieure d’Ingénierie de la Santé
et de Management de Projets (ESISMP
)
E N T R E T I E N AV E C
P R . WA FA A FA R H A T- A G O U M I
PUBLI-RÉDACTIONNEL
“Certains cosmétiques sont
dangereux pour la santé”
Préinscription sur demande avant le 16 octobre : +241 02 40 16 73

Contenu connexe

Similaire à "Certains cosmétiques sont dangereux pour la santé", par Pr Wafaa Agoumi (ESISMP)

La nutrition à l'ère du digital : comment le serious game, les objets connect...
La nutrition à l'ère du digital : comment le serious game, les objets connect...La nutrition à l'ère du digital : comment le serious game, les objets connect...
La nutrition à l'ère du digital : comment le serious game, les objets connect...
Interaction Healthcare
 

Similaire à "Certains cosmétiques sont dangereux pour la santé", par Pr Wafaa Agoumi (ESISMP) (20)

E-santé: faire émerger l'offre française en répondant aux besoins présents et...
E-santé: faire émerger l'offre française en répondant aux besoins présents et...E-santé: faire émerger l'offre française en répondant aux besoins présents et...
E-santé: faire émerger l'offre française en répondant aux besoins présents et...
 
E-santé : faire émerger l’offre française en répondant aux besoins présents e...
E-santé : faire émerger l’offre française en répondant aux besoins présents e...E-santé : faire émerger l’offre française en répondant aux besoins présents e...
E-santé : faire émerger l’offre française en répondant aux besoins présents e...
 
Habitudes de vie et santé
Habitudes de vie et santéHabitudes de vie et santé
Habitudes de vie et santé
 
Dp conf de presse c2_ds-09_10_2020
Dp conf de presse c2_ds-09_10_2020Dp conf de presse c2_ds-09_10_2020
Dp conf de presse c2_ds-09_10_2020
 
SOCIAL MEDIA MONITORING : L'ECOUTE DU WEB POUR LA PHARMA
SOCIAL MEDIA MONITORING : L'ECOUTE DU WEB POUR LA PHARMASOCIAL MEDIA MONITORING : L'ECOUTE DU WEB POUR LA PHARMA
SOCIAL MEDIA MONITORING : L'ECOUTE DU WEB POUR LA PHARMA
 
Febea-chiffres-clé-filière-cosmetique
Febea-chiffres-clé-filière-cosmetique Febea-chiffres-clé-filière-cosmetique
Febea-chiffres-clé-filière-cosmetique
 
Pharmacien et Santé 2.0 : quel potentiel. (Quotidien du Pharmacien)
Pharmacien et Santé 2.0 : quel potentiel. (Quotidien du Pharmacien)Pharmacien et Santé 2.0 : quel potentiel. (Quotidien du Pharmacien)
Pharmacien et Santé 2.0 : quel potentiel. (Quotidien du Pharmacien)
 
l'audit de la marque SPR
l'audit de la marque SPRl'audit de la marque SPR
l'audit de la marque SPR
 
La nutrition à l'ère du digital : comment le serious game, les objets connect...
La nutrition à l'ère du digital : comment le serious game, les objets connect...La nutrition à l'ère du digital : comment le serious game, les objets connect...
La nutrition à l'ère du digital : comment le serious game, les objets connect...
 
Revue des ENIL - Métagénomique
Revue des ENIL - MétagénomiqueRevue des ENIL - Métagénomique
Revue des ENIL - Métagénomique
 
2022-07-01-APMnews.pdf
2022-07-01-APMnews.pdf2022-07-01-APMnews.pdf
2022-07-01-APMnews.pdf
 
Journée des maladies rares le 28 février - communiqué Alliance des maladies r...
Journée des maladies rares le 28 février - communiqué Alliance des maladies r...Journée des maladies rares le 28 février - communiqué Alliance des maladies r...
Journée des maladies rares le 28 février - communiqué Alliance des maladies r...
 
Stratégie 360° moreau boucher
Stratégie 360° moreau boucherStratégie 360° moreau boucher
Stratégie 360° moreau boucher
 
Atelier Isidore du colloque des Industries Numériques et de la Santé: "La m-s...
Atelier Isidore du colloque des Industries Numériques et de la Santé: "La m-s...Atelier Isidore du colloque des Industries Numériques et de la Santé: "La m-s...
Atelier Isidore du colloque des Industries Numériques et de la Santé: "La m-s...
 
Webconférence Interaction Healthcare - Buzz e-santé : les grandes tendances d...
Webconférence Interaction Healthcare - Buzz e-santé : les grandes tendances d...Webconférence Interaction Healthcare - Buzz e-santé : les grandes tendances d...
Webconférence Interaction Healthcare - Buzz e-santé : les grandes tendances d...
 
Les 10 tendances du digital en santé
Les 10 tendances du digital en santéLes 10 tendances du digital en santé
Les 10 tendances du digital en santé
 
Le programme complet du Festival de la Communication Santé 2015
Le programme complet du Festival de la Communication Santé 2015Le programme complet du Festival de la Communication Santé 2015
Le programme complet du Festival de la Communication Santé 2015
 
Programme officiel de SES (Sciences Economiques et Sociales) depuis 2013 au B...
Programme officiel de SES (Sciences Economiques et Sociales) depuis 2013 au B...Programme officiel de SES (Sciences Economiques et Sociales) depuis 2013 au B...
Programme officiel de SES (Sciences Economiques et Sociales) depuis 2013 au B...
 
Présentation Habitudes de vie et santé
Présentation Habitudes de vie et santéPrésentation Habitudes de vie et santé
Présentation Habitudes de vie et santé
 
Article de presse Anthony Léger Marketing- Challenge 2017.pdf
Article de presse Anthony Léger Marketing- Challenge 2017.pdfArticle de presse Anthony Léger Marketing- Challenge 2017.pdf
Article de presse Anthony Léger Marketing- Challenge 2017.pdf
 

"Certains cosmétiques sont dangereux pour la santé", par Pr Wafaa Agoumi (ESISMP)

  • 1. Votreécoleformenotammentdesspécialistes de la conception des produits cosmétiques. Pourquoi les produits de beauté ? Pour des raisons de santé publique. Les cosmé- tiques font partie de la vie de tous les jours et malheureusement, un certain nombre de ces produitssontdangereuxpourlapeauoul’orga- nismeentier.Certes,ceproblèmeconcerneaussi l’EuropeoulesUSAquisontàlapointedansces domaines et qui souffrent de la contrefaçon ou de la mauvaise conception de certains produits de beauté. Mais mon souci c’est l’Afrique : nos Autorités n’y exercent pas encore un contrôle suffisant de ces produits et le grand public n’est pas informé. De quoi faut-il particulièrement se méfier ? Tout produit cosmétique qui n’est pas conçu, transportéetconservésuivantlesrèglesdel’art. Les produits éclaircissants par exemple. Commentagissentcesproduitsetenquoisont- ils dangereux ? La dépigmentation est une pratique essentielle- ment féminine en Afrique, mais les hommes la pratiquentaussidanscertainspays.Lesenfants peuventêtreaffectéssileurmèreutilisedesder- mocorticoïdesàfortedosedurantlagrossesse.En bloquantlaformationdelamélanine,lesproduits dépigmentants font courir un risque sanitaire auxpersonnesquilesutilisent.Surtoutquandils contiennentdescorticoïdes,del’hydroquinone sur-doséeoudesproduitsàbaseselsdemercure. Lesrisquessanitairessontconnus :accentuation Directrice générale et fondatrice de l’Ecole Supérieure d’Ingénierie de la Santé et de Management de Projets (ESISMP ) E N T R E T I E N AV E C P R . WA FA A FA R H A T- A G O U M I PUBLI-RÉDACTIONNEL “Certains cosmétiques sont dangereux pour la santé” des dermatoses infectieuses existantes, acnés, vergetures irréversibles, affaiblissement de la peau (atrophie cutanée), apparition de poils en excès,signescutanésrappelantlevitiligo,lésions définitives, dermatites de contact irritatives ou allergiques,eczémasdecontact,néphropathies, cancers épidermoïdes… Le danger est donc réel ! Comment détecter ces produits ? Levraidangerc’estl’ignorance.Ladétectionest difficile car ce qui est affiché sur l’emballage ne correspondpastoujoursauvéritablecontenu…Il fautdescontrôlesmenéspardesspécialistes.Le rôledespouvoirspublicsestcrucialpourimposer des normes et contrôler les produits. Hormislescrèmes,quelsautresproduitsfaut-il surveiller ? Tous les types de produits sont concernés. Par exemple, l’hydroquinone est autorisée dans les vernis à un dosage de 0,02% après mélange et pourunusageprofessionnel.Maisilestinterdit des’enservirdanslacosmétiqueenEurope.Les conservateursaussienraisondeleureffetcock- tail,maisilssontprésentsdanstouslesproduits cosmétiques qu’on utilise… L’interdiction des produits dangereux serait- elle efficace ? Certainement.En2009et2010,laFranceamené unecampagnedecontrôleportantsur160pro- duits. Le résultat fait froid dans le dos : environ 1 produit sur 3 en 2009 et 2 produits sur 5 en 2010 ne respectaient pas la réglementation des produitscosmétiquesetétaientdangereuxpour la santé. Ils ont été interdits. La proportion de produits dangereux a augmenté… Oui,c’estlapreuvequelescontrôlessontnéces- sairespourprotégerplusefficacementlasantédes utilisateurs.Unelistedecesproduitsestconsul- table sur le site internet de l’agence française de sécuritédumédicamentetdesproduitsdesanté. Comment faire pour que les Gabonaises de tousâgessoientsensibiliséesetbénéficientdes meilleurs cosmétiques ? Il faut multiplier la sensibilisation du grand public, adopter des normes et interdire les pro- duits dangereux. Par exemple, la République DémocratiqueduCongoainterditl’utilisationde l’hydroquinonedepuis2006.Ilfautaussicontrô- ler efficacement le circuit de distribution, sanc- tionnerlesfabricantsetdistributeursdeproduits illicites, et naturellement il est indispensable de former des personnes qualifiées pour la fabri- cation, le contrôle et l’évaluation des produits cosmétiques. Les Africains peuvent-ils produire leurs propres cosmétiques ? Oui !Nosproduitsnaturelspeuventêtrevalorisés si on a les savoirs et compétences scientifiques, techniques, réglementaires et marketing. Avec la volonté et des financements ; la formation est la clé d’un contrôle sanitaire efficace et d’une production aux normes internationales. Au-delà de la formation, la pratique et l’expé- rience comptent… L’expérienceesttrèsimportantepourn’importe quel métier. À l’ESISMP , nos formations sont par essence professionnalisantes : à partir de la licence, la formation est assurée à 50% par des intervenants professionnels et à 50% par des intervenants académiques. Hormis le stage de 2e année, les stages obligatoires de 3e année (2 mois), de 4e année (5 mois) et de 5e année (6 mois)permettentànoslauréatsdecomptabiliser à l’issue de leur formation une expérience de 13 moisauminimum.C’estunplussurleurCVau moment d’intégrer le monde du travail. Propos recueillis par Jean-Gilles Oyone (oyonegige@gmail.com) P assionnéeparlesquestionsdesantépublique,leprofesseurWafaaFarhat- Agoumi a occupé divers postes de responsabilité en recherche & dévelop- pement dans différents laboratoires pharmaceutiques. Ses domaines de prédilectionsontlapharmacovigilancepré-marketing,larechercheclinique, ledatamanagementetlaqualité.AprèsavoircrééleMasterdeGestiondes donnéescliniquesàl’universitédeMontpellieroùelleestprofesseurassociédepuis17 ans, elle a décidé avec l’équipe pédagogique de l’ingénierie de la santé de l’université Montpellier1decréerauMarocuneécoleinternationalequiassociel’ingénieriedela santéetlemanagementdeprojet.Sonécole,l’ESISMP ,formedescadresqualifiéspour gérer les aspects scientifiques, techniques, réglementaires, humains et économiques d’unprojetdesanté.Elleaccueilleenformationinitialedesbacheliers,desétudiantsen admissionparallèleetdesprofessionnelsenactivitédanslesministères(Santé,Agri- culture,Pêche&Agroalimentaire,MinesetHydrocarbures,Eaux&Forêts,Douanes, etc.)etdanslesecteurprivé(laboratoires,cliniquesprivées,industrieagroalimentaire, etc.).En2016,elleprévoitd’ouvrirunbureaudeliaisonàLibreville.
  • 3. P assionnée par les questions de santé publique, le professeur Wafaa Farhat-Agoumi a occupé divers postes de responsabilité en recherche & développe- mentdansdifférentslaboratoirespharmaceutiques. Sesdomainesdeprédilectionsontlapharmacovigi- lancepré-marketing,larechercheclinique,ledatamanagement etlaqualité.AprèsavoircrééleMasterdeGestiondesdonnées cliniques à l’université de Montpellier où elle est professeur associé depuis 17 ans, elle a décidé avec l’équipe pédagogique del’ingénieriedelasantédel’universitéMontpellier1decréer auMarocuneécoleinternationalequiassociel’ingénieriedela santéetlemanagementdeprojet.Sonécole,l’ESISMP ,formedes cadresqualifiéspourgérerlesaspectsscientifiques,techniques, réglementaires,humainsetéconomiquesd’unprojetdesanté. Elleaccueilleenformationinitialedesbacheliers,desétudiants en admission parallèle et des professionnels en activité dans les ministères (Santé, Agriculture, Pêche & Agroalimentaire, MinesetHydrocarbures,Eaux&Forêts,Douanes,etc.)etdans lesecteurprivé(laboratoires,cliniquesprivées,industrieagroa- limentaire, etc.). En 2016, elle prévoit d’ouvrir un bureau de liaisonàLibreville. Votre école forme notamment des spécialistes de la conception des produits cosmétiques. Pourquoi les produits de beauté ? Pour des raisons de santé publique. Les cosmétiques font partie de la vie de tous les jours et malheureusement, un certain nombre de ces produits sont dangereux pour la peau ou l’organisme entier. Certes, ce problème concerne aussi l’Europe ou les USA qui sont à la pointe dans ces domaines et qui souffrent de la contrefaçon ou de la mau- vaise conception de certains produits de beauté. Mais mon souci c’est l’Afrique : nos Autorités n’y exercent pas encore un contrôle suffisant de ces produits et le grand public n’est pas informé. De quel type de produits faut-il particulièrement se méfier ? Tout produit cosmétique qui n’est pas conçu, transporté et conservé suivant les règles de l’art. Les produits éclaircissants par exemple. Comment agissent ces produits et en quoi sont-ils dangereux ? LadépigmentationestunepratiqueessentiellementféminineenAfrique, mais les hommes la pratiquent aussi dans certains pays. Les enfants peuvent être affectés si leur mère utilise des dermocorticoïdes à forte dose durant la grossesse. En bloquant la formation de la mélanine, les produitsdépigmentantsfontcourirunrisquesanitaireauxpersonnes qui les utilisent. Surtout quand ils contiennent des corticoïdes, de l’hydroquinone sur-dosée ou des produits à base sels de mercure. Les risquessanitairessontconnus :accentuationdesdermatosesinfectieuses existantes, acnés, vergetures irréversibles, affaiblissement de la peau (atrophie cutanée), apparition de poils en excès, signes cutanés rappe- lant le vitiligo, lésions définitives, dermatites de contact irritatives ou allergiques,eczémasdecontact,néphropathies,cancersépidermoïdes… Le danger est donc réel ! Comment détecter ces produits ? Le vrai danger c’est l’ignorance. La détection est difficile car ce qui est affichésurl’emballagenecorrespondpastoujoursauvéritablecontenu… Il faut des contrôles menés par des spécialistes. Le rôle des pouvoirs publics est crucial pour imposer des normes et contrôler les produits. Hormis les crèmes, quels autres produits faut-il surveiller ? Touslestypesdeproduitssontconcernés.Parexemple,l’hydroquinone est autorisée dans les vernis à un dosage de 0,02% après mélange et pour un usage professionnel. Mais il est interdit de s’en servir dans la cosmétique en Europe. Les conservateurs aussi en raison de leur effet cocktail, mais ils sont présents dans tous les produits cosmétiques qu’on utilise… L’interdiction des produits dangereux serait-elle efficace ? Certainement. En 2009 et 2010, la France a mené une campagne de contrôle portant sur 160 produits. Le résultat fait froid dans le dos : environ1produitsur3en2009et2produitssur5en2010nerespectaient pas la réglementation des produits cosmétiques et étaient dangereux pour la santé. Ils ont été interdits. La proportion de produits dangereux a augmenté… Oui, c’est la preuve que les contrôles sont nécessaires pour protéger plus efficacement la santé des utilisateurs. Une liste de ces produits est consultable sur le site internet de l’agence française de sécurité du médicament et des produits de santé. CommentfairepourquelesGabonaisesdetousâgessoientsensibi- lisées et bénéficient des meilleurs cosmétiques ? Ilfautmultiplierlasensibilisationdugrandpublic,adopterdesnormes etinterdirelesproduitsdangereux.Parexemple,laRépubliqueDémo- cratiqueduCongoainterditl’utilisationdel’hydroquinonedepuis2006. Ilfautaussicontrôlerefficacementlecircuitdedistribution,sanctionner lesfabricantsetdistributeursdeproduitsillicites,etnaturellementilest indispensabledeformerdespersonnesqualifiéespourlafabrication,le contrôle et l’évaluation des produits cosmétiques. Les Africains peuvent-ils produire leurs propres cosmétiques ? Oui ! Nos produits naturels peuvent être valorisés si on a les savoirs et compétences scientifiques, techniques, réglementaires et marketing. Aveclavolontéetdesfinancements ;laformationestlacléd’uncontrôle sanitaire efficace et d’une production aux normes internationales. Au-delà de la formation, la pratique et l’expérience comptent… L’expérienceesttrèsimportantepourn’importequelmétier.Àl’ESISMP , nos formations sont par essence professionnalisantes : à partir de la licence,laformationestassuréeà50%pardesintervenantsprofessionnels età50%pardesintervenantsacadémiques.Hormislestagede2e année, lesstagesobligatoiresde3e année(2mois),de4e année(5mois)etde5e année (6 mois) permettent à nos lauréats de comptabiliser à l’issue de leur formation une expérience de 13 mois au minimum. C’est un plus sur leur CV au moment d’intégrer le monde du travail. Propos recueillis par Jean-Gilles Oyone (oyonegige@gmail.com) Directrice générale et fondatrice de l’Ecole Supérieure d’Ingénierie de la Santé et de Management de Projets (ESISMP ) E N T R E T I E N AV E C P R . WA FA A FA R H A T- A G O U M I PUBLI-RÉDACTIONNEL “Certains cosmétiques sont dangereux pour la santé”
  • 4. Préinscription sur demande avant le 16 octobre : +241 02 40 16 73