SlideShare une entreprise Scribd logo
CORN ER HOUËT
2
Bloc diagramme de Corn er Houët
Le mur de rocher
Les ruines
L’entrée
3
Le point culminant Les sépultures
Le plateau
L’étang
4
« La grande nature, comme le feu, peut être source de
réconfort et de paix, mais elle exige de ses usagers un
respect de tous les instants. »
Nanou Maryline Roher
(Photographe)
5
Corn er Houët
	 Le site de Corn er Houët se situe en Bretagne, dans le département des
Côtes d’Armor, en limite de la commune de Caurel (Kaorel en Breton). Le territoire
communal s’étend sur 11,7 km².
Couvrant 32 hectares, Corn er Houët est une propriété privée que son propriétaire
Xavier Bernard réhabilite petit à petit. Longtemps délaissée, elle est aujourd’hui
remise en valeur.
L’élément le plus remarquable est son boisement actuel est renforcé par l’exposition
sud. Il est très différent de celui d’origine, le lieu étant autrefois consacré à la culture
(champs). Le site est boisé à 70%, le reste étant composé de prairies. On retrouve des
Chênaies, Érablières, Pinèdes, Cédrières.
Le terrain en pente, nous offre de nombreux points de vue. De Corn er Houët, nous
avons une vue plongeante sur le lac de Guerlédan et sa vallée . En effet, le site se trouve
sur une hauteur, et le regard est attiré par ce lac qui apparaît à travers les arbres.
La formation du site s’est réalisée sur différentes périodes et notamment durant la
phase Hercynienne (période géologique remontant à -300 millions d’années).
La visite de ce site n’est autre qu’un voyage à travers l’histoire et une découverte de la
nature qui nous offre ici de nombreuses particularités.
« Marcher dans la nature, c’est comme se trouver dans une
immense bibliothèque où chaque livre ne contiendrait que des
phrases essentielles. »
Christian Bobin
(Écrivain & Poète)
7
le site nous présente aujourd’hui de
nombreuses particularités.:
• Des nombreuses allées et chemins
creux bordés de murets en pierres ou
de talus formés par des gros blocs de
schiste,
• Une bâtisse en ruine de 1655,
• Un affleurement de rochers en
strates de l’époque hercynienne, su-
perposés en paliers,
• Une parcelle boisée remarquable par
sa végétation clairsemée et des arbres
qui ont soufferts,
• Une allée couverte (sépulture) du
néolithique.
	La Bretagne nous offre des
paysages très diversifiés. La réparti-
tion de chaque composante est rela-
tivement imprévisible, ce qui nous
offre des paysages en ordre dispersé,
très vivants car changeant à chaque
pas, pleins de surprises et de décou-
vertes. C’est dans ce contexte que
que se situe le site de Corn er Houët.
« Ce qui reste éternellement incom-
préhensible dans la nature, c’est qu’on
puisse la comprendre. »
Albert Einstein
(Scientifique & Philosophe)
Aujourd’hui comprenons l’histoire que
nous raconte le site de Corn er Houët.
L’histoire nous fait remonter à
– 10 000 ans avant Jésus-Christ. Subis-
sant maintes évolutions au fil des siècles,
9
L’entrée
MB
10
L’ arbre support de la végétationUne ambiance humide se dégage. Les feuilles
en décompositions libèrent une odeur de
sous-bois.
	L’entréequimèneàlapropriété
est relativement banal. L’accès se fait
par une allée en enrobé bordée par
des arbres gigantesques. Ombragée,
elle offre à chaque pas une impression
de grandeur et une réelle profondeur.
De ce lieu émane à la fois intimité et
tranquillité. Sur la gauche de l’allée, un
chemin permet de pénétrer un peu plus
dans le sous-bois et de commencer à
s’imprégner de l’ambiance générale du
site.
11
MB
12
Ce chemin mène à une allée
délimitée par un muret en pierre, sur-
montée d’une haie bocagère.
Cette perspective guide l’œil vers l’ex-
trémité du chemin et incite à pour-
suivre la promenade.
Ce dernier nous guide sur la gauche
vers une clairière centrée sur les ruines
d’une longère.
L’ érable (acer) possède une stratégie de
croissance et de captation de la lumière
typique d’une essence de trouée, ce qui le
rend également apte aux systèmes boca-
gers. Il n’ est pas endémique à la région,
étant originaire d’Amérique du Nord. Il
est apparu car il se ressème très bien. Dans
nos régions les essences endémiques sont:
le chêne et le hêtre. Plus la lumière est
disponible, plus il croît vite et de manière
importante. Il ne peut, comme le hêtre,
réduire sa croissance fortement quand
il manque de lumière et ainsi attendre
longtemps le retour d’une situation plus
ensoleillée. Il montre
néanmoins, sous
le couvert d’autres
arbres (au stade
buissonnant notam-
ment), une relative
plasticité en sur-dé-
veloppant la feuillai-
son du sommet de
la couronne, avec un
houppier en forme
de parapluie pour
mieux capter la lu-
mière.
L’ Acer
13
Les longères avec un étage étaient de manière générale l’habitat des paysans
aisés et des artisans. Construites en longueur, elles étaient érigées avec des
matériaux disponibles localement à l’époque de leur construction. La ruine est
construite en schiste ardoisier bleu. Les hommes vivaient en cohabitation avec
le bétail, dont on décèle la présence par des vestiges d’anneaux dans les murs.
Une demi-sphère en granit incrustée dans un mur devait servir de saloir, celui-
ci est visible depuis la façade ( voir la photographie insérée sur le dessin). Le
four à pain est placé à côté de la maison.
La longère
14
Ce manoir paysan (longère) date de 1655. Abandonné, la végétation finit par avoir
raison des murs. Le propriétaire s’attèle à l’ouvrage et les ruines réapparaissent en 2010.
La largeur de la longère est limitée par les matériaux utilisés comme les poutres en chêne
(ceux de la région ne peuvent pas fournir des poutres
de plus de 7 m). La maison était divisée en trois
pièces : une chambre, une pièce à vivre
dans laquelle on peut voir encore un
saloir, et une troisième pièce qui
devait servir de remise.
BB 15
Poutre en chêne d’origine
On peut encore voir une poutre en
chêne, et notamment un escalier en
schiste en parfait état conduisant à
l’étage, dont on n’a plus de traces au-
jourd’hui. Nous remarquons égale-
ment que le liant des murs n’est rien
d’autre que de la terre. On pourra donc
noter l’incroyable conservation de ces
différents éléments.
Enfin sur la gauche de la maison, un
four à pain est encore intact.
Recouvert de terre pour une raison
d’isolation, il est aujourd’hui parfaite-
ment conservé malgré la présence de
quatre gros chênes sur son tertre. Il est
fait de briques à l’intérieur, ce qui lui
donnait une inertie thermique.
Autrefois, les animaux vivaient à
proximité des hommes. En effet
la cohabitation avec les bêtes leur
apportaient la chaleur. De ce fait, à
l’intérieur même de la maison les
hommes installaient de quoi atta-
cher les animaux. Dans le manoir
paysan en ruine, on peut voir encore
des restes de ces attaches. Certaines
pierres des murs ont été percées en
leur centre pour pouvoir passer des
licols ou des cordes.
MB
Le bétail dans l’habitat
17
Les vestiges de ces ruines sont
accompagnés d’une dépendance réno-
vée assez récemment, ainsi qu’ un puits
au ras du sol qui attire le regard.
En contournant la longère, l’ observa-
teur verra que la végétation a repris ses
droits sur les constructions humaines.
Lors de la mise en valeur des ruines, le
propriétaire a su garder l’ esprit du site,
basé sur le naturel, ce qui crée une har-
monie entre le végétal et le bâti. Cette
harmonie se retrouve au niveau des
proportion entre la longère et la clai-
rière.
« Ces ruines sont mon Pompéi. »
Xavier Bernard
(Propriétaire)
Il fait l’analogie de sa découverte avec la révélation des vestiges de Pompéi sous les
cendres.
B
19
20
En quittant
les ruines deux
choix s’ offrent
alors aux visiteurs :
une large allée en-
gazonnée conduit
à une seconde clai-
rière ou un chemin
creux situé derrière
la petite maison ré-
novée conduit dans les profondeurs de la
forêt. Ce chemin creux est bordé par des
murets en pierre d’ environ un mètre de
haut. Très ombragé de par sa situation,
il mène également vers la clairière, et
permet de découvrir une nouvelle pers-
pective du site, très boisé avec une flore
diversifiée au printemps. Ce qui surpren-
dra le promeneur sera certainement les
masses rocheuses qui apparaissent sur la
gauche au détour du sentier.
21
AR
22
Ce mur de roches en schiste se dresse
devant nous. En s’ approchant, nous re-
marquerons entre autres dans la végé-
tation, des Sédums et des Fougères. Un
cheminement escarpé entre les rochers
permet l’ ascension de ce mur. Au fur
et à mesure, des paliers se dessinent,
offrant toujours une nouvelle vue.
Succulente rampante, le sédum
ou orpin est la plante idéale des
rocailles sèches, et des zones ha-
bituées à la sécheresse. Elle se
couvre de fleurs de mai à octobre
et garde ses feuilles charnues du-
rant tout le reste de l’année.
Malgré la grande humidité du site
elle a trouvé sur les rochers de
Corn er Houët un biotope (milieu
biologique propre à l’ espèce) qui
lui convient.
Les fougères aiment une atmos-
phère douce et humide. Elles né-
cessitent donc un milieu ombragé
ou mi-ombragé, ce qui fait qu’ on
les rencontre souvent en sous-bois.
Pour un bon développement il leur
faut également un sol léger, frais,
acide, poreux et riche. Leur pré-
sence nous indique donc un sous-
sol plutôt acide.
Les Fougères
Les Sédums
23
Le schiste ardoisier est issu de la compression et la
cuisson de sédiments d’ origine volcanique.
Le schiste est une roche métamorphique cristallo-
phyllienne. Il s’agit de boue argileuse disposée à plat,
durcie par compression et rendue compacte vers
700°. La matière charbonneuse colore les ardoises en
gris bleu-noire.
Le Schiste ardoisier
MB
25
« Le silence éternel de ces espaces infinis m’effraie. »
Blaise Pascal
( Philosophe & Scientifique)
	L’ arrivée au sommet est exquise, le point de vue est à couper le souffle.
Une vue plongeante sur la vallée fait apparaître les différents niveaux de
terrain.
27
Cette fenêtre sur le Lac artificiel de Guerlédan nous replace dans le paysage.
AR
28
Le lac de Guerlédan est un lac artificiel situé à cheval sur la commune de Saint-
Aignan dans le Morbihan et la commune de Mûr-de-Bretagne dans les Côtes-
d’Armor. Sa formation est due à la construction du barrage de Guerlédan en 1930
sur le cours d’eau du Blavet. Il matérialise, en partie, la limite entre le Morbihan
et les Côtes-d’Armor. Son nom vient du breton vannetais : Gouer ledan, soit : le
ruisselet large.
D’ une superficie de 400 ha, long de 12 km et profond de 40 m au pied du barrage,
le lac de Guerlédan est le plus grand lac artificiel de Bretagne.
Lac de Guerlédan
29
Derrière le mur, on se retourne, on accède à un pla-
teau. De nombreux espaces attractifs sont accessibles par des
chemins relativement engazonnés. A droite, stupeur ! Mais
quels sont ces arbres tordus ? Le secteur reflète la souffrance
et la lutte qu’ ont subies les végétaux pour survivre.
« Dans la nature, rien n’est parfait et tout
est parfait : un arbre peut être tordu et ses
branches tourmentées, il est toujours beau. »
Alice Walker
(Ecrivain)
BB
31
AR
Cet arbre apprécie une exposition en plein soleil, dans un sol ordinaire
mais toujours non calcaire (espèce calcifuge ; la présence de calcaire dans
le sol provoque une chlorose (maladie qui décolore la feuille)). Il présente
par contre une bonne adaptation aux sols acides et pauvres (podzols, sables
dunaires), voire à l’hydromorphie; il préfère les sols profonds, bien drainés,
sur lesquels la croissance est plus rapide.
Ici le sol est plutôt acide (présence de schiste, de fougères, de rhododen-
drons....) mais l’ épaisseur de terre est faible de par la présence de toutes ces
roches. C’ est ce qui explique la pousse difficile des arbres à cet endroit.
Le Pin maritime
33
Sépultures
Sépulture
MB
Plus loin, un amas de rochers
apparaît. En se rapprochant on distin-
guera qu’ils ont été façonnés par l’être
humain. Certaines pierres portent
encore des marques de gravures. Ceci
est en fait une des multiples allées cou-
vertes présentes dans la région. Ce sont
des vestiges de sépultures (Dolmen de
Corn er Houët).
Allée couverte de Coët Correc
blog : Rosquelfen
Non loin de Corn er Houët, dans
la commune de Mûr-de-Bretagne
se situe l’allée couverte de Coët
Correc. C’ est un type particulier
de dolmen, une sépulture mégali-
thique, c’ est à dire un monument
constitué de plusieurs pierres de
grandes dimensions, érigées par
les hommes, sans l’aide de liant
pour fixer la structure. Ce dolmen
est estimé en lien avec le dolmen
de notre site. Cette allée couverte
a été classée monument historique
le 8 novembre 1956. La particula-
rité de ce monument est qu’il est
surmonté à son extrémité d’une
construction en ardoises qui a été
érigé au début du XXème siècle.
Les allées couvertes
dans le temps
35
Les roches au point culminant: un espace fermé
En prenant à gauche en pas-
sant par ce chemin enherbé, une
autre surprise attire le regard. C’ est
le point haut du site, un amas de ro-
chers culminant à 309 m, encore à
moitié caché sous les ronces.
37
Le chemin qui redescend aux ruines
Si le voyageur poursuit sa découverte du site (à l’ est), un chemin bordé de
cèdres laisse à la lumière se frayer un passage. La végétation (mousses, lierre et grami-
nées) borde le sentier. Tout en bas de la propriété se trouve un étang artificiel.
39
MB
L’ étang artificiel est creusé en deux
parties : un petit et un grand bassin.
Une table de pique-nique optimise
l’ espace et permettra de profiter en-
core un peu de l’ambiance de paix et
de sérénité qui se dégage du site.
L’ étang artificiel avait plus ou
moins disparu dans la végétation,
après avoir servi d’abreuvoir pour
les troupeaux de moutons dans les
années 1800. Aujourd’ hui , il a une
fonction esthétique.
41
Le site nous permet de voyager à travers
le temps et nous transporte dans un lieu calme et
paisible, propice à la détente et à la découverte.
Nous invitons le promeneur à sortir des sentiers
battus et à pénétrer dans les bois par les sentiers
escarpés. De nombreuses masses rocheuses sont
à découvrir et à observer. Il pourra également se
faire sa propre idée du site en jouant les explora-
teurs, en laissant ses yeux se délecter du paysage,
des nombreuses nuances de verts, de gris, ainsi
que des jeux de lumière créés par la végétation.
43
Ce document a été réalisé par Rachel Affortunato, Marie Blot, Benoît Browaeys.
44
Cette carte nous indique trois itinéraires possibles pour accéder au site de Corn er Houët . Par Guin-
gamp, emprunter la D767 en direction de Corlay puis poursuivre jusqu’à Caurel.
Par St Brieuc, prendre la D700, puis la D790 vers Corlay, et enfin emprunter la D767 en direction de
Caurel.
Par Rennes, se diriger vers la N12 en direction de Merdrignac, puis prendre la N164 en direction de
Loudéac, poursuivre vers Caurel.
De Caurel se rendre au coordonnées GPS Longitude 3°00’53.7 ‘’ O ; Latitude 48°13’24.9’’ N.
Carte de localisation de Corn Er Houët
45
Corn er houët

Contenu connexe

En vedette

Communication plan
Communication planCommunication plan
Communication plan
carolhesprich
 
Lo2 partc secondaryreserch
Lo2 partc secondaryreserchLo2 partc secondaryreserch
Lo2 partc secondaryreserch
Methembedarikwa5
 
My kuching
My kuchingMy kuching
My kuching
Adam Songan
 
Мастер класс "Парящая чашка"
 Мастер класс "Парящая чашка" Мастер класс "Парящая чашка"
Мастер класс "Парящая чашка"
arzmary
 
Mirikhealthfoods fmgc
Mirikhealthfoods fmgcMirikhealthfoods fmgc
Mirikhealthfoods fmgc
mirikhealthfood
 
Experience mapping presentation
Experience mapping presentationExperience mapping presentation
Experience mapping presentation
James Hall
 
1410 robert marr metropolis - independent innovators
1410 robert marr   metropolis - independent innovators1410 robert marr   metropolis - independent innovators
1410 robert marr metropolis - independent innovators
Robert Marr
 
East Valley Boys & Girls Clubs celebrate 50th year
East Valley Boys & Girls Clubs celebrate 50th yearEast Valley Boys & Girls Clubs celebrate 50th year
East Valley Boys & Girls Clubs celebrate 50th year
Srianthi Perera
 
Resume!
Resume!Resume!
Kekerasaan dalam Rumah Tangga
Kekerasaan dalam Rumah TanggaKekerasaan dalam Rumah Tangga
Kekerasaan dalam Rumah Tangga
angelaxmi
 
1 greece history geography
1 greece history geography1 greece history geography
1 greece history geography
jauntingjen
 
Lisa Kearney Resume 1 (1)
Lisa Kearney Resume 1 (1)Lisa Kearney Resume 1 (1)
Lisa Kearney Resume 1 (1)
Lisa Kearney
 
Snickars Voice v Vote Sept 2015
Snickars Voice v Vote Sept 2015Snickars Voice v Vote Sept 2015
Snickars Voice v Vote Sept 2015
Eric Snickars
 
MealsForAll Pictures
MealsForAll PicturesMealsForAll Pictures
MealsForAll PicturesFunke Sodade
 
solo vaporizer
solo vaporizersolo vaporizer
solo vaporizer
thomasedison12
 
Portfolio - Darren Lee
Portfolio - Darren LeePortfolio - Darren Lee
Portfolio - Darren Lee
Darren Lee
 
ISSC422_Project_Paper_John_Intindolo
ISSC422_Project_Paper_John_IntindoloISSC422_Project_Paper_John_Intindolo
ISSC422_Project_Paper_John_Intindolo
John Intindolo
 

En vedette (18)

Communication plan
Communication planCommunication plan
Communication plan
 
Lo2 partc secondaryreserch
Lo2 partc secondaryreserchLo2 partc secondaryreserch
Lo2 partc secondaryreserch
 
My kuching
My kuchingMy kuching
My kuching
 
Мастер класс "Парящая чашка"
 Мастер класс "Парящая чашка" Мастер класс "Парящая чашка"
Мастер класс "Парящая чашка"
 
Mirikhealthfoods fmgc
Mirikhealthfoods fmgcMirikhealthfoods fmgc
Mirikhealthfoods fmgc
 
c.v.
c.v.c.v.
c.v.
 
Experience mapping presentation
Experience mapping presentationExperience mapping presentation
Experience mapping presentation
 
1410 robert marr metropolis - independent innovators
1410 robert marr   metropolis - independent innovators1410 robert marr   metropolis - independent innovators
1410 robert marr metropolis - independent innovators
 
East Valley Boys & Girls Clubs celebrate 50th year
East Valley Boys & Girls Clubs celebrate 50th yearEast Valley Boys & Girls Clubs celebrate 50th year
East Valley Boys & Girls Clubs celebrate 50th year
 
Resume!
Resume!Resume!
Resume!
 
Kekerasaan dalam Rumah Tangga
Kekerasaan dalam Rumah TanggaKekerasaan dalam Rumah Tangga
Kekerasaan dalam Rumah Tangga
 
1 greece history geography
1 greece history geography1 greece history geography
1 greece history geography
 
Lisa Kearney Resume 1 (1)
Lisa Kearney Resume 1 (1)Lisa Kearney Resume 1 (1)
Lisa Kearney Resume 1 (1)
 
Snickars Voice v Vote Sept 2015
Snickars Voice v Vote Sept 2015Snickars Voice v Vote Sept 2015
Snickars Voice v Vote Sept 2015
 
MealsForAll Pictures
MealsForAll PicturesMealsForAll Pictures
MealsForAll Pictures
 
solo vaporizer
solo vaporizersolo vaporizer
solo vaporizer
 
Portfolio - Darren Lee
Portfolio - Darren LeePortfolio - Darren Lee
Portfolio - Darren Lee
 
ISSC422_Project_Paper_John_Intindolo
ISSC422_Project_Paper_John_IntindoloISSC422_Project_Paper_John_Intindolo
ISSC422_Project_Paper_John_Intindolo
 

Similaire à Corn er houët

les granges corréziennes
les granges corréziennesles granges corréziennes
les granges corréziennes
cauecorreze
 
Apparition et disparition des parcellaires gallo-romains dans la Basse Vallée...
Apparition et disparition des parcellaires gallo-romains dans la Basse Vallée...Apparition et disparition des parcellaires gallo-romains dans la Basse Vallée...
Apparition et disparition des parcellaires gallo-romains dans la Basse Vallée...
Nicolas Bernigaud
 
Nos balades préférées, un hors-série de La Voix du Nord
Nos balades préférées, un hors-série de La Voix du NordNos balades préférées, un hors-série de La Voix du Nord
Nos balades préférées, un hors-série de La Voix du Nord
Jean-michel Neugate
 
Voyage En Bretagne
Voyage En BretagneVoyage En Bretagne
Voyage En Bretagne
moukcursblog
 
Archéologie à fouesnant
Archéologie à fouesnantArchéologie à fouesnant
Archéologie à fouesnant
Foenizella.com
 
Mad 19520-p122-126[1]
Mad 19520-p122-126[1]Mad 19520-p122-126[1]
Mad 19520-p122-126[1]
Nathalie Garro
 
Rochefort-en-Terre : les 10 trésors du village
Rochefort-en-Terre : les 10 trésors du villageRochefort-en-Terre : les 10 trésors du village
Rochefort-en-Terre : les 10 trésors du village
Guyon Jacky
 
Maison traditionelle à mzab 5
Maison traditionelle à mzab 5Maison traditionelle à mzab 5
Maison traditionelle à mzab 5
hafouu
 
Lhabitat un modele_fige
Lhabitat un modele_figeLhabitat un modele_fige
Lhabitat un modele_fige
share888
 
Population fouesnant-php ifqmsa
Population fouesnant-php ifqmsaPopulation fouesnant-php ifqmsa
Population fouesnant-php ifqmsaFoenizella.com
 
Memoire de stage volume 1 - muséographie
Memoire de stage volume 1 - muséographieMemoire de stage volume 1 - muséographie
Memoire de stage volume 1 - muséographie
ColineOrset
 
2015 tronçais
2015 tronçais2015 tronçais
2015 tronçaisRabolliot
 
St cirq-lapopie
St cirq-lapopieSt cirq-lapopie
St cirq-lapopiechevrette
 
La vie de alto ok
La vie de alto  okLa vie de alto  ok
La vie de alto ok
luc gil
 
Maroilles1
Maroilles1Maroilles1
Maroilles1
Renée Bukay
 
L'anjou troglodyte
L'anjou troglodyteL'anjou troglodyte
L'anjou troglodyte
Denis Papy
 
Destination provence Luberon, villages perchés, vallées heureuses
Destination provence Luberon, villages perchés, vallées heureusesDestination provence Luberon, villages perchés, vallées heureuses
Destination provence Luberon, villages perchés, vallées heureuses
agencedesours
 

Similaire à Corn er houët (20)

les granges corréziennes
les granges corréziennesles granges corréziennes
les granges corréziennes
 
Bretania
BretaniaBretania
Bretania
 
Ct rochefort en-terre2
Ct rochefort en-terre2Ct rochefort en-terre2
Ct rochefort en-terre2
 
Apparition et disparition des parcellaires gallo-romains dans la Basse Vallée...
Apparition et disparition des parcellaires gallo-romains dans la Basse Vallée...Apparition et disparition des parcellaires gallo-romains dans la Basse Vallée...
Apparition et disparition des parcellaires gallo-romains dans la Basse Vallée...
 
Nos balades préférées, un hors-série de La Voix du Nord
Nos balades préférées, un hors-série de La Voix du NordNos balades préférées, un hors-série de La Voix du Nord
Nos balades préférées, un hors-série de La Voix du Nord
 
Voyage En Bretagne
Voyage En BretagneVoyage En Bretagne
Voyage En Bretagne
 
Archéologie à fouesnant
Archéologie à fouesnantArchéologie à fouesnant
Archéologie à fouesnant
 
Mad 19520-p122-126[1]
Mad 19520-p122-126[1]Mad 19520-p122-126[1]
Mad 19520-p122-126[1]
 
Rochefort-en-Terre : les 10 trésors du village
Rochefort-en-Terre : les 10 trésors du villageRochefort-en-Terre : les 10 trésors du village
Rochefort-en-Terre : les 10 trésors du village
 
Maison traditionelle à mzab 5
Maison traditionelle à mzab 5Maison traditionelle à mzab 5
Maison traditionelle à mzab 5
 
Lhabitat un modele_fige
Lhabitat un modele_figeLhabitat un modele_fige
Lhabitat un modele_fige
 
Population fouesnant-php ifqmsa
Population fouesnant-php ifqmsaPopulation fouesnant-php ifqmsa
Population fouesnant-php ifqmsa
 
Memoire de stage volume 1 - muséographie
Memoire de stage volume 1 - muséographieMemoire de stage volume 1 - muséographie
Memoire de stage volume 1 - muséographie
 
2015 tronçais
2015 tronçais2015 tronçais
2015 tronçais
 
St cirq-lapopie
St cirq-lapopieSt cirq-lapopie
St cirq-lapopie
 
Lapopie
LapopieLapopie
Lapopie
 
La vie de alto ok
La vie de alto  okLa vie de alto  ok
La vie de alto ok
 
Maroilles1
Maroilles1Maroilles1
Maroilles1
 
L'anjou troglodyte
L'anjou troglodyteL'anjou troglodyte
L'anjou troglodyte
 
Destination provence Luberon, villages perchés, vallées heureuses
Destination provence Luberon, villages perchés, vallées heureusesDestination provence Luberon, villages perchés, vallées heureuses
Destination provence Luberon, villages perchés, vallées heureuses
 

Plus de Benoît Browaeys

Rapport de stage de Master 1 AETPF (AgroPArisTech) effectué à l'iEES/INRA
Rapport de stage de Master 1 AETPF (AgroPArisTech) effectué à l'iEES/INRARapport de stage de Master 1 AETPF (AgroPArisTech) effectué à l'iEES/INRA
Rapport de stage de Master 1 AETPF (AgroPArisTech) effectué à l'iEES/INRA
Benoît Browaeys
 
Rapport paysager sur le Square du Temple - Paris - IIIè Arr.
Rapport paysager sur le Square du Temple - Paris - IIIè Arr.Rapport paysager sur le Square du Temple - Paris - IIIè Arr.
Rapport paysager sur le Square du Temple - Paris - IIIè Arr.
Benoît Browaeys
 
Rapport-bibliographique : Les conséquences biophysiques des espaces périurbains
Rapport-bibliographique : Les conséquences biophysiques des espaces périurbainsRapport-bibliographique : Les conséquences biophysiques des espaces périurbains
Rapport-bibliographique : Les conséquences biophysiques des espaces périurbains
Benoît Browaeys
 
Impacts du changement climatique
Impacts du changement climatiqueImpacts du changement climatique
Impacts du changement climatique
Benoît Browaeys
 
Quand l'eau salée rencontre l'eau douce
Quand l'eau salée rencontre l'eau douceQuand l'eau salée rencontre l'eau douce
Quand l'eau salée rencontre l'eau douce
Benoît Browaeys
 
Rapport de Stage - Agence Talpa
Rapport de Stage - Agence TalpaRapport de Stage - Agence Talpa
Rapport de Stage - Agence Talpa
Benoît Browaeys
 
Quel est le rôle tenu par le Lay dans le paysage et le département de la Vendée?
Quel est le rôle tenu par le Lay dans le paysage et le département de la Vendée?Quel est le rôle tenu par le Lay dans le paysage et le département de la Vendée?
Quel est le rôle tenu par le Lay dans le paysage et le département de la Vendée?
Benoît Browaeys
 
Le lay : un fleuve vendéen
Le lay : un fleuve vendéenLe lay : un fleuve vendéen
Le lay : un fleuve vendéen
Benoît Browaeys
 
Réaménagement de l'embarcadère pour Bréhat
Réaménagement de l'embarcadère pour BréhatRéaménagement de l'embarcadère pour Bréhat
Réaménagement de l'embarcadère pour Bréhat
Benoît Browaeys
 
Internship presentation
Internship presentationInternship presentation
Internship presentation
Benoît Browaeys
 
Les enjeux du Paysage, son incidence, son impact, ses effets
Les enjeux du Paysage, son incidence, son impact, ses effetsLes enjeux du Paysage, son incidence, son impact, ses effets
Les enjeux du Paysage, son incidence, son impact, ses effets
Benoît Browaeys
 

Plus de Benoît Browaeys (11)

Rapport de stage de Master 1 AETPF (AgroPArisTech) effectué à l'iEES/INRA
Rapport de stage de Master 1 AETPF (AgroPArisTech) effectué à l'iEES/INRARapport de stage de Master 1 AETPF (AgroPArisTech) effectué à l'iEES/INRA
Rapport de stage de Master 1 AETPF (AgroPArisTech) effectué à l'iEES/INRA
 
Rapport paysager sur le Square du Temple - Paris - IIIè Arr.
Rapport paysager sur le Square du Temple - Paris - IIIè Arr.Rapport paysager sur le Square du Temple - Paris - IIIè Arr.
Rapport paysager sur le Square du Temple - Paris - IIIè Arr.
 
Rapport-bibliographique : Les conséquences biophysiques des espaces périurbains
Rapport-bibliographique : Les conséquences biophysiques des espaces périurbainsRapport-bibliographique : Les conséquences biophysiques des espaces périurbains
Rapport-bibliographique : Les conséquences biophysiques des espaces périurbains
 
Impacts du changement climatique
Impacts du changement climatiqueImpacts du changement climatique
Impacts du changement climatique
 
Quand l'eau salée rencontre l'eau douce
Quand l'eau salée rencontre l'eau douceQuand l'eau salée rencontre l'eau douce
Quand l'eau salée rencontre l'eau douce
 
Rapport de Stage - Agence Talpa
Rapport de Stage - Agence TalpaRapport de Stage - Agence Talpa
Rapport de Stage - Agence Talpa
 
Quel est le rôle tenu par le Lay dans le paysage et le département de la Vendée?
Quel est le rôle tenu par le Lay dans le paysage et le département de la Vendée?Quel est le rôle tenu par le Lay dans le paysage et le département de la Vendée?
Quel est le rôle tenu par le Lay dans le paysage et le département de la Vendée?
 
Le lay : un fleuve vendéen
Le lay : un fleuve vendéenLe lay : un fleuve vendéen
Le lay : un fleuve vendéen
 
Réaménagement de l'embarcadère pour Bréhat
Réaménagement de l'embarcadère pour BréhatRéaménagement de l'embarcadère pour Bréhat
Réaménagement de l'embarcadère pour Bréhat
 
Internship presentation
Internship presentationInternship presentation
Internship presentation
 
Les enjeux du Paysage, son incidence, son impact, ses effets
Les enjeux du Paysage, son incidence, son impact, ses effetsLes enjeux du Paysage, son incidence, son impact, ses effets
Les enjeux du Paysage, son incidence, son impact, ses effets
 

Corn er houët

  • 2. 2 Bloc diagramme de Corn er Houët Le mur de rocher Les ruines L’entrée
  • 3. 3 Le point culminant Les sépultures Le plateau L’étang
  • 4. 4
  • 5. « La grande nature, comme le feu, peut être source de réconfort et de paix, mais elle exige de ses usagers un respect de tous les instants. » Nanou Maryline Roher (Photographe) 5
  • 6.
  • 7. Corn er Houët Le site de Corn er Houët se situe en Bretagne, dans le département des Côtes d’Armor, en limite de la commune de Caurel (Kaorel en Breton). Le territoire communal s’étend sur 11,7 km². Couvrant 32 hectares, Corn er Houët est une propriété privée que son propriétaire Xavier Bernard réhabilite petit à petit. Longtemps délaissée, elle est aujourd’hui remise en valeur. L’élément le plus remarquable est son boisement actuel est renforcé par l’exposition sud. Il est très différent de celui d’origine, le lieu étant autrefois consacré à la culture (champs). Le site est boisé à 70%, le reste étant composé de prairies. On retrouve des Chênaies, Érablières, Pinèdes, Cédrières. Le terrain en pente, nous offre de nombreux points de vue. De Corn er Houët, nous avons une vue plongeante sur le lac de Guerlédan et sa vallée . En effet, le site se trouve sur une hauteur, et le regard est attiré par ce lac qui apparaît à travers les arbres. La formation du site s’est réalisée sur différentes périodes et notamment durant la phase Hercynienne (période géologique remontant à -300 millions d’années). La visite de ce site n’est autre qu’un voyage à travers l’histoire et une découverte de la nature qui nous offre ici de nombreuses particularités. « Marcher dans la nature, c’est comme se trouver dans une immense bibliothèque où chaque livre ne contiendrait que des phrases essentielles. » Christian Bobin (Écrivain & Poète) 7
  • 8.
  • 9. le site nous présente aujourd’hui de nombreuses particularités.: • Des nombreuses allées et chemins creux bordés de murets en pierres ou de talus formés par des gros blocs de schiste, • Une bâtisse en ruine de 1655, • Un affleurement de rochers en strates de l’époque hercynienne, su- perposés en paliers, • Une parcelle boisée remarquable par sa végétation clairsemée et des arbres qui ont soufferts, • Une allée couverte (sépulture) du néolithique. La Bretagne nous offre des paysages très diversifiés. La réparti- tion de chaque composante est rela- tivement imprévisible, ce qui nous offre des paysages en ordre dispersé, très vivants car changeant à chaque pas, pleins de surprises et de décou- vertes. C’est dans ce contexte que que se situe le site de Corn er Houët. « Ce qui reste éternellement incom- préhensible dans la nature, c’est qu’on puisse la comprendre. » Albert Einstein (Scientifique & Philosophe) Aujourd’hui comprenons l’histoire que nous raconte le site de Corn er Houët. L’histoire nous fait remonter à – 10 000 ans avant Jésus-Christ. Subis- sant maintes évolutions au fil des siècles, 9
  • 11. L’ arbre support de la végétationUne ambiance humide se dégage. Les feuilles en décompositions libèrent une odeur de sous-bois. L’entréequimèneàlapropriété est relativement banal. L’accès se fait par une allée en enrobé bordée par des arbres gigantesques. Ombragée, elle offre à chaque pas une impression de grandeur et une réelle profondeur. De ce lieu émane à la fois intimité et tranquillité. Sur la gauche de l’allée, un chemin permet de pénétrer un peu plus dans le sous-bois et de commencer à s’imprégner de l’ambiance générale du site. 11
  • 12. MB 12
  • 13. Ce chemin mène à une allée délimitée par un muret en pierre, sur- montée d’une haie bocagère. Cette perspective guide l’œil vers l’ex- trémité du chemin et incite à pour- suivre la promenade. Ce dernier nous guide sur la gauche vers une clairière centrée sur les ruines d’une longère. L’ érable (acer) possède une stratégie de croissance et de captation de la lumière typique d’une essence de trouée, ce qui le rend également apte aux systèmes boca- gers. Il n’ est pas endémique à la région, étant originaire d’Amérique du Nord. Il est apparu car il se ressème très bien. Dans nos régions les essences endémiques sont: le chêne et le hêtre. Plus la lumière est disponible, plus il croît vite et de manière importante. Il ne peut, comme le hêtre, réduire sa croissance fortement quand il manque de lumière et ainsi attendre longtemps le retour d’une situation plus ensoleillée. Il montre néanmoins, sous le couvert d’autres arbres (au stade buissonnant notam- ment), une relative plasticité en sur-dé- veloppant la feuillai- son du sommet de la couronne, avec un houppier en forme de parapluie pour mieux capter la lu- mière. L’ Acer 13
  • 14. Les longères avec un étage étaient de manière générale l’habitat des paysans aisés et des artisans. Construites en longueur, elles étaient érigées avec des matériaux disponibles localement à l’époque de leur construction. La ruine est construite en schiste ardoisier bleu. Les hommes vivaient en cohabitation avec le bétail, dont on décèle la présence par des vestiges d’anneaux dans les murs. Une demi-sphère en granit incrustée dans un mur devait servir de saloir, celui- ci est visible depuis la façade ( voir la photographie insérée sur le dessin). Le four à pain est placé à côté de la maison. La longère 14
  • 15. Ce manoir paysan (longère) date de 1655. Abandonné, la végétation finit par avoir raison des murs. Le propriétaire s’attèle à l’ouvrage et les ruines réapparaissent en 2010. La largeur de la longère est limitée par les matériaux utilisés comme les poutres en chêne (ceux de la région ne peuvent pas fournir des poutres de plus de 7 m). La maison était divisée en trois pièces : une chambre, une pièce à vivre dans laquelle on peut voir encore un saloir, et une troisième pièce qui devait servir de remise. BB 15
  • 16. Poutre en chêne d’origine
  • 17. On peut encore voir une poutre en chêne, et notamment un escalier en schiste en parfait état conduisant à l’étage, dont on n’a plus de traces au- jourd’hui. Nous remarquons égale- ment que le liant des murs n’est rien d’autre que de la terre. On pourra donc noter l’incroyable conservation de ces différents éléments. Enfin sur la gauche de la maison, un four à pain est encore intact. Recouvert de terre pour une raison d’isolation, il est aujourd’hui parfaite- ment conservé malgré la présence de quatre gros chênes sur son tertre. Il est fait de briques à l’intérieur, ce qui lui donnait une inertie thermique. Autrefois, les animaux vivaient à proximité des hommes. En effet la cohabitation avec les bêtes leur apportaient la chaleur. De ce fait, à l’intérieur même de la maison les hommes installaient de quoi atta- cher les animaux. Dans le manoir paysan en ruine, on peut voir encore des restes de ces attaches. Certaines pierres des murs ont été percées en leur centre pour pouvoir passer des licols ou des cordes. MB Le bétail dans l’habitat 17
  • 18.
  • 19. Les vestiges de ces ruines sont accompagnés d’une dépendance réno- vée assez récemment, ainsi qu’ un puits au ras du sol qui attire le regard. En contournant la longère, l’ observa- teur verra que la végétation a repris ses droits sur les constructions humaines. Lors de la mise en valeur des ruines, le propriétaire a su garder l’ esprit du site, basé sur le naturel, ce qui crée une har- monie entre le végétal et le bâti. Cette harmonie se retrouve au niveau des proportion entre la longère et la clai- rière. « Ces ruines sont mon Pompéi. » Xavier Bernard (Propriétaire) Il fait l’analogie de sa découverte avec la révélation des vestiges de Pompéi sous les cendres. B 19
  • 20. 20
  • 21. En quittant les ruines deux choix s’ offrent alors aux visiteurs : une large allée en- gazonnée conduit à une seconde clai- rière ou un chemin creux situé derrière la petite maison ré- novée conduit dans les profondeurs de la forêt. Ce chemin creux est bordé par des murets en pierre d’ environ un mètre de haut. Très ombragé de par sa situation, il mène également vers la clairière, et permet de découvrir une nouvelle pers- pective du site, très boisé avec une flore diversifiée au printemps. Ce qui surpren- dra le promeneur sera certainement les masses rocheuses qui apparaissent sur la gauche au détour du sentier. 21
  • 22. AR 22
  • 23. Ce mur de roches en schiste se dresse devant nous. En s’ approchant, nous re- marquerons entre autres dans la végé- tation, des Sédums et des Fougères. Un cheminement escarpé entre les rochers permet l’ ascension de ce mur. Au fur et à mesure, des paliers se dessinent, offrant toujours une nouvelle vue. Succulente rampante, le sédum ou orpin est la plante idéale des rocailles sèches, et des zones ha- bituées à la sécheresse. Elle se couvre de fleurs de mai à octobre et garde ses feuilles charnues du- rant tout le reste de l’année. Malgré la grande humidité du site elle a trouvé sur les rochers de Corn er Houët un biotope (milieu biologique propre à l’ espèce) qui lui convient. Les fougères aiment une atmos- phère douce et humide. Elles né- cessitent donc un milieu ombragé ou mi-ombragé, ce qui fait qu’ on les rencontre souvent en sous-bois. Pour un bon développement il leur faut également un sol léger, frais, acide, poreux et riche. Leur pré- sence nous indique donc un sous- sol plutôt acide. Les Fougères Les Sédums 23
  • 24.
  • 25. Le schiste ardoisier est issu de la compression et la cuisson de sédiments d’ origine volcanique. Le schiste est une roche métamorphique cristallo- phyllienne. Il s’agit de boue argileuse disposée à plat, durcie par compression et rendue compacte vers 700°. La matière charbonneuse colore les ardoises en gris bleu-noire. Le Schiste ardoisier MB 25
  • 26.
  • 27. « Le silence éternel de ces espaces infinis m’effraie. » Blaise Pascal ( Philosophe & Scientifique) L’ arrivée au sommet est exquise, le point de vue est à couper le souffle. Une vue plongeante sur la vallée fait apparaître les différents niveaux de terrain. 27
  • 28. Cette fenêtre sur le Lac artificiel de Guerlédan nous replace dans le paysage. AR 28
  • 29. Le lac de Guerlédan est un lac artificiel situé à cheval sur la commune de Saint- Aignan dans le Morbihan et la commune de Mûr-de-Bretagne dans les Côtes- d’Armor. Sa formation est due à la construction du barrage de Guerlédan en 1930 sur le cours d’eau du Blavet. Il matérialise, en partie, la limite entre le Morbihan et les Côtes-d’Armor. Son nom vient du breton vannetais : Gouer ledan, soit : le ruisselet large. D’ une superficie de 400 ha, long de 12 km et profond de 40 m au pied du barrage, le lac de Guerlédan est le plus grand lac artificiel de Bretagne. Lac de Guerlédan 29
  • 30.
  • 31. Derrière le mur, on se retourne, on accède à un pla- teau. De nombreux espaces attractifs sont accessibles par des chemins relativement engazonnés. A droite, stupeur ! Mais quels sont ces arbres tordus ? Le secteur reflète la souffrance et la lutte qu’ ont subies les végétaux pour survivre. « Dans la nature, rien n’est parfait et tout est parfait : un arbre peut être tordu et ses branches tourmentées, il est toujours beau. » Alice Walker (Ecrivain) BB 31
  • 32. AR
  • 33. Cet arbre apprécie une exposition en plein soleil, dans un sol ordinaire mais toujours non calcaire (espèce calcifuge ; la présence de calcaire dans le sol provoque une chlorose (maladie qui décolore la feuille)). Il présente par contre une bonne adaptation aux sols acides et pauvres (podzols, sables dunaires), voire à l’hydromorphie; il préfère les sols profonds, bien drainés, sur lesquels la croissance est plus rapide. Ici le sol est plutôt acide (présence de schiste, de fougères, de rhododen- drons....) mais l’ épaisseur de terre est faible de par la présence de toutes ces roches. C’ est ce qui explique la pousse difficile des arbres à cet endroit. Le Pin maritime 33
  • 35. Plus loin, un amas de rochers apparaît. En se rapprochant on distin- guera qu’ils ont été façonnés par l’être humain. Certaines pierres portent encore des marques de gravures. Ceci est en fait une des multiples allées cou- vertes présentes dans la région. Ce sont des vestiges de sépultures (Dolmen de Corn er Houët). Allée couverte de Coët Correc blog : Rosquelfen Non loin de Corn er Houët, dans la commune de Mûr-de-Bretagne se situe l’allée couverte de Coët Correc. C’ est un type particulier de dolmen, une sépulture mégali- thique, c’ est à dire un monument constitué de plusieurs pierres de grandes dimensions, érigées par les hommes, sans l’aide de liant pour fixer la structure. Ce dolmen est estimé en lien avec le dolmen de notre site. Cette allée couverte a été classée monument historique le 8 novembre 1956. La particula- rité de ce monument est qu’il est surmonté à son extrémité d’une construction en ardoises qui a été érigé au début du XXème siècle. Les allées couvertes dans le temps 35
  • 36. Les roches au point culminant: un espace fermé
  • 37. En prenant à gauche en pas- sant par ce chemin enherbé, une autre surprise attire le regard. C’ est le point haut du site, un amas de ro- chers culminant à 309 m, encore à moitié caché sous les ronces. 37
  • 38. Le chemin qui redescend aux ruines
  • 39. Si le voyageur poursuit sa découverte du site (à l’ est), un chemin bordé de cèdres laisse à la lumière se frayer un passage. La végétation (mousses, lierre et grami- nées) borde le sentier. Tout en bas de la propriété se trouve un étang artificiel. 39
  • 40. MB
  • 41. L’ étang artificiel est creusé en deux parties : un petit et un grand bassin. Une table de pique-nique optimise l’ espace et permettra de profiter en- core un peu de l’ambiance de paix et de sérénité qui se dégage du site. L’ étang artificiel avait plus ou moins disparu dans la végétation, après avoir servi d’abreuvoir pour les troupeaux de moutons dans les années 1800. Aujourd’ hui , il a une fonction esthétique. 41
  • 42.
  • 43. Le site nous permet de voyager à travers le temps et nous transporte dans un lieu calme et paisible, propice à la détente et à la découverte. Nous invitons le promeneur à sortir des sentiers battus et à pénétrer dans les bois par les sentiers escarpés. De nombreuses masses rocheuses sont à découvrir et à observer. Il pourra également se faire sa propre idée du site en jouant les explora- teurs, en laissant ses yeux se délecter du paysage, des nombreuses nuances de verts, de gris, ainsi que des jeux de lumière créés par la végétation. 43
  • 44. Ce document a été réalisé par Rachel Affortunato, Marie Blot, Benoît Browaeys. 44
  • 45. Cette carte nous indique trois itinéraires possibles pour accéder au site de Corn er Houët . Par Guin- gamp, emprunter la D767 en direction de Corlay puis poursuivre jusqu’à Caurel. Par St Brieuc, prendre la D700, puis la D790 vers Corlay, et enfin emprunter la D767 en direction de Caurel. Par Rennes, se diriger vers la N12 en direction de Merdrignac, puis prendre la N164 en direction de Loudéac, poursuivre vers Caurel. De Caurel se rendre au coordonnées GPS Longitude 3°00’53.7 ‘’ O ; Latitude 48°13’24.9’’ N. Carte de localisation de Corn Er Houët 45